POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 18 juin 2010

La CIRH entre officiellement en scène

100 millions de dollars déjà disponibles pour la reconstruction des bureaux publics/ 20 millions de dollars avancés pour les PME par des hommes d’affaires étrangers/Les ONG présenteront leurs projets à la commission jeudi 17 juin 2010, Radio Kiskeya.-
La Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) co-présidée par l’ancien président américain et envoyé spécial des Nations Unies, Bill Clinton, et le premier ministre haïtien Jean Max Bellerive, a réalisé ce jeudi à Karibe Convention Center (Juvénat, Est de la capitale) sa première réunion de travail.
Les deux derniers membres de la commission, en l’occurrence les représentants de la Norvège et du Japon, l’ont rejointe à l’occasion.
La CIRH a débuté ses travaux par l’analyse de 3 dossiers, selon le chef du gouvernement haïtien. Elle a ainsi validé certaines décisions déjà adoptées, telles la désignation du directeur exécutif de l’institution et le choix de son siège. Il a été aussi question de l’organisation de la commission, de l’élaboration d’un code de conduite et d’éthique à l’intention de ses membres et de la mise en œuvre de 4 projets.
Une enveloppe de 100 millions de dollars est disponible pour la reconstruction des bureaux publics au Centre ville de Port-au-Prince dont certaines zones ont déjà été déclarées d’utilité publique, informe le premier ministre haïtien.
MM. Clinton et Bellerive ont aussi annoncé la création d’un fond de 20 millions de dollars destiné à supporter les Petites et Moyennes Entreprises (PME). Cette somme a été avancée par deux hommes d’affaires étrangers, MM. Carlos Lima et Franck Giustra, qui accompagnaient l’envoyé spécial des Nations Unies. Ce dernier a souhaité qu’une telle initiative soit suivie par d’autres en faveur des PME.
Bill Clinton a par ailleurs fait état de l’adoption par la CIRH du principe selon lequel les Organisations Non Gouvernementales (ONG) apporteront à la commission des explications sur leurs projets en exécution sur le terrain.
Pendant que se déroulaient les discussions, un sit-in de protestation contre la CIRH et le gouvernement se tenait à l’extérieur, avec la participation de plusieurs dizaines de membres d’Organisations populaires faisant partie de la vaste coalition qui réclame depuis maintenant plusieurs semaines la démission du chef de l’Etat.
Dans le même temps également, une audience se tenait au Tribunal civil de Port-au-Prince autour de l’action introduite par les avocats Reynold Georges et Osner Févry contre la Loi d’Etat d’urgence de 18 mois ayant donné naissance à la CIRH. Après avoir constaté l’absence au Tribunal du représentant de l’Etat haïtien, le juge en siège a ordonné qu’il se présente à huitaine, soit jeudi prochain. Faute de quoi, un jugement par défaut sera prononcé contre la Loi d’Etat d’urgence et contre l’Etat haïtien, a précisé Me Osner Févry au micro de Radio Kiskeya.
Les prochaines réunions de la CIRH sont prévues à Port-au-Prince le 22 juillet et le 1er septembre 2010. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6836

Lancement dans le Centre d’un projet de renforcement des pouvoirs locaux en collaboration avec la société civile

