POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 16 avril 2010

Haïti-Séisme : La France participe aux travaux de déblaiement des écoles

jeudi 15 avril 2010 P-au-P, 15 avr. 2010 [AlterPresse] --- L’ambassadeur de France en Haïti, Didier Le Bret, a visité le 14 avril le site de l’institution Georges Marc, en compagnie de l’épouse du président de la république, Elizabeth Préval.
Cette visite a coïncidé avec la fin des travaux de déblaiement conduits sur ce site par un contingent des forces armées françaises.
Pendant 4 jours, les engins de l’armée française ont enlevé 1500 m3 de matériaux sur le terrain de 2 500m carrés à présent prêt à accueillir les tentes sous lesquelles se dérouleront les activités scolaires.
Selon le directeur, l’institution aura à héberger d’autres écoles du voisinage, suivant la stratégie recommandée par les autorités de l’éducation pour pouvoir accueillir le plus grand nombre d’élèves possible.
220 soldats de l’armée française sont actuellement en Haïti pour mener des travaux de déblaiement dans les écoles détruites par le tremblement de terre du 12 janvier.
L’institution Georges Marc, où le président Préval a bouclé son cycle primaire, est la 10e école déblayée sur une liste de 60 identifiées à Port-au-Prince.
Les soldats français s’occupent également du ramassage des débris déposés au bord des routes et qui entravent la circulation dans la capitale.
Pour le capitaine Lassus, chef des travaux, la plus grande difficulté est le temps de trajet, trop long selon lui jusqu’au port où sont déversés les débris.
Au cours de la visite Elizabeth Préval a réitéré l’intérêt de son époux pour la reprise scolaire et l’éducation qu’il a notamment défendue à New York lors de la conférence des donateurs du 31 mars.
Tout en signalant sa préoccupation face aux conditions mentales des enfants, l’épouse du président a tenu à proclamer que l’accès à l’éducation retient toute son attention.
L’ambassadeur français a pour sa part plaidé en faveur de la refondation du système éducatif en vue de donner plus d’opportunités professionnelles aux jeunes.
Par la suite l’ambassadeur de France et l’épouse du Chef de l’État se sont rendus à l’Institut du bien être social et de la recherche (Ibesr) où des jeunes du service militaire adapté de Martinique et de Guadeloupe travaillent à la restauration du bâtiment.
Selon la directrice, Jeanne Bernard Pierre, la France porte une attention particulière au soutien de cette institution en aidant notamment à l’informatisation des données de l’Ibesr.
Entre 2008 et 2009, l’Ibesr a enregistré des demandes d’adoption pour 1860 enfants dont 1/3 provenaient de la France. [kft gp apr 15/04/2010 12:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9444

Parlement : Feu vert à 18 mois d’état d’urgence et à la CIRH

Les représentants d’Inite prennent la "décision historique" de donner les pleins pouvoirs au Président René Préval et à ses partenaires internationaux ; avec des différences d’expression, Rudy Hérivaux, Judnel Jean et Céméphise Gilles se rallient à la majorité présidentielle obsédée par "l’opportunité de la reconstruction"
Après 48 heures de tractations et de coups tordus, le Sénat a finalement entériné jeudi soir sans surprise par 13 voix pour, une contre et deux abstentions le projet de loi modifié sur la prolongation de 18 mois de l’état d’urgence et la création de la très controversée Commission mixte intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH).
Cette séance ratification, réalisée à fond de train sous la houlette de la majorité présidentielle Inite avec l’appui de trois précieux alliés appelés à la rescousse, vient donner les coudées franches au chef de l’Etat, René Préval et à la communauté internationale pour conduire comme ils l’entendent le processus de reconstruction post-séisme.
La semaine dernière, les Députés avaient déjà massivement approuvé le projet de loi.
Contrairement au scénario de mardi marqué l’impossiblité de réunir le quorum en raison de la mobilisation des "opposants" du groupe dit des "13", ce jeudi les Sénateurs proches du pouvoir ont pu dicter leur loi et faire le plein de voix à l’arrivée au terme d’une longue attente.
Venus en ordre dispersé au siège provisoire du Parlement, les élus Céméphise Gilles (ex-Lespwa/Nord), Rudy Hérivaux (Lavalas/Ouest) et Judnel Jean (Fusion/Nord-Est) ont permis à l’assemblée d’avoir un quorum confortable avant d’exprimer leurs voix de manière contradictoire. La première a voté contre, le second a fait abstention avec Jean Hector Anacacis tandis que le troisième s’est aligné sur le bloc Inite.
La marge de sécurité était suffisamment importante pour éviter tout retournement de situation, le vote se déroulant à la majorité simple.
L’assemblée a suivi sans ambages les recommandations de la commission spéciale chargée d’analyser le texte de loi après la présentation du rapport confiée au Sénateur John Joël Joseph (Inite/Ouest).
Silencieux et invisibles, les tenants de l’opposition à la prolongation de l’état d’urgence et au statut actuel de la CIRH l’ont été jusqu’au bout. Réunis au Karibe Convention Center, les Andris Riché (OPL), Youri Latortue (AAA) et autres Jean William Jeanty (Konba) ne se sont pas présentés au Sénat après avoir juré de manière tonitruante de faire barrage à une loi jugée "inconstitutionnelle" et "irrecevable".
A l’issue de la séance, le président du Sénat, Kély Bastien, a annoncé l’acheminement rapide du texte tel que voté à l’Exécutif chargé de sa promulgation.
Différents partis de l’opposition et organisations de la société civile avaient dénoncé comme un projet de "mise sous tutelle" d’Haïti la loi qui, au cours des prochains 18 mois, accordera les pleins pouvoirs à l’Exécutif et à la Commission pour la reconstruction en matière notamment de gestion d’un montant de 5,3 milliards de dollars sur une enveloppe globale de 9,9 milliards promise par la communauté internationale.
Le séisme dévastateur ayant touché Haïti le 12 janvier a fait plus de 230.000 morts, 300.000 blessés et 1,2 million de sinistrés, selon des estimations officielles. spp/Radio Kiskeya

