POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 20 mars 2010

Le Match Mallorque- Barcelone, en mémoire d’Haïti, 27/03/2010 à 20.00


Une collecte d’argent destiné aux sinistrés du tremblement de terre
Le Match Mallorque- Barcelone, en mémoire d’Haïti
-          Ceux qui y collaborent participeront aux tirages de maillots officiels dédicacés
-          Les joueurs de Mallorque et de Barcelone rentreront sur le terrain avec des messages de soutien au peuple du pays Caribéen.
Roberto Bécares | Madrid, 18/03/2010
Traduction : Jojo NatifNatal pour Haïti Recto Verso
La Fondation du Réal Mallorca, UNICEF et l’Organisation non  gouvernementale « Recevori et partager », Air Europa et l’œuvre social Sa Nuestra, avec la collaboration de la Fondation FC Barcelone ont mis en marche une campagne solidaire  « Haïti nous t’oublions pas » qui coincide avec la rencontre  qui aura lieu au stade Son Moix face à l’équipe Culé dans une dizaine de jours.
La Campagne est destinée à obtenir des fonds pour des projets d’aide  à Haïti, détruit par le tremblement de terre de janvier qui a fait plus de 250.000 morts et plus d’un million de personnes sans abris. L’argent collecté sera dédié à financer deux actions concrètes : La Construction d’un établissement scolaire à travers l’ONG Recevoir et Partager – l’école rurale Geantillon de la ville des Cayes dans le sud d’Haïti – et assurer l’approvisionnement en eau potable et en médicaments à l’enfance, un programme mené par l’UNICEF. Les deux entités travaillent déjà sur le terrain sur ce genre de projets. « Après un malheur de ce type, la réponse de la société est immédiate ; cependant nous comprenons que cette catastrophe requiert d’un acte de mémoire constant et une aide continue pour atteindre quelque chose d’une très grande  complexité, la reconstruction du pays », dit-on dans le club de Mallorque.
A travers cette campagne une ligne téléphonique 0 en Sa NOstra (Numero de compte 2051024500107000863), ou le montant minimum est de 10 euros.
Entre les participant seront itrés au sort six maillots officiels du RCD Mallorca et FC Barcelone, trois de chaque équipe, duement signés par les joueurs des deux clubs. Il y aura aussi le tirage au sort d’un voyage pour deux personnes vers n’importe quelle destination de Air Europa.
On peut aussi envoyer un SMS avec les mots MALLORCA-HAITI au numéro 28020 (prix du message 1.39 euros) pour participer au tirage d’un maillot officiel de chaque équipe si autographié par l’ensemble des joueurs.
Les Footballeurs de l’équipe RCD MALLORCA, l’ex joueur de Madrid Ivan Campo, les basquetteurs de Barcelone Ricky Rubio et Pete Mckeal ont été les premiers sportifs à appuyer la campagne qui permettra de jetter un peu de lumière sur ce pays de la Caraïbe.
Comme signe de soutien, les 22 joueurs titulaires de la rencontre à San Moix rentreront sur le terrain portant un maillot avec des message de soutien à Haïti.
http://www.elmundo.es/elmundo/2010/03/18/baleares/1268931587.html

Haïti: la pluie inonde des camps de réfugiés

Publié le 19 mars 2010 à 15h21 | Mis à jour le 19 mars 2010 à 15h35
Associated Press; Port-au-Prince

