POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 13 mars 2010

Deux mois après, déplacés rime avec précarité

Deux mois après le tremblement de terre, les besoins médicaux restent importants en Haïti et les conditions de vie extrêmement précaires. Depuis le début de l'intervention d'urgence, les équipes MSF ont soigné plus de 54 000 patients, réalisé plus de 3 700 interventions chirurgicales et apporté un soutien psychologique à environ 22 000 personnes.
La saison des pluies a débuté, empirant les conditions de vie extrêmement difficiles de nombreuses familles déplacées dans la capitale haïtienne et ses environs. « Une vingtaine de sites, parmi les plus importants, ont reçu une assistance matérielle - tentes, bâches, latrines, eau, nourriture, etc. - et médicale de base» explique Colette Gadenne, une des responsables des activités MSF en Haïti au cours des dernières semaines. « Mais d'une part, l'assistance apportée à ces sites est incomplète et, d'autre part, des dizaines d'autres sites manquent toujours de l'aide la plus élémentaire. Des milliers d'Haïtiens n'ont encore rien reçu. »
Risques dans les camps. La pluie augmente les risques des déplacés d'être atteints par le paludisme ou contaminés par des maladies diarrhéiques, dans un contexte où le nombre de latrines dans les camps est insuffisant. Les déplacés dans les camps sont aussi exposés au risque de violence. Le faible éclairage et les mesures de sécurité insuffisantes sont des facteurs d'insécurité dans les camps, qui se mesure en partie par l'augmentation des cas de violence sexuelle.
Tout en se concentrant sur les activités médicales, MSF mène des interventions pour améliorer l'accès à l'eau, construire des structures sanitaires et des douches et distribuer de l'aide. 10 500 tentes ont été distribuées, ainsi que 18 000 paquets contenant du matériel tel que des ustensiles d'hygiène et de cuisine, des couvertures et des récipients, des bâches plastiques. Les équipes surveillent attentivement l'évolution de la situation dans les camps et au besoin informent les autorités sur les priorités urgentes.
Soigner les blessés jusqu'à la réhabilitation. De nombreux blessés ont encore besoin de soins médicaux. Certains bénéficient de chirurgie orthopédique pour que le membre fracturé redevienne fonctionnel autant que possible. Plus d'une centaine d'interventions de chirurgie orthopédique ont été effectuées durant le mois de février dans l'hôpital MSF Saint-Louis, à Port-au-Prince. Des interventions complexes telles que la pose de fixateurs internes peuvent être réalisées dans cet hôpital sous structure gonflable.
Les soins postopératoires mis en place par MSF incluent de la chirurgie plastique et de la microchirurgie, les traitements pour les personnes brûlées, la rééducation et le travail de préparation pour recevoir une prothèse, ainsi qu'un accompagnement psychologique.
Répondre aux besoins médicaux de la population. Des équipes MSF travaillent actuellement dans 26 structures médicales, hôpitaux et centres de santé, dans Port-au-Prince et dans quelques autres villes (Léogâne, Jacmel), avec une capacité totale de plus de 1300 lits. Les services pour les patients hospitalisés comprennent les soins obstétriques d'urgence, les soins pédiatriques et le traitement de la malnutrition compliquée pour les enfants. De plus, plusieurs cliniques ont été ouvertes pour les consultations de médecine générale.
MSF
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17214


Ban en Haïti ce dimanche

Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, se rendra ce dimanche en Haïti pour une visite d'une journée. C'est la seconde visite de M. Ban depuis le séisme du 12 janvier qui a durement touché le pays.
Selon les déclarations de son porte parole, Martin Nesirky, lors de sa visite à Port-au-Prince, M. Ban rencontrera René Préval, le Premier ministre Jean-Max Bellerive, ainsi que les dirigeants de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Il en profitera également pour visiter un camp de personnes déplacées.
N/ Radio Métropole Haïti

Football : Les clubs champions d'Haïti à la Concacaf des clubs champions et vice-champions

