POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 10 août 2015

Acusan alcalde NY de burlarse de dominicanos al invitar haitianos a recepción

NUEVA YORK.- Numerosos activistas y dirigentes de organizaciones comunitarias dominicanas, volvieron a acusar al alcalde de la ciudad Bill de Blasio, de burlarse de la diáspora al invitar nuevamente a representantes de grupos haitianos a la recepción previa al desfile dominicano que se celebrará mañana domingo en la Sexta Avenida de Manhattan.
La actividad, organizada por la alcaldía, fue celebrada en uno de los salones de la Corte Suprema Estatal de la calle Centre, cerca del ayuntamiento y el cuartel general de la policía, y contó con la presencia por invitación de de Blasio del concejal haitiano en Brooklyn Mathieu Eugene, uno de los principales y más abiertos críticos del Plan Nacional de Regularización de Extranjeros en la República Dominicana y quien ha acusado públicamente al gobierno de “violar sistemáticamente los derechos humanos” de los inmigrantes haitianos.
El alcalde llegó al pódium en compañía del concejal haitiano.
En la recepción, también estuvieron la esposa del alcalde Charlane de de Blasio, que es de descendencia haitiana, el asambleísta estatal dominicano Guillermo Linares, la presidenta del condado de Manhattan, Gale Brewer, el asambleísta estatal Nick Perry, también de origen haitiano y otro de los críticos de la política migratoria del gobierno dominicano, la presidenta del desfile, Angela Fernández, el empresario Juan Camilo y otros representantes de las comunidades dominicana y haitiana, funcionarios de la alcaldía y oficiales electos.
El senador estatal Adriano Espaillat y el concejal Ydanis Rodríguez, ambos dominicanos, no asistieron a la recepción, pero no se especificó el motivo de sus ausencias.
Previo a esa recepción, el alcalde había dicho que no se retractará de sus críticas al plan migratorio y en cada actividad relacionada con los dominicanos, siempre invita a representantes haitianos, lo que es considerado una “burla” y “falta de respeto” a los dominicanos, según sostienen los activistas criollos.
Se dijo que dos carrozas, han sido destinadas a sendas delegaciones haitianas para que participen en el desfile.
La presidenta de la parada, otra de las que ha criticado el plan de regularización, está llamando a los dominicanos a participar masivamente en respaldo al desfile.
Santiago Piña, uno de los principales promotores de la respuesta comunitaria de los dominicanos en Nueva York, a las críticas del alcalde de Blasio, pidió que cada dominicano se aferre a su bandera, de la espalda y abuchee al alcalde de Nueva York.
La semana pasada, el Cónsul General Eduardo Selman, advirtió que no cortará la cinta simbólica de salida en el desfile ni desfilará junto al alcalde, hasta que de Blasio no se retracte de las críticas y ofensas a la comunidad, el país y el gobierno.
Selman y el embajador jefe de la Misión Permanente Dominicana en la ONU, Francisco Cortorreal, no desfilaron junto al alcalde en la Gran Parada Dominicana de El Bronx, realizada el último domingo de julio en ese condado.
Además de la presidenta del desfile, otros tres directivos de esa entidad, María Lizardo, el catedrático Silvio Torres Saintllant y Estela Vásquez, han desatado agresivos ataques al plan migratorio en diferentes medios y foros locales.
La directiva del desfile, fue conformada, según muchos activistas, por el alcalde de Blasio y el Procurador General del Estado Eric Schneiderman, después que Nelson Peña, fuera sacado de la dirección del antiguo Desfile Nacional Dominicano de Manhattan, por supuestas irregularidades en el manejo de una institución sin fines de lucro, según el comunicado de la fiscalía estatal, emitido en su momento.
Los activistas dominicanos que enfrentan al alcalde, lo acusan además de asumir una “actitud desafiante, arrogante y prepotente” frente a la comunidad criolla en Nueva York.
También han llamado a votar masivamente contra las eventuales pretensiones reeleccionistas de de Blasio, quien ganó la alcaldía con el respaldo de millares de votos de los dominicanos.
http://elveedordigital.com/diaspora2/item/16838-acusan-alcalde-ny-de-burlarse-de-dominicanos-al-invitar-haitianos-a-recepcion

