POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 18 novembre 2010

Culpan a los soldados nepalíes de la epidemia de cólera... Los haitianos se lanzan contra los cascos azules: 'La ONU quiere matarnos'

* La Policía dispersa con gases lacrimógenos a varios cientos de manifestantes

* Gritaban 'la ONU quiere matarnos' y 'Minustah deja excrementos en la calle'
* Jóvenes habitantes de los campamentos llaman a la 'revolución social'
* Los gases afectaron a algunos niños que quedaron inconscientes
Jacobo G. García , AFP, Efe
Puerto Príncipe
Los haitianos han quemado neumáticos y botes de metal.
Efe
Minustah, cómete tu mierda. Ustedes trajeron el cólera ustedes se lo llevan". Ives Pierre Luis, de 50 años, no habla, grita, con una piedra en la mano justo en el momento en que la policía haitiana comienza a lanzar gases lacrimógenos contra los manifestantes.
Barba blanca, pantalón descosido, zapatillas de deporte rotas y una pancarta en la otra mano que muestra a un soldado de la ONU subido a una tanqueta y con una gran cruz encima.
Como si fuera una más de las desgracias que asedian Haití, varios cientos de iracundos haitianos se echaron este jueves a las calles de Puerto Príncipe para exigir a pedradas, y sembrando las calles de barricadas, la salida del país de la Misión de Naciones Unidas para la Estabilización de Haití (Minustah). Algunos sectores culpan a la Minustah de la epidemia de cólera que sufre el país.
Jóvenes habitantes de los campamentos llamaron a la "revolución social", mientras grupos de estudiantes gritaban "el cólera nos lo trajeron ustedes", "Minustah vete de aquí", "Minustah difunde excrementos en la calle", "la ONU quiere matarnos".
Represión policial
La Policía haitiana dispersó violentamente con gases lacrimógenos a los manifestantes a la altura de la avenida 'La Lue', según denunció el dirigente político Simeon Wisly, líder de uno de los movimientos de la plataforma 'Liberation'. Los gases, según denunciaron varias personas, afectaron a algunos niños que quedaron inconscientes. En las inmediaciones se pudo observar a personas muy nerviosas y a familias que corrían, tratando de huir.
Las secuelas del terremoto, los muertos del cólera y ahora la tensión electoral se han unido en un cóctel que este jueves estalló en Puerto Príncipe pero que por tercer día consecutivo ha sembrado de barricadas, neumáticos en llamas y basura Cabo Haitiano, la segunda ciudad más importante del país. Y como objetivo, siempre el mismo: los cascos azules de la ONU.
En pocos días, lo que hasta ahora fue un contingente multinacional enviado para pacificar el país tras las revueltas que expulsaron del país y del poder a Jean Bertrand Aristide (2004), se han convertido en un símbolo de todos los males que vive Haití.
Todo el país señala a los cascos azules de Nepal como los culpables de haber importado al país una epidemia que ya se ha cobrado la vida de más de 1.100 personas y ha enviado al hospital a 18.000, según las cifras más optimistas.
De nada ha servido el discurso del martes por radio y televisión del presidente, René Preval: "Estos sectores violentos quieren sembrar la discordia entre Gobierno, Minustah y población. Estamos ante un intento de desestabilización", explicó. Preval se refería así al tenso clima político que se vive en el país, donde varios candidatos se han acusado entre ellos de azuzar las protestas y de distribuir armas entre la población, lo que podría agravar la situación ante los comicios.
La expulsión de 100 soldados de Sri Lanka en 2007, acusados de pagar un dólar a niñas a cambio de sexo, ha echado más leña a la delicada situación que se vive. La ONU mantiene que no hay pruebas contra sus soldados, pese a que el brote es similar al detectado en el sur de Asia. Los análisis realizados a sus soldados no han encontrado pruebas que lo demuestre.
A pesar de que este jueves era día festivo en Haití en recuerdo de una de las más importantes batallas por la independencia del país, las protestas siguieron por cuarto día consecutivo en Cabo Haitiano, que vive una especie de estado de sitio tras la muerte de tres personas por disparos de las fuerzas de paz.
Este jueves, un equipo de 11 voluntarios estadounidenses fue agredido por hombres armados. Los cooperadores, pertenecientes a una organización cristiana, lograron abandonar la ciudad en dirección a República Dominicana antes de ser linchados por la turba. La situación en Cabo Haitiano continúa muy tensa, las barricadas se multiplican y la organización Oxfam decidió detener sus tareas humanitarias. La radio local 'Metropole' hablaba de ocho muertos en un solo día.
El miedo dificulta la atención a los enfermos
El temor de la población de Cabo Haitiano a salir a la calle tras los incidentes de los últimos días dificulta la asistencia a los enfermos de cólera en la zona, dijo el portavoz de la Minustah, Vincenzo Pugliese.
Pugliese dijo que las calles de Cabo Haitiano están vacías, en parte también porque este jueves es jornada festiva en todo el país, e insistió en que ello supone un obstáculo para la gestión sanitaria de la epidemia de cólera, enfermedad de la que hay numerosos afectados en esta zona.
Además, el aeropuerto está cerrado y hay una gran paralización en la ciudad, donde "los enfermos no pueden llegar a las clínicas por el miedo de la población y la situación puede empeorar", explicó Pugliese. Añadió que, además, en esa situación "los recursos humanos no pueden llegar para hacer frente a la epidemia".
"Un enfermo de cólera necesita recibir asistencia en tres horas para sanar", pero en la actual situación "el paciente que está en su casa y no puede salir porque hay barricadas, se muere", enfatizó.

