POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 14 novembre 2011

A la découverte des trésors de la terre Haïtienne

A la découverte des trésors de la terre Haïtienne Cacao, café, écorces d’orange amère, vétiver, canne à sucre : du 15 au 20 novembre la manifestation Ti Coup d’œil sou Haïti a pour thème « Haïti terre fertile ». L’occasion de découvrir la richesse des produits de l’IIe et de comprendre les enjeux de la coopération pour leur développement durable
Catastrophes naturelles, crise politique permanente, misère économique, violence endémique, conditions sanitaires désastreuses… Au fil de l’actualité, la liste des calamités affectant la population haïtienne semble nourrir un cycle de fatalité sans fin.
Haïti mérite pourtant d’être découvert sous un autre angle : celui de ses richesses culturelles et de son patrimoine. C’est l’objectif, depuis 2004, du festival Ti coup d’œil sou Haïti organisé par la ville de Suresnes pendant la Semaine de la Solidarité Internationale.
La richesse agricole figure au nombre de ces atouts, en dépit des fléaux qui en fragilisent la valorisation. Corossols, mangues, grenadines, patates douces, giraumons, oranges amère : la terre haïtienne regorge de trésors naturels.
Du 15 au 20 novembre « Haïti terre fertile » est donc le thème de la 7 ème édition de Ti coup d’œil sou Haïti. Exposition, ateliers, rencontres, conférence, invitent à découvrir les richesses locales avec un coup de projecteur sur cinq produits phares de la terre haïtienne que nous connaissons surtout une fois transformés: le cacao, les écorces d’orange amère, la canne à sucre, le vétiver et le café.
Si Haïti est une terre fertile, la production agricole locale ne représente pourtant que 48% de la disponibilité alimentaire du pays. Jusqu'à la fin des années 1980, les trois quarts de la population active travaillait dans l'agriculture. Mais le manque d'infrastructures et d'irrigation, l'érosion des terres et les catastrophes naturelles ont entraîné un déficit de production et un déclin du secteur agricole.
« En 30 ans, la population haïtienne a doublé alors que la production agricole a diminué d’environ 70 %. D’où une volonté internationale de soutenir cette production, précise Jean-Louis Testud adjoint au maire délégué aux relations internationales et à la coopération décentralisée. En 2008, lors de l’envolée des prix des matières premières, la dépendance d’Haïti aux marchés céréaliers et aux aliments de base a aggravé la situation alimentaire. Cette crise a conduit de nombreuses coopérations françaises à axer leurs aides sur des actions liées à l’agriculture durable, qui, en particulier depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010, a un rôle clé à jouer dans la lutte contre la faim et la pauvreté.
Une exposition permettra ainsi d’en savoir plus sur la valorisation des filières de ces cultures et de découvrir les usages de ces produits traditionnels. Des étals de marché de produits haïtiens traditionnels, pour la plupart méconnus de ce coté de l’Atlantique, seront également installés. Des Haïtiens et des acteurs de la Coopération française agissant sur ces filières seront présents lors des divers ateliers pour faire découvrir la richesse des produits issus de la terre haïtienne.
C’est notamment le cas du Conseil Général des Hauts-de-Seine qui mène depuis 2008, un programme dans le nord d’Haïti visant à améliorer la production des fèves de cacao, la valoriser sur les marchés internationaux, permettre une certification biologique et renforcer les producteurs locaux. Le Conseil régional d'Aquitaine mène aussi, avec des partenaires -ONG et associatifs-, deux programmes de "Sécurité alimentaire et Lutte contre la Pauvreté " et de "Gestion des espaces forestiers" qui bénéficient à plusieurs centaines de familles haïtiennes « Depuis que le maire de Suresnes a créé le groupe Haïti au sein de l’association Cités unies France, qui fédère les collectivités territoriales françaises engagées dans la coopération internationale, le nombre de collectivités présentes en Haïti a triplé, souligne Jean-Louis Testud.
Plus on soutient le développement local, plus on renforce la démocratie, plus on permet de créer des emplois et de faire naître un espoir d’avenir ».

