POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 20 avril 2010

Haïti: la loi sur la reconstruction est bloquée par l'opposition

Agence France-Presse
Un rassemblement de partis politiques de l'opposition haïtienne a rejeté lundi une loi votée la semaine dernière par le Parlement créant une commission pour la reconstruction du pays, dévasté par le séisme du 12 janvier, arguant qu'elle affaiblissait la souveraineté d'Haïti.
«Cette loi place le pays sur la voie du rétablissement de la dictature, elle accorde les pleins pouvoirs au président René Préval qui va en user et en abuser», s'est alarmé Victor Benoit, dirigeant du regroupement «Alternative» composé de partis de tendances diverses.
La loi soumise par le président René Préval prolonge l'état d'urgence en Haïti pour 18 mois et consacre la création d'une commission internationale pour la reconstruction d'Haïti (CIRH) composée d'Haïtiens et d'étrangers.
La coprésidence de la commission sera assurée par le premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive et l'ancien président américain Bill Clinton envoyé spécial en Haïti du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.
Des pays donateurs ayant contribué aux fonds -5 milliards de dollars pour les 18 prochains mois-, siègeront au sein de la commission qui comptera aussi dans ses rangs de membres de la société civile haïtienne.
«Cette loi vient rétrécir la souveraineté nationale en confiant à des étrangers la responsabilité de conduire un plan de relèvement et de développement national», a dénoncé Judie Roy, dirigeante de l'opposition.
«La population doit se rebeller contre la loi», a appelé Mme Roy, qui estime que l'argent prévu pour reconstruire Haïti retournera aux pays donateurs.
Le ministre haïtien des Finances a pour sa part estimé que la commission va permettre à Haïti d'adhérer à un certain nombre de standards comme la lutte contre la corruption, la lutte contre la pauvreté et la bonne gouvernance.
Haïti a été ravagé par un violent tremblement de terre le 12 janvier qui a fait au moins 220.000 morts et jeté plus d'1,3 million d'Haïtiens à la rue.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/seisme-en-haiti/201004/20/01-4272338-haiti-la-loi-sur-la-reconstruction-est-bloquee-par-lopposition.php

Menace de démission du sénateur Jean William Jeanty

En protestation contre la Loi d’état d’urgence récemment votée dans les 2 chambres lundi 19 avril 2010, Radio Kiskeya
Le Sénateur des Nippes (Sud-Ouest), Jean William Jeanty (élu sous la bannière de KONBA), porte-parole de l’organisation sociopolitique “Konbit pour Refonde Nasyon an” (KOREN), a affirmé lundi ne pas écarter la possibilité de démissionner après le vote de la Loi d’état d’urgence de 18 mois rendant pratiquement caduc le parlement.
L’éventualité de cette démission fait actuellement l’objet de débat parmi les camarades et conseillers politiques du parlementaire.
Jeanty précise que la population des Nippes l’avait élu pour qu’il réalise un travail spécifique au parlement. “Je ne recherchais pas un job et, de ce fait, je n’envisage pas de percevoir régulièrement un chèque pour un travail que je ne fournis pas”, a-t-il déclaré.
Le sénateur Jean William Jeanty fait partie du groupe des 10 sénateurs qui s’étaient opposés au vote de la loi d’état d’urgence au motif que celle-ci confie, pendant les 18 mois, tous les pouvoirs au président René Préval et au Comité Intérimaire de Reconstruction d’Haïti (CIRH).
Cette position est partagée par de nombreux partis et plate formes politiques haïitiens, ainsi que par des organisations de la société civile. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6713
Commentaires:
Et alors?

Ronald Baudin: « L'État n'entend pas marginaliser le secteur privé »

