POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 6 mai 2010

Lawrence Cannon en visite en Haïti

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon est arrivé ce mercredi à Port-au-Prince dans le cadre d'une visite de 3 jours. A son arrivée dans la capitale haïtienne, le chef de la diplomatie canadienne, a donné une conférence conjointe au Palais National, avec le premier ministre haïtien, Jean Max Bellerive.
Durant cette conférence, le ministre Cannon a réitéré le soutien du gouvernement canadien à Haïti.
Lawrence Cannon a rencontré le président de la république René Préval et le premier ministre Jean-Max Bellerive avec qui il s'est entretenu sur divers points notamment à propos de l'aide canadienne à Haïti, suite au séisme du 12 janvier.
« le Canada y est, nous y étions, nous y sommes et nous y serons », a déclaré Monsieur Cannon tout en précisant que c'est le message qu'il a délivré au Président de la République et au premier ministre.
Il a annoncé que son pays avait augmenté de 10 millions de dollars sa contribution annuelle, en soutien aux institutions telles que la justice et la police.
Une délégation québécoise conduite par le ministre des relations internationales et de la francophonie, Pierre Arcand avait déjà visité le pays le week-end dernier afin d'évaluer l'état d'avancement des programmes d‘aide du Québec et d'étudier les modalités d'une participation des entreprises québécoises à la reconstruction d'Haïti.
EJ/Radio Métropole Haïti

Haïti-Reconstruction : Des entrepreneurs suédois en visite de prospection

Le président haïtien René Préval s'est entretenu hier avec les membres d'une délégation conduite par l'Ambassadeur Sten Ask. Accompagné de plusieurs hommes d'affaires suédois, le diplomate a exploré les possibilités d'investissement dans en Haïti. Les entrepreneurs suédois sont intéressés par le secteur agricole qui représente l'une des priorités du gouvernement haïtien dans le programme de reconstruction. Les entrepreneurs de la filière de production laitière sont particulièrement intéressés à Haïti. Le renforcement de la production agricole permettra d'améliorer les statistiques dans le domaine de la sécurité alimentaire.
Les entrepreneurs suédois affichent également leur volonté d'investir dans le secteur de l'immobilier.
Dans son intervention le président Préval a invité les membres de la délégation suédoise à évaluer les possibilités d'investissement dans le système éducatif qui constitue l'une des priorités du Plan d'Action pour le Relèvement et la Reconstruction.
LLM / Radio Métropole Haïti

Lawrence Cannon annonce le renforcement de l'assistance au système judiciaire

Au cours de la première journée de sa visite le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a annoncé une contribution supplémentaire de 10 millions de dollars en soutien aux institutions de justice et de sécurité. Outre l'envoi de nouveaux agents canadiens, le montant sera utilisé pour le déploiement de véhicules de patrouille, l'acquisition de locaux de cours temporaires et la formation des policiers haïtiens. Le ministre Cannon a eu hier des entretiens avec le chef de l'Etat haïtien, René Préval, le Premier ministre Jean Max Bellerive et le chef de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti, Edmond Mulet. Le diplomate guatémaltèque s'est réjouit de la contribution canadienne sur le plan sécuritaire. « L'expertise du Canada en matière de justice et de sécurité, constitue un atout important », explique M. Mulet.
La sécurité est l'une des priorités de la coopération canadienne. Au cours de la deuxième journée de sa visite M. Cannon visitera la prison de Croix-des-Bouquets rénovée après le séisme, grâce à l'appui financier du Canada.
Lawrence Cannon, effectuera également une visite à Jacmel (sud –est) et Léogâne ( Ouest) deux villes fortement touchées par le séisme du 12 janvier.

LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17683

René Préval pense à prolonger son mandat

Malgré un engagement officiel sur la date du 7 février 2011 pour son départ du pouvoir, le Président met le cap maintenant sur le 14 mai ; le Parlement, bientôt caduc ou réduit, appelé à se prononcer avec célérité sur un projet de loi modifiant les termes du mandat présidentiel ; levée de boucliers dans la classe politique et la société civile contre un "projet dictatorial naissant" mercredi 5 mai 2010, Radio Kiskeya
Le Président René Préval a introduit mercredi une proposition de modification de la loi électorale en vue de la prolongation éventuelle de son mandat jusqu’au 14 mai 2011, une tentative de maintien au pouvoir contraire à l’engagement plusieurs fois répétée du chef de l’Etat de quitter ses fonctions le 7 février.
Un arrêté présidentiel annonce l’ajout au menu de la session extraordinaire du Parlement du projet de loi relatif à l’amendement de l’article 232 de la loi électorale du 9 juillet 2008.
La version actualisée de l’article est la suivante : "le Président de la république est élu pour cinq ans et est en fonction jusqu’au 7 février 2011, au cas où les élections auront lieu au plus tard le dernier dimanche du mois de novembre 2010. Dans le cas contraire, il reste en fonction jusqu’à l’installation de son successeur élu, ou au plus tard, jusqu’à la fin de son mandat de cinq ans, soit le 14 mai 2011".
Les dispositions prévues dans l’arrêté presidentiel s’appliquent également aux Sénateurs élus respectivement pour six et quatre ans ainsi qu’aux membres des conseils et des assemblées des collectivités territoriales.
Quant aux Députés, l’extension de leur mandat court jusqu’au deuxième lundi de mai 2010.
Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Joseph Jasmin, a effectué au pas de charge le dépôt du projet de loi qui risque d’être entériné par les deux Chambres avant la fin lundi prochain de la 48e législature et le départ de tous les Députés et d’un tiers des Sénateurs.
Estimant qu’il s’agissait d’une "procédure ordinaire", le ministre écarte d’un revers de main les critiques de certains parlementaires dénonçant l’inconstitutionnalité de l’initiative présidentielle. Il a mis en avant le fait que les mêmes dispositions avaient été prises au profit des Sénateurs, des Députés et des élus locaux.
L’Exécutif attend la décision du Parlement, a fait savoir un Joseph Jasmin particulièrement confiant.
Pour sa part, le président de la Chambre des Députés, Levaillant Louis-Jeune, membre fondateur de la nouvelle coalition présidentielle Inite, croit que si l’assemblée approuvait le projet de loi modifié elle rendrait "justice" au Président de la république qui avait débuté son second et dernier mandat le 14 mai 2006, avec trois mois de retard.
Avant lundi, jour d’adieu des Députés, les élus se prononceront sur le document, a promis Louis-Jeune qui met en garde contre tout procès d’intention par rapport à la démarche de l’Exécutif.
Plusieurs Députés et Sénateurs de l’opposition et des leaders de partis et de la société civile tels Evans Paul (KID/Alternative) et Rosny Desroche (ISC) ont dénoncé avec véhémence l’émergence du "projet dictatorial" de René Préval et ce qu’il représente comme menace pour la démocratie haïtienne.
Le chef de l’Etat qui, il y a encore deux semaines, s’était engagé à remettre le pouvoir le 7 février 2011 à un successeur élu, a fait un virage à 180 degrés au moment où les spéculations vont bon train sur de présumés obscurs desseins de son régime concernant notamment la mise à l’écart de la constitution et l’organisation des prochaines élections. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6747

La Chambre des représentants des Etats-Unis vote une loi pour la relance économique haïtienne

Si cette décision devient celle du Congrès, à travers un vote similaire du Sénat, le Président Barack Obama promulguera la nouvelle loi qui garantit l’existence jusqu’en 2020 de relations commerciales favorables avec Haïti dévastée par le séisme du 12 janvier mercredi 5 mai 2010, Radio Kiskeya
La Chambre des Représentants des Etats-Unis (Chambre basse) a adopté mercredi un projet de loi en faveur de la relance économique en Haïti et de l’extension, jusqu’en 2020, de la politique commerciale entre Washington et Port-au-Prince, quatre mois après le séisme ayant dévasté la capitale haïtienne et plusieurs autres régions.
Ce projet de loi devrait également permettre la création d’emplois en Haïti en facilitant l’exportation vers le marché américain de certains produits textiles bénéficiant de l’exemption des droits de douane.
Déposé il y a tout juste quelques jours, le texte a été adopté par acclamation.

