POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 5 septembre 2009

L’expert des Nations Unies sur les droits humains inquiet

Port-au-Prince, le 3 septembre 2009 – (AHP) – L’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits humains en Haïti, Michel Forst, a exprimé jeudi son inquiétude quant au processus de certification de la police (Vetting) que mène actuellement la PNH avec l’appui de la Minustah.

Cet
te inquiétude porte sur le devenir de milliers de dossiers transmis aux autorités haïtiennes sur des cas de policiers contre lesquels pèsent de sérieuses accusations de toutes sortes.

"S’il s’avère que des policiers, quel que soit leur grade, sont maintenus en fonction alors qu'ils font l'objet d'accusations graves, on risque de douter de la volonté des autorités d’écarter les éléments indésirables de la PNH", a indiqué Michel Forst.

S’il reconnait la portée des avancées réalisées dans ce domaine, Michel Forst estime qu’il reste encore beaucoup à faire car des rapports de l’Inspection Générale de la PNH et de la section des Droits de l’homme de la Minustah font encore état d’actes de violence, d’actes arbitraires ou se cas de corruption au sein de l’institution.

Il presse également le chef de l’Etat de nommer le président de la Cour de Cassation, appelé à diriger le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire. Ce sera, a-t-il dit, un signal clair de la volonté politique d’avancer sur la voie de la reforme et de lancer le processus de certification des magistrats.

Il estime que l’accent est mis de manière trop importante sur la possibilité pour le président de la cour de cassation de diriger l’Exécutif en cas de vacance présidentielle, alors que son rôle en temps de magistrat est relégué au second plan.

Le président de la cour de cassation est aussi appelé à diriger le conseil d’administration de l’Ecole de la Magistrature, rappelle Michel Forst qui dit remarquer que la nomination du directeur général de cette institution n’est pas encore effective.

Dans ce cas, fait-il remarquer, il ne peut y avoir d’appel à candidature pour les cours de formation initiale de magistrats, d’où encore l’importance de la nomination du président de la Cour de cassation.

Par ailleurs, Michel Forst estime que la reforme de la police doit être en adéquation avec celle de la justice. Il rappelle que l’Etat de droit doit reposer a la fois sur une police forte et une justice efficace

En ce qui concerne les centres d’incarcération, Michel Forst estime qu’il convient de séparer les prévenus des détenus.

En Haïti, a-t-il souligné, 80% des détenus sont des prévenus, ce qui est non conforme aux principes de l’Etat de droit et qui engendre un apprentissage de la violence. (Ils sont près de 5000 entassés comme des sardines au pénitencier national)

Aussi, il prône la mise en place de maisons d’arrêts pour les prévenus et des centres de détentions pour ce qui sont condamnées.
Le CARLI a dénoncé jeudi la multiplication des actes de brutalités commis par des agents de la police nationale contre des membres de la population civile.
Des casques bleus de l'ONU sont eux aussi accusés d'implication dans de graves cas de violence comme le mois dernier à Lascaobas lors de manifestations pour réclamer de l'électricité.
Mais, ces cas sont le plus souvent étouffés.

http://www.ahphaiti.org/ndujour.html

Les députés devront choisir entre l'interpellation et la réforme constitutionnelle

La dernière semaine de la deuxième session ordinaire de la 48 eme législature sera marquée par un bras de fer entre l'exécutif et le Parlement sur les priorités dans l'agenda législatif.
Le chef de l'Etat haïtien, René Préval, a manifesté clairement jeudi son intention de lancer le processus de réforme de la constitution. La rencontre au Palais National entre le chef de l'Etat, les présidents des deux chambres, accompagnés de quelques parlementaires et des membres de la commission présidentielle sur la réforme de la constitution, devrait permettre aux législateurs d'accorder le bénéfice de l'urgence à ce dossier cher au président Préval.
Cependant de nombreux élus sont de préférence préoccupés par la passivité du gouvernement. Une quinzaine de députés ont soumis trois lettres d'interpellation pour les ministres de la justice, Jean Joseph Exumé ; des finances, Daniel Dorsainvil et de la culture, Olsen Jean Julien.
Le dossier de la réforme constitutionnelle risque de ne pas être mis en discussion lors de la prochaine séance en assemblée le mardi 8 septembre.
Les députés n'auront plus que 7 jours pour analyser la proposition d'amendement de la constitution avant la fin de la deuxième session ordinaire de la 48 eme législature.
Le dossier de l'interpellation risque de faire de l'ombre celui de la réforme constitutionnelle en raison de l'insatisfaction de nombreux élus. Des élus tels Jonas Coffi et Steven Benoit expriment haut et fort leur désapprobation vis-à-vis de la politique appliquée par le gouvernement de Michèle Pierre Louis.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15765

Lancement des travaux de construction de la route Cayes/Jérémie.

