POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 19 avril 2012

DES POLICIERS HAITIENS SUR PIED DE GUERRE CE MERCREDI APRES L‘ASSASSINAT DE LEUR COLLEGUE

Mercredi 18 avril 2012 à 15:00 Les policiers affectés à la Direction Centrale de la Police Routière étaient très en colère ce mercredi suite à l’assassinat la veille de leur collègue Walky Calixte, 27 ans, ayant reçu six projectiles, à Martissant (Entrée sud de la capitale).
Ces agents de la PNH ont bloqué la route de Delmas à l’aide de camions et ont tiré des rafales en l’air pour exiger que justice soit faite à la victime.
Ils ont également exigé la levée de l’immunité du député de la première circonscription de Port-au-Prince, Séjour Rodriguez, qu’ils accusent d’avoir menacé de mort Walky Calixte avec qui il a eu des démêlés quelques heures avant son assassinat.
« La disparition de l’agent II de la PNH, membre du service de la circulation des véhicules, porte à 3 le nombre d’assassinats survenus en moins de 24 heures », fait savoir l’assistant responsable de la Direction Centrale de la Circulation Routière, le commissaire Godson Jeune.
L’insécurité qui sévit dans le pays a déjà emporté au début de cette semaine deux autres membres de la PNH au centre de la capitale. Arnold Pierre-Louis abattu à la rue Macajoux et Hutas Pierre Delmas 3 (Est de Port-au-Prince). Deux des présumés criminels du dernier policier ont été appréhendés.
http://radiovision2000haiti.net/home/?p=14581

LE PRESIDENT MARTELLY SOUFFRE D’UNE EMBOLIE PULMO


Le président haïtien Michel Martelly est hospitalisé à Miami où il se remet d'une embolie pulmonaire provoquée par une récente opération à l'épaule, a déclaré hier la présidence. Le chef de l'Etat s'est rendu lundi en Floride pour passer des examens et son état de santé "évolue bien", a indiqué la présidence dans un communiqué, sans préciser à quelle date Michel Martelly prévoyait de regagner son pays.
Agé de 51 ans, le président haïtien a dû annuler sa participation au sommet des Amériques qui s'est déroulé ce week-end à Carthagène, en Colombie. Il avait été opéré il y a deux semaines à l'épaule droite à Miami. Dans son communiqué, la présidence assure que Michel Martelly est en contact régulier avec son gouvernement.
Le pays n'a plus de premier ministre depuis la démission de Garry Conille le 24 février dernier à la suite d'un désaccord avec le président sur des contrats de reconstruction octroyés après le séisme de janvier 2010 qui a dévasté le pays et fait 300.000 morts.
Michel Martelly a nommé début mars le ministre des Affaires étrangères Laurent Lamothe, un de ses conseillers les plus proches, à la tête du gouvernement mais sa désignation, avalisée par le Sénat, doit encore être approuvée par la chambre basse du parlement.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/04/19/97001-20120419FILWWW00350-haiti-le-president-souffre-d-une-embolie.php