Haïti doit pouvoir tenir les élections avant fin 2010, selon Bill Clinton

Une aide internationale sera nécessaire pour parvenir à l’organisation de ces consultations, affirme l’émissaire spécial de l’ONU pour Haïti
"Ils (les haïtiens) sont capables de les organiser (élections). J’espère qu’il s’agit de l’une des choses dont n’avons pas à nous préoccuper", a déclaré M. Clinton dans un entretien à Reuters lors d’une visite à Miami où, ce week-end, sa fondation, Clinton Global Initiative, va promouvoir une rencontre philanthropique en faveur d’étudiants.
L’ancien numéro un américain a indiqué que le pays avait besoin d’une aide internationale pour assurer la tenue du scrutin présidentiel et des élections législatives initialement prévues en février et mars, mais reportées à cause du tremblement de terre dévastateur du 12 janvier.
"Il y a là-bas une population flottante massive, beaucoup d’entre eux ont eu leurs documents d’identité détruits. Ainsi, nous avons besoin d’un peu d’aide pour réaliser les élections", a conclu Bill Clinton.
Epouse de l’ex-Président démocrate, la Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, avait jugé récemment que les élections devaient être organisées en Haïti en "temps opportun" alors que, cette semaine, le chef de la Mission de stabilisation de l’ONU (MINUSTAH), Edmond Mulet, s’est prononcé pour la tenue du scrutin à la fin de l’année.
Le mandat du Président René Préval arrivera à terme le 7 février 2011 et le Conseil électoral provisoire en place ne jouit pas de la confiance de la classe politique et d’une partie de la société civile. spp/Radio Kiskeya

Haïti reste sur la "liste noire" de la CIDH

Le rapport annuel 2010 dénonce la persistance de la corruption, de l’impunité et l’incapacité de la justice à garantir les droits fondamentaux des citoyens
Haïti figure une fois de plus, en compagnie de Cuba, du Venezuela et de la Colombie, sur la liste des pays indexés par la la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH) comme les pays du continent américain où sont enregistrées les plus graves violations des droits de la personne.
Ciblé pour la première fois, le Honduras, où un coup d’Etat avait renversé l’année dernière le Président Manuel Zelaya, rejoint les quatre "mauvais élèves".
Lors de la présentation de son rapport annuel devant la commission des affaires juridiques et politiques de l’Organisation des Etats américains, le président de la CIDH, Felipe Gonzàlez, a fait état des préoccupations de la commission concernant Haïti où sont récurrents des problèmes de sécurité publique, d’administration de la justice, d’impunité et de vulnérabilité de certaines catégories de la population.
Les déficiences structurelles et institutionnelles exigent des réformes et une assistance appropriée, selon la Commission interaméricaine des droits humains.
Elle soutient que l’inefficacité de la justice, la corruption et le grave déficit de ressources financières et humaines contribuent à entretenir un cycle d’impunité qui affecte la capacité de l’Etat haïtien à garantir et à respecter les droits fondamentaux des citoyens.
L’organisme de l’OEA chargé de l’observation de la situation des droits humains dans l’hémisphère occidental épingle régulièrement Haïti parmi les Etats où les droits les plus élémentaires sont régulièrement violés, négligés voire ignorés. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6706

