POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 27 octobre 2011

Canadian women's soccer team to open Olympic qualifier against Haiti

Canada will open the CONCACAF Olympic women's soccer qualifying event against Haiti on Jan. 19.

The tournament will be held in Vancouver from Jan. 19 to Jan. 29. The event schedule was released Wednesday.
Canada, who took part in the Beijing Games, is expected to face its biggest test Jan. 23 against Costa Rica, a two-time semifinalist, in the final game of the Group A schedule.
The tournament semi-final is scheduled for Jan. 27, with the two winners qualifying for the 2012 London Summer Games. The event's final game will be played Jan. 29.
Canada will play in Group A with Costa Rica, Cuba and Haiti. The Canadians meet Cuba on Jan. 21.
The Group B teams will be the U.S., Mexico, Guatemala and the Dominican Republic.

http://www.theglobeandmail.com/sports/soccer/canadian-womens-soccer-team-to-open-olympic-qualifier-against-haiti/article2214254/

Haiti orphanage closes for allegedly selling donations

Gainesville-based group that helped kids grew ‘suspicious’ of operation By Dallas Duncan
dduncan@gainesvilletimes.com
POSTED: October 27, 2011 12:16 a.m.
The Haitian government shut down an orphanage last week in light of abuse findings by several U.S. charitable organizations, including Gainesville-based Adventures in Missions.
Operators of the Son of God Orphanage in Carrefour, Haiti, are alleged to have abused the children at the orphanage. Instead of using the medicine, clothes and other donations to care for the children, Maccene Hyppolite, his wife Marie and their children are accused of selling the goods for profit and selling the orphans as well.
Rania Batrice, executive director of the Dallas, Texas-based Freedom Project, said she was unsure of the total worth of the goods sold, but said it was "pretty substantial."
"We started to notice the children we were trying to help ... their condition seemed to get worse. We started to get suspicious about 15 months ago," said Jeff Goins, director of communications for Adventures in Missions.
Goins said the organizations did not want to jump to any conclusions. The teams on the ground in Haiti kept an eye on how things were going. Eventually, Goins said, the organizations realized that not only were the Hyppolites misappropriating funds, they were abusing children.
Children were also disappearing from the orphanage.
Maccene Hyppolite is now in jail in Port au Prince on these charges, according to a news release. He was arrested in July "while attempting to sell one of the orphans" during a police sting operation, but his wife and children continued to run the orphanage. Accounts from those still in Haiti demonstrated the situation continued to worsen.
Members of the organizations met last week with senior level officials to Haitian President Michel Martelly to make them aware of the situation at Son of God Orphanage, the news release said.
"They were shown photographs and a first-hand account of the people who've been on the ground for the last 15 months," Batrice said. "(The orphans) were still starving to death and still many were naked. The evidence is so damning you can't look over it."
Goins said though the groups were advocating for the orphanage to be closed, they did not expect the government to do so on such a fast timetable.
Even after the orphanage was shut down, Marie Hyppolite and her children were not arrested, Batrice said.
The orphans were relocated to other orphanages in Haiti.
"Efforts continue ... to locate the missing children, ensure the safety of the relocated children and push for a full and thorough investigation of anyone involved in the situation," the news release said.
Batrice said there were about 85 children in the orphanage.
"There are 46 of these kids who are missing. That's on top of the 53 kids who were already missing," she said.
Batrice said part of the speculation about the orphanage is that Maccene Hyppolite trafficked at least some of these missing children. She said when some of the aid workers wanted to take their sponsored children to the doctor, he told them no but said he would sell them to the workers for $2,000.
The groups, Adventures in Missions, along with Bridgeway Church, Timberline Church, Children's Hope Chest, Journey Community Church and Respire Haiti, began working with Son of God Orphanage shortly after the country was devastated by the earthquake in 2010.
"We discovered this orphanage that was in great need after the earthquake hit Haiti," Goins said. "We sent a team down immediately."
Barnes said when he saw the orphanage, it was "horrible."
"The earthquake had damaged the building. The kids were sleeping on the floor. They were doing school under a tree," said Seth Barnes, executive director of Adventures in Missions.
Batrice said there are still teams in Haiti, and some who were in the states returned when they realized the severity of the children's condition. They are checking on the relocated orphans and still pursuing those who are missing.
Barnes said the groups hope to find the kids who are still unaccounted for and help them find a safe home.
"They're just really trying to push the issue," Batrice said. "All of this is speculation, but they think there's about 20 other orphanages trying to do the same thing."
http://www.gainesvilletimes.com/section/6/article/58248/

