POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 23 août 2013

Calverton siblings help Haitian students get ready for school

Collected nearly 1,000 back-to-school items
By SARA NEWMAN
Even as young children, Joseline “Josi” Pretto Simmons, 9, and her brother, Jeremie, 7, already have been volunteering and donating their time to philanthropic causes for years.
This summer, the pair collected almost 1,000 new back-to-school items for children in Haiti. With help from local businesses, The Calverton School siblings found a way to give back to the place from where their family originated.
“I’ve been raising money and materials ever since the earthquake in 2010 because I really wanted to give to the people in Haiti,” Josi said.
In 2010, a massive 7.0 magnitude earthquake struck Haiti, killed more than 200,000 people and left more than 1.5 million people homeless, according to the Thomson Reuters Foundation.
“Their involvement with Haiti has been over the course of the last three years,” Nance Pretto Simmons, mother of Josi and Jeremie, said. “It started when there was the earthquake, and our family is from Haiti. She said we have to do something to help them … every year, they have committed themselves to do something to help Haiti.”
Josi and Jeremie went to local businesses, gave letters to managers detailing their requests and received donations and positive feedback from every store, the family said.
Five hundred spiral and composition notebooks, 200 pocket folders and 250 pencils were donated by Office Depot in Prince Frederick, Staples in California, Md., and Kmart in Prince Frederick. The items are scheduled to be shipped today to Lebrun, Haiti, for when school starts in September.
“It made us feel good that [the store managers] wanted to help us help other people,” Josi said.
In 2012, Josi and Jeremie traveled to Haiti on a youth mission trip. The pair assisted with projects including English literacy, music development, character education, sports development and construction of a community earth oven, Pretto Simmons said. The children saw first hand the devastation that was still present for so many Haitians.
“It made me feel sad because all of these good people’s things were ruined and they can’t afford to fix it,” Josi said. “They’re not choosing to live that way; it is because something terrible happened to them.”
After their return home, Josi and Jeremie started a book collection project that donates new and gently used children’s books to help establish community-based libraries in underprivileged villages in Haiti, Pretto Simmons said. The pair donated several hundred books that were the first additions to a new library in Lebrun, Haiti, in 2012, she added.
“It was an important trip because I met a lot of people and I got to help them,” Josi said. “It was really cool to see them smiling and laughing because of the fun stuff we did with them.”
Josi is also an avid ice skater and has dedicated many skating tributes and skate-a-thons to raise funds for Haiti. Josi said ice skating provides her a way to express her emotions as well as help others.
“Josi and Jeremie have such big hearts for such small children,” Pretto Simmons said. “I am always so inspired by their ever-growing kindness and compassion for others. It lets me know there is still hope.”
snewman@somdnews.com
http://www.somdnews.com/article/20130823/NEWS/130829562/1057/calverton-siblings-help-haitian-students-get-ready-for-school&template=southernMaryland

SEAN PENN AND J/P HAITIAN RELIEF ORGANIZATION ARE FIELDING A TEAM TO RUN THE NYC MARATHON

y Staff, RYOT News
J/P Haitian Relief Organization and Founder/CEO Sean Penn are working with the Fédération Haïtienne d’Athlétisme Amateur to field a team to compete in the 2013 NYC Marathon.
Team J/P HRO will consist of elite Haitian runners and high profile J/P HRO supporters. The Long Run for Haiti is a fundraising campaign for J/P HRO and will be an opportunity to showcase Haitian athletes competing at the highest level on the world stage.
Watch their video below:
The mission at J/P Haitian Relief Organization (J/P HRO) is simple: To save lives and bring sustainable programs to the Haitian people quickly and effectively. Following the tragic earthquake of 2010, J/P HRO began working immediately to make meaningful and lasting impact in Haiti.
Today, J/P HRO programs focus on supporting the residents of the camps we manage and the surrounding areas transition from life left homeless by the earthquake to durable, sustainable and prosperous communities. Early on, J/P HRO became camp manager of Pétionville Camp, serving up to 60,000 internally displaced persons. Our staff, which is nearly 350-strong and 95 percent Haitian, is working every day to provide education, health and community development, and economic opportunities.
Taking a geographically focused and integrated approach to community regeneration, J/P HRO programs empower the residents of Delmas 32 to revitalize their neighborhood. Together, we aim to demonstrate that something fundamentally different can come from a slum in the center of one of the world’s poorest cities: sustainable and prosperous communities. We work with the support and in collaboration with local and national government leaders, community based organizations, other international NGO’s, UN agencies, donors and-most importantly-the community members themselves.
http://www.ryot.org/sean-penn-and-jp-haitian-relief-organization-are-fielding-a-team-to-run-the-nyc-marathon/330209

Establishing residency is just one of the many steps Abreu

Establishing residency is just one of the many steps Abreu needs to take before he can sign with an MLB club.
Jose Dariel Abreu, who defected from Cuba two weeks ago, is working to establish residency in Haiti, reports Jesse Sanchez of MLB.com.
More Baseball: Abreu Selects Representation
The big first baseman needs to jump through a bunch of hoops before he can officially be declared a free agent by Major League Baseball, and establishing residency in a nearby country is a big one. Once Abreu gets his paperwork through with the Haitian government, his next step will be to seek clearance from the U.S. Office of Foreign Assets Control (OFAC) and MLB.
Or not. But Jose Abreu will make a boring offseason less boring.
Jeff Passan at Yahoo Sports reported last week that Abreu had chosen Paver Shapiro Sports Management as his representation, and that he'd likely hold a showcase for MLB clubs some point in September. However, Sanchez hears that Abreu does not have a showcase scheduled at this time, and that he's unlikely to be deemed a free agent until sometime this offseason, so teams will not be able to negotiate with him if/when he holds a workout next month.
A slugger of the big, lumbering variety, the 26-year-old Abreu was one of the premier sluggers in Cuba's Serie Nacional, mashing to the tune of 382/.535/.735 in 2012-2013. U.S. teams and fans got a quick glimpse of Abreu during the spring's World Baseball Classic, where he hit three home runs in 25 at-bats.
Because he is over 23 years old and played at least three seasons in Cuba's top league, Abreu is not beholden to the international spending limits that typically keep signings in the high six and low seven figures. Like Yasiel Puig and Yoenis Cespedes before him, It's been rumored that Abreu could command a record contract for a Cuban defector, possibly something in the $60 million range.

ocs/dsa How Candles Are Making New Opportunities for Women in Haiti

BY: LARISA EPATKO
Siiri Morley, executive director of Prosperity Catalyst, knew ever since her Peace Corps days that she wanted to help women in poor parts of the world better their economic situations. But she also knew she had a lot to learn.

