POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 31 août 2010

Sunrise man killed, teenage cousin kidnapped in Haiti

Armed men killed a Sunrise man in Haiti on Friday night and kidnapped his cousin for ransom. BY NADEGE CHARLES AND JACQUELINE CHARLES
NCHARLES@MIAMIHERALD.COM
PORT-AU-PRINCE -- Family members of a South Florida man were completing funeral arrangements Monday after he was killed while on vacation in Haiti and his 16-year-old cousin was kidnapped.
Gregoire-Ronald Chery, 56, a Haitian fraud investigator with the U.S. Department of Homeland Security, was shot to death Friday night outside a cousin's home in Pelerin, family members said.
Pelerin is a niche neighborhood in the hills above Petionville, with middle class and wealthy homes behind walls.
Born in Jeremie, Chery emigrated to New York in 1965 with his family and later moved to Miami in 1977. He lived in Sunrise.
``We're working to bring his body home by Wednesday,'' his sister Ula Zucker said. ``We're praying for Nadege.''
Nadege Charlot, a Haitian native who lived in the home, was kidnapped and is being held for ransom. Kidnappers were demanding $100,000 on Monday for her safe return, family members said.
``She got to speak with her mom,'' Zucker said. ``Nadege was crying. She said they beat her and burned her feet.''
`TOOK THE CHILDREN'
In the last two months, Frantz Lerebours of the Haitian National Police said, ``We had two to three cases where people entered the home and took the children'' in that area. The family was likely singled out because they also had relatives visiting from abroad.
``In Haiti, whenever the diaspora is in town, they think there's money in the house,'' Chery's brother, Pierre Jarmil Chery of Plantation, said by telephone from Haiti.
Pierre Jarmil Chery said that around 10 p.m. Friday, three armed men stormed the gated home, two held up Chery at gunpoint while another tied remaining relatives inside and raided the home. The identity of the men remain a mystery.
``One put a gun to my head and pulled the trigger,'' Pierre Jarmil Chery said. ``It jammed. I should be dead, too.''
Ever the Haiti enthusiast, Chery was visiting his homeland with his mother and brother despite reports of growing violence and gang activity.
The U.S. State Department issued a travel warning in June to people visiting Haiti.
``We strongly urge all Americans in Haiti to exercise caution. Americans are reminded that there remains a persistent danger of violent crime, including armed robbery, homicide, and kidnapping in Haiti,'' Jon Piechowski, a U.S. Embassy spokesman, said.
Some family members tried to persuade Chery to remain in Florida. But Haiti was his country, and he looked forward to the getaway every year.
``I asked him not to go,'' Zucker said.
``I just felt like it was unsafe.''

NEVER GOING BACK
For some family members, the pain is unbearable and they vow never to return to Haiti.
``It's a place I never want to see again in my life,'' Chery's son, Gregoire-Ronald Chery II, said. ``My dad never yelled, he was always friendly. They killed him and kidnapped a child.''
In addition to his son, Chery is survived by his daughters Cassandra Chery and Bianca Chery; mother, Viola Semxant-Zucker; and nine siblings.
A public viewing will be held at 5 p.m. Friday at Alfonso M. Richardson Funeral Services, 3790 NW 167th St., Opa-locka.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/08/31/1799825/sunrise-man-killed-in-haiti.html#ixzz0yDeMFR12

`Social business fund' proposed for Haiti

Nobel Laureate Muhammad Yunus, the founder of the Grameen Bank, thinks capitalism with a conscience might be the answer to some of Haiti's ills.
BY JIM WYSS
JWYSS@MIAMIHERALD.COM
The father of microlending, Nobel Laureate Muhammad Yunus, is hoping to midwife another idea -- this one aimed at pulling Haiti out of the rubble.
Yunus was in Miami on Monday to promote the concept of building a ``social business fund'' that will invest in companies that are using the tools of the boardroom to tackle social problems in Haiti.
Speaking at Miami Dade College, Yunus said the idea is already showing success in his native Bangladesh.
One of his flagship social businesses is Grameen Danone Foods, a joint venture between Yunus' Grameen Bank and food conglomerate Danone. In that case, the multinational company agreed to make a special yogurt for Bangladesh that includes micronutrients lacking in the local diet. Two cups of the yogurt per week for one year can reverse the malnutrition that plagues about half of all children, Yunus said.
Sold at sustainable but cut-rate prices, former beggars are being recruited as the sales force.
While Danone can recover its investment, the social business model requires all profits be plowed back into the business to keep fighting the root problem: malnutrition.
Such thinking could also be used in Haiti to tackle transportation problems, housing and health concerns, and the energy deficit, Yunus said. Monday's trip to Miami was part of his effort to raise awareness and generate interest in the idea, he said.
Some $5.8 billion dollars have been pledged to Haiti since the Jan. 12 earthquake. But many on the ground say there are few signs of rebuilding.
Yunus said financing social businesses might provide the tangible, sustainable results the development community is seeking.
He's proposing that 10 percent of all charitable donations be put into the social business fund.
``In charity, a dollar only has one life. You use it and it's done,'' he said. ``As a social business, a dollar has an endless life, because it is recycled.'' Even before the earthquake, the U.S. government was searching for ways to encourage investment in Haiti and Yunus' model is intriguing, said U.S. Under Secretary for International Trade Francisco Sánchez.
``This concept is more of a sustainable and enlightened philanthropy. We need to find more creative ways to make use of our philanthropic dollars,'' he said. ``Let's spur entrepreneurship to create jobs and solve social problems.''
Yunus became a rock star in international development circles when, in the 1970s, he used $28 from his own pocket to start a small-scale lending program for impoverished women in Bangladesh.
Conventional wisdom held that the poor -- with no collateral -- were a credit risk. Yunus proved that the social networks created by community lending kept defaults low.
The idea caught on. His Grameen Bank, which still works with some of that nation's most downtrodden, has helped 8.3 million borrowers since 1976.
Microlending programs have sprouted up around the world, including the United States. In Haiti, the group Fonkoze, has been offering microloans since 1994 and has more than 45,000 loans outstanding. In 2006, Yunus work was recognized with the Nobel Peace Prize.
Yunus, who has yet to visit Haiti, said he sees many similarities between his own nation and the shattered island. He's also sure that the success he's seen back home can be replicated there.
``Not that Haiti will change right away,'' he warned. ``But a process will begin.''
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/08/31/1799747/social-business-fund-proposed.html#ixzz0yDcYQmb7

