POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 30 septembre 2010

AP IMPACT: Haiti still waiting for pledged US aid

BY JONATHAN M. KATZ AND MARTHA MENDOZA ASSOCIATED PRESS WRITERS
PORT-AU-PRINCE, Haiti -- Nearly nine months after the earthquake, more than a million Haitians still live on the streets between piles of rubble. One reason: Not a cent of the $1.15 billion the U.S. promised for rebuilding has arrived.
The money was pledged by Secretary of State Hillary Rodham Clinton in March for use this year in rebuilding. The U.S. has already spent more than $1.1 billion on post-quake relief, but without long-term funds, the reconstruction of the wrecked capital cannot begin.
With just a week to go before fiscal 2010 ends, the money is still tied up in Washington. At fault: bureaucracy, disorganization and a lack of urgency, The Associated Press learned in interviews with officials in the State Department, the Senate Foreign Relations Committee, the White House and the U.N. Office of the Special Envoy. One senator has held up a key authorization bill because of a $5 million provision he says will be wasteful.
Meanwhile, deaths in Port-au-Prince are mounting, as quake survivors scramble to live without shelter or food.
"There are truly lives at stake, and the idea that folks are spending more time finger-pointing than getting this solved is almost unbelievable," said John Simon, a former U.S. ambassador to the African Union who is now with the Center for Global Development, a Washington think tank.
Nor is Haiti getting much from other donors. Some 50 other nations and organizations pledged a total of $8.75 billion for reconstruction, but just $686 million of that has reached Haiti so far - less than 15 percent of the total promised for 2010-11.
The lack of funds has all but halted reconstruction work by CHF International, the primary U.S.-funded group assigned to remove rubble and build temporary shelters. Just 2 percent of rubble has been cleared and 13,000 temporary shelters have been built - less than 10 percent of the number planned.
The Maryland-based agency is asking the U.S. government for $16.5 million to remove more than 21 million cubic feet (600,000 cubic meters) of additional rubble and build 4,000 more temporary houses out of wood and metal.
"It's just a matter of one phone call and the trucks are out again. We have contractors ready to continue removing rubble. ... We have local suppliers and international suppliers ready to ship the amount of wood and construction materials we need," said CHF country director Alberto Wilde. "It's just a matter of money."
Last week the inaction bore tragic results. On Friday an isolated storm destroyed an estimated 8,000 tarps, tents and shacks in the capital and killed at least six people, including two children. And the threat of violence looms as landowners threaten entire camps with forced eviction.
In Washington there is confusion about the money. At a July hearing, Ravij Shah, director of the U.S. Agency for International Development, thanked members of Congress for approving the funds, saying, "The resources are flowing and are being spent in country."
It wasn't true then, and still hasn't happened.
When the earthquake hit, U.S. agencies sent troops, rescuers, aid workers and supplies to the devastated capital, Port-au-Prince. On March 24, President Barack Obama asked Congress for $2.8 billion in emergency aid to Haiti - about half to pay back money already spent by USAID, the Defense Department and others. An additional $212 million was to write off debt.

The heart of the request was $1.15 billion in new reconstruction funds.
A week later, Clinton touted that figure in front of representatives of 50 nations at the U.N. secretariat, the president of Haiti at her side.
"If the effort to rebuild is slow or insufficient, if it is marked by conflict, lack of coordination or lack of transparency, then the challenges that have plagued Haiti for years could erupt with regional and global consequences," Clinton said.
That was nearly six months ago. It took until May for the Senate to pass a supplemental request for the Haiti funds and until July for the House to do the same. The votes made $917 million available but did not dictate how or when to spend it. Without that final step, the money remains in the U.S. Treasury.
Then came summer recess, emergencies in Pakistan and elsewhere, and the distractions of election politics.
Now the authorization bill that would direct how the aid is delivered remains sidelined by a senator who anonymously pulled it for further study. Through calls to dozens of senators' offices, the AP learned it was Sen. Tom Coburn, a Republican from Oklahoma.
"He is holding the bill because it includes an unnecessary senior Haiti coordinator when we already have one" in U.S. Ambassador Kenneth Merten, Coburn spokeswoman Becky Bernhardt said.
The bill proposes a new coordinator in Washington who would not oversee U.S. aid but would work with the USAID administrator in Washington to develop a rebuilding strategy. The position would cost $1 million a year for five years, including salaries and expenses for a staff of up to seven people.
With the bill on hold, the State Department is trying to move the money along by avoiding Congress as much as possible. It sent lawmakers a "spending plan" on Sept. 20 and gave legislators 15 days to review it. If they fail to act on the plan, the money could be released as soon as specific projects get the OK.
"We need to make sure that the needs of the Haitian people are not sacrificed to procedural and bureaucratic impediments," Senate Foreign Relations Committee chairman John Kerry told the AP by e-mail. "As we approach nine months since the earthquake, further delays on any side are unacceptable."
Asked when the money will actually come, State Department spokesman Charles Luoma-Overstreet said the department expects to start spending in the coming weeks and months. He added that $275 million in "bridge" funds were released in March and have gone toward agriculture, work, health and shelter programs - not long-term reconstruction.

