POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 9 janvier 2012

Where the Relief Money Did and Did Not Go

Haiti After the Quake
by BILL QUIGLEY and AMBER RAMANAUSKAS
Haiti, a close neighbor of the US with over nine million people, was devastated by earthquake on January 12, 2010. Hundreds of thousands were killed and many more wounded.
The UN estimated international donors gave Haiti over $1.6 billion in relief aid since the earthquake (about $155 per Haitian) and over $2 billion in recovery aid (about $173 per Haitian) over the last two years.
Yet Haiti looks like the earthquake happened two months ago, not two years. Over half a million people remain homeless in hundreds of informal camps, most of the tons of debris from destroyed buildings still lays where it fell, and cholera, a preventable disease, was introduced into the country and is now an epidemic killing thousands and sickening hundreds of thousands more.
It turns out that almost none of the money that the general public thought was going to Haiti actually went directly to Haiti. The international community chose to bypass the Haitian people, Haitian non-governmental organizations and the government of Haiti. Funds were instead diverted to other governments, international NGOs, and private companies.
Despite this near total lack of control of the money by Haitians, if history is an indication, it is quite likely that the failures will ultimately be blamed on the Haitians themselves in a “blame the victim” reaction.
Haitians ask the same question as many around the world “Where did the money go?”
Here are seven places where the earthquake money did and did not go.
One. The largest single recipient of US earthquake money was the US government. The same holds true for donations by other countries.
Right after the earthquake, the US allocated $379 million in aid and sent in 5000 troops. The Associated Press discovered that of the $379 million in initial US money promised for Haiti, most was not really money going directly, or in some cases even indirectly, to Haiti. They documented in January 2010 that thirty three cents of each of these US dollars for Haiti was actually given directly back to the US to reimburse ourselves for sending in our military. Forty two cents of each dollar went to private and public non-governmental organizations like Save the Children, the UN World Food Program and the Pan American Health Organization. Hardly any went directly to Haitians or their government.
The overall $1.6 billion allocated for relief by the US was spent much the same way according to an August 2010 report by the US Congressional Research Office: $655 million was reimbursed to the Department of Defense; $220 million to Department of Health and Human Services to provide grants to individual US states to cover services for Haitian evacuees; $350 million to USAID disaster assistance; $150 million to the US Department of Agriculture for emergency food assistance; $15 million to the Department of Homeland Security for immigration fees, and so on.
International assistance followed the same pattern. The UN Special Envoy for Haiti reported that of the $2.4 billion in humanitarian funding, 34 percent was provided back to the donor’s own civil and military entities for disaster response, 28 percent was given to UN agencies and non-governmental agencies (NGOs) for specific UN projects, 26 percent was given to private contractors and other NGOs, 6 percent was provided as in-kind services to recipients, 5 percent to the international and national Red Cross societies, 1 percent was provided to the government of Haiti, four tenths of one percent of the funds went to Haitian NGOs.

Two. Only 1 percent of the money went to the Haitian government.
Less than a penny of each dollar of US aid went to the government of Haiti, according to the Associated Press. The same is true with other international donors. The Haitian government was completely bypassed in the relief effort by the US and the international community.

Three. Extremely little went to Haitian companies or Haitian non-governmental organizations.
The Center for Economic and Policy Research, the absolute best source for accurate information on this issue, analyzed all the 1490 contracts awarded by the US government after the January 2010 earthquake until April 2011 and found only 23 contracts went to Haitian companies. Overall the US had awarded $194 million to contractors, $4.8 million to the 23 Haitian companies, about 2.5 percent of the total. On the other hand, contractors from the Washington DC area received $76 million or 39.4 percent of the total. As noted above, the UN documented that only four tenths of one percent of international aid went to Haitian NGOs.
In fact Haitians had a hard time even getting into international aid meetings. Refugees International reported that locals were having a hard time even getting access to the international aid operational meetings inside the UN compound. “Haitian groups are either unaware of the meetings, do not have proper photo-ID passes for entry, or do not have the staff capacity to spend long hours at the compound.” Others reported that most of these international aid coordination meetings were not even being translated into Creole, the language of the majority of the people of Haiti!