Chefs de partis et démocratie d'opinion

Haïti: Hâbleurs impénitents, mauvais perdants, brasseurs de vents, nos hommes politiques - notamment nos chefs de partis - sont friands de communication, mieux, de vedettariat. Leurs interventions pour tikrik tikrak à la radio en font foi. C'est incontestable. Alors comment expliquer leur impopularité et leur discrédit ? Une classe politique peut-elle refaire en sens inverse le trajet qui l'a conduite à un excès d'éloquence et de médiatisation ? Que l'on ne dise pas qu'il est trop tard. Si la survie médiatique appelle un accroissement sans limite des crises de pouvoir, la victoire électorale, elle, est avant tout un fait organisationnel. Toute la difficulté vient de là. Pour bon nombre de nos « leaders » et activistes politiques, la démocratie d'opinion est à la fois un leurre et un exutoire.
En matière politique, tout n'est pas « discours », ni aisance médiatique. La percée de la presque totalité de nos êtres de transition et l'effondrement de leur cote électorale, de 1987 à nos jours, illustrent la fragilité de la renommée construite sur la seule image. Car il a existé, par exemple, un effet Sylvio Claude, illustrant la popularité personnelle d'un vieux combattant anti-macoute. Inégal a été l'itinéraire de Gérard Pierre-Charles, de Marc Bazin, de René Théodore ou de Leslie François Manigat. Impressionnant de ténacité est l'engagement de Serge Gilles, de Evans Paul, de Victor Benoît, d'Edgard Leblanc Fils, de Jean Maxime Roumer ou d'Edmonde S. Beauzile.
On sait bien qu'il n'existe point de succès électoral sans communication. Mais cette lumière ne saurait être le substitut à l'organisation, à l'action et à la stratégie. Passer tout son temps à parler, à polémiquer, à critiquer n'est pas une stratégie politique adéquate. Il faut aussi s'appuyer sur un parti ou une catégorie sociale motivée, des organisations de base et des réseaux de militants ou de partisans engagés (Tel a été le cas du candidat « bèbè » René Préval en 2005-2006). Bien qu'elle consiste en partie à savoir épouser les tendances fortes de l'opinion, la communication politique ne peut être, sous peine d'inefficacité ou d'inutilité, que le prolongement d'une organisation politique solide, crédible, tentaculaire, mobilisatrice. C'est tout dire. C'est un défi qu'aucune propagande ni aucune idéologie n'aideront à relever. Or, depuis 1986, la plupart de nos chefs de partis - notamment nos opposants de métier et nos éternels candidats à la présidence - ont souvent eu tendance à envahir les médias et à négliger le champ de l'organisation qui est en fait le terrain incandescent de la victoire, de la durée, du pouvoir. C'est la croyance dans la magie de la parole qui est naïve chez l'opposition, toutes conjonctures électorales confondues. Le talent et le courage de ceux qui l'incarnent ne sont pas en cause, du moins pas toujours. Mais plutôt l'ancrage et la faiblesse organisationnelle de leurs partis, handicapés en outre autant par leur marasme financier que par leur incohérence stratégique.
Ce qui, pour y remédier, n'est pas facile. Dans ce monde port-au-princien de bruits et de fureur, il y a une exception : Charles Henri Baker, qui parcourt de fond en comble le pays avec une assiduité et une patience dignes d'éloge. Un exemple à mettre en relief par « opposition » à ce flot de politiciens traditionnels à la gueule de feu mais sans ancrage !
Pierre-Raymond Dumas
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=82958&PubDate=2010-08-30
Commentaires:
A bon entendeurs , salut!
Si se ta-w prann, se pa ta-w pa pran-n!

Vu sur le web n°7 : Reconstruire Haïti passe par rétablir l'information

L'initiative francophone solidaire Youphil publie un diaporama sonore sur un centre de presse associatif à destination des journalistes haïtiens, né de la coopération entre l'association Reporters sans Frontières, l'agence de presse Québecor et le Centre de la Francophonie des Amériques.
Après le séisme du 12 janvier, la population haïtienne a exprimé un réel besoin d'informations qui ne pouvait être satisfait par les journalistes locaux qui, pour beaucoup, ont perdu leur matériel dans les dégâts. Une quinzaine d'ordinateurs ainsi qu'une connexion haut débit ont été mis à disposition des journalistes haïtiens dans cette salle de presse de l'urgence.
Toujours en rapport à la reconstruction des médias en Haïti, Cap Campus annonce la mise en place d'un master en journalisme à Port-en-Prince né de la coopération entre l'Université Quisqueya à Port-en-Prince et le Centre de Formation Professionnelle des Journalistes (CFPJ) à Paris.
Cette initiative, conduite par l'ONG internationale Aide et Action, vise à reconstruire l'enseignement supérieur gravement touché par le séisme, et à doter le pays d'une génération de jeunes journalistes critiques et capables de participer au développement d'une société civile démocratique.
http://www.ffa-int.org/vu-sur-le-web-no7-reconstruire-haiti-passe-par-retablir-linformation