Cuban musicians embrace their Haitian roots

By JIM TRAGESER jtrageser@nctimes.com North County Times Posted: Thursday, October 27, 2011 6:00 am
Creole Choir of Cuba
The members of the Creole Choir of Cuba aren't just Cuban fans of Haitian music
: They're ethnic Haitians, descended from refugees who fled to Cuba
in the early 1800s and settled in the city of Camaguey. Courtesy photo
When: 8 p.m. Tuesday
Where: Mandeville Auditorium, UC California,
 9500 Gilman Drive, La Jolla
Tickets: $15-$30
Info: 858-534-8497
Creole music is to Haiti what son is to Cuba, flamenco to Spain, blues or bluegrass to the United States.
Both the language and the traditional music of Haiti are called Creole, and both the language and the music are uniquely Haitian mixtures of the French spoken by the European colonizers of the western half of the island of Hispaniola and the numerous languages brought to Haiti by slaves from Africa.
So to find a musical outfit called the Creole Choir of Cuba (playing Tuesday at Mandeville Auditorium at UC San Diego) is a bit like finding a blues band in Belgrade or a bluegrass band in Japan.
Except the members of the Creole Choir of Cuba aren't just Cuban fans of Haitian music: They're ethnic Haitians, descended from refugees who fled to Cuba in the early 1800s and settled in the city of Camaguey. Their music is their way of embracing their heritage and keeping it alive.
Emilia Diaz Chavez, the choir's founder and director, said in an email exchange (with the assistance of a translator) that Cubans celebrate their family ethnic histories in ways that would seem familiar to most Americans.
"In Cuba, many events celebrate the cultures of various ethnic groups, and Haitian culture also has several special spaces dedicated to it, such as 'the Feast of Fire' in Santiago de Cuba, 'Eva Gaspar' in Ciego de Avila and 'The Days of Haitian Culture' in Havana."
According to the band's official biography, the Creole Choir was formed in 1994 by Diaz Chavez out of the existing Haitian ethnic singing groups, which she wrote are popular even among Cubans not of Haitian descent.
"They want to know information about the Haitians and their descendants in Camaguey. The stories of our journeys here, which are diverse and adventurous. Culturally, there is much to know because we are the country's oldest Haitian dance group, based in Camaguey for over 80 years."
Living in a nation like Cuba, known globally as one of the most musically rich cultures, pays dividends even for a band such as the Creole Choir, Diaz Chavez wrote.
"Music is part of the life of the Cuban people. Every day is filled with cheer and dancing in our community, so it is a natural inspiration for our work."
And the two islands' music developed along similar paths, particularly in the religious traditions that fused Catholicism with African beliefs.
"There are many similarities between musical Cuban Santeria and Haitian Vousdous as to the ritual ceremonies and the act of singing to their respective gods. The ceremonies in Haiti are more holy, or 'Iwas,' which is something that our parents have passed to us and our generation now safeguards."
One of the challenges of trying to preserve Haitian music from Cuba is trying to keep up with current developments in Haitian popular music. Diaz Chavez wrote that this can be difficult.
"It is not possible to follow the Haitian music scene directly from my house because I do not hear much the broadcasting directly. We keep a connection through music recorded and obtained in Haiti or other countries that is passed to our friends who live outside Cuba and brought to us. When we were in New York in June, although only in town for 24 hours, our priority was to find music to bring back to Cuba to aid us in our work. That music is shared in the Haitian community in Cuba. There is also a lot of Haitian music produced in Cuba which we have access to."
And while the universal access of the Internet has been slower to make its way into Cuban society than elsewhere in the West, with the ability of young people today to hear music from any part of the world, Diaz Chavez said she does not think this exposure to various folk music will weaken the appeal of local folk styles.
"Each musician has his own charm, and our identity is based on geography."
Read more: http://www.nctimes.com/entertainment/music/article_b66dd507-c781-50b1-b84c-fb3b0b0f815c.html#ixzz1bzdCK7Qh