Financement de l’UE et du FAES.- jeudi 17 juin 2010, Radio Kiskeya.-
L’Initiative de la Société Civile (ISC) a lancé jeudi à Lascahobas le projet de collaboration entre la société civile et les autorités locales pour le développement des communes de Saut-d’Eau, Lascahobas et Belladère, dans le Plateau central.
Il s’agit d’un projet financé par l’Union Européenne (UE) à hauteur de 443 millions d’euros. Le Fonds d’Assistance Economique et Social (FAES) apporte 10% de ce montant, selon son directeur général adjoint, Odnel David. Il a souligné le fait que le FAES intervient depuis déjà 6 ans dans le Centre dans le domaine du renforcement des pouvoirs locaux.
Le choix de la zone d’implantation du projet s’explique par le fait de l’exécution en cours dans le Centre de programmes financés par l’UE, notamment dans le domaine des infrastructures, a expliqué le professeur Rosny Desroches, directeur exécutif de l’ISC. Le projet pourrait s’étendre par la suite à d’autres régions, a-t-il indiqué.
Les Mairies de la zone d’expérimentation du projet vont pouvoir disposer de bases de données devant leur permettre d’intervenir désormais comme de véritables acteurs dans le processus de développement des communes. Rosny Desroches entrevoit cette perspective à travers l’implication dynamique des membres de la société civile des communes concernées qui bénéficieront de l’encadrement d’experts, tel l’économiste Kesner Pharel, présent à la cérémonie de lancement du projet.
La chargée d’affaires de l’UE en Haïti, Isabelle Goussencourt, a formé le vœu que le projet aide au développement de pôles économiques dans les 3 communes choisies. Mais, elle a mis l’accent sur la nécessaire collaboration qui doit exister dans cette perspective entre la société civile et les autorités locales. Elle en a profité pour dresser le bilan des interventions de l’UE dans le département du Centre. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6838

Le processus d’émission de cartes et de révision des listes électorales se poursuit, selon l’ONI

Aide en équipements de l’OEA et de l’ACDI jeudi 17 juin 2010, Radio Kiskeya.-
L’Office National de l’Identification (ONI) poursuit avec le processus de distribution de cartes électorales et de révision des registres`électoraux, selon le porte-parole de l’institution Jean François Alexis.
Les demandes d’émission de Cartes d’Identification Nationale (CIN) égarées lors du tremblement de terre du 12 janvier continuent d’être enregistrées. L’ONI procède parallèlement à l’élimination des listes électorales des noms des personnes décédées lors du séisme, informe Alexis.
Le porte-parole de l’ONI estime à 4 millions le nombre de CIN délivrées depuis le lancement des activités de l’institution.
L’Organisation des Etats Américains (OEA) et l’Agence `Canadienne pour le Développement International (ACDI) ont fourni à l’ONI un soutien en équipements qui permet désormais l’impression des cartes en Haïti. Des unités mobiles sont actuellement installées dans les centres d’hébergement et dans les villes de province afin de faciliter l’octroi de CIN aux citoyens qui en font la demande.
Des dirigeants politiques et des responsables d’organisations de la société civile ont à maintes reprises exprimé des réserves sur la possibilité que la révision des listes électorales et le remplacement des cartes égarées puissent être convenablement réalisés avant le 28 novembre 2010, date retenue pour l’organisation des élections. [jmd/Radio Kiskeya]

Lancement d’un programme d’assistance de l’armée US dans l’Artibonite

Soins de santé à la population/Soins vétérinaires/Construction et réhabilitation de bâtiments et d’infrastructures
L’exercice humanitaire « Nouveaux Horizons Haïti-2010 » ou « Task Force Kout Men » a été conjointement lancé mardi à l’Ecole Nationale de la localité de Mandrin (Savanne Désolée, Gonaïves, Nord) par des autorités américaines et haïtiennes.
Il s’agit essentiellement d’un programme d’assistance humanitaire coordonné par l’armée américaine, grâce auquel seront dispensés des soins de santé à la population. Un programme est également prévu en matière de soins vétérinaires pour le secteur de l’élevage.
Les équipes médicales qui interviendront seront assistées d’un groupe d’ingénieurs chargés de l’exécution de projets de construction dans différentes communautés. Ces projets incluent la réhabilitation d’écoles et la construction de puits artésiens.
Différentes personnalités ont pris part à la cérémonie de lancement de « Nouveaux Horizons Haïti-2010 » ou « Task Force Kout Men », dont le directeur général du Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), le Dr Gabriel Timothée ; le directeur général du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), Pierre Michel Laguerre ; le chargé d’affaires de l’Ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince, David Lindwall ; le major-général Bennett C. Landreneau, adjudant général de la Garde nationale de la Louisiane ; le lieutenant-général Ken Keen, commandant adjoint du Commandement Sud des Forces Armées des Etats-Unis (US Southcom Command) ; le brigadier-général Manuel Ortiz, commandant-adjoint de l’Armée du Sud des Etats-Unis et le colonel Michael Borrel, commandant du groupe de travail de l’exercice « Nouveaux Horizons – Haïti 2010 ». [jmd/ Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6834