From 2001 to 2004, Morley worked as a Peace Corps volunteer in Lesotho in southern Africa, helping women in a rug and textile weaving business develop and market their wares.
The women were using the money they earned to provide for their families and educate their children.
"It was helping their lives, but it didn't get them into a higher income bracket," said Morley.
While they could sell their products individually, the women didn't have the know-how to expand their customer base and businesses, and neither did Morley. And while she loved her work in Lesotho, after three years Morley felt that more could be done to help women prosper economically.
In the following years, Morley worked in places such as Afghanistan, Ecuador, Namibia and Croatia in large and small business development projects, where she said she culled different ideas about growing a business.
She enrolled in the Heller School of Social Policy and Management at Brandeis University in Waltham, Mass., earning an MBA in 2009. She approached two friends and entrepreneurs, Ted Barber and Amber Chand. "I told them, 'I'm eager to put my MBA learning to use. And they told me, 'We have a concept we're working on.'" What sprang out of their mind meld in 2009 to 2010 was Prosperity Catalyst, a nonprofit to help train women in business, and Prosperity Candle, its for-profit sales enterprise.
They wanted to help women connect to markets that pay them a living wage with access to repeat customers, Morley said. While they were embarking on a pilot program in Baghdad to help train women to make and sell candles, a massive earthquake struck Haiti in January 2010, killing an estimated 223,000 people.
The vulnerability of the already impoverished island to the forces of nature struck a chord in the partners, and they decided to launch a candle-making enterprise in Haiti as well. After visiting, Morley said she "felt this incredible energy from the women there."
With the help of a $50,000 grant from the United Methodist Committee on Relief and the guidance of a local organization (Asosyasyon Fanm Soley d'Hayiti, or AFASDA, which supports women and girls who have experienced domestic abuse) Prosperity Catalyst identified 12 "apprentice entrepreneurs", as they are called, to participate in its program.
The women are trained how to make market-quality candles and design their own personal budgets for their profits. The classroom also provides a space for learning about women's health and safety and for literacy training, Morley said. (Read about one woman's experiences in the program.)
Those who participate in Prosperity Catalyst's program have a ready-made market: that of its sister organization, Prosperity Candle, whose products range from $4 to $60. But the founders are always on the lookout for more customers, including large retailers and corporations seeking to hand out social good gifts. Why candles? There's an international demand for candles and the ingredients can be found nearly everywhere. Women in Baghdad can make candles in their own kitchens, and women in Cap Haitien, Haiti, can work together in Prosperity Catalyst's workshop, known in Haiti as Fanm Limye, or "women enlightened" in Creole. Not to mention that candles are a consumable product, so they naturally attract repeat customers, Morley said.
Each candle is stamped with its creator's name, she continued, and some customers have said they enjoy the "sense of connection" from using something that came from a female entrepreneur's hands.
http://www.pbs.org/newshour/rundown/2013/08/candlemaking-in-haiti.html

Haitianas y dominicanas vencen en torneo de fútbol sub-17

Escrito por Diony Sanabia
22 ago (PL) Las selecciones femeninas sub-17 de fútbol de Haití y República Dominicana viven hoy la primera jornada de descanso de un torneo clasificatorio con vistas al Mundial de 2014 en Costa Rica tras un victorioso debut. En el comienzo de ese torneo de la Confederación Norte, Centroamericana y Caribeña de la disciplina, las haitianas vapulearon 19-0 a las guyanesas, quienes nunca habían competido a este nivel.
Posteriormente y en el mismo Estadio Panamericano de la provincia de San Cristóbal, al occidente de esta capital, el conjunto local aventajó 6-0 a Granada.
Winibian Peralta, capitana de las locales, decolló al ataque al marcar cuatro goles a los minutos 12, 34, 76 y 90 del choque.
Mañana el calendario contempla los partidos Granada-Haití y Guyana-Dominicana.
Por último, el venidero 25 de agosto, medirán fuerzas guyanesas y granadinas, y serán rivales también las dominicanas y las haitianas.
De esta competencia saldrán los dos mejores elencos que se unirán a Jamaica, como anfitriona de la próxima lid, Estados Unidos, México, Canadá, El Salvador y Guatemala en la lucha por participar en el certamen universal.
La mencionada área tendrá tres representantes en la cita del orbe con la suma del país sede y los dos mejores equipos en suelo jamaicano del 30 de octubre al 9 de noviembre venidero.

Haïti-Budget : Un document « maladroit », bourré d’anomalies et déconnecté des priorités nationales pour l’exercice 2013-2014 ?

Par Edner Fils Décime
P-au-P, 22 août 2013 [AlterPresse] --- « Budget criminel », « document maladroit », « budget truffé d’anomalies », « budget anti-national »... les qualificatifs et étiquettes pleuvent de tous les secteurs pour parler de la loi de finances 2013-2014, que l’actuel gouvernement a soumise au vote du parlement.
Parlementaires, militants politiques et économistes trouvent « incohérente » la thèse de l’austérité, soutenue par les autorités et manifestée par un budget, dans lequel des dépenses courantes du secteur politique du gouvernement ont augmenté jusqu’à 157% par rapport à l’exercice précédent (2012-2013). Au cas où la loi des finances, pour le prochain exercice, est sanctionnée dans les mêmes termes par les deux chambres du parlement, le budget de fonctionnement du ministère de l’économie et des finances (Mef) passerait de 41 à 90 millions de gourdes (US $ 1.00 = 44.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourd’hui).
Dans cette perspective, les ministères de la justice et de l’intérieur verraient leurs dépenses courantes augmenter respectivement de 156% et de 157%. Dans la foulée, le titulaire du ministère de l’économie et des finances, Wilson Laleau - qui ne connait pas le montant du per diem des voyages du président Joseph Michel Martelly - propose des augmentations de 99% du budget de la présidence et de 150% de celui du bureau du premier ministre.
C’est cette loi de finances que les députés ont déjà ratifiée, dès la première lecture, le 7 juin 2013.
Convoqué, le 20 août 2013, par la commission économie et finances du sénat de la république, Laleau (professeur et ancien vice-recteur d’université) n’a pas su convaincre les sénateurs de « ses propositions », qui seraient « de nature à changer la donne en matière économique et sociale en Haïti ».
Le budget, soumis au pouvoir législatif, s’élève à 126, 4 milliards de gourdes, réparties en : 46,26 milliards pour le fonctionnement ; 77, 48 de dépenses d’investissement et 2,65 pour l’amortissement de la dette publique.
Après l’audition, il apparait que les convictions des sénateurs sont formées sur le budget, jugé « criminel » par le sénateur Steven Benoit. Les sénateurs comptent retourner à l’exécutif le projet de loi de finances 2013-2014.
Le sénateur Jocelerme Privert (autrefois principal dirigeant de la direction générale des impôts / Dgi) a déjà dénoncé la tendance de ce budget à instituer de nouveaux impôts et à modifier des lois fiscales, sans passer par les procédures régulières.
Là ou les yeux du ministre Laleau semblent indiquer « cohérence », le professeur Camille Charlmers, de la plateforme de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda), lui, n’y voit « dans ce document maladroit, aucune relation claire avec une vison de développement d’un pays ».
Budget, priorités gouvernementales, priorités nationales… « patrimonialisme » Martelly a décrété 2013 « année de l’environnement ».
De surcroit, l’environnement est l’un des 5 E de son slogan-programme, à savoir « Éducation, Environnement, État de Droit, Énergie, Emploi ». Or, il est surprenant de constater que la proposition de budget du gouvernement n’accorde que 1.34% au ministère de l’environnement, relève, dépité, le professeur Charlmers.
Diminué, le budget du ministère de l’agriculture n’obtiendrait qu’un infime 5.7 %.
Alors que le budget de l’exercice précédent a réprimé, fiscalement, la classe moyenne, le prochain budget s’attaquerait, maintenant, aux paysans, tout en protégeant les riches, souligne le sénateur Jean-Charles Moïse.
Économiste politique, Charlmers n’est pas loin dans cette compréhension du budget comme médiation de la lutte des classes, quand il dénonce « les choix irrationnels de l’État, l’utilisation « patrimonialiste » des ressources du pays au profit de l’oligarchie ».
Le directeur exécutif de la plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda) prend, en exemple, les 800 millions de gourdes consacrées à l’achat de lampadaires solaires, alors que rien ne garantit que ce soit une solution durable.
Le ministère des travaux publics devrait obtenir 26, 3 milliards de gourdes, soit 20.8%, tandis que le ministère de l’éducation nationale et celui de l’économie et des finances recevraient respectivement 16,1 et 11,7 milliards de gourdes, selon la proposition de loi de finances 2013-2014. Budget anti-constitutionnel ? Oui, répond Camille Charlmers, puisque ce sont les organes centraux de l’État qui l’ont élaboré. Ce qui est contraire à l’esprit de la Constitution de 1987. « Démarche inappropriée », tance Charlmers, car, selon les prescrits constitutionnels, les priorités budgétaires se définissent d’abord et avant tout au niveau des collectivités territoriales.
Taxes et impôts pour la paupérisation ? Même s’il faut consentir que la perception fiscale soit faible par rapport au produit intérieur brut (Pib) du pays, la répression fiscale - sans égard à la différenciation de classe - est inadmissible, estime l’économiste.
Les impôts et les taxes, prévus dans cette proposition de budget, toucheraient alors toutes les classes sociales, sans tenir compte du niveau des revenus. La conséquence serait, sans doute, « la paupérisation des classes déjà appauvries », anticipe Chalmers.
A une conférence de presse, le mercredi 21 août 2013, le secrétaire d’État à la réforme fiscale, Ronald Gray Décembre, explique que le passeport valide pour 5 ans continuera d’exister.
Mais, le droit de passeport passerait tout de même de 1,600.00 gourdes à 3,500.00 gourdes.
« Certains industriels et hommes/femmes d’affaires voyagent souvent. Pour leur faciliter la tâche, nous offrons le passeport valide pour 10 ans, dont le nombre de pages pourra même être le triple de celui de 5 ans », affirme Décembre.
A son avis, cette catégorie de personnes - « voyageant en première classe » généralement - peut se le payer à 10,000.00 gourdes.
Permis de conduire, tarifs douaniers, taxes d’abattage des animaux, pièces de rechange de véhicules ... tout risque d’être doublé, voire triplé, selon la loi de finances proposée.
Avec toutes ces critiques de la proposition budgétaire et tenant compte de la prestation peu convaincante, au sénat, de l’ancien professeur d’université, Wilson Laleau, devenu ministre, faudrait-il encore soutenir que c’est « un projet de budget de combat au service du développement, de la réduction de la pauvreté » ?
Le va-et-vient du projet de budget, entre l’exécutif et le législatif, promet de l’intensité !
Entre-temps, l’horloge du délai constitutionnel s’égrène…et on s’achemine, peut-être, vers une reconduction du budget 2012-2013.
Le lundi 9 septembre 2013, les députés partent en vacances pour revenir seulement le deuxième lundi de janvier 2014, sauf sur convocation extraordinaire de la présidence. [efd kft rc apr 22/08/2013 12:25]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article15029