Haitian advocates say that is not enough.
Jean-Claude Bajeux of the Ecumenical Center for Human Rights in Port-au-Prince said this phase was supposed to be about building semi-permanent houses.
"Where are they? We haven't seen them," he said. "There is not much money that is being used. There is not much work that has actually been done."
Of course there is no guarantee that the money would lead to the successful rebuilding of Haiti. Many past U.S. aid efforts have fallen short.
"I don't think (the money) will make any difference," said Haitian human rights advocate Pierre Esperance. "Haitian people are not really involved in this process."
But officials agree the funds could pay for new approaches to make Haiti more sustainable, and rebuilding projects could improve millions of lives.
The AP found that $874 million of the funds pledged by other countries at the donors conference was money already promised to Haiti for work or aid before the quake. An additional $1.13 million wasn't ever going to be sent; it was debt relief. And $184 million was in loans to Haiti's government, not aid.
The Office of the Special Envoy has been tracking the money delivered so far but does not know who got it. The envoy himself, former President Bill Clinton, told the AP in July and again in August that he was putting pressure on donors to meet their pledges.
On the streets of Haiti, many simply feel abandoned. Mishna Gregoire, 22, said she was happy when she heard about the donors conference. But six months later she is still in a tarp city with 5,000 other people, on a foul-smelling plaza in the Port-au-Prince suburb of Petionville.
"I thought it was something serious they were really going to do," Gregoire said, standing amid tarps torn apart by the sudden storm. "But nothing has been done. And I don't think anything will be done."
Associated Press writers Jonathan M. Katz reported his story from Port-au-Prince and Martha Mendoza from Santa Cruz, Calif.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/28/v-fullstory/1846712/ap-impact-haiti-still-waiting.html#ixzz113ex7HVT

US names special coordinator for Haiti response

BY JONATHAN M. KATZ

ASSOCIATED PRESS WRITER
PORT-AU-PRINCE, Haiti -- The U.S. State Department has named a special coordinator to oversee Washington's reconstruction plans in earthquake-ravaged Haiti amid complaints about the lagging of promised aid money.
Two officials at the department told The Associated Press on Wednesday that Thomas C. Adams has already started on the job. The officials agreed to discuss the move only if not quoted by name because the appointment had not been made public.
The disclosure came a day after the AP reported that none of the $1.15 billion in reconstruction aid pledged by the U.S. at a donors' conference in March has arrived.
Complaints about the slow delivery of promised reconstruction money on the part of nearly all countries who participated in the conference has been going on for months. Just 15 percent of the money promised for 2010-11 has been delivered, according to the office of U.N. Special Envoy to Haiti Bill Clinton - and none from the United States.
Washington has provided $1.1 billion in humanitarian aid since the quake, but rebuilding cannot begin without the promised longterm reconstruction funds from the U.S. and others.
In the meantime, 1.3 million Haitians remain on the streets nearly nine months after the magnitude-7 earthquake, living in miserable conditions and dying in storms.
The funds were approved by Congress over the summer but cannot be released until a plan for spending the money is formalized. The State Department sent lawmakers one such plan Sept. 20 and gave legislators 15 days to review it. Whether they act or not, the money can be released as soon as the review period expires.
The Obama administration is "in the final phase of working with them (Congress) on the release of supplemental funding to implement our long-term strategy," said State Department adviser Caitlin Klevorick, who works on Haiti.
Officials said the money could be made available within the coming weeks.
Meanwhile, the Senate Foreign Relations Committee drafted a more detailed authorization bill that could also release the money. That is being held up by Sen. Tom Coburn, a Republican from Oklahoma, who placed a "hold" on the bill because he objected to the creation of such an office, which he says would duplicate the role of the U.S. ambassador to Haiti.
Coburn's office did not immediately respond to a request for comment on Adams' appointment.
Klevorick also disputed the heightened criticism about aid funds not being delivered. She said $300 million in previously committed spending during that time has gone to water, food, shelter, health and longer-term projects such as agriculture and the creation of a center to train Haitians to work in garment factories.
The Haiti special coordinator's office will oversee diplomatic relations with Haiti and reconstruction strategy, according to an internal State Department memo on Adams' appointment obtained by the AP. Legislators proposed financing the office at $5 million a year for five years and employ up to seven people.
is a 35-year veteran of the State Department, the memo says. He was previously coordinator of assistance to Europe and Eurasia, overseeing aid to 18 former states of the Soviet Union and eastern Europe.
Associated Press Writer Matthew Lee in Washington contributed to this report.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/29/1848974/us-names-special-coordinator-for.html#ixzz113dd4G1X