Four. A large percentage of the money went to international aid agencies, and big well connected non-governmental organizations (NGOs).
The American Red Cross received over $486 million in donations for Haiti. It says two-thirds of the money has been contracted to relief and recovery efforts, though specific details are difficult to come by. The CEO of American Red Cross has a salary of over $500,000 per year.
Look at the $8.6 million joint contract between the US Agency for International Development (USAID) with the private company CHF for debris removal in Port au Prince. CHF is politically well-connected international development company with annual budget of over $200 million whose CEO was paid $451,813 in 2009. CHF’s connection to Republicans and Democrats is illustrated by its board secretary, Lauri Fitz-Pegado, a partner with the Livingston Group LLC. The Livingston Group is headed by the former Republican Speaker-designate for the 106th Congress, Bob Livingston, doing lobbying and government relations. Ms. Fitz-Pegado, who apparently works the other side of the aisle, was appointed by President Clinton to serve in the Department of Commerce and served as a member of the foreign policy expert advisor team on the Obama for President Campaign. CHF “works in Haiti out of two spacious mansions in Port au Prince and maintains a fleet of brand new vehicles” according to Rolling Stone.
Rolling Stone, in an excellent article by Janet Reitman, reported on another earthquake contract, a $1.5 million contract to the NY based consulting firm Dalberg Global Development Advisors. The article found Dalberg’s team “had never lived overseas, didn’t have any disaster experience or background in urban planning… never carried out any program activities on the ground…” and only one of them spoke French. USAID reviewed their work and found that “it became clear that these people may not have even gotten out of their SUVs.”
Presidents George W. Bush and Bill Clinton announced a fundraising venture for Haiti on January 16, 2010. As of October 2011, the fund had received $54 million in donations. It has partnered with several Haitian and international organizations. Though most of its work appears to be admirable, it has donated $2 million to the construction of a Haitian $29 million for-profit luxury hotel.
“The NGOs still have something to respond to about their accountability, because there is a lot of cash out there,” according to Nigel Fisher, the UN’s chief humanitarian officer in Haiti. “What about the $1.5 to $2 billion that the Red Cross and NGOs got from ordinary people, and matched by governments? What’s happened to that? And that’s where it’s very difficult to trace those funds.”

Five. Some money went to for profit companies whose business is disasters.
Less than a month after the quake hit, the US Ambassador Kenneth Merten sent a cable titled “THE GOLD RUSH IS ON” as part of his situation report to Washington. In this February 1, 2010 document, made public by The Nation, Haiti Liberte and Wikileaks, Ambassador Merten reported the President of Haiti met with former General Wesley Clark for a sales presentation for a Miami-based company that builds foam core houses.
Capitalizing on the disaster, Lewis Lucke, a high ranking USAID relief coordinator, met twice in his USAID capacity with the Haitian Prime Minister immediately after the quake. He then quit the agency and was hired for $30,000 a month by a Florida corporation Ashbritt (known already for its big no bid Katrina grants) and a prosperous Haitian partner to lobby for disaster contracts. Locke said “it became clear to us that if it was handled correctly the earthquake represented as much an opportunity as it did a calamity…” Ashbritt and its Haitian partner were soon granted a $10 million no bid contract. Lucke said he was instrumental in securing another $10 million contract from the World Bank and another smaller one from CHF International before their relationship ended.

Six. A fair amount of the pledged money has never been actually put up.
The international community decided it was not going to allow the Haiti government to direct the relief and recovery funds and insisted that two institutions be set up to approve plans and spending for the reconstruction funds going to Haiti. The first was the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC) and the second is the Haiti Reconstruction Fund (HRF).
In March 2010, UN countries pledged $5.3 billion over two years and a total of $9.9 billion over three years in a conference March 2010. The money was to be deposited with the World Bank and distributed by the IHRC. The IHRC was co-chaired by Bill Clinton and the Haitian Prime Minister. By July 2010, Bill Clinton reported only 10 percent of the pledges had been given to the IHRC.

Seven. A lot of the money which was put up has not yet been spent.
Nearly two years after the quake, less than 1 percent of the $412 million in US funds specifically allocated for infrastructure reconstruction activities in Haiti had been spent by USAID and the US State Department and only 12 percent has even been obligated according to a November 2011 report by the US Government Accountability Office (GAO).
The performance of the two international commissions, the IHRC and the HRF has also been poor. The Miami Herald noted that as of July 2011, the $3.2 billion in projects approved by the IHRC only five had been completed for a total of $84 million. The Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), which was severely criticized by Haitians and others from its beginning, has been effectively suspended since its mandate ended at the end of October 2011. The Haiti Reconstruction Fund was set up to work in tandem with the IHRC, so while its partner is suspended, it is not clear how it can move forward.