MARTELLY VA MIEUX ET MAINTIENT LE CONTACT AVEC LE GOUVERNEMENT, SELON UNE NOTE OFFICIELLE

P-au-P, 18 avril 2012 [AlterPresse] --- Le président Michel Martelly, qui souffre d’une embolie pulmonaire, se porte mieux et reste en contact avec son équipe, suivant les informations communiquées par le bureau de communication de la présidence. « D’autres examens médicaux et paramédicaux (…) confirment la bonne évolution du patient », lit-on dans un communiqué.
Le président Martelly a laissé le pays le lundi 16 avril pour la Floride (Sud des États-Unis). Une embolie pulmonaire (formation d’un caillot ambulant dans le sang qui entrave une voie artérielle alimentant le poumon) a été diagnostiquée.
« Je vais mieux à présent et je suis en contact avec l’équipe gouvernementale et les membres de mon Cabinet afin que tout continue à fonctionner normalement. Je continue de travailler avec eux pour la bonne marche du gouvernement (…) », selon une déclaration du chef de l’État rapportée dans le communiqué transmis à AlterPresse.
Les médecins de Michel Martelly se disent « satisfaits » de l’avancement du cas. Les derniers examens subis par le président datent du 17 avril.
C’est le troisième séjour à l’hôpital du président Martelly sur un intervalle de 7 mois, d’octobre à avril. Il a été opéré à l’épaule gauche entre les mois d’octobre et novembre 2011 à Miami, puis à l’épaule droite le 5 avril dernier dans cette même ville où il se trouve à nouveau depuis le 16 avril.
Le premier ministre démissionnaire Gary Conille n’a pas encore tenu de discours officiel sur l’état de santé du président Martelly.
La constitution haïtienne en vigueur stipule en son article 148 que « si le Président se trouve dans l’impossibilité temporaire d’exercer ses fonctions, le Conseil des Ministres, sous la présidence du Premier Ministre, exerce le pouvoir exécutif tant que dure l’empêchement ».
La constitution précise aussi, en son article 159, qu’en cas d’absence et d’empêchement temporaire du président ou sur sa demande, « le premier ministre fait exécuter les lois » et « préside le Conseil des Ministres ».
Désigné pour remplacer Gary Conille, Laurent Lamothe (actuel ministre des affaires étrangères) n’a encore franchi qu’une étape sur quatre en bénéficiant de la ratification de son choix par le sénat. [rh gp apr 18/04/ 2012 16:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12724

PAS DE SEANCE A LA CHAMBRE DES DEPUTES, 24 HEURES APRES L’IRRUPTION D’INDIVIDUS ARMES


P-au-P, 18 avril 2012 [AlterPresse] --- La chambre des députés n’a pas tenu séance ce 18 avril, 24 heures après l’irruption dans le périmètre du parlement d’individus armés, en uniforme militaire.
« On attend une explication sur ce qui s’est passé », déclare à AlterPresse le député Ronald Larêche, de la commission sécurité de la chambre basse.
Le président de la chambre des députés Lévaillant Louis Jeune a du mettre fin prématurément à une séance tenue autour de la formation de la commission d’étude des dossiers du premier ministre désigné et actuel chancelier haïtien Laurent Lamothe.
Ce comportement est vu comme « une erreur » et « un mauvais conseil », par le député Larêche, qui condamne ce geste.
Au moment de clore la séance, le président de la chambre des députés, Levaillant Louis Jeune, avait exigé que le gouvernement « fournisse une réponse ». « C’est très grave qu’un parlement en fonctionnement soit assiégé par des bandits armés », avait-il jugé.
Depuis le début de l’année, des groupes d’hommes armés et en uniformes se faisant passer pour des anciens militaires sont remarqués dans divers points du territoire, sans qu’aucune mesure pratique ne soit mise en œuvre par les autorités compétentes pour contenir ce mouvement.
L’armée, qui figure dans la constitution d’Haïti, a été officiellement dissoute par l’ancien président Jean Bertrand Aristide en 1995. La Police Nationale d’Haïti (Pnh) qui est la seule force armée officielle du pays, aux cotés des casques bleus de l’ONU, déployés à travers le territoire en 2004.
Le président Martelly qui avait fait du retour de l’armée une de ses promesses de campagne. Des associations de droits humains, entre autres, sont sceptiques sur l’opportunité de la mise en place d’une armée dans les conditions actuelles et la communauté internationale ne souhaite appuyer que le renforcement de la police. [rh apr 18/4/ 2012 15:55]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12723

