POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 5 octobre 2009

La FDF encourage les échanges entre les autorités et la population

Les élus et des fonctionnaires de l'administration publique ont pris part samedi à un atelier de réflexion sur les différents problèmes de la région frontalière. Le consul haïtien de Dajabon ainsi que des élus dominicains étaient également présents à cette rencontre organisée par le Fonds de Développement Frontalier (FDF).
Le directeur du FDF, Max Antoine II soutient que l'objectif de ce forum est de renforcer la présence de l'Etat et améliorer les services de santé et le dispositif sécuritaire. " Les populations de Ouanaminthe, Mont Organisé et Carice pourront indiquer aux autorités les points faibles de les projets réalisés depuis plusieurs mois", explique M. Antoine pour qui la rencontre a permis un échange d'informations entre le FDF et les membres de la société civile.

Le FDF envisage de restaurer le complexe Frontalier et de construire un nouveau marché à Ouanaminthe.

Le problème du marché et celui des commerçants haïtiens présents au marché de Dajabon est l'une des principales préoccupations du consul haïtien de cette ville, Jean Baptiste Bien Aimé.

Au cours de l'atelier de réflexion, le consul haïtien a attiré l'attention sur les problèmes récurrents entre les marchands de vêtements usagés et les agents de sécurité du marché de Dajabon. M. Jean Baptiste préconise la formation d'une commission binationale entre les élus et les fonctionnaires des villes frontalières afin d'éviter de multiples conflits entre les citoyens.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15887

Des propositions pour résoudre la crise à l'Université d'État d'Haïti

Des étudiants membres de l'Association haïtienne des étudiants en Communication sociale (AHECS) ont présenté une proposition en onze points pour contribuer au dénouement de la crise à la faculté de Médecine et de Pharmacie (FMP). Les membres de cette organisation estiment que cette crise a trop duré, voila pourquoi ils souhaitent que le Conseil de l'Université d'État d'Haïti prenne en main le dossier de la FMP.

Il aura pour mission spécifique de normaliser la situation au sein de L'UEH.
De plus le Conseil de l'université devrait analyser toutes les actions entreprises par les protagonistes.
Les policiers postés à l'entrée de la FMP doivent être retirés sans délai précisent ces étudiants dans ce document de sortie de crise.
Parallèlement ils se disent prêt à collaborer avec le comité de facilitation mis en place par l'exécutif et qui est chargé d'œuvrer à la reprise d'un fonctionnement harmonieux dans les différentes entités de l'Université d'Etat d'Haïti (UEH),
RD

Des parlementaires haïtiens attendent les résultats du forum international

Des parlementaires haïtiens applaudissent la réunion des hommes d'affaires tenue à Port-au-Prince les 1er et 2 octobre, à l'initiative de l'envoyé spécial des Nations Unies pour Haïti, Bill Clinton et de la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Le sénateur Rudy Hériveau dit miser beaucoup sur cette initiative dans la mesure où elle peut contribuer effectivement à la création d'emplois.
Selon lui, il est temps de laisser le stade des discours, des rencontres et des promesses, pour passer à l'action et aux résultats.
Pour Le député Arsène Dieujuste, le forum des affaires va aider à améliorer l'image d'Haïti sur la scène internationale.
Son collègue Gasner Douze croit que C'est une réunion porteuse d'avenir
C'est maintenant à l'Etat haïtien de faire le nécessaire, afin de retenir les potentiels investisseurs, a-t-il souligné.