Haïti en ligne, ou la frénésie des réseaux sociaux

Par Amélie Baron
La frénésie des réseaux sociaux a gagné Haïti : les jeunes et moins jeunes se sont emparés de ces plate-formes internet pour parler politique, football, mais aussi pour débattre des derniers ragots et rumeurs du pays. Et l'actuel gouvernement n'a pas boudé cette révolution numérique : le président et le Premier ministre inondent les réseaux de tweets et de photos...
L’équipe nationale de football qui, en juin, marque un but contre l’Espagne championne du monde et, dans la seconde, ce sont des centaines de tweets de joie qui inondent le réseau. Le président fait une déclaration publique : les débats s’enflamment sur Facebook. Désormais, aucun événement se déroulant en Haïti ne peut échapper aux internautes. Cet engouement pour les réseaux sociaux a connu une explosion au pire moment de l’histoire récente du pays, le 12 janvier 2010, quand le séisme a ravagé Haïti : « Les gens ont réalisé ce jour-là la nécessité qu’il y avait d’utiliser les réseaux sociaux pour communiquer », se souvient Carel Pedre, célèbre animateur radio à Port-au-Prince et twitteur assidu @carelpedre. « Il n’y avait plus de téléphone ; il n’y avait pas moyen d’entrer en contact avec des gens de façon traditionnelle, avec les cellulaires ou les SMS. »
Les Haïtiens ont donné signe de vie sur les réseaux sociaux pour rassurer leurs familles
Trouver un accès à Internet n’était évidemment pas la première des priorités pour les sinistrés, mais dès qu’ils l’ont pu, les Haïtiens ont donné signe de vie sur les réseaux sociaux pour rassurer leurs familles vivant à l’étranger, cette diaspora haïtienne estimée à près de deux millions de personnes et qui, à Miami, Montréal ou Paris, vivait l’angoissant silence.
Une fois connectés, les internautes haïtiens ont été contaminés par cette addiction. Ce que la compagnie de téléphonie dominante dans le pays a rapidement compris, en s’adaptant aux conditions économiques difficiles. « Avec un téléphone basique, nos clients peuvent vérifier leurs comptes Facebook et twitter par SMS, » explique Vanessa Philogène, la community manager de Digicel. « Cette option, utilisée par plus de 200 000 personnes par jour, permet de voir les statuts de ses amis, aimer des commentaires… Et cela ne coûte que 5 gourdes (10 centimes d’euros) par jour. » Car posséder un smartphone reste un luxe réservé à une élite : en Haïti, les premiers modèles sont vendus à plus de 100 euros.
Le Premier ministre dans le Top 50 des dirigeants les plus connectés
Cette frénésie des réseaux sociaux n’a pas non plus échappé aux politiciens. La campagne présidentielle de 2010 s’est aussi bien menée dans les rues que sur Internet. En la matière, l’équipe de Michel Martelly a largement dominé la Toile. « On pouvait suivre ses moindres faits et gestes : cela donnait à ses sympathisants l’impression d’être avec lui. Je suis certain qu’il a pu gagner des voix comme ça » témoigne Carel. Aujourd’hui, le président ne tweete plus lui-même, mais cette communication active s’est amplifiée, fatiguant souvent même les partisans comme Carel : « Chaque jour, ils nous bombardent de courriels, de tweets, de notes de presse sur Facebook, de photos, de vidéos… » Et tout le gouvernement et les administrations publiques ont dû se plier à cette politique 2.0. Le Premier ministre @Laurent Lamothe, féru de télécommunications, domaine dans lequel il a fait carrière, a bien évidemment tweeté les résultats de l’analyse Twiplomacy qui le classe dans le Top 50 des dirigeants les plus connectés. Mais tous les ministres n’ont pas, loin de là, cette assiduité.
Avec Facebook et Twitter, les Haïtiens portent leur voix sur la scène internationale
Et pourtant le sujet préféré des Haïtiens sur les réseaux sociaux est la politique. « Avant tu en parlais si tu avais des ambitions politiques. Si tu étais un simple citoyen, tu ne pouvais pas en parler », se souvient Carel, « Mais maintenant les gens affichent leur opinion : ils discutent avec les journalistes, les sympathisants. Ils commentent même les titres des journaux ». Avec Facebook et Twitter, les Haïtiens peuvent porter leur voix sur la scène internationale et gare à ceux qui donneraient des informations erronées sur le pays « CNN a fait un reportage sur Haïti, pendant le passage du cyclone Sandy, qui disait que les gens n’étaient pas informés de ce qui se passait » raconte Carel. « Tous les Haïtiens sur Twitter s’en sont pris à CNN en direct et CNN a été obligée de faire une mise à jour de leur article pour dire qu’on les avait mal informés. Internet nous donne cette voix et c’est très positif. »
Mais cet accès à la parole est perçu par certains Haïtiens comme une liberté totale. Comme tous les utilisateurs, Carel est confronté aux extrémistes : « Il y a des dictateurs sur Twitter : je vois des gens pour qui c’est leur opinion ou tu meurs. Quand vous venez avec des contre arguments pour justifier votre point de vue, s’ils sentent que vous avez raison, alors ils prennent la chose personnellement et vous insultent : ils vous parlent de votre couleur de peau, où vous avez été à l’école, ils vous traitent de tous les mots... Maintenant qu’on est connectés, il faudrait donner une éducation à l’internet en Haïti. »
http://www.rfi.fr/ameriques/20130822-haiti-facebook-twitter-football-martelly-sms-port-au-prince

