POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 26 janvier 2010

Aide au peuple haïtien: La République Dominicaine a fait des contributions millionnaires.

Auteur: Wanda Méndez - 1/25/2010

La Républqieu Dominicaine a envoyé des Aliments, des médicaments, de l’eau et des équipements de secours.

Santo Domingo.-  Devant la tragédie qui a touché Haïti suite au tremblement de terre survenu le mardi  12 janvier, la République Dominicaine a mis en pratique le refrain qui dit : notre voisin est notre frère le plus proche ».

Les aides ont afflué de façon spontanée, en aliments, médicaments, équipes de secours, en ressources humaines, assistance médicale et actions visant à créer une logistique appropriée pour que les aides extérieures arrivent vers le pays voisin en utilisant notre territoire national.

Dans la zone de l’impact se trouvent entrain de donner de l’aide humanitaire 3.748 citoyens dominicains, selon le rapport  émanant du Centre des Opérations d’Urgence, une entité qui assure al coordination des actions de toutes les institutions publiques qui l’intègrent. La seule Croix Rouge Dominicaine a contribué avec 400 volontaires.

La valeur économique de l’apport dominicain destiné aux haïtiens est encore difficile à quantifier. Beaucoup des aides, surtout celles provenant du secteur privé  ont été dispersées, certaines ont été envoyées directement vers Haïti, d’autres ont été canalisées à travers des organismes officiels.

Mais, au niveau du secteur officiel, l’aide apportée par les cantines populaires  et le plan social de la présidence permettent d’avoir une idée de l’investissement et  de l’effort humain développer par le pays pour venir en aide au pays-frère Haïti.

A travers du Plan social de la Présidence, ont été distribué approximativement  280.000 quintaux d’aliments, pour une valeur estimée à 28.000.000 de pesos  et aussi 220.000 bouteilles d’eau pour une valeur de 1.5 millions de pesos.

Les cantines économiques maintienne en état de fonctionnement en Haïti 19 cuisines mobiles qui ont été utilisées pour la préparation de 982.018 rations d’aliments  avec une moyenne de 81797 rations par jour, ce qui représente un investissement de 27.9 millions de pesos.

«  Toutes les actions qui se sont réalisées avec la République sœur d’Haïti ont été canalisées et organisées par ce centre d’opérations d’urgence en conformité avec les différentes divisions du travail que nous possédons ici », a déclaré le général Juan Manuel Mendez, directeur du COE.

Les ports et les aéroports nationaux ont été utilisés pour réceptionner l’aide des autres pays pour être transporter vers Haïti.

Soins médicaux

Jusqu’à jeudi 22 janvier , 996 interventions chirurgicales ont été réalisée s dans les hôpitaux de Jimani, Elias Piña, Santo Domingo, Barahona et Azua.

Les dépenses en soins médicaux n’ont pas été quantifiées. Selon le COE, Santé Publique ha dépêché 2.087 personnes entre médecins et techniciens en matière de santé et a réalisé 9.224 immunisations en faveur de la population affectée et du personnel qui travaille dans les urgences, a habilité  cinq sales de chirurgies au sein du centre médical Le Bon Samaritain à Jimani.

Activités militaires et policières

Les Forces Armées (FFAA) ont réalisé 293 missions aériennes d’assistance humanitaire, enovyèrent des équipes de médecins spécialisés à l’hôpital de Jimani pour renforcer l’aide et  ont maintenu le dispositif de sécurité pour l’entrée et la sortie des convois de camions transportant l’aide.

Les forces Armées ont réalisés 293 missions aériennes humanitaire à travers les gardes côtes Orion GC 109,  Canopus GC 107 et Bellatrix GC 106. Elles mainteinnent en état de fonctionnement  les centres de ravitaillement de sans souci, Cabo Rojo et à Pedernales. Elles ont effectué 10 missions maritimes entre autres actions.

La police nationale a envoyé 10 médecins spécialistes de différents domaines, 20 paramédicaux et 40 agents de police  pour  se joindre aux efforts de secours.
Les organismes humanitaires

La Croix-Rouge a envoyé plus de 3000 unités de sang à différents centres de santé en Haïti et la frontière  et 1000 unités sont en cours de traitement.
Le président de la Croix-Rouge dominicaine, Ligia Leroux, détailla envoyer  3  bateaux, de médicaments et de nourriture, qu’elle a reçus  en  dons d'institutions et de particuliers. Cette entité envoie en Haïti chaque jour depuis le lendemain du  séisme deux fourgonnettes, pour cela  une communication directe avec la Croix-Rouge dans ce pays est établie.

