POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 5 février 2010

Haïti-Séisme : Un camp de fortune à Carrefour Feuilles attend des abris et de la nourriture depuis 3 semaines

mercredi 3 février 2010 P-au-P., 3 fév. 2010 [AlterPresse] --- Dans le camp de fortune du haut Sanatorium à Carrefour Feuilles (secteur sud), un bruit domine : celui des marteaux. Trois semaines après le séisme, le camp situé dans la cour du préventorium de St Antoine, un espace abritant avant le 12 janvier une école et un orphelinat, compte désormais près d’une soixantaine d’abris faits en bois, tôles et draps assemblés.
Le camp du préventorium de St Antoine accueille environ 700 personnes qui en majorité ont perdu tous leurs biens et qui cherchent à s’assurer un abri aussi précaire soit-il et le minimum pour survivre.
« Nous avons pratiquement besoin de tout », dit une femme âgée d’une soixantaine d’années, « parce que nous avons perdu nos maisons et nous n’avons rien pu récupérer ».
Les réfugiés se sont éparpillés dans les jardins et la cour du Préventorium. On compte jusqu`à 400 enfants et une trentaine de femmes enceintes.
Très vite les conditions de vie se sont aggravées. Hommes, femmes et enfants sont forcés de dormir à la belle étoile et au milieu des mouches.
« Ici nous dormons à ciel ouvert, personne n’est venue nous voir pour nous offrir des tentes ou un abri quelconque. Les gens prient chaque jour pour qu’il ne pleuve pas », explique un jeune homme dans la vingtaine.
Cette situation a déclenché la ruée vers un espace pour se construire un abri qui résiste aux intempéries. Dans la foulée une soixantaine de maisonnettes ont déjà été érigées.
L’absence d’installations sanitaires dans le camp rend la vie difficile. La situation se complique davantage avec les cadavres en décomposition que renferment les décombres du voisinage.
Pour fuir ces conditions sanitaires, certains retournent chez eux durant la journée et ne passent guère que la soirée au camp. D’autres l’ont complètement abandonné et se sont résigné à dormir parmi les ruines de leurs maisons effondrées.
Plusieurs familles ont déjà quitté le camp pour leur province natale. Mais en dépit de ces départs, le nombre de personnes continue de croitre, alors que les ressources diminuent.
« Nous vivons de ce que nous avions, de nos dernières ressources. On partage tout. Quand on n’a rien on passe la journée comme ca », confie un jeune homme.
Les refugiés du Préventorium de St Antoine se considèrent comme les oubliés des opérations de distribution d’aide initiées quelques temps après le séisme par différentes organisations humanitaires.
Un plat chaud leur a été distribué au cours de la semaine. Une clinique mobile installée par Médecins du monde France reçoit également les blessés et les malades trois fois par semaines. [kft gp apr 03/02/2010 12:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9243

Aucune date pour la reprise des vols d’American et de Delta Airlines vers Haïti

Les deux compagnies aériennes américaines ont suspendu leurs vols commerciaux depuis le séisme du 12 janvier
Les lignes aériennes américaines opérant en Haïti, American Airlines et Delta Airlines, ont annoncé jeudi qu’elles n’avaient encore retenu aucune date pour la reprise de leurs vols commerciaux au départ et à destination de Port-au-Prince suspendus depuis le tremblement de terre ayant ravagé le pays, il y a trois semaines.
Sévèrement touché, l’aéroport Toussaint Louverture, l’unique aéroport international dont dispose Haïti, accueille pour l’instant exclusivement des vols humanitaires sous contrôle militaire américain.
Les deux compagnies ont pris part à des missions d’aide approuvées par l’administration Obama et grâce auxquelles des voyageurs ont pu être transportés d’Haïti vers les Etats-Unis.
Joint par l’Associated Press, un porte-parole de la American Airlines, Tim Smith, a indiqué que la ligne aérienne continuait à travailler en vue du rétablissement du service commercial.
Dans l’intervalle, American et l’entreprise sœur American Eagle, toutes deux appertenant au groupe AMR Corp., poursuivent leurs opérations humanitaires en Haïti avec l’autorisation du Pentagone.
Pour sa part, Anthony Black, représentant de Delta Airlines Inc., a fait savoir que la compagnie avait opéré mardi depuis Atlanta (Géorgie) son plus récent vol humanitaire vers la capitale haïtienne.
Quant à ses vols commerciaux, ils ont tous été annulés au moins jusqu’à samedi prochain.
American et Delta Airlines, qui absorbent le gros des passagers présents sur le circuit Haïti/Etats-Unis, hésitent à avancer une quelconque date pour la reprise du service régulier. Tout comme l’Administration aéroportuaire nationale (AAN) qui n’a pour l’instant fait la moindre annonce concernant la réouverture aux vols commerciaux de l’aéroport international Toussaint Louverture dont la tour de contrôle a été emportée par le tremblement de terre.
D’énormes vagues de départ à destination de l’étranger sont constatées depuis le 12 janvier. spp/Radio Kiskeya