What to do
The effort so far has not been based a respectful partnership between Haitians and the international community. The actions of the donor countries and the NGOs and international agencies have not been transparent so that Haitians or others can track the money and see how it has been spent. Without transparency and a respectful partnership the Haitian people cannot hold anyone accountable for what has happened in their country. That has to change.
The UN Special Envoy to Haiti suggests the generous instincts of people around the world must be channeled by international actors and institutions in a way that assists in the creation of a “robust public sector and a healthy private sector.” Instead of giving the money to intermediaries, funds should be directed as much as possible to Haitian public and private institutions. A “Haiti First” policy could strengthen public systems, promote accountability, and create jobs and build skills among the Haitian people.
Respect, transparency and accountability are the building blocks for human rights. Haitians deserve to know where the money has gone, what the plans are for the money still left, and to be partners in the decision-making for what is to come.
After all, these are the people who will be solving the problems when the post-earthquake relief money is gone.
Bill Quigley teaches at Loyola University New Orleans, is the Associate Legal Director at the Center for Constitutional Rights and volunteers with the Institute for Justice and Democracy in Haiti. He is a contributor to Hopeless: Barack Obama and the Politics of Illusion, forthcoming from AK Press.
Bill can be reached at quigley77@gmail.com.
Amber Ramanauskas is a lawyer and human rights researcher. A more detailed version of this article with full sources is available. Amber can be reached at gintarerama@gmail.com.
http://www.counterpunch.org/2012/01/03/haiti-after-the-quake/

Un État à reconstruire

Mélissa Guillemette 7 janvier 2012
Il n'y a pas que les maisons qui sont à reconstruire en Haïti, il y a aussi toute l'administration publique. Les ministères, des bâtiments institutionnels et des mairies se sont effondrés le 12 janvier 2010, effaçant la mémoire d'un État déjà fragilisé.
L'image du palais national effondré, magnifique bâtisse du patrimoine haïtien, a marqué les esprits. Il est toujours en morceaux, comme tous les bâtiments publics ayant été détruits.
Avant même le séisme, les analystes parlaient de Haïti comme d'un État à reconstruire. Problème de ressources humaines, faiblesses dans l'organisation et les politiques, disait-on. Le séisme a porté un coup de plus, des plus forts, sur l'administration haïtienne.
«La gravité du séisme a mis à nu l'état de délabrement des structures et des institutions du pays; l'État, qui était déjà démissionnaire», analyse Marc Prou, directeur de l'Institut haïtien de l'Université du Massachusetts, à Boston.
Aujourd'hui encore, des fonctionnaires doivent rester à la maison, faute de nouveau lieu de travail. Plusieurs d'entre eux ont d'ailleurs quitté l'administration publique pour travailler pour les organisations non gouvernementales (ONG) arrivées au pays après le séisme, aggravant les problèmes de ressources humaines au sein de l'État.
Il faudra du temps pour que les institutions reprennent le travail à plein régime, car les dégâts sont plus importants que le simple matériel. «L'administration a été très secouée; pas parce qu'il y a eu énormément de morts dans la fonction publique, mais surtout parce que les archives ont disparu, explique le rédacteur en chef du journal Le Nouvelliste, de Port-au-Prince, Frantz Duval. Il n'y a pas eu ce souci de récupérer ce qui pouvait être récupéré» dans les décombres.
Certaines institutions, par exemple le ministère de l'Éducation nationale ou celui de la Santé publique, ont pu maintenir un certain roulement ces deux dernières années, aidées par des donateurs internationaux qui ont injecté des fonds d'urgence.
Au lendemain du tremblement de terre, les autorités haïtiennes affirmaient vouloir profiter de l'occasion pour réformer certains secteurs de l'administration et pour renforcer les institutions du pays.
Mais la campagne électorale et les élections de cette année ont ralenti le tout. D'ailleurs, près de huit mois après son arrivée en poste, le président Michel Martelly n'a pas encore déposé son premier budget.
Pourtant, la reconstruction de l'État est la clé pour la reconstruction de tout le reste, estime Roromme Chantal, ancien fonctionnaire de l'ONU en Haïti et chercheur à l'Université de Montréal.
La reconstruction de bâtiments administratifs et gouvernementaux attire moins les donateurs internationaux, mais est cependant nécessaire pour assurer la reconstruction de tout le pays.
L'une des meilleures façons de renforcer l'État haïtien serait de faire transiter l'argent de l'aide internationale par l'État haïtien plutôt que par les ONG, croit M. Chantal. «On la fait transiter par les ONG pour éviter la corruption, mais même si c'est en partie justifié, ça empêche la communauté internationale d'atteindre un objectif important qu'elle s'est fixé: celui de contribuer à remettre l'État haïtien en état de fonctionnement.»