Une procédure judicaire sera bientôt lancée contre Evans Lescouflair

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Evans Lescouflair, comparaîtra dans les prochains jours par devant les autorités judicaires dans le cadre de l'enquête sur un viol homosexuel. Le chef de l'état, René Préval a répondu favorablement à la requête du ministre des sports lequel avait manifesté sa volonté de comparaître par devant le chef du Parquet de Port-au-Prince. Le commissaire du gouvernement près le tribunal civil de Port-au-Prince, Aristidas Auguste devra réaliser une audition avant de transmettre le dossier à un juge d'instruction. Au début du mois d'août 2010 une plainte avait été déposée à l' encontre de M. Lescouflair par un ex employé de l'ONG Cedaj, Willio Dor. Il accuse le ministre des sports de l'avoir sodomisé en le menaçant avec son arme à feu.
Une source digne de foi a révélé à radio Métropole que contrairement aux informations diffusées, le président Préval n'a été informé du dossier. La lettre du commissaire du gouvernement sollicitant l'autorisation du chef de l'Etat pour l'audition de M. Lescouflair aurait abouti au siège de la présidence le mercredi 29 septembre.
Une rencontre, entre le conseil des avocats de M. Lescouflair et le chef du Parquet, est prévue ce jeudi 30 septembre. Elle devrait permettre de préparer l'audition prochaine du ministre des sports.
Les autorités judiciaires devront rétablir la vérité en confrontant les graves accusations de M. Willio Dor aux dénégations de M. Lescouflair.
LLM / radio Métropole Haïti

Jacques Gabriel annonce la réhabilitation de plusieurs tronçons de route

Le ministre des travaux publics, Jacques Gabriel, fait état de la réalisation de certains travaux de réfection des infrastructures routières dans la région métropolitaine. Ces travaux sont réalisés afin d'améliorer la circulation des véhicules à l'occasion de la rentrée scolaire. Les deux plus grands chantiers se déroulent à Carrefour (sud de la capitale).
L'entreprise Encontra devra dans les prochains jours achever la construction de deux dalots à Mariani. La nouvelle chaussée est déjà disponible et les techniciens s'affairent à préparer les deux jonctions. Ce tronçon de route relie la région métropolitaine aux départements du sud, du sud-est, des Nippes et de la Grand-Anse.
La route des rails, qui représente un nouveau tronçon de la Nationale # 2, pourra bientôt entrer dans la phase d'achèvement. Le ministre des travaux Publics confirme qu'un premier versement sera accordé au cours de cette semaine à l'entreprise Vorbe et Fils, chargée de l'exécution du projet. Des travaux de réfection seront également réalisés sur d'autres artères perpendiculaires à la route de Carrefour.
Les tronçons de routes de cette commune souvent exigus ou défectueux sont les principales causes des bouchons sur le boulevard Jean Jacques Dessalines.
En outre les techniciens du Service d'Entretien des Equipements Urbains et Ruraux (SEEUR) réalisent de petites interventions sur plusieurs artères de la région métropolitaine. La nouvelle flotte de 20 camions du SEEUR a été mise a contribution pour la réalisation de ces travaux ainsi que le déblaiement des sites et le curage des ravins.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18289