L’ Etat d’urgence, ça se mérite

SI M PA RELE : Par l’écrivain Lyonel Trouillot
Un gouvernement qui reste muet durant les heures et les jours qui suivent le séisme du 12 janvier, prend son temps pour déclarer l’état d’urgence. Un ministre de l’éducation nationale qui déclare ouvertes les écoles sans un vrai plan, ce qui fait que celles qui peuvent sont plus ou moins ouvertes, que les parents qui en ont les moyens envoient leurs enfants à l’école, que les autres écoles sont peut-être condamnées à la disparition. Un(e) ministre de la Communication qu’on voit plus souvent en photo à côté des grands de ce monde qu’on ne l’entend communiquer sur les actions du gouvernement. Une équipe gouvernementale plus encline à fricoter avec les technocrates de seconde zone, petits mercenaires de la coopération internationale, qu’à prendre l’avis des différents secteurs de la vie haïtienne et à réunir des compétences haïtiennes autour d’un projet clair, novateur et rassembleur. Des experts haïtiens se plaignent d’avoir été appelés, parfois écoutés, mais d’avoir au fond plus fait fonction de figurants pour effet médiatique qu’autre chose. Le gouvernement n’inspire pas confiance, indépendamment des qualités individuelles de ses membres (il n’y a pas d’hommes sans qualité).
C’est en n’inspirant pas confiance et en donnant l’impression de s’en moquer éperdument qu’il réclame l’état d’urgence. Il est normal que le sentiment général soit que cette demande ne corresponde pas à une intention de gérer l’urgence de façon célère et efficace dans les intérêts de la nation mais plutôt à l’urgence de gérer l’aide comme il l’entend, sans avoir à rendre compte à des instances nationales. Quant aux parlementaires qui se sont empressés de répondre oui à la demande ou d’obéir à la commande, ils sont admirables de candeur ou d’autre chose : voilà un vote par lequel une institution se déclare virtuellement inutile pour motif d’urgence. On aura sans doute besoin de la sanction parlementaire quand les choses iront bien, quand dans les communes et les départements qui les payent pour les représenter jouiront de tout ce qui leur manque aujourd’hui.
On peut avoir des arguments pour l’état d’urgence, on peut avoir des arguments pour. Le problème avec les défenseurs de l’état d’urgence, c’est que le pouvoir pour lequel ils réclament ce cadeau politico-administratif pour motif d’urgence de faire n’a donné aucune preuve de son savoir-faire, ni d’un vouloir-faire.
Il donne en plus l’impression d’être obéissant par laxisme ou par conviction. On sent que la souveraineté est grignotée au quotidien, que le gouvernement, s’il n’a pas bonne note auprès de la « communauté internationale » sur le plan des performances et de l’efficacité (c’est un secret de polichinelle), il est très bien noté en matière de discipline. On ne demande pas toujours à un élève d’être brillant, il suffit quelquefois qu’il soit obéissant.
Je reconnais au président Préval une qualité qui commande le respect. Il a toujours reconnu la nécessité des élections comme expression démocratique des contradictions politiques et promis de s’en tenir aux termes de son mandat. S’il rompt avec cela, les choses vont aller mal. Rien de ce que fait le gouvernement, rien de ce qui se fait actuellement en Haïti dans la gestion de l’après séisme ne contribue (et on voit mal pourquoi cela changerait brusquement) à créer la confiance et à réconcilier la société et le gouvernement. La seule véritable urgence sur laquelle on attend le président Préval, c’est la survie du processus démocratique. Passer l’écharpe à l’heure prévue par la Constitution ou à l’issue d’un processus au plus proche (délai et procédure) des prescrits constitutionnels. Un beau départ, et l’on pourra dire ce qu’on voudra, sur les politiques qu’il a menées, chacun restant libre d’apprécier la gestion des choses au cours de son mandat, mais tout le monde dira : il fut (au moins) un démocrate.
LYONEL TROUILLOT

Dany Laferrière désigné Personnalité internationale de l'année

L'auteur Dany Laferrière a reçu le Prix de la Personnalité internationale de l'année, attribué conjointement par le Centre d'études et de recherche internationale de l'UdeM (Cérium) et l'émission «Une heure sur terre» de la Télévision de Radio-Canada.
Le Prix de la personnalité internationale de l'année est remis «à un Québécois dont l'activité internationale a connu un bond qualitatif dans une période récente et qui fait une contribution remarquable, dans son domaine, pour le rayonnement du Québec dans le monde ou pour une meilleure compréhension du monde par les Québécois» a expliqué le directeur exécutif du Cérium, Jean-François Lisée.
Le choix de Dany Laferrière, a ajouté Jean-François Lépine, animateur «Une heure sur terre», s'est imposé au jury : «Après un roman renversant qui lui a valu une reconnaissance exceptionnelle culminant par l'obtention du prix Médicis, Dany Laferrière, par ses interventions au moment du tremblement de terre en Haïti, a su trouver les mots pour incarner la dignité du peuple haïtien dans l'épreuve. Il a appelé à la nécessaire solidarité québécoise, en la dépouillant de tout paternalisme ou fatalisme»
L'auteur, actuellement à Port-au-Prince, a réagi par vidéo en ces termes : «Je ne peux que remercier ces deux peuples, québécois et haïtien, en apparence si dissemblables, - le feu et la glace, - mais si complémentaires, qui ont fait de moi ce que je suis, un pont entre deux cultures».
Le Prix du Cérium de la Contribution Internationale en carrière "honore une personnalité québécoise dont l'action, tout au long de sa vie, a marqué de façon exceptionnelle l'internationalisation du Québec", a expliqué Karim Benyakhlef, directeur scientifique du Cérium.
N/ Radio Métropole Haïti

Haïti: Les soldats coréens à Léogane

Située à quelque 35 km à l'ouest de Port-au-Prince, la ville de Léogane a été l'une des villes les plus touchées par le séisme du 12 janvier. Ce désastre a laissé derrière lui des besoins énormes, surtout dans le domaine médical. Sur place sont à l'œuvre nombre d'acteurs parmi lesquels le contingent coréen de la MINUSTAH, qui fournit entre autres des soins médicaux aux populations affectées.
Surnommé Danbi (la pluie longtemps attendue), le contingent coréen s'est établi au pays après le séisme du 12 janvier et entend participer activement à la reconstruction de Léogane lourdement dévasté par le tremblement de terre. L'engagement Coréen s'explique, selon son président Lee Myung-bak, par la dette que la Corée doit aux nations des Caraïbes durant la Guerre de Corée (1950-1953). «Haïti était un de nos alliés durant la guerre. Nous devons lui en être reconnaissant» a-t-il dit, appelant à plus d'efforts pour aider Haïti dévasté par le tremblement de terre.
Fort de 240 soldats de maintien de la paix, le contingent coréen est composé d'une centaine d'ingénieurs militaires et d'une équipe médicale composée de sept médecins, un chirurgien et quatre infirmières qui, sur place, dispensent divers soins médicaux et procède aussi à des opérations chirurgicales. Sept tentes ont été aménagées au niveau de l'entrée de Léogane et servent de clinique. Des consultations sont offertes du lundi au vendredi. Des cas d'urgence peuvent également être reçus le weekend.
Autre action des casques bleus coréens au profit de la population de Leogane, l'approvisionnement en eau potable. Pour cela, la compagnie de génie de la République de Corée creuse des puits à travers la ville, à l'aide de leurs équipements. Ces derniers organisent également des distributions d'aide alimentaire.
La présence et les actions des soldats de la paix coréens sont très appréciées à Léogane. Pour le maire de la ville, Alexis Santos, «le travail effectué par les casques bleus coréens apporte de l'espoir à la population locale». De son côté, le chef de la police locale, Auguste Alain, affirme qu'il est « impressionné par la promptitude et le dévouement des Coréens».
Depuis son établissement dans cette ville côtière, le 27 février dernier, ceux-ci ont déjà fourni une assistance médicale à plus de 1.800 personnes.
N/ Radio Métropole Haïti