Haïti n'est pas à l'abri d'un autre puissant séisme
Selon un reportage de l'émission Découverte de Radio-Canada, Haïti, situé à la rencontre de deux plaques tectoniques, pourrait vivre un autre séisme plus fort que celui du 12 janvier 2010. Dans une portion du reportage diffusée jeudi, l'équipe de Découverte indiquait que les sismologues ont d'abord fait erreur en affirmant que la grande faille Enriquillo, au sud de l'île, avait déclenché le séisme. Des recherches ont démontré que la responsable est plutôt la petite faille de Léogâne. Ainsi, la faille Enriquillo continue à «emmagasiner de l'énergie», ce qui pourrait annoncer un autre séisme à venir. Un reportage sur le sujet sera diffusé à l'émission de dimanche.

Dates marquantes
12 janvier 2010
Un séisme de magnitude 7 frappe la Perle des Antilles. L'épicentre se trouve à une dizaine de kilomètres de la capitale, Port-au-Prince. La ville est détruite à 75 %. Près de 217 000 personnes perdent la vie. La moitié de l'économie du pays s'effondre. Près de 2000 soldats canadiens sont rapidement déployés en Haïti.

Hiver 2010
Le Canada s'engage à verser une aide de 400 millions de dollars à Haïti, en plus du fonds de 220 millions financé à moitié par les dons des Canadiens.

31 mars 2010
Au sommet de New York sur la reconstruction de Haïti, les chefs internationaux s'engagent à verser 5,5 milliards de dollars avant la fin de 2011. À ce jour, seule la moitié des fonds a été versée.

Automne 2010
Une épidémie de choléra fait plus de 2500 morts et 115 000 cas ont été recensés.

Décembre 2010
Des violences éclatent à la veille et au lendemain de la divulgation des résultats largement contestés du premier tour de l'élection présidentielle.

16 janvier 2011
L'ex-dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier rentre au pays, après 25 ans d'exil en France.

17 mars 2011
L'ex-président haïtien Jean-Bertrand Aristide revient au pays, sept ans après son exil en Afrique du Sud.

4 avril 2011
Les électeurs ont choisi Michel Martelly comme nouveau président. Promettant une «ère nouvelle», ce chanteur populaire nouveau en politique incarne le changement.

7 janvier 2012
500 000 personnes ayant perdu leur maison vivent toujours dans des camps temporaires.
Avec l'AFP
http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/339787/un-etat-a-reconstruire

