POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 31 janvier 2010

Haiti : Viols, pillages... La PNH débordée

Mario Andrésol, directeur de la PNH (Police Nationale Haïtienne) dénonce de nouvelles formes de violence, viols, pillages... qui sont apparues après le séisme du 12 janvier, il dit aussi être inquiet de la recrudescence de l'insécurité dans la capitale. 
"A la faveur du black-out qui sévit sur la capitale d'Haïti, des bandits en profitent pour harceler et violer femmes et jeunes filles réfugiées sous les tentes" M. Andrésol 
Des organisations de femmes à Port-au-Prince ont déjà dénombré des cas et alerté des instances de l'ONU en Haïti, à l'heure actuelle il n'y a pas de chiffres dénombrant le nombre de victimes. 
7,000 c'est le nombre de bandits, voleurs, violeurs, chefs de gangs qui sont dans les rues, qui sèment la terreur, Mario Andrésol déclare: 
"Nous avons plus de 7.000 bandits dans les rues qui se sont échappés de la prison centrale le soir du séisme. Nous avions mis cinq ans pour les appréhender, ils sont dans la nature aujourd'hui et vont constituer une source de problèmes" 
Avant le séisme les forces de police haïtienne comptaient environ 8,000 personnes, le séisme a causé de lourdes pertes dans les rangs de la PNH déclare le directeur de la PNH: 
"Nous avons perdu 70 policiers et près de 500 sont toujours disparus alors que 400 ont été blessés" 
Avec un effectif réduit la PNH peine à faire face au nouvelle forme de criminalité, viol, pillage en bande organisé etc... Au cours des deux dernières semaines 3,433 policiers ont répondus à l'appel pour une population de plus de 3 millions. 
M. Andrésol souhaite maintenant une meilleure coopération avec les forces étrangères déployées en Haïti afin de réduire la pression sur la police haïtienne. 

RM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16755

Léogâne : Une difficile reprise après le séisme

Le processus de déblayage et de nettoyage de la ville de Léogâne située à l'entrée Sud, de Port au-prince devrait bientôt commencer. L'annonce a été faite par Stanley Laferière , un des responsables du programme des Nations –Unies pour le développement (PNUD), au niveau de la région. 
Selon le responsable de l'agence onusienne, plus d'un millier d'emplois sont déjà créés, alors que 3 mille autres seront bientôt générés, dans le cadre du programme baptisé « Cash for work », financé par le PNUD. 
Entre temps la population Léoganaise se plaint de la mauvaise distribution de l'aide alimentaire dans la cité d'Anacaona , qui a été sérieusement touchée par le séisme du 12 janvier dernier. Des membres de la population avaient gagné les rues lundi dernier. Ils entendaient protester contre la gestion partisane de l'aide destinée aux victimes du séisme. 
Notons qu'à Léogane 90 % des maisons sont détruites ou endommagées, selon les estimations faites par les responsables de la mission des Nations Unies en Haïti (Minustah). 

EJ

L'ONU a déjà récolté plus de 2 milliards de dollars en faveur d'Haïti

2,02 milliards de dollars, c'est la somme des dons promis et récoltés en faveur des sinistrés du séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier dernier, selon un décompte effectué par l'ONU. 
Ce montant " provient des États, d'ONG, de fondations, d'entreprises et de particuliers. 
Sur cette somme, 1,189 milliard de dollars ont été collectés, tandis que 830 millions de dollars sont encore des promesses. 
Ces dons comprennent ceux répondant à l'appel de fonds d'urgence de 575 millions de dollars lancé par l'ONU le 15 janvier. Le bureau de l'Ocha indique ce jeudi que les 575 millions sont financés à hauteur de 77%. L'Ocha a donc collecté 443 millions de dollars et reçu des promesses de dons à hauteur de 12 millions de dollars. 
Le fonds d'urgence doit permettre aux agences humanitaires de l'ONU, comme par exemple le PAM (Programme alimentaire mondial), de financer leurs premières actions après la catastrophe.

RM