La PNH prête à exécuter tout mandat émis par le parquet

La PNH est prête à exécuter tout mandat d'arrêt émis par la justice. Garry Desrosiers a fait savoir, mercredi, que le parquet de Port-au-Prince a envoyé à la DCPJ une liste comportant les noms d'une dizaine de personnes ayant des démêlés avec la justice que la police doit arrêter et conduire au pénitencier national. Sur cette liste figure le nom du député Arnel Bélizaire. Haïti: Suspense. Le député Bélizaire est attendu à Port-au-Prince ce jeudi. Il revient de Paris où il a été en mission pour la Chambre basse. Le parquet a émis un mandat d'arrêt contre le parlementaire qui jouit d'une immunité constitutionnelle. « S'il y a un mandat d'arrêt contre le député, la police se trouvera dans l'obligation d'exécuter le mandat », a confié au Nouvelliste, mercredi soir, un haut cadre de la police nationale requérant l'anonymat. Pour le porte-parole adjoint de la police nationale, l'institution n'a pas d'état d'âme. Elle exécutera toute décision de justice.
« La police est l'auxiliaire de la justice », a fulminé Garry Desrosiers. Interrogé par Le Nouvelliste pour savoir si cette déclaration concerne le député Arnel Bélizaire qui jouit d'une immunité parlementaire, l'officier de police a indiqué que la PNH ne fait pas de personnalité. Il a cependant fait savoir que le parquet de Port-au-Prince a envoyé à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) une liste d'une dizaine de personnes ayant des démêlés avec la justice que la police doit arrêter et conduire au pénitencier national. Sur cette liste figure le nom du député Arnel Bélizaire.
« M. Desrosiers, le député Arnel Bélizaire rentre au pays ce jeudi, est-ce vous allez l'arrêter à l'aéroport ? Je vous le dis encore une fois: La police ne fait pas de personnalité. Elle n'a pas d'état d'âme et elle est là pour exécuter toute décision judiciaire. »
Quid du certificat bonnes vie et moeurs émis par la DCPJ ?
« Tout citoyen a droit à un certificat de bonnes vie et moeurs et c'est la DCPJ qui le délivre. Cependant, si une personne a été arrêtée par la police, la DCPJ le note dans le certificat avec la date de la décision de justice et le chef d'accusation », a souligné le porte-parole de la PNH.
Mais, dans le cas de Arnel Bélizaire, M. Desrosiers, est-ce que la DCPJ a mentionné ses démêlés avec la police et la justice ? « Si la personne a été arrêtée, la DCPJ le note automatiquement dans le certificat de bonne vie et moeurs. Il y a deux types de certificat : un positif et un négatif. Si le demandeur a été arrêté, cela sera mentionné », a expliqué au Nouvelliste Garry Desrosiers.
Plusieurs députés ont annoncé qu'ils iront ce jeudi à l'aéroport international Toussaint Louverture pour accueillir leur collègue et du coup lui apporté leur soutien. Des sympathisants du parlementaire ont également manifesté leur intention de se rendre à l'aéroport.
Le président du Sénat a qualifié de prématuré le mandat d'arrêt émis contre le député. Le sénateur Rodolphe Joazile a rappellé que Arnel Bélizaire bénéficie de l'immunité parlementaire et que la loi fixe clairement la procédure à suivre pour lever cette immunité.
Le député Arnel Bélizaire a déclaré, de Paris où il se trouve actuellement, « Je ne suis pas un repris de justice, parce que je n'ai pas été condamné devant un tribunal criminel. Mon dossier est clos et je n'ai pas peur du président...»
« Arnel Bélizaire a été en prison à trois reprises. Le 14 septembre 1995, il l'a été pour abus de confiance et libéré quatre jours plus tard. Le 14 octobre 2004, pour détention illégale d'arme automatique. Evadé du pénitencier national en février 2005, il a été arrêté par la police dominicaine pour vol de véhicules, puis remis aux autorités haïtiennes qui l'ont incarcéré le 4 juillet 2005. Il a été élargi en juin 2006 », a rappelé le secrétaire exécutif du RNDDH, Pierre Espérance, faisant référence aux archives de l'organisation.
Arnel Bélizaire a déjà purgé pour les accusations de détention d'arme illégale, a rétorqué Me Camille Leblanc, qui l'a représenté dans le cadre de cette affaire. Invité également à Radio Magik, l'homme de loi précise qu'en juin 2006, le tribunal correctionnel a ordonné la libération de l'homme qui a bénéficié de la loi Lespinasse.
Robenson Geffrard
rgeffrard@lenouvelliste.com
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=98756&PubDate=2011-10-26

Nomination de 19 secrétaires d'État et de 15 directeurs généraux

Le nouveau gouvernement a été complété mercredi avec la nomination par arrêté présidentiel de 19 secrétaires d'État presqu'autant qu'il y a de ministères. Si certains ministres seront assistés de deux (TPTC, Sport, Agriculture, commerce), trois secrétaires d'Etat (Intérieur, Education), d'autres (Santé publique, Environnement, Relation avec le parlement, Femme, Présidence, Finances ) n'ont aucun secrétaire d'Etat pour le moment. Une secrétairerie d'Etat au Patrimoine a été créée. Seul rescapé de l'ancien gouvernement, Michel Chancy reste à la Production animale. Le président de la République, Michel Joseph Martelly a également nommé une quinzaine de nouveaux directeurs généraux, parmi les sortants Françoise Thybule laisse la Bibliothèque nationale après 30 ans de service. La grande surprise vient du renvoi du Directeur général de l'administration des Douanes remplacé après à peine un mois de service.