Sur les onde de Radio Métropole, Ronald Baudin, Ministre des finances répond à la question: Peut-on considérer que l'économie haïtienne se remet peu à peu du séisme du 12 janvier ? « En tous cas on y travaille » assure Ronald Baudin, « des accords d'annulation de dettes ont été signés, notamment avec la France pour la remise de 56 millions d'euros et avec la BID pour 479 millions de dollars qu'Haïti lui devait, d'autres pays ont promis d'annuler la dette, en particulier le Vénézuela, mais il tarde » a précisé Ronald Baudin « Bon il y a eu une annonce du Président Vénézuelien suivi par des annonces d'autres officiels, pour ma part, j'ai écris au Ministre de l'économie et des finances du Vénézuela pour lui demander d'expliciter la situation et que l'on ait: ou bien un accord d'annulation de la dette ou bien un échange de correspondances... à ce moment, on saura exactement ce qui est annulé et ce qui ne l'est pas... Nous ne pouvons pas parler de flou, parce que quand un Président fait une annonce on l'a prend au sérieux... »
« 163 millions de dollars on déjà été prélevés sur le fonds Petro-caribe afin d'être injecté dans différents projets, la priorité les infrastructures et la reconstruction des villes détruites par le séisme » précise le Ministre « Dans le nord-ouest c'est pas moins de 15 ponts qui vont être construits presque simultanément, dans la ville du Cap-Haïtien nous allons reconstruire toutes les rues, nous sommes en train de construire des camps plus sécuritaire dans des zones qui ne sont pas exposées, mais après, on va remplacer tous ça par des programmes de logements, des logements sociaux pour les gens qui n'ont pas beaucoup de revenu...»
«L'État n'entend pas marginaliser le secteur privé et compte bien mettre en place un fonds de garanties partielles devant permettre aux banques d'octroyer du crédit aux entreprises, un fonds qui sera financé par plusieurs organismes internationaux. Le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale nous accompagnent dans la dans la mise en place du fond, la BID a accepté de financer à hauteur de 100 millions de dollars sur 5 ans à raison de 20 millions par an. Il y a d'autres institutions qui sont intéressées à contribuer au fonds donc rapidement on va permettre aux entreprises privées de commencer à bénéficier de ce dispositif ».
Actuellement, et pour cause d'urgence, les dépenses de l'État Haïtien ne sont plus encadrées par le budget, même si on essaie de ne pas s'en éloigner trop. Il faudra lors de prochaines rectifications tenir compte des recettes fiscales qui n'atteignent encore que 60% des prévisions et des dépenses extraordinaires. L'économie haïtienne et donc loin d'être convalescente et c'est à peine si on a commencé à lui administrer un traitement.
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17586

Haïti : Situation humanitaire à Saint-Marc

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, David Harland, a effectué une visite de travail à Saint-Marc, le 16 avril 2010 afin d'évaluer sur place la situation humanitaire. M. Harland a visité un centre d'hébergement dans la Cité de Nissage Saget et assisté à une distribution de vivres.
Dès son arrivée, M. Harland s'est rendu sur le site de « Corsaire Night Club », où le Programme alimentaire mondial (PAM) a débuté, le 14 avril 2010, une distribution massive de vivres alimentaires. Un nombre des rations sèches distribuées figurent le riz, l'huile et le haricot.
Jusqu'à la mi-avril, le PAM a distribué 309 tonnes de nourritures aux habitants de la commune de Saint-Marc. Au total, 4.854 familles d'accueil en ont bénéficié. Cette distribution est faite en étroite collaboration avec la Protection civile (PC), qui se charge de l'identification des familles bénéficiaires et de la distribution les cartes de réception des rations.
A Saint-Marc, David Harland a eu l'opportunité de se rendre au Centre d'hébergement de Pivert, l'un des cinq camps de déplacés de Saint-Marc. Celui-ci héberge plus de 100 familles et est géré par la Protection civile. L'occasion pour M. Harland d'échanger avec les responsables dudit centre sur les conditions de vies des rescapés.
« J'ai été très touché par la situation humanitaire. La MINUSTAH se focalise maintenant sur l'appui aux opérations humanitaires. Et c'est très important pour nous de mettre l'emphase sur cette question », souligne M. Harland.
« En effet » comme l'indique l'un des membres du comité directeur du centre, sous le couvert de l'anonymat, « la situation n'est pas comme on le souhaitait, mais l'essentiel est fait ». De poursuivre : « notre plus grande préoccupation pour le moment est d'avoir une activité économique pouvant garantir notre totale indépendance ».
« J'étais impressionné par le travail des différents éléments de la Mission : les militaires argentins et les UNPols [...] pour leur support à la population, aux autorités locales et aux organisations humanitaires » , a fait remarquer M. Harland, au terme de sa visite. MINUSTAH / N / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17592

Le gouvernement veut créer une agence de surveillance des risques sismiques

Le chef de l'Etat haïtien, René Préval, préoccupé par les risques sismiques annonce la création prochaine d'une agence chargée de la surveillance multirisque. M. Préval a présidé samedi dernier une séance de travail avec des officiels de l'ONU et des sismologues visant à préparer une campagne de prévention face aux risques sismiques. Le chef de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti ( Minustah), Edmond Mulet, le représentant adjoint du secrétaire général de l'ONU, Niguel Fisher, et le sismologue Eric Calais avaient pris part à cette rencontre déroulée au quartier général de la mission de l'ONU.
Les participants à cette séance de travail ont identifié les évaluations des bâtiments et des menaces sismiques ainsi que la création de l'agence de surveillance comme les axes principaux du programme. Le gouvernement se propose d'approfondir l'évaluation des édifices lancée depuis plusieurs mois dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Dans une seconde phase les experts devront réaliser une inspection des édifices stratégiques (écoles – hôpitaux etc…) à travers le pays et particulièrement dans les zones se trouvant sur les failles.
Le président Préval révèle avoir sollicité l'appui technique de l'ONU pour la création de l'agence de coordination de surveillance des risques sismiques et de réduction des risques et catastrophes naturelles (séisme, cyclone, inondation. Cette agence ne sera pas une nouvelle structure mais un organe ayant pour tache de coordonner l'action des institutions existantes dont le Bureau des Mines, le Laboratoire National du Bâtiment et la Direction de la Protection Civile (DPC).
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17591
Commentaires:
Monsieur le Président et si on commençait par faire certaines petites choses correctement? Du genre faire respecter certaines lois élémentaires dans la construction et l'occupation des sols?