En cas d’approbation du Sénat, il sera promulgué par le Président Barack Obama.
Les congressmen affirment vouloir permettre à Haïti de "renouer avec les progrès économiques observés avant le tremblement de terre".
"Une fois que le tremblement de terre eut frappé, il est devenu évident que nous devions faire quelque chose pour aider Haïti à retrouver l’assise que le pays avait réussi à atteindre. C’est ce que fait ce projet de loi", a déclaré dans un communiqué le Représentant démocrate de New York et membre du Black Caucus, Charles Rangel, l’un des promoteurs du projet de loi.
Des élus démocrates aussi bien que républicains dans les deux Chambres du Congrès se sont montrés dès le départ favorables à la nouvelle législation.
Grâce aux lois préférentielles HOPE I et II, quelques milliers d’emplois ont été créés, ces deux dernières années, dans le secteur de la sous-traitance en Haïti où les manufactures ont la possibilité d’exporter sans frais de douane vers les Etats-Unis des vêtements et des pièces automobiles fabriqués sur place. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6746

Reprise des exportations de mangue vers les Etats-Unis

Près de quatre mois après le tremblement de terre, ce secteur de production qui rapporte annuellement 10 millions de dolllars à Haïti renoue avec le marché américain mercredi 5 mai 2010, Radio Kiskeya
Haiti a réalisé cette semaine ses premières exportations de mangue vers le marché américain depuis le violent séisme du 12 janvier, une reprise considérée comme un signal positif pour des milliers d’haïtiens vivant de l’agriculture et la coopération haïtiano-américaine.
Dans un communiqué, l’ambassade américaine rappelle que le service de la protection des végétaux et des animaux du département américain de l’agriculture (APHIS) entretient un partenariat public/privé de longue date avec l’association haïtienne des exportateurs de mangue dans le cadre de l’inspection des produits destinés à l’exportation.
Présentant ce partenariat comme un "exemple de collaboration de la mission américaine en Haïti avec le peuple haïtien pour une Haïti plus prospère", le communiqué précise que les producteurs de mangue assurent le financement des installations, des équipements et le salaire des inspecteurs tandis que l’APHIS prend en charge la formation du personnel. Ce qui permet une réduction substantielle des cas d’infestation par la mouche des fruits responsables de 90% des causes de l’interdiction d’entrée des mangues sur le marché américain.
Citant des statistiques de la Banque de la République d’Haïti (BRH), la mission diplomatique américaine souligne que les exportations de mangue ont fourni un revenu de plus de 10 millions de dollars au pays l’année dernière, soit presqu’un tiers de la totalité des exportations agricoles. La mangue, qui représente en volume la plus importante exportation pour une seule espèce de récolte, est généralement expédie par voie aérienne ou maritime vers les grandes métropoles américaines telles Miami et New York.
En 2008, la suspension momentanée des importations de mangues haïtiennes qu’avait ordonnée le gouvernement américain en raison de la détection de larves de mouches de fruit dans certaines cargaisons avait considérablement pénalisé les différents acteurs de cette filière de production et engendré une perte sèche de plusieurs dizaines de millions de dollars pour l’économie nationale. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6748

Le président Préval veut récupérer ses 4 mois

L'exécutif a déposé ce mercredi, au parlement, un projet de loi portant amendement de l'article 232 de la loi électorale du 9 juillet 2008. Le dépôt de ce projet de loi a été effectué par le ministre chargé des relations avec le parlement, Joseph Jasmin.
« Ce document permettra au chef de l'état de boucler son mandat le 14 mai au lieu de 7 février 2011, si les élections devaient ne pas se tenir en novembre 2010 », déclare le ministre Jasmin.
« Les députés ou les sénateurs ont déjà bénéficié de procédures identiques, pourquoi n'en serait-il pas de même pour le président », s'interroge Monsieur Jasmin.
Si certains députés se montrent favorables, d'autres ont exprimé clairement leur désaccord par rapport au nouveau document soumis par l'exécutif.
De son coté, l'ancien sénateur Samuel Madistin qualifie d'indécente l'attitude du chef de l'Etat, qui ne respecte pas sa parole.
Il estime inconstitutionnelle la démarche de l'Exécutif voulant prolonger le mandat du président, Préval.
Quant au constitutionaliste Georges Michel, il ne veut pas parler d'accros à la constitution.
Il conseille cependant, au chef de l'état, de quitter le pouvoir le 7 février 2011, afin d'éviter des critiques qui peuvent nuire à sa réputation.
Depuis l'adoption par le parlement de la loi d'urgence, une série de manifestations anti-gouvernementales a été enregistrée un peu partout à travers le pays.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17681
Commentaires: Et pour quatre mois de plus!
Quatre mois de pouvoir?
Quatre mois de salaire
Quatre mois d'actions et activités?