Haïti: Voici la liste des Secrétaires d'État:
A. SECRETAIRES D'ETAT
- M. Georges RACINE à l'Intérieur
- M. Richard MAURASSE à la Défense Nationale
- M. Jean Fritz JEAN LOUIS aux Collectivités Territoriales
- M. Réginald DELVA à la Sécurité Public
- M. Philippe CINEAS aux Transports
- M. René Jean JUMEAU à l'Energie
- M. Jean Claude FRANCOIS à l'Enseignement Supérieur
- Mme Milaine ALEXANDRE à l'Alphabétisation
- Mme Marina GOURGUE à la Formation Professionnelle
- M. Paul Antoine ADRIEN aux Sports
- Mme Carline MONTAS à la Jeunesse et à l'Action Civique
- M. Gérald ORIOL Jr. A l'Intégration des Personnes Handicapées
- M. Fresner DORCIN à la Production Végétale
- M. Michel CHANCY à la Production Animale
- M. Carl Murat CANTAVE à la Population
- M. Mathias LAURENT au Commerce
- M. Jean Gérald BRUTUS à l'Industrie
- M. Michel BRUNACHE aux Affaires Etrangères
- Mme Elsa BAUSSAN NOEL au Patrimoine

B. Les directeurs généraux
- M. Ronsard SAINT-CYR, aux Affaires Sociales
- Mme Arielle JEANTY VILLEDROUIN, à l'IBERS
- Mme Gesly LEVEQUE, à la Banque Populaire Haïtienne
- M. Bernard DEGRAFF, à l'ONA
- M. Pierre Robert AUGUSTE, aux Presses Nationales
- M. Bernier SYLVAIN, à la Radio Nationale D'Haïti
- M. Frantz Michel CARLY, à la Direction Nationale du Livre
- M. Emmanuel MENARD, à la Bibliothèque Nationale
- M. Jean Ernest PAUL, à l'Office des Postes
- M. Oriol MICHEL, à l'OAVCT
- Mme. Myriam JEAN, Directeur Général Adjoint de la Banque Populaire Haïtienne
- M. Victor SAINT-LOUIS, Directeur Général Adjoint à l'AGD
- M. Philippe CHARCHOUTE, Directeur Général Adjoint à L'OAVCT
- M. Tony ACHILLE, Directeur Général Adjoint à l'AGD
- M. Favard C. DUPERVAL, Directeur Général Adjoint au FAES
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=98768&PubDate=2011-10-26

conjoncture, L'engrenage

Haïti: Arnel Bélizaire, s'il ne décide pas de devenir le premier exilé politique de la présidence Martelly, rentre ce jeudi au pays après une mission parlementaire en France. Le député est attendu par la police. Un mandat d'amener émis par le parquet l'attend. Les faits qui sont reprochés au député ne sont pas clairs. Sa défense le présente comme un homme blanchi par la justice, ses détracteurs comme un repris de justice.
Un fait reste, ses problèmes ont commencé après une altercation avec le président de la République au palais national. Le député Bélizaire aurait manqué d'égard au chef de l'Etat dans la maison du peuple au cours d'une rencontre politique. Des mots malheureux ont été échangés entre les deux élus, rapportent des témoins.
L'immunité parlementaire couvre justement et pleinement un telle situation. Un incident politique ne doit pas avoir de suite judiciaire.
Pour ce qui est des impairs que le député aurait commis avant d'entrer en fonction et même les infractions ou crimes perpétrés pendant son mandat, il y a toute une procédure à suivre pour l'amener devant ses juges.
Hors du respect des normes, nous entrons dans le monde de l'arbitraire. Aucune des institutions de ce pays, au regard de notre passé, ne doit impunément, pour surfer sur les envies de l'opinion, se laisser tenter à outrepasser ses prérogatives.
Cela prendra le temps qu'il faut, laissons la procédure suivre sereinement son cours.
Tout le monde en sortira grandi.
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=98769&PubDate=2011-10-26
Frantz Duval

Entre impunité et immunité ...Haïti: EN AMONT ou EN AVAL...

