POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 2 février 2012

Un Haïtien , JULES DELSON, expulsé du pays , CANADA

Agence QMI OTTAWA – Un vingtième individu qui figure sur la liste des criminels d'origine étrangère recherchés par les autorités fédérales a été arrêté mardi dans la région de Toronto.

Ian Getfield, âgé de 37 ans, originaire de la Jamaïque, est interdit de territoire au Canada après avoir été reconnu coupable de plusieurs accusations, notamment de possession de stupéfiants, de vol de moins de 5000$, de voies de fait, de défaut de comparaître et de deux accusations d'entrave au travail d'un agent de la paix. Getfield est détenu par l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).
L'Agence a aussi annoncé l'expulsion de Delson Jules, un Haïtien de 41 ans qui vivait à Saint-Hubert, au Québec. Il a été renvoyé du Canada, mardi.
Jules, qui s'est rendu aux autorités fédérales le 17 janvier, à Montréal, avait été déclaré coupable de harcèlement criminel, de voies de fait et d'avoir proféré des menaces. Il s'agit du dixième individu sur la liste de l'ASFC à être expulsé du pays.
«Il n'y a pas de place chez nous pour ceux qui, par la tromperie et la criminalité, profitent de l'accueil généreux du Canada et menacent la sécurité de nos collectivités et de nos citoyens», a indiqué le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews.
http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/politiquefederale/archives/2012/02/20120201-163618.html

Haïti-Santé/Ethanol : Les autorités rassurent

P-au-P, 1 févr. [AlterPresse] --- L’éthanol ne présente « aucun danger » pour la consommation, déclare le président de la commission santé au Sénat, Wesner Polycarpe, en marge d’une rencontre institutionnelle le mardi 31 janvier 2012. Le sénateur Polycarpe a eu des discussions avec la ministre de la santé et de la population, Florence Duperval Guillaume, et le directeur de ce ministère, Gabriel Timothée, autour de la circulation de l’éthanol sur le marché haïtien et l’inquiétude que cela soulève.
En janvier 2012, la population de Léogâne (à une trentaine de km au sud de la capitale) a intercepté plusieurs barils d’éthanol et mis le feu à certains.
Il y a une confusion entre le méthanol, produit dangereux, et l’éthanol, inoffensif et largement utilisé dans les boissons et le domaine médical, tient à préciser la ministre Duperval Guillaume,
« L’essentiel, c’est de rassurer la population sur la différence existant entre le méthanol - qui est un poison violent, capable de causer la mort de façon rapide - et l’éthanol - qui est un produit alcoolisé -. Nous retrouvons l’éthanol dans plusieurs substances, notamment les pansements et les liqueurs. L’éthanol n’a pas d’effets néfastes », explique t-elle.
Le méthanol a déjà causé la mort de près d’une quinzaine de personnes dans deux sections communales de l’Arcahaie (à une trentaine de km au nord de Port-au-Prince) en janvier 2011.
De son côté, le sénateur Polycarpe annonce des mesures pour calmer les planteurs qui voient leur production d’alcool perdre du terrain face à l’éthanol, massivement importé ces derniers jours.
Cette situation soulève, notamment à Léogâne, une grogne, aggravée par la peur d’éventuels risques de consommation de l’éthanol.
Il faut que les planteurs de Léogâne « comprennent que ce n’est pas le produit qui a un problème, parce que le ministère du commerce reconnait quatre grands distributeurs dans le pays. C’est l’usage abusif de cet alcool, qui représente un accroc majeur à la production nationale. L’utilisation de l’éthanol tend à s’étendre... sur le marché haïtien », continue la ministre Duperval Guillaume.
Plusieurs planteurs auraient abandonné la culture de la canne à sucre, destinée à la fabrication de l’alcool local, pour la culture de bananes sans le moindre contrôle sur la provenance des intrants.
Le sénateur Polycarpe rassure. Des pistes de solution sont en train d’être envisagées dans le but de calmer les planteurs par rapport à l’importation de l’éthanol, affirme t-il.
Une commission interministérielle, réunissant les ministères de la santé publique et de la population, du commerce, de l’économie et des finances ainsi que de l’agriculture, a été formée autour de la question.
Il s’agit selon le sénateur Polycarpe de « produire des résultats concrets sur l’échantillon qui se trouve entre les mains de la population de Léogane, et d’encadrer surtout les agriculteurs dans plusieurs domaines ».
Le manque de contrôle sur l’importation de l’éthanol en Haïti est vivement dénoncé à Léogâne.
Les planteurs revendiquent, entre autres, la garantie d’avoir des matériels et des moyens pouvant leur permettre de travailler, tels des tracteurs, un système adéquat de canalisation et d’arrosage, des crédits dans des banques agricoles, des crédits pour l’obtention d’engrais, de semences, et la règlementation de l’usage des terres. [jep kft rc apr 01/02/2012 12:30]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12308
Commentaire:
Vers la disparition de notre bon vieux clairin ou notre tafia. Des agriculteurs haïtiens et les propriétaires de guildives devront encore une fois laisser la place aux importateurs qui ne paient surement pas d'impôts. Ainsi va Haïti..