RHD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15890

Haïti attend les retombées de la visite de 500 investisseurs

La rencontre internationale des investisseurs organisée la semaine dernière à l'Hôtel Caribe a permis de mettre en évidence les potentialités de développement d'Haïti. " C'est le bon moment pour y investir, pour aider à construire un meilleur voisin, un partenaire commercial fiable, une destination touristique alléchante et un foyer plus prospère pour sa population travailleuse et solide ", avait soutenu l'émissaire spécial du secrétaire général de l'ONU, Bill Clinton devant un parterre de responsables dans les domaines de l'agriculture, des énergies renouvelables, des textiles et des infrastructures.
Le Président haïtien René Préval, la Première ministre Michèle Pierre-Louis ainsi que plusieurs officiels du gouvernement avaient pris part à cette conférence.
Le président haïtien a rappelé que le partenariat avec Bill Clinton avait permis d'obtenir plus d'un milliard de dollars de remise de dette de la Banque mondiale (BM), du Fonds monétaire international (FMI) et de la BID, ainsi qu'environ 200 millions de dollars de la part des Etats-Unis, de l'Italie et d'autres créditeurs par l'intermédiaire du Club de Paris.
La semaine dernière la Clinton Global Initiative a annoncé 21 engagements d'une valeur de 258 millions de dollars pour Haïti, y compris 2 millions de dollars de l'initiative Water.org lancée par l'acteur américain Matt Damon, qui doit fournir de l'eau potable à 50.000 personnes et une initiative de Prakti Design Labs, de Moushine Serrar, pour fournir des fours de cuisson plus efficaces et plus propres afin de réduire la déforestation du pays.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15888

Des évêques demandent un bon traitement aux étrangers

« Nous sommes des fils d'une même terre et entre nous doit prévaloir l'amour »

Auteur : LLENNIS JIMÉNEZ (l.jimenez@hoy.com.do)

La Rencontre Nationale de Pastoral que tiennent périodiquement les évêques de l'Église Catholique a terminé hier en déclarant comme sujet d'Évangélisation le respect à la migration et des étrangers dans le pays.

En parlant au nom de des autres prêtres, monseigneur Antonio Camilo González, du diocèse de la Vega, il a plaidé pour une solution des contradictions entre haïtiens et dominicains.

Il a appelé à travailler pour que règnent des relations justes avec les immigrants. Il a dit que beaucoup de dominicains souffrent quand ils se sentent  discriminés aux Etats-Unis et en Europe.

« Nous sommes tous frères, fils d'une même terre et doit prévaloir  l'amour », a-t-il dit.

Les évêques du pays ont terminé hier leur Vingt-septième Rencontre Nationale de Pastoral, en traçant comme sujet d'évangélisation le respect à la migration et les étrangers dans le pays ; l'accueil et autres propositions pour la relation avec Dieu, le mot, l'eucaristía et la vie dans la foi chrétienne.

L'évêque de la Vega, monseigneur Antonio Camilo González, a considéré que la division avec les haïtiens doit être résolue. Il a appelé à travailler pour atteindre la justice dans la situation et le statut d'immigrants.

 Il a exhorté à ce qu'on pense à tant de dominicains qui sont aux Etats-Unis et en Europe, nations qui font mal  quand on sent que l'on y discrimine les natifs.

Camilo González a dit que l'on doit comprendre que « nous sommes tous frères, des fils d'une même terre, et que l'on doit toujours favoriser l'amour, la compréhension et l'aide ».

 Tandis que l'archevêque Santiago, monseigneur Ramón Rosa et de Carpio, a jugé que la solution du problème migrateur requiert que l'on forme une Communauté entre les deux nations ».

Le père Werbey Mitial, haïtien et responsable la tâche sociale dans le diocèse de San Juan, a lu les apports qu'a faits un groupe, ayant pour but de pousser à aborder le sujet migrateur.

La rencontre a eu lieu dans la Maison Jean Paul II. Y ont pris part  les évêques Pablo Cedano, Francisco Ozoria   et José Dolores Grullón.