ED'H, Andress Appolon prend la sortie

Le Nouvelliste | le :22 août 2013
Roberson Alphonse roberson_alphonse@yahoo.com
Andress Appolon, l'ancienne de Harvard, est « exit » de l'ED'H. Le bras de fer avec les fournisseurs privés de courant a pourri la fin de son administration ponctuée par un rationnement qui n'a jamais dit son nom dans la zone métropolitaine.
Andress Appollon n'aura pas fait long feu à la direction générale de l'ED'H. Dans les petites heures de la nuit de mercredi à jeudi, un communiqué de la présidence a annoncé qu'elle a été remplacée par Jean Errol Morose, un vieux routier de cette compagnie en faillite, sangsue des deniers publics, avec, rien que pour le prochain exercice fiscal (2013-2014), pas moins de 200 millions de dollars américains de subvention.
Dans les allées du pouvoir, des sources concordantes soulignent que cette détentrice d'un master en politique publique de Harvard a été « révoquée » pour n'avoir pas suivi des « instructions de ses supérieurs sur la façon de gérer le contentieux avec les fournisseurs privés de courant électrique ».
Jointe au téléphone en début d'après-midi, la voix un peu cassée, Andress Appolon, poliment, a refusé de s'exprimer. « No comment », a-t-elle dit. Pas de déballage de probables récriminations dans la presse. Elle encaisse. Comme elle l'a fait ces dernières semaines pour les nombreuses critiques d'abonnés et de « priseurs » à cause du rationnement sévère imposé par l'ED'H.
Ceci n'avait rien à voir avec l'arrêt de E- Power le 19 juin, avait assuré Andress Appolon, il y a plus d'une semaine, au journal. « Plusieurs pannes d'équipement ont été constatés dans diverses centrales, soit Pétion, Varreux et Péligre. Cela a entraîné une nouvelle baisse en alimentation à environ 14 heures en moyenne », avait-elle révélé.
Mais l'on sait que le bras de fer avec les fournisseurs privés de courant a pourri la fin de son administration. Circonspecte, elle n'a rien laissé suinter des tensions existantes autour de ce dossier.
« Après un retard administratif, nous pouvons finalement constater que le processus de renégociation avec les trois fournisseurs privés d'énergie électrique a été lancé et avance au fur et à mesure », avait-elle confié. La commission de renégociation composée de représentants du MEF, des TPTC a « déjà rencontré les trois (3) fournisseurs-soit la E-POWER, la HAYTRAC et la SOGENER- pour une première prise de contact et a pu confirmer leur intérêt à travailler avec la commission afin d'atteindre un équilibre économique dans le marché d'achat d'énergie électrique », avait révélé Andress Appolon.
« Il n'y a aucune pénalité proprement dit associée à l'arrêt de E-Power », avait-elle également assuré. Cependant, même si ce n'est pas une pénalité à proprement parler, l'Etat, l'ED'H versent 1 million de dollars chaque mois à E-Power. C'est le prix contractuel de la capacité, un loyer payé à l'usine, quelle fonctionne ou pas, établi dans l'appel d'offres. E-Power, selon Daniel Rouzier, a été contrainte d'arrêter ses opérations à cause des dettes accumulées par l'ED'H, soit 23 millions de dollars. « C'est dommage d'en arriver là. Nous sommes confiant que la crise va être résolue », avait confié Daniel Rouzier au journal, il y a plus d'une dizaine de jours. « E-Power a de bonnes raisons de croire que la lettre de crédit de 13 millions de dollars de l'ED'H et l'Etat sera renflouée dans les jours à venir », avait espéré Daniel Rouzier.
« Nous sommes confiant que l'Etat a déjà compris l'importance de respecter ses engagements issus d'un appel d'offres international public, conformément à la volonté exprimée par l'Etat d'ouvrir le pays aux investissements générateurs d'emplois et de richesses », avait appelé Daniel Rouzier, le premier à avoir affronté, sans succès, l'épreuve du Parlement pour devenir Premier ministre de Michel Joseph Martelly.
« Malgré des avantages évidents qui découleraient d'un arbitrage international prévu dans les accords signés avec l'Etat, E-Power préfère rester sur le marché et insuffler une compétition saine sur le marché de l'électricité en Haïti, aidant de ce fait à renforcer la compétition internationale du pays », avait expliqué Daniel Rouzier, soulignant que E-Power, selon le classement de l'ED'H, est le moins cher avec 23,7 centimes américains le kilowatt/heure.
« C'est déjà une source d'inquiétudes que E-Power ait à disposer des 13 millions de dollars de la lettre de crédit afin d'éponger une partie des 23 millions de dette de l'Etat haïtien », a confié un fonctionnaire d'une grande institution internationale, qui suit de près ce dossier. Pour E-Power, il y a eu un appel d'offres international et tout a été fait dans les règles de l'art. Si les parties vont en arbitrage, ce sera dévastateur pour l'image d'Haïti, a assuré ce fonctionnaire. IFC de la Banque mondiale, EWP, une grande compagnie coréenne sont des actionnaires de E- Power et le marché financier international observe la gestion de ce dossier, a-t-il ajouté, soulignant que le secteur de l'électricité en Haïti « pose problème ».
La BID attend un plan de restructuration de l'Etat depuis des mois afin de fournir 12 millions de dollars d'appui budgétaire à l'Etat haïtien. Il n'est toujours pas communiqué, a confirmé le ministre de l'Economie et des Finances, Wilson Laleau, sur Magik 9 en début de semaine.
Toutefois, si l'ED'H, malade, ne réagit jusqu'ici à aucun remède miracle, ses réseaux vétustes, ses lampadaires fatigués sont encore en panne d'une grande rénovation. Entre-temps, les lampadaires solaires ont la cote en hausse. Dans le budget du MEF, 771 millions de gourdes ont été affectées, à la grande surprise de certains, pour faire l'acquisition de lampadaires solaires. Et aux TPTC, il y a aussi 450 millions de gourdes. Alors que la critique enfle contre ce choix d'une technologie n'offrant pas toutes les garanties de longévité, Andress Appolon, politique, avait esquivé une question du journal sur ce sujet.
L'ED'H ne gère pas ses fonds, elle n'a pas de précisions à apporter, avait en susbtance confié Mme, à qui le président a indiqué la sortie de l'ED'H. Avant d'accepter le poste de directrice générale, selon elle, après une certaine hésitation, à cause de la gravité de la crise énergétique qui secoue le pays depuis des années, Andress Appolon était conseillère du président Michel Joseph Martelly.
Est-ce qu'on a indiqué la sortie à Mme pour la recaser ailleurs, sous des cieux moins agités ? Possible. En ce qui concerne son adjoint, Dukens Raphaël, il est toujours en poste.
« Je suis maintenu jusqu'à cette présente minute », a confié l'ex- responsable syndical.
Roberson Alphonse roberson_alphonse@yahoo.com
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120371