Haïti-Éducation : Des enseignants menacent d’entrer en grève dans le département du Centre

mercredi 1er février 2012 Correspondance Ronel Odatte
Hinche (Haïti), 1 févr. 2012 [AlterPresse] --- Des enseignants dans des écoles publiques à Hinche menacent d’entamer une grève à partir de la première semaine de février 2012 pour exiger le versement de quatre mois d’arriérés de salaire et l’octroi d’un contrat de travail, apprend l’agence en ligne AlterPresse.
Engagés dans le programme de scolarisation universelle gratuite et obligatoire (Psugo) depuis le 3 octobre 2011, ces enseignants indiquent qu’ils ne savent pas encore comment fonctionne le programme.
« Nous travaillons depuis 4 mois sans rien toucher, et nos enfants ne peuvent même pas avoir un plat chaud », déplore Louis Sainturin, porte parole du groupe dénommé « Enseignants de l’école universelle ».
Le 24 janvier dernier, le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle a publié une note concernant la question des nominations et des arriérés de salaire.
Les contrats de travail pour les enseignants appelés pour répondre aux besoins du Psugo sont finalisés uniquement pour le Sud-Est, le Nord-Est, le Sud et la Grande Anse, selon le ministère.
Pour les autres départements, le processus est en cours.
Le ministère affirme aussi qu’il a réactivé la question des arriérés de salaire.
Dix mille enseignants ont déjà été régularisés et « la plupart ont reçu leur chèque depuis belle lurette », signale la note.
Mais, dans le Plateau central, outre la condition des enseignants, c’est celle des établissements scolaires qui préoccupe.
Certains professeurs des écoles publiques, qui menacent d’observer un arrêt de travail, indiquent qu’il leur faut parcourir plusieurs kilomètres à pied avant d’arriver sur leurs lieux de travail.
Des écoles « zonbi »
« Quatre enseignants pour des centaines d’élèves, et les cours sont dispensés sous des arbres… Nous sommes obligés de placer des draps sous ces manguiers afin de nous faciliter la tâche. Alors, quelle est la politique de l’État haïtien en matière d’éducation ? »
C’est ainsi que réagit Anélus Lafortune, l’un des membres du comité de gestion de l’école nationale de Colombier (2 e section communale de Savanette), un établissement public établi depuis 25 ans.
« J’ai vu de mes propres yeux à Matelgate( 1 re section communale de Cerca-la-Source) des enfants en état de nécessité extrême qui veulent s’éduquer, mais les conditions sont infrahumaines », décrit, pour sa part, la sénatrice Edmonde Supplice Beauzile (Alternative-Centre).
Beauzile évoque les sections communales de Cerca-la-Source et de Thomassique (haut Plateau central), où des enfants vont le ventre vide et pieds nus à l’école.
« Il n’y a pas d’écoles dans les sections communales, et nous devons penser à en construire », indique le député de Maissade, Romain Musset (MAS/haut Plateau central).
Romain Musset reconnait qu’il est du devoir des autorités d’offrir aux enfants une éducation de qualité.
Le directeur départemental du ministère de l’éducation nationale, Muller Julesaint, déclare que son bureau a déjà transmis la liste des écoles qui fonctionnent soit sous des manguiers, des tentes, soit à l’intérieur d’églises.
Il annonce la construction de 20 nouveaux établissements scolaires par l’État haïtien au profit des enfants du Plateau Central.
« Nous sommes confiants dans la réussite du Psugo, malgré les difficultés économiques qui empêchent certains parents d’envoyer leurs enfants à l’école. Mais, ce qui est sûr, c’est que, dans deux ans, tout sera normal », prédit le directeur départemental de l’éducation, qui déclare que tout ne peut pas se faire en un jour.
En tout cas , la présidence affirme avoir permis, en quatre mois, à 903 mille enfants de bénéficier de son programme, contre 770 mille au départ.
Sur son site internet, le ministère de l’éducation nationale parle, de son côté, de plus d’un million d’enfants.
Des chiffres qui changent. Des chiffres également contestés par des syndicats d’enseignants.
Les chiffres mentionnés ne collent ni avec les données du ministère, ni avec la réalité sur le terrain, soulignent ces syndicats. [ro kft rc apr 1/02/2012 10 :57]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12306