Les leaders de l'opposition appellent la population à la vigilance

L'opposition haïtienne veut maintenir la pression après l'approbation de la loi d'urgence par le Parlement. Des chefs de file de plusieurs regroupements politiques dont Alternative, Rasanblé, Libération et Ucadde ont lancé hier un appel à la vigilance pour garantir le respect des libertés fondamentales. L'un des chefs de file de l'Alternative, Victor Benoît, critique la loi d'urgence qui restreint les libertés fondamentales garanties par la constitution. La conférence de presse des dirigeants de l'opposition a été une première en raison de la présence d'un des chefs de file de l'Ucadde. Les leaders de l'opposition critiquent la décision des législateurs parce qu'elle place le pays sur la voie de la dictature.
M. Benoît dénonce ce qu'il qualifie de transaction entre le président Préval et des représentants de la communauté internationale visant à contrôler toutes les sphères du pouvoir.
Le président de la Fusion des sociaux-démocrates souhaite un regroupement des dirigeants des partis de l'opposition en vue de faire échec au plan de président Préval lors des prochaines joutes.
Dans la perspective des élections, les dirigeants de ces formations politiques réclament au préalable le renvoi des conseillers électoraux qui ne jouissent selon eux d'aucune crédibilité. Ils font part de leur méfiance vis-à-vis du président Préval qui rappelle t-ils n'a jamais organisé des élections honnêtes et démocratiques.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17590

Haïti: Contrer les effets pervers de l'aide alimentaire sur l'économie

Depuis le tremblement de terre du 12 janvier, l'aide alimentaire arrive tous azimuts vers le pays dévasté. Si cette aide a, dans l'immédiat, sauvé un nombre important de vies, elle risque toutefois d'avoir un effet pervers sur l'économie haïtienne en général et sur les agriculteurs en particulier. Ces derniers, ne produisant en effet que pour une consommation locale et étant privés de moyens techniques et économiques pour conserver leurs denrées sur une longue durée. Les paysans doivent compter à chaque saison sur la clémence de la nature. Le pire, c'est qu'ils n'utilisent que des procédés traditionnels peu performants souvent archaïques pour faire leurs plantations. « Quand vous utilisez des semences de mauvaise qualité, la récolte ne peut être bonne ; un processus de sélection et parfois même de traitement s'impose si vous ne voulez pas que vos rendements aillent de mal en pis», commente l'agronome Philippe Mathieu, représentant de Oxfam-Québec, bureau Haïti.
Pour réduire la vulnérabilité de ces agriculteurs, Oxfam de concert avec d'autres organismes dont l'Agence de Coopération Canadienne, supporte depuis décembre 2008 un projet dénommé : « Appui à la relance de la production agricole et à l'accroissement de la sécurité alimentaire ». Ce projet doit permettre à 40 000 agriculteurs et agricultrices et leur famille dans les 6 départements concernés de renforcer la sécurité alimentaire dans le pays et d'améliorer durablement leur situation économique.
Ces cultivateurs reçoivent des kits d'outils agricoles, ayant chacun une houe, une serpette, une pioche, une machette, et un manche de pioche. Ils reçoivent également une formation technique agricole et une formation en élevage de petits cheptels de caprins et de volailles en étroite collaboration avec le MARNDR et avec l'aide des ONG IICA, Veterimed. Et enfin, des semences, des engrais chimiques et organiques faits à partir de compost et de fumier leur sont accordés.
« SUCO engage un agronome pour la coordination du projet de distribution d'intrants agricoles. Cette ressource humaine est indispensable pour la bonne marche des différentes campagnes agricoles (appui technique, coordination auprès des associations paysannes, entre autres) », explique le responsable de SUCO, une ONG œuvrant dans l'agriculture et partenaire de Oxfam en Haïti dans le cadre du projet mis en place en décembre 2008.
Ainsi, bénéficiant de l'expertise de ses partenaires locaux dont SUCO, CARE, PCH et des projets comme le PADELAN, le PROBINA et le PADL-SMA et autres, Oxfam met à la disposition des planteurs des intrants agricoles et des petits animaux d`élevage qui favorisent l'accès des agriculteurs et agricultrices aux intrants de qualités et à des caprins et volailles améliorés. Elle intervient aussi dans le curage et la réhabilitation de systèmes d`irrigation. Dès lors, les productions seront suffisantes pour couvrir les besoins alimentaires de 200 mille personnes et pour dégager des bénéfices financiers par l'écoulement des excédents.
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17589