BRASIL: Rechazan inmigrantes haitianos; hieren 7 a perdigones

SAO PAULO, Brasil.- La alcaldía de Sao Paulo manifestó su repudio a cualquier forma de xenofobia en la mayor ciudad brasileña tras confirmar los ataques con perdigones de hace una semana que dejaron heridos a siete inmigrantes haitianos.
“La Secretaría repudia el hecho ocurrido y destaca su compromiso de combatir toda y cualquier forma de violencia y xenofobia en la ciudad”, según un comunicado divulgado por la Secretaría Municipal de Derechos Humanos y Ciudadanía.
El organismo confirmó en la nota la denuncia hecha hoy por el sacerdote católico Paulo Parisi, párroco de una iglesia que atiende a haitianos en Sao Paulo próxima al lugar de los ataques, de que siete inmigrantes fueron tiroteados el sábado pasado en dos ataques diferentes en el centro de la capital paulista.
Los siete inmigrantes, entre los cuales hay una mujer, sufrieron heridas en la cadera y en las piernas causadas por perdigones y, pese a que no corren riesgos, dos aún tendrán que ser sometidos a procedimientos quirúrgicos para la remoción de los proyectiles.
Las víctimas fueron ingresadas en el hospital Santa Casa de la Misericordia y ya recibieron la alta médica.
El hecho sólo trascendió este sábado debido a que los haitianos denunciaron que también habían sido discriminados en los hospitales públicos por médicos que les negaron atención.
Según la denuncia hecha por los inmigrantes a la Policía, los agresores fueron cuatro hombres que pasaron en un vehículo, uno de los cuales hizo los disparos de los perdigones.
De acuerdo con la denuncia, uno de los ocupantes del automóvil habría gritado “haitianos” y hecho menciones a la pérdida de empleos en Sao Paulo antes de escucharse los disparos.
Parisi, que ayudó a las víctimas a presentar la denuncia, informó que no sabe si los agresores actuaron por xenofobia o por venganza ya que pocos día antes un haitiano impidió que una mujer fuera robada en la región y los asaltantes prometieron volver para vengarse.
La Secretaría de Derechos Humanos informó que, tras ser informado de los “graves hechos de violencia”, está siguiendo el caso a través de su Centro de Referencia y Amparo para Inmigrantes. “Independiente de la investigación realizada por las autoridades policiales responsables, seguiremos atentos al caso”, según la nota.
Sao Paulo, la ciudad más habitada y rica de Brasil, se ha convertido en uno de los principales destinos de los miles de inmigrantes haitianos que ingresan al país por la Amazonía tras ser transportados por “coyotes” por una ruta que pasa por Panamá, Ecuador y Perú.
Según el senador Jorge Viana, exgobernador de Acre, el estado amazónico al que llegan los inmigrantes, cerca de 36.000 haitianos ingresaron a Brasil por esa región entre diciembre de 2010 y junio de este año.
De esos inmigrantes, unos 26.000 ya han recibido la documentación que les permite vivir y trabajar en Brasil como refugiados y se han dirigido a otras ciudades en busca de empleo.
http://elveedordigital.com/primer-plano/item/16873-brasil-rechazan-inmigrantes-haitianos-hieren-7-a-perdigones

HAITI: Hubo baja participación en los comicios, dice Jefa observadores de UE

Por: REDACCION ALMOMENTO
Fecha: agosto 09, 2015
Santo Domingo, 9 ago (EFE).- La jefa de la Misión de Observación Electoral de la Unión Europea en Haití, Elena Valenciano, destacó hoy, “a falta de los datos definitivos”, la baja participación en los comicios legislativos celebrados hoy en el país.
En declaraciones a EFE por teléfono desde Haití, Valenciano señaló que la Misión de Observación Electoral de la Unión Europea en Haití presentará este martes su informe final sobre la jornada electoral después de que mañana, lunes, se reúnan y compilen todos los datos de los observadores de la UE que hoy han estado desplegados por el país.
El informe será presentado a los medios a las 11:00 hora local (15:00 GMT) en una conferencia de prensa que se celebrará en el Hotel Oasis de Puerto Príncipe.
A su vez, Valenciano condenó algunos incidentes violentos que obligaron a cerrar unos 24 de 1.500 centros de votación.
También destacó que aparte de los incidentes se ha registrado una “notable normalidad” en la jornada electoral de hoy en la que ha habido una “presencia policial notable”.
Por último, subrayó el hecho de que se hayan producido “irregularidades” en las listas de personas autorizadas a votar en algunos colegios electorales, pero, agregó, “no ha sido en una cantidad preocupante”. EFE
http://almomento.net/haiti-hubo-baja-participacion-en-los-comicios-dice-jefa-observadores-de-ue/125737

Tres personas murieron en las elecciones haitianas

El primer ministro haitiano, Evans Paul, informó ayer que tres personas murieron en el transcurso de la jornada electoral en Haití en la localidad de Dondon.
La Razón (Edición Impresa) / AFP/EFE / PUERTO PRÍNCIPE
02:05 / 10 de agosto de 2015 El primer ministro haitiano, Evans Paul, informó ayer que tres personas murieron en el transcurso de la jornada electoral en Haití en la localidad de Dondon.
Según explicó varios desconocidos mataron a Gary Jean Baptiste, persona vinculada al partido del presidente, Michel Martelly, el Tet Kale (PHTK).Las otras dos muertes, agregó, están relacionadas con la venganza por el fallecimiento de Baptiste.
Por otro lado, el jefe de la Policía haitiana, Godson Orelus, dijo en una conferencia de prensa tras la jornada electoral que resultaron heridos tres agentes de la Policía y se produjeron 137 detenciones.
En el mismo acto, el ministro de Interior, Ariel Henry, indicó que desconocidos quemaron el ayuntamiento de Limbe.
El Consejo Electoral Provisorio (CEP) se declaró sin embargo, en la noche de ayer, “en términos generales satisfecho”, aunque admitió que incidentes y actos de sabotaje afectaron la primera vuelta de las elecciones legislativas.
Pierre Louis Opont, el presidente del CEP, explicó que “4% de los centros de votación se vieron afectados por actos de violencia”, lo que obligó a su cierre antes de la hora prevista.
http://www.la-razon.com/mundo/personas-murieron-elecciones-haitianas_0_2323567657.html