Brève visite de Dilma Russeff en Haïti

La présidente de la république fédérative du Brésil, Dilma Russeff a effectué une visite de quelques heures ce mercredi en Haïti. Par cette visite Mme Russef voulais renforcer les relations entre les deux pays. En cette occasion, le président de la république a profité pour solliciter la collaboration du Brésil dans la promotion de l'investissement en Haïti.
A la tête d'une importante délégation, Mme Rousseff a été accueillie par le président Martelly et son épouse Sophia.
Le cortège du chef d'état Brésilien a ensuite rapidement rejoint le palais national.
Arrivé au palais, les deux chefs ont eu des discussions autour de différents points notamment dans le domaine de la coopération entre les deux pays.
Apres plusieurs heures passées en tête à tête les présidents haïtien et Brésilien ont tenu une conférence de presse conjointe.
Prenant la parole en la circonstance, le chef de l'état, après avoir salué l'arrivée de madame Roussef, a saisi l'occasion pour solliciter la collaboration du gouvernement Brésilien pour promouvoir l'investissement en Haïti.
Tout en mettant en avant des possibilités de crédit favorables aux éventuels investisseurs. Un appel auquel a répondu favorablement la présidente du Brésil.
Rappelons que la visite éclair en Haïti de la présidente Brésilienne était la deuxième d'une tournée Latino Américaine, qui l'a conduit en début de semaine à Cuba.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=20335

