POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 16 février 2010

Des chansons qui restent pour ne pas oublier Haïti

Des chansons qui restent pour ne pas oublier Haïti
Que faire pour que Haïti ne soit pas oublié, une fois passée la vague médiatique qui a suivi le tremblement de terre du 12 janvier ? "Des chansons, répond la Canadienne Natasha St-Pier, parce qu'elles restent. Si j'en ai déjà fait pour des causes caritatives ? Oui, je ne les compte même plus." Sourire aux lèvres, la chanteuse est à nouveau sur le front. Le 3 février, elle enregistrait dans le studio Guillaume-Tell de Suresnes (Hauts-de-Seine), le titre Désolé, au profit des victimes du séisme à Haïti. A ses côtés, une quinzaine d'artistes.
L'initiative en revient au rappeur Kery James, né en Guadeloupe en 1977 de parents haïtiens. "On ne veut pas faire dans le misérabilisme", explique-t-il, ajoutant que la compassion ne fait pas tout. Le clip montre des personnalités (sportifs, comiques... ) regardant passivement la télévision. "Peut-on se sentir léger, la conscience apaisée ?/ Les espoirs peuvent bien s'écrouler/ Et le sang continuer à couler, devant nos télés/ Pour se justifier/ Tout ce qu'on sait dire c'est/ Nous sommes désolés", écrit Kery James. La chanson sortira lundi 15 février sur Internet, précédée d'un concert le dimanche au Bataclan à Paris. L'opération servira à financer un projet de traitement de l'eau à Haïti, via l'association Action contre la faim. L'initiative est loin d'être isolée. Fin janvier, Charles Aznavour, Grand Corps Malade, Passi, etc. avaient déjà enregistré, en partenariat avec la Croix-Rouge, Un geste pour Haïti, un texte collectif sur une musique des Neg'Marrons.
L'Afrique n'est évidemment pas en reste. Ainsi, la chanteuse sénégalaise Coumba Gawlo Seck est à l'origine du projet "Africa for Haïti" pour lequel des vedettes de la musique africaine - dont Youssou N'Dour, Ismaël Lô et l'Ivoirien Alpha Blondy - vont enregistrer une chanson à Dakar début mars, avant un concert.
Recyclage
Aux Etats-Unis, le rappeur Wyclef Jean, l'un des fondateurs des Fugees, était parti au pays de ses origines, recueillant les morts dans la rue, distribuant de l'eau. Resté à la maison, George Clooney a présenté "Hope for Haïti Now", une émission de télévision et une compilation regroupant vingt titres de vedettes (Stevie Wonder, Bruce Springsteen, Beyonce, Madonna, Alicia Keys...), qui s'est tout de suite classée premier des téléchargements payants sur iTunes en France.
Au Royaume-Uni, place à la reprise avec des chanteurs disparates (Kylie Minogue, Robbie Williams, Mika ou Susan Boyle) invités à réarranger Everybody Hurts de R.E.M. Sur la même pente, Bono, Céline Dion, Barbra Streisand, Lady Gaga et un nombre impressionnant de stars ont revisité We Are the World, chanson écrite en 1985 par Michael Jackson et Lionel Richie, qui avait à l'époque permis de récolter près de 30 millions de dollars pour combattre la faim en Ethiopie. Preuve que les chansons restent.
Mathilde Fassin
http://www.lemonde.fr/culture/article/2010/02/12/des-chansons-qui-restent-pour-ne-pas-oublier-haiti_1304886_3246.html#ens_id=1290927

Un grand merci a Sara de "Encontré el Olimpo Bajo Mi cama"

Au moins 4 morts, dans l'effondrement partiel d'une école au Cap Haïtien

Quatre écoliers ont été tués et plusieurs autres blessés, lors de l'effondrement partiel d'un établissement scolaire dans la deuxième ville du pays. L'incident s'est produit en milieu de journée, alors que les élèves étaient en salle de classe.
Selon notre correspondant permanent dans la région, le drame s'est produit lorsqu'une salle de classe d'une école dénommée « La Petite Ecole » s'est effondrée suite à la chute d'un mur provoqué vraisemblablement par un éboulement.
La Police Nationale et des soldats de la Minustah, arrivés sur les lieux ont pu extraire, des décombres, plusieurs survivants qui ont été transportés d'urgence à l'hôpital.
Peu de temps après l'incident, un vent de panique a soufflé sur la ville du Cap où des parents, angoissés ont couru, dans toutes les directions à la recherche de leurs enfants qui se trouvaient dans les différentes écoles de la ville.
Notons que, ce drame s'est produit quelques jours après, une reprise timide des activités scolaires dans la métropole du Nord.
EJ