Haitianos indocumentados que retornaron a su país vuelven a la R.Dominicana

Muchos de los haitianos indocumentados que regresaron a su país al no acogerse al Plan de Regularización de Extranjeros que se aplica en República Dominicana, se encuentran de nuevo en este país tras cruzar con facilidad la frontera, dijeron hoy a Efe dirigentes comunitarios.
Ricardo Santana Dajabón (R.Dominicana), 8 ago (EFE).- Muchos de los haitianos indocumentados que regresaron a su país al no acogerse al Plan de Regularización de Extranjeros que se aplica en República Dominicana, se encuentran de nuevo en este país tras cruzar con facilidad la frontera, dijeron hoy a Efe dirigentes comunitarios.
Sin embargo, una fuente castrense en la frontera dijo a Efe, que no hay tal tráfico de indocumentados como denuncian líderes comunitarios, sino, "que muchos haitianos decidieron regresar a su país para tratar de obtener sus cédulas y actas de nacimiento y completar sus expedientes para poder aplicar al Plan de Regularización de República Dominicana.
"Al lograr sus propósitos en Haití. Están retornando de nuevo a República Dominicana para completar sus expedientes y las autoridades fronterizas no pueden impedir su ingreso, porque están en proceso de documentación", declaró la fuente, que pidió reservas de su nombre.
Desde el pasado miércoles y hasta hoy se producen largas colas de haitianos en edificios públicos de Valverde y Dajabón (noroeste), que buscan retirar sus residencias dominicanas o verificar si calificaron en el Plan de Regularización.
Sin embargo, la versión de las autoridades oficiales fronterizas contrasta con las que expresan dirigentes comunitarios y pobladores de la frontera.
"Están regresando de nuevo", dijo el líder comunitario de Mao, Luis Fernández.
Representantes de las Iglesias católica y evangélica en el noroeste, también expresaron preocupación por el incremento del tráfico de haitianos ilegales que ha aumentado, afirman, ante la mirada indiferente de ciertos controles fronterizos.
Los religiosos expresaron que además de que la mayoría de quienes regresaron voluntariamente a su país, están volviendo a República Dominicana al no encontrar perspectivas de subsistencia similares a las que encuentran en este país, otros también "les están siguiendo los pasos".
Hace varios días, según un informe de la Policía Nacional, el animador evangélico Mariano Guzmán, de 52 años, murió al ser impactada la motocicleta que montaba por un vehículo similar que conducía Carlos Manuel Estévez, de 35 años, cuando transportaba desde Haití, a una haitiana y sus dos hijas de cuatro y siete años.
El traficante de haitianos conducía su moto a alta velocidad, de acuerdo con las autoridades.
Estévez y la haitiana, identificada como Rosa Agustina Pierre, de 29 años, y sus dos hijas, fueron recluidos en el hospital Matías Ramón Mella de Dajabón, debido a los golpes que sufrieron, pero tras ser curadas y despachadas, se trasladaron a Santiago con muchas facilidades, donde están viviendo.
La Policía explicó que la haitiana y sus hijas recibieron golpes y heridas en las piernas, la cabeza y otras partes del cuerpo.
A esto se añade las heridas que sufrieron catorce haitianos indocumentados al sufrir un deslizamiento la camioneta que los transportaba hacia una finca de bananos del distrito municipal de Hatillo Palma, del municipio de Villa Vásquez, en la provincia de Montecristi (noreste).
Los lesionados salieron desde el Batey Libertad, del municipio de Esperanza, Valverde, y al menos seis de ellos dijeron que tenían tres días de haber emigrado a la República Dominicana. EFE
http://www.wradio.com.co/noticias/internacional/haitianos-indocumentados-que-retornaron-a-su-pais-vuelven-a-la-rdominicana/20150808/nota/2886019.aspx

Christophe Wargny: Haïti «souffre d'un excès d'exécutif»

