POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 21 août 2011

Rebuilding Haiti: How Not to Do it

Tim Worstall, Contributor
I write about business and technology.
BUSINESS
8/21/2011 @ 6:35AM
I'm a Fellow at the Adam Smith Institute in London, a writer here and there on this and that and strangely, one of the global experts on the metal scandium, one of the rare earths. An odd thing to be but someone does have to be such and in this flavour of our universe I am.
The author is a Forbes contributor. The opinions expressed are those of the writer.
TIM WORSTALL’S POPULAR POSTS



This piece at Rolling Stone is a guide to how not to go about rebuilding a devastated country like Haiti. Apparently, sending all the really bright people to plan things and giving them all the money they could possibly want doesn’t work. Who knew?
It’s worth reading all nine pages of it it: it might depress you or it might enrage you but there is a lesson to be learned. A few snippets that help to make my point:
The dysfunction, say reconstruction officials, was like nothing they’d ever seen. “I wish I could organize a trip of Tea Party activists and take them to Haiti, so they could see what happens if they have a country with no government,” says Earl Kessler, an urban-disaster consultant for USAID. A central complaint was the lack of strategy: The “Action Plan,” while laying out the core priorities for Haiti’s recovery, didn’t go into many specifics. That left it up to Haiti’s ministries to devise their own plans. Some, like the health and agriculture ministries, came up with robust strategies. But in other key areas — housing, debris removal, waste management — nothing happened. Some Haitian ministers simply refused to pick up the phone; others demanded large payoffs before they’d sign off even on small plans.
“I’ve had two ministers come up to me this week, personally, and ask what’s in it for them,” says a frustrated IHRC official. “But that’s how this game gets played down here. He who has the most money buys the best minister, and gets the work. And since money grows on trees in this disaster, the attitude among Haitian officials is: Just call up your buddies in Washington, and they’ll send another check.”
We’ll come back to that Tea Party point in a moment. Just note that the government that Haiti has isn’t doing them a lot of good at the moment.
Sanitation remains a major problem. There is no functioning waste system outside of Haiti’s cities, making toilets that rely on water impossible. In the Croix de Bouquets area near Port-au-Prince, where USAID intended to build dozens of small dwellings known as “core homes,” planners had come up with an alternative solution — compost toilets — but USAID wouldn’t accept it. “They claimed it didn’t comply with U.S. codes,” recalls Vastine, who spent months working on the project. “But you cannot provide the kind of toilet mechanisms we have in the U.S. in most parts of Haiti. Simply to build the infrastructure would cost tens of millions of dollars.” The entire “core home” project, which cost $53 million, according to Vastine, wound up spending about a third of the money trying to replicate American-style toilets for Haitian refugees. “It was ridiculous,” says Vastine.
Foreign government rules don’t seem to be doing much good either. While they were arguing about whether to build toilets to US code or not a cholera epidemic was sweeping through the country killing hundreds, if not thousands. Cholera being one of these diseases prevented by simply making sure that defecation isn’t taking place into the water supply: it really is that simple and doesn’t require codes of any kind.

The home grown bureaucracy wasn’t any better:
An official from an international aid agency notes that Port-au-Prince is now overflowing with waste, yet 52 disposal trucks that have been imported to handle it are still sitting in customs.
And yet things are getting done:
In Port-au-Prince, however, the one true achievement of “building back better” was engineered not by the Haitian government or the IHRC or the State Department, but by Haiti’s largest employer — the telecommunications giant Digicel. The company’s founder, Denis O’Brien, is a major Clinton Foundation contributor and chairman of the Clinton Global Initiative’s Haiti Action Network, a consortium of largely private-sector partners who have committed more than $224 million to reconstruction projects. In February 2010, only a month after the earthquake, O’Brien embarked on a project to rebuild the Iron Market, a 120-year-old marketplace in downtown Port-au-Prince, contributing $12 million of his own money to do so. The project took just 11 months. Bill Clinton, who has cast O’Brien as the model philanthrocapitalist, lauded the Irish billionaire as a “catalyst” for positive change. The reconstructed landmark was the only project “of any scale” to be completed in Haiti, said John McAslan, a British architect whose firm worked to restore the Iron Market. “It’s amazing it’s been so fast,” he said. “It could have taken five years without such a determined client.”
That’s enough for us to be able to provide some sort of advice.
We’ve seen that taking all the bright people from the aid agencies, the Clinton Administration (this is not a reflection upon the Clintons personally, rather the mindset that wonks with plans are going to be able to do things) and giving them all the money they could possibly need doesn’t in fact rebuild a shattered economy. This isn’t the way to provide toilets: nor is being over-respectful of “democracy” or the established institutions such as the Customs Service. These are simply opportunities to extract bribes.
The one piece of effective reconstruction mentioned has been done by a private sector entrepreneur in pursuit of profit.
What’s so sad about all of this, the wasted money, lives, is that we in fact already knew this. We’ve seen it happen before. Some 20 % of Haiti’s housing was destroyed in this earthquake. Some 20% of Germany’s housing was destroyed in WWII. How did they manage to rebuild?
After World War II the German economy lay in shambles. The war, along with Hitler’s scorched-earth policy, had destroyed 20 percent of all housing. Food production per capita in 1947 was only 51 percent of its level in 1938, and the official food ration set by the occupying powers varied between 1,040 and 1,550 calories per day. Industrial output in 1947 was only one-third its 1938 level. Moreover, a large percentage of Germany’s working-age men were dead. At the time, observers thought that West Germany would have to be the biggest client of the U.S. welfare state; yet, twenty years later its economy was envied by most of the world. And less than ten years after the war people already were talking about the German economic miracle.
What caused the so-called miracle? The two main factors were currency reform and the elimination of price controls, both of which happened over a period of weeks in 1948. A further factor was the reduction of marginal tax rates later in 1948 and in 1949.
There really are times when less is more.
We might also think of Adam Smith’s point that there’s a lot of ruin in a nation. We in the rich nations can afford to have those wonks with their plans crawling all over our lives. Sure, low flush toilets are an annoyance we could do without and they don’t do much good either but they are just that, an annoyance. The insistence upon them does not mean children dying of cholera, evacuating their guts into the gutters. However, people in poor places cannot afford that: there isn’t a nation there to ruin. Which is why we need to turn to that capitalism red in tooth and claw to build one before we have the luxury of allowing the do-gooders to waste that slice off the top with their plans.