Haïti: Déclaration d'intention de six anciens Premiers Ministres Haïtiens

Six anciens Premier Ministre Haïtien s'organisent en vue de se positionner sur les grands dossiers qui dominent l'actualité et qui impliquent l'avenir du pays
Marc Louis Bazin, Smark Michel, Yvon Neptune, Rosny Smarth, Jacques-Edouard Alexis et Jean Marie Chérestal affirment être guidé, d'une part par les grands principes universels d'humanisme qui ont inspiré les progrès de l'Homme et d'autre part, par les hautes valeurs de notre culture, portées par nos hommes et nos femmes tout  au long de l'histoire.
Le dialogue, la concertation, le consensus et la participation seront privilégiés comme instruments de cohésion quand l'intérêt du peuple haïtien. Les six signataires se disent conscients de la complexité des enjeux et des défis exacerbés par le séisme du 12 janvier. Cette rencontre, la première dans le paysage politique s'inscrit selon eux  non seulement dans un cadre symbolique fort mais aussi une démarche, bien que trop tardive pour une participation citoyenne de haut niveau, aux réflexions et actions stratégiques visant à sortir de l'enlisement social, économique et institutionnel la patrie durement frappé et qui ne peut se relever que grâce à un robuste réseau d'abnégation.
N/ Radio Métropole Haïti
Une question à ces ex premiers ministres : Quel a été votre bilan comme chef du gouvernement quand il a fallu agir contre ce que vous semblez vouloir dénoncer aujourd’hui ?

La BID ouvre un compte de 100 millions à Haïti

Le Conseil d'administration de l'Inter-American Development Bank (BID) a annoncé l'approbation d'un compte pour la gestion des ressources des donateurs pour Haïti. Ce compte pourra recevoir des contributions totalisant jusqu'à 100 millions de dollars en provenance des pays de l'Union des Nations Sud-Américaines (UNASUR).
L'UNASUR comprend l'Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Équateur, Guyana, Paraguay, Pérou, Surinam, Uruguay et Venezuela.
Le compte sera administré par la BID et est destiné à un appui budgétaire sur demande du gouvernement haïtien. Cette initiative s'inscrit dans l'engagement UNASUR à soutenir la reconstruction d'Haïti après le séisme du 12 Janvier et se situe dans le cadre du soutien global pour Haïti, la BID est de mobiliser la communauté internationale.
N/ Radio Métropole Haïti

Le projet de loi d'urgence est ratifié par le sénat

L'assemblée des sénateurs a ratifié ce soir le projet de loi d'urgence qui autorise l'application du Plan d'action pour le relèvement et la reconstruction d'Haïti.
13 sénateurs ont voté pour, 1 contre et 2 se sont abstenus. La sénatrice du Nord Semephise Gilles a été la personne à s'opposer à la loi critiquée par de nombreux leaders politiques.
Les sénateurs de l'Inite et alliés ont pu bénéficier de l'appui de Judnel Jean, Semephise Gilles et Rudy Heriveaux qui ont accepté de participer à la séance. Ces trois sénateurs membres du groupe minoritaire se sont ralliés en fin d'après midi au camp majoritaire.
Si Judnel Jean a voté en faveur du document, Rudy Heriveaux a fait abstention. Il s'est toutefois dit solidaire de ses collègues du groupe des 12 même s'il affirme avoir eu une position de souplesse en permettant au groupe majoritaire d'obtenir le quorum.
Le projet de loi d'urgence, déjà approuvé par la chambre basse, devra être publié dans le journal officiel Le Moniteur avant que le lancement du processus de désignation des membres de la commission intérimaire.
LLM / Radio Métropole Haïti

Saisie de 262 kilos de drogue en Haïti

Une opération conjointe menée, le 14 avril, par des casques bleus uruguayens de la MINUSTAH, la Police des Nations Unies (UNPol) et la Police nationale d'Haïti (PNH) a permis d'intercepter, dans la commune de Port-salut, dans le Sud d'Haïti, une cargaison de 262 kilos de marijuana. La drogue était transportée par un bateau rapide.
Repérés par une patrouille aérienne des soldats de la paix uruguayens, les trois occupants du bateau ont eu le temps d'abandonner leur embarcation et de s'enfuir avant une intervention en mer des forces de l'ordre. Des trafiquants qui seraient de nationalité jamaïcaine si l'on en croit le porte-parole départemental de la PNH, l'inspecteur Allonce Luckner, se fondant sur la couleur du pavillon du bateau et le pays dans lequel il a été immatriculé.
Le bateau et la cargaison de stupéfiant ont été récupérés par les forces de l'ordre et placés  sous contrôle de la police. Ils seront remis sous peu au Bureau de Lutte contre le trafic de Stupéfiant (BLTS), une entité de la police nationale d'Haïti.
Il s'agit de l'une des plus importantes saisies de stupéfiants effectuées dans le Sud du pays. La police de cette région a eu à intercepter également des cargaisons de cocaïnes.
Selon le porte-parole de la PNH pour le département du Sud, les trafiquants trouveront toujours en face d'eux l'institution policière. « La police restera mobilisée afin de faire échec aux actions des trafiquants et à tous ceux qui veulent semer le trouble dans le département» , assure l'inspecteur Allonce Luckner.
La police nationale d'Haïti a annoncé l'ouverture d'une enquête afin d'identifier les éventuels complices des trafiquants.
N/ Radio Métropole Haïti

