POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 12 février 2010

Bill Clinton opéré pour de nouveaux problèmes cardiaques

L’ancien Président des Etats-Unis, aujourd’hui Envoyé spécial de l’ONU en Haïti, entend poursuivre ses activités concernant notamment la reconstruction du pays, assure son bureau
L’ex-Président américain et actuel Envoyé spécial de l’ONU en Haïti, Bill Clinton, 63 ans, a été hospitalisé et opéré du cœur jeudi soir à l’hôpital presbytérien de New York après s’être plaint d’une douleur à la poitrine.
Les médecins lui ont posé deux stents (deux petits ressorts) sur une artère coronaire qui était bloquée, a affirmé Douglas Band, un des conseillers de l’ancien chef de la Maison Blanche.
"Il a bon moral et va continuer de se concentrer sur le travail de sa fondation ainsi que l’aide et le redressement à long terme d’Haïti", a poursuivi Band à propos des activités de M. Clinton qui a vu, la semaine dernière, ses fonctions d’Envoyer spécial renforcer avec la décision du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, de lui confier la coordination de l’aide à Haïti et de la reconstruction du pays.
Appelée angioplastie, l’intervention chirurgicale de jeudi n’est pas une surprise dans la mesure où Bill Clinton souffrait de graves problèmes cardiaques qui l’avaient contraint à subir un quadruple pontage coronarien en 2004. Après ce type d’opération, les artères dégagées tendent à se reboucher avec le temps, de l’avis des spécialistes.
"On pouvait s’y attendre. Ce genre d’affection est progressif. Cela ne se règle pas en une fois, ce qui souligne la nécessité d’une surveillance constante", a fait remarquer le docteur Clyde Yancy, cardiologue à l’Université Baylor de Dallas.
La Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Rodham Clinton, épouse du célèbre patient, a quitté Washington précipitamment pour se rendre au chevet de son mari après avoir repoussé de 24 heures une tournée dans le golfe persique.
Pour sa part, le Président Barack Obama a appelé Bill Clinton au téléphone pour lui souhaiter un prompt rétablissement, selon des responsables de la Maison Blanche.
Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, lui a adressé les mêmes souhaits tout en le remerciant pour son travail en Haïti.
L’ancien numéro un américain avait effectué vendredi dernier une nouvelle visite à Port-au-Prince au cours de laquelle il s’était fait, une fois de plus, le porte-parole des haïtiens en appelant à des investissements de capitaux étrangers capables de redynamiser l’économie et de favoriser la reconstruction du pays ravagé par un séisme, il y a exactement un mois.
Au lendemain du 12 janvier, il était venu constater les dégâts et faire une première évaluation de la situation en compagnie de sa fille unique Chelsea. spp/Radio Kiskeya

Lancement mondial vendredi de "We are the world 25 For Haïti" avec Michael Jackson

Possible grâce à la magie de la technologie, l’événement est prévu en ouverture des Jeux olympiques d’hiver à Vancouver, au Canada
Lionel Richie, coauteur en 1985 avec Michael Jackson de la célèbre chanson "We are the world" a annoncé jeudi que la mégastar américaine, pourtant décédée l’année dernière, aura une présence vocale et visuelle dans la nouvelle version du projet baptisée "We are the world 25 For Haïti", réalisée en soutien aux nombreux sinistrés du séisme du 12 janvier.
Témoignage d’un véritable exploit technologique, le vidéoclip qui réunit une pléiade de vedettes de la chanson mobilisées pour la cause d’Haïti, sera lancé officiellement vendredi, lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver (Canada).
"Avoir la présence de Michael pour chanter sa partie est le meilleur cadeau que nous puissions obtenir", a indiqué au magazine Access Hollywood, Lionel Richie. Le chanteur précise que l’image d’origine du "roi de la pop" a été utilisée pour répondre à une demande expresse de sa mère, Katherine Jackson, très sensible à la situation des haïtiens plongés depuis un mois dans un univers cauchemardesque.
Le célèbre producteur et chef d’orchestre Quincy Jones, à l’origine avec Richie de cet acte II d’un gigantesque effort de solidarité du monde du show-biz, annonçait la nouvelle au même moment que son complice.
L’apparition posthume de la pop star dans le vidéoclip a été rendue possible via un écran partagé avec sa soeur Janet qui a repris les paroles de la musique chantées par Michael dans la version originale.
Décédé le 25 juin 2009, dans des conditions qui restent encore mystérieuses, "Bambi" sera bien la seule star à apparaître, en 25 ans, sur les deux versions de "We are the world".
Céline Dion, les Jonas Brothers, Will.I.Am figurent parmi les grosses pointures qui ont uni leurs voix pour récolter des fonds au priofit d’Haïti ravagée par le séisme du 12 janvier. spp/Radio Kiskeya