Les Haitiens peuvent voter depuis ce dimanche 9 août, à midi, pour élire sénateurs et députés. Les élections qui se sont ouvertes aujourd'hui sont attendues depuis 4 ans, date d'arrivée au pouvoir du président Martelly. Ce scrutin est la premiere étape d'un processus électoral qui doit permettre d'élire, d'ici la fin de l'année, des maires et un nouveau président du pays. Christophe Wargny est historien, maître de conférences au Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM) et ancien conseiller de l'ex-président haïtien Jean-Bertrand Aristide. Au micro de Gaëtan Goron, il revient sur la situation compliquée de ce pays qui fait face à des défis multiples. Ce scrutin est la première étape d’un processus électoral qui doit permettre d’élire d’ici la fin de l’année des maires et un nouveau président du pays. Toutes ces élections représentent-elles un espoir pour Haïti ?
Christophe Wargny : Il faut d’abord penser aux élections qui n’ont pas eu lieu, puisque ces élections qui ont lieu aujourd’hui auraient dû avoir lieu, les unes, il y a quelques mois, les autres, il y a quelques années, et que le président Martelly a fait beaucoup d’efforts pour ne pas envoyer des électeurs aux urnes. Et je ne crois pas que ça représente pour le peuple haïtien un véritable espoir. Ça peut en représenter un pour une opposition qui est multiple et clairsemée, mais je crois que le peuple haïtien est comme fatigué d’élections qui n’aboutissent jamais à un changement.
Y'a -t-il une fracture aujourd’hui nette entre le peuple et les élites du pays et le monde politique ?
Oui. Absolument, il y a une fracture entre un monde politique qui est une espèce de caste assez fermée et puis d’autre part une vie associative qui est assez riche, avec des mouvements féministes, coopératifs, pour la gestion de l’eau, altermondialistes, etc. qui représente la société, qui ont une indiscutable vigueur, mais dont les élites sont tout à fait déconnectées, qu’il s’agisse des élites haïtiennes ou des élites internationales qui se penchent au chevet d’Haïti depuis trente ans, depuis la fin de la dictature des Duvalier. La fin du régime des Duvalier, c’était il y a 29 ans (François Duvalier dit « Papa Doc » de 1957 à 1971 et Jean-Claude Duvalier dit « Baby Doc » de 1971 à 1986).
Il y a eu de l’aide internationale après cette fin de dictature, après aussi les cyclones, d'il y 7 ans, le séisme d’il y a 5 ans. Quel bilan peut-on faire aujourd’hui de toutes ces mesures internationales sur place ?
Il serait intéressant que l’international fasse ce type de bilan. Quand les entreprises ou les services publics font constamment des audits sur la qualité de leur action et l’emploi des fonds, je pense pour 28 ou 29 ans de coopérations multiples, qu’elles soient d’urgence ou de développement, ça serait bien de faire un bilan. Et si on le faisait, les apparences montrent qu’il est absolument catastrophique puisque Haïti est l’un des très rares pays dont le PIB par habitant a diminué en 30 ans.
C’est le pays d’ailleurs le plus pauvre de cette région. Outre cette pauvreté, outre la fracture que vous avez évoquée entre le peuple et le monde politique et ces élites-là, quels sont les autres maux de ce pays ? La corruption ? Le clientélisme ?
La politique ne fonctionne que sur le clientélisme et sur la corruption. Le pays souffre aussi d’un excès d’exécutif. La Constitution haïtienne ne prévoit pas que le président ait quasi tous les pouvoirs et soit une espèce de monarque, ce qui est catastrophique quand le monarque est un ex-amuseur, mais qui n’amuse plus beaucoup en politique. Donc la difficulté d’Haïti, c’est d’avoir un régime équilibré comme le prévoit sa Constitution. Et surtout que Haïti ne soit pas simplement la République de Port-au-Prince, mais que les provinces puissent se développer. Or il y a une absence totale de décentralisation, de déconcentration, et les élus locaux qu’on doit renouveler n’ont aucun pouvoir, aucune taxe propre à leur commune, aucun moyen. C’est vrai que tout le monde est d’accord sur la décentralisation, mais personne ne l’a commencée.
Ça fait plus de 200 ans que Haïti est un pays indépendant. Quel regard portez-vous - celui de l’historien - sur la période actuelle ? Est-elle l’une des pires de l’histoire de ce pays ?
Je ne pense pas que ce soit l’une des pires périodes, sauf sans doute que les handicaps ont des effets cumulatifs. Haïti était indiscutablement un pays très pauvre, mais il est devenu au fil des ans le jouet des grandes puissances. Ça a d’abord été l’Europe bien sûr, puis ensuite les Etats-Unis et ensuite, il bénéficie, ou il est tributaire, d’une démographie absolument catastrophique. On a en Haïti l’une des densités les plus fortes du monde. Elle est supérieure à celle d’un pays très organisé comme les Pays-Bas.
Il y a peu près de 11 millions d’habitants pour 27 000 km².
Le pays doit faire depuis plusieurs années un recensement qu’il reporte régulièrement. Il ne survit finalement que grâce à une diaspora nombreuse et solidaire, installée surtout à Miami, à New York, à Montréal ou en République dominicaine, voire en France. Mais, en fait, c’est une économie strictement informelle à l’intérieur et de survie des ménages grâce à l’aide de la diaspora et aussi à l’aide des ONG. C'est une espèce de pays sous perfusion et dont on ne voit pas comment où quand arrêter la perfusion.
Vous ne voyez aucun signe positif ces cinq dernières années en Haïti qui peut faire espérer un avenir prospère pour ce pays ?
Il y a quelques signes positifs qui datent de la fin de la dictature et qui ont perduré depuis. D’abord on a une presse abondante, assez libre, même si l’actuel président Martelly n’aime pas du tout les journalistes. Ça, c’est un premier avantage et ça, ça dure indiscutablement et c’est même formateur pour les gens. Deuxième élément favorable : il y a un tissu associatif très riche, mais qui est assez coupé ou une société civile qui est en mouvement, mais dont le politique ne tient pas compte. Donc, il y a là des éléments intéressants. Puis s’ajouterait un ultime élément : Haïti a souffert d’un enclavement terrible depuis deux siècles et les nouveaux moyens de communication contribuent à l’ouvrir un petit peu sur le monde. Mais alors que l’Amérique latine bouge par plein d’aspects et sous des modes divers, Haïti malheureusement ne bouge pas même si les connexions devraient être plus faciles.
Si vous devez définir aujourd’hui une priorité pour ce pays ?
La priorité, c’est indiscutablement l’éducation. Si aujourd’hui les sectes religieuses les plus obscurantistes et les pouvoirs les plus corrompus arrivent à se développer, c’est le manque de formation, le manque d’éducation. Il faut que les gens aillent à l’école et que l’école les aide à devenir des citoyens. C’est absolument la priorité des priorités.
http://www.rfi.fr/emission/20150809-christophe-wargny-election-haiti-martelly

Haïti: incidents parfois violents, le conseil électoral "globalement satisfait"