Haiti : Restauration du tableau "Serment des ancêtres"


Le ministre de la Culture et de la Communication français, Frédéric Mitterrand a annoncé vendredi 12 février dans un communiqué que le Centre de recherche et de restauration des musées de France assurera à Port-au-Prince la restauration du tableau "Serment des ancêtres". Le tableau avait été retrouvé dans les décombres du palais national. La toile a subi de grandes déchirures mais sa restauration reste possible.
Les pompiers français avaient pu sauver de nombreuses œuvres d'art et tableaux du palais présidentiel qui s'est partiellement effondré lors du séisme du 12 janvier. Notamment "Serment des ancêtres", une huile sur toile de quatre mètres par trois datant de 1822 et réalisée par le peintre Guadeloupéen Guillaume Guillon-Lethière représentant la rencontre historique entre le général noir Jean-Jacques Dessalines, lieutenant de Toussaint Louverture, et le chef des mulâtres de Saint-Dominique, Alexandre Pétion. Cette rencontre marqua le début du processus qui mena à l'indépendance d'Haïti, en 1804.
Le Centre de recherche et de restauration des musées de France, service spécialisé du ministère, connaît parfaitement cette œuvre pour l'avoir restaurée une première fois dans ses ateliers au Louvre en 1998.
N/ Radio Métropole Haïti

L’UEH rend hommage à environ 350 professeurs, étudiants et employés décédés

Une pensée spéciale pour le doyen Pierre Vernet, trois professeurs et 200 étudiants de la Faculté de linguistique appliquée qui n’ont pas survécu à la catastrophe
La communauté universitaire a rendu hommage lundi aux professeurs, étudiants et employés de l’Université d’Etat d’Haïti tués dans le terrible séisme du 12 janvier, lors d’une cérémonie civile qui s’est tenue devant les ruines de la Faculté de linguistique appliquée (FLA), la plus touchée des entités de l’UEH.
Dans une atmosphère pleine d’émotion où parents et amis des victimes étaient inconsolables, le recteur Jean Vernet Henry a, qui a annoncé la reprise, en avril, des activités académiques et un plan de relocalisation des facultés, a également communiqué un bilan provisoire selon lequel 20 professeurs, 300 étudiants, et 20 personnels administratifs de l’UEH ont péri dans la catastrophe.
A la FLA, les données relevées sont à peine croyables. Outre le doyen Pierre Vernet, le vice-doyen Wesner Mérant, deux autres professeurs et 200 étudiants ont été retrouvés ensevelis sous les décombres d’un bâtiment de quatre étages qui s’est effondré comme un château de cartes.
L’air hagard, le regard vide, une mère, un frère ou une sœur égrenaient le nom d’un disparu parfois en brandissant une photo prise de son vivant. Parmi eux, la mère et l’épouse de M. Mérant qui accompagnaient les deux enfants pleins d’innocence de la victime, Wesley, 6 ans et Wesneline, 3 ans.
Quant à Pierre Vernet, le recteur Henry, le doyen de la Faculté de droit, Gélin Collot et le professeur Yves Déjean lui ont rendu un hommage appuyé en reconnaissant son énorme contribution au développement de la linguistique en Haïti et sa lutte pour la survie de la FLA. Chercheur rigoureux, mais d’une grande timidité, il voulait toujours placer la valorisation du créole au cœur des grandes problématiques sociales haïtiennes.
Il était attaché au CNRS (France) parallèlement à l’enseignement scientifique de haut niveau qu’il dispensait à l’Université Antilles-Guyane et dans la majorité des institutions de l’enseignement supérieur public en Haïti.
La chaire de Pierre Vernet est désormais vacante notamment aux Facultés des sciences humaines, d’ethnologie, d’agronomie et à l’Ecole normale supérieure.
Les membres du conseil de l’Université, dont les professeurs Christian Rousseau, Rodolphe Mallebranche et Hancy Pierre, ont déposé trois gerbes de fleurs en mémoire des disparus.
L’image dramatique de cette cérémonie d’hommage aux victimes de l’UEH restera sans doute cette photo souvenir de plusieurs parents et rescapés en larmes sur le site de la tragédie qui dégage encore, un mois après, une odeur pestilentielle de cadavres enfouis sous les gravats. spp/Radio Kiskeya

