POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 22 août 2010

YOUTH OLYMPIC GAMES: SINGAPORE 2010....S'pore fall 0-2 to Haiti

Aug 22, 2010

The Cubs who went in as the favourites,
 fell to a shock 0-2 loss to Haiti in the semi-finals
 on Sunday night. --
PHOTO: YOGOC/SEYU TZYY WEI
By Gerard Wong

SINGAPORE'S dreams of reaching the Youth Olympic Games football final crumbled to dust in front of a packed Jalan Besar Stadium as the Cubs fell to a shock 0-2 loss to Haiti in the semi-finals on Sunday night.
The Cubs went in as the favourites after beating Zimbabwe 3-1 and Montenegro 3-2 in their group matches. Haiti, on the other hand, had squeaked into the semis after coming from behind to beat Vanuatu 2-1. They had been thrashed 0-9 by Bolivia in their first group match.
But it was Haiti who triumphed in the end, thanks to their guile, poor finishing by the Singapore attack and two mistakes by the Cubs' defence. Singapore gradually dominated the match after a cagey opening 10 minutes but missed two wonderful opportunities to score.
Midfielder Ammirul Mazlan dived to connect with Jonathan Tan's inswinging freekick in the 19th minute but headed just wide. Two minutes later, Hanafi Mohd Akbar brilliantly dribbled past two Haiti defenders before whipping a cross to the unmarked Brandon Koh at the far post but the midfielder headed upwards in front of an open goal.
Hanafi Mohd Akbar also missed a chance to score in the 30th minute when his low shot was palmed away by Haiiti goalkeeper Jeff Petit Frere. A lapse by Singapore goalkeeper Fashah Rosedin three minutes before the break then gave Haiti a shock lead and dealt a psychological blow to the Cubs.
The 15-year-old - who was also at fault when Montenegro scored their first goal on Thursday - looked like he had Bertrand Vilgrain's 37th-minute shot safely gathered. But he inexplicably let the ball slip out of his hands and an unmarked Jean Bonhomme pounced to head the ball into the net to silence the 6,000-strong crowd.
Singapore went all out in the second half in search of the equaliser but were frustrated by Haiti's decision to pack their defence and their time-wasting tactics. Although the Haitians did succeed in unsettling and frustrating the Cubs by easily falling to the ground upon contact, to their credit, they also looked dangerous on the counter-attack and threatened to score on a number of occasions through Bonhomme.
The Haiti striker would eventually create the 78th-minute goal that sealed the win for his country. He had beaten one Singapore defender and was shaping to shoot in the box when Singapore defender Illyas Lee barged into him from behind. Bonhomme went to ground and Hungarian referee Istvan Vad did not hesitate in pointing to the spot. He also showed Illyas the red card.
Haiti skipper Daniel Gideon then slotted the ball past Fashah to make it a magical night for his team. Haiti will now face Bolivia in the final on Wednesday. The South Americans had earlier defeated Montenegro 3-1 in the other sem-final. The result means that Singapore and Montenegro will meet again on the same day for the bronze medal.
http://www.straitstimes.com/BreakingNews/Sport/Story/STIStory_569571.html

Singapore fail to advance to YOG football finals...Haïti passe en finale


Singapore missed the chance to advance to the YOG men's under-15 football finals, after it lost 0-2 to Haiti at Jalan Besar stadium tonight. Haiti took the lead at half-time, scoring its first goal against Singapore at the 37th minute via a header by Haitian player Jean Bonhomme.
Singapore missed several opportunities in the first half, with its last effort in the 30th minute palmed away to safety by the goal-keeper.
A second goal was scored by Haiti in the second half through a penalty shot, as a result of a foul on a Haitian player within the penalty box in the 40th minute.
The foul led to a red card and sending off of a Singapore player, and the host nation was down to 10 men for the last five minutes of the game.
After the final whistle was blown, the Cubs looked despondent at the missed opportunity, while the Haitian players celebrated on the pitch.
The Haitian team came into the match as underdogs, after a devastating first game defeat, where they lost 0-9 to Bolivia.
Singapore will battle it out against Montenegro for the bronze medal on Wednesday, while Haiti will advance to meet Bolivia again, in the finals.
http://www.asiaone.com/News/Latest%2BNews/Sports/Story/A1Story20100822-233336.html