Après les Etats-Unis et les Bahamas, Martelly se rend au Surinam, mais n'ira pas en Guyane

Présidence/Voyages
Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com
Officiellement, la présidence ne donne aucune explication sur l'absence du président de la République au pays depuis le vendredi 16 août.
Cependant, une source bien placée au palais national a confié au Nouvelliste que Michel Martelly était en visite privée aux Etats-Unis avec sa famille avant de se rendre vendredi au Suriman.
Parallèlement, la presse aux Bahamas a souligné la visite du chef de l'Etat à Nassau et indiqué qu'il a rencontré jeudi le Premier ministre Perry Christie.
« Je vois que cela a fait tout un tollé, mais il n'y a rien à cacher. Le chef de l'Etat était en visite privée avec sa famille aux Etats-Unis, a indiqué notre source au palais national. C'était une occasion pour lui de passer un moment avec sa famille. Ces moments sont nécessaires pour se ressourcer. Tout le monde qui travaille a doit à un moment pour revoir sa famille. Le 23 de ce mois, le président se rend au Surinam pour participer à la 11e édition de Carifesta. Il y restera jusqu'au 25 août. » Interrogée sur la présence de Michel Martelly aux Bahamas cette semaine, cette source très bien placée au palais national pour connaître les moindres déplacements du chef de l'Etat n'a voulu infirmer ni confirmer.
« Je vous ai dit qu'il était aux Etats-Unis avec sa famille, cela devrait suffire... », a-t-elle répondu avant de nous demander de nous concentrer sur les réalisations positives du président.
Parallèlement, selon The Nassau Guardian, dans son édition du 22 août, Michel Martelly était parmi ceux qui se sont rendus mercredi 21 août au domicile du Premier ministre des Bahamas, Perry Christie, pour son 70e anniversaire.
« Le président était dans le pays pour un bref séjour avec sa famille. Avant de rencontrer les médias, Martelly a visité un studio de musique situé à la résidence du Premier ministre », lit-on dans un article de ce journal.
Selon The Nassau Guardian, le président haïtien a déclaré qu'il est confiant que le Premier ministre Perry Christie accorde de l'attention aux Haïtiens vivant aux Bahamas. La communauté haïtienne représente, selon lui, une puissante force électorale.
« Nous sommes préoccupés par ce sujet et nous avons débattu la question avec le Premier ministre. Nous avons compris que le Premier ministre veille au bien-être des Haïtiens ici, a déclaré Martelly cité par The Nassau Guardian. Qu'on le veuille ou non, les Haïtiens représentent une force politique ici en période électorale. Je suis certain que le Premier ministre est au courant de cela. Il va veiller au bien-être des Haïtiens, non parce qu'il a besoin du vote des Haïtiens. Il est un leader, il veut changer la situation de ceux qui vivent dans de mauvaises conditions. »
Le Premier ministre Perry Christie a promis d'inviter le président Martelly à réaliser une visite formelle aux Bahamas dans le cadre d'une manifestation culturelle. Il dit espérer que le président Martelly qui est aussi un chanteur donnera une prestation à l'occasion.
Dans un autre registre, selon le journal France-Antilles/Guyane, le président haïtien était très attendu sur l'île en compagnie de deux ministres. D'abord programmée du 21 au 23 août, sa visite s'est vite réduite à une journée, celle du jeudi 22.
« Michel Martelly n'avait émis qu'un souhait, une seule condition à son séjour en Guyane : pouvoir rencontrer « une large partie de la communauté haïtienne » du département.
Autant dire plusieurs milliers de personnes », lit-on sur le site du journal qui souligne que la venue de Martelly ne semble avoir été que reportée sans qu'aucune date n'ait, pour le moment, été fixée officiellement.
En Haïti, plus d'un se questionne sur l'absence non annoncée du président Martelly depuis environ une semaine.
Dans une note de presse en date du jeudi 22 août, le bureau de communication de la présidence informe de façon tardive que le président de la République participera du 23 au 25 août 2013 à la clôture de la 11e édition du festival des Arts de la Caraïbe (CARIFESTA) au Surinam. Pas plus. Ce vendredi, Haïti sera à l'honneur.
Le président Martelly profitera de sa présence dans la ville de Saramacca pour rencontrer la communauté haïtienne forte d'environ 4 000 personnes, a appris le journal d'une source au Surinam. Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120364

100 jeunes leaders engagés pour le développement de leur communauté

Carlin Michel
Le mouvement régional Nord-Ouest Solidaire a lancé au cours du mois d'août, via le projet « Nodwès Repiblik », la première édition de l'Université d'été qui s'est tenue à Port-de-Paix en vue de renforcer la capacité de 100 jeunes leaders venus de différentes communes du département.
Cette initiative, qui est un rassemblement de jeunes leaders et de responsables d'associations pour se former sur la vision du projet « Nodwès Repiblik » initié récemment, se déroule du 5 au 31 août 2013 sur le thème « Pour l'émergence d'un nouveau leadership digne d'un département maître de son destin ».
L'Université d'été 2013 du « Nodwès Repiblik » vise à armer les 100 participants de connaissances et d'outils nécessaires pour mieux transformer leur environnement immédiat en opportunité.
« Nous allons définir avec eux le projet d'engagement pour le Nord-Ouest; nous allons engager ce groupe de volontaires dans l'action pour l'avancement de leur communauté », a expliqué Alexandre Telfort, l'un des initiateurs du mouvement Nord-Ouest Solidaire.
Pour la première édition de cette Université d'été, le cursus est orienté tel que les jeunes puissent acquérir des compétences sur l'histoire, la géographie et les richesses du Nord-Ouest en vue de pouvoir mieux transformer ce département.
Ils acquerront également des connaissances en développement, leadership, macroéconomie, politique... et seront introduits à la réflexion universitaire.
« Nous croyons que cette initiative va leur donner des outils fondamentaux pour entamer la lutte du Nord-Ouest », a indiqué l'initiateur, précisant qu'il y aura 10 formateurs pour 17 matières et 4 grandes conférences pendant les 4 semaines d'août.
Pour prendre part à cette Université d'été, les organisateurs ont défini des critères parmi lesquels le postulant doit être du département du Nord-Ouest et y résider.
« Le projet « Nodwès Repiblik » veut porter une nouvelle façon de voir le Nord-Ouest avec tous ses atouts, diffuser et rendre accessibles les nouvelles approches de développement, et surtout inciter les participants à s'engager en tant que leaders dans le développement de leur département », a expliqué Dieunou Maurice, un autre initiateur.
Les 100 jeunes qui seront formés sur le Nord-Ouest doivent suivre tous les cours, participer dans toutes les sorties de terrain, réussir tous les devoirs et présentations, participer à toutes les conférences et signer la charte d'engagement pour pouvoir bénéficier du certificat qui sera octroyé à la fin de la formation.
Une cérémonie de collation de diplômes est prévue pour féliciter ces 100 jeunes leaders sur qui le Nord-Ouest peut bien compter.
« Nodwès Repiblik » est un projet qui vise à inciter les Nordouésiens à prendre en charge leur département.
« C'est une vision qui veut que le Nord-Ouest soit le département le plus compétitif dans les domaines du commerce, du sport et de la technologie. Un département dans lequel ses habitants sont conscientisés au respect de leur environnement. Une zone qui prône l'innovation dans tous les secteurs », a indiqué Alexandre Telfort, ajoutant que le projet veut aussi que cette partie d'Haïti soit le garde-manger de la République.
Carlin Michel
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120318