L’UIT va installer un réseau téléphonique sans fil en Haïti

Un accord paraphé avec une compagnie du Singapour afin de remédier aux graves dysfonctionnements des installations terrestres des opérateurs téléphoniques constatés depuis le tremblement de terre et qui ralentissent les opérations de secours
L’Union internationale des télécommunications a signé jeudi un important accord de coopération avec une compagnie du Singapour, SmartBridges Solutions, en vue de l’installation en Haïti d’un réseau de télécommunications sans fil, informe l’UIT dans un communiqué.
Cette initiative va considérablement améliorer le déroulement des opérations de secours confrontées au dysfonctionnement des réseaux téléphoniques terrestres depuis le séisme.
L’accord implique la livraison rapide d’équipements qui permettront de créer 100 sites névralgiques à partir desquels seront établies des communications sans fil à Port-au-Prince et dans d’autres villes touchées par le cataclysme aux conséquences dévastatrices.
SmartBridges Solutions dépêchera sur place des ingénieurs qui, de concert avec des experts de l’UIT, vont rendre le système fonctionnel le plus vite possible.
« Je suis reconnaissant envers SmartBridges Solutions de joindre l’UIT pour aider Haïti après cette catastrophe dévastatrice », a déclaré le directeur du bureau de développement des télécommunications de l’organisme, Sami Al Basheer Al Morshid.
Il a souhaité que d’autres partenaires se joignent à cette opération qui sera d’une grande utilité pour la population.
Outre plus de 200.000 morts, le tremblement de terre a aussi fait quelque 300.000 blessés et 1,2 million de sinistrés. spp/Radio Kiskeya

Le gouvernement décrète une journée de deuil national

Les autorités haïtiennes informent que le 12 février sera une journée de deuil à la mémoire des personnes tuées lors du violent séisme du 12 janvier. La décision a été rendue publique par le ministre de l'intérieur et des Collectivités Territoriales, Paul Antoine Bien Aimé, qui a également fait état d'un bilan de 217 000 morts.
Une cérémonie spéciale œcuménique sera organisée à la mémoire des morts et des disparus à l'Université Notre Dame. Aucune cérémonie n'avait pu être organisée puisque les cadavres avaient été inhumés dans des fosses communes.
A ce jour le gouvernement n'a pas publié de statistiques sur les disparus.
Le ministre Bien Aimé souhaite que les medias assurent la retransmission du programme qui se déroulera entre 9 HAM et midi. Afin de saluer la mémoire des victimes les citoyens sont invités à porter des vêtements en noir et blanc.
M. Bien Aimé encourage également ses compatriotes à organiser des réunions spéciales dans les différents quartiers de la région métropolitaine. D'autres journées de deuil sont prévues dans les villes de province. Des cérémonies spéciales auront lieu à Jacmel et Léogane le 13 février et à Carrefour le 15 février.
La journée de deuil national coïncide avec le début d'une série de 3 journées de jeune organisée par les dirigeants des différentes églises.
LLM

