POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 5 septembre 2013

Jeux de la francophonie, Haïti présente à Nice

Jeux de la francophonie, Haïti présente à Nice
Le Nouvelliste | Publié le :04 septembre 2013
Valéry Daudier
Avec 48 athlètes et artistes, Haïti sera représentée aux VIIe Jeux de la francophonie qui se tiendront à Nice, en France. 3 000 sportifs et artistes de 55 pays prendront part à ce grand événement alliant le sport à la culture. La ministre des Sports, Magalie Racine, et d'autres membres de la délégation traverseront l'Atlantique ce jeudi.
Le président français, François Hollande, est attendu ce samedi à 19h30, place Masséna, à Nice, pour présider la cérémonie d'ouverture des Jeux de la francophonie. Haïti fait partie des 55 délégations qu'accueilleront les organisateurs de ce grand événement célébré sous le signe de l'amour, de l'amitié, de la fraternité et de la diversité culturelle.
48 athlètes et artistes issus de 11 disciplines différentes, dont cinq disciplines sportives (football, athlétisme, judo, ping-pong et cyclisme), défendront, en effet, les couleurs d'Haïti à ces Jeux auxquels prendront part 55 Etats et gouvernements représentés par plus de 3 000 sportifs et artistes qui auront à se mesurer pendant huit jours. Football masculin, athlétisme, judo, cyclisme et tennis de table, de quoi offrir au pays beaucoup d'échanges utiles pour le développement du sport et pour l'avenir. En football, Haïti sera représentée par sa sélection nationale U20.
Aux côtés des artistes des différentes disciplines dans lesquelles Haïti sera représentée, Samyr Lainé et Linouse Desravines seront les stars de la délégation haïtienne. Le premier en tant que finaliste olympique en triple saut aux Jeux Olympiques de Londres de 2012, la seconde en tant qu'olympienne en catégorie 52 kg aux Jeux Olympiques de Londres.
Outre le sport, le pays sera représenté dans la chanson, la littérature, le conte, la photographie, la sculpture et la danse. Dieulemersson Petit-Frère pour la catégorie littérature. Le jeune écrivain a déjà envoyé une nouvelle aux organisateurs des Jeux. Chelson Ermoza (catégorie conte). Il présentera « Dife flanbo e toran lavalas ». Son conte expose la naissance de la mer des Caraïbes et explique pourquoi elle est si chaude. L'auteur soutient que son titre est « traditionnel », choisi donc dans l'objectif de perpétuer la tradition.
Pour la chanson, Jean Jean Roosevelt, qui compte interpréter cinq morceaux, aura l'occasion une fois de plus d'exposer tout son talent à Nice. Quant à Pierre-Michel Jean, il représentera Haïti dans la catégorie photographie, et Jean Edy Rémy pour la catégorie sculpture. La passion de Pierre-Michel Jean est de photographier des scènes de la vie, les rituels haïtiens, le vaudou.
En ce qui a trait aux danseurs haïtiens, selon les responsables, ils se feront remarquer par leur participation à la Parade des nations à l'occasion de l'événement et porteront des costumes confectionnés par David André, collectionneur et designer haïtien. « C'est avec plaisir que mon pays participera à ces Jeux créés pour promouvoir la paix et le développement dans les pays francophones », a déclaré récemment la ministre des Sports, Magalie Racine, fière du fait qu'Haïti sera représentée à Nice par une délégation forte de 70 personnes, dont 48 concurrents.
De son côté, l'ambassadeur de France à Port-au-Prince, Patrick Nicoloso, a estimé qu'Haïti est un membre fondateur très important de la francophonie. « Nous sommes contents que vous participiez aux Jeux de la francophonie en dépit des malheurs qui vous ont frappés, a déclaré l'ambassadeur. Je veux vous souhaiter plein de succès et plein de bonheur. Notre coeur est avec vous.» Valéry Daudier
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120860

Mort d'un héros national...111e anniversaire de l'explosion de « La Crête-à-Pierrot »