Leroux a souligné l’aide offerte par le Conseil National de l’Entreprise Privée (CONEP) avec la mise a disposition de véhicule et de magasins.

Les 400 volontaires de la Croix Rouge qui se trouvent en Haïti réalisent en Haïti des labeurs de réorganisation sociale, pour loger les gens qui se retrouvent dans les rues dans des endroits spécifiques.

Du sang, de l’eau, des couvertures, des médicaments des habits constituent les dons les plus fréquemment envoyés vers Haïti par cette entité. Elle maintient quatre centres de ravitaillement et d’aide au niveau du district  National, à Haina jimani et Pot-au-Prince.

La Défense Civile réalise des opérations de récupération de cadavre et maintient la réception et l’envoi de l’aide humanitaire vers Haïti. Elle possède en outre un personnel de soutien dans les hôpitaux du sud. A travers la Défense Civile, des institutions publiques et privées ont fait leurs dons comme à la Croix Rouge.

Le rapport de COE reprend le don fait par deux entreprises téléphoniques pour rétablir la communication avec Haïti. Il cite Orange Dominicain, qui  a remis des équipes mobiles satellitaires d’urgences  à des institutions dominicaines comme l’Institut Dominicain  des Télécommunications et CAMTEL, l’ambassade d’Haïti, le COE et les Forces Armées. Tandis qu’elle a fait remarquer que CODETEL a mis a disposition du COE, 65 téléphones portables pour assurer la coordination entre les différentes équipent qui travaillent au niveau de la zone affectée.

Secteur privé

Les actions et les efforts des dominicains ont été vitaux pour aider Haïti à supporter la tragédie.

Des institutions ont ouvert des centres de ravitaillement pour recevoir des dons et pour les envoyer vers Haïti. Des centres éducatifs ont récolté des dons. Des entités ont organisés des téléthons pour collecter des ressources.

A travers un télé marathon organisé par l’Eglise Catholique et la Fondation Sud Futur et diffusé sur plusieurs chaines de télévision, plus de 50.000.000 de pesos ont été collectés. Des dons en aliments, linges, médicaments et eau ont été également reçus. Ils seraient distribués à travers Caritas Dominicaine  et Vision Mondiale.

Le Journal LISTIN DIARIO lui aussi à apporté sa contribution. Il a envoyé en Haïti à travers la défense civile et la chambre de commerce dominico-haïtienne, deux camions chargés de nourriture de vêtements et d’eau qui ont été collectés dans les locaux du centre de ravitaillement  de l’entreprise.

Les banques commerciales se s ont mises d’accord pour exonérer les commissions perçues sur les transferts de ressources des comptes appartenant aux organisations humanitaires destinés aux sinistrés d’Haïti.

Dans cette cause de Solidarité avec Haïti se sont engagées des institutions publiques, privées, des églises de différentes dénominations, organisations à but non lucratif, des organisations professionnelles non seulement dans le domaine de la santé mais aussi des individualités indépendantes.

Enfin, d’innumérables activités ont été réalisées en deux semaines qui ont mis à nue la sensibilité  du peuple dominicain, qui a apporté sa contribution malgré une situation économique loin d’être florissante.

Un jour la contribution matérielle sera quantifiée mais il est vraisemblablement impossible de mettre un coût au soutien humanitaire que les dominicains ont apporté à leurs frères haïtiens.

http://www.listin.com.do/app/article.aspx?id=129244

Fidel Castro dénonce "l’occupation américaine" d’Haïti

A l’image de trois autres pays de l’Alternative bolivarienne (ALBA), Venezuela, Bolivie et Nicaragua, l’ex-numéro un cubain croit que la présence des troupes américaines ne répond pas aux besoins humanitaires du pays après le séisme du 12 janvier ; le "lìder maximo" exige que l’ONU affirme son leadership dans ce dossier
dimanche 24 janvier 2010,Radio Kiskeya

