POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 30 juin 2009

LA BANQUE MONDIALE ANNONCE UNE REDUCTION DE 1.200 MILLIONS DE LA DETTE EXTERNE D’HAITI

Washington, Etats Unis
La Banque Mondiale a annoncé ce mardi un accord qui permettra de réduire la dette externe d’Haïti d’environ 1.200 millions de dollars.
De cette somme, 265 millions proviennent d’un accord signé dans le cadre de l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPME), lancé en 1996 par la Banque Mondiale et le FMI pour encadrer l’effort de suppression de la dette des pays les plus pauvres.
973 millions de dollars seront déduits dans le cadre de l’initiative pour réduire la dette multilatérale, lancée en 2005.
En échange le pays a approuvé des reformes « avec comme objectif établir un environnement macroéconomique plus stable et mettre en vigueur sa stratégie nationale de réduction de la pauvreté », a déclaré la banque.
http://www.elheraldo.hn/index.php/Ediciones/2009/06/30/Ultima-Hora/BM-anuncia-reduccion-de-deuda-de-Haiti-en-1-200-millones
Traduction D.L pour Haïti Recto Verso

Le rapport de la commission d'enquête n'est pas encore disponible

Le président de la commission d'enquête sur les violences lors du scrutin du 19 avril, Levelt Dorcil, indique que le rapport n'a pas été soumis aux conseillers électoraux.
Les 3 membres de la commission, Levelt Dorcil, Alix Orélien Jeanty et Mozer Georges n'ont pas le signé le rapport insiste Maître Dorcil en réaction aux rumeurs sur la publication du rapport par certains medias.
Le juriste explique que la commission n'a pas encore bouclé ses investigations puisque des candidats, des élus et d'autres personnalités n'ont pas encore été interrogées. Au nombre des personnalités non encore interrogées figurent le deputé Herman Nau et le candidat Rubens Saint Germain.
Maître Dorcil révèle que des musiciens dont ceux de Barikad Crew sont accusés d'implication dans les violences du 19 avril dans le Plateau Central.
Tout en faisant état de sa volonté d'écouter les points de vues de toutes les personnalités concernées Maître Dorcil concède que la patience des commissaires à une limite.
Il signale que le rapport sera bientôt soumis aux autorités électorales puisque des élus, des candidats, des responsables de la Minustah et de la PNH ainsi que de nombreux membres de la machine électorale ont été interrogés ces dernières semaines.
L'explication de maître Dorcil contraste avec celle du directeur général du CEP qui avait fait état d'un processus de finalisation du document.
Pierre Louis Opont avait fait valoir qu'il faudrait corriger des erreurs de pagination entre autres avant que le rapport soit soumis aux conseillers électoraux.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15432

