POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 30 avril 2012

Haïti : aider les professeurs des écoles à se former, grâce à une coopération franco-haïtienne

Haïti : aider les professeurs des écoles à se former, grâce à une coopération franco-haïtienne

Le président Martelly de retour en Haïti

AFP Publié le 30/04/2012 à 16:29 Le président haïtien Michel Martelly est retourné aujourd'hui en Haïti, après avoir été soigné pendant deux semaines aux États-Unis pour une embolie pulmonaire, selon les images de la télévision nationale.

Le chef de l'Etat haïtien est arrivé à bord d'un vol commercial en début de matinée à l'aéroport international de la capitale haïtienne, accompagné de la première dame d'Haïti Sofia Martelly, d'après les images diffusées en direct par la télévision nationale d'Haïti. Michel Martelly en costume sombre et cravate rouge a été accueilli par des membres du gouvernement démissionnaire et des parlementaires avant de présenter ses remerciements à ses proches, à ses médecins et à la population.
"Comme vous pouvez le constater je suis revenu en bonne santé, prêt à reprendre le travail pour changer les conditions de vie de la population qui avait voté pour moi en mars 2011", a-t-il déclaré. Devant l'aéroport, des dizaines de partisans du président étaient réunis pour lui souhaiter "un bon retour" (Bon retou prezidan, en créole) comme cela était écrit sur une banderole.
Michel Martelly, qui est arrivé au pouvoir en mai 2011, a dû faire face depuis son investiture à une série de crises politiques avec le parlement. Il attend actuellement la confirmation de la nomination d'un nouveau premier ministre après la démission d'un gouvernement qui n'a duré que quatre mois. "Je lance un appel aux autres pouvoirs de l'État en vue de travailler ensemble pour faire face aux nombreux défis qui nous attendent", a lancé Michel Martelly, qui a également fait appel à la communauté internationale pour aider Haïti à renforcer ses institutions. "Nous n'avons pas suffisamment de ressources et de moyens économiques pour combattre la corruption et établir un Etat de droit", a encore déclaré Michel Martelly.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/04/30/97001-20120430FILWWW00499-le-president-martelly-de-retour-en-haiti.php

New hotels arise amid ruins in Haitian capital

By TRENTON DANIEL PORT-AU-PRINCE, Haiti
Glimmers of hope are coming to this devastated capital and its surrounding cities, as the concrete Royal Oasis hotel rises over a metropolitan area still filled with displaced-persons camps housing hundreds of thousands. Signs of Haiti's comeback can also be seen in the 105-room Best Western hotel being built within blocks of shanty-covered hillsides.
At least seven hotels are under construction or are in the planning stage in Port-au-Prince and its surrounding areas, raising hopes that thousands of investors will soon fill their air-conditioned rooms looking to build factories and tourist infrastructure that will help Haiti bounce back from a 2010 earthquake that officials say claimed 300,000 lives. Some damaged hotels are undergoing renovations.
Together, the projects add up to well over $100 million in new investment and will generate several thousand jobs in a nation still struggling to emerge from years of natural disasters and political turmoil.
In fact, the new hotels are the first significant private-sector construction in Port-au-Prince in the two years since the quake.
"Cautious optimism and deep skepticism" is how economist Claude Beauboeuf describes Haiti's hotel boom. For people to fill the hotels, he said, it's important that President Michel Martelly address the problems facing his government, which include an illegal force of armed men openly roaming the country, a string of mysterious police killings and strife with the opposition-controlled Parliament. He also needs a prime minister to replace the outgoing one who resigned after clashing with the president over priorities.
"If he doesn't address these things, investors will withdraw," Beauboeuf said, citing Club Med and the Holiday Inn as earlier examples of franchises that left Haiti because of political instability.
The planned hotels in the capital are not aimed at tourists, who avoid gritty Port-au-Prince. Instead, developers are targeting the contractors, foreign aid workers and diplomats for whom finding a room can be a challenge. The Clinton Bush Haiti Fund, led by the previous two U.S. presidents, identified new business-class hotels as key to attracting foreign investors looking for opportunities in Haiti. Similarly, President Martelly has said he wants to make Haiti less dependent on foreign aid and friendlier to outside investments.
One of the biggest foreign investments in Haiti is an industrial park under construction in the north that's scheduled to begin garment production in September. The giant $300 million Caracol industrial park will be run by South Korean manufacturer Sae-A Trading Co. Ltd. and is expected to bring an initial 20,000 jobs to the remote area. And there are smaller efforts to help Haiti improve production so farmers can better export mangoes, cacao and coffee.
The Haitian capital, which includes several overlapping cities such as Petionville, lost nearly 850 hotel rooms in the quake, according to Tourism Minister Stephanie B. Villedrouin. For more than a year after the disaster, it was often impossible to find a room without months of advance notice.
Villedrouin said all of those hotel rooms will have been replaced by the end of the year.
Several hotel projects are also under way outside the capital, including in the sleepy, picturesque fishing village of Jacmel on the southern coast, and are aimed at what Villedrouin and other government officials hope will become a growing market for tourists willing to overlook the capital and its troubles.
"Haiti is not Port-au-Prince," the tourism minister said. "Haiti is not the earthquake."
Even before the catastrophe, only a handful of hotels met international standards of comfort, including the Hotel Montana, the Hotel Villa Creole and the newer Karibe Hotel. These would often fill with journalists, international observers and others during elections or times of crisis, becoming hubs of activity in a city with little in the way of entertainment and where few foreigners venture out at night.
The quake largely destroyed the Montana, though part of it has since re-opened, and extensively damaged the Villa Creole, which remained open after the disaster and is now being renovated. The Karibe was largely unscathed.
Villedrouin said Port-au-Prince officially has a 60 percent occupancy rate but many of the hotels are too rustic for international travelers. The better rooms in the city quickly fill up, with huge demand for the relatively few places with better amenities.
"Right now there's such demand that the market can absorb several hotels," said Alejandro Acevedo, an executive for Marriott International, which is building a $45 million, 174-room hotel in partnership with mobile phone company Digicel Group.
Acevedo said even he had to share a room with his boss on a recent visit because of the dearth of hotel space.
"There's nowhere to stay," Acevedo said.
Other projects include the $15.7 million Best Western in Petionville that's due to open this summer. Also in Petionville is the Royal Oasis, a 10-story building that will include an art gallery, three restaurants, a commercial bank and high-end shops. Construction on the Royal Oasis began before the earthquake and is expected to finish by the end of the year.
The project received a $2 million equity investment from the Clinton Bush Haiti Fund along with $275,000 from the Oasis Foundation, a nonprofit group set up by the hotel, to train workers in the hotel industry. It'll be run by the Spanish firm Occidental Hotel & Resorts.
"This is going to be one of the most palpable signs of modernity emerging from the ashes of the earthquake," Jerry Tardieu, President and General Director of the Royal Oasis, said from the hotel's leafy courtyard amid the clang of construction.
The International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies is mulling building its own hotel on land it quietly purchased for $10.5 million several months after the earthquake. The money came from donations raised by national Red Cross agencies for quake recovery, causing some to wonder if the money would be better used to house displaced people rather than aid workers.
The Red Cross has said little about the project since it was reported in recent weeks, saying only that it is under consideration.
Many people in Haiti welcome the new hotels just as they do any new investments that will bring jobs to a country where more than half the adult population is unemployed or underemployed and survive on less than $2 a day. But some say Haiti should first care for the 500,000 people still living in makeshift camps.
"It's nice to build hotels to bring tourists but first you need to think of your citizens," said Ben Etienne, a 36-year-old resident of a hilly encampment in Peguyville that fills with mud during Haiti's rainy season. "I don't have a problem if the tourists come but the money needs to come into the country for the people."
Tardieu said the new hotels will help more people get out of the camps by giving them jobs to pay for rent on homes being rehabilitated by government and nonprofit organizations.
He noted that 600 people have been employed in the Royal Oasis' construction and that another 250 to 300 full-time jobs will be created after it opens.
"There need to be Haitian women and men who dare to invest," he said, "who dare to have a vision of modernity for their country and do not cave in to the cliche that Haiti is only a country where efforts have to be geared toward short-term relief humanitarian work."
http://www.businessweek.com/ap/2012-04/D9UEO1F82.htm

dimanche 29 avril 2012

RODNEY SAINT ELOI L'EDITEUR AUX MILLE IDENTITES

Depuis dix ans, l’éditeur Rodney Saint-Eloi, bâtit des ponts culturels entre le Québec, son pays d’adoption, Haïti, sa terre d’origine, et le reste du monde.