Haïti-Éducation: Des élèves dénoncent les conditions d'apprentissage sous les tentes

Les conditions d'apprentissage sous les tentes et hangars, depuis la reprise des activités scolaire dans les régions affectées par le séisme commence à être dénoncées par les élèves, des déclarations qui ont été faites lors de la visite de la Première Dame de la République, Elisabethe Préval et du Ministre de l'éducation national dans certaines écoles ou sites scolaires. Notre collaboratrice Esther Dorestal nous présente le reportage de ces visites Il était environ 10 heures 25 ce 19 avril quand la Première Dame de la République et le Ministre de l'éducation national ont entreprit une visite de certaines écoles et sites scolaires à Port-au-prince.
Plus d'une vingtaine d'écoles sont installées sur des sites provisoires, une victoire pour le Ministre de l'éducation national Joël Desrosiers Jean Pierre, qui annonce de nouvelles stratégies dans le cadre de l'amélioration des conditions de fonctionnement des élèves évoluant sous des tonnelles.
« Quoi qu'il en soit, nous sommes vivants et nous sommes contents, nous avons des stratégies de solidarités, nous avons visité beaucoup d'écoles aujourd'hui, c'est la même stratégie un peu dans les autres départements. Le ministère a prit des dispositions pour qu'on accueille les enfants sur place, il faut que tous les enfants soient en mesure d'aller à l'école... »
Les élèves ont accueilli la délégation avec un cahier de doléances assez chargé, une adolescente en classe de troisième, vraisemblablement très émue, se fait la porte parole de ses camarades non encore en mesure de reprendre le chemin de l'école :
« Il y a les autres qui ont des problèmes économique, évidement le directeur nous réclame de payer l'écolage, on aimerait avoir l'assistance de l'État dans ce cas là. Nos camarades aussi nous manquent énormément, nous avons aussi besoin de ventilateurs, il y a des élèves qui sont malade, nous avons également besoin d'eau potable...»
En réponse, Elisabethe Préval qui dirige la délégation « le problème est immense et nous ne pouvons pas accéder à tous les éléments de solution du jour au lendemain, c'est par étape que le Ministre aborde la question mais c'est au fur et à mesure, c'est là que je vous demande un peu de patience ».
Cette série de visites de la Première Dame et du Ministre de l'éducation national entamée la semaine dernière, est considérée par certains professeurs, comme un signe positif dans le cadre du processus de la reprise des activités scolaires après le séisme qui a particulièrement affecté le système éducatif haïtien.
«Beaucoup reste à faire» a précisé la Première Dame qui a procédé à une distribution symbolique de kits scolaires et de sucreries.
Voir les photos http://metropolehaiti.com/photo/img.php?id_img=1410 et suivantes
N/ Radio Métropole Haïti

Haïti: Les prix du marché, toujours trop haut

Le volume du riz importé a augmenté au cours des deux dernières semaines à Port-au-Prince. Toutes les marques de riz qui ont été vendus dans le commerce avant le tremblement de terre se trouvent maintenant sur le marché de la Croix-des-Bossales. Les prix des haricots noirs et du riz importé ont diminué sur le marché de la Croix-des-Bossales ces deux dernières semaines, toutefois les prix restent haut par rapport au prix du marché avant le séisme du 12 janvier. La baisse des prix du riz importé observé cette semaine est en partie due à la diminution des prix du riz sur le marché international.
Sur les marchés de Port-au-Prince et jacmel, l'observatoire des prix constate que malgré le volume d'aide alimentaire et à part quelques exceptions, le prix des produits alimentaire, depuis le séisme du 12 janvier ne cesse d'augmenter même si l'on constate un léger ralentissement de la hausse des prix.


Prix du marché à Croix-des-Bossales (Port-au-Prince)
Riz importé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes - le 12 mars 135 Gdes (+ 13%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 240 Gdes - le 12 mars 200 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 180 Gdes - le 12 mars 225 Gdes (+ 25%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 170 Gds - le 12 mars 150 Gdes (-12%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 80 Gdes - le 12 mars 100 Gdes (+ 25%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes - le 12 mars 75 Gdes (+ 25%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 70 Gdes - le 12 mars 100 Gdes (+43%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes - le 12 mars 75 Gdes (+25%)
Sel Avant le séisme 20 Gdes - le 12 mars 20 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 130 Gdes - le 12 mars 150 Gdes (+15%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 120 Gdes - le 12 mars 125 Gdes (+4%)
L'huile de cuisine (alberto et Rika) 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes - le 12 mars 250 Gdes (0%)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 12 Gdes - le 12 mars 12 Gdes (0%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 600 Gdes - le 12 mars 700 Gdes (+17%)