Haïti-Météo : Les prévisions changent, « Earl » pourrait affecter trois départements

P-au-P, 30 août 2010 [AlterPresse]---Le centre de l’ouragan « Earl » pourrait se trouver, à partir de mardi soir 31 aout et au cours de la journée de mercredi, si proche d’Haïti qu’une bande spiralée de nuages, de pluie et d’orages risque d’affecter trois départements du pays (le Nord, le Centre et l’Artibonite), prévoit le Centre National de Météorologie dans un bulletin rendu public ce lundi 30 août 2010.
EARL LE 31 AOUT .....18:55
Dans de précédents bulletins rendant compte de la situation synoptique dans la Caraïbe et sur l’Atlantique, le CNM avait toujours souligné que « Earl », alors simple tempête tropicale, ne représentait, dans l’instant, aucune menace pour le pays caribéen.
Les données ont donc changé au point que « Earl », devenu, ce lundi, ouragan et localisé à 18.2 degrés de latitude et 62.9 degrés de longitude ouest, soit à environ 40 km au nord-est de St Martin, domine les conditions de la météo dans la région, selon le bulletin.
Le système a créé, ce lundi, des conditions peu humides dans l’environnement d’Haïti, précise encore le CNM.
Le CNM dit continuer de suivre l’évolution de « Earl », de même que celle d’ « une vigoureuse onde tropicale se trouvant très loin de l’arc antillais, [et qui, selon les prévisions, peut], ce lundi même, se renforcer en dépression tropicale ».
Le Centre National de Météorologie fait accompagner son bulletin du jour d’un avis également signé par le Secrétariat Permanent de Gestion des Risques et Désastres (SPGRD) et de la Direction de la Protection Civile (DPC) et adressé aux habitants et aux riverains des régions du Nord, du nord- Est, du nord- Ouest, de l’Artibonite, du Centre, de l’Ouest et de la grand’ Anse.
Il leur est demandé de veiller à l’application scrupuleuse des consignes des trois instances. L’une d’elles est ainsi stipulée : « Surveillez la montée des eaux. Si votre habitation est menacée par des inondations et des glissements de terrain, préparez vous à évacuer ».
Trois autres consignes appellent à « ne pas traverser les rivières en crue sous aucun prétexte », à « ne pas s’abriter près des fenêtres et en zone boisée, en cas d’orages violents » et à « surveiller de très près les vagues, si on habite près de la mer ».
La saison cyclonique, qui commence en juin et prend fin en novembre, a souvent amené, en Haïti, ces dernières années, des inondations au lourd bilan. Les plus récentes remontent à l’année 2008.
Les quatre ouragans Fay, Gustav, Hanna et Ike avaient laissé derrière eux 326 morts, 50 disparus, 190 blessés, 10.800 maisons détruites et 170.000 familles sinistrées, selon un bilan communiqué alors par le gouvernement.[rl gp apr 30/08/10 13:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9915

Le CEP avance et étend la période de la campagne électorale

L’organisme électoral met en garde contre toute activité de campagne avant la période fixée Mardi 31 août 2010, Radio Kiskeya
Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) a décidé lundi d’avancer la date et d’étendre la période de la campane électorale pour les élections législatives et présidentielles du 28 novembre 2010.
Fixée précédemment au 27 octobre et devant durer un mois, la campagne débute maintenant le 27 septembre. Elle prend fin le 26 novembre 2010 selon une séquence fixée par l’organisme électoral.
Les partis et candidats sont ainsi autorisés à utiliser panneaux publicitaires, banderoles, dépliants, posters et autres affiches pendant deux mois, du 27 septembre au 26 novembre 2010. L’organisation de rassemblements publics et la diffusion de messages par voie de presse et autres ne peuvent par contre être réalisées qu’entre le 15 octobre et le 26 novembre, soit pendant un mois et demi.
Le CEP rappelle aux intéressés qu’ils sont astreints à respecter scrupuleusement le calendrier fixé et à surseoir à toute activité de campagne avant la période réservée officiellement à celle-ci.
La modification du calendrier électoral intervient au moment où le CEP continue de faire l’objet de sérieuses critiques pour la façon dont il a procédé au choix des candidats à la présidence. On lui reproche notamment d’avoir violé la Constitution en autorisant des ex-hauts fonctionnaires à participer à la course électorale sans avoir soumis leur décharge de la chose publique. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6997

