POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 13 septembre 2009

La République Dominicaine contacte la MINUTASH et le gouvernement haïtien pour mener le combat contre le trafic de drogues par frontière.

Le procureur Général de la République, docteur Radhames Jiménez Peña, a fait savoir que le gouvernement dominicain effectue des contacts avec la Mission de Stabilisation des Nations Unies à Haïti (MINUTASH), ainsi qu'avec le gouvernement haïtien pour exécuter des plans conjoints destinés à résister au trafic de drogues à travers la frontière dominico-haïtienne. Jiménez Peña a assuré qu'à travers le secrétariat de Relations Extérieures, les Forces Armées, et le secrétariat de l’Intérieur et de la Police selon volonté du président Leonel Fernández on cherche une action conjointe avec le gouvernement d’Haïti pour combattre le trafic de drogues.
« On formule les politiques et je crois que cela dérivera en une conversation concrète sur le sujet », a dit le procureur Général de la République interviewé par Geraldino González à travers l’émission Objectif 5, samedis à 11.00 heures du soir par Telemicro Canal 5.
Le magistrat Jiménez Peña a de même annoncé que prochainement l'Organisation d'États Américains (OEA) organisera un conclave avec le secrétariat de l'Intérieur et de la police où on examinera le problème du trafic de drogues. Il a ajouté que certainement le manque d’équipement des Forces Armées dominicaines pour combattre le problème, spécialement la Marine de Guerre.
Toutefois il a dit que dans les plans du Gouvernement il est contemplé celui d'acquérir des vedettes rapides pour équiper la Marine de Guerre.
Jiménez Peña a souligné le travail qu'il effectue l’actuel quartier général de la dite institution militaire sous la direction du vice-amiral Lajará Sola.
Le procureur général de la République a dit que l'Unité Spécialisée pour la Persécution du Lavage d'Actifs a détecté que le trafic de drogues a lavé beaucoup d'argent et qu’aussitôt localisé le gouvernement sévit.
« Il y a plusieurs cas actuellement, je n'ai pas le nombre exact mais on travaille sur beaucoup de dossiers », il a dit.
Il a indiqué que dans la majorité des cas les investissements sont établis dans le secteur immobilier.
http://www.elnuevodiario.com.do/app/article.aspx?id=167754