For, and this is the important thing not our desires or morals, we know that it works. We know that in extremis ripping up the rules and simply getting on with voluntary exchange unencumbered by rules and regulations, however well meaning they may be, produces the wealth that enables people to stay alive.
Or as Joan Robinson pointed out, the only thing worse than being exploited by capitalism is not being exploited by capitalism. So get rid of the rules that prevent that exploitation.
Which brings us back rather neatly to that Tea Party point mentioned at the beginning. When you’ve bad government, when you’ve government that is falling over its own feet, when you’ve government that is preventing the wealth creation that will enable people to thrive, heck, when you’ve government that is killing people by insisting upon protecting the governors’ ability to make a buck then yes, it really is true that the solution is less government.
And isn’t that an interesting lesson to learn from Bill Clinton’s attempts to rebuild Haiti?
http://www.forbes.com/sites/timworstall/2011/08/21/rebuilding-haiti-how-not-to-do-it/2/

Storm Irene prompts hurricane warning in Puerto Rico

Tropical storm on a track toward Florida MIAMI — A hurricane warning was issued Sunday for Puerto Rico and the northern Coast of the Dominican Republic as Tropical Storm Irene dumped heavy rain in the Caribbean.

The storm could hit southern Florida by the end of the week.
Forecasters at the U.S. National Hurricane Center in Miami said Irene could become a hurricane by Monday.
At 2 p.m. Sunday, the storm had maximum sustained winds of 50 mph and was moving west-northwest at 18 mph. Sustained winds must reach 74 mph for the storm to become a hurricane.
The warning in the Dominican Republic stretches from its border with Haiti in the south to Cabo Frances Viejo on the north coast.
Meanwhile, a hurricane watch has been issued for the U.S. Virgin Islands. A tropical storm warning is in effect for Haiti, the U.S. Virgin Islands and other islands.
Irene was 185 miles east-southeast of Ponce, Puerto Rico. It was expected to pass near Puerto Rico sometime late today.
Tropical storm warnings have been issued for the U.S. Virgin islands as well as a host of nearby islands.
Irene could bring dangerous storm surge to the coasts of Puerto Rico and the Dominican Republic.
---On the Web: www.nhc.noaa.gov.

Haiti : Alerte rouge 24 heures avant le passage de la tempête tropicale Irène

P-au-P, 21 août 2011 [AlterPresse] --- Les autorités haïtiennes ont décrété l’alerte rouge en prévision d’une tempête tropicale baptisée Irène qui doit toucher les côtes de l’Île d’Haïti dans la journée du lundi 22 août, apprend l’agence d’information en ligne AlterPresse. Irène a pris naissance à l’Est des petites Antilles et présentait dans la soirée du 20 aout des vents atteignant la vitesse de 50 kilomètres par heure.
Selon sa trajectoire, elle doit également frapper l’ile de Cuba dans la journée du mercredi 24 août.
Le passage de la tempête Emily le 4 août dernier a fait un mort et occasionné quelques dégâts.[rh gp apr 21/08/2011 11 :00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article11417

La Présidence a offert 3,5 millions de gourdes à un particulier pour la Notre-Dame, dénonce le maire des Cayes