Wyclef Jean contestera la décision de la commission électorale

Publié le 22 août 2010

La Presse Canadienne, Port-au-Prince, Haïti.-
Wyclef Jean a manifesté sa colère à la suite de l'annonce
de la commission électorale d'Haïti de rejeter sa candidature
 à la présidence du pays.
PHOTO: AFP
Le chanteur Wyclef Jean a déclaré qu'il n'abandonnait pas l'idée de devenir président d'Haïti et contestera devant une cour la décision de la commission électorale de rejeter sa candidature.
En entrevue à l'Associated Press, Wyclef Jean a annoncé que ses avocats s'adresseront à une cour haïtienne lundi afin d'en appeler de la décision de la commission de l'exclure de l'élection.
M. Jean dit posséder un document qui «démontrera que tout est correct». Lui et ses adjoints croient que «tout ce qui se déroule ici a tout à voir avec la politique haïtienne».
La candidature du chanteur a été rejetée par la commission électorale vendredi, probablement parce qu'il ne respectait par les règles concernant les cinq ans de résidence dans le pays.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201008/22/01-4308722-wyclef-jean-contestera-la-decision-de-la-commission-electorale.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B42_acc-manchettes-dimanche_369233_accueil_POS2...
Commentaires:
Définitivement j'ai hâte de savoir qui sont les conseillers de WYCLEF JEAN. Là il est entrain de s'emballer dans un labyrinthe inextricable d'où il sortira égratigné. Les décisions du tribunal électoral sont sans appel. En plus il n'a aucune chance de gagner quoique ce soit.
La tronche de ces vociféreurs intimidants rappelle de très mauvais souvenirs!

Reconstruction d'Haïti : les humanitaires craignent les ouragans

Publié le 22 août 2010

La Presse Canadienne, Montréal

Six mois après le séisme, plusieurs maisons n'étaient
toujours pas reconstruites.
PHOTO: MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE
Les organisations humanitaires qui participent à la reconstruction en Haïti craignent la saison des ouragans qui s'est amorcée.
La directrice au Québec de Care-Canada, Marie-Eve Bertrand, revient d'Haïti, et elle appréhende une autre période difficile si le pays était frappé par de fortes intempéries.
Mme Bertrand souligne que plusieurs édifices endommagés par le séisme de janvier dernier sont encore debout, mais qu'ils sont peu solides. C'est pourquoi les humanitaires s'attardent actuellement à les démolir sécuritairement ou à renforcir leurs structures.
Entre-temps, selon elle, les progrès entourant la reconstruction du pays sont lents. Mme Bertrand rappelle que le béton écroulé lors du tremblement de terre est l'équivalent de 25 fois les dégâts occasionnés par l'effondrement des tours du World Trade Centre, à New York, en 2001.
Marie-Eve Bertrand dit que la coordination avec les autorités locales n'est pas toujours facile. Elle croit que l'élection d'un gouvernement «fort» à la présidentielle de novembre prochain pourrait contribuer à améliorer la situation.
L'une des priorités de Care et des autres organisations humanitaires est de sortir les sinistrés des camps de fortune, et de les héberger dans des abris plus sécuritaires.
http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/seisme-en-haiti/201008/22/01-4308683-reconstruction-dhaiti-les-humanitaires-craignent-les-ouragans.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B42_acc-manchettes-dimanche_369233_accueil_POS6