Des enfants de Cité Soleil proposent des lois aux parlementaires

Le Nouvelliste le 22 août 2013
Amos Cincir
Une centaine d'enfants ayant participé à la 3e édition du camp de citoyenneté organisée par l'Office de protection du citoyen (OPC), à Cité Soleil, ont visité mercredi le Parlement haïtien. Reçus par le député Lionel Anélus Jules , président de la commission des Droits humains, ils ont remis un cahier de charges proposant des lois visant l'amélioration des conditions de vie et la protection des droits des enfants.
Au cours de cette visite au Parlement haïtien, ces 100 enfants âgés entre 6 et 13 ans, dont 58 filles et 42 garçons ont, par le biais de ce cahier de charges, élevé la voix pour décrier les conditions critiques et les pratiques néfastes à l'égard des enfants du pays, notamment ceux de Cité Soleil.
Sophia Similcar, qui prenait la parole au nom des enfants, a demandé aux parlementaires de voter des lois relatives à la protection des enfants, à la paternité responsable, mais aussi des lois contre la maltraitance, la traite et le trafic des enfants.
Cette fille de 13 ans a également sollicité des parlementaires le vote d'une loi punissant les individus qui cherchent à armer les enfants. Elle leur a demandé aussi de voter la loi contre le mariage pour tous.
« Nous les enfants de Cité Soleil sommes préoccupés par la question du mariage pour tous. Nous élevons nos voix pour demander aux pères conscrits de la nation d'éviter de voter cette loi, car les enfants qui sont l'avenir du pays voient et observent.»
Réagissant aux propos de Sophia Similcar, le député Lionel Anélus Jules, président de la commission des Droits humains, a fait une déclaration solennelle en promettant aux enfants qu'il ne votera jamais une telle loi.
Haïti n'est pas prête culturellement à accepter cette affaire de mariage pour tous.
« Je suis très heureux d'être avec vous ce matin à cette séance historique à l'Assemblée nationale puisque vous serez à ma place dans peu de temps. J'ai pris note de vos doléances et je m'engage à faire de mon mieux pour défendre vos droits, et à tous les niveaux», a-t-il promis, soulignant que la loi sur la paternité et celle sur les frais scolaires ont été votées favorablement par les parlementaires mais ne sont pas encore publiées dans le journal Le Moniteur.
De son côté, la directrice de l'Office de protection du citoyen (OPC), Florence Élie, s'est dit fière d'avoir organisé cette visite pour les enfants dans le cadre de la 3e édition de cette initiative.
« Cette rencontre aujourd'hui, qui est un événement à la fois historique et mémorable, a permis à ces enfants de faire connaissance avec le Parlement mais aussi de faire part à ces élus des besoins de leur communauté.
Ces enfants ont eu la chance de bien s'épanouir et de bénéficier largement des bienfaits des vacances d'été 2013.
Je souhaite rééditer l'expérience l'année prochaine», indique Mme Élie, en présence du coordonnateur du programme, Jude Jean-Pierre, et du sénateur Francisco Delacruz.
Philippe-Raymond Cantave, représentant du projet « Aksyon Kolektif pou Sekirite kont eksplwatasyon » (AKSE), financé par l'USAID, et exécuté par CARE, s'est dit content d'avoir collaboré avec l'OPC pour venir en appui à ces enfants. « Je me sens ému de voir que Cité Soleil a des enfants aussi intelligents. Je crois qu'il faut les encadrer davantage », a conclu M. Cantave.
Amos Cincir
http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120369

La rentrée des classes reportée

Le Nouvelliste le :22 août 2013
Jocelyn Belfort belfort87jocelyn@yahoo.fr
''La rentrée des classes est fixée à la première semaine du mois d'octobre'', c'est ce qu'a déclaré, jeudi, le ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle, Vanneur Pierre. La date de la reprise des examens, la subvention des manuels scolaires sont parmi les autres points abordés par le ministre Vanneur Pierre.
Pendant ces derniers jours, le report de la rentrée des classes était sur toutes les lèvres. Tout portait à croire qu'on allait en arriver là. La décision est connue ! C'est le ministre de l'Education nationale lui-même qui a annoncé le report de la rentrée des classes au mois d'octobre. Une telle mesure, selon le ministre Vanneur Pierre, était inévitable.
« D'abord, il y avait le retard accumulé lors des examens du baccalauréat deuxième partie avec le passage du cyclone Chantale sur Haïti et ensuite, le résultat des examens du bacc I et II qui n'est pas encore publié dans tous les dix départements. Ajoutez à cela, des parents et des syndicats enseignants ont organisé pendant ces derniers jours des conférences pour demander le report de la rentrée des classes au mois d'octobre. Des revendications qui avaient une importance capitale dans la prise de cette décision. »
D'autres raisons expliquant le report de la rentrée des classes sont la rigueur du MENFP dans le choix des correcteurs et les exigences attachées à leurs tâches.
« Toutes les feuilles ont subi trois corrections cette année, dit-il. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires pour empêcher que les élèves ne soient les principales victimes de mauvaises corrections des copies.
L'année dernière, il y a eu 12 000 ajournés, cette année on en a eu plus de 80 000.»
A propos des frais que les parents doivent verser aux écoles publiques pour la rentrée des classes, le ministre de l'Education nationale est strict.
« Nous réclamons une contribution de 250 gourdes des élèves. En aucune façon, un directeur d'école nationale ou de lycée n'a le droit de demander à un parent de payer une somme supérieure à celle que réclame le ministère. Nous prendrons des mesures drastiques contre tous les contrevenants», n'écartant cependant pas la possibilité pour un directeur d'école de demander aux élèves 150 gourdes pour des sorties touristiques.
« Le gouvernement prendra toutes les mesures pour faire appliquer ces dispositions à la lettre, ajoute-t-il. La gratuité de l'éducation au niveau des deux premiers cycles d'ici la fin du mandat du président est l'objectif poursuivi par l'administration Martelly/ Lamothe.»
Jackson Pléteau, directeur de l'enseignement secondaire, a pour sa part mis l'accent sur le travail que réalisent le MENFP et l'administration Martelly/ Lamothe pour rendre possible la réouverture des classes dans de meilleures conditions.
«Cette année encore, l'Etat haïtien finance plus de 2 millions de manuels scolaires à hauteur de 400 millions de gourdes, déclare-t-il. Les parents n'auront à payer que 30% pour les livres subventionnés par l'Etat haïtien. Au niveau du gouvernement, nous prendrons des mesures pour éviter la vente de ces manuels sur les marchés publics à des prix dépassant ceux fixés par le MENFP.»
Parallèlement à cette subvention, il y a un fonds de 263 millions de gourdes disponible pour acheter du matériel destiné à la distribution. « Une telle initiative est en harmonie avec la volonté du gouvernement en place d'aller vers les plus déshérités. Comme toujours, nous allons distribuer des ouvrages dans tous les départements du pays à ceux qui ne peuvent plus en acheter. »
Pour les parents qui ont déjà payé le mois de septembre, Vanneur Pierre a fait savoir que les directeurs d'école doivent rembourser ces frais. « Je n'ose même pas penser qu'un directeur puisse demander à un parent de payer le mois de septembre, dit-il. Pour ceux qui ont déjà payé le mois de septembre, les directeurs doivent sans aucune explication rembourser cet argent. »
Le ministre de l'Education nationale en a profité pour annoncer l'ajustement du programme académique des élèves de la 1re à la 6e année fondamentale.
« Au niveau fondamental, l'éducation civique sera obligatoire pour tous les enfants, dit-il. Le vendredi sera consacré '' jour de lecture'' dans toutes les écoles pour encourager les jeunes à lire.
Une façon pour nous d'améliorer la compétence de nos petits enfants dans d'autres disciplines.» Pour les élèves ajournés, la reprise des examens est fixée au 2 septembre.
Une semaine de préparation pour aider les élèves à subir ces examens dans de meilleures dispositions.
« Une fois de plus, le téléphone portable sera interdit dans les salles d'examen», a déclaré le ministre Vanneur Pierre, qui a, par ailleurs, annoncé de nouvelles mesures pour empêcher les élèves de tricher lors de la reprise des examens . Jocelyn Belfort belfort87jocelyn@yahoo.fr http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120352