Haïti : 3 millions pour le Foot

La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a débloqué 2.18 millions d'Euros soit près de 3 millions de dollars américain pour le football Haïtien.
Cet argent servira entre autre à la reconstruction du siège de la fédération, des structures régionales et à l'achat de nouveaux équipements. Rappelons que la FIFA avait déjà versé 181.500 Euros (250.000$) juste après le tremblement de terre du 12 janvier qui a fait plus de 200 mille morts en Haiti.
Le président de la fédération internationale FIFA, Joseph Blatter, a déclaré "Comme tout le monde, j'ai été choqué par les nouvelles en provenance d'Haïti" "Nous continuerons à suivre la situation de près et à soutenir comme nous le pouvons la fédération haïtienne de football"
Selon Yves-Jean Bart, président de la Fédération haïtienne de football (FHF) "Dans cette catastrophe, la Fédération haïtienne a perdu 30 collaborateurs, nos joueurs ont presque tout perdu".
Le directeur technique assistant et entraîneur Philogène Labaze a été tué lors de l'effondrement du local de la Fédération. Il avait conduit l'équipe haïtienne des moins de 17 ans (U-17) en coupe du monde à Séoul (Corée du Sud) en 2007.
Le stade Sylvio Cator a été transformé en camp de réfugiés, ainsi que les principaux terrains de la ville.
N / Radio Métropole Haïti

Manifestation des sinistrés dans la capitale

Des sinistrés du tremblement de terre ont organisé hier une manifestation dans les rues de Pétion ville hier afin de protester contre les retards dans la distribution de l'aide humanitaire. Les rumeurs relatives au détournement d'un container de riz par les autorités locales ont augmenté la colère de ces personnes affamées. Fausses informations et fausses cartes côtoyaient les vraies dans ce tohu bohu de dénonciation.
Des manifestants ont critiqué certaines autorités qui auraient réclamé 150 gourdes ( 4 dollars américains) pour chaque carte d'accès à un centre de distribution.
Plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées devant les centres de distribution du PAM à Pétion ville, Port-au-Prince, Carrefour etc.. Les longues files d'attente sous le chaud soleil sont gérées par les marines américains. Des femmes qui transportaient elles mêmes leurs sacs apparaissaient épuisées à la fin de l'épreuve.
Les autorités locales et des parlementaires influents auraient été impliqués dans les différents niveaux de distribution de l'aide humanitaire. La semaine dernière le sénateur John Joël Joseph avait organisé des rencontres à Léogane avant l'acheminement de l'aide aux sinistrés.
L'impatience et les rumeurs de détournement de stocks contribuent à alimenter le climat de tension dans les différentes villes de la région métropolitaine.
Une manifestation avait été organisée la semaine dernière à Léogane. Les sinistrés dénonçaient la vente de l'aide dans les marchés publics en dépit d'une interdiction formelle des autorités.
LLM

Deuil et douleurs des parents des disparus

Les autorités haïtiennes n'ont pas publié de statistiques relatives aux personnes disparues lors du violent tremblement de terre du 12 janvier 2010. Des bilans spécifiques ont été avancés par les responsables d'universités ou d'écoles ayant été détruits par le séisme.
Toutefois les propriétaires de supermarchés ne pouvaient pas indiquer le nombre de clients présents au moment de la catastrophe.
Certains parents ont pu avec les moyens du bord récupérer les cadavres qui se trouvaient sous les décombres de leurs résidences. Cette option ne peut pas être envisagée lorsqu'il s'agit d'immeuble imposant tels supermarchés et Hôtels.
Intervenant à radio Métropole, des parents ont critiqué la désinvolture de certains propriétaires de supermarchés et des autorités gouvernementales.
M. Reginald Madere, dont la fille a été probablement tuée lors de l'effondrement d'un supermarché de Pétion ville, appelle les autorités à poursuivre les fouilles. Attristé et en colère, M. Madere souhaite faire enfin le deuil de sa fille tuée a 27 ans.
Les parents réclament l'intervention du CNE afin d'enlever les nombreux poutres en béton qui se sont affaissées lors des secousses.
Par ailleurs, des cérémonies religieuses ont eu lieu à la mémoire des disparus à l'initiative de l'Association des Magistrats et de l'Alternative.
LLM