Des élections en Haïti avant la fin de l'année, techniquement possible selon L'OEA

Dans une interview accordée à Radio Métropole, le représentant du secrétaire général de l'OEA en Haïti Ricardo Seitenfus a indiqué qu'un défi de taille doit être relevé de façon à ce que les joutes électorales se tiennent avant la fin de l'année. Selon, le professeur Seitenfus, l'organisation régionale attend un financement des pays membres, de l'ordre de 25 millions de dollars, afin de coordonner ces élections.
« Comme par le passé, l'OEA est prête à aider, mais elle souhaite une large participation de l'électorat » précise le diplomate.
L'organisation hémisphérique, promet toutefois d'assister le Conseil Electoral Provisoire de manière à réaliser les prochaines élections.
Un conseil électoral ébranlé par un nouveau scandale suite à l'affaire du Conseiller Jean Enel Désir, contraint de démissionner pour faute administrative grave.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17679
Commentaires:
Il faut juste se rappeler qu'il s'agit d'élections présidentielles et legislatives dans un pays "souverain". Quelqu'un qui observe la politique de loin dirait que la priorité d'Haïti ne liste pas des élections dans l'état actuel des choses.
Mais comme tous les mais d'Haïti se sont mis d'accord sur l'urgente et pressante nécessité de ces élections, donc il y aura bien des élections en Haïti

Marseille redevient la capitale du football français


L'OM n'a pas manqué son rendez-vous avec l'histoire, 18 saisons après son dernier titre de champion sous l’ère Tapie. Mercredi soir, en dernier match de la 36e journée de Ligue 1, l'OM a battu Rennes 3-1 et conquis un nouveau titre de champion de France.Mais l'OM n'a pas conquis son titre dans la facilité. L'entame de match a été trop facile : faute rennaise à 25 mètres du but, frappe enroulée de Heinze, but. Dès la 4e minute, Marseille était champion. Trop tôt sans doute. L'OM rétrograde immédiatement dans une tactique d'attente qui lui fait perdre le sens de la partie. Rennes, patiemment, profite de sa densité au milieu et de la qualité de ses appels pour faire courir les Marseillais et se procurer des occasions. D'abord maladroits, les Bretons affinent peu à peu leurs frappes et font enrager les supporters marseillais.Incapable de reprendre la main, souffrant de l'imprécision de Brandao et Lucho, des errances de Niang, l'OM ne peut garder le ballon et se fait transpercer sur un contre amené par Gyan que Leroy prolonge d'un centre parfait pour une tête plongeante de Briand (38e). De loin l'action la plus limpide de la première période. Au retour des vestiaires, Marseille continue de patiner. On se dit que l'équipe est trop crispée à l'heure de franchir la dernière marche. Mais Didier Deschamps n'a pas dit son dernier mot.
L'entraîneur de l'OM sort Heinze, méritant, puis Brandao, décevant, pour lancer Taïwo et Ben Arfa. L'entrée des deux jokers actuels de Deschamps est déterminante. Le Nigérian donne le "la" d'une terrible frappe au sol difficilement repoussée par Douchez. Quant à l'enfant terrible du Vélodrome, il se comporte en patron et dynamise le jeu marseillais grâce à ses conduites de balle.La récompense ne tarde pas : à l'entrée du dernier quart d'heure, l'OM assomme son challenger en marquant par deux fois, coup sur coup. D'abord une percée volontaire de Bonnart suivie d'une frappe de Valbuena repoussée sur Niang qui marque dans un but dégarni. Puis une course effrenée de Ben Arfa agrémentée d'un passement de jambes pour un ballon qui revient sur Lucho. La frappe est parfaite.Valbuena, Ben Arfa, Lucho, Taïwo... D'une certaine façon, ce sont les "rescapés" marseillais qui ont fait la différence, ceux qui ont été, pour des raisons diverses, contestés à un moment ou un autre de la saison.Ceux, également, que Didier Deschamps a su maintenir ou remettre en confiance. 17 ans après la "nuit de Munich" et la victoire de son équipe en finale de la Ligue des champions, l'ancien capitaine marseillais fait figure d'homme providentiel, une deuxième fois.
http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/05/05/marseille-redevient-la-capitale-du-football-francais_1347214_3242.html#ens_id=1079882