Le Tempête de St-Marc et le Racing FC des Gonaïves se préparent à rentrer dans la Concacaf des Clubs champions et vice-champions, édition 2010.
La formation gonaïvienne championne de la série aller du championnat national de première division, effectuera un voyage à destination de Curaçao dès demain (samedi 13 mars) pour affronter l'équipe de River Plate de Porto Rico (le 16 mars), le CSD Barber des Antilles néerlandaises , le 18 mars et le Hubentut Fortuna, un autre club des Antilles hollandaises deux jours plus tard.
De son côté, le Tempête de St-Marc qui était déjà présent la saison dernière à cette compétition régionale, entrera en lice le 13 avril prochain à Porto Rico. Les St-Marcois joueront leur premier match contre le second du groupe C compose de Leo Victor de Suriname, Joe Public de Trinidad, Avenues United de Saint-Vincent, et Devonshire Cougars des Bermudes. Ils affronteront ensuite le 17 avril, le vainqueur du groupe B composé de Bayamon FC de Porto Rico, de System 3 de Saint-Vincent et de Defense Force de Guyana.
Les deux représentants d'Haïti engagés dans cette competition internationale ont eu du mal à se préparer comme il faut pour la phase préliminaire de la Concacaf des clubs champions et vice-champions, faute de championnat national reporté pour cause de séisme. Ils se sont organisés pour jouer des matches amicaux entre eux de manière à retrouver un certain rythme avant d'effectuer leur entrée à la compétition.
La saison dernière, le Tempête de St-Marc avait effectué un parcours honorable dans le championnat de la Concacaf des clubs champions en attégnant les demi-finales de cette compétition.
Guyto Rivière
guytoriviere@yahoo.fr.

L’avocat Rosny Dieudonné abattu à Port-au-Prince par des inconnus

Me Dieudonné était membre du Cabinet particulier du ministre des haïtiens vivant à l’étranger
L’avocat Rosny Dieudonné a été abattu par balle ce vendredi aux environs de 1 heure 30 p.m. au centre de la capitale, à proximité des ruines de la Cathédrale de Port-au-Prince.
Me Dieudonné était au volant de son véhicule et n’aurait été dépouillé d’aucun objet par son ou ses agresseurs. Il venait juste de procéder à la supervision d’une opération d’affichage pour compte d’une firme privée de communication.
Ancien membre de l’équipe dirigeante de la Société Haïtienne d’Epargne de Crédit (SHEC) qui a fait faillite, et ancien consultant à la Direction générale de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Me Rosny Dieudonné faisait partie du Cabinet particulier du Ministre des haïtiens vivant à l’étranger, Edwin Paraison.
Une certaine tendance à la remontée de l’insécurité est notée à Port-au-Prince où l’on a enregistré au moins un cas de kidnapping depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010. La police de l’ONU (UNPOL) et la PNH ont annoncé jeudi la décision de conjuguer leurs forces en vue de rattraper de dangereux évadés de prison et de faire échec à la reconstitution en cours des gangs. [jmd/Radio Kiskeya]

Au moins 13 morts dans des inondations en Haïti

Publié le 27 février 2010 à 14h49 | Mis à jour le 28 février 2010 à 21h30
Agence France-Presse Port-au-Prince
Treize personnes ont trouvé la mort samedi, victimes d'inondations provoquées par de fortes pluies dans le sud-ouest d'Haïti, selon un bilan fourni dimanche soir par la Protection civile à Port-au-Prince.

Au moins trois personnes sont portées disparues, 3000 ont été évacuées qui ont un besoin de nourriture et d'eau, a alerté la Protection civile dans un communiqué.
Plusieurs localités ainsi que des résidences ont été inondées dans la ville des Cayes (160 km au sud de Port-au-Prince), qui avait été épargnée par le séisme du 12 janvier, forçant des dizaines de personnes à se réfugier sur le toit de leurs maisons, avait indiqué samedi un parlementaire de la région.
Le secteur agricole et les routes ont été sérieusement affectés par les intempéries, ont signalé les autorités qui font également état d'éboulements dans plusieurs localités.
Ces inondations viennent s'ajouter aux conséquences du séisme dévastateur qui a fait 222 500 morts et plus d'un million de sans-abri dans la capitale et ses environs.
Elles pourraient présager des épreuves qui attendent Port-au-Prince avec le début de la saison des pluies dans quelques semaines, laissant une grande partie de la population à la merci des intempéries.