Si en amont, n'importe quel délinquant peut contourner le système et l'infiltrer pour se réfugier dans nos institutions sous le couvert de la dignité que confère la fonction, en aval, les dites institutions, au nom de la morale et de la dignité nationales et universelles, ont pour devoir de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour préserver leur prestige. Il est hors de question que nos institutions s'avilissent et sortent de l'estime de l'opinion publique au nom d'un soi-disant esprit de corps qui ne s'appliquerait nullement aux imposteurs qui les auraient pris d'assaut, pour mériter, ce faisant, le quolibet d'association de malfaiteurs et/ou de ''repaires de bandits''.

DE LA FAIBLESSE DE NOS INSTITUTIONS...
Nous savons bien, malheureusement, que la faiblesse de nos institutions permet à n'importe quel citoyen haïtien vivant d'obtenir, s'il le désire, en personne, son certificat de décès. Même si nos honorables officiers d'état civil ne se seraient pas ridiculisés en fournissant un tel document à une personne en bonne santé, les faussaires qui gangrènent le système se chargeraient de le court-circuiter pour faire émettre, contre espèces sonnantes et trébuchantes, ledit document...
Il est, par ailleurs, tout aussi possible pour un condamné purgeant sa peine dans un de nos pénitenciers d'obtenir, par un contact à l'extérieur, un certificat de bonnes vie et moeurs ou une attestation de casier judiciaire vierge...Le système judiciaire haïtien est débile. Si nous voulons vraiment consolider la démocratie naissante, il faut investir massivement pour entre moderniser cet appareil, en mettant en réseau les archives des dispositions de justice, des jugements et autres actes de la vie judiciaire. Si tout cela était impossible, l'actuel débat n'aurait pas lieu. Un citoyen officiellement recherché par la police qui a publié sa photo sur un avis de recherche avec d'autres délinquants a pu se porter candidat en mettant à son tour sa photo partout dans la zone métropolitaine, parce que candidat à la députation pour une assez large circonscription ! On a dit que le système judiciaire était débile, il faut également regarder ailleurs...Et les citoyens dans tout cela? où est leur responsabilité comme auxiliaire de la justice et de la police ? Tout le monde a peur ou personne ne savait ?
Dans le dossier du député Arnel Bélizaire, qui semble être le premier élément de crise de l'ère Martelly, le débat fait rage entre les partisans du député et ceux du camp du respect de la loi. Les questions qui reviennent le plus souvent pointent du doigt le président de la République qui organiserait des représailles contre le député accusé d'avoir eu des échanges vifs de propos avec Michel Martelly.
AUTORITARISME OU STABILITÉ DES INSTITUTIONS ?
Les antécédents d'autoritarisme et d'abus de pouvoir doivent interpeller notre société habituée à ces dérapages qui se sont installés dans la routine de la vie politique. Ce sont comme des habitudes inhérentes au système. Pour cela, personne ne saurait encourager des débordements du palais national. Quand cela commence, un jour ou l'autre, cela finira par toucher des citoyens de tous les groupes sociaux. Il ne s'agit pas de dire que cela ne me concerne pas, car comme dans le fameux poème, cela finira par nous concerner, chacun en particulier.

Cependant, si les suspicions sont légitimes quant au caractère intolérant du chef de l'État qui aurait instrumenté l'institution judiciaire pour régler ses comptes avec un opposant ou un citoyen qui lui aurait tenu tête, il n'est pas moins vrai que dans le cas de figure en question, il y a lieu de fixer une fois pour toute la vérité. Quel est le statut de M. Bélizaire avant son élection à la 49e. Législature. S'agit-il réellement d'un condamné emprisonné, en cavale à la faveur de l'une des multiples casses des barrières du Pénitencier national ? M. Arnel Bélizaire, a-t-il été condamné pour crime, a-t-il été acquitté et blanchi ? S'agit-il d'un prisonnier politique, victime de nos montages traditionnels ? Il nous faut élucider ces questions, quelle que soit celle qui s'applique au député qu'il est devenu.
A ceux qui disent pourquoi aujourd'hui et pas hier, on pourrait répondre que mieux vaut aujourd'hui que plus tard. Aujourd'hui pourquoi? parce que, naturellement, les échanges qu'il a eus avec le président de la République ont agacé M. Martelly qui a dû demander d'enquêter sur ce parlementaire. Cela va tout droit dans le sens de ceux qui concluent rapidement à la persécution politique. La deuxième tentative de réponse a à voir avec un élément conjoncturel, chronologique. Le fait que l'incident dont il est question soit survenu à un moment où le pays est désormais doté d'un gouvernement dont le chef de l'État a le plein contrôle.