15.000 tonnes d'aide pour Haïti

Nous venons d'apprendre que l'ONG Caritas a affrétée six bateaux dans le but de livrer 15.000 tonnes d'aides humanitaires en Haïti, l'aide sera principalement composée de nourriture, d'eau et de médicaments. Le premier navire, le "Papanlapou", devrait arriver dans les prochains jours en Haïti et décharger près de 2.000 tonnes de riz, du lait pasteurisé ainsi que des kits de produits d'hygiène.
Toutes ces aides seront distribuées immédiatement aux sinistrés, dans le cadre du plan d'urgence mis sur pied par Caritas Haïti. Ce plan d'une valeur de 42,5 millions de dollars, viendra en aide à près de 200.000 personnes pendant deux mois.
Les aides fournies par l'organisation Caritas incluent également des abris, des tentes, ainsi qu'un accompagnement psycho-social et une assistance chirurgicale d'urgence.
N/Radio Métropole Haïti

Une cérémonie religieuse en mémoire des journalistes disparus lors du séisme

Des journalistes de différents médias de la capitale et plusieurs associations de presse, ont pris part hier mercredi à une cérémonie religieuse organisée en mémoire des 23 travailleurs de presse tués lors du séisme du 12 janvier.
La messe a été célébrée en plein air devant le bâtiment de l'église Saint Thérèse à Petion ville.Le célébrant principal, Elder Antoine Brésil, a salué la mémoire de ces journalistes dans son homélie de circonstance.
De son coté, le responsable de l'organisation SOS journaliste, Guyler C Delva, en a profité pour lancer un appel à l'aide en faveur des journalistes sinistrés par le drame du 12 janvier. Il demande aux autorités haïtiennes ainsi qu'aux différentes organisations non gouvernementales de prendre des dispositions nécessaires pour les encadrer.
Monsieur Delva a fait remarquer qu'ils ont besoin aujourd'hui plus de 220 tentes et d'autres supports à l'approche de la saison pluvieuse.
Pour sa part le directeur général du Conseil National des Télécommunications (CONATEL), Marcelin Montaigne, a indiqué que le gouvernement est en train de multiplier des démarches auprès de certaines compagnies étrangères, pour qu'ils puissent venir en aide aux journalistes haïtiens.
La radiodiffusion est l'un des secteurs le plus touché. Plusieurs bâtiments abritant des stations de radio se sont effondrés ou bien endommagés après le séisme du 12 janvier.
EJ

Haïti : Le juge signe, les 10 Américains sont libres

Le juge Bernard Saint-Vil a signé aujourd'hui, jeudi la demande de relaxe des dix Américains inculpés la semaine dernière d'association de malfaiteurs et d'enlèvement d'enfants.
Le juge a indiqué : "Je viens de signer la demande de relaxe des dix Américains présentée par les avocats et je l'ai envoyée au parquet"
En vertu de la législation haïtienne, le parquet peut commenter la décision du juge mais ne peut pas l'annuler. Le juge pourrait officiellement ordonner la levée d'écrou une fois que le parquet aurait exprimé son avis.
Le juge Bernard Saint-Vil a aussi expliqué qu'une fois l'ordonnance de libération délivré ils pourront se rendre directement à l'aéroport s'ils le veulent et partir, mais ils devront fournir la garantie d'être représentés au cas où d'autres questions se poseraient.
Légalement la libération n'aura pas lieu avant lundi, politiquement, ça peut être n'importe quand pendant le week-end, a affirmé une source judiciaire sous couvert d'anonymat, laissant entendre que c'était déjà arrivé.
Rappelons que les dix Américains, des baptistes membres d'une association caritative appelée "Le refuge pour une nouvelle vie des enfants", basée dans l'Idaho avaient été arrêtés le samedi 30 janvier après-midi à la frontière Dominicaine de Malpasse avec 33 enfants qu'ils tentaient de faire passer en république voisine. Ces enfants ont ensuite été transportés au SOS Children's Village et l'on a appris que la plupart d'entre eux avait encore de la famille. Certains enfants ont depuis été réclamés par des personnes se présentant comme leurs parents.
------------Chronologie---------------
30 janvier :  arrestation
1er février :  la justice haïtienne envisage des poursuites
2 février :  le juge interroge les cinq femmes
3 février :  le juge interroge les cinq hommes
4 février : Me. Coq déclare "A mon avis ils sont tous innocents, mais la justice pourrait poursuivre le responsable du groupe"
4 février :  ont été inculpés d'enlèvement de mineurs et association de malfaiteurs
5 février :  la demande de libération provisoire a été refusée
6 février :  Me. Edwyn Coq donne sa démission
8 février :  cinq des dix Américains se sont rendus au parquet, seule Laura Silsby a été interrogée par le juge
9 février : le juge Saint-Vil a entendu deux familles des 33 enfants, et neuf des dix Américains
10 février :  le juge a rencontré l'ensemble du groupe ainsi que des parents
11 janvier :  le juge aurait recommandé que les 10 Américains soient remis en liberté
11 janvier :  les 10 Américains sont libres mais doivent rester à la disposition de la justice.