Prix sur le marché de Jacmel
Riz importé (6 lbs) Avant séisme 132 Gdes - le 12 mars 150Gdes (+ 14%)
Riz local (6 lbs) Avant séisme 360 Gdes - le 12 mars 300 Gdes (-17%)
Haricots rouge (6 lbs) Avant séisme 210 Gdes - le 12 mars 240 Gdes (+ 14%)
Haricots noir (6 lbs) Avant séisme 150 Gds - le 12 mars 195 Gdes (+30%)
Maïs importé (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes - le 12 mars 120 Gdes (+ 33%)
Maïs local (6 lbs) Avant séisme 60 Gdes - le 12 mars 72 Gdes (+ 20%)
Le petit mil (6 lbs) Avant séisme 90 Gdes - le 12 mars 120 Gdes (+33%)
Farine de blé (6 lbs) Avant séisme 120 Gdes - le 12 mars 120 Gdes (0%)
Sel Avant le séisme 45 Gdes - le 12 mars 45 Gdes (0%)
Sucre blanc Avant le séisme 150 Gdes - le 12 mars 180 Gdes (+20%)
Sucre non raffiné Avant le séisme 132 Gdes - le 12 mars 144 Gdes (+9%)
L'huile de cuisine Alberto 1 Gal Avant le séisme 250 Gdes - le 12 mars 265 Gdes (+6 %)
L'huile de cuisine Rika 1 Gal Avant le séisme 275 Gdes - le 12 mars 250 Gdes (-9 %)
Spaghetti importé sac 175 g Avant le séisme 13 Gdes - le 12 mars 15 Gdes (+ 20%)
Le charbon en gros sac avant le sésime 300 Gdes - le 12 mars 350 Gdes (+17%)
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17585

Haïti-OXFAM: Achats massif de denrées produites par des cultivateurs locaux.

Le porte-parole d'Oxfam en Haïti, Peleg Charles, témoigne du projet novateur qu'Oxfam est en train de lancer pour fournir assistance alimentaire en rebatissant les moyens d'existence dans les zones sinistrées d'Haïti. C'est avec une agréable surprise que Monrocher Antoine, 77 ans, qui fait parti des 3,5 millions de sinistrés recensés par la Direction de protection civile haïtienne, constate qu'il y a essentiellement des produits agricoles locaux dans le kit qu'il vient de recevoir. En effet, dix mille kits du même genre sont distribués dans plusieurs villes du pays. Oxfam favorise cette approche afin d'encourager la production locale, identifiée comme un véritable vecteur de développement socio-économique et de décentralisation
« Quand on vit dans ces situations on est prêt à accepter tout ce qu'on offre. Mais c'est mieux si on reçoit ce qui vient de chez soi », relate le vieil homme
Voilà qui justifie l'achat par Oxfam de denrées produites par des cultivateurs locaux pour les redistribuer à d'autres vivant surtout dans des zones rurales affectées par le séisme.
Ce programme a permis à Oxfam d'acheter aux paysans, aux prix du marché,:
78 tonnes de riz TCS
26,86 tonnes de haricots noirs
54,48 tonnes de maïs moulu
239 sacs d'ignames
404,5 douzaines de banane
246 sacs de manioc
9700 sachets de cassaves
10 366 pots de beurre d'arachides.
« Cette manière de faire, permet d'injecter de l'argent rapidement dans le monde rural qui reçoit actuellement une forte pression de la part des populations qui se déplacent de la ville vers la campagne », ajoute le représentant d'Oxfam-Québec en Haïti.
Ce programme permet à 40 mille cultivateurs et cultivatrices de voir l'avenir avec plus de sérénité.
N/ Radio Métropole Haïti

Nouvelles manifestations contre la loi d'urgence et le chef de l'Etat

Des manifestations anti-gouvernementales ont été enregistrées dans trois villes de province, Gonaïves, Miragoane et Hinche, au cours de la journée du lundi 19 avril 2010. Plusieurs dizaines de personnes ont pris part à ces manifestations de protestation contre l'adoption de la loi d'urgence par le Parlement. Au Gonaïves (Artibonite) le groupe de manifestants avait érigé des barricades de pneus enflammés dans certaines artères de la ville. Tout en lançant de slogans hostiles au président Préval, les protestataires ont réclamé le retrait de la loi d'urgence qui selon eux viole la souveraineté nationale. Ils dénoncent un complot du chef de l'Etat et de la communauté internationale lesquels veulent se servir de la misère du peuple pour s'enrichir.
Les organisateurs de la manifestation ont fait part de leur détermination à poursuivre le mouvement jusqu'à satisfaction de leurs revendications.
A Hinche (Centre) des dizaines de militants de partis politiques de l'opposition ont défilé dans les rues pour dénoncer l'ingérence de la communauté internationale dans la vie politique haïtienne. La manifestation s'est déroulée dans le calme en dépit de l'absence des forces de l'ordre.
Cependant la situation était différente à Miragoane où des individus ont empêché le bon déroulement de la marche. Des tessons de bouteilles et de pierres ont été lancés contre les personnes qui se préparaient à prendre part à la manifestation. Un petit groupe de manifestants a pu tout de même protester contre la politique du gouvernement Préval.
La manifestation réalisée à l'initiative de plusieurs organisations populaires n'a pas bénéficié de l'encadrement des forces de l'ordre. Un climat de tension a régné dans la métropole des Nippes en raison du face à face entre partisans et opposants au gouvernement.
Il s'agit de la deuxième journée de protestation contre la loi sur l'état d'urgence approuvée par les deux chambres du Parlement. Vendredi dernier, des dizaines de manifestants avaient défilé dans les rues de la ville des Cayes pour protester contre le vote de la loi d'urgence et réclamer le départ du président Préval.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17588