DEVOIR D'OBJECTIVITÉ...
Maintenant, si nous regardons les choses objectivement, oui, Martelly peut être motivé par son caractère autoritaire et intolérant. Il serait dans la catégorie des présidents haïtiens qui pensent à tort qu'ils ont tous les droits, que tout le monde leur droit du respect sans qu'ils soient eux-mêmes tenus par cet engagement de respecter les autres, du haut de leur statut présidentiel et du fait de cette fonction. Ici, il y a une veille citoyenne à faire pour préserver les acquis de la Constitution de 1987. Le devoir d'objectivité impose également un second regard sans tergiversation sur l'incident, du point de vue institutionnel et constitutionnel. L'article 136 de la Charte de 1987 en vigueur fait du chef de l'État le garant des institutions dont il doit veiller à la stabilité. Il a aussi, selon les dispositions du même article, la mission de s'assurer ''du fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État''. A ce titre, Michel Martelly, aujourd'hui président d'Haïti fait son travail de gardien des institutions, s'il dénonce la présence d'imposteurs dans l'une d'entre elles et fait suivre la procédure régulière pour réparer les dégâts. Quelles que soient les motivations de M. Martelly, consciemment ou inconsciemment, il assume ses attributions constitutionnelles de s'assurer du fonctionnement régulier des pouvoirs publics. Car ce serait irrégulier qu'un repris de justice, ou un citoyen en contravention avec la justice pour avoir forcé les portes de la prison et quitté illégalement les liens de la prévention en utilisant de vrais faux documents, pour prendre d'assaut une de nos prestigieuses institutions, puisse continuer à jouir illégalement des fruits de son imposture en se réclamant de l'immunité octroyée par la fonction usurpée.

POUR L'HONNEUR...
Maintenant, pour son honneur personnel, celui de sa famille, et pour préserver la dignité et l'honneur de la Chambre des députés dont il est aujourd'hui membre, M. Arnel Bélizaire doit se mettre à la disposition de la justice haïtienne pour se défendre et clarifier sa situation. Nous savons tous que la justice ne peut souffrir d'aucun défaut de procédure. Dans ce cas, l'accusé bénéficie de l'annulation des poursuites. Même si le cas dont il s'agit n'est pas une affaire enrôlée dans une quelconque juridiction du système judiciaire, il est indispensable que les procédures soient respectées. Aujourd'hui, le pouvoir exécutif doit reprendre les démarches en demandant au ministre de la Justice de produire auprès de la Chambre des députés la demande du parquet quant à la levée de l'immunité du député Arnel Bélizaire.
D'aucuns diront que cela est inutile, étant donné la flagrance constituée par les photos du prisonnier avec son numéro d'ordre et l'avis de recherche émis par la police et dont les copies circulent dans les médiums électroniques. Mais il serait préférable un strict respect de la procédure d'usage pour ne fournir aucun prétexte à la tentation de résistance des uns et des autres quant à l'évidente nécessité de faire droit à la demande de la levée de l'immunité dont jouit l'accusé, que l'on restituera dans ses droits, le cas échéant. La levée de l'immunité parlementaire n'a rien d'infamant; c'est une procédure qui affranchit la justice face à un citoyen bénéficiant d'un statut spécial qu'il recouvre, s'il fait preuve de son innocence. La levée de l'immunité parlementaire doit être vue comme un acte de transparence au profit de la recherche de justice qui ne doit souffrir d'obstacle d'aucune sorte.

PAS DE FUITE EN AVANT...
Le respect des procédures doit être la norme. Il faut éviter toute fuite en avant pour ne pas créer de mauvais précédents et des situations qui ne manqueront pas de provoquer de nouveaux déchirements de la société. Il faut éloigner toute tentation de faire les choses avec émotion et envoyer à la société un mauvais signal de retour à l'autoritarisme comme on l'a vu pendant les premières années du régime Duvalier au cours desquelles des députés, ont été arrêtés la cocarde sur la poitrine. Nous n'en sommes plus là aujourd'hui, notre société ne veut plus de ça et ne saurait cautionner une telle attitude, qui serait vue comme une inutile bavure.
La Chambre des députés doit assumer avec sérénité son rôle d'institution de référence au coeur du système démocratique, de gardien, comme branche du Législatif avec les deux autres pouvoirs, de la stabilité nationale et de la souveraineté qui lui a été déléguée à travers chacun de ses membres. La nation observe et s'attend à ce que chacun, en ce qui le concerne, joue son rôle avec sérénité, dans le strict respect de ses attributions sans dépasser les limites. Franchir les limites n'aura d'autres effets que de nous jeter dans une nouvelle crise dont nous pouvons bien faire l'économie au moment où nous avons tant de défis de taille à relever.