De fortes pluies ont inondé vendredi des camps accueillant les sinistrés du tremblement de terre du 12 janvier à Port-au-Prince, provoquant des scènes de panique.
Les précipitations tombées dans la nuit de jeudi à vendredi sont parmi les plus importantes enregistrées à Haïti depuis le séisme. Le déluge a terrifié des familles subsistant dans des campements faits de tentes et de maigres abris couverts de bâches.
L'eau a dévalé les pentes d'un ancien parcours de golf reconverti en campement temporaire pour 45 000 personnes. Selon des travailleurs humanitaires, des sinistrés du camp ont été emportés par des torrents d'eau, qui ont détruit des tentes utilisées par une ONG israélienne comme salles de classe. On ne signalait toutefois aucune victime.
Sur l'ex-terrain de golf, des personnes criaient, «c'était le chaos», a raconté Jim Wilson, de l'organisation humanitaire Praecipio. À mains nues ou à l'aide de bâtons, des habitants du camp ont creusé des tranchées d'évacuation autour de leurs abris. Plusieurs kilomètres plus loin, l'eau stagnante et la boue ont également envahi un campement à la périphérie du bidonville de Cité Soleil.
Les autorités savent qu'elles doivent déplacer un grand nombre des 1,3 million de sinistrés vivant dans les camps avant le début en avril de la saison des pluies. Dimanche, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a déclaré sur l'ancien parcours de golf que les personnes dans ce camp étaient particulièrement en danger.
Mais après deux mois de recherches et de tractations avec des propriétaires fonciers, le gouvernement haïtien n'a encore ouvert aucun des cinq sites promis pour reloger les sinistrés: des terrains censés mieux résister aux précipitations et aux répliques telluriques.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/seisme-en-haiti/201003/19/01-4262409-haiti-la-pluie-inonde-des-camps-de-refugies.php

Déluge: le cauchemar s'abat sur Haïti

Les précipitations tombées dans la nuit de jeudi à vendredi ne sont pas les plus importantes enregistrées en Haïti mais leurs durées a transformé certains centres d'accueil en mer de boue, compliquant la situation des sinistrés qui vivent sous des tentes de fortunes. Le déluge a terrifié les familles dans les campements faits de tentes et de maigres abris couverts de bâches.
Au moins dix personnes auraient trouvé la mort victimes d'inondations provoquées par de fortes pluies dans le sud-ouest d'Haïti.
Certains terrains sont transformés en étangs, d'autres sont des mares de boues d'ou émerge ici ou là de maigres biens. Des milliers de sinistrés sont obligés de dégager avec des seaux à la main ou autres ustensiles cette boue à la recherche de quelques objets récupérables... souvent tout ce qu'ils avaient pu sauver du séisme du 12 janvier. La nuit résonne des cris ou se mèle les sanglots d'un désespoir sans nom.
L'eau a dévalé les pentes d'un ancien parcours de golf reconverti en campement temporaire pour 45.000 personnes. Selon des travailleurs humanitaires, des sinistrés du camp ont été emportés par des torrents d'eau, qui ont détruit des tentes utilisées par une ONG israélienne comme salles de classe.
«Nous avons passé une nuit de cauchemar, dormant debout les pieds dans la boue, avec nos enfants dans les bras», explique Fritznel Jean, père de deux enfants vivant dans un centre pour sans-abri à Pétion-Ville.
Le Champs de Mars proche du palais présidentiel, l'un des plus importants centres d'hébergement, n'est plus qu'une mer de boue.
«Ma tente n'a pas résisté à la pluie, la bâche qui servait de toit a cédé au cours de la nuit», explique Lalanne Jean-Louis, mère de trois enfants dont un bébé de 15 mois.
«Les tentes que les Blancs ont donné résistent aux intempéries, pas les nôtres faites de morceaux de tissus et de poteaux en bois», constate Jonas Gué responsable d'un comité de sinistrés.
C'était le chaos a raconté Jim Wilson, de l'organisation humanitaire Praecipio. A mains nues ou à l'aide de bâtons, des habitants du camp ont creusé des tranchées d'évacuation autour de leurs abris. Plusieurs kilomètres plus loin, l'eau stagnante et la boue ont également envahi un campement à la périphérie du bidonville de Cité Soleil.
À Baradères, près des Cayes, l'eau est montée jusqu'à 1,5 m.
Cinq personnes sont mortes quand un véhicule s'est renversé à Gelée, près de la ville des Cayes. 2 autres ont été emportées par une rivière en crue à Pont l'Ilet, a indiqué le sénateur Francky Exius. «La situation est grave dans toute la région, la plupart des maisons sont inondées et les gens sont forcés de les abandonner ou de grimper sur les toits», a témoigné le parlementaire des Cayes. Exius a expliqué que l'hopital de la ville, la troisième d'Haïti par la population, était inondé et que les malades avaient dû être déplacés. «J'ai dû moi-même abandonner la ville recouverte d'eau», a témoigné le parlementaire.
Un député de la région, Guy Gérard George, a signalé que «la route du sud est très endommagée par les eaux qui ont soulevé l'asphalte par endroits. La plupart des maisons sont abandonnées», a-t-il décrit. «C'est seulement après la pluie qu'on pourra chercher à compter les victimes de ces intempéries».
Selon des responsables de l'aide humanitaire sur place, cette situation pourrait provoquer une autre catastrophe, car les tentes et les bâches ne suffiront pas à protéger un grand nombre d'Haïtiens des pluies violentes, des coulées de boue, des glissements de terrains.
Le bureau de l'ONU pour les affaires humanitaires (OCHA) a identifié plus de 20 sites très vulnérables aux inondations au cours de la saison de pluie attendue le mois prochain en Haïti. «Nous travaillons sans relâche à la distribution de bâches en plastique et de tentes afin que les sinistrés puissent protéger leur famille et leurs biens», a déclaré France Hurtubise, porte-parole de OCHA. 