Haïti salaire minimum : le président de la république maintient sa position

Le Chef de l'État haïtien, René Préval, poursuit sa campagne tout azimut auprès des responsables de médias pour expliquer les raisons de son objection à la loi votée par le parlement, fixant le salaire minimum à 200 gourdes.
Hier Rêne Préval a eu une nouvelle rencontre avec des journalistes, Selon lui il est à craindre, dans un laps de temps, la perte de la moitié des emplois disponibles dans le secteur de la sous-traitance, en cas d'approbation et d'application de manière indiscriminée de cette loi.
Le chef de l'État rappelle que son objection planche uniquement sur la sous-traitance, précisant qu'il y a beaucoup d'autres considérations qui pourraient être faites.
Il entend poursuivre les échanges que l'Exécutif a initiés avec les représentants de différents secteurs sur le salaire minimum.
Le débat reste ouvert a déclaré le président de la république qui se dit conscient de la complexité de ce dossier .
René Préval donne en exemple la République Dominicaine où de nombreux emplois ont été perdus dans le secteur industriel en raison de la crise financière mondiale.
Une nouvelle rencontre est prévue ce mardi au parlement entre des membres du gouvernement et des parlementaires autour de la loi sur le salaire minimum.
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15432
Elections : Victoire de Lespwa au second tour des sénatoriales
La plateforme au pouvoir rafle 5 des 11 sièges qui étaient à pourvoir
lundi 29 juin 2009,
Radio Kiskeya
La plateforme présidentielle Lespwa a remporté le second tour des sénatoriales partielles en obtenant cinq des onze sièges qui étaient en jeu, selon les résultats rendus publics lundi en fin d’après-midi par le Conseil électoral provisoire.
Cinq représentants de la coalition au pouvoir ont été déclarés vainqueurs : John Joël Joseph (Ouest), Derex Pierre-Louis (Nord-Est), Moïse Jean-Charles (Nord), Maxime Roumer (Grand’Anse, sud-ouest) et Wencesclas Lambert (Sud-Est).
Les six autres sièges vont à cinq partis différents et à un indépendant : Joseph Benoît Laguerre (UCCADDE, Sud), Jean William Jeanty (KONBA, Nippes, sud-ouest), Jean Willy Jean-Baptiste (AAA, Artibonite, nord), Jean Rodolphe Joazile (Fusion, Nord-Est), Mélius Hyppolite (OPL, Nord-Ouest) et Michelet Louis (Indépendant/Artibonite).
Ces résultats deviendront définitifs et seront proclamés si les contestations ne permettent pas de les remettre en cause.
Un fort taux d’abstention et des violences sporadiques avaient marqué le second tour des sénatoriales le 21 juin dernier dans neuf des dix départements du pays.

spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article5992
Lespwa remporte les sénatoriales partielles
Les élections du 21 juin ont permis aux partis politiques déjà représentés au sénat de confirmer leur infleuence. Lespwa avec 5 nouveaux élus confortera sa majorité relative au Grand corps avec 14 élus.

A l'exception de l'Alliance et de Fanmi Lavalas qui n'avaient pas pris part aux joutes, seul l'Union ne compte aucun élu.
Atibonit an Aksyon (AAA) obtient un siège dans son fief, l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL) obtient le siège du Nord-Ouest, et la Fusion un des deux sièges du Nord-Est.
Dans le même temps deux nouveaux partis politiques, L'UCADDE et Konba, font leur entrée au sénat.
Pour la première fois depuis 2006, un indépendant, Louis Michelet, siègera au grand corps. Ce proche de Jacques Edouard Alexis, s'est imposé face à des candidats de l'OPL et de l'AAA dans l'Artibonite.
Leswpa, avec 5 sièges, est le grand vainqueur de ces joutes puisqu'aucun autre parti ne dépasse la barre d'un élu.
De plus ces élections confirment que peu de politiques parviennent à réussir l'exploit de passer de la chambre basse au grand corps. L'ex député, Hippolithe Mélius(OPL), a réussi le tour de force et se trouve sur les traces de Joseph Lambert et Kelly Bastien.
LLM