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16844

Haiti : Le PNUD, un gros employeur

30.000 Haïtiens ont trouvés du travail et sont actuellement rémunérés grâce au programme "Cash For Work" (Travail contre rémunération) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Les travailleurs sont payés 180 gourdes pour six heures de travaille tandis que le salaire minimum est de 200 gourdes pour 8 heures de travail.
Déblaiement des décombres des bâtiments qui jonchent les rues, le broyage et le tri des matériaux recyclables ainsi que la mise au rebut des débris collectés font partis des travaux proposés par le PNUD. L'objectif global du programme "Cash For Work" est de rétablir l'électricité, réparer les infrastructures publiques, fournir l'accès à l'eau, protéger les sources d'eau, assurer l'accès aux marchés, aux dispositifs de lavage en commun et aux centres communautaires.
Jordan Ryan, Sous-administrateur du PNUD indique que ce programme permet à la fois aux Haïtiens qui y participent de gagner un peu d'argent et d'avoir le sentiment de participer à la reconstruction de leur pays. Il a rappelé qu'une priorité était accordée aux femmes qui constituent 40% des gens embauchés.
L'ambition du PNUD est d'employer 100.000 Haïtiens dans le cadre de ce programme, mais cela dépend des fonds disponibles.
N / Radio Métropole Haïti

Certains évadés du Pénitencier National ont été capturés.

Environ 95 évadés du Pénitencier National ont été capturés sur les 4000 mille en cavale. C'est ce qu'a révélé le ministre haïtien de la justice Paul Denis Paul DENIS.
D'un autre coté, Le garde des sceaux de la République a fait savoir que des avis de recherche ont été lancés, dans le but de retrouver les autres qui sont en fuite.
Monsieur Denis, a précisé que ces prisonniers attrapés seront gardés dans des espaces provisoires, en attendant les travaux de réhabilitation du bâtiment du pénitencier et la construction d'autres centres carcéraux.
« Des agents de L'Administration Pénitentiaire Nationale (APENA) sont suspectés dans le cadre de cette évasion, car le bâtiment abritant le pénitencier n'avait pas subi de dommages importants suite au tremblement de terre. Il a été tout simplement vidé de ses occupants, alors que certains agents étaient à leur poste » a souligné, Paul Denis
Il annonce l'ouverture d'une enquête qui pourra permettre aux autorités judiciaires de déterminer les circonstances de cette évasion spectaculaire.
Le système judiciaire haïtien a été sérieusement touché lors du séisme. De nombreux juges sont morts, dont le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince Roc Cade, tué dans l'effondrement du Palais de justice. 
 EJ

Trafic d'enfants : Paul Denis exige que les américains soient jugés en Haïti

Le ministre de la justice, Paul Denis a déclaré, ce jeudi que les 10 américains inculpés par la justice haïtienne dans le cadre du dossier relatif à l'enlèvement de 33 mineurs, doivent être jugés sur le territoire haïtien.
Le titulaire du ministère de la justice croit qu'il n'y a, aucun inconvénient à ce que ces américains soient traduits par devant la justice haïtienne pour répondre des faits qui leur sont reprochés.
« Je ne vois pas pourquoi ils devraient être jugés sur le sol américain alors qu'ils ont commis un crime Haïti donc c'est en Haïti qu'ils doivent être jugés », a déclaré, le garde des Garde des Sceaux.
Selon lui, la loi haïtienne a été violée dans le cadre de cette affaire, donc il appartient aux autorités haïtiennes d'entendre ces citoyens et de les juger conformément aux prescrits de la loi.
Pour corroborer sa thèse, Monsieur Denis s'est posé cette question à savoir :Si un haïtien commettait un forfait aux Etats Unis, est ce qu'il sera jugé en Haïti ou bien aux Etats Unis ?
Par ailleurs le ministre de la justice annonce l'ouverture d'une enquête sur l'évasion du Pénitencier National lors de la catastrophe du 12 janvier dernier.
EJ