L’ancien Président cubain Fidel Castro a dénoncé dimanche le déploiement de milliers de soldats américains en Haïti, assimilé à une "occupation" après le passage dévastateur du séisme du 12 janvier, et a profondément regretté le silence de l’ONU face à cette réalité qui ne fait, selon lui, que compliquer encore la situation du pays.
"Au milieu de la tragédie haïtienne, sans que personne ne sache comment ni pourquoi, des milliers de soldats des unités des Marines des Etats-Unis, des troupes aéroportées de la 82e Division et d’autres forces militaires ont occupé le territoire d’Haïti", affirme le "lìder maximo" dans un billet publié sur le site officiel Cubadebate.cu.
"Pire encore, ni l’Organisation des Nations Unies, ni le gouvernement des Etats-Unis n’ont fourni aucune explication à l’opinion publique mondiale sur ces mouvements de forces", a poursuivi Fidel Castro dont la voix continue à faire autorité en dépit de son retrait du pouvoir depuis trois ans au profit de son frère Raùl, pour cause de maladie.
"Plusieurs pays annoncent pour leur part l’envoi additionnel de soldats et d’équipements militaires. De tels faits vont selon moi contribuer à compliquer et rendre encore plus chaotique la coopération internationale qui est déjà très compliquée", a martelé l’ex-dirigeant communiste de 83 ans, soulignant la nécessité de "discuter de cette question sérieusement et d’assigner à l’ONU le rôle directeur qui lui correspond sur ce délicat sujet".
Enfin M. Castro fait l’éloge de "la conduite éthique" de Cuba qui, dit-il, "envoie des médecins et non des soldats" en Haïti et a pris, la semaine dernière, la décision historique d’ouvrir son espace aérien aux avions américains afin d’accélérer l’acheminement de l’aide à un pays en grande partie sinistré.
Avant Fidel Castro, les Présidents nicaraguéen Daniel Ortega, bolivien Evo Morales et vénézuélien Hugo Chàvez avaient dénoncé avec véhémence le déploiement sur et autour du territoire national d’un imposant contingent militaire américain qui devait s’élever dimanche à près de 20.000 hommes.
Le violent séisme ayant sévèrement touché Haïti a officiellement fait plus de 150.000 morts, environ 200.000 blessés, plus d’un million de sinistrés et des dégâts matériels et économiques énormes. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6479

Retour sur les disparus du 12 janvier

Une liste très partielle des pertes colossales enregistrées l’espace d’un cillement

Voici une liste partielle et une présentation sommaire de certains des nombreux dirigeants politiques, intellectuels, universitaires, parlementaires, fonctionnaires de l’Etat, leaders religieux, responsables onusiens, professionnels et militants brutalement emportés par l’horreur du 12 janvier. Ils ont pratiquement laissé un vide en ressources humaines qualifiées impossible à combler et un déficit majeur pour Haïti déjà à bout de souffle avant le tremblement de terre.