Contact presse : Arnaud LEVY 01 41 18 15 52 / 06 28 81 11 96 alevy@ville-suresnes.fr

Novembre 2011
Le Café, perle noire d’Haïti.- Introduit par les Jésuites de Martinique en 1726, le café se développe sous la colonisation française et devient un pilier de l'économie après l'indépendance du pays en 1804. La « perle noire » d’Haïti, aujourd’hui reconnue dans le monde entier, est la première denrée agricole d'exportation du pays. Les producteurs se démarquent des grandes compagnies en se fondant sur un développement écologique et durable, contribuant à l’expansion de la production de café équitable depuis les années 1990. Le café est aujourd’hui source de revenus pour près de 200 000 familles rurales d’Haïti. Les régions caféières ont de surcroît en Haïti un rôle indéniable dans la protection de l’environnement et représentent les rares zones encore boisées du pays.

Le Cacao, familial et haut-de-gamme.- Il est principalement cultivé dans le Nord, au sein de plantations familiales, qui se sont constituées en coopératives cacaoyères dans les années 80 à la chute de la dictature afin d’améliorer la commercialisation. En France les fèves en provenance d’Haïti, sont issues de variétés anciennes d’excellente qualité. Réputées pour leurs arômes elles sont destinées à la chocolaterie haut de gamme et au marché du commerce équitable. Aujourd’hui, la culture du cacao se tourne de plus en plus vers l’exportation.

Le Vétiver, l’atout parfum
Les vertus de ses racines en font une plante médicinale traditionnelle, mais c'est en cosmétologie et en parfumerie qu’il est le plus utilisé et que nous le consommons souvent sans le savoir : 80% du marché mondial d’huile essentielle de vétiver provient d’Haïti. Cette herbe, qui pousse dans des milieux humides ou secs s'adapte à toutes les qualités de terre. Un plant de vétiver peut vivre de 50 à 60 ans. Une fois coupées, les tiges sont exploitées dans l’artisanat traditionnel, la fabrique de papier, peuvent servir de chaume pour les toitures et de fourrage pour le bétail. Sa culture constitue aussi un atout primordial contre la déforestation qui frappe Haïti car ses racines longues et fixes permettent d’éviter l’érosion des sols.

L’orange amère, base du Grand- Marnier .- Distillée avec de l’eau-de-vie macérée, ses écorces entrent dans la composition du Grand-Marnier, liqueur qui est la plus exportée de France. Il faut environ huit kilos de fruits pour produire un kilo d’écorces. L'essence de ce produit est fabriquée dans la région du Cap-Haïtien. Toutes les activités –récolte, séchage, macération, pressage- sont faites manuellement.

La canne, à sucre, patrimoine historique .- Cultivée en monoculture ou en association avec d'autres cultures, c’est l’activité agricole traditionnelle, en Haïti où la canne à sucre a été introduite lors du second voyage de Christophe Colomb. Sa transformation en sucre a été le pilier de l’économie coloniale et a constitué un produit salvateur pour la population indigène. La vente sur les routes et au hasard des rues de morceaux de cannes continue de représenter un apport énergétique populaire de base et garantit une bonne hygiène dentaire. Cinq produits proviennent aujourd’hui de la transformation de la canne, dont certains sont destinés à l’exportation : le sucre, le clairin, le rapadou, le sirop de consommation et le rhum.