Par où commencer? Les dreadlocks rassemblées en queue de cheval, le phrasé cadencé d’une parole qui convaincrait les plus indifférents, le rire le plus large qu’on n’ait jamais entendu (augmente-t-il avec les kilomètres d’exil?). Haïtien de naissance, Rodney Saint-Eloi est quasiment Québécois d’adoption.
Mais on pourrait aussi bien l’imaginer Amérindien, en le voyant si proche des auteurs autochtones qu’il publie dans sa maison d’édition montréalaise, Mémoire d’encrier. Africain? Bien sûr, et même Sérère pour ses amis sénégalais qui le surnomment «wagane» (l’invincible)... Cet esprit libre n’a que faire des frontières, d’aucune sorte. Il est autant écrivain et poète qu’éditeur et passeur de talents.
Sur son stand, au salon du livre de Québec, il occupe chaque année cet espace de la «diversité culturelle», où les visiteurs apprécient une matinée amérindienne ou haïtienne avec autant de surprise que d’intérêt.
«Quand je publie les Amérindiens, ici, cela peut surprendre, car, pour beaucoup de Quebécois, ils sont toujours dans la réserve à “se saouler la gueule”. Ma relation décomplexée d’Haïtien à cette histoire me permet ce regard, et mon engagement éditorial.» Qui porte ses fruits!
Le premier roman de la jeune innue Naomi Fontaine,Kuessipan est déjà réédité pour la troisième fois. Et quand Mémoire d’encrier lance le recueil de la poétesse amérindienne Joséphine Bacon, à la librairie Olivieri de Montréal, il faut fermer les portes, tant les gens affluent.
La soirée est gagnée quand l’éditeur reçoit cette confidence d’un Québecois présent:«Merci. Je pensais que j’allais mourir sans voir ça.»
Sangs mêlés
Qu’il soit à Québec, à 93% peuplée de Québécois, (on y trouve à peine un millier de ses compatriotes haïtiens, alors qu’ils sont plus de 100.000 à Montréal) ou ailleurs, Saint-Eloi travaille à cet art du «vivre ensemble» qui depuis toujours, le fait avancer.
D’où lui vient ce nom que l’on n’oublie pas? «Seuls les voleurs ont deux noms», dit-on en Haïti, où il a vu le jour en 1963, dans la petite ville de Cavaillon, au Sud de Port-au-Prince. Lui, porte celui de la mère.
«Vous entendez les résonances coloniales? Entre le bon Saint-Eloi et la ville du sud de la France…»
Quant à Rodney… Mystère! Peut-être le prénom d’un amiral anglophone de passage dans l’histoire de son île? Le patronyme Saint-Eloi, en tout cas, l’affirme comme l’enfant chéri d’une dynastie de femmes, mère, grand-mère, grand-grand-mère, (littéralement du créole) qui a«comploté» pour que ce garçon né hors mariage devienne «quelqu’un».
Le voici vous racontant sa vie comme s’il en écrivait déjà le roman. Le père? «Une petite enveloppe brune». Celle que l’enfant né grimaud, reçoit chaque mois de son père absent. Le pharmacien mulâtre participe ainsi à l’éducation de son fils, élevé par sa mère, femme noire et modeste, qui chaque jour à l’aube, s’en va travailler à l’usine.
Adolescence livresque
L’ascendance paternelle lui vaut d’être appelé dès l’enfance «docteur ingénieur». Sa voie est tracée vers l’excellence, il passe par le meilleur kindergarden de Port-au Prince, puis entre au collège canado-haïtien, comme l’écrivain Dany Laferrière et d’autres avant lui.
Rien, dans ce début de parcours, ne le prédisposait pourtant à devenir homme de livres et de littérature.
«Le livre, c’était d’abord la Bible, raconte-t-il, dont mon arrière grand-mère chantait les versets par cœur au point que j’étais sûr qu’elle savait lire… »
Ensuite, sa grand-mère poursuivra le rythme des récitations avec les chants protestants. Pas étonnant que le dernier recueil de poèmes de Saint-Eloi s’intitule Récitatif au pays des ombres. Il y rend un poignant hommage à son aïeule Tida, ainsi qu’à Port-au-Prince, dans de superbes pages.
L’écriture a commencé dès le collège, où il joue l’écrivain public comme président du comité des élèves.
«Quand certains arrivaient en retard, il fallait qu’ils fournissent un justificatif, au risque d’être renvoyés pour indiscipline. Ce qui ne pouvait pas arriver puisque j’étais toujours à les défendre en leur inventant moi-même des excuses: il fallait me mettre dans la tête des autres, en l’occurrence de leurs parents, imaginer des situations, trouver des tons différents selon la famille… Très vite aussi, j’ai été celui qui relisait les lettres d’amour des copains. Ils m’appelaient “l’écrivain”.»
En récompense pour ses bonnes notes, l’élève brillant reçoit des livres, et encore des livres. Entré au pays de l’écrit qui ouvre le monde, le jeune homme se met à l’ouvrage, et comme tout aspirant en littérature à Port-au-Prince, envoie ses textes au grand quotidien haïtien, Le Nouvelliste. Qui les publie. Rodney Saint-Eloi est vite repéré par le milieu intellectuel.
L’écrivain Lyonel Trouillot l’invite à rentrer dans l’équipe de ses Cahiers du Vendredi. Le jeune poète enseigne la littérature au collège à cette période, mais bientôt, l’historien Pierre Buteau le présente au directeur du Nouvelliste qui recherche quelqu’un pour diriger ses pages culturelles.
«J’ai été reçu à 10H, j’ai commencé à 11H! Haïti, c’est ça, on n’a pas d’école, on apprend sur le terrain.»
Il lance un supplément littéraire au quotidien après avoir avidement consulté ceux des journaux occidentaux, en se rendant chaque jour à la librairie La Pléaïde. Apprendre en faisant…
Editeur engagé
A la fin des années 80, il publie à compte d’auteur son premier recueil de poèmes Graffitis pour l’aurore, préfacé par le poète René Philoctète qui le considère comme un fils. A l’époque, une seule maison d’édition, Deschamps, a pignon sur rue à Port-au-Prince, mais va faire faillite.
Le propriétaire du Nouvelliste, Max Chauvet, réédite le recueil de Saint-Eloi sur les presses de son Imprimerie II, et se dit prêt à le soutenir dans l’aventure éditoriale qui tente le jeune homme, en lui faisant crédit. La maison Mémoire voit le jour, en 1991 à Port-au-Prince, et commence par publier de grands haïtiens, dont Frankétienne, puis ce que l’histoire littéraire retient déjà comme«la génération Mémoire».
Et pourquoi Mémoire?
«Parce que le temps haïtien est un temps accéléré. Un nom peut tomber, personne ne le ramasse, les rues n’ont pas d’adresse fixe, tout change et l’on perd la mémoire… Moi je suis un nostalgique, un lecteur invétéré de la somme que Georges Corvington a consacrée à Port au Prince au cours des ans. Dans cette ville, le mot et la chose peuvent être différents, le problème de la mémoire reste fondamental.»
Pour donner plus de chance à ses auteurs (et rembourser son crédit…) Saint-Eloi inventeraLivres en folie, une manifestation littéraire qui continue d’avoir lieu chaque année dans la capitale haïtienne, au mois de juin. Les auteurs y sont en signature et le public s’y précipite en masse du matin au soir.
Génération Mémoire
Dans ces années 90, la maison d’édition Mémoire ressemble à une table ouverte, le poète Georges Castera en devient le directeur littéraire, et lance avec Rodney la revue littéraire Boutures. Son catalogue s’enrichit peu à peu des écrits de René Depestre, Emile Ollivier, Dany Laferrière. C’est du Québec, où les deux derniers résident, que Rodney Saint-Eloi a entendu «un nouveau monde venir», loin des questions de territorialité revendiquées par ses aînés.
«La question d’être écrivain haïtien seulement si l’on écrit d’Haïti, et tout ce qui concernait le nationalisme n’était pas mon débat. Quand j’ai lu Dany Laferrière, ce fut comme un médicament. Je poursuivais alors mes études à Québec, en littérature francophone. Je ne le connaissais pas, mais je ne pensais pas qu’on pouvait écrire autrement qu’un Jacques Stephen Alexis ou qu’un Jacques Roumain, et voilàComment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer! Je ne dis pas que c’était le meilleur livre qui soit, mais il était d’une telle audace!»
«En Haïti, la tradition voulait qu’ on ne parle pas de soi, qu’on parle de Dessalines. Dany Laferrière, lui, écrivait pour se raconter. A la télévision il disait qu’en Haïti on ne baise pas à cause de la promiscuité, et que l’on est frustré. Lui, venait de découvrir, au Québec, des chambres qui fermaient à clé…»
En 2001, pour un certain nombre de raisons conjuguées, Rodney Saint-Eloi quitte Haïti et s’installe au Québec, espérant continuer d’éditer entre un pays et l’autre, mais encore faut-il que l’électricité et les moyens de communication de base lui permettent de rester en relation de travail étroite avec Georges Castera à Port-au-Prince.
Ce ne sera malheureusement pas le cas… Il n’abandonne pas pour autant l’espoir de l’édition, et tout en pratiquant divers métiers, dont pendant un an, la direction du Centre d'information et de documentation haïtienne, caribéenne et afro-canadienne (Cidihca), il parvient à remettre sur pied, dès 2003, une nouvelle structure baptisée Mémoire d’encrier.
Dans un pays où l’aide à l’édition est importante, l’éditeur bénéficie de l’appui fédéral en tant que résident, mais pas des subventions qui ne sont accordées par la province de Québec qu’aux seuls détenteurs d’un passeport québécois. Ce n’est pas son cas. Rodney Saint-Eloi a gardé son passeport haïtien, et ne fait donc pas partie des éditeurs «agréés». De plus, il publie des livres non «admissibles» au chapitre des subventions réservées aux auteurs québécois.
Le grand apport vient du gouvernement fédéral, sous la forme de ces billets d’avion et autres formes de soutien à ses voyages, qui lui permettent de se déplacer dans le monde avec cette belle diversité qu’il sème et fait fleurir de salons du livre en festivals littéraires.

Audace et fantaisies
Au catalogue de Mémoire d’encrier, que l’éditeur pense comme un véritable fonds, conscient du temps qu’il faut pour vendre en s’appuyant sur les réseaux francophones et les universités, on trouve aussi bien du côté haïtien le grand poète Davertige qu’un jeune talent nommé Makenzy Orcel. Lequel sera repris par les éditions Zulma pour la rentrée littéraire française pour son premier roman Les immortelles, comme quoi, ses découvertes font du chemin.
Son métier d’éditeur repose, dit Rodney Saint-Eloi, sur sa propre capacité d’étonnement devant un texte, autant que sur celle d’oser ce que les autres ne sont pas assez fous pour publier: un hommage à Bolya, un polar haïtien, la réédition de la réponse de son compatriote haïtien Anthénor Firmin à Gobineau: De l’égalité des races. Un livre sur les printemps arabes…
Saint-Eloi voit son métier comme «un beau risque», tourne son regard vers l’ailleurs, toujours, et l’Afrique, souvent. A peine a-t-il quitté le salon du livre de Québec 2012 qu’il songe à y faire venir, en 2013, des auteurs du Sénégal. Il attend des nouvelles de Boubacar Boris Diop, un texte de Souleymane Bachir Diagne, un autre de Felwine Sarr, sans oublier Ken Bugul…
Comme de nombreux Haïtiens, dès la période des indépendances africaines, venus renforcer le contingent de l’enseignement, des artistes comme Jacqueline Lemoine, des écrivains commeRoger Dorsinville, dont Mémoire d'encrier publie un portrait étonnant de Dakar dans Poétique de l’exil, Rodney Saint-Eloi a tissé au fil des ans avec le Sénégal une relation particulière.