LA JUSTICE, LE PREMIER DES DÉFIS...
En attendant, le premier défi en Haïti est celui de la justice que nous devons travailler à rendre forte, puissante. C'est de cette façon seulement qu'elle pourra demander des comptes à tout citoyen, quel que soit le corps auquel il appartient. Le dossier du député Arnel Bélizaire, s'il est traité avec équité et dans les règles de l'art, rendra service à la consolidation de la justice de notre pays. Il constituera un précédent qui ouvrira la voie à l'assainissement au sein de nos institutions, qu'elle soit de la Présidence, du Judiciaire ou de l'Exécutif. Il est de notoriété publique que tous ces milieux sont pollués de gens qui ont su passer au travers des mailles trop larges du filtre de la justice. Dans ce sens, Arnel Bélizaire ne doit pas être un bouc émissaire pour tous les autres qui, d'où qu'ils se tiennent, devraient mettre leur barbe à tremper après l'incendie allumé à la barbe de l'encore député Bélizaire.
Ce texte était originellement destiné à la rubrique IBOPINION du jeudi 27 octobre 2011 sur Radio IBO
Hérold Jean-François
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=98761&PubDate=2011-10-26

EDITO : Lydie Parent comme une abeille

Haïti: « Mars fait la fleur, avril en a l'odeur ». Quelle belle façon de dire que les ânes croulent sous les fardeaux pour que les chevaux batifolent, traduction libre de notre "bourik travay pou chwal galonnen". Ce sont ces deux proverbes qui ont fusé dans la salle de rédaction du Nouvelliste quand ont été mis sur le tapis les commentaires d'une fidèle lectrice qui a fait part au journal de son indignation après la publication de l'article sur la place Saint-Pierre vidée de ses occupants. Le journaliste, selon elle, n'aurait pas dû faire état de la présence de responsables de l'OIM venus donner le dernier coup de truelle et recueillir quelques lauriers pour cette mission qu'ils n'ont pas accomplie.
L'article a révulsé notre lectrice qui veut que tout honneur et toute gloire soient rendus à la mairesse Claire Lydie Parent.
C'est vrai, la patience et l'opiniâtreté de madame Parent ont fini par payer. Elle a su braver les insultes des sinistrés, l'incompréhension de deux présidents de la République - René Préval puis Michel Martelly- et l'incrédulité d'une ribambelle de ministres, maires et responsables peureux qui attentaient son échec comme un chien affamé attend la chute d'un corossol.
Et que dire des ONG et autres organismes de défense des droits des sans-abri qui s'étaient ligués contre la mairesse.
Enfin, alors que l'affaire se termine pour le mieux, voilà qu'un organisme étranger se présente pour voler une part de la lumière qui revient à la femme de Malik qui a dirigé Pétion-Ville plus longtemps que tous les édiles de ces dernières décennies.
Madame Parent - le jour où on fera le bilan de son règne - est un des rares élus municipaux de la République qui sait trouver du sang dans les pierres et qui met toujours tout son coeur à l'ouvrage.
Armée de son courage, de sa voix de chanteuse, de sa perruque et de ses faibles moyens, elle a pu surmonter des situations perdues d'avance, remarquent ceux qui l'admirent.
La mairesse, qui a une action importante dans les sections de cette commune si urbaine qu'est Pétion-Ville, va-t-elle briguer un nouveau mandat ?
Personne ne peut l'affirmer, mais il faut souligner qu'elle est de cette race rare d'élus qui gagnent, perdent et regagnent sans abdiquer leur passion pour une tâche ingrate : la gestion d'une ville en Haïti.
Il reste à la mairesse à continuer son travail pour soulager l'inconfort des hommes et des femmes qui campent dans les autres regroupements provisoires et d'animer un séminaire pour les maires, ministres et dirigeants qui n'ont pas encore remarqué le chemin qu'elle a parcouru depuis le 12 janvier 2010.
Madame Parent, pragmatique comme on la connaît, a sans doute compris qu'elle devait s'allier à ceux qui, hier, la pourfendaient. Son objectif est de bien réussir à reloger les sinistrés et à redonner un aspect moins humanitaire à la principale place publique de sa commune.
Qu'importe si avril a l'odeur des fleurs, il nous faut des abeilles en mars et madame Parent en est une. Des plus productives.
Frantz Duval
duval@lenouvelliste.com
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=98760&PubDate=2011-10-26

Haitians Train for a Future With a Military

PORT-AU-PRINCE, Haiti — For hours, Robeson Arthiste dragged himself through the dirt like a commando, marched “left, two, three, four,” dived behind bushes pointing an imaginary gun and grimaced while a razor blade removed every bit of hair from his head, leaving a trickle of blood.