Haiti Calm After Jean Is Rejected

By DAMIEN CAVE Published: August 21, 2010
http://video.nytimes.com/video/2010/08/21/world/americas/1248068894801/haitians-react-to-ruling-on-candidacy.html
MIAMI — The streets of Haiti remained calm on Saturday, a day after the country’s election officials ended the singer Wyclef Jean’s brief, electrifying run for president, suggesting that the distraction of politics had once again given way to the country’s struggle for survival.
A decision announced late on Friday prevented Mr. Jean from being among the approved candidates. And though tensions had been building throughout the day, with hundreds of Mr. Jean’s supporters rallying on his behalf and a large contingent of police officers on the streets, night fell and morning came on Saturday without protest or violence.
Gracia Thevenin, a businessman in a suburb of Port-au-Prince, the capital, and a Jean supporter, said because the news of Mr. Jean’s denial had started leaking out early in the week, people were able to digest it.
“Everyone expected it,” Mr. Thevenin said, noting that it had been widely known that Mr. Jean had not met the requirement of having lived in Haiti for five consecutive years before the Nov. 28 elections. He left Haiti as a boy for the United States, where he was raised in Brooklyn. “Wherever you went, people said, ‘It looks like Wyclef isn’t going to be able to run.’ ”
Mr. Jean, the hip-hop artist and former frontman for the Fugees, had held out hope, sending out messages Thursday on Twitter that said he was still waiting for a formal decision. But when it came late Friday, he seemed prepared and accepted the ruling calmly.
In a statement on Friday night, he acknowledged that he had been rejected because he did not meet the residency requirement, which he had argued should be waived. He said that he was disappointed, but that he hoped his supporters would continue to work hard to help Haiti.
“We must all honor the memories of those we’ve lost — whether in the earthquake or at any time — by responding peacefully and responsibly,” he said.
It remained unclear what role, if any, he would play as the campaign moves forward. He pledged in his statement to “continue to work for Haiti’s renewal,” but he has given no hint whom of the 19 approved candidates he might support.
On Saturday, he attended a church service in his mother’s hometown outside the capital, according to The Associated Press, and prepared to fly back to the United States, where his wife and daughter live. He did not speak to the news media.
Some of Mr. Jean’s friends, including the novelist Edwidge Danticat, said that while his effort had been an inspiration, it was time to get back to work on improving the country.
“Now that the decision has been made, we must return to the less exciting and more somber business at hand, she wrote in The Miami Herald. “Nine million people, many of whom live in deplorable conditions in makeshift shelters, deserve no less.”
Vladimir LaGuerre contributed reporting from Port-au-Prince, Haiti.
http://www.nytimes.com/2010/08/22/world/americas/22haiti.html?_r=1&ref=haiti

Stéphanie côtoie la misère...(En Haïti)