Souvenirs de Gorée
«A Gorée, je me suis senti chez moi, le Sénégal est devenu pour moi le royaume de ce monde. J’ai été élevé dans un tel conflit avec l’identité noire… En Haïti, le noir est le “neg ginen”, le “neg ti zorey” et j’entendais ma sœur, du côté paternel mûlatre, qui me parlait des “hommes de couleur” sans même se rendre compte… Dans les boites de Dakar je découvrai que les noirs dansaient, sans être, comme en Haïti, une minorité!»
Saint-Louis du Sénégal fait partie des lieux, comme Cuba ou Marrakech, où l’éditeur cède la place à l’écrivain, dès lors que le premier a réussi à s’organiser enfin pour laisser œuvrer le poète.
«L’important pour moi est d’écrire avec la pensée inquiète du monde, quelque soit le contexte…»
Un récit sur ces trois femmes qui présidèrent à son destin est en cours, tout comme un recueil de poèmes qui viendrait répondre à cette question que même son proche entourage lui pose et lui repose: qui es-tu?
Il a commencé à se dire un peu dans Haïti Kembé là!, paru chez Michel Lafon avec une préface de Yasmina Khadra, au lendemain du séïsme du 12 janvier 2010 en Haïti.
Au même moment, l’éditeur entrait en concurrence loyale avec l’écrivain: Dany Laferrière donnait son Tout bouge autour de moi à Mémoire d’encrier alors que la maison était en difficulté.15.000 exemplaires, c’était reparti! En signe d’une amitié scellée dès les débuts de l’éditeur, qui publia en 2005 Mes années dans la vieille Ford.
Ecrivain, éditeur? A peine Saint-Eloi a-t-il commencé à se mettre au travail que la préoccupation de l’autre revient quémander sa place: la centaine de pages à lire par jour après que son directeur littéraire, Max Dorsinville, les a mises de côté, au fil des premières lectures de manuscrits. Les demandes de ses compatriotes haïtiens qui ignorent souvent que le métier d’éditeur consiste d’abord à dire non…
Cette pensée inquiète qui le fait écrire le poursuit jusqu’au moment de sa propre publication, au point qu’il a lui-même envoyé par la poste aux éditions Mémoire d’encrier son dernier manuscrit, signé Wyclef Jean Ollivier. Son directeur littéraire le lui a apporté avec la mention:
«A publier absolument!»
L’homme ainsi se divise, comme depuis toujours entre ses diverses appartenances. Haïtien pour la communauté québécoise, québécois pour la communauté haïtienne quand elle a besoin d’aide. Il peine à être chez lui de retour en Haïti, où il sent qu’on le prie de repartir «chez lui à Montréal», une semaine plus tard…
Homme intrépide
Rodney Saint-Eloi ne s’arrête donc pas. Même si on parvient à le trouver quand-même derrière son bureau, au siège de Mémoire d’encrier, trois employés, situé dans La Petite Italie de Montréal. Toujours dans ce déplacement proche du tremblement prôné par Edouard Glissant, il applique aussi de ce maître, la notion de relation, au quotidien.
«Dans celle que je vis avec les Indiens par exemple, il y a, tout au fond, le souvenir de ceux qui habitaient Haïti bien avant nous et qui me faisaient rêver… »
Celle qu’il vit avec les Québécois est habitée par la formule qui veut que ces derniers soient les«nègres blancs d’Amérique»:
«Ils ont l’humilité de ceux qui n’ont pas conquis. Il faut lire le poème Speak white de Michèle Lalonde pour savoir quelque chose de ces Anglais qui demandaient aux Québécois pauvres qu’ils avaient pour domestiques, de parler leur langue… »
C’est avec une cinquantaine d’auteurs québécois que l’éditeur viendra fêter en Haïti, en 2013, les dix ans de Mémoire d’encrier, pour que la relation s’établisse aussi dans l’autre sens. Libraires et éditeurs seront de la partie, en porteurs des lettres québécoises.
«Pourquoi Gaston Miron n’est-il pas connu en Haïti?»
Mais oui, pourquoi? Il suffisait que quelqu’un s’en étonne… Par exemple, Rodney Saint-Eloi.
Valérie Marin La Meslée
http://www.slateafrique.com/86379/rencontre-avec-rodney-saint-eloi-editeur-haitien-vivant-a-quebec-ponts-entre-l-afrique-et-haiti

samedi 28 avril 2012

DU MANQUE D'EDUCATION

Quand on observe le comportement de pas mal de gens, chez nous, en Haïti, on a tendance à dire qu'il s'agit d'un manque d'éducation. Je vous en cite quelques uns à titre démonstratifs :

1.- La désinvolture avec laquelle un conducteur baisse la vitre de sa voiture climatisée pour balancer un pot vide de « tampico » - jus de fruit vendu dans une petite bouteille en plastique recyclable-
2.- l'attitude de l'élève en uniforme qui jette en pleine rue le sachet d'eau qu'il vient juste de vider pour étancher sa soif,
3.- la marchande qui se baisse sans se soucier des regards pour vider sa vessie sur le trottoir,
4.- et enfin, la petite domestique "restavek" qui vient de créer son lot de fatras de plus sur la chaussée.
On est obligé de chercher et de trouver ce trait d'union qui soit si fort pour réunir des classes sociales si différentes à avoir un comportement aussi aberrant.
Je me pose la question, s’agit-il d’un problème d'éducation?
Ailleurs, chacun d'eux, sous d’autres latitudes, saura vite se comporter autrement, en tout cas, publiquement.
Quelque soit la couche dont il serait issu, aucun haïtien ne va se permettre cette liberté d'action dans les rues du pays de l'oncle Sam.
Serait ce pourquoi certains d'entre eux, frustrées de ne pas pouvoir donner libre court à leur spontanéité à patauger dans la malpropreté publique, négligent autant la propreté de leur logement?
Je voudrais particulièrement ici considérer le cas d'individus ayant bouclé leur cycle d'études au moins au niveau "high school".
Ils sont soumis à un environnement scolaire propre, tout est propre en dehors de chez eux.
Ils sont régulièrement à jour du point de vue technologique, les premiers à se procurer le dernier Iphone, l’Ipad et l’écran pal géant
Alors, ou se trouve notre problème? J'ai ma petite idée, mais je ne détiens pas le monopole de la vérité.
Et vous, continuez vous à croire qu'il s'agit de manque d'éducation?
Le débat est ouvert, faites valoir vos points de vue.
Carlie
sources: AFHES
http://www.afhes.org/



Une soirée de gala par les pompiers de Bouvines pour les enfants d'Haïti

Janvier 2010. Un très violent tremblement de terre ravage Haïti. ...
Des bâtiments s'effondrent par milliers, les secours affluent et, parmi les équipes envoyées sur place, un groupe de pompiers du Nord s'installe à Port-au-Prince. « On est restés quinze jours, explique le lieutenant Patrick Boulen, de la caserne Lille-Bouvines, on a installé un hôpital de campagne, fait du secours à personnes, assisté les orphelins.
http://memorix.sdv.fr/0/default/empty.gif
 » Des gamins grièvement blessés retrouvés dans les décombres, souffrant de fractures ouvertes, nécessitant parfois des amputations. « Ça nous a hyper marqué, on a secouru des enfants de 8 ans déshydratés, affamés, abandonnés. »De retour en France, les pompiers nordistes ne veulent pas s'arrêter là : « On s'est dit qu'il fallait continuer à aider les orphelins.
 » Ainsi naît l'association Haïchtis, qui organise cet après-midi et ce soir un gala en faveur des enfants haïtiens, à Villeneuve-d'Ascq.
Au programme : une exposition de toiles haïtiennes et de photos et, en soirée, un concert swing par les Dispos de Chéreng (dont est membre Patrick Boulen), puis la pièce de théâtre Love Letter. L'argent récolté ira à « la construction d'un dispensaire au profit des enfants haïtiens ». • A. D.
Aujourd'hui de 15 h à 20 h, salle Alfred-Dequesnes, 46, rue Jean-Baptiste-Bonte à Villeneuve-d'Ascq. 6 E.

jeudi 26 avril 2012

PLAIDOYER POUR LE DROIT A LA VIE

DROITS, DEVOIRS ET INTERDITS

L’équilibre de toute société humaine repose sans doute sur une sorte de triptyque par l’enchevêtrement des droits des devoirs et des interdits. Les interdictions et les prohibitions sont toujours posées ou envisagées en sous entendu pour ne pas porter atteinte ou enlever de l’importance aux LIBERTES.
On est libre certes, mais…
Cette liberté est encadrée par des lois. Heureusement d’ailleurs. L’histoire de l’humanité regorge d’exemple de mauvaise interprétation de cette notion de liberté qui a conduit à des catastrophes horribles. Dont nous gardons malheureusement conscient ou inconsciemment des cicatrices qui ne s’effaceront sans doute jamais.
Il est vrai que l’on est souvent plus enclin à défendre ses droits ou le droit des autres que de respecter et accomplir ses devoirs.
Je n’ai jamais vu personnellement une manifestation pour vanter l’exercice de ses devoirs.
En ce qui concerne les droits, je me trouve souvent médusé devant cette hiérarchisation politiquement correcte faite et acceptée par tous.
Que Dieu vous garde de dire merde à un journaliste. Vous risquez de provoquer une guerre, un coup d’Etat ou la chute d’un gouvernement selon les latitudes ou ce « coup de tonnerre » s’est produit. Le droit est souvent vécu comme une sorte de liberté acquise. Le droit d’informer ou la liberté d’expression sont des acquis d’une valeur inestimable. Là il s’agit d’un droit inaliénable. Heureusement d’ailleurs.
J’ai l’impression que ce droit est plus fondamental que le droit à l’eau, à s’alimenter, à s’éduquer par exemple. Ou simplement le droit à la vie !
Personnellement, le rapport avec la vie est intégré parmi les critères fondamentaux dans l’approche des caractéristiques d’une société ou d’une civilisation.
Le droit à la vie est un droit incontournable. Presque divin si on veut être croyant.
Récemment j’ai suivi un documentaire sur le comportement des bandes armées et des gangs au Salvador. J’ai eu des frissons quand un des membres de ces tristement fameux gangs ont confirmé que l’on pouvait tuer quelqu’un contre cinquante dollars !
Le prix d’une vie ?
Haïti fait face actuellement à un début de crise. Oui, il y a de la place pour une nouvelle crise en Haïti. Cette fois-ci elle met en vedette les membres de la Police Nationale d’Haïti et en quelque sorte le pouvoir Législatif. Cette crise a pris naissance en effet après l’assassinat par balles d’un agent de la Police.
La victime aurait été abattue quelques heures après une altercation entre le policier en service et un député de l’actuelle législature. Le policier aurait auparavant mis en détention à un des membres du corps de sécurité du député. Celui-ci pour faire asseoir son autorité de parlementaire jouissant de l’immunité, aurait proféré des menaces contre le policier qui sera abattu quelques heures plus tard.
Bien entendu, l’entourage du policier assassiné accuse le député et ses proches. La justice s’est saisie du cas et les choses semblent se dérouler normalement.
Lors de l’agression perpétrée contre l’agent de la police, celui-ci aurait riposté et tiré sur un des agresseurs atteint mortellement. Celui-ci aurait été pris en charge dans une clinique privé ou il aurait rendu l’âme. Selon les rumeurs qui circulent dans les rues, l’agresseur décédé ferait partie du personnel de sécurité du député en question. Je dis bien les rumeurs et que l’on note bien l’emploi du conditionnel dans le texte. Les rumeurs vont encore plus loin en laissant croire que le député aurait offert de l’argent à la famille de l’agresseur tuer pour un enterrement rapide.
Fort heureusement le commissaire du gouvernement en charge du dossier aurait eu vent de la situation et aurait récupéré de justesse le cadavre.
Les choses de chez nous ne se font pas comme ailleurs. Il faut y ajouter toujours un zeste de surnaturel, une pincée de fantaisie et un brin de l’imaginaire coloré et pittoresque de notre société.
Toujours est-il que les Policiers pour répudier et protester contre le crime perpétré contre leur collègue ont appelé à un mouvement de grève. La Police Nationale d’Haïti, le corps qui se trouve au premier plan dans la hiérarchie des forces de l’ordre, va en grève !
Ce matin là, la circulation automobile se fait dans un contexte très difficile car des barricades de pneus enflammées sont érigées paralysant le transit des véhicules.
La riposte des parlementaires ne se fait pas attendre. La direction générale de la Police Nationale est rudement critiquée. Certains vont jusqu’à demander la tête de Mario Andrésol, son directeur général.
Les jours à venir s’assombrissent davantage. Car il n’est pas dit que la situation trouve une issue favorable dans le plus bref délai.
Dans tout ça, un homme a été dépouillé de son droit de vivre. Peu importe la raison c’est définitivement trop facile !
Dernièrement un jeune étudiant a été abattu par balles. L’agresseur détenu et confronté aux parents du jeune homme a simplement présenté des excuses en disant qu’il s’était trompé en visant et qu’il avait voulu tirer sur quelqu’un d’autre.
Trop facile ! Quelle que soit la raison c’est définitivement trop facile !
Ces parents qui avaient tout misé sur leur enfant ne sauraient accepter cette excuse à bon marché.
Pendant se temps il faut se rappeler que toute l’attention de la chambre des députés est détournée vers un moment crucial dans la procédure de ratification du premier ministre désigné. Le dossier de ce député avec un soupçon d’implication dans l’assassinat du policier sera évoqué sans aucun doute. Des compromis pourront même être demandés contre un vote favorable. Dans ce cas quelle sera l’attitude des policiers ?
Et finalement on se rappellera que le président Martelly est encore convalescent à Miami, qu’un gouvernement démissionnaire gère les affaires courantes, que 6.000 hommes armées défilent dans les rues de la capitale et des grandes villes de province, que la saison des pluies fait déjà des dégâts, que les cas de choléra augmentent, que des milliers de familles vivent sous des tentes…
Il faudra une baguette magique pour démêler tout ça.
En attendant, il est facile de commencer à éduquer les gens autour de l’importance et du droit à la vie.
Un plaidoyer pour la vie reste un combat juste et universel.
Ce ne sera pas une voix qui clame dans le désert. C’est une voix qui peut sérieusement toucher les âmes arides et faire bourgeonner l’espoir et la vie !
Bonne journée à tous.
DL pour AFHES
http://www.afhes.org/