N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16941

Les américains sont prêts à poursuivre l'assistance aux sinistrés

Le représentant spécial du gouvernement américain, Luke Lewis, est satisfait de la collaboration avec le gouvernement haïtien dans la distribution de l'aide aux sinistrés.
Au cours d'un point de presse, l'ambassadeur Lewis a soutenu que les Etats-Unis n'ont rien à reprocher aux autorités haïtiennes. " Nous n'avons aucun rapport faisant état de corruption dans la distribution de l'aide", a expliqué M. Lewis aux journalistes préoccupés par d'éventuels cas de corruption. .
Dressant un bilan de l'action humanitaire des américains, M. Lewis a indiqué que les troupes ont pu se déployer à travers le pays afin de porter secours aux victimes. Il assure que les besoins urgents en abri, eau nourriture et sanitaire ont pu être adressés. .
Les Etats-Unis ont décaissé au cours des 3 dernières semaines 737 millions de dollars dans le cadre de l'assistance aux victimes du séisme. .
L'ambassadeur Lewis promet d'intensifier les efforts qui doivent permettre de faire face à la saison pluvieuse. Il préconise la fourniture d'abris en bois et de tissus en plastic aux sinistrés. .
LLM

Libération provisoire des 10 américains inculpés dans le trafic de 33 enfants haïtiens

Le juge Bernard Saint Vil a ordonné ce jeudi, la libération provisoire des 10 missionnaires américains accusés par la justice haïtienne d'avoir enlevé 33 enfants haïtiens, quelques jours, après le séisme du 12 janvier.
Le magistrat a pris cette décision après avoir entendu, les missionnaires ainsi que les parents des enfants. Il affirme que certains parents ont avoué qu'ils avaient volontairement remis leurs enfants a ces américains.
« J'ai interrogé les parents de ces enfants .Certains ont déclaré avoir volontairement confié leurs enfants aux religieux, avec la promesse qu'ils les élèveraient, prendraient soin d'eux et les laisseraient leur rendre visite .Donc après cette audition j'ai pris la décision de les libérer » a indiqué, le juge Bernard Saint Vil.
Monsieur Saint Vil, qui annonce l'ouverture d'une enquête dans le cadre de ce dossier, n'a toutefois pas précisé, si ces américains peuvent laisser le pays ou pas, après cette libération.
Rappelons que ces missionnaires, membres d'une église baptiste située dans la ville de L' Idaho aux Etats Unis, ont été arrêtés à la frontière haitiano-dominicaine alors qu'ils tentaient de regagner la République voisine, avec 33 mineurs haïtiens, sans autorisation préalable