De Suresnes au Cap Haïtien : 13 ans de coopération décentralisée
La ville a fait le choix d’une aide au développement fondée sur un échange d’expérience et de savoir faire. Objectif développer la responsabilisation des acteurs locaux. Depuis 1998, la ville de Suresnes a fait le choix d’appuyer de manière pérenne, le Cap Haïtien deuxième ville d’Haïti par sa population. Alors que ses infrastructures ne sont prévues que pour 40 000 habitants, elle en compte environ 700 000. Le Cap Haïtien dispose de nombreux atouts pour son développement (un port, un aéroport, un patrimoine architectural remarquable, la proximité de sites touristiques) mais doit faire face avec l’accroissement de sa population à un urbanisme non maîtrisé, à l’insalubrité, au risque sismique et cyclonique.
Suresnes appuie la Mairie du Cap Haïtien pour la mise en œuvre de projets structurants dans le cadre de son développement social et urbain selon les règles de la bonne gouvernance. Cette coopération s’attache à renforcer les capacités des agents et élus en transmettant des outils et méthodologies pour développer la responsabilisation des acteurs locaux. Dans un pays comme Haïti où les instances étatiques et les services publics font défaut, le renforcement des capacités des collectivités locales participe à la consolidation de la démocratie au plus près des populations.
La contribution de Suresnes passe avant tout par ses cadres et techniciens qui échangent des expériences et des savoir-faire, transmettent des outils et des méthodologies à leurs homologues du Cap Haïtien. Cet accompagnement permet à la Mairie du Cap Haïtien d’acquérir des compétences, de se responsabiliser pour conduire des projets et solliciter des financements internationaux.
La ville de Suresnes travaille sur ces actions avec de nombreux partenaires et mobilise avant tout ses agents. Fondée sur une réciprocité d’échanges, cette coopération apporte en retour à Suresnes, ses agents et ses habitants une culture d’ouverture et de solidarité internationale. Elle favorise l’engagement citoyen et invite les agents à s’ouvrir sur d’autres problématiques.
Le travail engagé a notamment permis de lancer trois projets d’envergure :
1.- Lutter contre la menace des déchets.- Au Cap Haïtien, les déchets ne sont pas collectés de façon régulière et organisée, mais sont déposés dans des zones marécageuses, où vivent des milliers de personnes. Face à cette catastrophe écologique, sanitaire et sociale, Suresnes, en partenariat avec l’Agence Française de Développement, accompagne la création d’une décharge contrôlée et la mise en place d’une collecte organisée.
2.- Sauver le patrimoine historique de la vieille ville.- Bien que d’une grande richesse, le patrimoine de la vieille ville du Cap Haïtien, à l’architecture de type néo-colonial en bois, est en forte dégradation. En collaboration avec l’Université de la Sorbonne IV, l’Agence Française de Développement et l’Institut Haïtien de Sauvegarde du Patrimoine National, Suresnes a initié un projet visant à faire l’inventaire du patrimoine remarquable et à réaliser des actions de réhabilitation. Objectif final : permettre le classement de la vieille ville au Patrimoine mondial de l’Unesco.
Favoriser l’aménagement d’un nouveau quartier .- Confronté à l’importance des populations déplacées et des familles vivant dans des zones à risque, et soucieuse de trouver une réponse à la bidonvilisation des bassins versants et des mangroves de la ville, la Mairie du Cap Haïtien prône le développement d’un nouveau quartier dans la conurbation de la ville.
Suresnes s’attache à réunir des partenaires compétents pour mener des études prenant en compte les déplacements de la population, le développement économique, l’aménagement urbanistique, les problématiques environnementales et les risques naturels.

Novembre 2011
Programme
Mardi 15 novembre
17h à 19h A la Mediathèque – 5 rue Ledru-Rollin
Colloque grand-public « Haïti : une terre fertile, la restructuration de l’agriculture pour une autosuffisance alimentaire » animée par Richard Michel, journaliste. Avec les acteurs de la coopération française et leurs partenaires (Conseils Régionaux d’Aquitaine et de Bretagne, Conseil Général des Hauts-de-Seine, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontière, AFDI (Agriculteurs français et développement international) Dordogne, Agrisud International, chocolatier alto-séquanais, etc.)

Mercredi 16 novembre
Journée en présence des représentants de la Région Aquitaine et de l’association AFDI Dordogne sur leur coopération

Animations
11h et 16h : « Du caféier à votre tasse » : Procédés de fabrication de la perle noire d’Haïti, suivie d’une dégustation de café haïtien
14h30 - 15h15 : « De la cabosse à la plaquette de chocolat » Suivie d’une dégustation de chocolat haïtien
15h30 : Visite guidée de l’exposition sur l’agriculture, la déforestation et l’accès à l’eau en Haïti, conçue par le Conseil Communal de la Jeunesse
Samedi 19 novembre :
11h30 et 17h : Démonstrations de cuisine haïtienne
Manifestations en accès libre, tout public