Manifestation anti-gouvernementale aux Gonaïves

Des dizaines de personnes ont manifesté ce lundi dans la cité de l'indépendance. Les manifestants qui voulaient protester contre l'adoption par le parlement, du projet de loi d'urgence, ont érigé des barricades de pneus enflammés un peu partout à travers la ville. Les protestataires ont lancé des slogans hostiles au chef de l'Etat qu'ils accusent de fouler au pied la souveraineté nationale.
Notons que ce mouvement de faible ampleur n'a pas paralysé les activités locales ; écoles et commerces continuant à fonctionner normalement dans la métropole du Haut- Artibonite.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17580
Commentaires:
Dans la conjoncture actuelle toute manifestation de ce genre doit être répudiée par l'ensemble de la population et surtout conjurée par tous le smoyens par les forces de l'ordre. On le sait très bien que ses manifestants ont été payés pour gueuler et monter leur barricades enfalmmées. Les commanditaires doivent eêtre retrouvés et traduits à la justice.
Ne vivons-nosu pas end émocratie en Haïti? Les partis politiques ont perdu la bataille puisque à cause de leurs faiblesses, leur représentations au parlement reste insignifiant.
Il faut rester sur le terrain de la politique. Que chaque leader se pose les bonnes questions. Ses leaders qui sont des dinosaures édentés et émaciés de la politique haïtienne devraient commencer à penser à un transfert de savoir -s'il peuvent se targuer d'en posseder-. Les manifestations violentes ne sont pas les bienvenues avec un pays et une population à genou!

Haïti-Sénégal: Lettre de René Préval à Abdoulaye Wade

Dans une lettre adressée à son homologue sénégalais, Abdoulaye Wade, le président haïtien René Préval l'a remercié pour le soutien reçu à l'occasion du tremblement de terre qui a dévasté Haïti le 12 janvier dernier, estimant que la solidarité exprimée par le peuple et les autorités du Sénégal ont été « d'un réconfort inestimable ». « Au nom du gouvernement et du peuple haïtien, je vous remercie ainsi que le gouvernement et le peuple du Sénégal de la solidarité exprimée envers notre nation suite au terrible tremblement de terre du 12 janvier qui a dévasté Port-au-Prince et d'autres régions vitales du pays », écrit le président Préval dans une lettre adressée au président Wade.
« Les nombreuses manifestations reçues à l'occasion de cette dure épreuve sont pour nous d'un réconfort inestimable et nous touchent profondément », ajoute le président haïtien dans cette lettre.
La visite effectuée à Port-au-Prince par l'Ambassadrice du Sénégal en Jamaïque, le Dr Nafissatou Diagne, les jours suivants cette catastrophe, a traduit de façon particulière votre sensibilité à notre égard », a-t-il poursuivi.
« Face à cette catastrophe, Haïti a besoin du concours de tous ses amis et nous avons bien apprécié votre rapide décision d'appuyer le gouvernement haïtien dans ses efforts de reconstruction et de réhabilitation » précise René Préval dans sa lettre.
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17583

Haïti : Les risques d'un séisme majeur sont relativement minces.

Des sismologues américains de l'US Geological Survey (USGS), ont affirmé ce lundi qu'Haïti n'est pas sous la menace imminente d'un tremblement de terre majeur. Lors d'une conférence de presse organisée ce lundi par l'ambassade des Etats Unis, les experts ont fait savoir que la fréquence des répliques enregistrées à Port au-prince et dans certaines villes de province ne constitue pas le signe annonciateur d'un puissant tremblement de terre. Cependant, tout risque de séisme majeur, n'est pas totalement écarté.
« En dépit de fréquentes répliques, cela n'augmente pas pour autant la possibilité d'avoir, à court terme d'autres tremblements de terre, par contre elle ne la diminue pas non plus. Les séismes majeurs vont continuer à se produire comme dans le passé », a déclaré le Dr Michael Blanpied coordonateur Associé pour les risques de tremblements de terre du service de Géologie des Etats-Unis.
Selon Susan Hough, Sismologue à l'Agence de Surveillance Géologique des Etats-Unis (US Geological Survey), les probabilités pour qu'il y ait une secousse tellurique de magnitude 6 à 8 sont extrêmement faibles. En ce sens elle invite la population haïtienne à se méfier aux rumeurs alarmistes qui courent actuellement dans le pays.
« Les risques sismiques existent et vont persister. La faille dite de Tiburon à Petion-Ville est toujours en activité. Des experts canadiens et américains ont installé 25 sismomètres le long de cette faille » déclare, de son côté, Dieuseul Anglade, directeur du Bureau des Mines et de l'Energie.