Bill Clinton annonce la création d'un fonds de 20 millions de dollars

Bill Clinton a voulu marquer le début de son action en tant que coprésident de la Commission Intérimaire. Accompagné de deux milliardaires, le mexicain Carlos Slim et le canadien Franck Giustra, l'ex président américain a annoncé la création d'un fonds devant faciliter l'accès au crédit pour les petites et moyennes entreprises. Les deux milliardaires ont fait don de 20 millions de dollars afin de favoriser la recapitalisation des petites entreprises victimes du violent séisme du 12 janvier. Nous espérons que ces 20 millions de dollars circuleront sur le long terme via des prêts. Avec le remboursement sur une durée raisonnable des premiers emprunts ainsi qu'avec les faibles intérêts engrangés, le programme va se pérenniser a insisté M. Clinton.
Il s'est réjoui des dons de MM Giustra et Slim (l'homme le plus riche du monde), faisant valoir que la relance de l'économie ne pourra pas être possible uniquement grâce aux dons des ONG. L'énergie renouvelable et l'agriculture figurent parmi les secteurs prioritaires dans le cadre du programme. Les fonds ne généreront pas de dividendes pour la commission ni les entrepreneurs a précisé M. Clinton assurant que les bénéfices seront à nouveau investi dans le programme.
Selon les statistiques 80 % de la force de travail en Haïti sont concentrés dans les petites et moyennes entreprises. Le coprésident de la CIRH annonce que le fonds ne permettra pas uniquement une recapitalisation mais contribuera au renforcement de ces entreprises.
Les petites entreprises dans les régions épargnées par le séisme du 12 janvier pourront également avoir accès à ces fonds. Bill Clinton explique cette décision par la nécessité de relancer l'économie dans ces régions qui ont accueilli plusieurs centaines de milliers de déplacés. Dans le même temps, les initiateurs du programme espèrent qu'il servira de modèle pour les banques et d'autres entrepreneurs désireux d'apporter un appui aux petites et moyennes entreprises haïtiennes.
LMM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17859

Le dernier message de Bazin aux haïtiens

19 jours avant de rendre son dernier soupir Marc Louis Bazin avait accordé une interview exclusive à radio Métropole. Même si sa voie était affaiblie sa détermination et son engagement paraissaient intact. Le leader du Mouvement pour l'Instauration de la Démocratie en Haïti (MIDH) a prédit des jours heureux pour la nation haïtienne assurant que le pays se dirige vers la normalisation et la stabilisation.
Présent sur l'échiquier politique depuis les années 1980, Marc Bazin a dressé un bilan des 25 dernières années. Il confirme que la crise actuelle découle des crises de légitimité politique et d'ajustement structurel.
Résolument optimiste M. Bazin s'était prononcé contre le projet " raché manyok". Dans son dernier message il a exhorté les acteurs politiques haïtiens à réaliser une introspection. "Quand on fait de la politique il ne faut pas choisir pour qui on la fait mais pourquoi on la fait", a martelé l'ex Premier Ministre. Il souhaite que les comportements ne soient pas motivé par la personne au pouvoir mais par la nécessité d'agir pour le développement d'Haïti.
Il s'était également dit favorable à la mise en place de la Commission Intérimaire rejetant d'un revers de main les critiques relatives à une violation de la souveraineté nationale. Cet ancien fonctionnaire de la Banque Mondiale avait expliqué que la présence des membres de la communauté internationale avait pour but de veiller à une utilisation efficace des fonds.
Faisant remarquer qu'Haïti ne disposait pas de structure pour gérer les 11 milliards de dollars promis, M. Bazin avait précisé que la combinaison Fonds/ Commission ne pouvait pas être évitée.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17860