Haïti a renoué avec l'ordre constitutionnel en organisant dimanche les premières élections depuis 2011 mais ces législatives ont été marquées par de nombreux incidents parfois violents, une faible participation et un cas de sabotage.
A l'issue de la journée de vote, le conseil électoral provisoire (CEP) s'est toutefois déclaré dimanche soir "globalement satisfait" même s'il reconnait que des incidents et sabotage ont affecté ce premier tour des législatives.
Les 5,8 millions d'électeurs inscrits étaient appelés à élire l'ensemble de leurs députés et deux tiers du Sénat, dans le pays le plus pauvre de la Caraïbe et du continent américain. Plus de 1.800 candidats étaient en lice pour les 139 postes parlementaires à pourvoir pour ce scrutin.
Pierre-Louis Opont, le président du CEP, a expliqué dans une conférence de presse dans la soirée que "4% des centres de vote ont été affectés par des actes de violence" obligeant leur fermeture avant l'horaire prévu par la loi. Selon les estimations du président de l'administration électorale, ce sont environ 290.000 électeurs qui n'ont donc pas pu accomplir leur devoir civique.
D'ici mercredi, les membres du CEP vont décider si les scrutins seront réorganisés dans les circonscriptions concernées.
Refusant de fournir une estimation sur l'ampleur de la participation, Pierre-Louis Opont a néanmoins reconnu qu'"il n'y a pas eu d'encombrement" dans les bureaux. Le président du CEP s'est également refusé à fournir un bilan des violences qui ont émaillé la journée de vote.
"Même s'il y a eu des incidents dans quelques centres de vote, en général les problèmes se corrigent," a déclaré à l'AFP Elena Valenciano, chef de la mission d'observation électorale de l'Union européenne. Et c'est sur un ton ferme que le CEP a affirmé dimanche soir qu'il allait "sévir là où on devra sévir. Le CEP ne va pas rester les bras croisés : on va réagir."
- Sabotage -
Le président de l'administration électorale a notamment expliqué qu' "il y a des gens qui délibérément ont décidé de saboter le système." Directement mis en cause : un chef de service du CEP qui serait "parti vendredi soir avec un stock de mandats et le matériel de fabrication" de ces accréditations servant aux représentants des partis politiques.
Légalement, tout candidat au poste de député ou sénateur peut être représenté par un mandataire dans les bureaux de vote de sa circonscription. Mais samedi soir et dimanche matin, les partis politiques ont exprimé leur colère de ne pas avoir pu obtenir les accréditations nécessaires pour que leurs représentants veillent à la bonne tenue du vote.
Le fonctionnaire du CEP mis en cause "est en cavale et est aujourd'hui recherché" a expliqué Pierre-Louis Opont. "Le CEP a porté plainte car c'est un comportement pouvant porter préjudice à l'Etat."
Lors d'une interview avec l'AFP, José Enrique Castillo Barrantes, le chef de la mission d'observation électorale de l'OEA a salué le CEP qui "a ton d'autorité pour se faire respecter : c'est la meilleure chose que l'on peut espérer".
En accord avec la loi électorale, aucun média, parti, ou citoyen n'est encore autorisé à publier des résultats, même partiels. Ce n'est qu'après vérification de tous les documents au centre de tabulation, situé dans la capitale Port-au-Prince, où les procès-verbaux sont collectés et examinés, que les premiers résultats seront officialisés par le CEP.
Selon le calendrier électoral, le verdict de ce premier tour des scrutins législatifs sera rendu public le 19 août. Les partis politiques et candidats auront alors trois jours pour contester les résultats. Après délibération par les tribunaux électoraux, les résultats définitifs devraient être publiés le 8 septembre.
Avec ces élections législatives, Haïti ouvre un long processus électoral. Outre ses parlementaires, le pays s'apprête, d'ici la fin de l'année, à élire l'intégralité de ses maires et élus locaux ainsi que son futur président de la République.
En raison d'une crise profonde entre le chef de l'Etat Michel Martelly et l'opposition, aucun scrutin n'a pu être organisé en Haïti depuis 2011, alors que le pays peine toujours à se relever du terrible séisme de 2010, qui a encore aggravé une situation économique et sociale déjà catastrophique.
http://www.lavoixdunord.fr/france-monde/haiti-incidents-parfois-violents-le-conseil-electoral-ia0b0n2984416

Haïti-Élections : Des partis politiques peu bavards sur le premier tour, violent et chaotique, des législatives