Québec-Écologie: Reboiseurs du Monde, Haïti en vert

Depuis plus de deux mois, Reboiseurs du Monde (RDM) prépare cette mission qui viendra en aide à des haïtiens vivant dans la commune de Croix-des-bouquets près de Port au Prince.
Deux membres de RDM Guillaume Maziade de St-Félicien et Simon Lavoie de Notre-Dame-de-Montauban, en sont aux derniers préparatifs pour une mission de coopération en Haïti qui durera 21 jours, Tout deux sont impatients de relever les défis qui les attendent.
Depuis plus de deux mois, Reboiseurs du Monde (RDM) prépare cette mission qui viendra en aide à des Haïtiens vivant dans la commune de Croix-des-bouquets près de Port au Prince. Les objectifs visés sont: la mise en place de jardins communautaires, la création d'une micro pépinière, la plantation d'arbres fruitiers ainsi que de donner de la formation aux gens de la communauté.
Avec l'aide de leur collaborateur principal en sol Haïtien, Paul-Jean Samuel de l'organisme MALEC, plus d'une cinquantaine de participants attendent avec hâte l'arrivée des deux coopérants qui seront sur place pendant trois semaines, du 18 avril au 10 mai prochain.
Nous faisons maintenant équipe avec un nouveau partenaire du Québec, «Haïti, une semence, un pays» qui nous fournira des semences pour la plantation des jardins à Croix-des-Bouquets.
Pour arrivé à financer ce projet, l'organisme a réalisé une levée de fonds. Plus de 5000$ ont été amassés à ce jour grâce aux dons et avec un appui majeur de UAPATS services forestiers et de l'école secondaire des Grandes Marées de La Baie. De plus, des semences ont été fournies par l'organisme Haïti une semence, un pays.
Les deux membres de l'équipe de RDM auront un horaire bien chargé, ce qui les gardera amplement occupés durant les 21 jours de cette mission. D'ailleurs, Guillaume et Simon.

N/ Radio Métropole Haïti

4ème journée de grève des greffiers et huissiers

La grève des huissiers et greffiers perturbe la reprise progressive des activités judiciaires dans la région métropolitaine. Ces membres de l'appareil judiciaire haïtien se plaignent de leurs salaires précaires qui n'ont pas été revus à la hausse depuis plusieurs années.
L'association des magistrats (ANAMAH) avait été elle aussi contrainte d'observer un arrêt de travail il y a quelques mois afin d'obtenir l'application des nouvelles législations relatives aux salaires.
Les responsables de l'association nationale des greffiers assimilent la stagnation de leurs salaires à de mauvais traitements. André Billon, secrétaire général de cette association, fait remarquer que l'augmentation de salaire proposée pour tous les agents du système judicaire sous le gouvernement de transition n'a jamais été appliquée par le gouvernement Préval.
Les huissiers et greffiers se plaignent de leurs salaires précaires qui n'ont pas été revus à la hausse depuis plusieurs années. Rappelant que leurs démarches auprès des autorités judiciaire et gouvernementale ont été vaines, les responsables de l'association des greffiers ont conclu qu'il s'agit d'actes discriminatoires.
Un greffier, bras droit d'un juge de la Cour d'Appel, reçoit l'équivalent de 10 % du salaire du juge. Le président de la Cour d'Appel perçoit des émoluments de l'ordre de 90 000 gourdes ( sans les frais) alors qu'un greffier n'a droit qu'a 10 900 gourdes.
Outre les taches habituels les greffiers sont actuellement impliqués dans la classification des dossiers des cabinets d'instruction récupérés sous les décombres du Palais de Justice.
La doyenne du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Jocelyne Casimir, avait récemment attiré l'attention sur l'ampleur de la tache accomplie par les greffiers. Les dossiers doivent être triés et classés manuellement.
La grève des greffiers et huissiers nuit au bon fonctionnement du tribunal de première instance logé à l'ancien local de l'USAID au bicentenaire.
LLM / Radio Métropole Haïti