En croisade pour Haïti

Deux ans après le séisme, Michaëlle Jean, envoyée spéciale de l'UNESCO, refuse le pessimisme pour son pays d'origineAu départ, Michaëlle Jean pouvait résumer en deux mots son mandat d'envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti: promouvoir l'éducation. Mais la réalité l'a vite rattrapée. Les besoins sont partout. Et la voilà devenue «ambassadrice» tous azimuts pour son pays natal. Deux ans après le tremblement de terre, elle fait le point avec Le Devoir.
Photo : Agence France-Presse.- Le tremblement de terre a
 «rendu plus visibles ces fossés» de pauvreté absolue,
croit Michaëlle Jean. Mais là encore,
elle préfère l'espoir au désespoir.
Comparés au faste élégant de Rideau Hall, les nouveaux quartiers de Michaëlle Jean respirent la simplicité. Au troisième étage du pavillon Tabaret de l'Université d'Ottawa, les bureaux quasi anonymes de l'ancienne gouverneure générale ne se distinguent que par une plaque identifiant que la «très honorable» est désormais «envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti». Et surprise: il ne trône aucune photo de la reine Elizabeth II sur les murs...
Lorsqu'on lui en fait la remarque, Michaëlle Jean se fend d'un grand sourire. «Pas ici», répond-elle en riant. Plutôt que d'un portrait royal de celle qu'elle a représentée au Canada entre 2005 et 2010, Mme Jean a préféré pour son bureau une photo de Barack Obama (à ses côtés lors de sa première visite officielle au pays) et de sa famille. Point.
Mais le véritable symbole que peut suggérer la décoration se trouve dans le vestibule d'accueil. Une série de sculptures faites de métaux recyclés et illustrant des scènes de l'imaginaire vaudou haïtien accrochent l'oeil. Même chose pour cette tête de zèbre orange en papier mâché qui surplombe la garde-robe. Une façon de souligner que la page monarchiste est bel et bien tournée pour Michaëlle Jean. Et que désormais, toute son attention est dirigée vers Haïti.
«Ce mandat, c'est pratiquement plus de travail qu'être gouverneure générale», laisse-t-elle tomber en s'assoyant pour un long entretien. Bien sûr, la structure est plus légère: pas de service de sécurité à mobiliser pour le moindre déplacement, par exemple. Mais la tâche de travail s'est alourdie depuis son entrée en fonction à l'UNESCO, en octobre 2010.

En croisade
«Je suis depuis en croisade permanente pour Haïti», dit l'ancienne journaliste de ce ton à la fois énergique et un peu théâtral qui est le sien. La saga de l'élection présidentielle — fraude au premier tour, puis difficulté pour le nouveau président Michel Martelly à nommer un premier ministre — a eu un impact direct sur les efforts de reconstruction du pays... et a modifié par la bande le mandat de Michaëlle Jean, qui déborde maintenant largement de l'objectif éducation.
«Il a fallu faire en sorte qu'Haïti reste sur l'écran radar de la communauté internationale, explique Mme Jean. Ça nous a menés partout dans le monde: en Chine, au Qatar, en Norvège, en Espagne, devant le département d'État aux États-Unis. Il fallait aussi être en Haïti. Ça n'a pas arrêté.»
Dans les cercles politiques et diplomatiques, elle utilise son badge d'ex-chef d'État de facto pour «ouvrir les portes». Avec assurance et sans modestie feinte. «En raison du bagage que j'amène comme gouverneure générale, j'ai des accès privilégiés, dit-elle. Partout, l'écoute est là. Et pour Haïti, c'est précieux. Je me retrouve dans une situation d'ambassadrice de la question haïtienne.»
Au fil de ses interventions auprès de la communauté internationale, Mme Jean a dit sentir que «les attentes du gouvernement haïtien à [son] égard ont changé». Le président Martelly lui a ainsi demandé de faire partie d'un comité consultatif qui rassemble d'anciens chefs d'État et différentes personnalités. Elle affirme «parler au président et au premier ministre à tout moment». «Le rapport de confiance est tel, c'est sûr que ça devient une responsabilité importante», ajoute Mme Jean.
Elle évoque cette relation de confiance pour souligner qu'elle n'a «pas de difficulté à défendre l'approche préconisée par le gouvernement en place». Au contraire: elle s'en dit parfaitement solidaire. «C'est un changement de paradigme très important. Nous ne voulons plus parler d'aide internationale, ni de charité, mais d'investissement. Investissement dans les ressources humaines, la formation, les infrastructures, la gouvernance, l'économie... Partout. Il y a un consensus dans la population et les autorités pour dire que la logique d'assistanat est malsaine et que la dépendance totale à l'intervention internationale ne crée rien de durable.»
En citant un récent rapport du Fonds monétaire international — FMI, qui prévoit une croissance du PIB de 7,8 % en 2012 —, Michaëlle Jean affirme sentir que le vent souffle du bon bord pour son pays. Le deuxième anniversaire du tremblement de terre, mardi, se fera donc «moins dans l'esprit du deuil et plus dans l'énergie de l'action qui commence à se préciser», croit-elle.
«Le gouvernement est très proactif, et tout le monde le sent. On voit une approche entrepreneuriale qui dit: nous avons un plan, des objectifs et on veut des résultats. Ça rassure la communauté internationale, ce qui fait qu'on commence à voir des décaissements d'argent.»