Stephen Harper à Port-au-Prince où il annonce la construction d’un "siège provisoire" du gouvernement haïtien

Un projet canadien de 11 millions de dollars qui permettra de regrouper les ministères au bicentaire, affirme le le Premier ministre canadien en visite de solidarité en Haïti
Le Canada va prochainement financer la construction du "siège provisoire" du gouvernement haïtien et entend faire d’Haïti sa priorité numéro un en matière de politique étrangère, a annoncé lundi le Premier ministre canadien, Stephen Harper, à l’entame d’une visite de deux jours à Port-au-Prince.
Le dirigeant canadien, qui s’exprimait peu après un entretien avec le Président René Préval et le Premier ministre Jean-Max Bellerive, a indiqué qu’il s’agira d’une "base administrative temporaire" composée d’abris modulaires semi-permanents et d’abris gonflables.
D’un coût global de 11,3 millions de dollars américains (12 millions de dollars canadiens), le complexe qui occupera les anciens locaux de l’institut français au bicentenaire (sud-ouest de Port-au-Prince), sur le front de mer, disposera de tous les équipements nécessaires, mobilier, ordinateurs, systèmes de communication, d’alimentation en eau et de climatisation.
Pendant une période transitoire d’un an au maximum, les différents ministères détruits par le séisme du 12 janvier fonctionneront à partir d’un centre opérationnel centralisé.
Qualifiant le futur bâtiment de "pas important vers la reprise et la reconstruction", Stephen Harper a ajouté que "le soutien offert par les canadiens et la communauté internationale à Haïti témoigne de la compassion qui unit l’humanité face à une catastrophe".
"Le Canada continuera à soutenir le gouvernement haïtien alors qu’il va de l’avant dans ses activités de reconstruction et de développement", a martelé le chef du gouvernement conservateur.
Accueillant chaleureusement son hôte, le Président Préval s’est réjoui de l’initiative d’Ottawa d’entreprendre la construction du siège provisoire du pouvoir haïtien, "sinistré" depuis le 12 janvier. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6538

Le Brésil et le Chili s’apprêtent à dévoiler un "plan de reconstruction" d’Haïti

Une initiative conjointe du dirigeant brésilien Lula et de son homologue élu du Chili Sebastiàn Piñera ; visite le 20 février en Haïti de la Présidente sortante du Chili, Michelle Bachelet
Le Président brésilien Luiz Inàcio Lula da Silva et le Président élu du Chili, Sebastiàn Piñera, présenteront conjointement un plan de reconstruction d’Haïti au cours du prochain sommet du Groupe de Rio, prévu les 22 et 23 février prochains à Mexico, a annoncé lundi le quotidien chilien La Tercera.
Il s’agira d’une coopération régionale visant à reconstruire tous les sièges de l’administration publique, incluant le Palais National (siège de la présidence), qui se sont écroulés lors du violent tremblement de terre qui avait frappé le pays le 12 janvier dernier.
Par ailleurs, La Tercera informe que la Présidente sortante du Chili, Michelle Bachelet, effectuera le 20 février une brève visite à Port-au-Prince prévue bien avant le séisme.
Avant de se rendre au sommet du groupe de Rio en compagnie de son successeur, elle aura un tête-à-tête avec le Président René Préval et des discussions avec les organisations de féministes en sa qualité de porte-parole des femmes et des enfants d’Haïti auprès du Fonds des Nations Unies pour la femme (UNIFEM).
Représentant de la droite libérale et vainqueur des dernières présidentielles, Sebastiàn Piñera succédera à Michelle Bachelet le 11 mars prochain. spp/Radio Kiskeya