Mécontent d’avoir été traité en parent pauvre, Yvon Chéry exige une enquête de l’ULCC et des explications du Palais National qui aurait ordonné au ministère de la planification d’émettre un chèque à l’ordre de Marinio Jeune, responsable d’une association culturelle non reconnue qui s’est substituée aux autorités communales dans l’organisation de la fête patronale de la troisième ville du pays, le 15 août
Publié le vendredi 19 août 2011
Le maire des Cayes (sud), Yvon Chéry, a dénoncé vendredi l’implication de la Présidence dans l’attribution d’un chèque de 3,5 millions de gourdes à un particulier qui devait organiser, la semaine dernière, les festivités de la Notre-Dame, patronne de la troisième ville du pays, et le festival musical de Gelée.
Suivant les recommandations de l’administration présidentielle, le ministère de la planification et de la coopération externe avait, en effet, émis ledit chèque à l’ordre de Marinio Jeune, responsable de « Kay Art », une organisation culturelle locale qui ne bénéficierait d’aucune reconnaissance légale.
Dans une interview à Radio Kiskeya, Yvon Chéry accuse Hervé Fourcand, un proche du Président Michel Martelly, d’avoir utilisé un document de la mairie en vue de permettre à M. Jeune de recevoir les 3,5 millions de gourdes au nom des autorités communales.
Dépourvue de ressources financières pour faire face aux exigences de la traditionnelle fête champêtre du 15 août, la mairie était mal lotie contrairement à Marinio Jeune. Simple citoyen de son état, c’est même lui qui a offert à M. Chéry un montant de 250.000 gourdes, a reconnu l’édile des Cayes.
Il soutient avoir choisi de ne pas empêcher la tenue du festival de Gelée par respect pour les nombreux pèlerins et fêtards –estimés à 20.000- qui avaient fait le déplacement.
Le maire annonce une double action de son administration face à cette grave anomalie. Des explications seront réclamées de la Présidence tandis que l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC) va être saisie du dossier en vue d’ouvrir une enquête sur l’origine du fameux chèque et les raisons ayant déterminé le choix de son bénéficiaire.
Ce présumé scandale -que plusieurs autres auraient déjà précédé depuis l’arrivée au pouvoir de Michel Martelly- tombe très mal pour le chef de l’Etat en pleine semaine de promotion de la bonne gouvernance. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7986

Des individus ouvrent le feu sur le ministère de la justice

Le chef du parquet de Port-au-Prince, Sonel Jean-François, a annoncé vendredi soir l’ouverture d’une enquête sur cet incident qui n’a pas fait de victime
Publié le vendredi 19 août 2011
Des inconnus ont tiré vendredi en fin d’après-midi des coups de feu en direction des locaux du ministère de la justice et de la sécurité publique sans faire de victime, lequel incident a immédiatement entraîné l’ouverture d’une enquête, a appris Radio Kiskeya auprès du commissaire a.i du gouvernement de Port-au-Prince, Me Sonel Jean-François.
Un projectile a été retrouvé au bureau du directeur général du ministère après avoir percé le toit.
Les agents de sécurité présents ont entendu des détonations sans toutefois riposter.
Aucune arrestation n’a été effectuée.
Agissant sous mandat du chef du parquet, la police judiciaire s’est rendue sur les lieux où ellel a relevé les indices nécessaires au déroulement de l’enquête.
Evitant pour l’instant de commenter cette attaque, Me Jean-François souligne que la police scientifique devrait rapidement procéder à une analyse balistique de la douille récupérée au ministère de la justice.
Cet incident intervient dans un contexte marqué par une nouvelle montée en puissance de l’insécurité avec la multiplication, ces derniers jours à la capitale, d’actes de banditisme caractérisés.
Le Président Martelly a annoncé cette semaine que le prochain titulaire du ministère de la justice et de la sécurité publique sera Me Josué Pierre-Louis qui y a été viré de son poste de directeur général sous l’ancienne administration Préval. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7987

PM désigné : Rencontre entre le chef de l’Etat et les deux présidents du Parlement