N / Radio Métropole Haïti 
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17272

Le Chef de la diplomatie japonaise sera en Haïti ce weekend


Le ministre japonais des affaires étrangères, Katsuya Okada effectuera ce week end une visite à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, détruite par un puissant séisme le 12 janvier dernier
Le chef de la diplomatie japonaise rencontrera le premier ministre haïtien Jean Max Bellerive avec lui il parlera de la contribution que son pays entend apporter lors de la conférence des donateurs qui aura lieu le 31 mars prochain à New-York, aux États Unis.
Le ministre des affaires étrangères du Japon aura également des entretiens avec le représentant spécial par intérim du Secrétaire général de l'ONU en Haïti, Edmond Mulet.
Il visitera le quartier général des soldats de la force de l'autodéfense du Japon, déployés en Haïti à travers la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).
Monsieur Okada profitera de sa venue en Haïti pour annoncer une augmentation de l'aide japonaise destinée à la reconstruction du pays. 

EJ 
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17271

La célébration des 40 ans de la francophonie entièrement consacrée à Haïti


Les activités commémoratives du quarantième anniversaire de l'organisation internationale de la francophonie ont été totalement dédiées à Haïti, ravagée par un séisme le 12 janvier dernier.
Lors de son intervention le maire de Paris, Bertrand Delanoé a plaidé en faveur d'une francophonie de solidarité.
« Mon rêve est de voir s'instituer une communauté de valeur entre les peuples afin de créer l'histoire ensemble », a déclaré le maire de Paris, tout en précisant que la francophonie doit être un acte élaboré et posé ensemble .
Faisant référence à la subvention de 1.5 million d'euro votée pour renforcement de l'administration communale de Port-au-Prince sur période de trois ans, l'édile de Paris a indiqué qu'il fallait, « au moment de l'épreuve, se tenir aux côtés des villes francophones telles Port-au-Prince » .
D'après un document de presse, publié le 23 février par la mairie de Paris, 150 000 euros ont déjà été débloqués, 100 000 sont alloués à la construction d'un hôpital d'urgence et 50 000 à la purification de l'eau.
Pour sa part, le secrétaire général de la francophonie Abdou Diouf a fait remarquer, qu'une aide d'urgence de 100 000 euros a été versée par l'OIF à la banque de la république Haïti ; L'ancien président du Sénégal, estime que les écoles doivent rouvrir en Haïti.
De nombreuses activités culturelles ont marquées également cette célébration notamment la prestation de l'artiste haïtien de renommée internationale Belo et une exposition de photos consacrée à Haïti. 
EJ 
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17270