L'Italien Nanni Moretti présidera le jury, qui compte quatre acteurs, quatre réalisateurs... et un couturier cinéphile.
La direction du Festival de Cannes a mis fin aux rumeurs mercredi soir en dévoilant la constitution complète du jury qui siégera autour du réalisateur italien Nanni Moretti pour attribuer la Palme d'or le 27 mai. La liste, déjà largement éventée par les indiscrétions, comprend huit jurés autour de leur président, dont quatre actrices et acteurs, autant de réalisateurs et le couturier Jean Paul Gaultier, la seule recrue extérieure au monde du cinéma mais cinéphile avéré.
Voici la liste des personnalités qui siégeront à partir du 16 mai sur la Croisette pour départager les 22 films en lice pour les sept prix de Cannes :
Jean Paul Gaultier : le couturier, promoteur de la marinière, a maintes fois exprimé le voeu de siéger un jour à Cannes et s'est souvent trouvé associé à l'univers du cinéma comme créateur de costumes pour Pedro Almodóvar, pour Jeunet et Caro (La cité des enfants perdus) ou Luc Besson (Le cinquième élément).
Hiam Abbass : actrice, réalisatrice palestinienne née en Galilée (La fiancée syrienne, Miral, Free Zone d'Amos Gitaï - en compétition à Cannes en 2005 - ou La porte du soleil de Yousry Nasrallah, en sélection officielle à Cannes en 2004).
Andrea Arnold : réalisatrice et scénariste britannique, Oscar du meilleur court-métrage en 2004, en compétition à Cannes dès son premier long (Red Road, 2006, Prix du Jury) et de nouveau Prix du jury pour Fish Tank en 2009.
Emmanuelle Devos : actrice française en sélection cannoise dès 1996 avec Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle) d'Arnaud Desplechin, consacrée en 2001 avec Sur mes lèvres de Jacques Audiard, qui lui offre le César de la meilleure actrice.
Diane Kruger : actrice allemande qui mène une carrière internationale depuis Troie (2004), en sélection à Cannes en 2005 pour Joyeux Noël de Christian Carion (également nommé à l'Oscar du meilleur film étranger). Actuellement à l'affiche des Adieux à la reine de Benoît Jacquot.
Ewan McGregor : acteur britannique de stature internationale à travers Trainspotting de Danny Boyle (en compétition à Cannes 1996), les Star Wars de George Lucas (2002-2005), ou Moulin Rouge de Baz Luhrmann qui ouvre le Festival en 2001. Il a tourné depuis avec Woody Allen, Roman Polanski (The Ghost Writer, 2010).
Alexander Payne : réalisateur, scénariste et producteur américain sélectionné à Cannes en 2002 (Monsieur Schmidt), deux fois oscarisé, pour Sideways en 2004 et cette année pour The Descendants, avec George Clooney.
Raoul Peck : réalisateur, scénariste, producteur haïtien élevé au Congo, en France, en Allemagne et auxÉtats-Unis et ancien ministre de la Culture en Haïti, il est venu en compétition à Cannes pour L'homme sur les quais (1993) et Lumumba, (Quinzaine des réalisateurs, 2000).
Raoul Peck, né en Haïti, quitte le pays en 1961 pour le Congo car ses parents ont voulu foir la dictature desDuvalier. Après son diplôme d'ingénieur obtenu à l'Université de Berlin, il devient journaliste et photographe. Après plusieurs courts métrages, il entre à l'Académie du film et de la télévision de Berlin où il fait son premier long métrage : Haitian Corner. Il enchaîne avec un documentaire sur Patrice Lumumba, qui sera le sujet d'une fiction intitulé Lumumba réalisé en 2000. En 1994, il évoque la dictature sous les Duvalier dans L' Homme sur les quais. Professeur à l'Université de New York de 1994 à 1995, il devient ministre de la culture de la République d'Haïti jusqu'en 1997. En mai 2000, Raoul Peck est nommé par Catherine Tasca président de la Commission d'aides sélectives aux pays en voie de développement (Fonds sud).
http://www.lepoint.fr/culture/cannes-2012-le-jury-26-04-2012-1455521_3.php

Rencontre avec Rachelle Jeanty une ambassadrice du gospel


Samedi soir, les voûtes de l'église Sainte-Marguerite résonnaient d'un style de chants évangéliques ... inhabituels : le gospel. Sous les efforts conjoints de Maxime Dufossé, ami de la chanteuse, et de Michel Lembré, président du comité des fêtes, la chanteuse professionnelle a accepté le déplacement de Berlin pour dédier ce concert au public de la région.
Une vie parsemée d'expériences
Peu avant la représentation, nous avons fait la connaissance de Rachelle Jeanty : originaire d'une famille haïtienne, née à New-York, élevée à Montréal, elle réside actuellement à Berlin après avoir transité par Paris. « À l'âge de 3 ans, j'occupais déjà la scène pour la danse en compagnie de jeunes Haïtiens qui voulaient retrouver leur racine, et qui avaient contacté mon père, grand chorégraphe à l'époque », commente l'artiste. Le chant est devenu plus précis dans son adolescence, en pratiquant le chant choral. « Mon parcours professionnel a vraiment débuté en tant que choriste avec différents artistes tels que Céline Dion pendant 2 ans, Véronique Sanson, Johnny Halliday, Eddy Mitchell, Robert Charlebois.
Progressivement, ma vie se voit partagée de deux parcours, celui de choriste et en parallèle une production en solo avec des compositions francophones.
Après de nombreuses interprétations françaises, le jazz, qui appartient à ma première passion, est revenu me chercher, le lien est profond. » Connue et reconnue des experts du jazz, elle se distingue au Montréal Jazz festival et participe aux Francofolies de Montréal.

Le concert
Le concert de ce soir est plus un assemblage de gospel, de soul music, et de quelques morceaux pop à vocation spirituelle. Rachelle s'adresse au public à travers des compositions philosophiques, marquées de son parcours spirituel. Quelques arrangements personnels des chansons de John Lennon et de Stevie Wonder élargissent agréablement le répertoire. Les variations vocales sont aisées, la voix sensuelle est de velours. Le concert est riche en talent et en émotions.
À la question des ateliers de chants qui sont organisés dans le cadre de la tournée, Rachelle précise que chanter tous ensemble et partager la joie sont les empreintes de la tradition gospel. C'est aussi une initiation aux bases d'accompagnement d'une chanteuse professionnelle, une expérience qu'elle se promet de partager lors d'un prochain retour, la séance programmée dimanche ayant dû être annulée pour des raisons extérieures. • CHRISTIAN QUÉVA (CLP)
Contact : Organisateur concert France, Tél : 06 11 60 42 69.
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Bethune/actualite/Autour_de_Bethune/Bas_Pays/2012/04/26/article_rencontre-avec-rachelle-jeanty-une-ambas.shtml#Séquence_1

SEAN PENN RECOIT UN PRIX POUR SON ENGAGEMENT EN FAVEUR D’HAITI

Sean Penn reçoit un prix pour son engagement en faveur d'Haïti - Publié le 26/04/2012 à 10:23
L'acteur en a profité pour lancer un nouvel appel à la mobilisation en faveur du pays le plus pauvre des Amériques, pour lequel il se mobilise au sein de l'organisation J/P Haitian Relief Organization qu'il a fondé.
L'acteur américain Sean Penn a reçu mercredi un prix récompensant son engagement humanitaire en faveur d'Haïti, à l'occasion du Sommet mondial des Lauréats du Prix Nobel de la Paix qui se tient à Chicago.
L'acteur en a profité pour lancer un nouvel appel à la mobilisation en faveur du pays le plus pauvre des Amériques, pour lequel il se mobilise au sein de l'organisation J/P Haitian Relief Organization qu'il a fondé.
"Il faudrait un lauréat de poésie pour décrire le courage et la dignité du peuple haïtien", a affirmé Sean Penn, après avoir accepté le prix lors de ce 12e Sommet mondial.
"Aucun peuple sur terre ne souhaite autant que (celui d'Haïti) s'en sortir seul", a-t-il dit. "Mais, comme disait Martin Luther King, on peut dire à un homme de se débrouiller seul, mais on ne peut pas lui dire de le faire sans bottes".
Plus de deux ans après le séisme qui avait ravagé Haïti en janvier 2010, plus de 500.000 Haïtiens vivent encore dans des camps de déplacés.
"Jetez un coup d'oeil (au camp) Cité Soleil, où 240.000 Haïtiens --hommes, femmes et enfants-- dorment à chaque moindre pluie dans une eau noire faite d'eaux usées, de toxines et de déchets", a lancé l'acteur. "Où les viols et les agressions par arme à feu sont quotidiens".
Près de 150 personnes ont été tuées, le plus souvent par balles, en Haïti depuis le début de l'année, a comptabilisé à la mi-mars le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). L'organisation de défense des droits de l'homme se disait alors "préoccupée par les actes d'insécurité et de criminalité" dans le pays.
http://www.lepoint.fr/ces-gens-la/sean-penn-recoit-un-prix-pour-son-engagement-en-faveur-d-haiti-26-04-2012-1455358_264.php