Haiti’s artisans getting lots of attention and new buyers

BY Jacqueline Charles The country’s artisan community is attracting high-profile collaboration from well-known designers and retail stores
BY Jacqueline Charles
jcharles@MiamiHerald.com
PORT-AU-PRINCE -- Sketch pad in hand and an oversized papier-mâché handbag hanging off her shoulder, fashion icon Donna Karan walked the workshop floor, checking on samples while giving creative feedback to workers on their handiwork.
Far from the couture runways of New York’s Fifth Avenue, Karan was in earthquake-battered Haiti in August, picking up the last samples for an exhibit in Berlin, Germany that was to showcase Haiti’s artisans. It is the craftspeoples’ skill and talent that’s helping to drive the country’s reconstruction after last year’s devastating earthquake.
“This place is amazingly creative,” said Karan, standing amid dozens of Caribbean Craft employees quietly at work making Christmas wall décor with paper, water and glue made from locally grown yucca. “It really is inspirational.”
After years of watching their once-thriving sector slowly die as U.S. buyers and others pulled out and turned their sights to China, Haiti’s artisans are enjoying a resurgence as high-profile supporters like Karan champion their creative talents while helping them develop new products and attract potential new buyers. The endeavor is part of a broader effort taking shape in post-quake Haiti to make foreign aid less about handouts and more about empowering Haitians by creating jobs.
“When I work as the co-chair with the prime minister of the Interim Haiti Reconstruction Commission, we have to focus on the problems to be solved,” former U.S. President Bill Clinton said during a recent visit, highlighting the sector’s economic possibilities. “But over the long run, the answer for Haiti is for each and every Haitian to be able to make a decent living doing something he or she is good at.”
Clinton, a supporter of Haiti’s artisans long before the quake brought greater attention to their plight, believes the sector has the potential to help Haiti build a modern economy.
That belief has led his foundation and the Clinton Bush Haiti Fund, formed after the quake at the request of President Barack Obama, to invest in the sector by providing grants and loans to small and medium-size businesses. The money is being used to expand and boost jobs to meet the growing demands for intricate metal works, papier-mâché ornaments and vibrant beading designs.
While some of the money have gone to help individual companies replace workshops destroyed in the quake, others have gone to help strengthen the sector as a whole.
For instance, a grant from the Clinton Bush Haiti Fund is helping to set up several artisans’ networking depots throughout the country. Operated by Haitian entrepreneurs, the depots will offer artisans help with everything from product development to export forms to the packaging and shipment of orders.
Meanwhile, a new factory by philanthropist and Diesel Jeans Canada CEO Joey Adler in Croix des Bouquet will put profits back in the community. It will feature an intricately designed fence — a work of art itself — made by local metal workers in the area. The factory will also have a showroom where the artisans can exhibit their work for prospective buyers.
These are part of the effort to add value to the artisans’ work and ensure that investments have a lasting effect, say supporters.
“We’re hoping that Haiti as a brand will rise,” said Willa Shalit, chief executive and founder of Fairwinds Trading, a consultant on the depot project who has spent the last year connecting U.S. retailers and designers with Haitian artisans. “There is creativity in Haiti that is incredibly magic and very powerful. Yes, eventually it can be imitated in China but it won’t be the same, any more than if they try to imitate French wine.”
Aware of the ongoing challenges of Haitian artisans — from sub-par workshops to a reliance on mother nature to dry the paint on their handcrafts — Shalit and her team have been working on building up artisan’s ability to supply, and strengthening their relationships with buyers, “so that over time those relationships will endure and there will be a sustainable market.”