Le premier autobus fabriqué en Haïti présenté

Coutard Motors/MCI
Carlin Michel michelcarlin@yahoo.fr
Le ministère du Commerce et de l'Industrie (MCI) organise, en l'honneur du constructeur, la présentation au grand public du premier prototype d'autobus fabriqué en Haïti par Jean-Paul Coutard, 30 ans. Les locaux du MCI, à la SONAPI, accueillent la première présentation de l'autobus portant la marque Coutard, du nom de son concepteur.
Reportée à plusieurs reprises, la présentation de l'autobus fabriqué par Jean-Paul Coutard sera effective dans la matinée de ce jeudi au ministère du Commerce et de l'Industrie, à la Société nationale des parcs industriels (SONAPI).
Satisfait du travail réalisé par le jeune de 30 ans, le ministère du Commerce, de concert avec le fabriquant, a pris l'initiative d'exposer au grand public les travaux que peut réaliser l'Haïtien s'il est bien encadré.
L'autobus, de type coach, est « conçu pour transporter 54 passagers et est équipé de sièges individuels inclinables, d'appareils électroniques modernes, de téléviseurs, de caméras électroniques et de commodités sanitaires pour assurer aux passagers le plus grand confort durant le voyage », rappelle le MCI dans une note de presse, mentionnant que le véhicule a été fabriqué par la compagnie « Coutard Motors ».
Joint au téléphone mercredi soir, Jean-Paul Coutard se dit satisfait que son travail va être enfin rendu public. « Je suis content que le grand public va voir mon autobus », dit-il avec modestie, remerciant le ministère du Commerce et de l'Industrie pour son apport à la présentation de l'automobile. « L'autobus va quitter son lieu de fabrication ce soir à destination de la SONAPI, dit-il fièrement au Nouvelliste.
Un rêve d'enfance qui est devenu réalité. » Ce sont les premiers pas de l'autobus. Il dit qu'un tour de la SONAPI peut être effectué avec les travailleurs présents à cette occasion.
L'autobus bleu et blanc porte la marque du nom de son concepteur. Coutard est inscrit sur plusieurs façades de l'autobus portant le logo officiel de l'Etat haïtien, les armes de la République, le slogan « La fierté haïtienne » écrit aux couleurs nationales: bleu et rouge. « Ce travail est effectivement une fierté, pas seulement pour moi mais pour tous les Haïtiens, pour tout le pays », se réjouit Jean-Paul Coutard, disant attendre ce moment depuis le premier jour qu'il a commencé la fabrication de l'autobus.
« J'aurai au moins quelques semaines de repos avec ma famille », indique-t-il. En fait, entre la conception et la construction du premier véhicule fabriqué en Haïti, Jean-Paul Coutard a mis plus de 7 ans. Annoncé en exclusivité par Le Nouvelliste, cet autobus est très attendu par le grand public; en témoignent les consultations, partages et différents commentaires de l'article « Autobus made in Haiti » sur le site du journal.
Ce texte est devenu l'article le plus consulté sur le site, plus de 114 000 fois.
La présentation de ce premier autobus haïtien de l'ère Coutard devrait continuer à susciter la curiosité des Haïtiens et attirer l'attention sur ce que l'Haïtien peut faire.
Lionel Coutard, le père de Jean-Paul, qui fait toute sa vie dans le transport en commun (Port-de-Paix / Port-au-Prince), doit être fier de l'oeuvre de son fils, vu qu'il est la principale personne qui a financé la réalisation de l'autobus.
D'ailleurs, Jean-Paul Coutard avait indiqué que c'était le manque d'argent qui est à la base de tout ce temps pris pour finaliser le projet. « Je ne cesse pas de remercier mon père d'avoir cru à mon projet et d'autres personnes qui m'ont aidé », dit-il.
Né à Saint-Louis-du-Nord dans une famille qui pratiquait le business du transport en commun, Jean-Paul Coutard a pu dès son jeune âge se familiariser avec les autobus. D'ailleurs, il a appris à conduire dans les autobus à l'âge de 7 ans.
Après ses études secondaires à Port-de-Paix, il est entré à Diesel Institute of Haiti pour étudier la mécanique poids lourd.
Après ses études en Haïti, il a passé 5 ans au Canada, où il a étudié la carrosserie à l'Ecole de l'automobile de Montréal. Père d'un enfant, il est marié à Sagine Lubin, une femme qui a toujours cru à son projet et qui le soutient sans retenue. Carlin Michel michelcarlin@yahoo.fr http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120329