Le luxe du pessimisme
Mais il reste que les progrès sont lents, soulignait cette semaine la Coalition humanitaire, qui estime à 500 000 le nombre de personnes qui vivent dans des camps de fortune à Port-au-Prince. Le choléra sévit. La moitié des débris du 10 janvier 2010 jonche encore le sol. Le FMI relève dans son rapport du 15 décembre que «les perspectives économiques pour 2012 restent favorables, à condition que le nouveau gouvernement accélère la reconstruction».
Il semble également que celle-ci ne se fera pas au seul bénéfice de la société haïtienne et de son économie: l'ONU a calculé que le tiers des sommes promises iront en fait aux organisations civiles et militaires des pays donateurs pour rembourser leurs efforts d'urgence. Au final, seul 1 % de l'argent destiné à Haïti sera acheminé directement au gouvernement haïtien, et moins de 1 % à des ONG haïtiennes.
Sur ces questions, Michaëlle Jean se montre à la fois lucide et optimiste. N'est-elle pas découragée de la situation? «Non. Jamais. On ne peut se permettre le luxe du pessimisme, dit-elle. Ce n'est même pas une option. On peut, à la fin de la journée, avoir toutes les raisons d'être pessimiste, mais il faut se réveiller avec un optimisme à tout casser. C'est essentiel. Ce qu'on a appelé la "résilience haïtienne" relève de ça.»
N'empêche qu'elle avoue ressentir parfois de la frustration. «Il m'arrive d'être en colère par ce que je vois sur le terrain. Mon seuil de tolérance à l'insoutenable n'est pas le même que celui de la population locale, pour qui c'est un quasi-réflexe de survie. Les gens doivent se protéger, se mettre une carapace qui atténue le champ de vision. On voit moins. Mais moi je vois tout. Et je l'ai dit au président: "Vous voulez changer l'image du pays? Il faut se mettre à pied d'oeuvre pour rétablir en Haïti un espace de dignité."»
Elle parle ici de ces «femmes assises à longueur de journée sur des détritus en train de vendre leurs produits, de ces marchés plantés à côté de canaux d'immondices qui débordent, des porcs qui sont là... Ça me trouble et ça me dérange», indique-t-elle.
Le tremblement de terre a «rendu plus visibles ces fossés» de pauvreté absolue, croit Michaëlle Jean. Mais là encore, elle préfère l'espoir au désespoir. En rappelant qu'en dehors du «cauchemar de Port-au-Prince», Haïti est «magnifique». Pleine d'espoir dans ses campagnes. Pleine de fruits mûris au chaud soleil. De possibilités touristiques et économiques. Un pays de jeunesse — donc, d'avenir.
Elle répète: malgré l'ampleur de la tâche, le pays n'a pas le luxe du pessimisme. «On peut avoir visuellement l'impression que rien ne bouge. Mais je refuse de dire ça: ce pays est en marche.» Un pas à la fois.
http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/339788/en-croisade-pour-haiti

Haïti, deux ans après - Une gestion des risques encore déficiente

Photo : Agence France-Presse Roberto Schmidt
L’urbanisation croissante et anarchique en Haïti
 augmente les risques liés aux aléas naturels.
Sur la photo, prise dans les jours suivant le séisme
de janvier 2010, un bidonville à flanc de colline dévasté
de Port-au-Prince.
Deux ans depuis la catastrophe du 12 janvier 2010 en Haïti, et il semble qu'en matière de gestion des risques et des catastrophes, on n'ait pas encore compris l'immensité du travail à réaliser pour éviter la répétition d'un tel drame. Les programmes de gestion des risques et désastres approuvés par la Commission intérimaire de la reconstruction d'Haïti (CIRH) sont la preuve de cette incompréhension. La situation est très inquiétante et doit être prise en charge sans délai et avec sérieux.

Les catastrophes hydrométéorologiques (les villes de Fonds-Verrettes et de Mapou, mai 2004; la ville des Gonaïves, septembre 2004), sismiques (Port-au-Prince et ses environs, janvier 2010) et sanitaires (avec l'épidémie de choléra qui sévit sur l'ensemble du territoire depuis plus d'un an) ont montré que le pays souffre d'un déficit énorme en matière de gestion des risques et des désastres. Nos structures d'intervention au niveau national sont inefficaces et le Plan national de gestion des risques et désastres publié par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités territoriales en 2001 ne répond nullement aux exigences de la gestion moderne des risques et des catastrophes.
Les risques ne pardonnent pas. En Haïti, on est bien placé pour le savoir. Aujourd'hui, l'État haïtien doit prendre des mesures efficaces pour gérer les risques auxquels le pays est exposé.