Last year, the Fairwinds Trading and Brandaid Project teamed up to collaborate with Haitian artisans on behalf of home décor handcrafts for Macy’s Heart of Haiti collection. The retailer remains the largest buyer of handcrafts from Haiti to date, and this summer its chairman and CEO, Terry Lundgren visited /the country along with lifestyle guru Martha Stewart and fashion designer Rachel Roy.
“[Macy’s is] committed for the long-term to work with the artisans and sell their product,’’ said Shalit, adding that, “Roy has been doing stunning jewelry out of Haiti and Martha is developing products.”
Karan first visited Haiti after the quake with Adler, a friend and fellow philanthropist who has been working in Haiti for several years. Karan now travels to the country frequently for several days at a time to collaborate with artists, and through her Urban Zen Foundation, she’s trying to help artisans add value to their work.
“Right now, what we are tying to do is get an opportunity for the people to scale-up to the level where they can work with other designers,” she said.
Said Adler of Karan’s efforts: “She has really opened my eyes to a Haiti I had never seen. I always saw the heartache. Now I see the artistry, the beauty.”
On this particular day, the Caribbean Craft workers were not only working on Karan’s commissioned samples but also finishing up a huge order from Anthropologie, the Philadelphia-based retail-store chain.The company requested 55,000 pieces that included papier-mâché Christmas ornaments and wall-hanging elephants. The company began featuring Caribbean Craft’s products even before the quake after seeing the wall décor line during a New York trade fair. Anthropologie made an an initial purchase of $60,000 at that trade fair and has continued its relationship since, even after Caribbean Craft owner Magalie Dresse was working out of her house because the quake had destroyed her workshop.
The commitment, subsequent market exposure and orders from other buyers has allowed Caribbean Craft to double its employees and add artisans groups from across the country. They’ve also added unskilled workers from a tent city across the street in Port-au-Prince.
“It’s not complicated. It comes to me very naturally,” Widlene Noze, 24, who lives in a tent, said as she covered an elephant’s head with paper.
And that, says Dresse, is the real power of the artisan sector — the ability to train workers within days and give them the opportunity to earn a living.
“Each and every Haitian is an artisan,” she said.
After 11 years of working to give Haiti’s vibrant and unique handcrafts an outlet beyond the country’s hidden workshops and few tourists shops, Dresse said she is, for the first time, hopeful and confident that “the artisans will know brighter days.”
“Not only do I think it’s possible I know it’s possible,” she said. “The sector is moving. We have new products, new designers are coming in and we have buyers committed to placing purchase orders. I won’t be surprised if similar companies like mine begin emerging.”
http://www.miamiherald.com/2011/11/13/2501183_p2/haitis-artisans-getting-lots-of.html

Haitian Ministers out of Danger following Emergency Landing of Helicopter

by The Ministry of Foreign and Religious Affairs ..
PORT-AU-PRINCE, Haiti (defend.ht) - Saturday, November 12, 2011. After a successful day's work with the Cabinet of Ministers held in retirement at Club Indigo, Prime Minister Garry Conille accompanied by the Minister of the Interior, Local Authorities and National Defense Thierry Mayard-Paul and the Minister of Foreign Affairs and Religion, Laurent Lamothe, took the helicopter towards the Montcel in Kenscoff for a meeting with the President of the Republic.
After the meeting, the Prime Minister and his ministers and their staff took the way back to Port-au-Prince at 5:30 PM. Following the departure of the aircraft, the weather deteriorated rapidly and the helicopter was lost through a fog. Having saved several trees, the helicopter made an emergency landing in a field of crops.
The landing was rough, but succeeded in a field close to where the Head of State spent the weekend. Grace at the experienced pilot, the prime minister and other passengers were able to escape unharmed.
While the Prime Minister came out of the helicopter after a few minutes, the local population was quick around the scene of the accident to investigate the situation. The pilot, meanwhile, found the direction that led to the road. The people who immediately recognized the officials, has expressed his joy and offered assistance to passengers.
Pending the specialized unit CAT Team for their help, the Prime Minister and Ministers are addressed to the people about the accident and took the opportunity to express their gratitude for his willingness to help.
"This is the true spirit of the Haitian people, and when a fellow is in danger, they are helping him regardless of who he is," said the Prime Minister.
Although the events of the evening were dramatic, the Prime Minister and his ministers were never in danger and were rescued by teams of highly trained PNH within 15 minutes after the incident.
Senior officials of the State were then returned to Port-au-Prince, where they could return to their homes safely. The Prime Minister and his ministers are grateful for the support and concern expressed by the Haitian citizens.
-END-
http://defend.ht/politics/articles/executive/1985-haitian-ministers-out-of-danger-following-emergency-landing-of-helicopter

Audit de l'Observatoire haïtien de l'Eau et de l'Assainissement

Par Claude TOUTANT

Thématique: Eau
Rubrique: Initiatives-Actions
L'Office International de l'Eau (OIEau) était intervenu fin 2008 en Haïti pour définir les missions de l'Observatoire haïtien de l'Eau et de l'Assainissement, prévu pour suivre l'évolution du secteur et permettre sa coordination et sa planification à l'échelle nationale. La mission de l'OIEau était axée stratégiquement sur les fonctions suivantes :
- faire remonter du terrain uniquement des variables factuelles;
- s'adosser sur un nombre réduit d'indicateurs de performance;
- instaurer les procédures de collecte et de calcul des indicateurs qui ont été proposées;
- mettre en place un module d'aide au calcul des indicateurs de performance à développer.