Haïti : les pluies font 9 morts

Neuf personnes ont été tuées dans différentes régions d'Haïti frappées ces derniers jours par de fortes pluies qui ont entraîné des inondations et des éboulements alors que les autorités ont décrété hier l'alerte orange, a annoncé la Protection civile. Deux personnes sont mortes dans les environs de Port-au-Prince dans l'effondrement d'une maison. "Sept victimes ont été dénombrées dans trois autres départements. Elles ont été emportées par des rivières en crue", a indiqué Edgard Célestin, responsable de communication au bureau de la Protection civile d'Haïti.
"Nous avons décrété l'alerte orange sur l'ensemble du pays en raison des fortes pluies prévues et des risques d'inondations et de glissements de terrain que les averses peuvent provoquer", a déclaré Ronald Semelfort du centre de météorologie. Dans plusieurs quartiers de la capitale haïtienne, des maisons sont inondées, tandis que certaines rues sont impraticables.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/04/26/97001-20120426FILWWW00364-haitipluies-9-morts.php

L’ECRIVAIN LYONEL TROUILLOT RECOMPENSE AU SALON DU LIVRE DE GENEVE

L'écrivain haïtien Lyonel Trouillot récompensé au Salon du livre de Genève
L'écrivain haïtien Lyonel Trouillot a obtenu le prix du Salon du livre de Genève pour son roman "La belle amour humaine", ont annoncé mercredi les organisateurs de l'événement.
Le prix est attribué par un jury présidé par lécrivain Metin Arditi et composé de Laure Adler, Paule Constant, Anne Cuneo, Isabelle Falconnier (présidente du Salon du livre) et Amin Maalouf.
Le roman "La belle amour humaine" est paru en août 2011 aux éditions Actes Sud.
Il la emporté sur les deux autres titres qui figuraient sur la sélection du prix, "Evasion à perpétuité" de Thierry Luterbacher (éditions Bernard Campiche) et "La lanterne dAristote", de Thierry Laget (éditions Gallimard).
Le prix du Salon de Genève entend récompenser un roman écrit en langue française, paru entre février de lannée précédente et février de lannée en cours, et porteur de "l'esprit de Genève", soit "l'affirmation de la force de la liberté dexpression, de l'humanisme, du cosmopolitisme et du débat didées", selon ses créateurs.
"La belle amour humaine" suit avec jubilation et mélancolie une jeune fille occidentale, Anaïse, qui cherche en Haïti les traces de son père disparu.
"Le roman de Lyonel Trouillot est un livre lumineux", a déclaré le président du jury, Metin Arditi. "Il aborde de façon magnifique et forte la question du bien et du mal, celle de notre rapport à l'autre, et pour finir, celle de notre rapport à nous-même. Ce texte a été pour moi l'occasion d'une lecture inoubliable."
Lyonel Trouillot est né en 1956 à Port-au-Prince où il réside. Ce romancier, journaliste, professeur et poète d'expression créole autant que française est édité en France depuis 1998 par les éditions Actes Sud.
Très engagé dans le développement culturel de son pays, il a contribué à la création des revues Langaj et Lire Haïti et du Collectif de la revue Cahiers du vendredi. Il copréside, avec Dany Laferrière, lassociation "Etonnants-Voyageurs Haïti".
Le lauréat de la première édition de ce nouveau venu sur la scène des prix francophones a été dévoilé lors du premier jour du Salon du livre de Genève, qui se tient juqu'au dimanche 29 avril.
L'édition 2012 du Salon du Livre de Genève propose un programme riche, avec notamment l'exposition "Gustave Courbet sur les sentiers de lexil".
Le Salon accueille le Maroc comme hôte d'honneur. Il propose aussi un "Salon africain", avec la participation notamment de Maxime Aka, Serge Amisi et El Hadji Cissé. Le journaliste de l'AFP et de Radio France Internationale Serge Daniel,auteur de "Aqmi, lindustrie de lenlèvement", participera dimanche au débat "Faut-il tuer les dictateurs ?"
http://www.rtl.be/loisirs/livresbd/news/736935/l-ecrivain-haitien-lyonel-trouillot-recompense-au-salon-du-livre-de-geneve

SELON EVANS PAUL LAURENT LAMOTHE EST INELIGIBLE

 Le responsable de la KID, membre de la plateforme Alternative appelle les députés à assumer leurs responsabilités lors de la séance de ratification du choix du premier ministre désigné. « Laurent Lamothe n’est pas éligible », déclare Evans Paul. « Je ne vois pas comment monsieur Lamothe parviendra-t-il à honorer les promesses qu’il a faites aux parlementaires qui l’ont ratifié. Car, le vote du budget par la Chambre basse a précédé la ratification par le Sénat du candidat à la Primature », insiste l’ancien maire de Port-au-Prince.
Depuis le 24 février dernier, date de la démission de Gary Conille, le pays attend un nouveau chef de gouvernement. Le premier ministre désigné, Laurent Lamothe, qui a déjà franchi l’étape du Sénat de la République attend, pour le moment, le verdict de la chambre basse. Pour la plateforme Alternative, il est clair : « le chancelier Haïtien est inéligible ». Evans Paul invite en ce sens, « les députés à assumer leurs responsabilités, le jour du vote ».
Le responsable de la Convention Inité Démocratique dénonce l’attitude individualiste de certains parlementaires qui privilégient leurs propres intérêts au détriment de ceux de leurs formations politiques et du pays. Evans Paul en veut pour preuve le vote massif accordé à Laurent Lamothe particulièrement les sénateurs particulièrement ceux qui sont en fin de mandat.
Evans Paul affirme ne voir pas par quel moyen le premier ministre désigné parviendra à respecter les engagements pris vis-à-vis des parlementaires ayant voté en sa faveur. Il rappelle que le budget pour l’exercice en cours a déjà été voté la chambre des députés. M. Paul Parle même de manipulation et d’improvisation qui, selon lui, pourraient plonger le pays dans le chaos.
Laurent Lamothe est perçu par plusieurs secteurs comme étant le sauveur. Ils ont, d’ailleurs, lancé des appels aux parlementaires leur demandant de ratifier, le plus rapidement possible, le choix du chancelier haïtien comme premier ministre. Mensonge », rétorque Evans Paul.
Le premier ministre désigné n’a pas rencontré officiellement les responsables de l’Alternative dans le cadre des discussions visant la ratification de son choix « Indique M. Paul. Il pense que l’aspirant premier ministre a rencontré certains parlementaires et dirigeants de partis membres de la Plateforme. Une mauvaise pratique », s’indigne le dirigeant politique.
http://radiovision2000haiti.net/home/?p=14847&cpage=1#comment-41819
------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA MISSION HAITI DE RETOUR

La mission Haïti de retour
Le vendredi 27 avril à 20h30, Salle Abbé Camiade, aura lieu la Soirée pour Haïti au cours de laquelle des témoignages, échanges, rencontres seront à l'honneur avec la participation des intervenants de la mission humanitaire à Pilate. Une projection de photos illustrant la mission est prévue.
Les objectifs de cette dernière mission étaient les suivants:
- Assurer une action chirurgicale durant 15 jours.
- Prévoir la réhabilitation de l'adduction d'eau potable de l'hôpital (1 mois).
- Approfondir des échanges entre le collège de Pilate et celui de Saint-Martin-de-Seignanx (classes de 6ème et de 5ème).
- Participants: une équipe médico-chirurgicale associant Cécile Devrière infirmière bloc, Pierrette Caussade anesthésiste, Michel Dombriz chirurgien et une équipe technique pour l'adduction d'eau avec François Xavier Ramade secondé par du personnel local.
Concernant la mission médico chirurgicale, les conditions locales, malgré le choléra ont rendue possible la prise en charge de 73 malades dont 3 urgences vitales et 3 césariennes. Un important travail a débuté avec un gynéco obstétricien qui va permettre d'assurer une permanence obstétrico chirurgicale à l'hôpital. Le bilan s'avère très positif et encourage sœur Louisa à autoriser de nouvelles missions. La fréquentation des malades témoigne d'une importante demande qui nécessite la poursuite de cette aide. La quote-part pour la prise en charge des opérés a été de 3840 euros auxquels s'ajoute un don supplémentaire de 1680 euros fait à l'hôpital pour l'achat de lait et le soutien des indigentes opérées par le gynécologue durant 3 mois.
Les travaux d'adduction d'eau initiés depuis plusieurs années d'un coût de 7130 euros sont une véritable réussite.
François Xavier Ramade, sera présent vendredi soir pour détailler l'ensemble des travaux réalisé.
Le rapprochement des collèges de Saint-Martin-de-Seignanx et de Pilate est maintenant opérationnel grâce notamment au collectif "eyde ayiti". Depuis un an les échanges existent et un lien se confirme entre les élèves des deux établissements (courrier, étude des modes de vie, étude historique).
Une grande soirée en perspective. (Claude Paucton)
http://seignanx.blogs.sudouest.fr/archive/2012/04/25/la-mission-haiti-de-retour.html