Les radios francophones à Haïti pour les élections

Publié le 30 septembre 2010 Nathalie Collard, La Presse
Radio-Canada joindra ses ressources à celles des trois autres membres des radios francophones publiques pour couvrir les élections en Haïti le 28 novembre prochain. Ce projet a été annoncé hier au terme d'une rencontre durant laquelle le président sortant de l'association, Jean-Luc Hees de Radio-France, a passé le flambeau à Sylvain Lafrance, actuel vice-président des services français de Radio-Canada.
L'association, qui comprend aussi la Suisse et la Belgique, produit plusieurs émissions diffusées sur la Première chaîne de Radio-Canada, dont La librairie francophone; Bashung, de l'aube à l'aube, etc.
Les directions de l'information doivent se rencontrer à la fin de cette semaine pour discuter des grandes lignes de cette couverture extraordinaire qui amènera des journalistes des quatre pays sur le terrain, en Haïti.
Les représentants de la radio affichaient un air satisfait hier au terme d'une rencontre de deux jours qui leur aura permis d'échanger sur les grandes tendances en radio. «Dans cette crise qui secoue les médias, la radio est celle qui tire le mieux son épingle du jeu», a noté Sylvain Lafrance. Parmi les projets communs des radios francophones publiques, il y a la couverture du prochain Sommet de la francophonie à Montreux, en Suisse, ainsi qu'une série consacrée à Charles Trenet.

Michaëlle Jean remercie les Canadiens

Publié le 30 septembre 2010 à 13h49

La Presse Canadienne, Ottawa
À l'occasion de sa dernière journée complète à titre de gouverneure générale du pays, Michaëlle Jean a transmis jeudi une lettre de remerciements aux Canadiens.
La missive relate les hauts et les bas de son règne de cinq ans, mais ne fait que survoler sa gestion de la crise qui a mené à la prorogation du Parlement, en décembre 2008. Mme Jean estime que cette décision aura incité plusieurs Canadiens à s'interroger sur notre système et sur le fonctionnement de nos institutions.
Cette décision pourrait aussi assurer sa place dans les livres d'histoire du Canada, mais elle n'y consacre qu'un seul paragraphe dans sa lettre.
Les remerciements de Mme Jean surviennent au moment où un nouveau livre révèle que le premier ministre Stephen Harper était prêt à court-circuiter la gouverneure générale et consulter la reine Elisabeth II pour arriver à ses fins.
Dans sa lettre, Mme Jean traite également de ses voyages à l'étranger, ses efforts pour rapprocher les gens, et du déchirant séisme qui a ravagé Haïti, sa terre natale.

«Coup d'État» en Équateur: le président Correa séquestré?