L'Atalante dans les eaux d'Haïti, campagne Haiti OBS

La campagne "Haiti OBS" se déroule à bord du navire océanographique pluridisciplinaire de l'Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) : L'Atalante. Des stations sismologiques seront déployées au nord et au sud de la péninsule sud haïtienne et permettront l'enregistrement des répliques de très faible magnitude qui continuent de se produire au voisinage de la zone de rupture du séisme du 12 janvier 2010.
Des relevés nécessaires
Pour mieux évaluer les risques d'autres séismes autour de cette zone géographique, des observations sismologiques, géophysiques et tectoniques post sismiques sont nécessaires. Les différents laboratoires du domaine réunis au sein de la « cellule d'intervention post-sismique de l'Institut national des sciences de l'Univers1 » ont immédiatement échangé informations et analyses afin de décider des actions possibles et nécessaires.
Un réseau sismologique local : pour quoi faire ?
Depuis le choc majeur de la région d'Haïti, les réseaux sismiques ont enregistré de nombreuses répliques, certaines approchant la magnitude 6. Ces répliques sont localisées sur ou au voisinage de la section de faille qui a rompu. Leur nombre, et surtout leur magnitude moyenne a considérablement diminué depuis le 12 janvier 2010 et elles ne sont plus enregistrées par les réseaux sismologiques mondiaux. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire de déployer un réseau sismologique local qui permettra d'enregistrer et de caractériser l'évolution de ces petits séismes.
Des capteurs "longue période"
Une intervention post sismique à terre n'étant pas encore envisageable du fait des conditions locales, le déploiement de stations sismologiques fond de mer a été décidé, il est effectué au cours de la campagne "Haiti OBS". Pour cette campagne, une équipe de neuf scientifiques est mobilisée pour installer 21 sismomètres fond de mer : 6 OBS IRD gérés par le laboratoire Géoazur (CNRS/IRD/Université de Nice/UPMC/Observatoire de la côte d'Azur) équipés de capteurs longue période, pour une durée de 3 mois, et 15 appartenant au laboratoire Géosciences Marines (Ifremer) pour une durée de 3 semaines.
Déploiement d'un sismomètre fond de mer Hippocampe de Géoazur © GéoazurCes équipements seront déployés depuis le pont du navire, par des profondeurs de 1000 mètres et plus. Les capteurs, posés sur le fond de la mer, enregistreront en continu les mouvements du sol au large d'Haïti. La mission est donc destinée à enregistrer les répliques du séisme du 12 janvier dernier. Les données scientifiques ainsi recueillies aideront à mieux comprendre les mécanismes à l'origine des tremblements de terre. Le navire est arrivé le 8 février à Port-au-Prince et restera sur la zone 3 à 4 jours.

Un séisme dévastateur
Le séisme d'Haïti, qui s'est produit le 12 janvier 2010 à 16h56 heure locale, a atteint une magnitude de 7 à 7,3 (Mw)2. Il est dû au mouvement décrochant (mouvement horizontal de deux blocs de la croûte terrestre l'un par rapport à l'autre) de la faille Enriquillo-Plantain Garden qui passe à une vingtaine de kilomètres de la capitale Port-au-Prince. La zone de rupture du séisme serait située très près de la capitale. De relativement faible profondeur (entre 10 et 13 km), elle atteint probablement localement la surface. On évalue actuellement l'étendue latérale de cette rupture à environ 50 km, sa longueur à environ 70 km, et son glissement cosismique de 1 à 2 m. Ces caractéristiques, associées à la proximité de la capitale, expliquent l'ampleur de la catastrophe. Une faille encore dangereuse

Même si cette faille n'avait pas produit de séisme important au cours de ces dernières décennies, elle a probablement été la source des séismes historiques de 1751 et 1770 qui, d'après les écrits d'époque de l'historien Moreau de Saint Méry, auraient tous deux détruit la ville de Port au Prince. Longue de 300 km, de direction est-ouest, on peut suivre cette faille depuis le lac d'Enriquillo en République Dominicaine la plaine de Plantain Garden (le "jardin des bananes-plantain"), en Jamaïque. Elle n'a été affectée ce 12 janvier 2010 que sur environ un tiers de sa longueur. La mission actuelle a donc pour objet d'établir un état de la situation de la faille.