Haïti parmi les pays comptant des victimes civiles de conflits armés

Une étude du CICR dans laquelle notre pays rejoint l’Afghanistan, la RDC, le Libéria, le Liban et la Colombie qui ont vécu des années de guerre aux conséquences humanitaires incalculables
lundi 29 juin 2009,
Radio Kiskeya
Haïti fait partie de huit pays où la guerre et la violence armée ont fait de nombreuses victimes civiles ces dernières années, selon les conclusions d’une étude mondiale que le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) vient de rendre publique à Genève.
Intitulée "Notre monde : perspectives du terrain", l’enquête souligne que ces situations de conflit ont eu de graves conséquences physiques et psychologiques, mais aussi ont été à l’origine de catastrophes humanitaires allant du déplacement massif de populations à la dispersion des familles en passant par l’impossibilité d’accès aux produits de première nécessité.
Plus de 4.000 personnes interrogées ont apporté des témoignages troublants sur leurs expériences individuelles, besoins, inquiétudes, attentes et frustrations. Outre Haïti, ces éléments ont été répertoriés dans huit pays ayant été pour la plupart en guerre : Afghanistan, Colombie, République démocratique du Congo, Géorgie, Liban, Libéria et Philippines.
56% des sondés révèlent avoir dû abandonner leurs résidences pour fuir les combats tandis qu’environ 50% affirment avoir perdu tout contact avec au moins un proche parent. Les hostilités ont également privé une personne sur cinq de leurs sources de revenus.
Tout en affirmant n’avoir pas été personnellement ou directement touchées, 66% des personnes disent ressentir les effets des conflits. En Haïti, ce sentiment est quasi-général avec 98%, devant le Liban, le Libéria et l’Afghanistan, 96% chacun.
Concernant la perte de leurs revenus provoquée par la violence les ayant touchées directement, les personnes victimes en Haïti (40%) figurent parmi les plus nombreuses derrière l’Afghanistan (60%) et le Liban (51%).
Enfin, l’intégrité physique des victimes, elle est généralement peu épargnée. Dans les huit pays, 18% des personnes interrogées indiquent avoir été blessées au cours des combats. De plus, 17% ont subi des sévices corporels et 32% de graves humiliations.
La CICR souligne par ailleurs les graves difficultés d’accès aux services auxquelles ont été confrontées les personnes directement touchées par la violence armée en Afghanistan et en Haïti. Plus de la moitié d’entre elles ont été privées d’eau, d’électricité et de soins de santé.
« Cette recherche a un aspect novateur dans la mesure où elle nous donne un aperçu plus complet de la manière dont les victimes de conflits armés et de violence sont généralement touchées », relève Pierre Krähenbühl, directeur des opérations du CICR. « Ces chiffres représentent des millions de personnes qui luttent pour subvenir aux besoins de leurs enfants, qui ont été contraintes de fuir leurs villages sous la menace, ou qui vivent dans la peur permanente qu’un être cher soit tué, attaqué ou disparaisse. C’est très préoccupant », a fait remarquer le responsable.
Pour sa part, Charlotte Lindsey, directrice adjointe de la communication au CICR et chargée de la supervision de l’enquête, a ajouté « en s’entretenant avec un grand nombre de personnes, et en écoutant attentivement ce qu’elles ont à dire, nous pouvons saisir ce qu’elles vivent réellement. Cela nous permettra d’améliorer notre approche et d’aider ces personnes ainsi que d’autres personnes vulnérables ».
Réalisé par l’institut français de sondage Ipsos, le rapport du Comité International de la Croix-Rouge a été publié à l’occasion du 150e anniversaire, le 24 juin, de la bataille de Solférino, point de départ de la naissance du CICR, du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des Conventions de Genève . En 1859, cette bataille entre les troupes alliées franco-sardes et les soldats autrichiens avaient fait 38 000 morts et blessés à Solferino, dans le nord de l’Italie. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article5991

RESULTATS DES ELECTIONS SENATORIALES PARTIELLES HAITIENNES

Sénatoriales partielles : Lespwa remporte 5 nouveaux sièges au parlement
Le Conseil Electoral Provisoire a rendu public ce lundi 29 juin 2009 les résultats du deuxième tour des dernières sénatoriales partielles organisées le 21 juin dernier. Selon ces résultats, la Plateforme politique LESPWA, a remporté le scrutin dans au moins 5 départements géographiques du pays sur les 9 concernés par ces joutes.

- Département de l'Ouest : John Joseph Joël (LESPWA)
- Département de l'Artibonite : Jean Baptiste Jean Wily (AAA) , Louis Michelet (INDEPENDANT)
- Département de la grande Anse : Maxime Jean Roumer (LESPWA)
- Département des Nippes : Jeanty Jean William (KOMBA)
- Département du Nord : Moise Jean Charles (LESPWA)
- Département du Nord-est : PierreLouis Lucien Derex LESPWA, Joazile Jean Rodolphe (FUSION)
- Département du Nord-ouest : Hypolite Melius (OPL)
- Département du Sud : Laguerre Joseph Benoît (UCADDE)
- Département du Sud'Est : Lambert Wenceslass (LESPWA)