Insulza sollicite un financement pour le projet de réforme du cadastre

La rencontre du secrétaire général de l'OEA, José Miguel Insulza, avec le chef de l'Etat haïtien, René Préval, le week end écoulé a permis d'analyser les programmes supportés par la Commission Intérimaire de reconstruction d'Haïti (CIRH). En cette occasion le principal dirigeant de l'Organisation hémisphérique, Miguel Insulza, a mis l'accent sur le projet de création d'un système de cadastre en Haïti. Ce projet, qui constitue l'un des principaux engagement de l'OEA en Haïti, sera présenté dans les prochains jours à la commission intérimaire co présidée par l'ex président des Etats-Unis Bill Clinton et le Premier Ministre haïtien Jean Max Bellerive.
Le nouveau projet de 70 millions de dollars pourrait être le deuxième réalisé par l'OEA après le programme de registre civile.
Le chef de l'Etat haïtien René Préval a exprimé sa gratitude en raison de l'engagement de l'OEA dans le processus de reconstruction d'Haïti.
Dans son intervention, M. Insulza a mis l'accent sur l'importance de l'assistance internationale dans le cadre des efforts pour la relance économique et de renforcement des institutions démocratiques. Il a soutenu que la reconstruction sera impossible sans le support de la communauté internationale.
Le Premier Ministre Jean Max Bellerive, le ministre de la justice, Paul Denis, le représentant de l'OEA à Port-au-Prince, Ricardo Seitenfus et le secrétaire aux affaires politiques de l'OEA, Víctor Rico, avaient également pris part à cette rencontre au Palais national.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18204
Commentaires:
J'ai du mal à comprendre pourquoi et comment personne ne se révolte devant ce type de dépêche. En fait en Haïti même pour construire des latrines en 2010 il faut l'apport d'un bailleur de fonds pour le financement.
Nous vivons définitivement dans la mendicité pure et simple.
De temps en temps quelqu'un sort de son chapeau des mots qui ne veulent rien dire....Quand est-ce que l'on va se mettre a reconstruire profondément et efficacement ce pays!

Des étudiants haïtiens s'apprêtent à se rendre du Sénégal

Un premier groupe d'étudiants haïtiens, candidats à une bourse d'études universitaires au Sénégal, est attendu le 10 octobre prochain, à Dakar, selon des informations relayées par l'agence de presse sénégalaise, APA. Une délégation sénégalaise conduite par le ministre en charge des affaires humanitaires, Mamadou Lamine Ba, vient d'effectuer une visite dans le pays, en vue de procéder à des enquêtes judiciaires, académiques et des visites médicales obligatoires des candidats intéressés par des études dans les universités sénégalaises.
Les opérations de sélection des futurs étudiants haïtiens au Sénégal ont pris fin ce lundi.
Rappelons qu'au lendemain de la catastrophe 12 janvier le président Abdoulaye Wade du Sénégal avait décidé d'offrir une partie de son territoire aux haïtiens désireux de revenir en Afrique, une décision qui ne faisait pas l'unanimité au sein de la société sénégalaise.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18207
Commentaires:
C'est très gentil de la part du gouvernement sénégalais mais il faut se poser la question à savoir si le gouvernement haïtien s'est renseigné sur les condition d'accueil et les conditions de vies des étudiants haïtiens au senegal...

Un candidat écarté très critique vis-à-vis du CEP

Le candidat à la présidence rejeté par le CEP, Jean Bertin, considère que la décision du Conseil Électoral Provisoire (CEP), de l'exclure de la course électorale, est strictement politique.
Selon lui l'actuel conseil reçoit ses ordres du gouvernement. Un CEP qui dit-il ne saurait réaliser des élections crédibles.
Monsieur Bertin s'en est aussi pris aux membres de la communauté internationale, notamment, le secrétaire général de l'OEA, José Miguel Insulza, qui avait déclaré récemment que l'actuel Conseil Electoral Provisoire est en mesure d'organiser des élections honnêtes, crédibles et démocratiques, le 28 novembre prochain.
Il a annoncé la formation d'un groupe susceptible de fournir une réponse appropriée au gouvernement.
EJ/Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18206
Commentaires:
Franchement ce monsieur n'aurait pas gagné des élections pour être chef de section en Haiti. Dans des élections présidentielles crédibles, il aurait sans doute fait un score inférieur à celui de sa fille lors du dernier concours Miss Univers.
Maintenant il annonce sur des tons de menace qu'il va constituer un groupe de pression. J'ai envie de rire!
Là, il fait de la COM!

L'opposition haïtienne critique les déclarations de Insulza

L'opposition haïtienne condamne les déclarations du secrétaire général de l'Organisation des Etats Américains (OEA) relatives à la crédibilité du Conseil Electoral Provisoire (CEP). Des chefs de file de plusieurs formations politiques dont Edgard Leblanc (OPL), Chavannes Jeunes (Acra) et Turneb Delpé ( Rasanblé) ont estimé que le secrétaire général de l'OEA s'est fait complice de cet organisme décrié.
L'ex sénateur Leblanc qualifie de fuite en avant le support de M. Insulza au CEP, faisant remarquer que celui-ci ne peut donner aucune garantie sur l'impartialité des conseillers électoraux. Selon M. Leblanc l'OEA ne peut vérifier le bon déroulement du processus d'épuration du registre électoral. L'opposition haïtienne est en désaccord avec M. Insulza qui " est pris dans un dilemme puisque son organisation est un acteur du processus électoral".
Tout en réitérant les critiques relatives au contrôle du CEP par l'exécutif, le dirigeant de l'OPL a fait valoir qu'on peut modifier la composition du CEP dans la fourchette des 90 jours avant les joutes.
Interrogé sur la poursuite du processus électoral en dépit des critiques de l'opposition, M. Leblanc a soutenu que le scrutin peut être reporté en raison des contradictions entre les acteurs.
De son coté, le pasteur Chavannes Jeune (Acra) a déploré le refus du secrétaire général de l'OEA de s'entretenir avec des leaders de l'opposition. Il croit que M. Insulza n'a pas voulu tenir compte de la réalité en présentant une déclaration préparée à l'avance.
LLM / radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18205

Qui a vu, verra ou évitera Préval ?