http://www.elmundo.es/america/2010/11/18/noticias/1290095758.html

EU to member states: Haiti needs aid

The Associated Press Thursday, November 18, 2010; 7:31 AM
BRUSSELS -- The European Commission is urging EU governments to provide beds, medical expertise, ambulances, medicine and other aid to help Haiti combat its cholera epidemic.
It says Haiti lacks the basic skills, tools and equipment needed to fight a disease that is little known to Haitian health workers and citizens.
EU Humanitarian Relief Commissioner Kristalina Georgieva said Thursday that the month-old cholera epidemic has killed 1,100 people in Haiti and hospitalized more than 18,000.
She said there is a need for medical expertise, beds, epidemiological expertise, antibiotics, intravenous catheters and body bags.
Georgieva said: "This is a very difficult moment for Haiti. It is likely to get worse before it gets better."

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/11/18/AR2010111801416.html

Cholera protesters attack cars in Haiti capital

By JONATHAN M. KATZ, The Associated Press
Thursday, November 18, 2010; 5:17 PM
PORT-AU-PRINCE, Haiti -- Anti-U.N. violence spread to Haiti's capital Thursday as protesters blocked roads and attacked foreigners' cars over suspicions that peacekeepers introduced a cholera epidemic that has killed more than 1,100 people.
The unrest followed three days of similar violence in northern Haiti. The protests come a little more than a week before national elections, and the U.N. has characterized them as political. Some demonstrators threw rocks at an office of President Rene Preval's Unity party and tore down campaign posters.
But the protests are fueled by suspicions, shared by some U.S. disease experts, that a contingent of Nepalese soldiers brought cholera with them to Haiti and spread the disease from their rural base into the Artibonite River system, where the initial outbreak was centered.
The disease is new to Haiti and was not expected to strike this year despite rampant bad sanitation and poor access to drinking water.
The 12,000-member U.N. Stabilization Mission in Haiti, or MINUSTAH, which has been the dominant security force in Haiti for six years, denies responsibility for the epidemic.
Standing before the thick black smoke of blazing tires Thursday, protesters yelled "We say no to MINUSTAH and no to cholera" and carried signs reading "MINUSTAH and cholera are twins." The windows of several cars belonging to the U.N. and humanitarian groups were broken.
Haitian police fired tear gas at the protesters on the central Champ de Mars plaza, and clouds of choking irritants blew into nearby tent shelters of thousands made homeless by the Jan. 12 earthquake.
"I survived the quake but the police are going to kill me with gas," Marie Paul Moses said as she fled the white cloud.
Aid workers, including U.N. humanitarian agencies that are structurally separate from the peacekeeping force, called for calm, saying the violence is hampering efforts to treat the tens of thousands of people stricken with cholera.
The disease is spread by contaminated fecal matter. Health experts say it can be easily treated with rehydration or prevented outright by ensuring good sanitation and getting people to drink only purified water.
But after years of instability, and despite decades of development projects, many Haitians have little access to clean water, toilets or health care.
Associated Press writer Evens Sanon contributed to this report.