La campagne "Haïti OBS", est mise en place par le laboratoire Géoazur (CNRS, IRD, Université de Nice, Observatoire de la côte d'Azur), en collaboration avec le laboratoire Domaines océaniques (CNRS/Université de Brest), les observatoires sismologiques de Martinique et de Guadeloupe (IPGP), l'Université Antilles-Guyane et le laboratoire de Géosciences marines de l'Ifremer.

Notes :
1 La cellule d'intervention post-sismique est un outil d'aide et de soutien à la communauté scientifique afin de favoriser la coordination des interventions sur le terrain, la collecte et la diffusion des informations, le suivi et l'ajustement des actions à mener au cours de la crise ainsi que la communication avec les tutelles.

2 Échelle de magnitude du moment
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16936

Haïti: les médecins s'interrogent sur le cas d'un survivant qui serait resté 27 jours sous les décombres

Un homme pourrait bien avoir survécu 27 jours sous les décombres après le séisme en Haïti, ont estimé mardi des médecins. Il avait été retrouvé lundi sous les décombres d'un marché aux puces de la capitale.
L'histoire a suscité le scepticisme des responsables sanitaires, qui jugent que personne ne peut vivre aussi longtemps sans eau. Les médecins estiment que les survivants d'un désastre peuvent rester en vie deux semaines avec des réserves d'eau, même sans soins médicaux.
Evans Monsigrace, vendeur de riz du marché aux puces de Port-au-Prince, a été amené lundi au centre médical de l'Armée du salut, souffrant de déshydratation et de malnutrition, par deux Haïtiens qui ont dit qu'il était pris au piège dans les décombres du marché depuis le séisme. Ces deux hommes, qui n'ont pas été identifiés, l'auraient retrouvé et sont la seule source de cette information, a annoncé l'Armée du salut sur son site Web.
Il a ensuite été transféré dans un état critique à l'hôpital de campagne installé par l'Université de Miami, où il "est arrivé délirant, demandant à mourir", a raconté Nery Ynclan, une responsable communication de l'université de Miami.
"Personne ne peut survivre 28 jours sans eau", a-t-elle estimé. En revanche, "vous pouvez tenir neuf semaines sans nourriture".
L'homme, âgé de 28 ans, était mardi dans un état stable, a annoncé Mme Ynclan. Après avoir repris ses esprits, il a raconté aux médecins qu'il venait de terminer de vendre son riz sur le marché quand le séisme a frappé Port-au-Prince. Il s'est alors retrouvé coincé sous les décombres, sans blessures graves, à l'endroit où se trouvaient les vendeurs de nourriture et de boissons.
"Sur cette base (son histoire), nous le croyons", a déclaré le Dr Dushyantha Jayaweera, un des médecins de l'hôpital de campagne, qui évoque la possibilité qu'Evans Monsigrace ait pu disposer d'eau et de fruits ensevelis avec lui sous les décombres.
L'homme, dont le témoignage n'a pu être vérifié de source indépendante, avait affirmé dans un premier temps n'avoir eu ni eau ni nourriture, a dit le Dr Jayaweera. Le fait qu'il ait des fonctions rénales normales avec palpitations cardiaques suggère qu'il ait au moins bu quelque chose, mais pas en quantité suffisante pour éviter la déshydratation, a précisé le médecin.
Il est impossible de vérifier si des personnes ont apporté de l'eau et de la nourriture à l'homme, a déclaré à l'Associated Press Michael Andrew, un volontaire au centre médical de l'Armée du salut. De nombreux éléments doivent encore être éclaircis, a-t-il ajouté. La question se pose notamment de savoir pourquoi les équipes de secours internationales n'ont pas été alertées de ce cas.
Le tremblement de terre en Haïti a tué 230.000 personnes, selon les chiffres annoncés mardi par le gouvernement haïtien. La dernière survivante avérée est une jeune fille de 16 ans, retrouvée dans les décombres 15 jours après le séisme survenu le 12 janvier. AP
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16935

