POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 23 juillet 2009

Le président de l'AEH appelle à une réforme de la fiscalité pour définir la population imposable et prévenir les fausses déclarations

Port-au-Prince, le 22 juillet 2009 – (AHP)- Le président de l’Association des Economistes Haïtiens (AEH), Eddy Labossière, a déploré mercredi le fait que la plupart les entreprises du pays utilisent trois livres comptables, l'un différent de l'autre.Il a jugé anormal qu’il soit impossible de préciser la population imposable, pour l'impôt sur le revenu ou pour les entreprises qui doivent verser une partie de leurs recettes à l’Etat. L'’Etat haïtien a intérêt à lancer de grandes réformes dans ce domaine, notamment réforme de la fiscalité de la douane, a souligné l'économiste, estimant qu'une telle initiative peut contribuer grandement à mettre le pays sur les rails du développement.
Eddy Labossière a fait allusion à de récentes déclarations de députés dont Steven Benoit, selon lesquelles les livres comptables que des entreprises du secteur textile ont envoyés à la Direction Générale des Impôts (DGI) révéleraient plusieurs anomalies. Certaines d'entre elles ne paieraient qu’une pitance à l’Etat, alors que d'autres qui se disent en faillite depuis des années poursuivent quand même leurs activités, relèvent le président de l'AEH.
M. Labossière estime également que la plupart des propriétaires d’immeubles font de fausses déclarations. Il s’est référé notamment à l’affaire opposant l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL) aux propriétaires de la maison qui logeait son siège social à l'Avenue Lamartinière.
L’OPL affirme qu'elle versait plus d'un millier de dollars américains le mois pour la location de la maison alors que la déclaration faite à la DGI par son propriétaire faisait état d'une pitance.
"Nous avons un budget supporté à 60% par l’internationale alors qu’une réforme de la fiscalité est à même de nous aider à trouver les ressources nécessaires pour faire face à tout un ensemble de besoins, a dit M. Labossière, ajoutant que la faiblesse de l’Etat dans ce domaine entraine un important manque à gagner pour l’économie haïtienne.

3 individus se faisant passer pour des consuls américains arrêtés à Port-au-Prince: le directeur de la DCPJ appelle la population à la plus grande pru

Port-au-Prince, le 22 juillet 2009 – (AHP) – Le Directeur Central de la Police Judiciaire Frantz Thermilus, a informé mercredi que les forces de l’ordre ont procédé le 7 juillet dernier à l’arrestation de 3 individus qui se faisaient passer pour des consuls américains.
Il s’agit de Michel Jean Carlin, Alex Métellus également connu sous les noms de Jean Alex et Jules Jean Joël ainsi que Mitie Lucas également connue sous les noms de Gisèle Rodriguez et Soraya.
Ces individus ont pris l’habitude de se faire passer pour des consuls américains promettant à leurs victimes un visa d’entrée aux Etats Unis d’Amérique et la carte verte (de résidence), a fait savoir M. Thermilus, ajoutant que vingt personnes ont déjà été escroquées en versant entre 4.000 et 10.000 dollars américains US pour des services qu'ils n'ont jamais reçus.
Le Directeur de la DCPJ a indiqué que l’une des personnes arrêtées, Mitie Lucas, a vécu aux Etats Unis. Elle est donc arrivée à se faire passer pour un officier consulaire grâce à son bon niveau d’anglais.
Ses victimes se sont toujours montées réceptives et à faire le maximum quand elles l’entendaient parler anglais, a dit le commissaire, citant ses témoignages.
Les trois présumés bandits ont été appréhendés en possession d’une cinquantaine de cartes SIM sans aucune identification, a ajouté Frantz Thermilus, appelant l’ensemble des institutions concernées par les questions de faux à assumer leurs responsabilités.
Il a également appelé la population à faire preuve de la plus grande prudence.Frantz Thermilus a donné par ailleurs la garantie que toutes les enquêtes ouvertes par la DCPJ aboutiront en temps et lieux.
C’est le cas, a-t-il dit dit pour les dossiers de Lovinsky Pierre Antoine et de Robert Marcello.
Le premier était un cadre de Fanmi Lavalas porté disparu depuis le 12 aout 2007, le second était le coordonnateur de la Commission nationale des marchés publics, sa famille est sans nouvelles de lui depuis son enlèvement le 12 janvier 2009.
Frantz Thermilus a également indiqué que les forces de l’ordre entendent donner une réponse aux bandits qui opèrent à moto.
Entre lundi et mardi, deux personnes ont été tuées à Port-au-Prince par des individus circulant à motocyclette. Il s’agit de l’agent 3 Ludocic Wilguimps abattu à Delmas 83 et de M. Emmanuel Elie tué à Pétion-ville. Emmanuel Elie était le père de l’ex-ministre de la culture, Daniel Elie.