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2010/11/18/AR2010111803636.html

Choléra en Haïti: guérilla urbaine contre les Casques bleus

Publié le 18 novembre 2010 Stéphane Jourdaine, Agence France-Presse
Port-au-Prince
À plusieurs intersections dans le centre de Port-au-Prince,
les manifestants ont érigé des barricades.
Photo: Emilio Morenatti, AP
Jets de pierre contre les Casques bleus, barricades dressées aux carrefours, coups de feu et gaz lacrymogènes: les scènes de guérilla urbaine se multipliaient jeudi dans le centre de Port-au-Prince où les manifestants reprochent à l'ONU d'avoir introduit le choléra en Haïti.
Sous une chaleur accablante, criant en créole «le choléra, c'est la MINUSTAH qui nous a donné ça», quelque 150 jeunes se sont retrouvés dans le centre de la capitale pour demander à la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) de quitter le pays, en pleine psychose liée au choléra.
Dès le départ du rassemblement, les manifestants se jettent sur les pierres qui se trouvent partout dans les rues depuis le séisme du 12 janvier pour caillasser une petite dizaine de Casques bleus brésiliens qui passent à bord d'une camionnette blanche à l'effigie de l'ONU».
Sous une pluie de pierres, les militaires mettent en joue les manifestants qui les entourent. En vain. Dans un crissement de pneus, la camionnette part en trombe. Un soldat tombe par terre, essuie les jets de pierre et remonte dans le véhicule qui prend la fuite.
Les manifestants courent dans la rue. En quelques minutes, ils sont plusieurs centaines. Certains portent un masque. Ils disent qu'ils veulent se rendre à une base de la MINUSTAH à Gourdon. Dans une rue qui part du centre, ils sont stoppés par des militaires en treillis kaki non identifiés.
Des coups de feu sont tirés, sans que l'on puisse dire d'où ils proviennent. Plus loin, des gaz lacrymogènes tirés par d'autres militaires dispersent les manifestants avant qu'ils ne se rassemblent à nouveau sur la place du Champ de Mars, devant le palais présidentiel en ruines.
«L'ONU est venue ici pour nous tuer, pour nous empoisonner», crie Alexis Clérius, un agriculteur de 40 ans alors qu'il érige une barricade au milieu de la place. «Révolution sociale», crient en coeur ses amis, en sueur sous le soleil de plomb.
Un jeune porte une croix en bois sur laquelle il a fixé une grande photo d'un Casque bleu. Des étudiants qui manifestent contre le parti Unité du président René Préval rejoignent les émeutiers avec un cercueil en bois aux couleurs du parti. Ils brûlent des pneus et le cercueil dans des cris de joie.
Puis ils enlèvent les toilettes en plastique installées dans le camp par l'ONG Action contre la faim pour les jeter dans la rue. D'énormes bennes à ordure en fer sont couchées au milieu de la chaussée.
Les affrontements vont durer plusieurs heures au milieu du camp de déplacés où des milliers d'Haïtiens vivent sous des tentes. D'un côté, les jeunes qui jettent des pierres. De l'autre des blindés de l'ONU qui tirent des gaz lacrymogènes sous le regard dépité des familles qui vivent là.
Au lendemain du séisme, les Haïtiens avaient l'habitude de s'appliquer du dentifrice à la menthe sous les narines ou de s'introduire des quartiers de citron dans le nez pour lutter contre l'odeur âcre des cadavres. Les mêmes techniques servent maintenant à se protéger des gaz lacrymogènes.
Une femme en pleurs qui n'a rien à voir avec les heurts se renverse un seau d'eau sur le visage pour limiter les effets de ces gaz. Une autre observe les jeunes. «Ils devraient nous aider à lutter contre la maladie en nettoyant le camp, au lieu de nous créer de nouveaux problèmes», juge Marta Joseph, 22 ans.
Sous les drapeaux tricolores de l'ambassade de France qui jouxte la place, les gendarmes s'inquiètent de la situation. «C'est dégagé derrière» dit l'un d'entre eux dans un talkie-walkie. «Ca peut dégénérer. Aujourd'hui, c'est l'ONU qui est attaquée. Demain ça peut être tous les étrangers», dit un autre à l'AFP.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201011/18/01-4344031-cholera-en-haiti-guerilla-urbaine-contre-les-casques-bleus.php