Antonio Camilo González en prononçant les mots de fermeture de la rencontre effectuée du premeir au trois  octobre et avec l'assistance du cardinal Nicolás Jesus López Rodriguez, l'évêque Camilo González, de la Vega, a insisté sur l'importance à ce que les croyants prient par les prêtres. Il crée  que la rencontre est une  sorte de  transfiguration



Achetez un nouveau PC et bénéficiez de Windows 7 dès sa sortie ! En savoir plus

DOMINICAINS OU NON (HAITIENS) : Les écoles sont obligées d'inscrire des enfants sans acte de naissance

Bethania Apolinar - 10/5/2009 Saint-Domingue. - Le secrétaire d'état à l'Éducation, Melanio Paredes, a déclaré hier que tous les secteurs éducatifs ont l'obligation d'accepter l'inscription des enfants, dominicains ou non, même s'ils ne disposent pas d'actes de naissance.

Il a rappelé que la secrétairerie d'Éducation travaille avec la Junte  Centrale Électorale (JCE) pour doter d'actes de naissance à tous les enfants dominicains ou aux fils d'haïtiens qui ont reçu une éducation dans les écoles locales et qui pour  le passage en  huitième ont besoin d'une certification d'études.

Paredes a rejeté l'information offerte par le directeur du secteur scolaire 13-01 de Montecristi, qui aurait fait savoir que  dans cette localité on ne permet pas l'admission d'élèves haïtiens parce que dans leur majorité ils ne disposent pas d'actes de naissance, et a dit qu'une enquête sera diligentée pour faire le point sur ce sujet  parce qu'en principe il devrait s'agir de tout le contraire.

 "S'il s'agit d'enfant résidant sur la ligne de la frontière ou carrément  vivant en territoire dominicain, nous leur permettons l'inscription à l'école parce que nous comprenons que l'éducation est un droit de tous ceux qui résident dans le pays. Peu importe qu'ils aient des papiers ou pas c'est un problème qu'il faut résoudre », s'est exprimé le titulaire du ministère de l'éducation.

Il a dit que le directeur du secteur éducatif 13-01 n'a pas reçu d'instructions  de sa part l'intimant  de  ne pas inscrire dans les écoles de sa délimitation les enfants qui ne disposent pas d'actes de naissance, pour cette raison il vérifiera pourquoi cette fonctionnaire ne remplirait pas sa tâche en respectant les dispositions du ministère.

A Elias Piña, oui

En effet le titulaire d'Éducation a assuré qu'à Elias Piña les centres éducatifs reçoivent les enfants haïtiens, et a pris comme exemple le cas de l'école Carrizal, de la frontière entre Haïti et République dominicaine, dont la moitié de l'immatriculation est constituée d'étudiants d'origine haïtienne.

Il a souligné qu'à ces étudiants sans papiers on assigne un code provisoire jusqu'à ce qu'ils aient des actes de naissance.

Fermeture d'écoles

Quant à la fermeture totale de quatre écoles dans les Communautés de Jaramillo et la Juliana, en Montecristi, et la suspension temporaire  d'un préscolaire par manque de d'élèves dominicains, Paredes a dit qu'on a aussi clôturé des établissements dans des zones montagneuses de San Juan de la Maguana où les familles se sont déplacées  vers d'autres villes.

Il a dit que la situation contraste avec la croissance de la population estudiantine dans la province l'Altagracia, où la majorité des cours ont  plus  40 élèves, parce que la région est a été une des zones les plus touchées en termes de croissance démographique.

Il a dit qu'Éducation se focalisera à construire les écoles dans ces centres démographiques qui projettent une croissance année après année.

http://www.listin.com.do/app/article.aspx?id=117074



Vous cherchez l'intégrale des clips de Michael Jackson ? Bing ! Trouvez !

Obama nomme un haïtiano-américain à la tête du service civique des Etats-Unis

Le Président américain confie à Patrick Corvington la direction de l'agence fédérale en matière de citoyenneté et de volontariat


Le Président Barack Obama vient de faire choix de l'américain d'origine haïtienne, Patrick Corvington, comme le nouveau directeur de la société américaine pour le service national et communautaire (CNCS), une agence fédérale indépendante chargée de l'organisation du service civique et du volontariat.