Le patron du Sénat Rodolphe Joazile estime que Michel Martelly devrait être en mesure de révéler, la semaine prochaine, le nom de son nouveau candidat à la Primature moyennant la poursuite de la recherche d’un consensus politique autour de sa ratification Publié le samedi 20 août 2011
Le président du Sénat, Rodolphe Joazile, et son collègue de la Chambre basse, Sorel Jacinthe, ont eu vendredi leur première rencontre avec le chef de l’Etat, Michel Martelly, dans le cadre des consultations devant aboutir à la désignation d’un nouveau Premier ministre.
Interrogé par Radio Kiskeya, le Sénateur du nord-est a fait savoir que cette réunion, d’une durée de trois heures, s’est déroulée dans la résidence officielle du chef du gouvernement sortant, Jean-Max Bellerive.
Outre le choix d’un autre Premier ministre après les échecs successifs de Daniel Rouzier et de Bernard Gousse, les discussions ont porté sur d’autres sujets d’intérêt national, a poursuivi le Sénateur Joazile qui souligne que le nom d’aucun Premierministrable n’a été évoqué.
Il dit espérer que le Président Martelly fera connaître la semaine prochaine sa décision conformément aux prescrits de la constitution.
Parlant du profil idéal du candidat recherché, le parlementaire insiste sur le fait qu’il doit être honnête, compétent, ouvert au dialogue, capable de minimiser les risques de polarisation politique de la société et de conduire des politiques publiques répondant aux besoins et aspirations de la population.
Rodolphe Joazile affirme que le vœu du Parlement est la formation rapide d’un nouveau gouvernement qui aura pour tâche de relever les grands défis de l’heure.
Dans ce sens, le numéro un du Grand Corps appuie la nouvelle approche de Michel Martelly consistant à discuter avec les différents blocs parlementaires dans le but de constituer une majorité qui assurera la ratification du successeur potentiel de Jean-Max Bellerive.
Arrivé au pouvoir il y a trois mois, le chef de l’Etat n’a pu profiter de la traditionnelle période de grâce et mettre en place son gouvernement après s’être révélé, par deux fois, incapable de trouver un consensus avec les forces politiques représentées au Parlement. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7988

L'équipe haïtienne de judo a préparé les championnats du monde sur « le Plus Grand Terrain de jeux »

dimanche 21.08.2011, 05:09 -
La Voix du Nord
Les judokas se sont retrouvés au complexe sportif Vanuxem deCoudekerque-Branche.
ENTRAÎNEMENT
Dans le cadre du programme le Plus Grand Terrrain de jeux, le complexe sportif ...
Philippe-Vanuxem, à Coudekerque-Branche, a accueilli, cette semaine, la délégation haïtienne de judo. « La ville de Dunkerque a signé une convention avec le ministère des Sports haïtien. Elle a invité l'équipe nationale de judo haïtienne à venir s'entraîner ici », explique l'une des chargées de mission de la CUD.
« Avec le Plus Grand Terrain de jeux, les territoires associés au projet (Nord, Pas-de-Calais, Côte d'Opale et West-Vlaanderen) accueillent environ cent soixante-dix équipes olympiques et paralympiques par an, depuis 2005. Mais c'est la première fois qu'une équipe haïtienne vient ici. Les judokas étaient hebergés par la nouvelle auberge de jeunesse L'Escale, à Dunkerque », poursuit-elle.
L'équipe haïtienne est constituée de cinq judokas, qui ont entre 19 et 25 ans : Linouse Desravines, Peterson Meneus, Réginald Altenor, Abdias Lamour et Richardson Duverger. Ils sont arrivés directement de Haïti, le 10 août, pour se préparer aux championnats du monde de judo, qui auront lieu la semaine prochaine à Paris-Bercy.
« Ici, c'est parfait »
Ces cinq athlètes étaient accompagnés et soutenus par leur coach, Antoine Vertus. Il vient de Port-au-Prince. Lui-même fait du judo depuis vingt ans. Il est ceinture noire, quatrième dan, et pour lui, le judo est une véritable passion. « La ville est parfaite. Quand je suis arrivé ici, j'ai été très bien accueilli. La salle de judo aussi est parfaite », a-t-il estimé.
Toute la semaine, Antoine Vertus a assuré la « préparation technique » des judokas. « Chaque matin, ils doivent réaliser un programme sportif de préparation. Ils commencent la musculation à 6 h 30 du matin ! ».
Antoine Vertus et ses cinq athlètes sont très motivés et décidés à surmonter les difficultés qu'a connues leur pays. « À Haïti, depuis le 12 janvier 2010, il y a eu beaucoup de problèmes. C'est un pays pauvre, mais on a fait beaucoup d'efforts, et surtout en judo. L'équipe d'Haïti a participé à toutes les compétitions possibles. Par exemple, les Jeux olympiques de la Jeunesse, à Singapour, en 2010, et la Coupe du monde, à Budapest, en 2009 et en 2010. » L'équipe d'Antoine Vertus a donc déjà beaucoup voyagé, mais selon le coach, même « s'il y a des différences de techniques et d'entrainement selon les endroits, c'est quand même toujours le même judo ».
En ayant l'occasion de participer aux championnats du monde, mardi, l'objectif du coach est déjà atteint. Mais de bons résultats en prime permettraient à l'équipe haïtienne de participer aux Jeux olympiques de Londres en 2012.
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Dunkerque/actualite/Secteur_Dunkerque/2011/08/21/article_l-equipe-haitienne-de-judo-a-prepare-les.shtml