Choléra en Haïti: des jeunes attaquent des Casques bleus

Publié le 18 novembre 2010
Agence France-Presse, Port-au-Prince
Plusieurs centaines de jeunes ont pris pour cible jeudi les soldats de l'ONU dans le centre la capitale haïtienne Port-au-Prince, lançant des pierres et érigeant des barricades lors d'une manifestation suscitée par l'épidémie de choléra, a constaté l'AFP.
Les jeunes s'en sont pris à une petite dizaine de soldats de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) qui se trouvaient à l'arrière d'une camionnette découverte. Un des soldats, qui avaient mis en joue les manifestants, est tombé du véhicule avant de réussir à y remonter.
Les jeunes manifestants qui s'étaient rassemblés sur la place du Champ de Mars, tout près du Palais présidentiel, criaient des slogans en créole tels que «Le choléra c'est la Minustah qui nous a donné ça» ou «Minustah allez-vous-en». Une pancarte indiquait toujours en créole: «La Minustah répand des excréments dans la rue». Les jeunes cherchaient à se rendre au siège de la Mission de l'ONU.
La veille, un homme a été tué par balles et plusieurs personnes ont été blessées, après des heurts également entre Casques bleus et manifestants au Cap-Haïtien, dans le nord du pays.
L'épidémie de choléra, qui sévit depuis la mi-octobre, à déjà fait plus de 1100 morts dans le pays, le plus pauvre du continent américain.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201011/18/01-4344031-cholera-en-haiti-des-jeunes-attaquent-des-casques-bleus.php

Haïti choléra: la Croix-Rouge française prend en charge 35 centres de soins

PORT-AU-PRINCE - La Croix-Rouge française (CRF) a annoncé jeudi qu'elle allait "prendre en charge l'ensemble des 30 centres de soins de Port-au-Prince, capitale d'Haïti, pour y installer des unités de traitement du choléra (UTC)", afin de lutter contre une épidémie qui a déjà fait plus de 1.000 morts dans le pays. Cinq autres UTC sont installées dans la région du Bas Artibonite. Ces UTC permettent "d'apporter les premiers soins aux personnes se présentant avec les symptômes de la maladie et d'orienter les cas les plus sévères vers les centres de traitement du choléra (CTC) installés en ville".
A Port-au-Prince, "plus de 45.000 personnes vivant dans les 18 camps et 6 quartiers où la Croix-Rouge française intervient, ont déjà été sensibilisées, grâce à la présence quotidienne sur le terrain d'une trentaine de volontaires de la Croix-Rouge haïtienne", indique la CRF.
"Des équipements sanitaires tels que des futs d'eau, du chlore et des équipements de protection ont été installés et distribués dans tous les camps" ajoute la CRF.
Le bilan de l'épidémie de choléra qui sévit en Haïti depuis la mi-octobre a dépassé les mille morts, avec un total de 1.034 décès, selon des chiffres publiés mardi par le ministère de la Santé.
Le ministère haïtien dénombre aussi sur son site internet 16.799 hospitalisations depuis le début de l'épidémie, soit 2.157 de plus que lors du dernier bilan. Par ailleurs, il fait état de 38 décès dans la capitale Port-au-Prince, contre 27 précédemment.
(©AFP / 18 novembre 2010 10h29)
http://www.romandie.com/ats/news/101118092901.s8q0vt4z.asp