Monsieur Anglade fait remarqué que les spécialistes répertorient chaque jour de nouvelles répliques dans 17 zones se trouvant entre Port-au-Prince et Jacmel. Ces répliques de faible magnitude peuvent néanmoins causer de nouveaux dégâts aux bâtiments déjà endommagés. En ce sens le responsable du Bureau des Mines invite la population à la vigilance.

Par ailleurs, le professeur Dieuseul Anglade indique que des specialistes haïtiens et étrangers surveillent la Faille du Nord capable d'engendrer des Tsunami. Les sismologues recueillent actuellement des informations afin de protéger la population d'une éventuelle catastrophe, poursuit-il.

Interrogé sur l'intense activité sismique observée actuellement un peu partout dans le monde, les experts font remarquer que la fréquence de ces phénomènes n'est pas anormale.»
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17582

Haïti: 102.000 barils ça gaz !

Bonne nouvelle pour les automobilistes, comme annoncé par le gouvernement la semaine dernière, le pétrolier a jeté l'ancre hier dans la rade de Port-au-Prince avec à son bord 102.000 barils de produits pétrolier, information confirmée par le Ministre des finances Ronald Beaudin. Dans une interview accordée à Radio Métropole le grand argentier de la république indique par ailleurs que deux navires-citerne devraient arriver en Haïti avec notamment des cargaisons plus importantes. Le Ministre des finances Ronald Beaudin explique :
« Effectivement le bateau est arrivé depuis les environs de neuf heures et immédiatement les opérations de pompage ont débutée, on est en train de remplir les réservoirs à Varreux, on va commencer la distribution aux stations-service de sorte que dans l'après-midi du lundi la distribution aux usagers devrait reprendre sans problème. Pour cet arrivage il y a 102.000 barils mais pour les deux prochains il y aura beaucoup plus de carburant »
A la question de savoir ce que représente ces 102.000 barils, M. Beaudin a répondu :
« Je ne peux pas vous dire exactement parce qu'il y a de tous les produits, il y a du kérosène, il y a du diesel, il y a de la gazoline donc laisser moi recevoir les chiffres de cet arrivage et d'ici demain matin je vous dirais exactement à quoi ça correspond ».
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17581

Sommet du millénaire: La reconstruction d'Haïti au cœur des discussions

Montréal sera demain, pour une quatrième année, l'hôte du Sommet du millénaire de Montréal. qui se tiendra au Palais des congrès. Pendant trois jours consécutifs, ce sommet accueillera les grands acteurs de l'engagement social, issus des gouvernements, de la société civile, des milieux universitaire et culturel ainsi que des grandes organisations humanitaires. La reconstruction d'Haïti sera au cœur des discussions tout au long de l'événement. Soulignons, entres autres, la tenue d'un panel, en collaboration avec le Projet Odwalla Hope Haïti, qui se déroulera dans le cadre du Forum des experts mercredi. Avec comme conférencier principal Jean-Yves Jason, Maire de Port-au Prince, le panel réunira Jean-Claude Délice, secrétaire d'État à la Production végétale de la République d'Haïti, Carlos de Paco, directeur Assistance & Partenariats à la Banque Interméricaine de Développement, Afzaal Malik, Vice-président, Relations internationales, Compagnie Coca-Cola ainsi que Simon Winter, Vice-président sénior, développement commercial, TechnoServe. Henrietta Fore, membre du conseil du Fonds Clinton Bush pour Haïti et ancienne administratrice de l'Agence Américaine pour le Développement International (USAID), y assurera le rôle de modératrice.
Par ailleurs, soulignons que Jean-Yves Jason, Maire de Port-au-Prince, participera à la conférence grand public le jeudi 22 avril.
N/ Radio Métropole Haïti