LE GARR RECLAME DES PIECES D’IDENTIFICATION POUR LES HAITIENS DE LA DIASPORA

P-au-P, 18 Avril 2012[AlterPresse] --- Le Groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr) appelle l’Etat à fournir aux citoyens haïtiens d’ici et d’ailleurs de meilleurs services d’état civil et de bons papiers d’identification, à l’occasion de la journée nationale de la diaspora, le 20 avril 2012. « L’un des grands problèmes auxquels font face les Haïtiens vivant dans le pays et ceux de la diaspora est la question des papiers d’indentification et des services d’état civil », souligne Lisane André, responsable de la communication et de plaidoyer au Garr.
Pour régler les questions de papiers de résidence et faire des applications de visas pour leur famille, les Haïtiens de la diaspora se retrouvent avec des difficultés de divers ordres notamment le non-enregistrement des noms aux Archives nationales d’Haïti ou bien des erreurs dans les documents, dénonce André.
La responsable rapporte que la situation des migrantes et migrants haïtiens en République Dominicaine est très critique à cause de cette question de documents d’identification.
Cela les empêche de revendiquer leurs droits comme travailleurs quand ils sont victimes d’abus, précise t-elle.
De plus, ils ne peuvent pas bénéficier de leur pension de vieillesse, selon la responsable de la communication et de plaidoyer du Garr.
« L’accès à de bons documents d’indentification est un droit fondamental que doit garantir l’Etat d’un pays à ses citoyennes et citoyens », fait-elle savoir, indiquant que les problèmes de services d’état civil et d’identification font partie des revendications prioritaires de la communauté haïtienne vivant à l’Etranger.
Le Garr réclame l’enregistrement correct des noms de tous les Haitiens dans le registre d’Etat, ainsi que l’octroi à ces personnes d’un acte de naissance et d’une carte d’identité.
Le Garr appelle le ministère des haïtiens vivant à l’étranger et celui des affaires étrangères à mettre en place dans chaque consulat ou ambassade un service d’identification et d’état civil efficace.
L’organisme de défense des droits humains souhaite la prise en considération par l’Etat haïtien des problèmes d’identification qui touchent beaucoup d’Haïtiens en République Dominicaine, Guyane Française, Iles Turcs et Caicos. [emb apr 18/04/2012 13 : 25]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12722

EST-ON SUR LE POINT D’AVOIR UN PREMIER MINISTRE « BRANCHE »


Des allégations de pratiques douteuses ont marqué le passage de la compagnie de Laurent Lamothe en Afrique.
Si tout se déroule comme prévu pour Laurent Lamothe, le premier ministre désigné pourrait bien devenir le Premier Ministre le plus impliqué technologiquement depuis la création du poste en 1988 en Haïti.
La technologie est en effet l’un des domaines clés d’investissement pour Laurent Lamothe, fondateur de Global Voice Group en 1998. Son entreprise se présente comme le leader mondial en matière de gouvernance des technologies de télécommunications desservant un certain nombre d’entités gouvernementales particulièrement en Afrique.
La société assiste ces gouvernements dans le contrôle des appels internationaux entrants sur leur territoire. La société traite généralement avec les autorités régulatrices en leur fournissant la technologie qui leur permettra d’effectuer les dits contrôles.
Cependant l’expansion de l’entreprise de Laurent Lamothe dans certains pays africains ne s’est pas faîte sans heurts. Beaucoup ont mis en doute l’intégrité de Global Voice Group, ainsi que l’utilité de son service. Dans certains pays, comme le Sénégal, certains sont même allés jusqu’à dire que Global Voice Group n’était là que pour taxer les appels téléphoniques internationaux entrants, tout en détournant de l’argent vers les coffres de dictateurs impitoyables, profitant de l’opération au passage.
Lamothe a formellement rejeté ces accusations en Juillet 2011. Il affirme qu’il s’agit d’une campagne de dénigrement contre son entreprise, Global Voice Group et sa personne.
Lamothe a reconnu que Global Voice Group a transigé avec le gouvernement Sénégalais pour fournir une assistance technique dans l’interception d’appels internationaux frauduleux. Il insiste sur le fait d’avoir permis à l’état Sénégalais d’engranger près de 30 millions d’euros.
Selon Lamothe, sa société aurait dû recevoir 49% de ce montant, mais jusqu’en Juillet 2011, il n’a pas reçu un sou. Lamothe a déclaré que, globalement, son entreprise a aidé les gouvernements africains à faire plus de 100 millions de dollars dans la détection d’appels qui auraient autrement échappés au contrôle des autorités régulatrices.
Toutefois, l’application d’un contrôle aussi strict sur les communications vocales nous contraint à questionner l’éthique du principe d’affaires de Lamothe, surtout à une époque où la technologie a rendu les communications de moins en moins dispendieuses. De nos jours, les données transportent de plus en plus la voix, ce qui rend les communications téléphoniques très abordables.
On peut ainsi se demander quelle place y a-t-il pour des technologies telles que Skype, Vonage, Google Voice, Magik Jack et autres dans l’environnement étanche que nous propose Global Voice. Ces technologies populaires ne font-elles pas perdre des sommes considérables aux gouvernements ?
Ainsi depuis mai 2011, le tarif de base pour les appels internationaux entrants en Haïti est de 23 cents US la minute tandis que la République dominicaine voisine offre un tarif deux fois moins cher à 10 cents US la minute en fonction du service utilisé.
Il est de notoriété publique que le Fonds National de l’Education (FNE) prend une partie de ces 23 cents. Est-ce que Global Voice joue un rôle dans la gestion des appels internationaux entrants en Haïti ? Si oui, quelle est son implication dans la collecte d’argent pour le Fonds National de l’Education ?
Lamothe a toutefois déclaré que sa compagnie éviterait de soumissionner des contrats en Haïti afin d’éviter tout conflit d’intérêts.
Dans ce cas, est-ce que Laurent Lamothe envisage une éventuelle expansion dans d’autres marchés, là où les régulateurs auraient besoin d’assistance pour combattre le phénomène du "court-circuitage" ("By-Passing"). Des marchés comme les Etats-Unis, le Canada, ou l’un des membres du G8 ?
Qui a fait pression pour l’adoption de mesures anti-contournement ("Anti-Bypassing") en Haïti ?
En bout de ligne, si nous n’avons pas à payer pour chaque courriel que nous envoyons, pourquoi devrions-nous payer pour la voix qui utilise le même chemin que le courriel ? Harold Isaac & Gotson Pierre
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article8750