A environ trois mois de l'élection présidentielle, le chef de l'Etat entame un ensemble de rencontres avec les candidats à la présidence. René Préval s'est déjà entretenu avec plus de cinq prétendants à la magistrature suprême. Le dernier en date est la secrétaire générale du RDNP, Mirlande H. Manigat. Jean Henry Céant, quant à lui, a refusé catégoriquement de le rencontrer.
Haïti: « Nous avons discuté sur les élections et sur les grands dossiers de l'Etat, a affirmé la candidate à la présidence Mirlande H. Manigat. Le chef de l'Etat et moi, en présence de mon mari, nous avons parlé sur ces deux sujets de 6 heures à 9 heures du soir vendredi dernier, a précisé la secrétaire générale du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP). » Ces responsables politiques ont discuté pendant environ trois heures sur la situation du pays et le processus électoral dans une atmosphère de convivialité dans la résidence privée des Manigat à la Plaine du Cul-de-sac.
Dans un entretien accordé au Nouvelliste, Mirlande Manigat a souligné que le chef de l'Etat a manifesté son intention de rencontrer tous les 19 candidats agréés pour la présidentielle. Le locataire du Palais national veut mettre son successeur au courant de l'ensemble des activités du gouvernement, a-t-elle laissé comprendre. Toutefois, la responsable politique n'a pas voulu en dire plus sur sa rencontre avec René Préval. « Par devoir de discrétion, je me garde de dévoiler tout ce qui a été dit dans cette rencontre », a-t-elle avancé.
Le chef de l'Etat a également jeté son dévolu sur l'ancien Premier ministre de Jean-Bertrand Aristide, de l'organisation politique Fanmi Lavalas. Selon le candidat Yvon Neptune, la rencontre a eu lieu le mercredi 25 août dernier. Lui aussi, il ne veut pas dévoiler au grand public les points débattus dans son tête-à-tête avec René Préval. Cependant, il croit que c'est une bonne chose de la part du président de la République de rencontrer son éventuel successeur.
En outre, le chef de l'Etat a aussi rencontré le candidat et chanteur de la formation musicale Sweet Micky, Michel Joseph Martelly, jeudi dernier au Palais national. Une information que le candidat de l'organisation politique Repons Peyizan a confirmée, sans donner de détails sur cette rencontre qui fut cordiale. L'artiste a inauguré ce lundi son bureau de campagne électorale.
René Préval n'a pas omis de rencontrer son ancien chef de gouvernement et ancien compagnon politique Jacques-Edouard Alexis. Après son divorce d'avec ce dernier, l'on croyait que le chef de l'Etat lui avait totalement tourné le dos. En tout cas, les deux hommes politiques se sont rencontrés pour parler élection et de l'avenir du pays.
Dans le même registre, Le Nouvelliste a appris que le locataire du Palais national a rencontré également le candidat Lesly Voltaire, son conseiller - ou ancien conseiller. Le Nouvelliste a tenté en vain d'entrer en contact avec ce dernier pour en savoir plus.
Le Nouvelliste ne sait pas si le président de la République s'est déjà entretenu avec le candidat Jude Célestin, son dauphin désigné et représentant de la plateforme politique INITE.
L'initiative du président est jugée bonne pour certains et sans importance pour d'autres.
Plusieurs candidats agréés non encore contactés par le président Préval estiment louable son initiative de rencontrer les prétendants à sa succession. Pour Axan Delson Abellard du parti politique KNDA, le nouveau président aura à travailler pendant un certain temps avec René Préval même après la fin de son mandat. Question d'assurer la continuité des affaires de l'Etat, a-t-il dit.
Il n'a pas encore reçu d'invitation. Toutefois, Axan Delson Abellard se dit prêt à rencontrer le chef de l'Etat pour parler élections, entre autres.
Les candidats Garaudy Laguerre, Josette Bijou, Jean Chavannes Jeune,
Blot Gérard Marie Necker, entre autres, n'ont pas encore été contactés par le président de la République. Toutefois, ils ne voient aucun inconvénient à rencontrer le chef de l'Etat, d'après ce qu'ils ont confié au journal.
Me Jean Henry Céant, une exception ?
Contrairement aux autres prétendants à la magistrature suprême, le candidat Jean Henry Céant de l'organisation politique Renmen Ayiti a catégoriquement refusé de s'assoire avec le chef de l'Etat. Il estime que ce genre de rencontres informelles n'a aucun intérêt pour le pays. « Je ne rencontrerai pas le président de la République de façon informelle, a-t-il averti au Nouvelliste ce lundi. S'il veut rencontrer les candidats à la présidence, qu'il le fasse de façon formelle en invitant tous les 19 candidats indistinctement. »
« Je suis sûr que la rencontre de René Préval avec Mirlande Manigat le week-end écoulé n'a rien apporté de nouveau ni pour l'un ni pour l'autre », a-t-il dit. Selon lui, sa gestion du CEP montre qu'il ne va rien apporter de nouveau, parlant du chef de l'Etat.
Certains observateurs s'interrogent sur ces rencontres du président de la République avec les candidats à la présidence. D'autres croient qu'il rencontre ses adversaires politiques pour mieux assurer la continuité de l'Etat.
Robenson Geffrard
rgeffrard@lenouvelliste.com

http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=83013&PubDate=2010-08-30