P-au-P, 9 août 2015 [AlterPresse] --- À l’image de la participation populaire, les partis politiques se montrent timides à réagir au déroulement chaotique et violent des Législatives partielles de ce 9 août 2015.
5 millions 800 mille électeurs et électrices étaient attendus aux urnes pour choisir 119 députés et 20 sénateurs parmi 1855 candidats et candidates.
Incendies, vandalisme de bureaux de vote, agressions ont ponctué ce premier tour globalement boudé par les Haïtiens et Haïtiennes.
Toutefois les partis politiques tardent à réagir à cette première journée de vote qui doit être suivie d’un second tour le 25 octobre en même temps que le premier tour de la présidentielle et des élections municipales et locales.
Serge Jean Louis du Mouvement patriotique de l’opposition démocratique (Mopod) n’a pas tenu à réagir, indiquant qu’une réunion de son parti se tient autour des événements de la journée.
Du côté du porte-parole de la Plateforme Vérité, Joanas Gué, silence radio également.
Pour sa part, la Plateforme Pitit Desalin, par la voix d’un de ses membres, considère qu’ « il est trop tôt pour une réaction » et demande « un peu de temps ».
Le Parti haïtien tèt kale (Phtk), plateforme du président Michel Martelly, dit condamner les violences qu’auraient subies ses partisans dans plusieurs zones ce 9 août, dans une note de presse sortie en fin d’après-midi.
Le parti cite son coordonnateur, Gary Jean Baptiste, et l’un de ses mandataires, parmi les victimes, tout en appelant les autorités et les observateurs à s’intéresser à ces cas.
Alix Richard de la Fusion des sociaux-démocrates a fait savoir que son parti, qui a récemment rendu le gouvernement orphelin de trois membres, était en train d’évaluer la situation.
Toutefois, « cela s’est très mal passé [aujourd’hui]. Et cela hypothèque la crédibilité du processus, et la suite des élections », confie-t-il. Avouant son incrédulité devant la satisfaction affichée par les autorités, Richard déplore : « Soit ils n’ont pas les mêmes informations que tout le monde soit ils prennent les Haïtiens pour des imbéciles ».
Pour sa part, le candidat à la présidence et ancien coordonnateur de l’Organisation du peuple en lutte (Opl), Sauveur Pierre Etienne, est dans l’expectative, relevant « un contexte compliqué » pour le déroulement du premier tour de ces législatives.
« Certains partis, comme Phtk et Bouclier, proches du pouvoir, ont attaqué nos partisans, ou se sont affrontés. Dans certains endroits il y a eu des bourrages d’urnes », constate Sauveur Pierre Etienne, indiquant avoir perdu des partisans à Ennery (Artibonite).
Plusieurs cas de décès ont été signalés mais la police n’a pas encore donné de confirmation à ce sujet.
« Le Cep (Conseil électoral provisoire) aura à prendre ses responsabilités », dit-il. « Le pays peut tomber dans une catastrophe ».
Le Réseau national de défense des droits humains avait annoncé une possible catastrophe électorale pouvant déboucher sur une crise.
Sauveur Pierre Etienne croit pour sa part que le « Cep en fonction de son évaluation aura à exclure les partis mêlés aux actes de violence. Nous verrons alors si nous devons prendre le Cep au sérieux, s’il n’est pas inféodé au pouvoir ».
166 partis et regroupements politiques ont été agréés pour les élections législatives, présidentielles, municipales et locales de 2015. Chacun doit recevoir une subvention de la part du gouvernement dans le cadre d’un budget de l’ordre de 500 millions de gourdes. 55 hommes et femmes sont en course pour remplacer Michel Martelly en tant que 54e président d’Haïti. [kft gp apr 9/08/2015 17 :30]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article18647#.Vch0kfntlBc

Les législatives en Haïti émaillées d'incidents

par Peter Granitz
PORT-AU-PRINCE (Reuters) - Les Haïtiens se sont rendus aux urnes dimanche, pour la première fois depuis quatre ans, à l'occasion du premier tour d'élections législatives organisées dans un climat de tension, voire de violence.
Des hommes armés de pierres et de bouteilles ont attaqué des bureaux de vote à Port-au-Prince, la capitale. Dans tout le pays, une cinquantaine de bureaux de vote sur les plus de 1.500 ouverts pour ce scrutin ont été "affectés" par des violences ou des problèmes bureaucratiques, a déclaré le Conseil électoral provisoire (CEP). Le vote a été prolongé de deux heures.
On ne sait pas qui est à l'origine de ces saccages, même si certains à Port-au-Prince accusaient les partisans du président, Michel Martelly.
Après avoir voté dans un bureau de Pétionville, en banlieue de la capitale, le chef de l'Etat a minimisé ces incidents. "Nous avons eu des petits accrocs, et nous espérons les corriger pour l'élection présidentielle. Nous ne savons pas qui sont les fauteurs de trouble. Peu importe qui ils sont, c'est un problème pour tous les candidats", a-t-il dit.
Ces élections, qui auraient dû se tenir en 2011 puis en 2014 -elles ont à chaque fois été annulées-, doivent renouveler les 119 membres de la Chambre des députés et deux tiers des sièges du Sénat.
Le pays peine à installer une démocratie stable: après la chute de la famille Duvalier, au pouvoir de 1957 à 1986, la vie politique sur l'île s'est déroulée au rythme des coups d'Etat et des fraudes électorales.
Haïti est actuellement privé de parlement depuis une dissolution prononcée en janvier, le jour anniversaire du tremblement de terre de 2010 qui a fait plus de 200.000 morts.
Depuis cette date, Michel Martelly gouverne par décret: la chambre basse est déserte et les dix sénateurs encore en poste, sur les 30 que compte normalement l'institution, ne permettent pas d'atteindre le quorum.
"CLEF DE LA STABILISATION"
"Des élections crédibles, ouvertes, transparentes et justes sont la clef pour une stabilisation à long terme à Haïti", a déclaré samedi à Reuters Sandra Honoré, représentante spéciale du secrétaire général de l'Onu sur l'île.
Les résultats sont attendus dans un délai de six à dix jours et le deuxième tour est prévu le 25 octobre, le même jour que le premier tour de la présidentielle.
Plus de 1.800 candidats soutenus par des dizaines de partis sont en lice. Aucun sondage crédible n'est disponible.
Les pro-Martelly sont regroupés sous la bannière du PHTK (Parti Haïtien Tèt Kale). L'ancien président René Préval, via la plateforme Vérité, et le parti Fanmi Lavalas, lié à l'ex-président Jean-Bertrand Aristide, présentent également des candidats.
Dans les bureaux de vote, les Haïtiens faisaient parfois part de leur scepticisme quant à l'issue du scrutin.
"On sait qu'un vrai changement ne tombera pas du ciel", déclarait par exemple un électeur de 27 ans après avoir glissé son bulletin dans l'urne.
Les élections de dimanche constituaient aussi un test de la capacité de la police nationale haïtienne.
C'est désormais à elle qu'incombe la responsabilité d'assurer la sécurité en période électorale, la mission de l'Onu ayant fortement réduit la voilure.
De 13.300 membres, la force onusienne ne compte plus que 2.370 casques bleus et 2.600 policiers.
Selon le Réseau national pour la protection des droits de l'homme, cinq assassinats liés à la préparation du scrutin ont été commis entre le 9 juillet et le 2 août. Un candidat du parti Fusion a notamment été tué dans la ville de Marigot (sud).
(Simon Carraud, Henri-Pierre André pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)
http://www.boursier.com/actualites/reuters/les-legislatives-en-haiti-emaillees-d-incidents-178392.html?fil20