La Commission Intérimaire lance ses activités

La première réunion de la Commission Intérimaire a été longue et laborieuse. Bill Clinton, coprésident de cet organisme ne s'est pas plaint des débats se réjouissant que chaque membre ait pu faire valoir leur point de vue. Les 26 membres de la commission ont notamment formulé des remarques sur les règlements internes.
Cette rencontre a permis de valider les décisions adoptées au cours des deux deniers mois par les coprésidents Bill Clinton et Jean Max Bellerive. La nomination du conseiller spécial du chef de l'Etat, Gabriel Verret, au poste de directeur général a été approuvée par les membres de la commission.
Les représentants du Japon et de la Norvège ont été les deux derniers représentants des donateurs à intégrer la commission. La présence de ces deux représentants supplémentaires de la communauté internationale a contraint le président Préval à designer deux nouveaux représentants. L'ancien ministre des affaires étrangères Jean Raynald Clérismé et Claude Jeudi ont siégé à la première séance de travail.
Les premiers projets présélectionnés ont pu être analysés lors d'une séance spéciale dans la soirée.
La première séance de travail à huit clos a permis aux membres de la commission d'être informé sur les fonds déjà décaissés par les donateurs. Sans fournir de précision M. Clinton a laissé entendre qu' à l'instar du Brésil et du Venezuela, d'autres donateurs avaient déjà versé des fonds à la Banque Mondiale.
M. Clinton s'est dit reconnaissant de l'approbation des premiers projets par les gouvernements brésilien et norvégien. Les premiers montants décaissés permettront de construire des abris dans plusieurs régions notamment Jacmel avant la saison cyclonique.
Les membres de la commission Intérimaire participeront à une deuxième réunion à Port-au-Prince le 22 juillet prochain.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17858

Michel Forst croit que les droits de l'homme doivent être le fondement de la reconstruction

L'expert indépendant sur la situation des droits de l'Homme en Haïti, Michel Forst, a présenté hier son rapport au Conseil des droits de l'homme de l'ONU. M. Forst s'est réjoui de constater que tous les efforts déployés en faveur d'Haïti, tant par la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti (MINUSTAH) que par la Haut-Commissaire, les titulaires de mandats des procédures spéciales du Conseil ou lui-même, tendent aux mêmes buts: renforcer la protection pendant la crise humanitaire, veiller à la place des droits dans la reconstruction, poursuivre les réformes dans le domaine de l'état de droit et permettre la pleine réalisation des droits économiques et sociaux du peuple haïtien. Dans son rapport M. Forst a fermement plaidé pour qu'une place plus visible soit accordée aux droits de l'homme dans la reconstruction et a insisté sur la nécessité de passer d'une logique d'assistance à une logique d'accès aux droits. Il a souhaité que la reconstruction soit équitable, respectueuse de l'environnement et qu'elle permette de renforcer les droits tant civils et politiques qu'économiques, sociaux et culturels, dans la perspective d'une société plus juste.
Au cours du débat l'expert indépendant et les délégations ont mis sur l'accent la nécessité de renforcer la protection des personnes les plus vulnérables et de fonder la reconstruction d'Haïti sur les droits de l'homme. Les violences contre les femmes ont été largement évoquées, et M. Forst a souhaité que les femmes puissent jouer un rôle plus important dans le processus de reconstruction.
Il a également rappelé l'importance qu'il porte à la réforme du secteur de la justice et de la police, à la question pénitentiaire et autres aspects fondamentaux pour l'état de droit. L'expert indépendant de l'ONU a soutenu que l'avenir d'Haïti dépend aussi de la capacité de la communauté internationale à apporter au Gouvernement une assistance qui permettra à chaque Haïtien de jouir progressivement de la complémentarité entre tous les droits, gage de la sécurité et de la stabilité dont le pays a tant besoin.
Au cours de cette réunion les membres des délégations de, France, Brésil, États-Unis, Costa Rica, Union européenne, Pérou, Canada, Mexique, Sénégal, Cuba, Argentine, sont intervenus au cours du débat interactif.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17857

Les conseillers électoraux sont déterminés à faire démarrer la machine électorale