LES AVOCATS DE PIERRE KANZKI REJETTENT LES ACCUSATIONS DE “COMPLOT” PORTEES CONTRE LEUR CLIENT


P-au-P., 17 avril 2012 [AlterPresse] --- Les avocats Frizto Canton et Camille Leblanc, qui défendent Pierre Kanzki, accusé de « complot » contre le gouvernement haïtien, rejettent en bloc les accusations portées contre leur client et dénoncent une manœuvre pour détourner l’attention d’un récent scandale haitiano-dominicain de corruption qui éclabousse le président Michel Martelly.
« Il n’y a jamais eu et il n’y a aucun complot », soutiennent les avocats de Pierre Kanzki au cours d’une conférence de presse ce 17 avril à Port-au-Prince.
Le 12 avril, les gouvernements haitien et dominicain ont dénoncé un « complot » attribué à l’ex colonel dominicain Pedro Julio Goico Guerrero, qui aurait demandé à Pierre Kanzki d’entreprendre une campagne de dénonciations de corruption contre Martelly comme une étape d’un plan de déstabilisation.
Pour Me Fritzo Canton, c’est une manière de détourner l’attention des deux peuples autour du scandale de corruption révélé par la journaliste dominicaine, Nuria Piera.
Selon l’enquête conduite par Pierra, Martelly aurait reçu de Bautista 2,5 millions de dollars americains (US $ 1.00 = 42.00 gourdes ; 1 euro = 61.00 gourdes) avant et après son élection à la présidence, ce qui a été officiellement démenti.
Fritzo Canton indique également que les autorités judicaires ont pris des dispositions pour faire arrêter Kanzki afin de renverser la tendance en République Dominicaine, où le Parti de Libération Dominicain (PLD) au pouvoir serait en difficulté à l’approche des prochaines élections du 20 mai.
Les avocats annoncent avoir envoyé une correspondance au parquet de Port-au-Prince pour demander l’annulation d’un mandat d’amener et des mesures restrictives prises à l’encontre de Kanzki, qui est sous le coup d’une interdiction de départ.
Me Leblanc déclare que Kanzki est disposé à rencontrer le commissaire du gouvernement, Me Jean Renel Sénatus, s’il jouit de « sécurité judiciaire, pour prouver son innocence ».
Leblanc demande à l’État haïtien de diligenter une enquête à propos des révélations faites par la journaliste Nuria Piera, car, selon lui, personne ne peut tenter de fuir ce scandale.
« Pour le peuple haïtien, il est important que l’enquête ait lieu pour déterminer la participation des hommes et des femmes politiques haïtiens dans un schéma de corruption », estime Me Leblanc. [jsr gp apr 17/04/2012 15 :00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12715