Il est apparu que le chemin parcouru depuis ces propositions devait être analysé. Certaines propositions ont pu se révéler inutiles et d'autres bien qu'utiles ont pu rencontrer des difficultés dans leur mise en place et engendrer ainsi une situation dommageable pour la planification et l'aide à la prise de décision dans le secteur de l'assainissement et de l'eau potable en Haïti.
Par ailleurs, l'impact de la structuration progressive de la Direction Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement (DINEPA) a pu influer sur les rôles et attributions confiés à l'observatoire.
L'OIEau mène donc en 2011 une évaluation de l'Observatoire National de l'Eau Potable et de l'Assainissement en Haïti afin de :
- relever les évolutions positives ou négatives;
- statuer sur les atteintes des différents objectifs qui étaient fixés;
- proposer les mesures susceptibles d'améliorer ou de corriger la gestion et le fonctionnement de l'Observatoire ou d'atteindre de nouveaux objectifs.
Contact : Jean Marc Berland, jm.berland@oieau.fr
Marc-Yvan LAROYE, my.laroye@oieau.fr
http://www.mediaterre.org/caraibes/actu,20111114141905.html

AINSI SE REVEILLA LE MONDE CE 14 NOVEMBRE 2011

La Syrie défie la Ligue arabe

Le ministre syrien des Affaires étrangères estime que la décision de la Ligue est un "pas dangereux". La suspension de la Syrie de la Ligue arabe est un "pas dangereux", a estimé, lundi, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem, affirmant que son pays "ne fléchira pas". "La décision de la Ligue arabe de suspendre la Syrie (...) représente un pas dangereux", a indiqué Walid Mouallem, au cours d'une conférence de presse, ajoutant que la Syrie "paie le prix de ses positions fermes", mais qu'elle "ne fléchira pas et sortira plus forte". "Les complots ourdis contre la Syrie échoueront", a-t-il ajouté. Le ministre syrien a, en outre, exclu l'éventualité d'une intervention étrangère en Syrie. "La Syrie n'est pas la Libye. Le scénario libyen ne se répétera pas. Ce qui se passe en Syrie est différent de ce qui s'était passé en Libye, et le peuple syrien ne doit pas s'inquiéter", a-t-il estimé. "Je suis sûr que la Russie veut jouer un rôle efficace dans le dialogue qui va se tenir (entre le pouvoir syrien et les opposants), et ceci est une chose positive", a-t-il poursuivi…http://www.lepoint.fr/monde/la-syrie-defie-la-ligue-arabe-14-11-2011-1395917_24.php

Les Bourses fébriles après la nomination de Mario Monti
Les Bourses européennes et asiatiques ont ouvert et clôturé leurs échanges dans le vert lundi, au lendemain de la nomination de l'ex-commissaire européen comme président du Conseil italien. Mais à la mi-journée, Paris repassait dans le rouge
Paris dans le rouge à la mi-journée
La Bourse de Paris était dans le rouge lundi en fin de matinée (-0,56%). A Milan, la Bourse était tout juste dans le vert, à +0,81 %, mais Francfort virait aussi au rouge. Le résultat de l'émission italienne sur une ligne obligataire à 5 ans qui était très attendue par les marchés, a permis de lever 3 milliards d'euros, soit un montant conforme aux attentes, mais l'inuiétudes investisseurs n'a pas disparu. Les taux se sont inscrits à 6,29% contre 5,32% lors de la dernière adjudication comparable. "Les taux sont certes élevés mais cela est logique dans le contexte actuel, ce n'est ni dramatique ni enthousiasmant et le marché se replie surtout en raison des prises de bénéfices", a expliqué un analyste, rappellant que vendredi la cote parisienne avait pris 2,73%....
http://lci.tf1.fr/monde/europe/les-bourses-en-hausse-pour-saluer-la-nomination-de-mario-monti-6819910.html