MIEUX CONNAITRE NOS CANDIDATS....Mirlande Manigat, une femme de tête

Son chignon strict, elle le porte depuis des années. Ses verres larges lui collent au visage comme une seconde peau. Ses tailleurs se suivent et se ressemblent tant sa garde-robes, pourtant aux couleurs diversifiées, lui permet de projeter la même image en tout temps, en tout lieu. Madame la professeure Mirlande Hyppolite Manigat est si sérieuse, si concentrée, si réfléchie que l'on s'étonne de l'entendre partir dans un rire, un vrai et grand rire. Portrait insoupçonné de l'ancienne Première dame qui postule pour le poste de président de la République cette année.
Haïti: Mirlande Hyppolite Manigat est avant tout, dans l'imaginaire populaire, la femme de Leslie Manigat, l'immense intellectuel. Si, à l'occasion des prochaines élections, elle n'avait pas dévoilé son âge, 70 ans, on aurait cru que le maître l'a séduite au berceau. Non. Il y a seulement dix ans d'écart entre les deux Manigat.
S'aimant d'un bel et tendre amour depuis longtemps, 40 ans de mariage au compteur, leur symbiose est parfaite. Brillante, professeure des Universités, intellectuelle, comme lui, elle vaut bien son mari sur la balance, même si elle a quelques livres en moins. Le professeur publie avec une boulimie que la constitutionnaliste ni personne ici ne peut suivre.
Elle ne fut sénatrice que le temps qu'a mis son mari à être président de la République en 1988, de février à juin. Elle a refusé de son plein gré, insiste-t-elle, d'être à nouveau sénatrice en 2006 après que son époux eut perdu dans des conditions particulières les présidentielles de février 2006 face à René Préval.
Cet abandon de son électorat, elle ne le renie pas, mais aujourd'hui s'en excuse auprès de ceux, nombreux et de toutes tendances, qui avaient pendant des heures tout bravé, fait la queue, pour être sûrs d'avoir, au moins, un bon sénateur au Grand Corps. En vain. Fidèle à son mari - qui peut le lui reprocher ? - Mme Manigat esquiva la victoire avait-on cru à l'époque.
Aujourd'hui, enfin, elle explique pourquoi : des premiers décomptes à la publication des résultats du premier tour des sénatoriales, le Conseil Electoral Provisoire d'alors escamota plus de soixante mille de ses votes. Elle flaira un piège. On va la bloquer, pense-t-elle, en l'obligeant à aller au second tour bien qu'elle eut assez de voix pour passer haut la main dès le premier tour.
« A insister, je prenais le risque de finir battue. Il y avait une machine mise en place pour cela. Je crois que quelque part, il se disait - on va l'envoyer au second tour et on va la couler -. Je ne voulais pas prendre une troisième gifle après les expériences désastreuses de 1995 et de 2000», affirme celle qui, aujourd'hui, revient au-devant de la scène pour demander le suffrage populaire et accéder à la magistrature suprême.
Sur Radio Caraïbes, récemment, elle a demandé pardon pour son abandon. « Leslie n'a pas fait pression sur moi. C'est mal nous connaître que de penser que nous avons de telles relations. C'est ignorer la qualité de mes relations avec Leslie », souligne-t-elle avec force.
«J'ai fait ce que j'avais estimé devoir faire, je ne le regrette pas, mais je ne referai pas la même chose. Cette fois, j'irai jusqu'au bout », promet la candidate.
Depuis des années, le couple Manigat symbolise la politique haïtienne. Victoires et défaites les retrouvent toujours côte à côte, avec de fidèles alliés subjugués par leurs parcours, le souffle et la constance dans l'envie de servir la nation qui les anime.
Le professeur Manigat a transmis à sa femme les rênes du parti, le Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes, (RDNP) qu'il avait créé, et c'est sa femme qui est aujourd'hui engagée dans la course. Pourra-t-elle sortir de l'ombre ?
Mirlande a tous les atouts pour briller seule, dit d'elle un ami du couple.
Née à Miragoâne le 3 novembre 1940 d'un père officier de l'Armée d'Haïti qui prendra sa retraite au grade de colonel, et d'une mère femme au foyer, la jeune Mirlande suit les déplacements de son père de garnison en garnison.
C'est à six ans qu'elle s'installe avec sa mère, d'abord à la rue Pavée, puis à Martissant. Fontamara n'existait pas encore à l'époque. Martissant, c'était la campagne.
Ses vacances scolaires se déroulent un peu plus loin sur la route du Sud, à Petit-Goâve jusqu'au 15 août, ensuite direction Miragoâne. Ses souvenirs, Madame Manigat en parle avec une douce nostalgie.
« Ce fut une enfance heureuse, notre famille de la classe moyenne n'avait pas de gros moyens, mais je n'ai jamais été dépourvue de quoi que ce soit. »
Très tôt, son père forme sa sensibilité sociale. Dans le milieu où ils vivent à Martissant, ils sont plus aisés que leurs voisins. Le père Noël ne passe jamais chez les Hyppolite, marquant la volonté du père militaire de ne pas froisser les autres enfants du quartier.
Tonton Noël ne passe pas, car il ne peut pas être injuste, explique-t-il à ses enfants. Personne dans la famille n'a le droit de ne pas aimer ce qu'il y a dans son assiette. Il y a tellement d'enfants qui n'ont pas le choix devant la nourriture, qui en sont même privés, argumente-t-il.
Deux phrases du colonel Hyppolite restent gravées dans la mémoire de sa fille :
« Mes enfants, vous serez toujours heureux si, au lieu de regarder vers ceux qui ont plus que vous, vous regardez vers ceux qui ont moins que vous, qui sont la majorité dans notre pays » ; « Mes enfants, ayez toujours les moyens de vos désirs ».
« Cela nous assommait », confie Mirlande Manigat, qui a donné rendez-vous au Nouvelliste à 7 heures du matin et nous reçoit dans le salon de sa maison à Marin en Plaine.
Ces principes ont fait leur chemin. « J'ai eu conscience que j'étais une privilégiée du savoir et de la vie. J'ai appris à ne pas désirer quelque chose si je n'ai pas les moyens de me le procurer, et j'ai transmis cette façon de voir à ma fille unique.»
Dans cette famille unie de cinq enfants, la vie se déroule sans problème. Carmelle Bernadel, la mère, se dévoue totalement au bien-être de son clan, et Mirlande Manigat à qui nous avons demandé de la décrire, trouve les mots justes pour dire : « Caro, comme on appelait affectueusement ma mère, n'avait pas fait beaucoup d'études, n'a jamais travaillé de sa vie, mais a su tenir son foyer. Elle n'était pas malheureuse, elle était effacée, simple, comme cela était le cas à l'époque. Elle et mon père ont vécu ensemble mariés pendant 63 ans. »
Le colonel a cependant le temps d'aller voir ailleurs : il aura cinq enfants d'autres lits. Ce n'est que devenue une grande fille que Mirlande découvrira sa famille élargie. Mme Manigat mère entretiendra de bonnes relations avec eux et disait toujours : « Oswald est un vagabond, les enfants ne sont pas responsables. » Une bonne formule, simple et claire, pour entretenir l'harmonie dans un couple, dirait-on, s'il n'y avait pas des féministes qui lisent Le Nouvelliste.
Mirlande, après avoir brillamment achevé ses études de la première classe du primaire à la philosophie à l'Institution Ste-Rose de Lima, la plus prestigieuse école de filles du pays, veut s'orienter vers la médecine.
Elle est incitée en cela par le Dr Raoul Pierre-Louis qui habite son quartier et qui l'y encourage. Sept élèves de Ste-Rose de Lima se présentent au concours. Tout le groupe échoue. Cinq décideront, après une préparation approfondie, de revenir l'année d'après et seront reçues. Mirlande, orgueilleuse, fais une croix sur sa passion. Du groupe, seule le Dr Claudette Anglade Carré restera professer en Haïti.
