POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 16 décembre 2009

Haïti: Régler la question migratoire


 Un mois après son installation à la tête du Ministère des Haïtiens vivant à l'étranger (MHAVE), Edwin Paraison, accompagné de plusieurs cadres de son ministère, se sont rendus en République dominicaine en vue de discuter avec des entrepreneurs haïtiens sur la possibilité de création d'un fonds du secteur privé haïtien évoluant en République voisine et de rencontrer des officiels dominicains sur la question migratoire.



Le ministre des Haïtiens vivant à l'étranger, Edwin Paraison, est à la tête d'une délégation qui séjourne depuis le week-end écoulé en République dominicaine. Cette visite entamée le 11 décembre 2009 rentre dans le cadre d'une série de visites officielles qui seront effectuées par ledit ministre. Au cours de son séjour, la délégation haïtienne a, entre autres, rencontré des officiels dominicains ainsi que le secteur privé haïtien des affaires. « Nous avons rencontré, le lundi 14 décembre 2009, des entrepreneurs haïtiens dans le but d'envisager la création d'un fonds du secteur privé haïtien installé en République dominicaine », a indiqué lundi M. Paraison qui dit avoir aussi rencontré des officiels dominicains le même jour.
 « L'idée de cette rencontre, a expliqué M. Paraison, c'est de chercher à encourager l'intégration de ces hommes et femmes d'affaires aux différents programmes et actions visant le développement et le progrès d'Haïti, à l'instar des hommes et femmes haïtiens ou d'origine haïtienne installés dans d'autres régions du monde ». Et, pour manifester leur désir de collaborer, le ministre a indiqué que ces compatriotes ont déjà mis sur pied un noyau dont la mission consiste à étudier les possibilités de création de ce fonds.

En outre, le ministre Paraison a fait remarquer que la question de la mendicité haïtienne et le dossier des femmes avec enfants sur les bras déambulant dans les rues de Santo Domingo était au coeur des discussions entre la délégation haïtienne et quelques organisations non gouvernementales. « Pour résoudre ce problème, une sorte de volontariat a été envisagé entre toutes les Ong dirigées par des Haïtiens ou des Haïtiano-Dominicains », a-t-il dit. A en croire M. Paraison, les personnes se trouvant dans cette situation ne sont que des victimes du trafic humain considéré par plus d'un comme une forme d'exportation de la pauvreté haïtienne vers la République dominicaine.
Réguler la question migratoire

La délégation a rencontré le ministre dominicain de l'Intérieur responsable de l'Immigration, afin de lui proposer que le plan de régularisation de la migration envisagé pour début 2010 par les Dominicains soit réalisé de concert avec les autorités haïtiennes, en vue d'une meilleure prise en compte des Haïtiens en République dominicaine. M. Paraison devait également rencontrer son homologue dominicain, Alejandro Santos, qui dirige le Conseil national des Dominicains vivant à l'extérieur, un organe créé 15 ans après l'existence du MHAVE.

En effet, le plan de régularisation de la migration entrera en vigueur vers le mois de mars 2010, après l'approbation totale de la nouvelle version de la Constitution dominicaine en janvier prochain. De leur côté, les Haïtiens installés en République voisine, pour pouvoir en bénéficier, doivent disposer de documents haïtiens.

M. Paraison a aussi visité un hôpital à La Romana. Ce Centre hospitalier baptisé « Bon Samaritain », dont 75% des patients sont des Dominicains, a été fondé par un pasteur haïtien, feu Luc Phanord. Par ailleurs, le ministre dit avoir rencontré environ une quinzaine de dirigeants d'organisations d'étudiants à Santiago représentant près de 3000 étudiants.

Le ministre Paraison qui a effectué son premier déplacement en territoire étranger dit souhaiter « que les Dominicains puissent apprécier le travail positif réalisé par les Haïtiens en faveur de la communauté dominicaine et comprendre également qu'il ne faut pas chercher à mettre uniquement en évidence certains comportements négatifs des Haïtiens ».

Après son séjour en République dominicaine, la délégation haïtienne s'envolera pour l'Espagne et rentrera au pays en fin de semaine.


Elizias Joseph
josephelizias@yahoo.fr
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=77062&Pu

Haïti: Haïti renforce les mesures contre les poulets et œufs dominicains

Les autorités haitiennes ont renforcé les mesures de surveillance à la frontière pour combattre la contrebande de poulets et des oeufs venant de la République dominicaine, ont informé, ce mardi, des commerçants à Dajabón.
Le porte-parole des commerçants du Nord d'Haïti, Roul Joseph, a fait savoir dans la presse que durant les trois derniers jours, des policiers et des inspecteurs du Département de Santé animale et Végétale du ministère haitien de l'Agriculture ont saisi des milliers de poulets et d'oeufs achetés en territoire dominicain.

Haïti a interdit en 2007 l'entrée de produits avicoles de la République dominicaine après l'identification de cas avérés de la grippe aviaire. Toutefois, la contrebande de poulets et des oeufs n'a pas cessé, ce qui a motivé les autorités haitiennes à redoubler de vigilance face à cette situation.

M. Joseph affirme que les commerçants haitiens enregistrent de grandes pertes suites aux mesures adoptées à la frontière par les autorités haïtiennes.