Haïti : Dilma Rousseff promet des visas spécifiques pour les immigrés haïtiens

REUTERS/Swoan ParkerPar RFI
Après Cuba, Dilma Rousseff s'est rendue mercredi 1er février 2012 en Haïti. La présidente du Brésil a abordé avec son homologue haïtien Michel Martelly, deux dossiers cruciaux pour les relations bilatérales : l’immigration illégale et le retrait progressif des casques bleus brésiliens déployés en Haïti. Sensible aux difficultés rencontrées par Haïti, Dilma Rousseff a annoncé la création d’un visa permanent spécifique pour les Haïtiens.
Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron
Dilma Rousseff est venue à Port-au-Prince pour renouveler les accords de coopération avec Haïti dans les domaines de la santé, de l'énergie et de l'agriculture. Mais la présidente brésilienne a surtout fait part de sa préoccupation pour les Haïtiens qui ont immigré illégalement au Brésil et qui vivent aujourd'hui dans des conditions inquiétantes. Tout en renforçant la lutte contre les réseaux de passeurs, le Brésil va favoriser l'obtention de visa pour les familles haïtiennes, comme le confirme la présidente du Brésil.
«A travers ces mesures, le gouvernement brésilien, sensible aux difficultés sociales, économiques et humanitaires auxquelles doit faire face Haïti, a créé une catégorie supplémentaire de visas permanents, exclusifs pour les Haïtiens, dont la concession n'est pas subordonnée à la démonstration, par exemple, d'un contrat d'emploi au Brésil, et ceci pour une durée de cinq ans. Nous pourrons recevoir dans cette catégorie de visa jusqu'à 1 200 familles haïtiennes par an. De la même façon, nous légaliserons les familles qui se trouvent déjà au Brésil».
Dilma Rousseff a également indiqué que le Brésil travaillait au retrait progressif de ses Casques bleus. Aucun calendrier précis n'a encore été établi mais 300 soldats brésiliens devraient prochainement quitter la Minustah à laquelle ils sont intégrés.
http://www.rfi.fr/ameriques/20120202-haiti-dilma-rousseff-visas-immigres-haitiens-Michel-martelly-port-au-prince-bresil

Dilma Rousseff en Haïti pour resserrer les liens

…"Le Brésil et Haïti filent le parfait amour", titre le quotidien de Port-au-Prince au lendemain de la visite de la présidente du Brésil Dilma Roussef. Le président d'Haïti Michel Martelly a sollicité le soutien du Brésil pour plusieurs projets en cours, rapporte le journal, notamment le programme national de lutte contre la faim, Aba Grangou, et un projet de construction massive de logements sociaux. En revanche, dans son éditorial, Frantz Duval s'inquiète d'un manque de "gestes forts" dans la relation entre Haïti et le Brésil, "cet ami que nous aimons tant".
http://www.courrierinternational.com/breve/2012/02/02/dilma-rousseff-en-haiti-pour-resserrer-les-liens

AINSI SE REVEILLA LE MONDE CE 2 FEVRIER 2012

Egypte: une émeute lors match de foot fait plus de 70 morts, l'armée déployée

74 personnes sont mortes mercredi soir dans des violences qui ont éclaté après un match de football entre 2 équipes égyptiennes dans la ville de Port Saïd.L'armée a été déployée dans la ville.
Le sport a viré au bain de sang. Au moins 74 personnes sont mortes mercredi soir dans des heurts qui ont éclaté après un match de football entre deux équipes égyptiennes dans la ville de Port Saïd, selon un bilan des hôpitaux. Une centaine de personnes sont blessées. Ce bilan, encore provisoire, en fait l'un des matches les plus meurtriers de l'histoire du football.
Les affrontements ont commencé lorsque l'arbitre a sifflé la fin du match au cours duquel l'équipe de Al-Masry a fait subir à Al-Ahly, un des meilleurs clubs d'Egypte, sa première défaite (3-1) de la saison, au 17e jour du championnat national. Les supporteurs d'al-Masry ont lancé des pierres, des bouteilles et des fusées éclairantes contre ceux d'al-Ahly, déclenchant les violences, selon des témoins. Des supporteurs se sont affrontés à coups de poings, et selon des sources médicales, plusieurs sont morts ou ont été blessés à l'arme blanche.
Lire la suite : http://lci.tf1.fr/monde/afrique/egypte-une-emeute-lors-match-de-foot-fait-70-morts-l-armee-deployee-6969005.html

Syrie : des offres d'exil pour Assad étudiées à l'Onu
Selon des sources occidentales proches des discussions aux Nations unies, les pays occidentaux et les Etats arabes sont en contact sur un possible exil de Bachar al-Assad. Trois pays seraient disposés à accueillir le président syrien sur leur sol pour tenter de mettre un terme à la crise sanglante que traverse la Syrie depuis dix mois.
A ce stade, aucun signe ne suggère néanmoins qu'Assad serait prêt à quitter son pays, d'autant plus que la Russie continue de faire bloc derrière lui pour empêcher le vote d'une résolution. Mercredi, Alain Juppé a cependant indiqué que l'attitude de Moscou était "moins négative" et qu'il espérait un vote la semaine prochaine.
http://lci.tf1.fr/filnews/monde/syrie-des-offres-d-exil-pour-assad-etudiees-a-l-onu-6969069.html