Les autorités électorales haïtiennes sont dans l'attente de la publication des arrêtés présidentiels fixant un nouveau mandat au CEP et convoquant le peuple en ces comices. Ces arrêtés doivent être publiés dans le journal officiel " Le Moniteur " pour que le processus de réinscription des électeurs puisse être lancé. Le porte parole du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Richard Dumesle, affirme que dans les prochains jours les 1483 centres de vote seront transformés en Centre d'opération et de Vérification.
Les dirigeants de l'Office Nationale d'Identification (ONI) et du CEP oeuvreront conjointement afin d'enregistrer les nouvelles adresses de plusieurs centaines de milliers de déplacés. Cette étape importante devrait être bouclée en 90 jours précise M. Dumesle.
Les experts de l'OEA interviendront également dans ce processus qui permettra d'épurer le registre électoral.
Tandis que les membres de la machine électorale s'activent, plusieurs candidats agréés ne cessent de réclamer le renvoi des conseillers électoraux. Au cours d'un sit-in hier, plusieurs dizaines de candidats ont exigé que l'action publique soit mise en mouvement contre les conseillers électoraux, coupable de détournement des fonds publics.
Les candidats et dirigeants de l'Alternative réitèrent leur refus de participer à des élections organisées par le CEP de Gaillot Dorsainvil.
Entre temps, l'unité de Lutte contre la Corruption (ULCC) annonce pour bientôt la présentation du rapport d'enquête sur la faute administrative de Enel Désir. Le directeur de l'ULCC, Amos Durosier, est dans l'attente de quelques rapports de certaines banques commerciales sur ce dossier.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17856

Réunion internationale pour accélérer la mise en oeuvre de l'aide internationale

Agence France-Presse.- Publié le 17 juin 2010
La première réunion de la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) après le séisme du 12 janvier s'est tenue jeudi à Port-au-Prince avec pour objectif d'«accélérer» la mise en oeuvre de l'aide internationale.
L'ancien président américain Bill Clinton, coprésident de la Commission arrivé jeudi en Haïti pour cette réunion d'un jour, s'est réjoui de l'atmosphère qui a prévalu lors de cette rencontre regrettant toutefois qu'elle n'ait pas été ouverte à la presse «pour montrer au public haïtien à quel point les délégués d'Haïti étaient motivés et les représentants de la communauté internationale engagés dans le processus de reconstruction d'Haïti».
«Cette première réunion avec la participation de tous les 26 membres de la commission a permis de mettre en place les règles internes de fonctionnement et les codes d'éthique», a de son côté ajouté le premier ministre Jean-Max Bellerive coprésident de la Commission.
Le rôle de la Commission est de superviser l'utilisation de l'aide promise par la communauté internationale pour aider Haïti à se relever du séisme du 12 janvier, qui a fait plus de 250 000 morts et 1,3 million de sans abri.
Début juin, M. Clinton avait demandé aux pays donateurs d'«honorer leur engagement».
Après la conférence des bailleurs de fonds de New York, le 31 mars, qui a prévu de consacrer 10 milliards de dollars à Haïti sur cinq ans pour sa reconstruction, le Brésil a versé une première contribution de 55 millions de dollars.
Jeudi, le président américain a indiqué que la Norvège était devenue le deuxième pays après le Brésil à avoir déposé des fonds pour la reconstruction. «Ce ne sont pas des promesses: ces fonds sont déjà en banque», a précisé le premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive.
M. Clinton a d'autre part annoncé que sa Fondation allait donner 10 millions de dollars pour la construction d'abris provisoires qui pourront également servir d'écoles ou de centres de santé dans les régions frappées par le séisme et toujours vulnérables à l'approche de la saison cyclonique.
Auparavant, il avait annoncé la création d'un fonds de 20 millions de dollars alimenté par deux investisseurs étrangers, le Canadien Franck Giustra et le milliardaire mexicain Carlos Slim, destiné à financer les petites et moyennes entreprises haïtiennes.
«Il faut encourager la relance des activités des PME, ce sont elles qui vont créer des emplois et relancer l'économie d'Haïti», a soutenu l'ex-président américain.
Selon les experts, le coût de la reconstruction d'Haïti, pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental, est évalué à 11,5 milliards de dollars sur dix ans.
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/seisme-en-haiti/201006/17/01-4290973-reunion-internationale-pour-accelerer-la-mise-en-oeuvre-de-laide-internationale.php