MOBILISATION INSTITUTIONNELLE EN PREPARATION DE LA SAISON CYCLONIQUE 2012

Haïti- Protection civile : Mobilisation institutionnelle en préparation à la saison cyclonique 2012 P-au-P, 25 avril 2012 [AlterPresse] --- Le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha) en Haïti a organisé un atelier de travail, le mardi 24 avril 2012 à Port-au-Prince,avec les différents acteurs qui interviennent dans le secteur de la protection civile, pour des discussions autour du plan de contingence cyclonique 2012.
« Le but de cet atelier est de vulgariser les mécanismes de coordination entre le gouvernement et la communauté internationale, afin de faire un état des activités cycloniques qui commencent le 1er juin prochain », fait savoir le coordonnateur de la protection civile, Roosevelt Compère.
Le plan de contingence devrait être totalement achevé en mai, projettent différentes institutions.
« Un plan de contingence national et départemental sera disponible dans les prochains jours. Ce plan vise à garantir une réponse efficace à la saison cyclonique 2012 et faciliter une mise en commun des ressources disponibles, pour favoriser l’implication des acteurs dans ce processus », précise Compère.
Pour répondre à d’éventuelles catastrophes, le secrétariat permanent de la gestion des risques et des désastres (Spgrd) se transformera en centre d’opération d’urgence, lequel travaillera en étroite collaboration avec Ocha et avec la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) sur les questions logistiques.
Quatre (4) groupes de travail sont déjà formés pour la préparation de la saison cyclonique, qui s’étendra du 1er juin au 30 novembre 2012.
L’un de ces groupes travaillera sur les exercices de simulation avec la population afin d’indiquer les méthodes de prévention en cas de catastrophes dans le pays.
Un premier exercice a déjà été initié dans l’aire métropolitaine de la capitale, avec des écolières et écoliers. D’autres exercices sont prévus dans les départements du Nord et du Nord-Ouest.
Les exercices toucheront principalement le milieu scolaire.
Le système national de la gestion des risques et désastres entend renforcer les activités de sensibilisation sur le territoire national à travers cinq grands axes.
Parmi les axes identifies, la communication sera prioritaire dans la coordination, de même que dans l’efficacité de prévention, soulignent les responsables de protection civile.
Plusieurs mécanismes sont envisagés en vue de sensibiliser la population sur les risques et désastres, dont un concours de reportages sur les risques majeurs, lequel sera lancé à l’échelle nationale le 16 mai 2012.
La protection civile organisera également un forum avec les responsables et associations de médias du 1er au 15 juin 2012, tandis qu’une émission audiovisuelle sur les risques majeurs est en cours de réalisation.
Le 13 octobre 2012, la deuxième édition de la course de la protection civile sera lancée dans le Nord, plus particulièrement au Cap-Haïtien pour alerter la population sur les éventuels risques susceptibles d’affecter ce département.
A côté de ces actions, « il est nécessaire de mener des travaux de mitigation afin de réduire les risques face à des désastres, car les risques, on ne peut pas les éliminer, mais on peut quand même les réduire », reconnait la chargée d’affaires de l’Ocha, Claudine Joseph.
Avec l’appui de l’Organisation mondiale de la santé (Oms), 19 sites d’évacuation de personnes (en cas de désastres) ont été réhabilités et neuf autres ont été construits en 2011.
Cependant, ces espaces restent limités par rapport à la vulnérabilité de certaines zones du pays face aux catastrophes naturelles, signale Ocha. [jep kft rc apr 25/04/2012 10:49]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12757

LES AUTORITES VONT DEDOMMAGER LES VETERANS

Haïti: les autorités vont dédommager les vétérans PORT-AU-PRINCE, Haïti – Le gouvernement haïtien a commencé à enregistrer, mercredi, des centaines de vétérans de l’armée démantelée en 1995 afin qu’ils puissent recevoir leurs arriérés de salaire ou leur pension de retraite.
Les anciens soldats ont fait la file devant l’ancienne académie militaire de Port-au-Prince pour obtenir leur paiement. Les vétérans recevront un chèque allant de 1625 $ US à 1750 $ US, établi en fonction de leurs années de service et de leur rang.
La mesure vise à apaiser les anciens soldats, qui affirment depuis des années que le gouvernement leur doit 15 millions $US en salaires et en pensions.
L’armée haïtienne a été abolie en 1995 à cause des violations des droits de la personne dont elle s’est rendue coupable.
Une bande hétéroclite d’anciens soldats et de jeunes recrues réclame depuis plusieurs mois le rétablissement de l’armée haïtienne. Les leaders du groupe, qui veulent être nommés à la tête d’une force intérimaire en attendant la remise sur pied officielle de l’armée, ont condamné l’enregistrement des vétérans mercredi.
http://journalmetro.com/monde/62605/haiti-les-autorites-vont-dedommager-les-veterans/

QUAND LA PLUIE MET TABARRE EN COLERE

Haïti-Intempéries : Quand la pluie met Tabarre en colère
par Edner Fils Décime
P-au-P, 25 avril 2012 [AlterPresse] --- Les pluies qui se sont abattues sur la commune de Tabarre dans la soirée du 24 avril ont attisé la colère des résidents, qui ont totalement paralysé la circulation dans la zone de Tabarre 27 le 25 avril jusque vers dix heures du matin.
L’intervention de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation dHaiti (Minustah) et de la Police Nationale avec la complicité de la pluie a calmé ce mouvement de protestation.
Il n’est pas loin de 7 heures du matin. L’embouteillage habituel sur l’axe Carrefour Marassa / Carrefour Fleuriot n’est pas remarqué. Une fumée noire monte au niveau de la rue de l’Eglise. Deux chars de la Minustah sont perçus de loin, immobiles. Qu’est-ce qui se passe ? Les habitants de Tabarre 27 sont en colère.
De très tôt, les riverains ont érigé des barricades, encensé l’atmosphère de l’odeur âcre du caoutchouc, jonché la rue de grosses pierres, pour attirer l’attention des autorités compétentes sur les inondations des maisons de la zone après la forte pluie qui a jeté sa furie sur cette commune.
Des deux côtés de la rue, hommes, femmes et enfants, curieux, passants font la grogne, fustigent les autorités municipales et pointent du doigt l’ambassade des Etats-Unis, la base de la Minustah, les entreprises commerciales ayant construit sur les terres cultivables près du Parc historique de la canne à sucre, comme les responsables directes de leur malheur.
Aucun véhicule à moteur n’a le droit de franchir les barricades. Les motocyclistes tentant de se frayer un chemin entre les pierres et parpaings concassés reçoivent en échange une bonne décharge de pierres.
« Malfrats, vous ne pensez qu’à faire de l’argent au lieu de vous solidariser avec nous qui subissons la colère des eaux », leur lance une vieille dame en chemise de nuit et les pieds décorés de boue.
Les taxis motos ont quand même fait leur beurre en fixant la traversée de la nappe d’eau de Carrefour Fleuriot à 10 gourdes. « La bonne aubaine ! » dit l’un d’eux en se léchant la bouche.
Après des minutes d’hésitations deux chars de la Minustah décident de traverser les barricades. Un salve de jets de pierres les accueille. Aucune réaction des casques bleus. Quelques holà de la population calme les jeunes.
Plus tard, un camion du contingent brésilien sera obligé de rebrousser chemin. « Depuis onze ans, nous vivons cette situation. On fait des simulacres de résolution du problème. Nous n’en pouvons plus. Nous avons décidé de bloquer la route », explique Gorguette Siselair, coordonnateur du Groupement national pour le développement social (Gronds), bottes en caoutchouc aux pieds, sac au dos, les mains noircis par les flammes des barricades.
En effet, plusieurs familles sont obligées de se réfugier sur le toit de leur maison en aménageant un abri de fortune car les eaux ont envahi leur demeure. L’eau arrive jusqu’à la hauteur de 5 rangées d’un mur de 9 rangées de parpaings.
Là dans la maison de Fritzler Prophète, lits, réfrigérateur, chaises, flottent sur les eaux qui ont délogé les résidents.
« Depuis onze heures du soir nous sommes debout. Un bébé de dix mois n’a survécu que par miracle. Cette fois-ci je ne peux utiliser la pompe à essence pour évacuer l’eau », explique Prophète entre deux coups de rhum pour « avoir le courage de mener les revendications de la population jusqu’au bout », dit-il.
Un convoi de soldats brésiliens accompagnant deux camions de combustibles arrivent. Leur vue mettent les nerfs de la population à fleur de peau.
Un "dread" lance « Nous sommes décidés à mourir sous les balles des colons au lieu de débarrasser la route, car c’est nous, nos femmes et nos enfants qui sont sous les eaux depuis 1h du matin », pendant qu’un jeune, pieds nus, en sous-vêtements, approvisionne les barricades en caoutchouc.
Un soldat brésilien s’enquiert des revendications des riverains et négocie son passage avec Siselair Gorguette du Gronds.
Un camion bondé des agents de l’Unité départementale du Maintien de l’ordre (Udmo) arrive et commence à faire le ménage sur Tabarre 27. Quitte à saisir un riverain au collet et l’obliger à entrer dans l’opération. La Minustah s’y est mise aussi.
Peu de temps après, Le maire adjoint de Tabarre, Bernard Chassagne, se présente sur les lieux, mais il est chahuté par les riverains.
« Depuis 2003, la population subit cette situation. Nous avons entrepris plusieurs démarches auprès des ministères concernés pour la résoudre. J’ai été moi-même sur les lieux pour expliquer où on peut détourner le cours de l’eau vers la rivière grise. Les riverains de cette zone m’ont dit que je veux aider les bourgeois de Tabarre 27 à leur détriment », déplore le maire-adjoint.
La pluie recommence à tomber, les riverains ne peuvent pas rentrer chez eux. Ils sont massés près de la rue, tristes, laissés à eux-mêmes. La circulation reprend, et les eaux noires (à cause des pneus enflammés) coulent lentement vers Fleuriot avec les revendications des riverains. [efd apr 25/04/2012 18:30]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12758

MICHEL MARTELLY A-T-IL LA CAPACITE DE DIRIGER LE PAYS

Haïti/Gouvernance : Michel Martelly, a-t-il la capacité de diriger le pays ? Le leader de la Konvansyon Inite Demokratik, a indiqué ce mercredi que « beaucoup d’observateurs se questionnaient sur la capacité du président Michel Martelly à diriger le pays, en raison de son laxisme par rapport à certains dossiers ».
Evans Paul estime que « les crises actuelles sont le résultat de l’ignorance totale du chef de l’Etat dans la politique ».
De l’avis du dirigeant de l’Alternative, « la gouvernance actuelle du pays n’a rien à voir avec la démocratie. Il croit que le pays fait face à une sorte d’autocratie où les plus proches collaborateurs du chef de l’Etat n’osent lui prodiguer aucun conseil ».
Contrairement à ce qui dit Evans Paul, « le gouvernement démissionnaire n’est pas dysfonctionnel pendant l’absence du président Michel Martelly ». C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre ce mercredi le ministre de l’économie et des Finances.
« D’ailleurs, presque tous les ministères sont à pied d’œuvre », soutient André Lemercier Georges.
« Aujourd’hui, le gouvernement est en bonne santé », insiste le grand argentier de la République.
Dans la foulée la commission santé du Sénat sollicite du président de l’Assemblée nationale la formation d’une commission bicamérale spéciale qui devra rendre visite au président de la République, Michel Martelly, en convalescence, en Floride, aux Etats-Unis d’Amérique.
Cette commission a en ce sens adressé, ce mercredi, une correspondance au sénateur Dieusseul Simon Desra, laquelle correspondance dont la teneur a été communiquée à la presse par le président de ladite commission, le sénateur Wetsner Polycarpe.
Elle (la commission) devra aussi « s’informer de la durée approximative de l’incapacité temporaire du chef de l’Etat à diriger le pays», a indiqué le sénateur Wetsner Polycarpe.
http://radiovision2000haiti.net/home/?p=14866

Licia Chery invite Irma dans son clip "Please"