L'Ile-à-Vache « is open... », Ses habitants espèrent et questionnent

Destination touristique/Aéroport international
 Le Nouvelliste | le :22 août 2013 On dirait que cette petite île d'une cinquantaine de kilomètres carrés revient brusquement sur la carte géographique d'Haïti. L'Ile-à-Vache, destination touristique du pays. C'est la vision du gouvernement qui y a lancé mardi les travaux de construction d'un aéroport international. Entre contentement et espérance, les habitants de ce bout de terre se questionnent sur leur avenir. Récit d'un voyage sur l'île. A la découverte de l'Ile-à-Vache.
11 heures du matin. Après trois heures de route, un groupe de journalistes de Port-au-Prince arrive finalement sur le quai des Cayes. Pas trop joli ni trop accueillant. Mais comme c'est la première fois que nous nous rendons à l'Ile-à-Vache, on ferme les yeux sur les détritus jetés à la mer et le mauvais état du lieu. Il faut embarquer.
A bord du petit bateau à moteur que nous a envoyé l'hôtel Port Morgan, on est paré pour l'aventure. Mais, avant, le capitaine s'assure que le bateau est bien équilibré et que tout le monde a son gilet de sauvetage. La mer est calme, le ciel est bleu. Des conditions idéales pour voyager.
Nous ne sommes pas les seuls « étrangers » à se rendre sur l'île qui reçoit également la visite du Premier ministre Laurent Lamothe et des membres de son gouvernement pour lancer les travaux de construction d'un aéroport international. Mais eux, ils voyagent en hélicoptère. Pour mieux apprécier l'eau cristalline, on demande au capitaine d'aller lentement lent. De loin, on commence à apercevoir les côtes verdoyantes de l'Ile-à-Vache et aussi les traces d'un déboisement dans les hauteurs.
Après environ 25 minutes de traversée, on est arrivé à Port Morgan. La différence entre le quai des Cayes et celui d'ici est énorme. Cela se comprend. « L'Ile-à-Vache est un autre pays », lâche un des aventuriers.
Petite pause déjeuné avant l'arrivée des officiels, le temps pour les journalistes d'apprécier la zone. Une vingtaine de minutes plus tard, les hélicoptères qui transportent les membres du gouvernement atterrissent, on doit rapidement se mettre en route pour aller à Pointe-Est où les autorités vont lancer officiellement les travaux de construction d'un aéroport international.
A bord d'une dizaine de taxis-motos mis à notre disposition, on emprunte une route fraîchement tracée longue de 15 kilomètres.
Le temps d'arriver sur le site, on était totalement recouvert de poussière. Ce qui a plu aux gens rencontrés sur le parcours...
A Pointe-Est, sous un manguier, sur le site de la construction, environ 200 personnes attendent la délégation officielle depuis des heures. Pour tuer le temps, ils discutent sur les travaux et leur avenir sur l'île.
« Je suis très fier de la construction de l'aéroport même si probablement je n'aurai jamais la possibilité de l'utiliser, lance un homme dans la quarantaine, encouragé par d'autres. Il donnera beaucoup de valeur à la zone. Lorsque les touristes vont commencer à arriver, les vraies activités économiques débuteront... »
Selon un autre groupe d'habitants de l'île, « toute la fortune de l'Ile-à-Vache se trouve là où l'on va construire l'aéroport. Ici, nous faisions de l'agriculture et de l'élevage. Ces activités nous ont permis de prendre soin de nos familles. Ce n'est pas que nous sommes contre les travaux. Non. Mais on veut avoir d'autres alternatives pour survivre... »
Pour d'autres, ils voient dans la construction de cet aéroport les Blancs qui vont débarquer et tout accaparer.
Paradoxalement, cette même catégorie de personnes voit dans les travaux ce qu'elle appelle de la propreté pour la zone. « Nou pa gen pwoblèm avec bèlte. Men yo dwe di nou sa yap fè avèk nou », lance une dame avec son enfant dans ses bras. « Ils peuvent débarquer comme ils le veulent tant qu'ils ne nous volent pas nos femmes », lancent dans un éclat de rire des jeunes hommes dans la vingtaine.
Sur un air plus sérieux, ils réclament leur implication dans tout ce qui se fera sur l'île. « Ils doivent nous donner du travail dans la construction et nous impliquer dans tout ce qui se fait... », exigent les jeunes.
De l'avis des habitants de l'Ile-à-Vache interviewés par Le Nouvelliste, le plus grand problème de la commune reste et demeure l'eau potable. Ensuite, les soins de santé et le transport en bateau qui, selon eux, coûte trop cher pour aller aux Cayes.
« Pour laisser l'île et revenir, il nous faut 210 gourdes, souligne une dame dans la quarantaine. Si on a une urgence pour transporter une personne malade, on peut payer jusqu'à 3 000 gourdes pour louer un bateau. On a un petit centre de santé à Madan (Madame) Bernard, qui ne peut même pas soigner une forte fièvre. » Les habitants de l'île reconnaissent qu'ils n'ont pas de titres de propriété. Cependant, pour avoir vécu depuis toujours sur ce bout de terre, ils estiment que ce sont eux les propriétaires. Une façon pour eux de dire qu'ils n'ont nulle part où aller. Même si les autorités ne parlent pas de les déloger, l'idée hante déjà l'esprit des gens.
« Personne ne peut nous demander de laisser l'île. Nous sommes prêts à mourir pour conserver notre maison », soutiennent des mères et pères de famille. Dans la mêlée, des agents de sécurité lourdement armés commencent à arriver. Le Premier ministre n'est pas loin. Quelques minutes après, Laurent Lamothe, la ministre du Tourisme et les membres de la délégation arrivent sur le site à bord de plusieurs Polaris.
Sous les regards de la population, M. Lamothe monte dans un tracteur avec l'intention de le déplacer. Seuls les plus intrépides restent avec lui sur l'engin. « Le PM n'est pas un opérateur ! », lance Philippe Cinéas, secrétaire d'Etat aux Travaux publics comme pour demander aux gens qui sont à terre de faire de la place. Petite visite des lieux avec des techniciens de Estrella, la firme dominicaine qui va construire l'aéroport, salutations de la population, puis un point de presse sur le site, Laurent Lamothe déclare que les travaux de construction sont officiellement lancés.
Après quoi, la délégation repart à bord des hélicoptères pour retourner à Port Morgan avant de se rendre dans la capitale. Des journalistes, des policiers et d'autres membres de la délégation repartent aussi à bord des Polaris et des motocyclettes pour une fois de plus parcourir les 15 kilomètres de route qui mènent à Port Morgan. Un parcours de combattant, fatigant et poussiéreux. Mais une fois arrivé à l'hôtel perché sur une promenade et qui domine la mer, on oublie tout et profite de la belle vue avant de s'embarquer pour les Cayes puis pour Port-au-Prince.
« Destination touristique Ile-à-Vache », les explications et les promesses du gouvernement Le vaste projet « Destination touristique Ile-à-Vache » que prône avec conviction le gouvernement prévoit la tenue d'importants chantiers sur l'île : la construction d'un aéroport international standardisé avec une piste d'atterrissage de 2,6 kms qui coûtera entre 25 à 30 millions de dollars ; la construction de l'axe routier qui y mène; le dragage du port, l'électrification et l'éclairage de toute la zone environnante; la construction de plusieurs hôtels-ressorts, de 2 500 villas (condo), d'un centre communautaire, d'une radio communautaire, d'un centre d'urgence, ainsi que la mise en place d'infrastructures agricoles. Pendant sa visite, mardi, sur l'île, le Premier ministre en a profité pour procéder à la pose de la première pierre d'un centre communautaire. « Ce centre polyvalent de 120 mètres carrés constitue l'un des volets de l'ingénierie sociale et culturelle que le gouvernement Lamothe veut associer au plan d'aménagement touristique de l'Ile.
Ce centre, dont la construction s'achèvera d'ici octobre, hébergera une bibliothèque, une salle de lecture, une salle de jeux, de spectacles et de cybercafé. » Selon les explications du gouvernement, le développement de la production agricole locale est nécessaire à l'implémentation de ce projet d'aménagement. Le ministère de l'Agriculture a élaboré un plan agricole qui prévoit la mise en place d'un système d'irrigation, la construction de lacs collinaires, l'installation d'un centre de traitement d'eau en cas de découverte d'eaux saumâtres.
« Ce plan agricole vise également la promotion de la production locale qui favorisera le développement de l'arboriculture fruitière. L'objectif est aussi de développer l'aquaculture et les capacités de pêche dans les hautes mers. D'ici septembre, le gouvernement entamera la réhabilitation de deux mangroves de l'île. » Selon la ministre du Tourisme, Stéphanie Villedrouin, dans le cadre du projet « Destination touristique Ile-à-Vache », des appels d'offres à investissements locaux et internationaux ont été déjà lancés.
« Quatre grands groupes internationaux de l'industrie touristique ont déjà manifesté leur intérêt à venir investir sur l'Ile », a-t-elle déclaré avec satisfaction. « L'Ile-à-Vache est un paradis qui peut changer l'image du pays et devenir une source de fierté pour tous les Haïtiens », a déclaré Laurent Lamothe.
« J'en appelle à votre fierté, à votre dignité. Vous avez là la plus belle île de la Caraïbe, c'est un paradis. Et l'administration Martelly et mon gouvernement vont tout faire pour la développer et en faire un grand pôle d'attraction touristique internationale », a-t-il dit à la population.
Robenson Geffrard, rgeffrard@lenouvelliste.com http://lenouvelliste.com/article4.php?newsid=120323