. Professseur Hubert Deronceray, 77 ans, tué en compagnie de sa sœur à Christ-Roi (nord-est de Port-au-Prince), l’un des quartiers les plus ravagés. Leader du Grand front centre-droit (GFCD), ex-candidat à la présidence et docteur en sociologie, il fut notamment ministre des affaires sociales sous Jean-Claude Duvalier (1971-1986).
. Professeur Micha Gaillard, l’un des dirigeants de la Fusion des sociaux-démocrates, décédé peu après avoir été victime de graves blessures dans l’effondrement du ministère de la justice où il participait à une réunion. Fils de l’historien Roger Gaillard et professeur à l’université, Micha était un militant impénitent caractérisé par sa jovialité, sa tolérance et une grande ouverture d’esprit.
. Alix Auguste, coordonnateur général du parti UCADDE. Une nouvelle figure de la scène politique.
. Professeur Pierre Vernet, mort en même temps qu’au moins une centaine d’enseignants et étudiants de la Faculté de linguistique appliquée (FLA), l’une des onze entités de l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) transformée en quelques secondes en une montagne de gravats.
Véritable autorité dans le domaine des sciences du langage en Haïti où il a fondé et dirigé pendant plus de 30 ans la Faculté de linguistique appliquée tout en assurant une promotion courageuse du créole, Vernet était notamment membre du Centre de la recherche scientifique (CNRS), en France.
. Wesner Mérant, vice-doyen de la FLA et ancien collaborateur de Radio Kiskeya
. Yves Alvarez, membre du corps professoral de la FLA
. Professeur Georges Anglade, célèbre géographe et l’un des rares théoriciens haïtiens. L’écrivain, universitaire et chroniqueur est mort dans l’effondrement de la maison familiale.
. Mireille Neptune Anglade, écrivain et épouse du disparu.
. Philippe Rouzier, ex-économiste en chef du bureau du Programme des Nations Unies pour le développement en Haïti (PNUD).
Rouzier est mort en compagnie du couple Anglade et du jeune Olivier Neptune, petit-fils de feu le journaliste Jean Dominique.
. Professeur Serge Petit-Frère, universitaire et pédagogue très respecté
. Mgr Joseph Serge Miot, 63 ans, archevêque coadjuteur de Port-au-Prince. Le prélat a péri en compagnie de plusieurs autres personnes à la suite de l’écroulement de l’archevêché.
De nombreux autres religieux, prêtres, frères et sœurs appartenant à différentes congrégations n’ont pas non plus survécu à la catastrophe.
. Me Roc Cadet, 46 ans, doyen du tribunal civil de Port-au-Prince.
. Jean-Claude Rigueur, juge instructeur.
Les deux magistrats se trouvaient parmi les victimes de l’effondrement du Palais de justice de la capitale.
. Jacques Jean Wilbert, Sénateur sortant du Plateau Central (centre), Elu en 2006 sous la bannière de la plateforme d’alors du Président Préval "Lespwa", le parlementaire figurait sur la liste des candidats de la nouvelle coalition présidentielle "Inite" aux sénatoriales partielles de février-mars, reportées sine die.
. Louis Michelet, Sénateur sortant de l’Artibonite (nord). Il avait été élu pour seulement quelques mois sous le label "indépendant" lors des législatives controversées du 21 juin 2009.
Les deux élus sont morts sous les décombres du Palais Législatif désormais totalement en ruine.
. Jean Frantz Richard et Murray Lustin Junior, respectivement directeur général et directeur des opérations de la Direction générale des impôts (DGI)
. Nicole Grégoire, responsable des affaires dominicaines à la chancellerie et son beau-frère Patrick Isidor, membre du cabinet particulier de la ministre Marie-Michèle Rey.
. Pierre Richard Jean-Pierre, chef du cabinet particulier de la ministre de la culture et de la communication, Marie-Laurence Jocelyn Lassègue. Il était aussi l’animateur à la télévision d’une émission littéraire "Absolument livre".
. Hédi Annabi, représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU et, à ce titre, chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). De nationalité tunisienne, il était un fin diplomate et reconnu comme l’un des plus grands spécialistes onusiens en matière d’opération de maintien de la paix à travers le monde.
Un hommage appuyé lui a été rendu vendredi lors de ses émouvantes funérailles à Tunis.
. Luis Carlos da Costa, brésilien et chef adjoint de la MINUSTAH.
Des dizaines de militaires, policiers et employés civils de la force onusienne ont également péri dans l’effondrement du QG de la mission (Hôtel Christopher). Parmi eux, Riquet Michel, membre de la section communication et ancien journaliste à Radio Métropole, une station privée de Port-au-Prince.
. Myriam Merlet, féministe et militante convaincue, décédée à son domicile. Elle a énormément contribué à la lutte menée, ces dernières années, en faveur de l’émancipation des femmes et a été chef de cabinet de la ministre à la condition féminine et aux droits de la femme.
. Magalie Marcelin, féministe versée surtout dans un activisme jugé souvent audacieux et sans concession.
. Anne-Marie Coriolan, militante sociale et féministe discrète, mais qui s’efforçait d’atteindre une rigueur intellectuelle certaine dans ses démarches et interventions.
Carlo Lochard, ancien directeur départemental de l’Ouest de la Police Nationale (DDO) et candidat à la Députation dans la deuxième circonscription de Port-au-Prince.
Plusieurs membres de sa famille ont également disparu.
. Moïse Chérubin, avocat et fonctionnaire du ministère de la justice. Frère du militant bien connu Jean-Claude Chérubin, il fut dans le temps un collaborateur bénévole de Radio Kiskeya à l’occasion de la couverture d’événements sportifs internationaux. spp/Radio Kiskeya

Séisme : 66 policiers haïtiens tués, 369 blessés

samedi 23 janvier 2010,
66 policiers ont été tués et 369 autres blessés, lors du passage terrifiant du tremblement de terre du 12 janvier, a annoncé samedi le porte-parole de la Police Nationale, Frantz Lerebours.
D’autre part, plusieurs centaines agents de l’ordre sont sinistrés, leurs résidences ayant été totalement détruites ou endommagées.
La direction générale de la PNH, l’inspection générale et le commissariat de Delmas 33 (nord de Port-au-Prince) se sont notamment écroulés, a ajouté le commissaire Lerebours. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?breve2115