Les travaux de construction de la route Cayes/Jérémie ont été lancés hier jeudi 3 septembre par le premier ministre du gouvernement Michèle Pierre-Louis.

La cérémonie s'est déroulée en présence notamment du ministre des travaux publics, Jacques Gabriel, du représentant de la Banque interaméricaine de développement (BID), des ambassadeurs du Canada et du Brésil ainsi que des autorités locales.

D'une longueur de 81 km, la nouvelle route devrait faciliter la circulation automobile et les échanges économiques entre les départements de la Grand' Anse (sud-ouest) et du Sud.

L'ouvrage sera réalisé par la firme brésilienne Constructora OAS grâce à un financement de 95 millions de dollars de la BID et du Canada.

RD

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15764

Ban Ki-moon encourage les haïtiens à consolider le processus de stabilisation

Dans un rapport au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon recommande une prorogation du mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah). Tout en recommandant la poursuite des opérations de la Minustah, M. Ban se prononce en faveur de certains réaménagements susceptibles de rendre cette mission plus efficace.
Il assure que le processus de stabilisation lancé en 2004 permettra à Haïti d'abandonner " un passé de conflit pour s'orienter vers un avenir meilleur de développement pacifique". " La stabilisation et la paix se font rarement sans heurt, mais je reste convaincu qu'Haïti a aujourd'hui une occasion historique de progrès. J'engage instamment les dirigeants et le peuple haïtiens, et leurs partenaires dans le processus de stabilisation, à continuer de prendre une part active aux efforts visant à créer un avenir meilleur pour ce pays remarquable ", ajoute-t-il.
Le secrétaire général de l'ONU soutient que les dirigeants haïtiens, doivent poursuivre l'action engagée pour trouver des solutions aux problèmes du pays qui recueillent une large adhésion, notamment renforcer les institutions de l'État et procéder aux réformes constitutionnelles envisagées.
En ce qui a trait à la participation de la communauté internationale, M. Ban a salué la générosité des partenaires d'Haïti. Il est essentiel que cette bonne volonté soit maintenue et que d'autres efforts soient faits pour parvenir à un changement véritable dans la vie quotidienne des Haïtiens, condition préalable de la stabilité à court et long terme », souligne le Secrétaire général.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15760

Haïti éducation ; le programme de subvention est relancé

Le ministre de l'Education nationale, Joël Desrosiers Jean Pierre confirme la rentrée scolaire pour le 7 septembre Prochain.
Dans des déclarations à la presse il a donné la garantie que les arriérés de salaires seront versés à tous les professeurs envers qui le ministère de l'éducation nationale a des dettes.
500 millions de gourdes sont disponibles à cette fin, a-t-il assuré. Le ministre a d'un autre côté fait savoir que le programme de subvention de manuels scolaires et de dotation est déjà relancé.
Il a fait remarquer que le ministère a subventionné cette année plus de 741,000 livres et plus de 450,000 kits scolaires.
Plus de 150 écoles ont été réaménagées et une dizaine d'autres construites par le ministère avec l'appui de partenaires dont le FAES, dans le cadre du programme d'urgence, a précisé M. Jean Pierre.
Le programme d'éducation pour tous supporté par la Banque Mondiale devrait permettre cette année au ministère de toucher 144,000 élèves.
250 millions de gourdes ont été également débloquées par le gouvernement en faveur de 150,000 à 200,000 élèves du secteur public et de 55,000 élèves du non public, a-t-il encore précisé.
Notons que selon le ministre de l'éducation national, une reprise en main de l'école était nécessaire en Haïti, compte tenu, a-t-il dit, des résultats catastrophiques enregistrés au baccalauréat de cette année.

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15759