Bureaux d'État Civil en Haïti, le point sur la situation

Sur 41 bureaux d'Etat civil installés dans deux des départements les plus touchés (Ouest et Sud-est) par le séisme du 12 janvier, quatre ont été gravement endommagés ou totalement détruits. Tel est le bilan provisoire communiqué par le service d'inspection et de contrôle de l'Etat civil au Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique. Les quatre bureaux en question se situent dans la zone métropolitaine. Il s'agit des bureaux d'Etat civil de la commune de Kenscoff, de Gressier et ceux de la section Sud et Sud-est de la commune de Port-au-Prince. «Ces bureaux sont irrécupérables et méritent d'être relocalisés», a souligné Me. Edouard Lemoine du service d'inspection et de contrôle de l'Etat civil.
Me Edouard Lemoine a signalé par ailleurs que le service attend encore l'arrivée d'autres données en vue de produire un rapport détaillé sur l'ensemble des bureaux.
Réagissant aux éventuelles pertes de documents dans les quatre bureaux d'Etat civil affectés, le fonctionnaire du Ministère de la Justice a déclaré que les premiers rapports sont tout à fait rassurants. «Dans tous ces bureaux inspectés, aucune perte de documents n'a été enregistrée. Il y avait des registres et d'autres documents importants sous les décombres. Grâce à la diligence des officiers d'Etat civil, tout a été récupéré», a-t-il affirmé.
De son côté, l'Office National d'Identification (ONI) dont des bureaux sont aussi établis dans certains offices d'Etat civil et d'autres espaces a indiqué n'être pas encore en mesure de fournir des informations précises sur l'état actuel de ses bureaux.
N/ Radio Métropole Haïti

Forum d'affaires et d'investissement pour la reconstruction d'Haïti

Les Chambres de Commerce: Dominico-Française, Dominicaine et Haitiano-Canadienne organisent les 26 et 27 avril prochain à Santo Domingo, en République Dominicaine le «Forum affaires et investissements pour la reconstruction et le développement économique durable en Haiti». Les objectifs de ce forum sont les suivants :
Faciliter les investissements et les co-entreprises, en particulier dans les secteurs qui présentent des emplois rapide, entre des entreprises d'Europe, des États-Unis, du Canada et de Taïwan et de leurs homologues en Haïti et en République dominicaine, dans le but de contribuer au développement durable d'Haïti.
Établir des mécanismes pour faciliter la participation des sociétés Dominicaines et Haïtiennes, dans des alliances commerciales et des investissements communs avec l'Europe, les États-Unis, les entreprises canadiennes et taïwanaises, en tant que fournisseurs sur le marché haïtien pour la reconstruction et les programmes de développement à long terme.
Analyser et discuter des principaux obstacles affectant les opérations commerciales et d'investissement entre Haïti et la République Dominicaine, identifier leurs solutions possibles.
Définir les priorités pour un plan d'action pour le développement économique durable et un plan d'action publique-privé, en s'appuyant sur le document «Post urgence Needs Assessment – PDNA», et le plan qui résulte de la Conférence des donateurs, tenue le 31 mars à New York.
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17576

Préval présente ses sympathies au gouvernement espagnol

Le chef de l'Etat haïtien René Préval a présenté samedi dernier ses sympathies à l'ambassadeur d'Espagne à Port-au-Prince, Juan Fernandez Trigo, quelques heures après l'accident d'un hélicoptère ayant coûté la vie à 4 militaires, rapporte un conseiller spécial du chef de l'Etat Dieudonne Saincy. Le chef de l'Etat a fait part de son émotion et des ses profonds regrets, rappelant que ces militaires étaient venus pour aider les haïtiens après le violent séisme. Les militaires espagnols sont très impliqués dans l'effort humanitaire depuis le 12 janvier.
Selon un porte parole de la Minustah les 4 militaires espagnols effectuaient une mission humanitaire sous le leadership de l'Onu lorsque leur hélicoptère s'est abîmé dans la région frontalière. Après une demi heure d'entretien avec l'ambassadeur Trigo, le président Préval a personnellement écrit des mots de sympathies à l'endroit des familles des victimes et du gouvernement espagnol dans un registre spécial de l'ambassade révèle M. Saincy.
Par ailleurs, le président haïtien avait eu une conversation téléphonique avec le ministre espagnol des affaires étrangères Miguel Angel Moratinos.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17573

Les troupes américaines quitteront Haïti le 1er juin

Agence France-Presse

Les États-Unis s'apprêtent à clore le 1er juin la mission des soldats américains venus participer aux opérations humanitaires en Haïti après le séisme meurtrier du 12 janvier, a indiqué un haut-gradé américain lors d'une conférence de presse lundi.
Selon le général Ken Keen, quelque 2 200 soldats américains sont toujours sur place, contre 22 000 en février, au plus fort des opérations internationales d'aide humanitaire déclenchées dans le pays caribéen après le tremblement de terre qui a fait plus de 220.000 morts et 1,3 million de sans-abri.
«Nous devrions conclure les opérations de la Joint Task Force aux alentours du 1er juin», a affirmé le vice-commandant américain chargé des opérations militaires dans la zone (Southcom).
Seuls quelque 500 gardes nationaux et réservistes américains seront sur le sol haïtien après cette date, dans le cadre d'une opération d'assistance humanitaire.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/seisme-en-haiti/201004/19/01-4272009-les-troupes-americaines-quitteront-haiti-le-1er-juin.php