Haïti: Les élections législatives perturbées par des incidents parfois violents

SCRUTIN Le scrutin a été marqué par de nombreux incidents parfois violents, une faible participation et un cas de sabotage...
Haïti a renoué avec l’ordre constitutionnel en organisant dimanche les premières élections depuis 2011 mais ces législatives ont été marquées par de nombreux incidents parfois violents, une faible participation et un cas de sabotage. A l’issue de la journée de vote, le conseil électoral provisoire (CEP) s’est toutefois déclaré dimanche soir « globalement satisfait » même s’il reconnaît que des incidents et sabotage ont affecté ce premier tour des législatives.
4 % des centres de vote affectés par des incidents violents
Les 5,8 millions d’électeurs inscrits étaient appelés à élire l’ensemble de leurs députés et deux tiers du Sénat, dans le pays le plus pauvre de la Caraïbe et du continent américain. Plus de 1.800 candidats étaient en lice pour les 139 postes parlementaires à pourvoir pour ce scrutin.
Pierre-Louis Opont, le président du CEP, a expliqué dans une conférence de presse dans la soirée que « 4 % des centres de vote ont été affectés par des actes de violence » obligeant leur fermeture avant l’horaire prévu par la loi. Selon les estimations du président de l’administration électorale, environ 290.000 électeurs n’ont donc pas pu accomplir leur devoir civique.
D’ici mercredi, le CEP va décider si les scrutins seront réorganisés dans les circonscriptions concernées. Refusant de fournir une estimation sur l’ampleur de la participation, Pierre-Louis Opont a néanmoins reconnu qu'« il n’y a pas eu d’encombrement » dans les bureaux.
Accusations de sabotage
Le président de l’administration électorale a notamment expliqué qu' « il y a des gens qui délibérément ont décidé de saboter le système ». Un chef de service du CEP qui serait « parti vendredi soir avec un stock de mandats et le matériel de fabrication » de ces accréditations servant aux représentants des partis politiques.
Légalement, tout candidat au poste de député ou sénateur peut être représenté par un mandataire dans les bureaux de vote de sa circonscription. Mais samedi soir et dimanche matin, les partis politiques ont exprimé leur colère de ne pas avoir pu obtenir les accréditations nécessaires pour que leurs représentants veillent à la bonne tenue du vote.
Le fonctionnaire du CEP mis en cause « est en cavale et est aujourd’hui recherché » a expliqué Pierre-Louis Opont. « Le CEP a porté plainte car c’est un comportement pouvant porter préjudice à l’Etat. »
Résultats du scrutin le 19 août
En accord avec la loi électorale, aucun média, parti, ou citoyen n’est encore autorisé à publier des résultats, même partiels. Ce n’est qu’après vérification de tous les documents au centre de tabulation, situé dans la capitale Port-au-Prince, où les procès-verbaux sont collectés et examinés, que les premiers résultats seront officialisés par le CEP.
Selon le calendrier électoral, le verdict de ce premier tour des scrutins législatifs sera rendu public le 19 août. Les partis politiques et candidats auront alors trois jours pour contester les résultats. Après délibération par les tribunaux électoraux, les résultats définitifs devraient être publiés le 8 septembre.
Avec ces élections législatives, Haïti ouvre un long processus électoral. Outre ses parlementaires, le pays s’apprête, d’ici la fin de l’année, à élire l’intégralité de ses maires et élus locaux ainsi que son futur président de la République. En raison d’une crise profonde entre le chef de l’Etat Michel Martelly et l’opposition, aucun scrutin n’a pu être organisé en Haïti depuis 2011, alors que le pays peine toujours à se relever du terrible séisme de 2010, qui a encore aggravé une situation économique et sociale déjà catastrophique.
http://www.20minutes.fr/monde/1664543-20150810-haiti-elections-legislatives-perturbees-incidents-parfois-violents