Licia Chery est la nouvelle recrue du label My Major Company. La chanteuse d'origine haïtienne débarquera le 11 juin dans les bacs avec un premier album intitulé "Blue Your Mind". Comme première mise en bouche, l'artiste présente le titre "Please", dont le clip est à présent en ligne. Découvrez-le sur Pure Charts !
Bercée entre Otis Redding et Norah Jones, la chanteuse Licia Chery a conquis le cœur de 987 producteurs. Inscrite sur le site de My Major Company, l'artiste d'origine haïtienne a récolté les 100.000 euros requis pour voir son premier album sortir dans les bacs. Sa jauge remplie, l'artiste a pu passer aux choses sérieuses en collaborant avec les réalisateurs Xavier Plèche et Alban Sautour, dont le travail lui permet d'annoncer fièrement la parution de l'album "Blue Your Mind" le 11 juin. Et pour présenter son univers au public, Licia Chery a choisi le titre "Please" en qualité de premier single. Un clip a été réalisé, et déjà mis en ligne.
Tourné dans les rues de la capitale, il voit notamment la participation de la nouvelle révélation de My Major Company, après Grégoire et Joyce Jonathan : la franco-camerounaise Irma, dont l'album "Letter To The Lord" et le titre "I Know" réalisent de très bons scores dans les charts depuis le début de l'année.
Plusieurs titres de Licia Chery sont déjà en écoute sur le site du label My Major Company.
Le public peut se faire une première idée de ce que sera le premier opus de l'artiste avec la chanson "You Make Me Blue", envoyée aux radios il y a quelques semaines pour présenter le personnage aux médias.
« J'ai grandi bercée entre deux manières de voir le monde. »
Licia Chery voit dans sa naissance en 1985 une prédestination pour la musique. C'est quelques jours avant la Fête de la musique qu'elle a vu le jour, en Suisse. Ses parents, eux, sont nés dans un pays tout aussi petit, mais beaucoup plus chaud, à Haïti : « J'ai grandi bercée entre deux cultures, entre deux langues, entre deux manières de voir le monde... Je possède en moi des trésors issus de la culture suisse, et d'autres, issus de la culture haïtienne», Explique-t-elle à travers la page qui lui est dédiée sur le site de son label.
Avant même d'avoir atteint l'âge de raison, Licia Chery prend goût à la musique en écoutant des airs de classique : "Für Elise" de Beethoven et "Les 4 saisons" de Vivaldi. Un début qui la conduit à découvrir différents registres. Mais c'est dans la soul d'Otis Redding qu'elle se reconnait, écoutant Donny Hathaway, Ray Charles, Aretha Franklin, Marvin Gaye, Stevie Wonder, The Supremes...
Elle affectionne aussi le Jazz avec Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Mile Davis, Louis Armstrong, Etta James, Nina Simone, et se dit séduit par le rock des Beatles, de Queen et de Janis Joplin...
Toutes ces influences ont permis à Licia Chery de construire son propre univers musical qu'elle défendra très bientôt sur scène. Elle sera notamment le 7 juin en première partie du concert de Tryo à Besançon.
Jonathan HAMARD
http://www.chartsinfrance.net/actualite/news-79377.html

mercredi 25 avril 2012

Le juge instructeur lance véritablement son enquête sur l'assassinat de Calixte Walky

Une étape importante a été franchie hier dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat du policier Calixte Walky. Le député de la 1 ere circonscription de Port-au-Prince, Rodriguez Séjour a été interrogé pendant plus de trois heures par le juge instructeur Jean Wilner Morin, en charge du dossier. A son arrivée au tribunal, le parlementaire était accompagné du président de la chambre basse, Levaillant Louis Jeune et de son avocat Carlos Hercule.
M. Louis Jeune, qui a assisté à une partie de l'audition, a fait remarquer que le parlementaire a répondu aux questions du juge instructeur même s'il jouit toujours de l'immunité. Il a assuré que le parlementaire entend se mettre à la disposition de la justice chaque fois que ce sera nécessaire.
Pour le moment le président de la chambre basse qui croit en l'innocence de son collègue n'envisage pas une éventuelle levée de l'immunité. Cette option pourra être analysée après la publication de l'ordonnance du juge instructeur.
A l'issue de l'audition le député Rodriguez n'a fait aucune déclaration aux journalistes présents devant le tribunal. Son avocat également s'est gardé de révéler le contenu de l'audition. Il a répondu aux questions du juge, a martelé M. Hercule qui n'a pas voulu indiquer si une nouvelle séance d'audition est prévue.
Cette enquête réalisée en même temps par la justice et la police judiciaire apparaît comme prioritaire en raison des accusations contre un parlementaire et la mobilisation de nombreux policiers.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20714

Hausse des actes des violences, un policier est assassiné par des bandits à moto

Un agent 2 de la police Jean Hilaire Milot a été tué hier après midi par deux bandits circulant à moto. L'incident s'est produit dans le quartier de Onaville, non loin de la résidence du policier affecté à l'Administration Pénitentiaire Nationale (APENA).
Selon les premières informations de l'enquête le policier, qui ne portait pas son uniforme, a été attaqué quelques minutes après avoir réalisé une transaction bancaire.
Le porte parole de la PNH, Gary Desrosiers, révèle que les criminels avaient poursuivi le policier qui se trouvait dans une camionnette de transport en commun.
Plus d'une dizaine de policiers ont été tués au cours des quatre premiers mois de 2012 indique le porte parole de la police qui annonce l'ouverture d'une enquête. 32 policiers avaient été tués en 2012 rapporte le porte parole de la PNH.
Trois autres personnes se trouvant dans le véhicule ont été également blessées. L'assassinat du policier Milot intervient alors que les autorités judiciaires et policières tentent de faire la lumière sur les circonstances de l'assassinat d'un autre policier Calixte Walky la semaine dernière.
Les forces de l'ordre ont tout de même réalisé plusieurs opérations qui ont permis d'empêcher une recrudescence de l'insécurité a assuré le secrétaire d'Etat à la sécurité publique Reginald Delva. Des bandits ont été appréhendés lundi dans le quartier de Thomassin lors d'une opération des forces de l'ordre.
M. Delva informe également qu'un réseau de bandits utilise des uniformes de la PNH afin de perpétrer des enlèvements. Plusieurs cas ont été enregistrés ces derniers jours.
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20713

Le CSPN adopte de nouvelles dispositions sécuritaires


Les autorités securitaires ont tenu hier une réunion spéciale du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) afin d'adopter des dispositions face à la crise provoquée par la grève des policiers. Cette séance de travail, qui a eu lieu sans le Premier Ministre démissionnaire Gary Conille, a été présidée par le ministre de la justice Pierre Michel Brunache.
Le dossier des militaires démobilisés a été également abordé, révèle le secrétaire d'Etat à la sécurité publique Reginald Delva également présent à cette réunion.
Les autorités securitaires ont convenu de solliciter l'appui des casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah) à partir de ce mardi 24 avril. La requête formulée par le chef de la police, Mario Andrésol, a été rapidement approuvée par les responsables de la mission onusienne. Plusieurs patrouilles mixtes Minustah- PNH étaient visibles dans des artères de la capitale ce matin.
M. Delva indique toutefois que la Minustah vient en appui à la Police. La démarche consiste à renforcer le dispositif sécuritaire, explique t-il.
Ce mardi le calme était revenu dans la région métropolitaine où la circulation automobile et les activités économiques avaient repris.
Par ailleurs, le secrétaire d'Etat à la sécurité publique a annoncé la nomination d'un nouvel inspecteur général en chef de la Police. M. Abner Vilmé aura la lourde tache de prendre en comptes les nombreuses revendications des policiers assure M. Delva.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20712

Le député Rodriguez Séjour s'engage à répondre aux questions de la justice


Le député Rodriguez Séjour et ses gardes du corps répondront ce mardi aux questions du juge instructeur en charge de l'enquête sur l'assassinat du policier Calixte Walky. Le président de la chambre basse, Levaillant Louis Jeune, a donné l'assurance aux officiels du gouvernement que le parlementaire, toujours protégé par l'immunité, entend aider les autorités judiciaires à faire la lumière sur le crime.
Le week end écoulé le député Séjour avait dans une lettre publique nié toute implication dans l'assassinat du policier. Il a fait valoir que l'incident lié à l'interpellation de son chauffeur avait été clos dans une ambiance empreinte de cordialité.
Entre temps le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, jean Renel Cenatus, a obtenu de nouveaux indices. Le chef du Parquet a confisqué samedi dernier le cadavre de l'un des bandits ayant perpétré le crime.
Selon les premières informations de l'enquête M. Calixte avait pu riposter et blesser mortellement un de ses agresseurs. Le chef du Parquet n'a pas voulu indiquer si le bandit tué avait un lien quelconque avec le parlementaire.
Les enquêteurs de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) œuvrent sous le contrôle du chef du Parquet dans le cadre de cette enquête.
Le secrétaire d'Etat à la sécurité publique, Reginald Delva, exhorte également les enquêteurs à trouver de nouveaux indices. Les forces de l'ordre seraient également sur la piste d'autres bandits impliqués dans le crime.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20711

Mario Andrésol ramène les policiers dans les commissariats


L'appel au calme lancé par le chef de la Police haïtienne, Mario Andrésol a été entendu par les policiers qui ont mis un terme ce mardi à leur grève. Ce matin les agents de l'ordre étaient présents à leur postes ce matin ce qui a permis une reprise des activités économiques dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.
M. Andrésol a fait valoir hier que la grève, qui est illégale peut contribuer à la destruction de l'institution policière. Tout en reconnaissant la justesse des revendications des policiers, le chef de la Police a mis l'accent sur la nécessité d'attendre les résultats de l'enquête et la décision de la justice.
Dans le même temps il a mis en garde les policiers sur la détermination de certains secteurs à utiliser ce mouvement pour déstabiliser les forces de l'ordre. Ne vous laisser pas manipuler, à martelé M. Andrésol menaçant de sanctionner les policiers ayant des comportements déviants.
Mario Andrésol, qui se remet d'une intervention chirurgicale ayant entrainé des complications, doit gérer l'une des plus graves crises de la Police Nationale.
S'il a réussi le pari de faire rentrer les policiers dans les commissariats, le directeur général de la PNH s'est également engagé à défendre ses policiers. Il a dénoncé les nombreuses libérations de bandits notoires appréhendés par les forces de l'ordre.
Il s'agit de l'une des principales revendications des policiers protestataires pour qui les bandits bénéficient d'une meilleure protection que les agents de l'ordre.
Ce problème a été porté à la connaissance des autorités qui ont annoncé des dispositions en vue de trouver des solutions. Le secrétaire d'Etat à la sécurité publique, Reginald Delva, a révélé qu'une harmonisation dans les actions de la justice et de la police était envisagée pour résoudre ce problème.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20710

La MINUSTAH prête à accompagner la PNH


La MINUSTAH se dit préoccupée par la situation de troubles qui prévaut dans le pays depuis plusieurs jours.
Tout en annonçant avoir adopté des dispositions dissuasives la force onusienne se dit également prête à répondre à toute demande du pouvoir en place pour aider la police nationale à faire régner L'ordre.
Dans une interview accordée à radio métropole la porte parole de mission onusienne en Haïti, Sylvie Van Den Wildenberg a affirmé que la MINUSTAH était prête à intervenir aux côtés de la police nationale.
D'autre part la porte parole de la mission onusienne dit espérer que les assassins du policier Walky Calixte seront arrêtés et jugés conformément à la loi.
Elle estime que la police nationale inspire beaucoup de confiance aujourd'hui, se référant aux 24 000 jeunes qui ont participé au concours d'admission organisé par l'institution policière.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20718