Publié le 22 août 2010
Patricia Rainville, Le Quotidien
(Haïti) La jeune Chicoutimienne Stéphanie Maltais n'a pas peur des défis. Depuis le 1er juin dernier, elle est en mission en Haïti. Elle y agit à titre de thérapeute en réadaptation physique (TRP).
Stéphanie Maltais aura passé tout l'été à aider les gens victimes du séisme qui a secoué le pays en janvier dernier. «Je suis en Haïti depuis trois mois comme TRP pour l'Organisation non gouvernementale Handicap international. Je fais partie des 80 expatriés qui travaillent pour l'organisation à la réadaptation des victimes du séisme», explique Stéphanie Maltais, qui étudie en sciences politiques à l'Université du Québec à Chicoutimi.
Jusqu'à présent, la jeune thérapeute a travaillé à l'Hôpital de l'Université d'État d'Haïti et à l'Hôpital de Médecins sans frontières à Port-au-Prince.
«J'ai aussi travaillé au centre d'appareillage d'Handicap International avec les personnes amputées. De plus, j'ai eu la chance d'aller en communauté à Port-au-Prince visiter quelques blessés médullaires avec l'équipe mobile d'Handicap International. Je fais des soins directs à la population et de la formation au personnel local», souligne la jeune femme de 23 ans.
Son expérience lui a fait comprendre comment la vie ne tient qu'à un fil. «Six mois après le tremblement de terre, la reconstruction se fait tardive. Personnellement, je veux sensibiliser les gens sur le fait que je côtoie des coopérants qui travaillent corps et âme à aider les Haïtiens. La population haïtienne est toujours en mode survie, mais certains disent «commencer à s'habituer». Ils reprennent leurs activités. Malgré le dévouement de la communauté internationale et l'argent amassé, il reste toutefois beaucoup de travail à faire», estime Stéphanie Maltais.
Les proches de la jeune coopérante lui demandent souvent ce qui lui donne la force de continuer malgré toute la misère dont elle est témoin et toutes les difficultés qu'elle rencontre chaque jour. «Je réponds tout simplement que la reconnaissance et le sourire des gens que je soigne m'encouragent à poursuivre mes actions», souligne-t-elle.
Stéphanie Maltais qualifie son expérience de très enrichissante. «Je ne peux toutefois cacher que c'est très dur physiquement et psychologiquement. Je vois de la misère chaque jour, je soigne des gens qui auraient besoin de manger avant d'être soignés. De plus, il fait très chaud et c'est la saison des cyclones, alors on ne sait jamais quand ça peut frapper», explique la thérapeute.
À son arrivée ce sont les milliers de tentes érigées dans la ville de Port-au-Prince qui ont frappé la jeune femme. «En me promenant dans la ville, j'ai été touchée de voir tous les bâtiments démolis, les débris et les gens habitant là où ils le peuvent. Ils sont entassés les uns sur les autres. En plus, c'est la saison des pluies alors chaque fois qu'il y a un orage, je ne peux m'empêcher de penser à ces gens qui habitent dans le bas de la ville et qui vivent dans des tentes qui baignent dans l'eau», mentionne Stéphanie Maltais.

Soutien
Stéphanie Maltais pose ici avec un jeune bénéficiaire.
COURTOISIE
Même si son expérience est très difficile sur le plan psychologique, Stéphanie Maltais peut compter sur le soutien de ses collègues. «Une chance que nous sommes plusieurs et que nous sommes unis. On peut compter les uns sur les autres pour se remonter le moral. Handicap International met aussi les outils à notre disposition pour qu'on soit à l'aise d'exercer nos professions, comme des psychologues et quelques jours de vacances en dehors du pays à la moitié de notre mission», souligne-t-elle.
Avenir
Stéphanie Maltais revient à la fin du mois d'août pour reprendre sa session d'étude à l'UQAC. «Je vais profiter de l'automne pour me reposer et avoir un peu de stabilité, car j'en aurai grandement besoin. Mais j'aimerais continuer à travailler pour aider les gens», souligne la jeune femme.
D'ailleurs, elle aimerait organiser des projets de coopération pour des organisations ou des institutions scolaires. «Je pourrais ainsi partager mes expériences vécues jusqu'à maintenant et aider les autres à se préparer à partir à l'étranger», souligne la jeune femme.
http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/201008/20/01-4308369-stephanie-cotoie-la-misere.php

Wyclef Jean: une candidature débattue jusqu'à Québec

Ian Bussières, Le Soleil
(Québec) La communauté haïtienne de Québec est divisée à la suite du rejet de la candidature du rappeur Wyclef Jean à l'élection présidentielle d'Haïti, qui se déroulera le 28 novembre. Alors que certains soulignent le manque d'expérience politique de l'ex-leader des Fugees, d'autres insistent pour dire que son expérience de vie dans un pays développé aurait été un atout pour ce pays à reconstruire.
«Certains diront que Wyclef Jean n'avait pas un haut niveau d'éducation, mais depuis deux siècles, Haïti a toujours été dirigé par des gens qui ont fait des études très avancées, et on voit le résultat! Même s'il n'a pas une formation universitaire, je crois qu'avec une bonne équipe, il aurait pu faire mieux que bien d'autres», explique Jean-Gynse Bolivar, économiste dans une entreprise agroalimentaire et chargé de cours à l'Université du Québec à Trois-Rivières, qui est déçu du rejet de la candidature du rappeur.
Pour appuyer son point de vue, M. Bolivar cite le cas du président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, qui n'a appris à lire qu'à l'âge de 10 ans et a quitté l'école après sa quatrième année. «Un chef d'État, ce n'est pas un ingénieur ou un médecin, c'est quelqu'un qui a du leadership! Lula n'est pas un intellectuel, mais il fait du bon travail.
«Selon moi, le sous-développement est un cercle vicieux. Avoir connu la vie dans un pays développé est un grand avantage pour faire du développement. Wyclef Jean a grandi aux États-Unis, alors il connaît la vie dans un pays développé», poursuit-il.