Les trois humanitaires français, otages au Yémen, sont libres.-
Ils étaient retenus par Al-Qaïda depuis plus de cinq mois : ces trois humanitaires français, qui travaillent pour l'ONG Triangle Génération Humanitaire, ont été libérés via le sultanat d'Oman qui aurait payé la rançon. Ils sont en route pour Paris. Le soulagement, évidemment. Chez Triangle Génération Humanitaire, une ONG basée à Lyon, on respire. Leurs trois travailleurs humanitaires, enlevés le 28 mai dernier, sont désormais libres. Et en bonne santé, selon un chef tribal qui a mené la médiation auprès d'Al-Qaïda. Officiellement, on n'en saura pas beaucoup plus. Le Quai d'Orsay ne fait aucun commentaire. La présidence française se borne à "remercier chaleureusement le sultan d'Oman et les autorités omanaises pour leur aide déterminante, ainsi que toutes les personnes ayant contribué à cet heureux dénouement"…
http://www.franceinfo.fr/politique-otages/les-trois-humanitaires-francais-otages-au-yemen-sont-libres-445827-2011-11-14

Bras de fer entre Washington et Pékin autour du yuan.-
Les Etats-Unis estiment que la Chine n'a toujours pas fait "assez" pour réévaluer sa monnaie en dépit d'une "légère amélioration", a déclaré, dimanche 13 novembre, M. Obama à propos de la parité du yuan, lors d'une conférence de presse à Hawaï dans le cadre du sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC). Les partenaires commerciaux de la Chine réclament depuis des années que Pékin réévalue sa monnaie, dont la sous-évaluation confère, selon eux, un avantage indu aux exportations de Pékin. Washington fait aussi valoir qu'un yuan plus fort soutiendrait les importations de la Chine et porterait la croissance mondiale…
 http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/11/14/bras-de-fer-entre-washington-et-pekin-autour-du-yuan_1603198_3234.html

La fusée russe Soyouz lancée, reprise des vols habités vers l'ISS.-
De Viatcheslav OSELEDKO (AFP) – BAIKONOUR — La Russie a lancé lundi une fusée Soyouz avec trois cosmonautes à bord, marquant la reprise des vols habités vers la Station spatiale internationale (ISS) suspendus en août après l'échec du décollage d'un vaisseau russe de ravitaillement. Les Russes Anton Chklaperov et Anatoli Ivanichine, ainsi que l'Américain Dan Burbank ont décollé à 04H14 GMT depuis le cosmodrome russe de Baïkonour, situé au Kazakhstan, à bord d'un vaisseau Soyouz-TMA emporté par une fusée Soyouz-FG, a constaté un photographe de l'AFP. Le lancement de la fusée a illuminé le ciel gris entourant le pas de tir enneigé de Baïkonour et la capsule Soyouz-TMA a été placée en orbite quelques minutes après, selon le centre de contrôle….
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5glV7aTRLnbrUpSqlL7WFfeCUIL9Q?docId=CNG.16e27bd12bfd1eb01ac9eb5637974fb6.b1

Le problème du nucléaire iranien : Iran : La Grande-Bretagne prête à intervenir.-
Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a indiqué, ce lundi, ne pas envisager ou prôner pour le moment d'action militaire contre l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé. Mais il a estimé que "toutes les options doivent rester sur la table" contre Téhéran. Le programme nucléaire iranien inquiète. Le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), daté de la semaine dernière, a fait l'effet d'une bombe. Car celui-ci fait état « de sérieuses inquiétudes concernant une possible dimension militaire du programme nucléaire iranien ». Une éventualité qui suscite des craintes à l'échelle internationale. Mais pour le moment aucune action militaire n'est encore prévue ou préconisée. Mais une porte a été entrouverte par le ministre britannique des Affaires étrangères. William Hague a indiqué, ce lundi, que « toutes les options doivent rester sur la table » contre Téhéran…
http://www.francesoir.fr/actualite/international/iran-grande-bretagne-prete-intervenir-156462.html