Le Président équatorien attendu jeudi à Port-au-Prince


Président de l’Unasur, Rafael Correa, dont le pays appartient à l’ALBA très critique vis-à-vis de la présence militaire américaine en Haïti, apportera de l’aide humanitaire aux victimes du séisme

Le Président équatorien Rafael Correa arrivera jeudi à Port-au-Prince où il apportera une assistance humanitaire destinée aux victimes du violent tremblement de terre ayant touché Haïti, a annoncé lundi la présidence équatorienne dans un communiqué relayé par l’Associated Press. 

Selon le texte officiel, en sa qualité de président pro tempore de l’Union des nations sud-américaines (Unasur), le chef de l’Etat équatorien sera à la tête d’une délégation qui comprendra notamment les ministres de la santé, Carolina Chang et de l’intégration sociale, Marìa de los Angeles Duarte.
Correa sera aussi accompagné d’un groupe de médecins qui souhaite pouvoir prodiguer des soins aux blessés.
Cependant, aucune précision n’était disponible lundi soir à Quito sur l’importance de l’aide humanitaire que viendra offrir le dirigeant sud-américain ni sur la durée de son séjour en Haïti.
Rafael Correa fait partie des leaders de l’Alternative bolivarienne (ALBA), un regroupement de pays d’Amérique latine constitué en opposition idéologique frontale aux Etats-Unis et qui, ces derniers jours, n’a cessé de dénoncer une "occupation militaire américaine d’Haïti".
Réagissant à l’extrême gravité du passage dévastateur du séisme du 12 janvier, l’administration Obama a déployé en Haïti et dans ses eaux territoriales environ 20.000 soldats venus officiellement contribuer au gigantesque effort humanitaire entrepris depuis deux semaines. spp/Radio Kiskeya

L’ONU publie une liste provisoire de 31 responsables et personnels de la MINUSTAH tués

Des haïtiens et des ressortissants de différents autres pays parmi les victimes confirmées alors que plusieurs centaines de membres du personnel civil et militaire de la force onusienne manquent toujours à l’appel
lundi 25 janvier 2010,Radio Kiskeya

Le 12 janvier 2010 à 16h53 (heure locale), un tremblement de terre d’une magnitude de 7.0 sur l’échelle de Richter a secoué Haïti, laissant derrière lui morts, destructions et souffrances.
Ci-dessous vous trouverez la liste des noms de ceux dont le décès a été confirmé :
• M. Hédi Annabi Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti (Tunisie)
• • Mme Pierrena Annilus Assistante adminsitrative (Haïti)
• • M. Mesonne Antoine Garde de sécurité (Haïti)
• • M. Jerry Bazile Interprète (Haïti)
• • M. Mario Bazile Assistant d’information (Haïti)
• • M. Parnel Beauvoir Spécialiste de l’information (Haïti)
• • Mme Farah Boereau Interprète (Haïti)
• • Mme Renée Carrier Assistante personnelle du Représentant spécial (Canada)
• • Mme Ericka Chambers Norman Fonctionnaire du Groupe de la Commission d’enquête (États-Unis d’Amérique)
• • M. Doug Coates Chef par intérim de la Police (Canada)
• • M. James Coates Assistant administratif (Canada)
• • Mme Maria Antonieta Castillo Santa Maria Assistante administrative (Mexique)
• • M. Luiz Carlos da Costa Représentant spécial adjoint du Secrétaire général en Haïti (Brésil)
• • Mme Alexandra Duguay Assistante d’information (Canada)
• • Mme Dede Yebovi Fadairo Chargée de rédaction (Nigéria)
• • M. Guido Galli Spécialiste des questions politiques hors classe (Italie)
• • M. Andrew Grene Assistant spécial au Représentant spécial en Haïti (États-Unis d’Amérique)
• • M. Jan Olaf Hausotter Spécialiste des questions politiques (Allemagne)
• • M. Karimou Ide Garde de sécurité (Niger)
• • M. Watanga Lwango Assistant à la vérification des comptes (République démocratique du Congo)
• • Mme Lisa Mbele-Mbong Spécialiste des droits de l’homme (États-Unis d’Amérique)
• • M. Riquet Michel Réalisateur d’émissions radiophoniques (Haïti)
• • M. Hebert Moise Chauffeur (Haïti)
• • M. Marc Plum Chef de la Section de l’assistance électorale (France)
• • Mme Mirna Patricia Rodas Arreola Secrétaire (Guatemala)
• • M. Guillaume Siemienski Spécialiste des questions politiques (Canada)
• • M. Satnam Singh Consultant international responsable des technologies de l’information (Trigyn Technologies Inc.) (Inde)
• • Mme Simone Rita Trudo Assistante personnelle du Représentant spécial adjoint principal du Secrétaire général (France)
• • Mme Andrea Loi Valenzuela Spécialiste des droits de l’homme (Chili)
• • M. Frederick Wooldridge Spécialiste des questions politiques (Royaune-Uni)
• • M. Jerome Yap Assistant personnel du Représentant spécial adjoint principal du Secrétaire général (Philippines) Dernière mise à jour : le 25 janvier 2010
P.S Source : ONU
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6481