Le commerçant haïtien qualifie d'injuste la décision des autorités de suspendre l'importation des oeufs et poulets qui constituent le principal régime alimentaire des personnes pauvres et de la classe moyenne en Haïti. C'est la raison pour laquelle les mesures qui interdisent l'entrée au pays des produits avicoles dominicains a provoqué la grogne des commerçants.
Au marché binational qui a lieu lundi et vendredi à Dajabón, il n'y avait hier ni poulets ni oeufs, étant donné l'interdiction des autorités haitiennes.

Entre-temps des membres du Corps Spécialisé de Sécurité Frontalière (Cesfront), ont bouclé le voisinage de la rivière Massacre qui sépare la République dominicaine de Haïti, par où les distributeurs de poulets et d'oeufs effectuent le commerce illégal, avec la complicité de commerçants haitiens.

Le porte-parole de l'Association dominicaine d'Aviculture, Wilfredo Cabrera, annonce que les producteurs dominicains doivent rencontrer le président haïtien, René Préval, et d'autres hauts fonctionnaires d'Haiti pour leur expliquer que dans son pays il n'y a pas de problème pour la reprise des exportations des oeufs et poulets.

Cependant, il a souligné que les autorités haitiennes exigent l'emballage des oeufs dans des caisses et quant aux poulets qu'on spécifie le lieu où ils sont produits. Néanmoins, il a défendu la qualité des produits avicoles de la République dominicaine et indique qu'Haïti a besoin de ce marché.

La mairesse de Dajabón (Nord-ouest de la République dominicaine, voisine de Ouanaminthe), Sonia Mateo, a confié que la mesure des autorités haitiennes affecte centains producteurs dominicains et les commerçants haitiens qui fréquentent le marché binational en territoire dominicain.

Source:La Republica http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=77057&PubDate=2009-12-15

Des voix s'élèvent pour réclamer le départ du CEP


Le secrétaire général du parti Konbit pou Bati Ayiti (Konba), le sénateur Jean William Jeanty dit craindre une grave crise jamais enregistrée au pays.
Voila pourquoi le parlementaire souhaite le départ du Conseil électoral provisoire, qui a –t- il dit veut à tout prix organiser des élections
"La crise qui va éclater au pays fera l'affaire de certains secteurs de la communauté internationale qui cherchent toujours des prétextes pour permettre à la MINUSTAH de rester au pays, a estimé le sénateur William Jeanty
Il appelle à l'organisation d'élections libres et inclusives pour favoriser la paix et l'entente dans le pays.
Les élections pour renouveler la chambre des députés et un tiers du sénat sont prévues pour février et mars 2010
RD


Jean Max Bellerive en visite officiel au Canada

Le Premier ministre haïtien Jean Max Bellerive à la tête d'une délégation se trouve depuis le début de cette semaine au Canada pour des « Consultation élargie »
Ce voyage, selon la Primature, sera l'occasion pour le chef du gouvernement de rencontrer des personnalités politiques et économiques de haut rang, notamment la Gouverneure générale du Canada, Michaelle Jean, les ministres Lawrence Cannon des Affaires étrangères, Beverly J.Oda de la Coopération internationale, Peter G. Mackay de la Défense nationale, et Gagnon Tremblay de l'Administration gouvernementale.
Le Premier ministre haïtien aura à s'entretenir, entre autres, avec Michael Ignatieff, chef de l'opposition officielle.
Une rencontre est également prévue avec le Maire de la ville de Montréal, Gérald Tremblay, ainsi qu'avec la presse et des membres de la communauté haïtienne.
L'objectif ces rencontres est de passer en revue la coopération entre les deux pays
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16192

Fanmi Lavalas dénonce le processus électoral


Les dirigeants de Fanmi Lavalas annoncent une grande mobilisation afin de commémorer le 19 eme anniversaire de la première élection de Jean Bertrand Aristide à la Présidence.
Maryse Narcisse
, principal dirigeant de Fanmi Lavalas, a invité les membres et sympathisants du parti à profiter de l'occasion pour manifester contre les conseillers électoraux qui avaient exclu le parti de la course électorale. Les membres des organisations de Fanmi Lavalas dans les bidonvilles notamment sont invités à prendre part à la commémoration prévue sur la place de Bel Air.
Mme Narcise dans un communiqué critique également la communauté internationale coupable selon elle d'avoir apporter son appui au chef de l'Etat haïtien René Preval.
Le retour d'exil de l'ex président Aristide sera également l'une des principales revendications des lavalassiens.
Tandis que Mme Narcisse dénoncent le processus électoral de nombreux dirigeants et membres du parti Lavalas prendront part aux prochaines législatives.
Les chefs de file lavalas se présentent sous la bannière d'autres plateformes politiques dont Ansanm nou Fo, Véyé Yo, Avenir et Inité.
Nahum Marcelus qui avait été l'un des principaux dirigeants lavalas dans le Nord est aujourd'hui candidat au sénat sous la bannière de l'Inité. Dans le même temps, Rudy Heriveaux, sous la bannière de Ansanm Nou Fo et Jonas Coffi de Avenir, chefs de file de la mouvance Lavalas sont des candidats aux sénat dans le département de l'Ouest.
Les trois plateforme pro lavalas comptent plus de 200 candidats à la députation et au sénat à travers le pays.
LLM