Le Nouvelliste | Publié le :04 septembre 2013
Amos Cincir mcincir@lenouvelliste.com
Le vendredi 6 septembre 2013 ramènera le 111e anniversaire de la mort de l'amiral Martin James Hammerton Killick qui, plutôt que de se soumettre aux Allemands, préféra faire sauter le bateau «La Crête-à-Pierrot» dans la rade des Gonaïves, le 6 septembre 1902. Ce geste héroïque créa une vive émotion dans les coeurs angoissés des patriotes haïtiens.
Voulant rappeler cette date historique, le retraité Praviel Vieux, ancien fonctionnaire de l'administration publique haïtienne, estime qu'il est important de commémorer l'anniversaire de la disparition tragique de ce valeureux héros national. Le cas de l'amiral Hammerton Killick est en effet un témoignage remarquable de la résistance de l'Haïtien.
Selon M. Vieux, il est temps de faire revivre certains grands moments de la résistance. Il est aussi temps de montrer à la jeunesse et aux familles haïtiennes qu'il ne faut pas passer sous silence certaines dates qui ont marqué l'histoire de notre pays.
« Les valeurs culturelles, morales et historiques sont en perte de vitesse dans notre pays, estime-t-il. Notre jeunesse n'a pas de modèle. Que devient une société qui a perdu le sens des vraies valeurs ? En tant que Gonaïvien, depuis mon enfance, j'ai vécu des moments assez forts et historiques, car on déposait annuellement des gerbes de fleurs sur la tombe de ce valeureux homme.»
Retrouvés deux jours après sa mort, ses restes furent inhumés à la Place d'armes des Gonaïves, face à l'hôtel de la patrie, là où fut proclamée l'Indépendance nationale haïtienne. Les funérailles furent civilement célébrées. Le curé des Gonaïves, le père Aubéry, s'abstint d'une cérémonie religieuse, assimilant cette disparition à un suicide. A cette occasion, de nombreux discours furent prononcés, notamment ceux de Valbrune et d'Isnardine Vieux.
Selon le tome II de « l'Encyclopédie Biographique d'Haïti », l'Allemagne, s'étant engagée dans une lutte pour le pouvoir haïtien en 1902, soutenait un camp politique tandis que l'amiral Killick en soutenait un autre. Après la chute du président Tirésias Simon Sam, il y eut une lutte politique entre le général Nord Alexis et le démocrate Anténor Firmin pour la prise du pouvoir à Port-au-Prince.»
«L'amiral Killick, commandait le navire de guerre haïtien « La Crête-à-Pierrot ». Appuyant Firmin, il confisqua un navire allemand transportant des armes et des munitions destinées au gouvernement provisoire du général haïtien Alexis. Un navire de guerre allemand, le « SMS Panther», reçut l'ordre de saisir « La Crête-à-Pierrot ».
« Une fois que les marins haïtiens étaient hors de danger, l'amiral Killick et le Dr Coles, qui lui non plus ne voulait pas quitter le navire, s'enveloppèrent du drapeau haïtien, et l'amiral fit sauter « La Crête-à-Pierrot » en mettant le feu aux munitions. Les marins allemands ne pouvaient pas croire à cet acte héroïque. En faisant sauter son bateau, Killick a non seulement empêché la saisie d'un navire haïtien par les Allemands, mais il a pu détruire les munitions allemandes qu'il avait saisies. Il faillit aussi faire sauter le « SMS Panther », selon un membre de l'équipage allemand.»
Toujours selon « l'Encyclopédie Biographique d'Haïti », en août 1943, un arrêté gouvernemental se lisait ainsi : « Considérant qu'il convient de magnifier dans l'esprit des générations le geste à jamais inoubliable par lequel, le 6 septembre 1902, le commandant de l'aviso La Crête-à-Pierrot signifiait au brutal teuton la volonté haïtienne de ne pas se soumettre ignominieusement à l'agression, le gouvernement a décidé d'émettre une série de timbres-poste pour magnifier la mémoire du grand Hammerton Killick.»
Rappelons que l'« Encyclopédie Biographique d'Haïti », est une oeuvre unique et haut de gamme conçue par l'ex-présidente Ertha Pascal Trouillot et son feu époux Me Jean-Jacques Dessalines Ernst Trouillot, ex-bâtonnier de l'ordre des avocats du barreau de Port-au-Prince, juriste, historien et anthropologue, couvrant le XVIIe et le XVIIIe siècle à travers les personnages et les forgeurs d'idéal de notre histoire.
Livre de lecture facile et passionnante relatant des faits d'hier et parlant de l'histoire haïtienne contemporaine où brille, bien sûr, l'avenir, l'Encyclopédie Biographique d'Haïti constitue « un fonds commun, une oeuvre de référence, un précieux vade-mecum qui renseigne sur un peuple, son histoire et son prestige au sein de la société universelle.»
Amos Cincir mcincir@lenouvelliste.com
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120827