Syrie: le bilan s'alourdit à 59 morts, Moscou reste inflexible
DAMAS (AFP) - Les puissances occidentales et la Ligue arabe se heurtent à l'intransigeance de la Russie qui a prévenu qu'elle mettrait son veto à toute résolution de l'ONU pour mettre fin aux violences en Syrie qui ont fait mercredi au moins 59 morts.
"Nous n'autoriserons aucun texte que nous considèrerons comme erroné et qui conduirait à une aggravation du conflit. Nous ne permettrons pas son adoption", a affirmé l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, selon les agences de presse russes.
Cependant, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a dit mercredi avoir noté, "pour la première fois", l'attitude "moins négative de la Russie" au cours de la réunion la veille à New York du Conseil de sécurité, laissant entrevoir un espoir d'adopter une résolution soutenant le plan de sortie de crise de la Ligue arabe.
http://www.liberation.fr/depeches/01012387467-syrie-le-bilan-s-alourdit-a-59-morts-moscou-reste-inflexible

Naufrage d'un ferry en Papouasie-Nouvelle-Guinée
SYDNEY (Reuters) - Plus de 230 personnes ont pu être secourues après le naufrage jeudi d'un ferry au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée avec environ 350 personnes à son bord, rapportent les autorités australiennes.
Le naufrage du MV Rabaul Queen s'est produit à 16km au large des côtes alors que le ferry effectuait une liaison entre l'île de New Britain et la ville de Lae (nord).
Selon l'AMSA, l'agence australienne de sécurité maritime qui participe aux opérations de secours, 238 personnes ont été secourues et plus d'une centaine de passagers restent toujours portés disparus.
Huit bateaux, dont des navires marchands, sont à l'oeuvre, appuyés par des avions de recherche en mer, dans l'espoir de retrouver des survivants près de 12 heures après le naufrage, selon l'AMSA.
Lire la suite ici : http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/naufrage-d-un-ferry-en-papouasie-nouvelle-guinee-02-02-2012-1426616_240.php

Selon un rapport secret américain, ils s'apprêteraient à reprendre le pouvoir après le retrait des forces de l'Otan prévu en 2014.
Soutenus par leurs alliés pakistanais, les talibans s'apprêtent à reprendre le pouvoir après le retrait des forces de l'Otan prévu en 2014. Serait-ce un échec majeur de la politique occidentale menée en Afghanistan depuis dix ans et dont l'un des buts avait été de chasser du pouvoir les talibans alliés à al-Qaida, puis d'empêcher leur retour? C'est en substance ce que suggère le contenu du rapport secret américain transmis à l'Otan le mois dernier.
Ses conclusions, en tout cas, sont en contradiction totale avec les déclarations des chefs militaires et politiques occidentaux, qui assurent au contraire que les insurgés afghans ont reculé, ¬affaiblis par la nouvelle politique de contre-insurrection (surge). Et que les forces de sécurité afghanes, police et armée, seront bientôt assez fortes pour assurer la sécurité du pays et résister à la pression des talibans.
Lire la suite ici : http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/01/01003-20120201ARTFIG00731-les-talibans-prets-a-prendre-le-controle-de-l-afghanistan.php

