POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 27 mai 2009

Fin du conflit entre camionneurs haïtiens et dominicains


JIMANÍ, 26 mai 2009. – Grace au concours des autorités des deux pays, les fédérations de transport de charge de la République dominicaine et Haïti ont repris ce mardi le transport de marchandises des deux côtés de la frontière, avec les garanties nécessaires pour le personnel, la cargaison et le véhicule.
Les transporteurs de la Fédération Nationale de Transport dominicain et de la Fédération Nationale de Transport de Charge d’Haïti ont décidé que dans un délai de 45 jours ils organiseront leurs activités de manière mutuellement convenable pour le développement du transport à travers l’île.
Ces négociations disposeront l'auspice des représentants des gouvernements d’Haïti et de République Dominicaine, ainsi que des chambres de commerce des deux nations. En évaluant les résultats de l'accord, le Secrétariat d'État de Relations Extérieures a déclaré qu'ils constituent des preuves de la vocation du dialogue permanent qu’utilise le Gouvernement dominicain au moment de faire face à des difficultés.
« Ces négociations fortifient encore plus la nécessité que la Commission dominico-haitienne Bilatérale Mixte soit constituée dans l'espace de dialogue et concertation pour résoudre les problèmes qui affectent les deux pays », a soutenu l'institution.
Le processus de dialogue, qui cette fois a eu lieu dans le bâtiment de la Direction Générale de Douanes de Jimaní, s’est faite sous la coordination de l'Ambassadeur dominicain à Haïti, Rubén Silié ; le sous-secrétaire à Industrie et au Commerce, Washington González et de l'Ambassadeur Andres Moreta Damirón, chargé de la Division des Affaires haïtiennes du Secrétariat de Relations Extérieures, au nom de la République dominicaine.

Par le Gouvernement haïtien ont pris part : le directeur de Relations Consulaires, Jacques Pierre Matilus ; le directeur des Affaires Juridiques du Ministère des Affaires Extérieures, Fortune Darleán et du Commissaire de la Police Nationale d’Haïti de Malpasse, Vanel Lacroix.
http://www.elnuevodiario.com.do/app/article.aspx?id=153433

Le Chili "très heureux" du choix de Bill Clinton

Santiago estime que l’ancien chef de la Maison Blanche peut apporter une contribution non négligeable au processus de "reconstruction économique et sociale" d’Haïti
mardi 26 mai 2009, Radio Kiskeya
Le gouvernement chilien a affirmé mardi avoir accueilli avec une "approbation totale" la récente nomination de Bill Clinton au poste d’envoyé spécial de l’ONU pour Haïti, selon un communiqué du ministère des affaires étrangères rendu public à Santiago et cité par EFE.
"La désignation de l’ancien Président Bill Clinton servira à repositionner la thématique du développement économique et social d’Haïti dans l’agenda international et à appuyer les efforts de reconstruction de ce pays", croit savoir la chancellerie chilienne.
Se disant prête à développer une étroite collaboration avec l’ex-dirigeant américain, l’administration de la Présidente Michelle Bachelet en a profité pour renouveler son "engagement en faveur de la sécurité et du bien-être du peuple haïtien".
Quelque 600 casques bleus chiliens font partie des 9.000 militaires et policiers internationaux que compte la Mission de stabilisation de l’ONU en Haïti (MINUSTAH), une force dont le chef civil fut de 2004 à 2006 Juan Gabriel Valdés, ancien ministre des affaires étrangères du Chili. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article5921