Drenched in sweat and muck after drilling with fellow army hopefuls, he said he was ready to join the Haitian military — that is, if there was one.
“Things are not easy here in Haiti,” said Mr. Robeson, 35, and, like several of the prospects, unemployed. “We need something to do.”
Whether that something should be a new military has raised alarm both here and abroad. The military was disbanded over human rights abuses in 1995 by President Jean-Bertrand Aristide after years of political turmoil, making Haiti one of a handful of countries without an army.
But now President Michel Martelly is pledging to revive it, pressing forward with a plan to reconstitute the Haitian military as a kind of national guard or civil defense force to supplement the weak national police.
His $95 million proposal calls for an initial force of 3,500 personnel to patrol the border, help put down civil unrest and provide badly needed employment to legions of young people. It sets aside $15 million to compensate former soldiers who have long complained they are owed a pension.
A draft circulated last month to diplomats from donor nations was promptly leaked, a sign of disquiet among many who recall the military’s involvement in coups and question its priority in a country still reeling from the January 2010 earthquake.
Even members of Parliament supportive of the idea as a matter of national pride — and, like many citizens here, frustrated over high crime — doubt there is support to finance the proposal. The Constitution calls for an armed defense force, so Mr. Martelly may already have the legal authority he needs. Indeed, former members argue they are technically still on duty. But Parliament members believe that they would control something just as important: the purse strings.
“Our generals started the country in 1804,” said Jean Rodolph Joazile, a former military officer and the president of the Senate, referring to the slave rebellion that gave birth to independence from France. “But the army I belonged to was not professional. Now we have to see what our needs are. Is there a priority to have an army now?”
The United Nations has long planned to eventually replace the peacekeepers here with a fortified national police force, and this month the Security Council cut the maximum size of the peacekeeping contingent to 10,581 from 13,331. But the earthquake set back the development of the police force, which stands at 10,200 for a population of 10 million, less than half the size it should be, said the police chief, Mario Andresol.
Chief Andresol, also a former army officer, declined to say whether he supported Mr. Martelly’s plan but said, “We need to develop the police force to see how far we can go with what we have.”
The United Nations has decided to reduce its peacekeepers to pre-quake levels — a decision Mr. Martelly opposed given lingering crime problems — and popular sentiment has soured on them. One unit from Nepal is believed to have brought cholera to the country, while peacekeepers from Uruguay are accused of sexually abusing an 18-year-old Haitian man. Both issues have set off protests here.
That current of mistrust and animosity helps fuel the ad hoc groups of former soldiers and aspiring ones, and it may also buttress Mr. Martelly, who campaigned on promises to reduce international influence and restore Haitian pride. He sent word to Parliament that he plans to name a general staff by Nov. 18, a military holiday, though he has not formally announced his plan.
Mr. Martelly, a dropout of the national military academy, visited one group in November in a camp near here as a presidential candidate and was greeted with a ceremony of salutes and parading, said Nestor Appolon, the commander of the group.
“He came to cheer us up and encourage us and said he supported having an army,” said Mr. Appolon, of the National Coordinate of the Restructured Military, which began as a camp for earthquake survivors run by former military officers and is now one of several loosely connected groups pushing for a new army.

.Mr. Arthiste belongs to another group, the Organization of Demobilized Soldiers for the Reconstruction of Haiti, which trains weekly on the grounds of an abandoned nightclub on the outskirts of Port-au-Prince, the capital. It, too, is led by former military officers, who insist that their only aim is to help rebuild and secure the country, not destabilize it.
They are sketchy on the question of weapons. None were visible during a training session last weekend, but one of the group’s leaders, Daniel Esperance, 53, a former corporal, said, “We don’t have weapons now, but one day if we are in danger we will find them.”
Weapons training seemed a distant concern during the weekend training session. The recruits had enough trouble marching in time, with several hitting the deck for pushups to pay for errors.
Getting their heads shaved, a few initially resisted before succumbing to the razor. “This is a tet kale movement!” one of the “barbers” called out, using the term for bald head, which also happens to be Mr. Martelly’s nickname.
Mr. Esperance said the members — around 2,000, he estimated, though about 100 were present for the training Saturday — donate what they can for lunch and uniforms, camouflage pants, gray T-shirts and boots.
The recruits seemed as interested in future employment as defending the country. Several are not long out of school and said they never held formal jobs, common in a country where about two-thirds of the population is unemployed. “We are poor people, we need income,” said Frederic Markendy, 28, a trainee. “The army is one way. What makes a country? An army.”
http://www.nytimes.com/2011/10/26/world/americas/president-michel-martelly-seeks-to-re-create-haitis-army.html?pagewanted=2&_r=1