Choléra : la Rép. dom. prend des mesures draconiennes

Publié le 18/11/2010 12:04:00 Il y a des pays où le cauchemar semble ne jamais devoir finir. Alors qu'une grande partie de la population d'Haïti vit depuis le tremblement de terre de janvier 2010 dans des camps de réfugiés où les conditions sanitaires sont déplorables, une épidémie de choléra s'est déclarée en octobre dernier. Le bilan officiel fait état de plus de 1 000 décès en un mois de ce côté de l'île d'Hispaniola.
Résultat, les Haïtiens cherchent plus que jamais à quitter leur pays, et, de l'autre côté de l'île, la République dominicaine fait face à un afflux de sans-papiers. 200 d'entre eux ont par exemple été arrêtés hier dans le Nord-Ouest du pays. Un premier cas de choléra a été officiellement constaté en Rép. dom., en l'occurrence un ouvrier haïtien de 32 ans qui revenait de vacances en Haïti. Selon certaines sources, d'autres cas ont déjà été pris en charge mais n'auraient pas été reconnus officiellement.
Face à ce début d'épidémie, les autorités dominicaines généralisent l'utilisation de chlore pour purifier l'eau et ont "décidé de renforcer les contrôles sanitaires et de tout type dans la zone frontalière", selon les déclarations du ministre de la Santé. La République dominicaine limite ainsi au maximum l'entrée d'Haïtiens sur son territoire et les échanges commerciaux depuis le début de l'épidémie. Les effectifs ont été doublés aux frontières et les commerçants haïtiens, qui viennent sur les marchés vendre leurs produits, sont refoulés.
Le choléra est fatal dans plus de la moitié des cas, et se transmet par voie orale, notamment à travers l'eau et les aliments.
C.R.
http://www.pros-du-tourisme.com/actualites/detail/33160/cholera-la-rep-dom-prend-des-mesures-draconiennes.html

Un cas de choléra signalé en Floride

AFP .- 17/11/2010 Mise à jour : 19:24 Réagir Un premier cas de choléra lié à l'épidémie qui sévit depuis la mi-octobre en Haïti a été découvert en Floride (sud-est des Etats-Unis) chez une femme qui a récemment rendu visite à de la famille dans le pays, rapportent les médias locaux.
"Elle se porte tout à fait bien", a déclaré le Dr Thomas Torok, spécialiste du choléra au département de la santé de l'Etat de Floride, interrogé par le journal Miami Herald.
"D'autres cas possibles font l'objet d'une enquête", a-t-il dit. L'identité de la malade n'a pas été divulguée, mais le Dr Torok a précisé qu'elle n'occupait pas un emploi en contact avec le public, limitant les risques de transmission du choléra à d'autres personnes. Elle était rentrée d'Haïti il y a une semaine, montrant les symptômes de la maladie qui a ensuite été diagnostiquée par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).
Selon le Miami Herald, la famille de cette femme vit dans la vallée de l'Artibonite, à l'origine de l'épidémie de choléra qui a fait 1.110 morts en Haïti. Les autorités de Floride ont été sensibilisées à la nécessité de tester rapidement les personnes montrant des symptômes du choléra. Cet Etat compte 240.000 personnes nées en Haïti, qui retournent régulièrement dans le pays.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/11/17/97001-20101117FILWWW00634-un-cas-de-cholera-signale-en-floride.php