Haïti/Armée-Remobilisation: Le docteur Turneb Delpé prêche l’entente

Mardi 24 avril 2012 à 16:57 “La décision annoncée par le ministère de l’Intérieur d’indemniser les militaires démobilisés ne va pas résoudre le problème car il n’a pas été l’objet d’une entente”, de l’avis du responsable du PNDPH. Turneb Delpé demande à tous les secteurs de s’asseoir autour d’une table afin de dégager ce qu’il appelle ‘’une vision commune de la crise actuelle’’ qui conduirait à la conférence nationale souveraine.
Communiqué de presse, rencontres, menaces : le gouvernement a déjà usé de divers moyens pour résoudre le problème des militaires démobilisés mais, toujours est-il, que ces démarches se sont révélées infructueuses. Ces hommes, lourdement armés, continuent d’occuper des espaces publics et privés et circulent, dans des véhicules en très bon état, dans plusieurs endroits du pays. Parmi les revendications des anciens membres des Ex-FADH figurent leur indemnisation. Une revendication que le gouvernement est prêt à satisfaire. En conséquence, il demande à ces anciens militaires de se présenter à l’école Nationale de la Magistrature à Frères, Est de Port-au-Prince, afin de recevoir leur dû.
« La démarche du ministère de l’Intérieur permettrait de résoudre le problème si et seulement, elle était le fruit d’une entente avec les militaires démobilisés », estime le Docteur Delpé.
« Dans l’Etat actuel des choses, le responsable du PNDPH croit nécessaire que tous les secteurs organisés du pays s’asseyent autour d’une table afin, dit-il, de dégager « une compréhension commune » de la crise actuelle.
« Les jeunes, considérés comme l’avenir du pays, ajoute-t-il, doivent prendre part aux discussions qui devraient conduire à la -conférence Nationale Souveraine -», son cheval de bataille.
Dans un communiqué rendu public dans l’après-midi du lundi 23 avril, le ministère de l’Intérieur, des collectivités territoriales et de la défense nationale a invité les militaires démobilisés à se présenter, ce mercredi à l’école de la magistrature à frères en vue de réclamer leur indemnisation. Ils doivent être munis de leur carte d’identification militaire et d’autres documents légaux ou administratifs délivrés par les FADH permettant de vérifier leur appartenance à l’Institution.
http://radiovision2000haiti.net/home/?p=14824

Présidentielle dominicaine : le candidat de « Alianza Pais », Guillermo Moreno, sollicite la restitution à son pays de la plus haute distinction de l’Etat dominicain récemment décernée au président Martelly

Estimant le chef de l’Etat haïtien indigne d’être l’objet d’une telle distinction en raison de son implication dans le dossier Bautista, le candidat menace de recourir à des lois dominicaines pouvant l’invalider Publié le mercredi 25 avril 2012
Le candidat à la présidence du parti dominicain « Alianza Pais », Guillermo Moreno, a adressé mardi une lettre au président Michel Martelly via la chancellerie dominicaine, pour lui demander de restituer à son pays la médaille Ordre et Mérite Duarte et Mella au grade de Grand Croix Plaque Or, la plus haute distinction dominicaine à un chef d’Etat étranger, qui lui avait été décernée le mois dernier par son homologue Leonel Fernandez.
Moreno invoque à l’appui de sa demande l’implication du président haïtien dans le dossier de corruption au centre duquel se trouve l’influent et richissime sénateur Felix Bautista du Parti de la Libération Dominicaine (PLD).
Au cas où le président haïtien ne donnerait aucune suite à sa requête, le candidat Moreno affirme envisager un recours à des lois dominicaines permettant de lui enlever la distinction. Il soutient en ce sens que les noms des héros et héroines de la patrie dominicaine sont sacrés et doivent honorer des gens dont l’intégrité et la vie exemplaire les glorifient davantage.
Un sondage réalisé début avril par la firme américaine “Bendixen and Amandi” a placé le candidat de « Alianza Pais », Guillermo Moreno, en 3ème position (avec 3% des intentions de vote), derrière les candidats Hipolito Mejia (51.4%, PRD) et Danilo Medina (39.7, PLD). [jmd/Radio Kiskeya]
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article8773

Haïti- Sécurité : Carrefour plutôt calme, après une journée de forte tension

P-au-P, 24 avril 2012 [AlterPresse] --- Après une journée de tension et de paralysie des différentes activités commerciales, la commune de Carrefour (périphérie sud de la capitale) a apparemment retrouvé son calme, ce mardi 24 avril 2012, observe l’agence d’information en ligne AlterPresse. La circulation routière reprend son cours, le transport en commun est bien assuré, les écolières et écoliers reprennent le chemin de l’école, tandis que les entreprises commerciales ont rouvert leurs portes.
Une présence renforcée de la police nationale d’Haïti (Pnh) est remarquée à Martissant (quartier où le policier Walky Calixte a été tué le mardi 17 avril), toujours sur la route principale menant vers différents départements (Sud-Est, Sud et Sud-Ouest) du pays.
Les autorités supérieures de la justice et de la police appellent les policiers au calme, tout en promettant des suites judiciaires appropriées à l’enquête sur l’assassinat du policier Calixte.
Quelques heures avant sa mort, le policier Walky Calixte a eu une vive polémique avec l’entourage du député, Rodriguez Séjour, qui devrait répondre, ce 24 avril devant le cabinet d’instruction, de son éventuelle implication dans l’assassinat du 17 avril.
Un tableau qui est contraire à celui du 23 avril, quand a prévalu une atmosphère grisâtre et de poussière, résultant de la fumée de pneus usagés enflammés qui ont servi de barricades. Les habitantes et habitants de la commune ont alors tenté, avec peine, de se rendre à leurs activités au centre ville, des riveraines et riverains ont été remarqués aux abords des routes, attendant des autobus et des tap-tap (véhicules de transport public) qui n’arrivaient pas.
Les hommes armés, qui prétendent être d’anciens militaires, ont également sillonné la voie principale de Carrefour à bord de camionnettes blanches. De rares patrouilles policières ont aussi été aperçues.
Tard, dans l’après midi du dimanche 22 avril 2012, des rumeurs, relayées par des tracts, annonçaient une possible journée chaude le lundi 23 avril.
Justice pour Walky Calixte et élargissement de 5 policiers nationaux emprisonnés depuis quelque temps sont les principaux motifs du mouvement du 23 avril, qui s’est pourtant répandu au nord de la capitale (aéroport, Delmas) voire un peu à l’est (à Pétionville).
Les 5 policiers, dont les manifestants réclament la libération, appartiennent à l’effectif institutionnel de Carrefour. Ils sont en prison à la suite d’une altercation ouverte avec un juge. [rh kft rc apr 24/04/2012 11:40]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12753

Haïti/Assassinat: Le corps sans vie de l’assassin du policier Walky Calixte retrouvé

lundi 23 avril 2012 à 15:18 « Le dossier de l’assassinat du policier Walky Calixte est actuellement au cabinet d’instruction ».
C’est ce qu’a informé ce lundi le chef du Parquet de Port-au-Prince. Mais, précise Jean Renel Cénatus, « en dépit du transfert du dossier au cabinet d’instruction, le Parquet n’a pas abandonné les poursuites ».
C’est ainsi que samedi dernier, il a pu retrouver, dans une morgue privée, le corps de celui qui a exécuté le policier. Ce présumé assassin, Johny ainsi connu qui fonctionnait également sur deux autres identités aurait été blessé mortellement au moment de commettre son forfait. Il a rendu l’âme à l’hôpital La Paix, à Delmas 33, Est de Port-au-Prince.
Le commissaire du gouvernement appelle les policiers protestataires au calme et leur promet que les assassins de leur frère d’arme seront apprehendés et jugés.
http://radiovision2000haiti.net/home/?p=14767

Commentaires:
Les rumeurs identifient cet agresseur comme faisant partie des gardes du corps du député dont le nom est cité dans cet assassinat. Ces rumeurs disent que le député aurait donné de l’argent à la famille du défunt en leur demandant d’enterrer rapidement l’agresseur présumé. Heureusement le Commissaire du Gouvernement a agi vite et a pu s’accaparer du cadavre avant les funérailles.

Ce sont certes des rumeurs mais bon comme on dit chez nous il n’y a pas de fumée sans feu.


Haïti- Sécurité : Carrefour plutôt calme, après une journée de forte tension

P-au-P, 24 avril 2012 [AlterPresse] --- Après une journée de tension et de paralysie des différentes activités commerciales, la commune de Carrefour (périphérie sud de la capitale) a apparemment retrouvé son calme, ce mardi 24 avril 2012, observe l’agence d’information en ligne AlterPresse. La circulation routière reprend son cours, le transport en commun est bien assuré, les écolières et écoliers reprennent le chemin de l’école, tandis que les entreprises commerciales ont rouvert leurs portes.
Une présence renforcée de la police nationale d’Haïti (Pnh) est remarquée à Martissant (quartier où le policier Walky Calixte a été tué le mardi 17 avril), toujours sur la route principale menant vers différents départements (Sud-Est, Sud et Sud-Ouest) du pays.
Les autorités supérieures de la justice et de la police appellent les policiers au calme, tout en promettant des suites judiciaires appropriées à l’enquête sur l’assassinat du policier Calixte.
Quelques heures avant sa mort, le policier Walky Calixte a eu une vive polémique avec l’entourage du député, Rodriguez Séjour, qui devrait répondre, ce 24 avril devant le cabinet d’instruction, de son éventuelle implication dans l’assassinat du 17 avril.
Un tableau qui est contraire à celui du 23 avril, quand a prévalu une atmosphère grisâtre et de poussière, résultant de la fumée de pneus usagés enflammés qui ont servi de barricades. Les habitantes et habitants de la commune ont alors tenté, avec peine, de se rendre à leurs activités au centre ville, des riveraines et riverains ont été remarqués aux abords des routes, attendant des autobus et des tap-tap (véhicules de transport public) qui n’arrivaient pas.
Les hommes armés, qui prétendent être d’anciens militaires, ont également sillonné la voie principale de Carrefour à bord de camionnettes blanches. De rares patrouilles policières ont aussi été aperçues.
Tard, dans l’après midi du dimanche 22 avril 2012, des rumeurs, relayées par des tracts, annonçaient une possible journée chaude le lundi 23 avril.
Justice pour Walky Calixte et élargissement de 5 policiers nationaux emprisonnés depuis quelque temps sont les principaux motifs du mouvement du 23 avril, qui s’est pourtant répandu au nord de la capitale (aéroport, Delmas) voire un peu à l’est (à Pétionville).
Les 5 policiers, dont les manifestants réclament la libération, appartiennent à l’effectif institutionnel de Carrefour. Ils sont en prison à la suite d’une altercation ouverte avec un juge. [rh kft rc apr 24/04/2012 11:40]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12753