Haiti : L'amputation une chance de survie pour certains

Selon Handicap International il y a plus d'un millier de personnes qui ont perdues un ou plusieurs de leur membres, qui ont été amputés. Des amputations ont été pour certains l'ultime solutions à la mort, lorsqu'une infection n'est pas soignée rapidement, alors il y a risque de gangrène ce qui même la plupart du temps à l'amputation, c'est ce qui c'est produit pour plusieurs survivants. Pour les autres l'amputation a été due à l'écrasement d'un membre ou plusieurs sans possibilité de réparation chirurgical.
Handicap International indique que les personnes amputées pourront bénéficier de prothèses à partir du mois de mars, lorsque leurs états de santé le permettront. 300 à 400 prothèses provisoires sont prévues pour les six prochains mois indique l'organisation qui dispose sur place d'une trentaine de de personnes, réparties entre 6 équipes mobiles. Trois kinésithérapeutes prendront en charge les soins postopératoires.
"La situation en Haïti aujourd'hui est véritablement sans précédent, déclare Thomas Calvot spécialiste de la prise en charge des blessés lors des séismes au sein de Handicap International. L'ampleur du nombre de blessés, 250 000 d'après les Nations unies, se conjugue avec le fait que les structures de santé ont été balayées. Dans l'urgence, les médecins n'ont souvent d'autre choix que l'amputation... En Haïti, aucune organisation ne peut se prévaloir de pouvoir couvrir tous les besoins dans ce secteur. Nous travaillons déjà avec des associations partenaires pour pouvoir prendre en charge le maximum de blessés, de manière coordonnée."
RM / Handicap International
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16690

Haïti : ONU, appel de fond 47% des 575 millions


L'ONU indique que l'appel de fonds d'urgence pour Haïti de 575 millions de dollars lancé par les Nations unies a été financé à hauteur de 47%. 
Donc dix jours après l'appel, les Nations Unions ont récolté 271,87 millions de dollars et reçu des promesses à hauteur de 112 millions de dollars (donnée fourni par le bureau de L'Ocha).
Rappelons que cet appel de fond a pour but de fournir vivres, du matériel médical, de l'eau et des tentes aux trois millions de sinistré.
RM


Haïti : Déclarations de Jean-Max Bellerive sur les urgences

Ce midi à la conférence de Montréal pour Haïti, le premier ministre Jean-Max Bellerive à parlé des urgences pour Haïti. Il a notamment déclaré :
"Aujourd'hui je viens de recevoir un appel du Président de la république me disant nous avons besoin de 200 000 tentes pour reloger les gens, d'urgence toute suite trouve ces 200 000 tentes je vais regarder avec nos partenaire comment on peut arriver à résoudre ce problème, mais il faut trouver toute suite d'urgence... les pluies arrivent... Les gens sont dans les rues."
"Décongestionner les centres de santé qui sont encore en fonctionnement par l'évacuation de certains malade vers les hôpitaux flottants... ils sont pleins (en parlant des hôpitaux), ils sont pleins de malade qui pourraient sortir aujourd'hui de l'hôpital mais qui n'ont plus de maison pour recevoir des soins ambulants et qui ont peur que dans leur maison on ne leur apporte pas de médicaments"
"Énormément d'amputés aujourd'hui en Haïti, il n'y a pas de prothèses, il n'y a pas de soins spécifique pour toutes ces questions d'amputations il y a aucun équipements orthopédiques... Il m'est difficile de parler seulement de reconstruction quand cette urgence n'est pas prit en compte"
RM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16693