Haïti-cyclone: Branle bas de combat au PAM

Trois mois après le violent séisme qui a ravagé Haïti, le pays se remet peu à peu alors que la saison des pluies a déjà commencé et s'intensifiera dans les prochaines semaines et que la saison cyclonique commence en juin et s'étend jusqu'à novembre.
En 2008, trois ouragans et une tempête tropicale se sont abattus sur Haïti, faisant un bilan de 800 morts et 27 000 foyers détruits. Les ouragans ont également provoqué une grave crise alimentaire. Aucun cyclone n'a frappé l'île en 2009 mais personne ne sait à quoi s'attendre en 2010. Si jamais les cyclones s'abattent sur l'île, le pays, déjà confronté à tant de souffrance, devra faire face à une misère d'autant plus profonde. Mais cette misère peut être limitée, si le pays est bien préparé.
«Nous pouvons faire beaucoup pour s'assurer que les vivres humanitaires essentielles soient bien positionnés et pour que nous puissions les livrer rapidement en cas d'inondations avec nos partenaires, » a indiqué Myrta Kaulard, représentante du PAM en Haïti. C'est d'aiileur grâce aux vivres déjà pré-positionnés que le PAM a pu se mobiliser en moins de 24 heures après le séisme du 12 janvier.
Le PAM et ses partenaires ont augmenté le nombre de sites de pré-positionnement, passant de 15 à 20. Ils renforcent également leur capacité de stockage afin d'entreposer les denrées alimentaires et d'autres équipements humanitaires dans tous les départements (10 au total). Par ailleurs, l'agence mettra en place des entrepôts temporaires dans le pays.
Des biscuits à haute teneur énergétique seront pré-positionnés en Haïti et en République dominicaine. 20 000 tonnes de vivres sont déjà entreposées dans le pays.
En Haïti, l'un des défis majeurs en cas de pluies torrentielles est que la plupart des routes deviennent impraticables à cause des inondations ou des glissements de terrain. La route 204 qui relie Port-au-Prince à la ville de Jacmel au sud, et à Cap Haïtien au nord, est particulièrement sujette à ces problèmes.
En conséquence, le PAM, qui gère la logistique pour l'ensemble de la communauté humanitaire en Haïti, établit de nouvelles routes maritimes pour transporter les vivres quand les routes ne sont plus accessibles. L'agence met en place un système de barges qui permettra de livrer des équipements humanitaires à Jacmel, Cap Haïtien et aux Gonaïves depuis les ports de Port-au-Prince et Saint Domingue. Voir la carte
«Les haïtiens ont déjà beaucoup souffert à cause des catastrophes naturelles et maintenant, il faut qu'ils se préparent à de nouveaux chocs. En tant que chef de file pour la logistique de l'ONU, nous faisons tout notre possible pour préparer l'arrivée de cette saison périlleuse» a ajouté Myrta Kaulard.
N/ Radio Métropole Haïti

Haïti-Scientologie: 100 tonnes de nourriture et d'équipements pour Haïti

Un cargo de l'espoir affrété par l'Église de Scientologie vient de livrer plus de 100 tonnes de nourriture et d'équipements à Port au Prince.
L'Église de Scientologie poursuit son effort pour aider Haïti : affrété par la communauté scientologue, un cargo avec à son bord plus de 100 tonnes de fournitures d'urgence, dont des médicaments, de l'équipement médical, une ambulance, de la nourriture, des cuisinières et des tentes est arrivée à Port-au-Prince.

 Au cours des semaines qui ont suivi le tremblement de terre, l'Église de Scientologie a organisé cinq vols charters, acheminant plus de 440 médecins, infirmières et techniciens médicaux d'urgence, ainsi que 280 volontaires. Ceci a permis d'aider, au cours de ces deux mois et demi. plus de 200 000 personnes grâce à l'ensemble des efforts déployés.

 Au-delà des secours d'urgence, la Scientologie veut entreprendre des actions à long terme en Haïti et travailler avec les pouvoirs publics et les associations qui sont déterminées à améliorer la qualité de vie de tous les haïtiens.

Les volontaires de la Scientologie travaillent dans les camps de personnes déplacées pour fournir entre autres de la nourriture et de l'eau. Les bénévoles sont également en train d'installer une base à Petionville, tout proche de Port au Prince, pour former gratuitement des individus et des groupes tels que des enseignants, des étudiants, des équipes de secours d'urgence ou des agences gouvernementales.
 Cette formation porte sur la résolution d'un certain nombre de problèmes sociaux chroniques affectant le pays. Les séminaires et les cours abordent des sujets tels que les bases de l'organisation, la capacité à bien communiquer et les méthodes pour étudier. Les séminaires et classes ont déjà accueilli plus de 8 000 personnes.
N/ Radio Métropole Haïti

Haïti: L'Adventist Hospital de Carrefour reçoit un équipement de radiographie numérique portable de dernière génération.

Les professionnels de la santé avaient désespérément besoin d'une technologie moderne à portée de mains. Les médecins ont dû travailler sans rayons X ou avec des machines vieilles de plusieurs décennies qui sont à court de film et de produits.
Pour combler les besoins immédiats, Fujifilm Medical Systems USA a fait don d'un système de radiographie numérique portable de dernière génération à AmeriCares. L'équipe d'intervention d'urgence d'AmeriCares en Haïti a remis cet équipement à l'Adventist Hospital de Carrefour, où le personnel médical utilisait non-stop depuis le séisme des équipement rayons X vieux parfois de plusieurs décennies
«L'Adventist Hospital à réalisé 1.100 radiographies dans les trois premières semaines après le tremblement de terre avant d’être à court de film et de produits «Les médecins ont été contraints de diagnostiquer et traiter les fractures sans rayons X», a déclaré Elizabeth Furst Frank d'AmeriCares, «En tant que médecin, c'est comme piloter un avion en aveugle».
Ce système portatif peut être déplacé auprès de patients, ce qui est idéal pour les survivants du tremblement de terre immobilisés avec les blessures les plus graves. Cette nouvelle machine est numérique il n'y a donc pas de film à développer et les médecins peuvent visualiser les images immédiatement». Elle va faciliter considérablement le travail des médecins et permettre de diagnostiquer 30 à 40 personnes chaque jour.
«Nous sommes déterminés à aider la reconstruction du système de soins de santé en Haïti dans les semaines, mois et années à venir» a déclaré Frank Furst. «La livraison de cet équipement de radiographie numérique portable et la formation du personnel, permettront d'améliorer sensiblement le traitement médical à la disposition de la population d'Haïti».
Fujifilm a aidé en collaboration avec AmeriCares à la formation du personnel en charge des rayons X, de l'Adventist Hospital, pour la bonne utilisation des nouveaux équipements. La formation et l'éducation des travailleurs de la santé fait partie de l'engagement de 50 millions de dollars d'AmeriCares pour aider à reconstruire le système de santé en Haïti.
N/ Radio Métropole Haïti