Aider autrement
Ce n'est toutefois pas le point de vue de Charles Leconte, journaliste et chargé de projet à la station de radio CHYZ FM de l'Université Laval. «C'est comme si un Québécois partait faire carrière à l'étranger et qu'il revenait après plusieurs années et souhaitait devenir premier ministre du Québec. Haïti a besoin de politique à long terme, pas de politique basée sur un seul individu. Wyclef pourrait aider à reconstruire le pays sans accéder à la présidence, notamment avec sa fondation», explique-t-il.
M. Leconte s'interroge sur les qualifications du rappeur pour la présidence. «Haïti est un carrefour important, on ne peut pas aller vers l'amateurisme. Est-ce que Wyclef est au fait de la réalité haïtienne? Connaît-il les secteurs industriel, privé et politique? Moi, je crois qu'il serait plus crédible s'il mettait son poids médiatique au service d'un autre candidat.»
Quant à Luckny Zéphyr, président de l'Association des étudiants antillais de l'Université Laval, il ne cache pas que dès le départ, il était contre la candidature de Wyclef Jean à l'élection haïtienne.
«Même si je suis très fier de lui et de son succès, comme tous les Haïtiens, même s'il n'hésite jamais à proclamer sa fierté d'être Haïtien, il n'a pas d'expérience et n'a jamais montré qu'il était capable de diriger un pays où il y a tant de défis. Je crois que sa candidature aurait été un risque énorme dans un contexte déjà difficile suite au séisme», avance-t-il.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/politique/201008/21/01-4308669-wyclef-jean-une-candidature-debattue-jusqua-quebec.php
Commentaires:
Maintenant que Wyclef n'est plus sur la liste des aspirants à la présidence haïtienne j'espère que les journalistes du monde et les faiseurs d'opinion devenus expert en politologie haïtienne  après s'être intéressé au pays juste après le 12 janvier, couvriront le déroulement des élections et surtout les magouilles qui seront mises en oeuvre pour permettre au poulain de Préval de gagner les élections.
Cependant il est assez marrant de voir comment ces gens qui se sont intéressés à ce pays juste après les catastrophes du 12 janvier ne cessent de se présenter comme des connaisseurs d'Haïti. Souvent ils s'appuient sur l'angélisme idéalisé de membres de la diaspora qui se perdent dans des théorisations assez proches de tergiversation intellectuelle pour dire des choses complètement inadaptées à la vraie réalité haïtienne.
A ceux qui ont cherché toutes sortes d'excuses pour sataniser Wyclef juste parce qu'il s'est dit "pourquoi pas moi", de faire un petit détour par les archives de notre histoire pour pouvoir me dire qu'est ce qu'ils ont eu plus que WYCLEF nos anciens présidents etg surtout ce qu'ils nous ont légué comme héritage ces présidentiables devenus présidents. Je vous donne une petite liste qui commencerait pas Jean Claude Duvalier, Bertrand Aristide et René Préval en vous passant des militaires.
Il faudrait aussi que les éléments d'analyse qui ont rendu WYCLEF incapable ou non présidentiable, fussent appliquer pour l'ensemble des candidats admis  de façon à ce que les élections puissent se décider avec les meilleurs candidats. Ce dernier voeu, je le prolonge surtout au fameux et très utile et engagé Sean Penn.
DL