Haiti : ONU Point de presse


Conférence de Montréal sur Haïti 
Comme prévu, la Conférence ministérielle de Montréal sur Haïti a lieu aujourd'hui. Edmond Mulet, Représentant spécial par intérim du Secrétaire général pour Haïti, participe à la Conférence, ainsi que John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, et Helen Clark, Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
Mercredi, à Genève, le Conseil des droits de l'homme tiendra une session extraordinaire sur les aspects relatifs aux droits de l'homme de l'appui au processus de reconstruction d'Haïti.
Toujours sur Haïti, le PAM indique avoir fourni 2,6 millions de rations, soit l'équivalent de 8 millions de repas, à environ 400 000 personnes. Le PAM espère atteindre 100 000 personnes par jour tandis que l'opération continue de se déployer.
Il s'agit d'une des opérations les plus complexes que le PAM n'ait jamais lancée. Les infrastructures haïtiennes de la chaîne d'approvisionnement ont été totalement détruites et les opérations du PAM ont démarré en partant de rien.
Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que plus de 235 000 personnes ont quitté Port-au-Prince en utilisant les moyens de transport gratuits mis à leur disposition par le Gouvernement. Selon les estimations, 800 000 personnes sont accueillies dans des abris temporaires à Port-au-Prince.
La distribution quotidienne d'eau continue dans 115 sites à Port-au-Prince, ce qui permet d'atteindre environ 235 000 personnes.
PNUD 
Dans quelques heures, au stade Benfica de Lisbonne, plus de 40 champions de football venus de toutes les régions du monde participeront au septième « Match contre la pauvreté » organisé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Plus de 50 000 billets ont été vendus. Les recettes du match de cette année seront versées au programme « Cash for Work » en faveur d'Haïti, comme le souhaite l'appel éclair lancé par l'ONU. Grâce à la MINUSTAH, le match sera diffusé par la radio et la télévision en Haïti.
Parmi les joueurs, réunis grâce aux efforts de Ronaldo et Zinédine Zidane, Ambassadeurs de bonne volonté du PNUD, il y aura deux Haïtiens, Jean Sony et Joseph Peterson, qui jouent dans les clubs de football portugais.
ONU


Haïti : Ouverture de l'hôpital gonflable MSF

L'hôpital gonflable de MSF a pu être installé sur un terrain de la capitale. Les équipes ont déjà commencé à y mener des interventions chirurgicales et peuvent accueillir quelque 180 personnes dans les unités sous tente. Avec le traumatisme qu'a connu nombre de patients suite à l'effondrement des structures en dur pendant le séisme, la plupart craignent de se trouver à l'intérieur d'un hôpital normal. C'est pourquoi, avec ses murs souples et légers, le nouvel hôpital de campagne leur est particulièrement adapté.
"Les patients sont moins nerveux ici", explique l'infirmière Veronica Chesa qui travaille dans cette structure baptisée Hôpital Saint-Louis. "Ils ont moins de mal à s'endormir, et j'ai remarqué une baisse dans les demandes de sédatifs."
MSF
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16697

Haïti : Aide alimentaire, la foule se jette sur les sacs de riz


Hier une distribution d'aide l'alimentaire devant les ruines du palais présidentiel a due êtres interrompue, sur place il y avait 4000 sinistrés du séisme qui attendaient, et 18 casques bleus uruguayens pour faire régner l'ordre. 
A un moment la foule a commencée à se presser et à vouloir forcer le passage, "armé" de bouclier de protection en plexiglas, un soldat essayait de contenir la foule, d'autres tiraient des balles de caoutchouc en l'air et utilisaient des bombes au poivre pour essayer de repousser les sinistrés. L'un des soldats a demander en espagnol aux haïtiens de créer une file, mais en vain...
"Quoi que nous fassions, cela ne sert à rien" déclara un casque bleu
Au lieu de créer une file une masse humaine se dirigea vers le char blanc et les camions chargés de riz et d'huile.
"Nous allons partir dans cinq minutes, parce que nous allons être débordés", a alors prévenu un casque bleu.
Aussitôt dit aussitôt fait, une fois les casques bleus Uruguayens partie, la foule s'est littéralement jetée sur les 50 sacs de riz qu'ils avaient laissés sur place. Une chose est sur c'est que la distribution n'a pas été équitable beaucoup sont reparti les mains vides.
RM