Haïti: Le gouvernement français veut supporter le processus électoral

L'ambassadeur de France à Port-au-Prince Didier Le Bret affiche son optimisme en ce qui a trait au processus électoral. Saluant la détermination du chef de l'Etat haïtien, le diplomate français assure que le Conseil Electoral Provisoire (CEP) dispose de compétence pour organiser les joutes.
Cependant l'ambassadeur de France admet que la situation sera plus compliquée en raison des populations déplacées et des problèmes du registre électoral. Les autorités électorales devront apporter des modifications dans le registre électoral qui n'a pas été mis a jour depuis 2005.
Didier Le Bret croit que les conseillers électoraux pourront bientôt fixer une nouvelle date pour la tenue des élections.
Interrogé sur la contribution financière de la France au processus électoral, M. Le Bret a rappelé que l'assistance de son pays transite par l'Union Européenne (UE). Il signale toutefois que l'Organisation des Etats Américains (OEA) devrait jouer un rôle clé puisqu'elle dispose d'une expertise dans ce domaine.
Par ailleurs le gouvernement français promet une aide budgétaire de 5 millions d'euros à Haïti au cours de l'exercice fiscal 2010 – 2011. L'ambassadeur Le Bret précise que les fonds seront versés sur un compte de la BRH géré par le gouvernement haïtien.
L'enveloppe globale de l'assistance financière française est de 40 millions de dollars dont la moitié sera décaissée au cours de cette année.
LLM / Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17534

L'opposition refuse de dialoguer avec le chef de l'Etat

Alors que le gouvernement est dans l'attente d'une décision de l'assemblée des sénateurs sur le projet de loi d'urgence, un conseiller du chef de l'Etat, Dieudonne Saincy a dénoncé le refus de dialoguer des sénateurs de l'opposition.
Le lundi 12 avril dernier les sénateurs minoritaires ont boudé une rencontre avec le président Préval. M. Saincy assure que cette rencontre aurait permis d'éclaircir les zones d'ombres du document soumis aux législateurs.
Au lendemain de la rencontre avortée les sénateurs minoritaires ont empêché la tenue d'une séance consacrée à l'analyse du projet de loi d'urgence lié au processus de reconstruction.
Critiquant le comportement de ces élus, M. Saincy a rappelé que le président Préval a toujours privilégié le dialogue pour consolider la stabilité.
Intervenant au journal Dènye rale de radio Métropole M. Saincy à plusieurs reprises a déploré l'attitude des sénateurs minoritaires qui le 24 mars avaient eu un entretien avec le chef de l'Etat. Une rencontre qui avait permis d'aborder les principaux besoins du pays avant la conférence des donateurs.
Interrogé sur les critiques relatives à l'inconstitutionnalité du projet de loi d'urgence, M. Saincy a soutenu que la priorité doit être accordée aux efforts de relèvement et de reconstruction. Un malade ne se soucie guère de la nationalité du médecin qui lui prodigue des soins insiste t-il.
La réunion avortée entre le président et les sénateurs minoritaires avait été convoquée à l'initiative du président du sénat Kelly Bastien. Dieudonne Saincy n'a pas fait de commentaires sur une éventuelle réponse du chef de l'Etat en cas de nouvelle demande.
LLM / Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17533

SENEGAL-HAITI: El Hadj Mbodj chargée de l'étude de faisabilité des prochaines élections générales en Haïti

En réponse au Président René Préval concernant sa demande de déploiement d'une mission d'experts électoraux en vue des prochaines élections en Haïti, le juriste sénégalais El Hadj Mbodj vient d'être nommé «expert constitutionnel et électoral» par la Division des affaires Politiques de l'ONU.
El Hadj Mbodj, est connu pour être un homme de consensus, réputé pour son intégrité, son indépendance d'esprit et sa rigueur intellectuelle, il rejoindra une équipe de quatre autres experts. Ensemble, ils travailleront en étroite coordination avec d'autres partenaires internationaux, en vue des prochaines élections législatives, présidentielles et locales sous l'égide des Nations unies.
Le gouvernement haïtien considère la tenue d'élections législatives et présidentielles avant la fin de l'actuel mandat présidentiel en février 2011 comme une priorité essentielle pour préserver la stabilité politique du pays «Les événements douloureux intervenus en Haïti n'empêchent pas le président Préval de considérer la tenue des élections générales, présidentielle et législatives, comme cruciales pour préserver la stabilité politique de son pays'', souligne le professeur El Hadj Mbodj.
Après de solides études de droit et sciences politiques entamées d'abord à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, puis ensuite à l'Université de Bordeaux I en France, et enfin à l'Université du Wisconsin à Madison aux Etats Unis, ce spécialiste de droit public et sciences politiques est un expert reconnu en ingénierie institutionnelle. Expert de l'Union Africaine, le Professeur Mbodj a été coopté membre des éminents juristes africains chargés de la réécriture de la Charte de la démocratie, des élections et de la gouvernance adoptée par la conférence des Chefs d'Etat de Gouvernement de l'Union Africaine en 2007. Membre du Réseau des experts de la Division de l'Assistance électorale des Nations-Unies, il a été chargé du traitement des contentieux des élections législatives togolaises du 14 octobre 2007 et de l'élection présidentielle mauritanienne du 19 juillet 2009.
Le professeur Mbodj est actuellement consultant international à la Cellule de certification des élections de l'ONUCI (Opération des Nations-Unies en Côte d'Ivoire).
N/ Radio Métropole Haïti