Haïti-Séisme : Nouvelle manifestation, les ratés de l’aide alimentaire provoquent la frustration populaire

P-au-P, 15 février 2010 [AlterPresse] --- Une nouvelle manifestation s’est arrêtée, ce lundi 15 février 2010, devant les locaux de la direction centrale de la police judiciaire (Dcpj), devenus siège du gouvernement depuis le séisme du 12 janvier, a constaté l’agence en ligne AlterPresse. Les manifestantes et manifestants, au nombre de plusieurs centaines, réclamaient une meilleure distribution de l’aide alimentaire et des abris contre la pluie qui s’est, de nouveau, abattue sur la capitale dans la soirée du dimanche 14 février après des averses dans la matinée du jeudi 11 février.
L’arrestation, par les militaires étrangers (déployés sur le territoire national), de plusieurs individus qui tentaient de vendre les bons alimentaires, aurait déclenché la colère de la foule composée d’habitants de la commune de Cite Soleil (grande agglomération populaire au nord de la capitale)..
« Nous voulons que les militaires nous apportent la nourriture chez nous, dans nos quartiers. Lorsqu’ils la donnent à des particuliers, ils ne font que la revendre », se plaint un manifestant.
Officiellement, la première phase de distribution de nourriture s’est achevée au terme de 14 jours. Au cours de cette première phase, 9 millions de tonnes de nourriture ont été distribuées.
2,3 millions de personnes ont été touchées par la distribution alimentaire, dont 1,6 millions dans la zone métropolitaine.
De plus, 9 000 personnes reçoivent, chaque jour, de l’eau potable dans les centres d’hébergement, d’après les chiffres du gouvernement haïtien et de ses partenaires internationaux.
La population a déjà reçu des milliers de kits de cuisine et d’hygiène personnelle.
La distribution se poursuivra dans plusieurs municipalités, comme Croix des Bouquets (au nord-est de Port-au-Prince) et Kenscoff (à l’est).
Le gouvernement a lancé un appel à toutes les organisations humanitaires qui ont reçu de la nourriture ou des tentes. Il souhaite ainsi avoir les informations nécessaires pour faire parvenir ces matériels vers les centres frontaliers, a t-on annoncé.
La distribution de l’aide humanitaire s’est considérablement améliorée, atteignant de plus en plus les centres d’hébergement plus petits.
400 000 bâches ont déjà été distribuées, selon des organismes internationaux.
Mais, en dépit de ces efforts, l’insatisfaction demeure chez la population qui continue d’exprimer sa frustration.
Plusieurs cas de détournement de l’aide alimentaire ont été signalés, et les produits sont en vente libre dans les centres d’hébergement et dans les marchés. [kft rc apr 15/02/2010 12 :49]

Haïti-Séisme : Don de 15 écoles mobiles par la République Dominicaine

P-au-P, 15 février 2010 [AlterPresse] --- Pour faciliter la réouverture des classes, paralysées depuis le séisme dévastateur du 12 janvier, Haïti vient de bénéficier de 15 structures d’écoles mobiles de la République dominicaine, selon une annonce gouvernementale faite ce lundi 15 février 2010.
Ces structures d’écoles mobiles, qui peuvent accueillir chacune 40 enfants, seront installées dans les zones frontalières.
Par ailleurs, le gouvernement haïtien fait part de dispositions visant à favoriser l’intégration des enfants déplacés dans les établissements scolaires de leur voisinage.
Le déplacement des enfants scolarisés dans la zone métropolitaine de la capitale serait l’un des handicaps à la réouverture des classes, programmée pour le mois de mars 2010, par les autorités haïtiennes.
Outre les enfants, le personnel enseignant a lui aussi bougé dans le vaste mouvement de population qui a suivi le tremblement de terre.
Certaines écoles, qui ont enclenché leur processus de réouverture peinent à rejoindre certains de leurs professeurs, suivant les informations recueillies par AlterPresse.
Environ 4 000 écoles ont été détruites ou endommagées à Port-au-Prince par le séisme du 12 janvier, d’après des chiffres officiels. [kft rc apr 15/02/2010 13:32]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9271