Les américains sont prêts à poursuivre l'assistance aux sinistrés

Le représentant spécial du gouvernement américain, Luke Lewis, est satisfait de la collaboration avec le gouvernement haïtien dans la distribution de l'aide aux sinistrés.
Au cours d'un point de presse, l'ambassadeur Lewis a soutenu que les Etats-Unis n'ont rien à reprocher aux autorités haïtiennes. " Nous n'avons aucun rapport faisant état de corruption dans la distribution de l'aide", a expliqué M. Lewis aux journalistes préoccupés par d'éventuels cas de corruption.
Dressant un bilan de l'action humanitaire des américains, M. Lewis a indiqué que les troupes ont pu se déployer à travers le pays afin de porter secours aux victimes. Il assure que les besoins urgents en abri, eau nourriture et sanitaire ont pu être adressés.
Les Etats-Unis ont décaissé au cours des 3 dernières semaines 737 millions de dollars dans le cadre de l'assistance aux victimes du séisme.
L'ambassadeur Lewis promet d'intensifier les efforts qui doivent permettre de faire face à la saison pluvieuse. Il préconise la fourniture d'abris en bois et de tissus en plastic aux sinistrés.
LLM

Taiwan met à la disposition des blessés haïtiens un hôpital mobile

Le ministre Conseiller auprès de l'Ambassade de Taiwan en Haïti, Chi Wang-U, a fait savoir que son gouvernement a mis à la disposition des rescapés du séisme du 12 janvier , un hôpital mobile pouvant accueillir environ 300 patients par jour.
Selon le diplomate, des médecins généralistes chirurgiens, dentistes et autres sont disponible au niveau de ce centre hospitalier mobile situé sur la route de l'aéroport, plus précisément dans les locaux de la firme taïwanaise OECC. Le représentant par intérim de la République Taïwanaise en Haïti a précisé Les consultations sont gratuites , au niveau de cette clinique mobile qui fonctionne à plein temps .
Entre temps nous avons appris qu'une rencontre préparatoire a eu lieu le mercredi 10 février entre les autorités taïwanaises et des membres du gouvernement haïtien. Il était question de discuter sur la reconstruction du pays, ravagé par un puissant séisme.
Soulignons que le bâtiment logeant l'ambassade du Taiwan a été effondré lors du tremblement de terre. Deux personnes ont été grièvement blessées, dont l'Ambassadeur taïwanais en Haïti Mien-sheng HSU, qui se trouve actuellement à Miami dans un hôpital, où il reçoit des soins que nécessite son cas.
EJ

Une forte averse créé la panique dans les centres d'hébergement

Plus d'un million de personnes se trouvant dans les abris provisoires ont été surpris par une forte averse ce jeudi à 4 heures 50 AM. La majorité des sinistrés qui avaient construit des tentes rudimentaires avec des tissus ont été contraints de fuir pour éviter cette pluie battante.
Dans certaines régions les citoyens ont trouvé refuge dans les maisons fissurées qu'ils avaient abandonné.
Après la pluie, des sinistrés ont organisé une manifestation au Champ de Mars afin de critiquer la lenteur des autorités haïtiennes. Les manifestants ont lancé des slogans hostiles au chef de l'Etat qui selon eux distribue des tentes aux personnes aisées et de la nourriture aux pauvres.
Cette forte averse risque de compliquer la tache des autorités haïtiennes qui ont sollicité des tentes pour les déplacés.
Hier le coordonnateur de la sous commission des abris provisoires, Ing. Charles Clermont, a révélé que la communauté internationale a promis de fournir moins de 50 000 tentes. Il donne l'assurance que 22 000 tentes avaient été préalablement distribuées notamment dans les villes de province.
LLM