Le rapport secret de l'Otan sur le double jeu pakistanais
Ce document décrit dans le détail la collusion entre les services secrets pakistanais et les talibans afghans.
La nature incestueuse des liens qui unissent les services de renseignements pakistanais (ISI) aux talibans afghans était connue depuis de longues années par les capitales occidentales. Mais le rapport secret compilé par des officiers américains en Afghanistan, basé sur 27.000 interrogatoires de plus de 4000 détenus talibans ou membres d'al-Qaida et transmis aux commandants de l'Otan le mois dernier, est une véritable bombe.
Le document, intitulé «l'état des talibans», repris mercredi par le Times et la BBC, décrit pour la première fois en détail les relations intimes et la collusion existant entre le gouvernement et les services pakistanais d'un côté, les talibans afghans de l'autre. L'État pakistanais aurait ainsi mis en place un réseau complexe d'espions et d'intermédiaires chargés de donner des conseils stratégiques aux talibans combattant la coalition.
Un soutien concret aux insurgés …
Lire la suite ici : http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/01/01003-20120201ARTFIG00510-le-rapport-secret-de-l-otan-sur-le-double-jeu-pakistanais.php

Nouveaux affrontements à Dakar après le décès d'un manifestant
SÉNÉGAL - La candidature du président sortant continue d'attiser les tensions...
Les forces de sécurité sénégalaises sont de nouveau intervenues mercredi pour disperser plusieurs centaines de manifestants à Dakar, au lendemain de la mort d'un étudiant lors d'un rassemblement contre la candidature du chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle du 26 février.
Poursuivis par la police jusque dans leur campus
Des jeunes manifestants qui criaient «Wade démission!» ont incendié un bus sur l'une des artères principales de la capitale puis ont lancé des pierres sur les policiers qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes. Les forces de l'ordre ont poursuivi les protestataires jusque sur le campus d'une université, ont précisé des témoins.
Lire la suite ici : http://www.20minutes.fr/monde/872064-nouveaux-affrontements-dakar-apres-deces-manifestant

Le premier ministre Benyamin Nétanyahou a remporté largement les primaires du Likoud.
Plus populaire que jamais en Israël, Benyamin Nétanyahou a, sans surprise, remporté les primaires de son parti, le Likoud. Avec 75% des voix, le premier ministre israélien devance largement son rival, Moshe Feiglin, qui n'a obtenu que 25% des suffrages, selon les premiers résultats diffusés mercredi.
Mais le fait qu'un quart des électeurs du Likoud se soient ralliés à ce représentant des colons vient néanmoins ternir le succès de Nétanyahou.
Souvent considéré à l'étranger comme un représentant de la droite dure israélienne, Nétanyahou est régulièrement attaqué par l'aile droite de son parti comme un dangereux modéré, incapable de résister aux pressions américaines et prêt à tous les compromis, notamment sur la question des colonies.
Feiglin, largement soutenu par les colons, avait fait campagne sur ce thème. Les 25% de suffrages obtenus par son courant lui permettront de peser sur la désignation des candidats du parti aux prochaines législatives, et d'assurer aux colons les premières places de la liste.
Lire la suite ici : http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/01/01003-20120201ARTFIG00733-israel-vers-des-legislatives-anticipees.php

Mitt Romney prend une option sur l'investiture
Sa victoire en Floride lui rend le statut de favori des primaires républicaines. Mais Newt Gingrich compte s'accrocher jusqu'au «Super Mardi».
Dans la foulée de son écrasante victoire en Floride mardi 31 janvier, le candidat Mitt Romney va bénéficier de la protection des services secrets américains. C'est un petit signe, mais qui en dit long. Fort de son succès massif dans la primaire républicaine de «l'État du soleil» - un microcosme représentatif de l'Amérique où il a remporté 47% des suffrages, laissant son principal adversaire, Newt Gingrich, à 14 points -, l'ancien gouverneur du Massachusetts est maintenant clairement en route vers la nomination de son parti pour la présidentielle. Parce qu'il a ramassé une mise très large - engrangeant les votes des grands centres urbains, des femmes, des Latinos et réussissant à diviser les Tea Party et les évangélistes -, ce financier mormon de 64 ans regagne son statut de grand favori, effaçant l'échec de la Caroline du Sud, où l'ancien «speaker» Newt Gingrich l'avait mis K.-O. par surprise.
Lire la suite ici : http://www.lefigaro.fr/international/2012/02/02/01003-20120202ARTFIG00529-mitt-romney-prend-une-option-sur-l-investiture.php