Publié le 30 septembre 2010
Agence France-Presse, Quito
Le vice-président équatorien, Lenin Moreno, a déclaré jeudi à la télévision locale que des policiers rebelles avaient tenté de séquestrer le président Rafael Correa, réfugié dans un hôpital de Quito cerné par des membres des forces de l'ordre protestant contre son gouvernement.
«Un groupe d'asociaux a tenté de séquestrer le président de la République», a déclaré M. Moreno à la télévision équatorienne depuis Guayaquil, grande ville portuaire du sud-ouest du pays.
Le président vénézuélien Hugo Chavez, grand allié de M. Correa, a déclaré à Caracas avoir parlé quatre fois avec lui au téléphone et affirmé qu'il était «séquestré» dans un hôpital de la police avec un petit groupe de collaborateurs. Il a ajouté craindre pour sa vie.
Une délégation de policiers rebelles a organisé une réunion avec M. Correa jeudi après-midi dans cet hôpital, selon l'agence officielle équatorienne Andes.
L'agence précise que la réunion a porté sur une loi réduisant certaines primes des membres des forces de l'ordre, à l'origine du mouvement de protestation de policiers et de militaires qui se sont emparés de commissariats et de l'aéroport de Quito.
Le président socialiste Rafael Correa a dénoncé jeudi une «tentative de coup d'État» alors que des militaires ont occupé l'aéroport international de Quito, et que des policiers se sont emparés du Congrès.
Militaires et policiers s'opposent à une loi supprimant le versement de certaines de leurs primes à l'ancienneté.
Le chef de l'armée ordonne aux putschistes de se rendre
Le commandant des forces armées équatoriennes, le général Ernesto Gonzalez, a ordonné jeudi aux policiers qui se sont soulevés contre le gouvernement de se rendre, assurant que leurs droits seraient respectés.
Le commandant Ernesto Gonzalez avait annoncé plus tôt qu'il soutenait le gouvernement de Rafael Correa, se désolidarisant des militaires qui ont pris l'aéroport.
Le gouvernement équatorien a déclaré l'état d'urgence dans le pays.
«Les forces armées, avec le professionnalisme qui les caractérise, sont en train de prendre des mesures, dans le cadre de la Constitution et de la loi, et vont garantir l'ordre public puisque des membres de la police nationale ont abandonné leurs postes de façon irresponsable», a déclaré le ministre de la Sécurité, Miguel Carvajal.
Selon lui, «toute la police n'est pas dans l'insubordination».
Le «coup d'État» condamné par Washington et La Havane
Le gouvernement cubain de Raul Castro a condamné la tentative de «coup d'État» contre le président socialiste équatorien Rafael Correa, et a appelé les Etats-Unis à la rejeter aussi, juste avant une déclaration américaine en ce sens.
«Cuba condamne et exprime le plus ferme rejet du coup d'État qui se déroule en Équateur», a déclaré à la presse le ministre des Relations extérieures, Bruno Rodriguez, en disant parler sur «instructions» du président Raul Castro.
L'île communiste «appelle le gouvernement des États-Unis à se prononcer contre le coup d'État. Une omission le rendrait complice de cette tentative de coup d'État», a poursuivi le ministre en mettant en cause «l'oligarchie équatorienne et des groupes de conspiration» visant à déstabiliser le pays et la région.
Peu après cette déclaration, la représentante américaine à l'Organisation des Etats américains (OEA), Carmen Lomellin, a dénoncé toute tentative de violer l'ordre constitutionnel de l'Equateur, au cours d'une réunion extraordinaire des pays de l'OEA dont Cuba, sous embargo américain depuis 48 ans, ne fait pas partie.
«Nous apportons notre soutien au gouvernement démocratique en Équateur. Nous apportons notre soutien au gouvernement du président Correa», a ajouté Carmen Lomellin.
Le département d'État américain avait annoncé plus tôt suivre «de près» la situation en Équateur où des militaires ont pris possession de l'aéroport de Quito et des policiers du Congrès pour protester contre une réforme d'austérité du président Correa.
«Cette tentative a pour but de réduire au silence la voix de l'Équateur du président Correa» qui «dénonçait la politique interventionniste des États-Unis», a estimé le ministre cubain, ajoutant que ce coup visait «en définitive à restaurer la domination de l'impérialisme» dans la région.
L'Équateur fait notamment partie avec Cuba, le Venezuela, la Bolivie et le Nicaragua de l'Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), un regroupement de pays de gauche qui avaient mis en cause Washington dans le coup d'État qui avait renversé en juin 2009 le président de gauche du Honduras Manuel Zelaya.
Le président vénézuélien Hugo Chavez a appelé jeudi les pays de l'ALBA à se porter au secours de Rafael Correa.
L'Équateur: un pays instable
La rébellion de policiers et de militaires illustre une nouvelle fois l'instabilité chronique de ce pays sud-américain, théâtre de nombreux soulèvements depuis le retour de la démocratie en 1979.
Ces treize dernières années, depuis 1997, l'Équateur a connu huit présidents différents.

2010: Rafael Correa, un allié du président vénézuélien Hugo Chavez, fait face à une rébellion de militaires et de policiers apparemment déclenchée par la réduction de leurs primes d'ancienneté. M. Correa a été élu une première fois en 2007, puis réélu en 2009 après l'adoption d'une nouvelle Constitution. Son mandat expire en 2013. Il a dénoncé jeudi une tentative de coup d'État.
2005: Le colonel Lucio Gutierrez, élu président pour la période 2003-2007, est renversé après des manifestations populaires et la déclaration de l'abandon de son poste en avril 2005 par le Congrès. Il est remplacé par le vice-président, Alfredo Palacio.
2000: Jamil Mahuad, élu pour la période 1998-2003, est renversé par un coup d'État après une rébellion indigène soutenue par un groupe d'officiers de l'armée mené par Lucio Gutierrez. Le vice-président Gustavo Noboa prend la place de M. Mahuad.
1997: Abdala Bucaram, élu pour la période 1996-1998, est destitué par le parlement qui a déclaré son incapacité mentale pour exercer la présidence. La vice-présidente Rosalia Arteaga occupe temporairement son poste avant de le céder au président par intérim Fabian Alarcan, élu par le parlement. Des élections anticipées sont convoquées.