Maisons Laprise abritera les Haïtiens

Sylvain Fournier, collaboration spéciale, Le Soleil.- Publié le 17 juin 2010
(Montmagny) Maisons Laprise de Montmagny vient de décrocher un contrat d'une valeur de près de 28 millions $ pour fabriquer 7500 unités d'habitation temporaires qui seront acheminées à partir de cet été aux communautés sinistrées de Jacmel et de Léogâne en Haïti.
Le fabricant de maisons préusinées a été sélectionné parmi une dizaine d'entreprises canadiennes. «Un premier contrat de 13,8 millions $ pour 3700 maisons a été alloué, et si tout va bien la seconde phase se poursuivra dès cet automne», a précisé Jean-Philippe Tizi, directeur des opérations à Haïti pour la Croix-Rouge canadienne. M. Tizi explique que les négociations sont encore en cours avec le gouvernement haïtien afin de trouver suffisamment de terrains pour construire ces habitations.
Chaque habitation coûte environ 4000 $ à la Croix-Rouge canadienne, excluant les frais de transport. Le type d'habitation choisi répond aux besoins et aux attentes de la communauté haïtienne, explique-t-il. «C'est le plus important projet que la Croix-Rouge canadienne gère présentement en Haïti», mentionne M. Tizi, qui prévoit bâtir une centaine d'habitations par semaine à compter de la fin juillet, moment où seront envoyées par bateau les 500 premières maisons.
«Après des mois de développement et de conception, SNC-Lavalin, avec le soutien technique de Maisons Laprise, a mis au point un tout nouveau produit d'habitation temporaire. L'habitation que nous allons fabriquer mesurera 18 mètres carrés. Elle sera composée d'un bâti en bois, d'une enveloppe extérieure de contreplaqué et d'une toiture en tôle ondulée», explique le président de Maisons Laprise, Daniel Laprise, précisant que malgré son allure modeste, l'habitation a été conçue pour résister à des séismes semblables à celui du 12 janvier et à des vents pouvant atteindre 240 km/h.
En trois semaines seulement, M. Laprise a dû mettre sur pied une usine consacrée au projet et embaucher de nouveaux travailleurs.
Un investissement de près de 1 million $ dans le projet Haïti.
Ce contrat nécessitera 15 millions de PMP de bois. Daniel Laprise dit qu'il priorisera le bois québécois s'il en trouve en quantité suffisante. «La Croix-Rouge est très concernée par la déforestation à grande échelle et elle doit s'assurer que le bois provient de forêts gérées de façon durable, c'est-à-dire de sociétés qui détiennent une certification et une chaî­ne de traçabilité. Nous priorisons aussi une gestion respectueuse visant 0 % de rebuts», précise-t-il. Les habitations temporaires seront en production dès le 28 juin dans l'ancienne usine de 50 000 pieds carrés de Morigeau Lépine à Saint-François, située à une quinzaine de kilomètres de Montmagny. Daniel Laprise prévoit produire 1000 habitations par mois, une cadence qui correspond à une habitation chaque huit minutes et demie.
Déjà une trentaine de travailleurs ont été dénichés à la suite d'une vaste campagne de recrutement pour 60 postes d'opérateurs, d'assembleurs, de manutentionnaires et de superviseurs à pourvoir.
Heureux, le maire Desrosiers
Présent à la conférence de presse, le maire et préfet de Montmagny, Jean-Guy Desrosiers, s'est réjoui de cette nouvelle importante pour sa région qui avait subi un dur coup lors de la fermeture de Whirlpool en 2004.
«Daniel Laprise a toujours eu le courage de ses idées, et je me réjouis de ses qualités de visionnaire qui rejaillissent sur l'ensemble de notre communauté», a-t-il commenté.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/seisme-en-haiti/201006/16/01-4290739-maisons-laprise-abritera-les-haitiens.php