Dilma Rousseff en Haïti pour resserrer les liens
Le Brésil et Haïti filent le parfait amour", titre le quotidien de Port-au-Prince au lendemain de la visite de la présidente du Brésil Dilma Roussef. Le président d'Haïti Michel Martelly a sollicité le soutien du Brésil pour plusieurs projets en cours, rapporte le journal, notamment le programme national de lutte contre la faim, Aba Grangou, et un projet de construction massive de logements sociaux. En revanche, dans son éditorial, Frantz Duval s'inquiète d'un manque de "gestes forts" dans la relation entre Haïti et le Brésil, "cet ami que nous aimons tant".
Lire la suie ici : http://www.courrierinternational.com/breve/2012/02/02/dilma-rousseff-en-haiti-pour-resserrer-les-liens

Le Brésil retire 300 casques bleus de Haïti
La présidente brésilienne Dilma Rousseff a annoncé mercredi à Port-au-Prince que le Brésil allait retirer 300 de ses casques bleus basés en Haïti.
Mme Rousseff a déclaré que le contingent brésilien affecté à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) verrait ses effectifs passer de 2 200 à 1 900 hommes, conformément au plan de retrait progressif défini par les Nations Unies.
"La reconstruction a fait des progrès, mais Haïti est encore confronté à bien des défis. Le Brésil continuera à soutenir Haïti", a-t-elle affirmé, précisant que la coopération entre les deux pays se poursuivrait dans plusieurs domaines.
Pour ce qui est de l'immigration, la présidente a indiqué que le Brésil accorderait au cours des cinq prochaines années 1 200 visas par an à des ressortissants haïtiens, afin de venir en aide à ce pays profondément marqué par le tremblement de terre dévastateur survenu il y a deux ans.
Mme Rousseff est arrivée à Port-au-Prince pour une visite d'une journée, après sa visite officielle à Cuba. Elle rendra visite au contingent brésilien de la MINUSTAH avant de regagner le Brésil.
Lire la suite ici : http://french.cri.cn/621/2012/02/02/301s268992.htm

Haïti : Dilma Rousseff promet des visas spécifiques pour les immigrés haïtiens
Après Cuba, Dilma Rousseff s'est rendue mercredi 1er février 2012 en Haïti. La présidente du Brésil a abordé avec son homologue haïtien Michel Martelly, deux dossiers cruciaux pour les relations bilatérales : l’immigration illégale et le retrait progressif des casques bleus brésiliens déployés en Haïti. Sensible aux difficultés rencontrées par Haïti, Dilma Rousseff a annoncé la création d’un visa permanent spécifique pour les Haïtiens.
Lire la suite ici : http://www.rfi.fr/ameriques/20120202-haiti-dilma-rousseff-visas-immigres-haitiens-Michel-martelly-port-au-prince-bresil

Haïti-Coopération : Le Brésil ouvert à recevoir des familles haïtiennes, mais gare aux passeurs
P-au-P, 2 fév. 2012 [AlterPresse] --- « (…) Nous sommes prêts à recevoir les citoyens haïtiens qui choisiraient de chercher de nouvelles opportunités au Brésil (…) », déclare à la presse la présidente brésilienne Dilma Roussef lors d’une brève visite le 1 er février à Port-au-Prince.
Le Brésil, qui se veut sensible aux difficultés sociales, économiques et humanitaires haïtiennes a crée une catégorie de visas permanents exclusivement pour les Haïtiens.
Ce pays pourra « recevoir dans cette catégorie de visas jusqu’à 1 200 familles haïtiennes par an (…) sur un délai de 5 ans », précise la cheffe d’État.
Cette disposition est annoncée alors que 284 migrants (es) haïtiens(nes) ont été bloqués cette semaine sur la frontalière brésilienne avec le Pérou.
Cette situation résulterait de l’œuvre de passeurs, membres de réseaux « de criminels et de magouilleurs » qu’il faut combattre, selon la présidente Roussef.
Lire la suite ici : http://www.alterpresse.org/spip.php?article12315