Haïti. Des élections peu crédibles

Des retards et des incidents ont émaillé les élections législatives, qui se tenaient dimanche 9 août à Haïti. Ce scrutin compliqué n’augure rien de bon pour la suite, estime le site d’information Alterpresse.
Dimanche 9 août, avec quatre ans de retard, se sont tenues les premières élections législatives depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel président, Michel Martelly en 2011. Alors que les résultats ne seront connus que dans quelques jours, “de multiples interrogations se posent sur l’avenir du processus”, estime le site d’information haïtien Alterpresse. Ainsi, malgré la “satisfaction” exprimée par les autorités, la participation est restée faible (on parle de 15 %), ce qui “risque d’entacher la crédibilité des futurs ‘élus’”.
Le scrutin a été marqué par un climat de violence : trois bureaux de vote ont été saccagés à Port-au-Prince, tandis que 26 importants centres de vote ont fermé avant l’heure prévue. “Le déchaînement de violence, avec notamment le sac, voire l’incendie de plusieurs centres de vote [...], a impacté sur le déplacement ‘réfléchi’ des potentiels votants”, critique Alterpresse, qui accuse certains responsables politiques d’avoir organisé un chaos en autorisant un très grand nombre de candidats.
Le Premier ministre contraint de démissionner
Les Haïtiens ont en effet “été surpris par la flambée, sans précédent, de nouveaux partis politiques, dont un grand nombre a été créé à l’ombre de l’administration politique de 2011” ; ainsi, il y avait près de 1 800 candidats, pour 139 postes de parlementaires à pourvoir, la plupart “sans aucune expérience porteuse”, explique le site d’information. “Au lieu d’encourager la participation populaire, cette stratégie de ‘diviser pour régner’ s’est aliénée une bonne partie de l’électorat, contraint de choisir parmi des prétendants et des prétendantes ‘peu crédibles’.” D’autant que beaucoup d’entre eux cherchent avant tout à “se servir des ‘privilèges de pouvoir’ pour imposer des vues claniques”, craint Alterpress.
Cinq ans après, Haïti toujours menacée
La plupart des candidats veulent “asseoir un modèle politique totalement anachronique mais ouvert sur des intérêts étrangers, sans aucune articulation avec des aspirations nationales”, poursuit le site d’information, qui dénonce les “pirouettes” de la communauté internationale, qui devrait valider les résultats du scrutin alors qu’il n’y a pas eu de “préparation institutionnelle appropriée”. La validité du scrutin sera examinée par le conseil électoral provisoire (CEP), qui devra décider si des votes doivent être réorganisés dans les circonscription où des incidents sont survenus.
http://www.courrierinternational.com/article/haiti-des-elections-peu-credibles

Disorder as Haitians vote in long-delayed elections

By EVENS SANON, Associated Press
Updated 1:42 am, Monday, August 10, 2015

PORT-AU-PRINCE, Haiti (AP) — Delays, disorder and sporadic violence troubled Haitian legislative elections on Sunday as voters chose lawmakers for the next Parliament after a yearslong wait.
The legislative elections had been postponed for nearly four years due to a political showdown between Haiti's executive and opposition, and they have been billed as a crucial test of the country's electoral system ahead of a presidential vote in late October.
Sunday's first round sought to fill two-thirds of the 30-member Senate and the entire 119-member Chamber of Deputies in the nation still struggling to recover from a 2010 earthquake that devastated the capital and surrounding areas.
But a number of polling stations across the Caribbean country of 10 million people had to wait for ballots a few hours after voting was supposed to start at 6:00 a.m. (1000 GMT). In sections of Port-au-Prince, voters also grew exasperated after being told they couldn't cast ballots because their names weren't on official voting lists.
"This is very frustrating. Are they trying to discourage voting?" gardener Gerald Henry complained after election workers turned him away.
In the crowded capital, at least three voting centers were shut down by authorities after fistfights broke out as partisans attempted to stuff ballot boxes and engage in other visible irregularities. At one voting center in downtown Port-au-Prince, groups of young men ripped up paper ballots as heavily armed police shot into the air to re-establish order. Rocks were thrown in response before authorities closed the polling station.
Local media also reported the closure of numerous polling places in other sections of the country and scattered arrests of people accused of voting more than once. Observers from various political parties complained election officials did not give them access to voting centers.
Still, Haitian Prime Minister Evans Paul said the government was satisfied with how the legislative elections were handled, "despite the incidents that we would like to firmly condemn." Voting was extended for two hours at some polling stations due to ballot delays earlier in the day.
After voting ended, Pierre-Louis Opont, the head of the country's Provisional Electoral Council, told reporters that 54 polling stations, roughly 5 percent of the total, were closed Sunday amid violence and other disruptions. He also disclosed that a council staffer stole some of the elections material and vanished, but Oponte declined to provide more specifics other than the police were looking for him.
"We still don't know what his intention was," Oponte told reporters.
Authorities were also trying to confirm reports of one election-related fatality. "We know that there were instances of violence throughout the country," Oponte said.
The vote took place roughly eight months after Haiti's legislature was dissolved because the terms of lawmakers expired before new elections could be held.
It's the first election Haiti has held under President Michel Martelly, who took office in May 2011 and is in the final year of a five-year term. He has governed by decree since Parliament dissolved in January and cannot run for a consecutive term. In the absence of elections, Martelly has been accused of stacking the deck in his favor by appointing mayors and other municipal officials to replace those whose terms expired.
Roughly 5.8 million people were registered to vote and over 1,850 candidates from nearly 130 political parties competed.
Elections in Haiti are never easy and the Provisional Electoral Council has long been criticized for votes plagued by disorganization, ballot irregularities and fraud allegations.
Final results were not expected for several days and a significant amount of work will be needed to get the next Parliament up and running after it is installed. The first round of Haiti's presidential election and the second round of local elections are set for Oct. 25.
After voting at a heavily secured polling station, Martelly was asked what he thought of Sunday's disorder. He told reporters: "I hope that the election officials are better organized for the presidential elections in October."
___ AP writer David McFadden contributed to this report from Kingston, Jamaica.
http://www.newstimes.com/news/world/article/Haitians-votes-in-long-delayed-legislative-6433662.php#photo-8439392