Des leaders politiques font foi aux accusations de Rodol Pierre

La secrétaire générale du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Myrlande Manigat, estime que le conflit entre le président et le vice président du CEP permet de lever le voile sur les irrégularités au sein du CEP.Saluant le courage de Rodol Pierre, la secrétaire générale du RDNP rappelle que plusieurs autres cas de fraude ont été enregistrés au cours du processus électoral.
Mme Manigat soutient que ces révélations peuvent s'avérer juste puisque M. Pierre avait pris part au processus de publication des résultats. Cet avis est partagé par le chef de file de Respect, Charles Henry Baker qui souligne que plusieurs cas de fraude sont enregistrés depuis le 19 avril. Pour M. Baker, il faudrait réaliser une enquête à partir des registres électoraux dans les Bureaux de vote afin de faire la lumière sur les fraudes massives et irrégularités.
Selon M. Baker le processus électoral n'est pas démocratique.
Dans le même temps, le président de la Fusion des sociaux démocrates, Victor Benoit, appelle le chef de l'Etat à ne pas publier les résultats du scrutin dans le journal officiel. Il recommande la formation d'une commission d'enquête chargée d'analyser les accusations de Rodol Pierre.
De plus, la Fusion s'oppose à une exclusion de la course de son candidat dans le Plateau Central, Gregory Chevry. M. Benoit rejette les accusations de la commission d'enquête du CEP faisant valoir que le candidat et la sénatrice Beauzile n'avaient jamais été impliqués dans les actes de violence.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15562

Le président du sénat souhaite des explications sur le conflit au sein du CEP.

Le président du Sénat de la République, Kelly C. Bastien exige que lumière soit faite sur les dénonciations faites par le vice président du CEP qui accuse le responsable de l'institution électorale, Frantz Gérard Verret, d'avoir falsifié les résultats des sénatoriales partielles du 21juin dernier.
M. Bastien reconnait que ces dénonciations viennent compliquer davantage la situation au Sénat de la république ou aucune séance n'a pu se tenir ces dernières semaines faute de quorum.Ce scandale aura des conséquences graves sur le Grand corps mais aussi l'avenir du pays a t –il ajoutéSelon M. Bastien, il y a quelque chose qui cloche soit du côté du CEP soit du côté du conseiller Rodol Pierre qui est le vice président de l'institution électorale.
Kelly Bastien exprime le souhait que la réponse qui sera donnée par le CEP arrive à rassurer tout le monde. Cette mésentente entre le Président et vice -Président du Conseil Electoral Provisoire (CEP) est perçu comme un conflit d'intérêt par certains sénateurs dont Anacacis Jean Hector (Lespwa) et Joseph Pierre Louis (OPL).
Le sénateur Anacacis qui était l'invité du matin de Radio Métropole ce jeudi ironise sur les réclamations de Rodol Pierre qui se serait mis en colère parce que Lespwa a récupéré la part du gâteau qui revenait à l'Ucadde
Le conflit ouvert au sein de l'organisme électoral est le résultat d'un comportement partial des conseillers électoraux a ajouté le sénateur Jean Hector Anacasis. RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15563

L'OPL réclame la révision des résultats du scrutin

Les dirigeants de l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL) ont engagé un bras de fer avec l'exécutif afin de réclamer la révision des résultats des sénatoriales dans l'Artibonite.
Le porte parole de l'OPL, Harry Marsan, a révélé que le directoire du parti a demandé à ces parlementaires de boycotter les séances à la chambre basse et au sénat.Cette stratégie permettra de paralyser le fonctionnement du grand corps où l'OPL compte deux élus.
M. Marsan soutient que les conseillers électoraux ont violé la loi électorale en refusant de faire le décompte des votes de la commune de Petite Rivière.
Selon Harry Marsan cette décision a permis d'éliminer le candidat de l'OPL, père Anick, puisqu'aucun cas d'irrégularité n'avait été signalé dans la région par les membres de la machine électorale. Un député de l'OPL, Acluche Louis Jeune, estime que le chef de l'Etat haïtien, René Préval est le principal instigateur du complot contre son parti.
Le député Louis Jeune rappelle que le président Préval avait, au cours de 3 visites dans l'Artibonite, tenté de discréditer l'OPL en lançant des accusations à l'endroit de l'ex ministre de l'éducation Gabriel Bien Aimé. Le boycottage des séances décide par l'OPL a causé le report d'une séance en assemblée nationale le mardi 20 juillet.
Le président du sénat, Kelly Bastien, déplore le comportement des parlementaires de l'OPL estimant que la réaction est disproportionnée. Le sénateur Bastien fait remarquer que la séance en assemblée nationale devrait permettre la ratification de l'accord Petro caribe et la construction d'un aéroport au Cap Haïtien.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15560