Berlin s'alarme d'une "nouvelle forme de terrorisme d'extrême droite".-
Les néonazis continuent de faire la "une" en Allemagne. Les autorités ont mis en garde, dimanche 13 novembre, contre l'apparition d'une "nouvelle forme de terrorisme d'extrême droite" à la suite de la divulgation d'un film dans lequel des militants néonazis revendiquent l'assassinat de neuf immigrés entre 2000 et 2006. Le parquet a déclaré, dimanche, que la police avait arrêté une personne soupçonnée de complicité avec ce groupe originaire de l'est de l'Allemagne, et qui se qualifie dans le film de "mouvement clandestin national-socialiste". Les enquêteurs estiment, par ailleurs, que cette cellule néonazie serait à l'origine du meurtre d'une policière en 2007…
http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/14/berlin-s-alarme-d-une-nouvelle-forme-de-terrorisme-d-extreme-droite_1603220_3214.html

Ossétie du Sud: l'UE et l'Otan ne reconnaissent pas la "présidentielle".-
BRUXELLES (AFP) - L'Union européenne et l'Otan ont indiqué lundi ne pas reconnaître la légitimité de l'élection "présidentielle" organisée dimanche en Ossétie du Sud, une petite région séparatiste géorgienne reconnue par Moscou. "L'Otan ne reconnaît pas les élections qui se sont tenues le 13 novembre (...) La tenue de telles élections ne contribue pas à un règlement durable et pacifique de la situation en Géorgie", a déclaré dans un communiqué le secrétaire général de l'alliance, Anders Fogh Rasmussen. De son côté, l'Union européenne a également indiqué "ne pas reconnaître" ce processus électoral et a "réaffirmé son soutien à l'intégrité territoriale et à la souveraineté de la Géorgie", selon un porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton…
http://www.liberation.fr/depeches/01012371251-l-ossetie-du-sud-elit-son-president-sous-l-oeil-attentif-de-moscou

La plus grande favela du pays reprise par la police.-
 Les forces de sécurité ont repris le 13 novembre le contrôle des bindonvilles de Rocinha et Vidigal à Rio de Janeiro, deux favelas aux mains des narcotrafiquants depuis trente ans, rapporte le quotidien. L'opération, qui a mobilisé près de 3 000 personnes, n'a rencontré aucune résistance armée. Les autorités brésiliennes tentent depuis 2008 de reprendre ces quartiers en prévision du Mondial de football 2014 et de Jeux olympiques 2016. Le 9 novembre, le trafiquant de drogue le plus recherché de Rio a été arrêté. http://www.courrierinternational.com/breve/2011/11/14/la-plus-grande-favela-du-pays-reprise-par-la-police

22 cachalots meurent échoués sur une plage de Tasmanie.-
Samedi soir près de Strahan sur l'île australienne de Tasmanie, 22 cachalots se sont échoués à Ocean Beach. Lundi, les autorités ont annoncé que les cétacés étaient morts mais qu'une tentative de sauvetage était toujours en cours pour aider deux autres cachalots coincés dans le port. C'est un spectacle navrant auquel ont assisté ce week-end les habitants d'Ocean Beach près de Strahan, sur la côte nord-ouest de Tasmanie. Samedi dans la soirée, un groupe de 22 cachalots s'est approché dangereusement de la côte et est venue s'échouer sur une des plages de Macquarie Harbour. Ajouté à cela, quatre autres cétacés sont entrés dans le port et ont été coincés par un banc de sable, tandis que deux baleines de Minke (petits rorquals) se sont également échouées non loin, précise l'AFP.
http://www.maxisciences.com/cachalot/22-cachalots-meurent-echoues-sur-une-plage-de-tasmanie_art18557.html

Chine : le bilan dans l'explosion d'un restaurant s'alourdit à huit morts.-
La découverte du corps d'une femme dans les décombres, à la suite d'une explosion survenue lundi matin dans un restaurant à Xi'an, capitale de la province du Shaanxi (nord-ouest), porte le nombre total des morts à huit. Les pompiers ont découvert le corp de la victime dans les débris d'un restaurant de fast-food, situé au rez-de-chaussée du Jiatian International Maison, un bâtiment commercial dans le district de Gaoxin, a annoncé dans un communiqué le gouvernement municipal. L'hôpital Gaoxin et l'Hôpital provincial du Peuple vers lesquels ont été transportées les victimes ont rapporté un total de sept morts, toujours en cours d'identification, selon un communiqué des autorités locales. Sur les 31 personnes ayant été blessées dans cette explosion, sept sont toujours dans un état critique, a indiqué le Bureau municipal de la santé.
http://french.cri.cn/621/2011/11/14/302s260961.htm