Urbanisation et dégradation des versants
La gestion des risques est un processus qui fait appel à des outils, des méthodes et des actions qui interviennent en amont des événements pour mieux les mitiger. Dans le cas d'Haïti, cette gestion doit tenir compte des risques eux-mêmes et des facteurs aggravants de plus en plus nombreux. Par exemple, la transition urbaine que traverse le pays depuis quelques décennies augmente ces risques dans les villes d'accueil.
Cette urbanisation croissante et anarchique est un facteur supplémentaire d'aggravation de certains aléas naturels (par l'imperméabilisation des sols et les modifications du drainage naturel, ou par les rejets des eaux usées sur les versants, ce qui provoque leur déstabilisation).
Si elle n'est pas freinée, cette situation de dégradation continue de nos versants nous forcera à gérer dans un futur proche une nouvelle catastrophe: la pénurie d'eau. En effet, les versants déboisés augmentent le ruissellement et diminuent l'infiltration lors des précipitations, ce qui accélère le parcours du cycle de l'eau et limite en même temps la capacité de nos réservoirs naturels à retenir ce précieux liquide avant qu'il ne boucle son cycle.
Le rôle de l'État
La gestion des risques et des désastres devant protéger les citoyens et leurs biens est fondamentalement politique et stratégique, et elle relève de la sécurité publique. C'est l'État qui doit détenir le rôle central dans la prévention et la réponse aux catastrophes. Ainsi, il doit disposer de toutes les compétences (financières, juridiques, techniques) pour répondre à cette obligation.
Gérer les risques et les désastres en Haïti ne peut se faire grâce à de petits programmes par-ci par-là administrés grâce aux bons soins de particuliers, d'institutions privées ou d'ONG. Ces derniers doivent être des partenaires agissant selon les directives dictées par les institutions étatiques. Un plan de gestion des risques et des catastrophes doit être un projet global et intégré pour l'ensemble du pays. Il doit être accompagné, et non élaboré, par la communauté internationale.

Cadre légal indispensable
Le pays ne peut pas avoir un plan efficace de gestion des risques sans un cadre légal bien défini. Une loi sur la sécurité civile fixant les responsabilités de chacun doit précéder tout projet de gestion des risques et des catastrophes.
Du plan global de gestion des risques et de son cadre légal doivent découler les plans des mesures d'urgence des municipalités et l'information directe aux citoyens. De ce fait, un plan de gestion des risques ne peut être efficace dans la centralisation, car les collectivités territoriales sont les éléments incontournables pour l'efficience de tout projet visant à réduire la vulnérabilité du pays. Dans ce contexte, la décentralisation est plus qu'indispensable.

Le retour d'expérience
L'expérience des catastrophes n'est utile qu'à la condition d'être accompagnée d'un bilan. La reconnaissance des erreurs est une condition nécessaire à l'amélioration de tout dispositif de gestion de crise. Il est très inquiétant de constater que des plans de gestion des risques et des catastrophes sont à la fois proposés et validés, sans tirer les leçons, de manière scientifique, des catastrophes hydroclimatiques, sismiques et sanitaires traversées par le pays depuis 2004.
Le retour d'expérience est l'un des outils incontournables qui amènent une société vers la résilience. Sauf erreur, cette démarche ne semble pas avoir été encore initiée.
Un plan de gestion des risques et des désastres est un ouvrage colossal qui doit être renforcé en permanence. Il constitue le socle sur lequel doit reposer tout projet, quelle que soit sa nature. En ces temps où les risques naturels, anthropiques et sanitaires sont de plus en plus présents dans le quotidien haïtien, et leurs manifestations de plus en plus catastrophiques, le pays ne peut se permettre de traîner les pieds et de prendre le plan de gestion des risques avec légèreté.
Hervé Saint Preux - Géographe et gestionnaire des risques majeurs, l'auteur est Haïtien
http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/339748/haiti-deux-ans-apres-une-gestion-des-risques-encore-deficiente