Le problème de la rareté d'essence est en passe d'être résolu

Une cargaison de 102 mille Barrils de produits pétroliers doit arriver ce dimanche 18 avril à Port-au-Prince. L'annonce a été faite par le gouvernement haïtien qui veut rassurer les consommateurs qui font face actuellement à de nombreuses difficultés pour trouver ce précieux liquide.
Un incident survenu au port d'embarquement d'Antigua est à l'origine de cette rareté constatée sur le marché, informe les autorités haïtiennes dans un communiqué rendu public le mercredi 13 avril.
Les ministères de l'économie et des finances, du commerce et d'industrie font remarquer, dans ce communiqué que les compagnies pétrolières ont été autorisées à recevoir des produits de la République Dominicaine pour éviter toute rupture dans l'approvisionnement.
Ils donnent la garantie que le marché sera approvisionné normalement tout en faisant remarquer que les deux prochaines livraisons contiendront respectivement 220 mille et 222 mille barils de carburant.
Entre temps, de longues files de véhicules et de gens munis de récipients de toute sorte sont visibles devant la plupart des pompes à essence de la capitale haïtienne, où la pénurie se fait sentir depuis plusieurs jours.
EJ /Radio Métropole Haïti

Haïti blanchit 9 des 10 missionnaires US

AP.- 16/04/2010
La justice haïtienne a abandonné les accusations d'enlèvement portées à l'encontre de neuf des dix missionnaires américains accusés d'avoir tenter d'emmener des enfants aux Etats-Unis après le séisme du 12 janvier dernier, a-t-on appris hier auprès d'un avocat.
La responsable du groupe, Laura Silsby, reste en détention à Haïti. Les neuf autres ont été libérés en février et début mars et ont été autorisés à quitter le pays. Caleb Stegall, un avocat de trois d'entre eux, a expliqué avoir été informé par un responsable du Département d'Etat que les charges étaient abandonnées. Le juge en charge de l'enquête n'a pu être joint dans l'immédiat pour confirmer cette information.
Les missionnaires baptistes ont été arrêtés le 30 janvier alors qu'ils tentaient de faire sortir 33 enfants du pays et de les emmener en République dominicaine sans disposer des documents requis. Il s'est ensuite avéré que ces enfants, présentés comme étant des orphelins, avaient tous des parents proches encore en vie.

Croix-Rouge: "au moins 3 ans" à Haïti

AFP
15/04/2010
La Croix-Rouge française envisage de rester engagée "au moins trois ans" à Haïti, a-t-elle annoncé aujourd'hui, soulignant que trois mois après le séisme, la situation à Port-au-Prince est "extrêmement fragile".
"La Croix-Rouge française envisage de rester engagée à Haïti pour au moins trois ans afin de redonner des conditions de vie décentes à la population haïtienne et lui prodiguer des soins quotidiens", indique-t-elle dans un communiqué.
L'ONG précise qu'elle peut compter aujourd'hui sur environ 14 millions d'euros de dons et qu'elle en a déjà engagé 6 millions.
Alors que la saison des pluies vient de commencer, précédent celle des cyclones, une large partie de la population "reste en situation de crise nécessitant la poursuite d'une assistance humanitaire massive", souligne-t-elle.
Les pluies sont susceptibles de provoquer inondations et glissements de terrain, mettant en danger la vie de plusieurs milliers de personnes qui vivent sous des tentes.
Le séisme du 12 janvier en Haïti a fait plus de 1,3 million de sans-abri.

suspension des adoptions des enfants russes vers les Etats-Unis

Agence France-Presse, Washington

Les États-Unis «cherchent des éclaircissements» après l'annonce à Moscou d'un gel des adoptions d'enfants russes par des familles américaines, qui ne leur a pas été notifiée, a souligné jeudi le porte-parole du département d'État.
«Nous essayons de clarifier (ces propos), le gouvernement russe ne nous a informé d'aucune suspension», a indiqué Philip Crowley.
«Les adoptions à venir d'enfants russes par des citoyens américains, qui sont actuellement suspendues, ne reprendront qu'après» la conclusion d'un accord bilatéral avec les États-Unis, avait annoncé plus tôt le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Andreï Nesterenko.
L'administration Obama, selon M. Crowley, a reçu jeudi «des signaux contradictoires» quand elle a tenté d'obtenir la confirmation de ces propos.
M. Crowley a répété que Washington partageait la préoccupation de la Russie après une série de faits graves dont ont été victimes des enfants russes adoptés aux États-Unis. «Nous ne souhaitons pas que (les adoptions) cessent», a-t-il aussi redit.
La délégation américaine attendue la semaine prochaine à Moscou «travaillera avec la Russie pour renforcer nos accords et continuer l'adoption», a-t-il promis.
La semaine dernière, un garçonnet de sept ans a été renvoyé seul par avion vers Moscou par ses parents adoptifs américains, muni d'un mot dans lequel la famille renonçait à son adoption. L'affaire a suscité une énorme émotion en Russie.
http://www.cyberpresse.ca/international/etats-unis/201004/15/01-4270919-suspension-dadoption-denfants-russes-les-e-u-pas-informes.php