La brillante bachelière se dirige alors vers l'Ecole normale supérieure et y passe trois ans, puis part pour Paris où de brillantes études l'emmènent à la faculté de droit où elle ne reste pas. Ce n'est pas sa tasse de thé. Elle fait une licence d'histoire à la Sorbonne, un diplôme en relations internationales à Sciences-Po et décroche, en 1968, son doctorat en sciences politiques à la Sorbonne.
« Il m'arrive d'avoir la nostalgie de ne pas être médecin. Mais j'ai eu tant de satisfactions avec ma profession », lâche, un brin de regret dans la voix, Mirlande, heureuse grand-mère dont la plus grande de ses petites-filles (elle en a trois) entre à l'université cette année.
Qu'en est-il de vos amours, Madame?
Il y a de ces questions que l'on n'ose pas poser à une honorable candidate à la présidence et professeure à l'allure si austère, sauf si on a été, sept ans durant, directeur de Ticket Magazine.
«Leslie a été mon prof à l'Ecole normale. Dès cette époque, j'étais amoureuse de lui. On s'est retrouvés à Paris et nous nous sommes mariés le 5 septembre 1970. Notre fille, Béatrice, est née en 1971 (le 5 juin 1971), c'est-à-dire 9 mois plus tard. N'en déduisez rien », lâche dans un rire une Madame Manigat jamais aussi femme qu'à cet instant de confidence.
Leslie passera des années à taquiner sa femme sur le fait qu'ils sont mariés partout, sauf en Haïti. Et que sitôt revenu dans son pays, il va se mettre à chercher épouse. Leslie Manigat a passé une bonne partie de sa vie en sursis. C'est un condamné à mort par contumace qui dispense des cours et écrit des livres. Déchu de ses droits civils et politiques par le régime de Duvalier qui y a mis toutes les formes, personne en Haïti ne reconnaît comme légal son mariage.
A Paris, il y a toute une brochette de belles têtes qui animent une vie sociale et intellectuelle magnifique, les Manigat en font partie. Le professeur est un gourmet qui a bon appétit en ce temps béni de la fin des années 60 et du début des années 70, que les moins de 60 ans ne peuvent même pas imaginer. Madame aime faire à manger, mais pas le ménage. La couture est son passe-temps préféré, quand elle ne s'enferme pas avec ses livres ou les devoirs de ses étudiants.
« En 1974, nous sommes partis pour Trinidad pour être plus près d'Haïti. Personne de notre entourage n'a compris. On y a passé 4 ans. Puis on s'installa au Venezuela qui nous a offert à tous deux un poste d'enseignant. Toujours là, tout près, dans cette mer des Caraïbes où baigne Haïti, avec un pied en Amérique du Sud. On y a passé 8 ans, et c'est là que le RDNP a été fondé », raconte Mirlande Manigat, qui se rappelle de ces temps tourbillonnants qui voient le professeur mener belle carrière universitaire, publier articles et livres et bâtir le parti qui se veut l'instrument idéal pour libérer Haïti. Les Manigat reçoivent beaucoup et leur aura s'étend dans toute la diaspora.
« C'est au Venezuela que la chute de Duvalier nous a agréablement surpris. »
Le retour en Haïti se fera avec prudence, puis assurance, jusqu'à l'ascension au pouvoir en 1988 de Leslie François Manigat. Madame est sénatrice de la République. L'exercice du pouvoir se révèle vite plus compliqué que ce que racontent les livres d'histoire.
« Concilier ma vie d'épouse, de mère, de sénatrice et de Première dame fut un exercice délicat d'équilibre », avoue aujourd'hui Madame Manigat.
L'expérience est de courte durée. De turbulences en attentats manqués contre leur personne, de l'obstruction parlementaire au gel de la fonction publique encore fidèle aux généraux qui ont transmis du bout des doigts le pouvoir, arrive le coup d'Etat du 19 juin 1988 qui met fin à la première expérience d'exercice civile du pouvoir depuis la chute des Duvalier.
« Le deuxième exil a été plus dur que le premier. Leslie était parti en 1963 comme exilé sous Duvalier, moi comme étudiante partie pour trois ans (maximum 5 ans). La vie a voulu que je me marie avec Leslie et que nous restions ensemble en exil. Voilà qu'alors on pense que cette période est dépassée, qu'il nous faut repartir », retrace la voix cassée Madame Manigat qui a écrit un témoignage, non encore publié, sur cette période de sa vie.
Cet exil se déroule en Suisse et aux Etats-Unis d'Amérique avant le deuxième retour mouvementé en 1990. Le gouvernement d'Ertha Pascal Trouillot et le CEP font barrage. Impossible pour le professeur de briguer un deuxième mandat de suite. La raison d'Etat met entre parenthèses le fait que son premier mandat a été interrompu par un coup d'État.
La politique reprend son cours, les Manigat se remettent à la production intellectuelle. Les élections se suivent, les échecs aussi. Les percées louverturiennes ne sont plus possibles ni souhaitables.
Au fur et à mesure que le professeur s'installe dans son rôle de patriarche de la politique d'opposition, sa femme consolide son image d'intellectuelle, de professeure d'université, de constitutionnaliste consultée par tous les médias et dont l'opinion est respectée.
Arrive la débâcle de 2006. Leslie Manigat, incapable de rattraper l'avance de René Préval, la mort dans l'âme, assiste à l'intronisation de celui qui ne l'a pas battu au finish mais dans la rue grâce au déferlement de ses partisans qui imposent sa victoire.
Cette défaite est amère. Les Manigat se retirent. Monsieur de la politique, Madame d'un poste de sénateur qui paraît à porter de main. Dans la foulée, Mirlande Manigat devient Secrétaire générale du RDNP.
«Leslie s'est retiré et ne participe plus aux réunions du Comité Exécutif National du RDNP. On ne les organise plus chez moi, comme c'était le cas depuis des années. Je prends les décisions seule. Avec certaines, il est d'accord. Pour d'autres, qu'il ne partage pas, Leslie me dit que c'est à moi de voir. Et j'assume tout pour le parti ».
De son parcours de professeur qui la ravit au plus haut point, Madame Manigat n'a que de bons souvenirs et exprime le voeu de dispenser son enseignement même si elle occupe la plus haute des fonctions.
De nos jours, elle remarque cependant que les étudiants l'abordent de plus en plus pour parler de leur drame personnel. Bien sûr, ils s'inquiètent de l'avenir, veulent trouver un travail, mais il y a aussi des cas de détresse intime qu'ils lui soumettent.
« Le dernier en date est celui d'une jeune fille courtisée par son beau-père venue me demander conseil : « Dois-je le dire à ma mère ? », m'a-t-elle demandée ?
Et la politologue, très sensible à la question féminine, de se rendre compte que le droit constitutionnel ne sert à rien devant un tel dilemme. On croirait que c'est la mère, la femme d'expérience qui doit alors répondre. Oh que non ! Ces cas ramènent très vite sur le terrain de la politique et Mirlande Manigat repense alors à tous les problèmes sociaux qui nous amènent à ces situations déchirantes. « Et c'est alors que l'on comprend toute la nécessité de faire de la politique autrement, de façon plus efficiente pour donner les résultats qui changeront la vie des gens, des jeunes, de ce pays. »
« Mes petites-filles, les jeunes en général, pour qui je suis toujours disponible, ceux qui me prennent comme un modèle, tout cela me force à chercher en moi les ressources pour proposer autre chose. Cela me donne un sens de responsabilité dans toutes mes actions et je sais que je ne dois pas les décevoir »,
Ne pas décevoir : la promesse d'une femme de tête.
Frantz Duval
duval@lenouvelliste.com
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=83003&PubDate=2010-08-30