Selon une dépêche de l'Associated Press, lors de l'annonce officielle de la décision, vendredi dernier à la Maison Blanche, le numéro un américain a précisé que dans le cadre de l'exercice de ses fonctions M. Corvington, vétéran des organisations à but non lucratif, aura sous responsabilité les agences Senior Corps, AmeriCorps et Learn and Serve America.

Avant son arrivée à la tête de la CNCS, Patrick Corvington avait travaillé à Innovation Network, une institution à but non lucratif et à Urban Institute.

Il est également associé senior à la Fondation Annie E. Casey.

Né en Haïti, Corvington a émigré très jeune aux Etats-Unis où il a fait ses études supérieures à l'Université de Maryland et à l'Université Johns Hopkins.

spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6231



Vous cherchez l'intégrale des clips de Michael Jackson ? Bing ! Trouvez !

L’exécutif haïtien au prochain sommet de l’ALBA

Pas encore de précisions sur la composition de la délégation à ce rendez-vous où, les 16 et 17 octobre en Bolivie, les dirigeants de l'Alternative bolivarienne feront le point sur divers dossiers et projets régionaux

Haïti fera partie des délégations latinoaméricaines et caribéennes attendues au prochain sommet de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), les 16 et 17 octobre à Cochabamba, en Bolivie, ont annoncé dimanche, ont annoncé dimanche les autorités boliviennes relayées par EFE.

Les chefs d'Etat des pays membres Raùl Castro (Cuba), Hugo Chàvez (Venezuela), Rafael Correa (Equateur), Daniel Ortega (Nicaragua) et Fernando Lugo (Paraguay) ainsi que plusieurs chanceliers seront présents à ce sommet au cours duquel seront débattus des thèmes d'intérêt régional.

La création d'une monnaie commune, l'établissement d'un tribunal d'arbitrage, la prise en charge de l'environnement et le rapprochement commercial à l'intérieur de l'ALBA seront notamment à l'ordre du jour.

A Port-au-Prince, aucune information n'était encore disponible sur la délégation qui doit représenter Haïti en Bolivie.

 spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6230

 



Vous cherchez l'intégrale des clips de Michael Jackson ? Bing ! Trouvez !

Un homme lynché pour avoir décapité sa femme

samedi 3 octobre 2009, Radio Kiskeya

Un homme s'est fait lyncher par une foule déchaînée quelques minutes seulement après avoir coupé la tête de sa femme, un double meurtre horrible survenu samedi matin à la cinquième avenue Bolosse (sud de Port-au-Prince).

Selon différents témoignages recueillis sur place, une enguelade entre Mécène, ainsi connu, et Thélimène Fils-Aimé a dégénéré en drame à l'endroit où la dame tenait son petit commerce. Son mari lui reprochait de ne pas trop s'occuper de leurs trois enfants vivant à Kenscoff (environ 15 km au nord de la capitale).

Sans crier gare, le présumé meurtrier a asséné plusieurs coups de machette à son épouse dont la tête est partie d'un côté et le reste du corps de l'autre.

Quelques instants après avoir commis son forfait, Mécène a tenté sans succès de prendre la fuite. Très vite intercepté et maîtrisé, il a été abattu à coups de machette et de pierres.

Les riverains s'imaginaient que l'exécution sommaire du présumé assassin était la meilleure façon de rendre justice à sa victime dont la brutale disparition avait choqué plus d'un.

spp/Radio Kiskeya

http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article6229

Commentaires :

Devant quelle instance, devant quel consulat étranger va-t-on mener les mobilisations pour protester contre ce double meurtre.

Nous aussi nous savons décapiter et lyncher. Comme nos voisins.



Achetez un nouveau PC et bénéficiez de Windows 7 dès sa sortie ! En savoir plus