Les officiels sont préoccupés par la tension entre la police et le Parquet

Les autorités gouvernementales, judiciaires et législatives haïtiennes multiplient les rencontres afin de trouver une solution au climat de tension entre le Parquet et les forces de l'ordre. Le torchon brûle entre les deux composantes de l'appareil judiciaire depuis l'incarcération du policier Jules Wonso. Le ministre de la justice, Paul Denis, s'est saisi du dossier et a eu des rencontres avec des responsables de la PNH et des membres de l'appareil judiciaire a révélé le chef de la police haïtienne Mario Andrésol.
Le ministre de la justice est l'autorité de tutelle du commissaire du gouvernement prés le tribunal civile de Port-au-Prince.
Dans le même temps, le sénateur Youri Latortue, membre de la commission justice du grand corps s'est entretenu hier avec le chef du Parquet. Le parlementaire a déploré l'incident estimant que la sanction est disproportionnée.
Les règlements de la PNH prévoient des jours de suspension pour des écarts de langage, insiste le sénateur Latortue. Il invite le commissaire du gouvernement à remettre le policier en liberté en raison de l'impossibilité matérielle de porter l'affaire par devant la Cour d'appel.
Cette juridiction est dysfonctionnelle depuis l'effondrement du Palais de Justice lors du séisme du 12 janvier.
Dans le même temps, Maître Osner Févry a annoncé avoir lancé une nouvelle procédure spéciale auprès du tribunal correctionnel. L'affaire sera a nouveau entendu le jeudi 2 septembre dans le cadre d'une requête civile.
M. Févry espère obtenir l'élargissement du policier avant la comparution par devant la Cour d'Appel.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18203