POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 27 avril 2011

Aumentan a 4.835 los muertos en Haití por cólera

Puerto Príncipe, 18 abr (EFE).- Los fallecidos en Haití a consecuencia de la epidemia de cólera que afecta al país desde octubre del año pasado son ya 4.835, según las últimas cifras del Ministerio de Salud Pública y Población (MSPP).
De acuerdo con esta fuente, que actualizó las cifras de víctimas hasta el 8 de abril, el brote ha afectado 280.450 personas, de las cuales 151.712 han requerido hospitalización, aunque sólo 2.985 permanecen en los centros de salud.
Con 933 fallecidos, el departamento Oeste, al que pertenece la capital haitiana, es el más afectado por la enfermedad, que estaba erradicada en Haití hasta su aparición a mediados de octubre de 2010, nueve meses después del potente terremoto que asoló parte del país.
Le siguen Artibonite (norte), uno de los dos puntos donde se originó el brote, con 890 víctimas; Grand Anse (suroeste), con 840; el Norte (635), el Centro (383), el Noreste (267), el Noroeste (248), el Sudeste (248), Sur (236) y Nippes, en el suroeste, (155).
La enfermedad podría tener su origen en el vertido de heces fecales en un río desde un campamento de soldados nepalíes miembros de la Misión de la ONU para la Estabilización de Haití (Minustah), lo que está bajo investigación. EFE
http://www.abc.es/agencias/noticia.asp?noticia=788272

Hillary Clinton transmite a Martelly que EEUU quiere ser un 'buen socio' de Haití

'Estados Unidos estará con ellos durante todo el trayecto', dijo Clinton 'La reconstrucción avanza con una lentitud desesperante', señaló Martelly
El presidente electo de Haití, Michel Martelly, recibió este jueves la garantía de que EEUU caminará todo el trayecto de la reconstrucción del país caribeño junto a él y apoyará sus proyectos.

Martelly y Clinton en su comparecencia ante la prensa
 en Washington. AFP

"Los haitianos pueden tener por delante un largo camino, pero mientras lo recorren, EEUU estará con ellos durante todo el trayecto", aseguró la secretaria de Estado estadounidense, Hillary Clinton, en una comparecencia conjunta con Martelly tras reunirse con él en Washington durante más de una hora.
La promesa de Clinton se produjo después de que Martelly le transmitiera el mensaje de que necesita su ayuda de aquí en adelante, tras confirmarse oficialmente los resultados oficiales de la segunda vuelta de las elecciones presidenciales que lo sitúan como ganador del pasado 20 de marzo. Accederá el próximo 14 de mayo al poder.
"El proceso de reconstrucción avanza con una lentitud desesperante", sostuvo Martelly, quien prometió, no obstante, trabajar "sin cesar" en la reorganización de la ayuda internacional.
Para ello, cuenta con que Clinton le apoye.
"Cuento realmente con usted para garantizar que la reestructuración de la ayuda internacional sea efectiva", dijo a Clinton, quien aprovechó la ocasión para "felicitar formalmente" a Martelly por su victoria en las urnas.
La secretaria de Estado dijo que ahora depende de Martelly y del Gobierno que forme el que se haga todo lo que esté en su poder para cumplir los sueños de los haitianos y ofrecerles un nuevo futuro tras el trágico terremoto de enero de 2010.
"Queremos hacer todo lo posible para ser un buen socio de Haití", prometió.

Nuevo liderazgo
Clinton dijo ser consciente de que transformar el país más pobre del continente americano requiere liderazgo, pero recalcó que, durante la campaña electoral ha percibido que Martelly tiene ese don.
Por ello, la titular del Departamento de Estado dijo que se siente "alentada" y afirmó que Martelly tiene ahora "una oportunidad para liderar y le respaldamos".
Martelly necesitará todo ese respaldo ya que, tal y como explicó, las elecciones de noviembre y marzo ha denostrado que "los haitiabos tienen la firme determinación de construir su propia democracia y ahora depende de mí el transformar mis promesas de campaña en un plan de acción".

Los retos son enormes, reconoció.
Pese a la generosidad de la comunidad internacional, todavía hay un número tremendo de haitianos viviendo en tiendas de campaña y la epidemia de cólera amenaza con extenderse por todo el país si no se consigue contener antes de la temporada de lluvias y de huracanes.
Pese a todo, Martelly explicó que pretende acometer "todas las reformas útiles y necesarias" para garantizar que Haití se convierta "en un miembro pleno de la modernidad del siglo XXI".
Para ello quiere dar "nueva vida al sector empresarial y desarrollar las capacidades de las instituciones gubernamentales y de la sociedad civil.
Martelly señaló que la cooperación bilateral con EEUU debe incluir en su opinión la lucha contra el narcotráfico y la corrupción, los derechos humanos, la creación del Estado de derecho, un mayor papel de la diáspora haitiana, el Estatus de Protección Temporal (TPS), la buena gobernabilidad, la recuperación de la agricultura, y la creación de un clima favorable a la inversión.
Se refirió también al papel de la Misión de Naciones Unidas para la estabilización de Haití (Minustah) y a su idea expresada durante la campaña de que se lleve a cabo una salida progresiva de sus efectivos una vez que el país caribeño disponga de una fuerza propia. No obstante, Martelly reconoció que, ahora mismo, la misión juega "un papel importante".
"Cuando llegue el momento, hablaremos de esos temas", señaló.
http://www.elmundo.es/america/2011/04/21/estados_unidos/1303403027.html

Haití renace después de años de duras realidades medioambientales

27/4/2011
La publicación documenta los esfuerzos para mitigar
 los impactos  ambientales./@stock.xchng
REDACCIÓN redaccion@ambientum.com
Los desafíos medioambientales en Haití durante el año 2010 y las oportunidades para un futuro más sostenible están presentados en una nueva publicación del Programa de las Naciones Unidas para el Medio Ambiente (PNUMA).
“UNEP in Haiti: 2010 Year in Review” relata los esfuerzos del PNUMA, en colaboración con el Gobierno de Haití, el sistema de las Naciones Unidas y otros socios para tratar asuntos medioambientales agravados por el terremoto y el huracán Tomás - que van desde la deforestación severa a cursos de agua contaminados y zonas marinas y costeras degradadas - y concluye que la mayoría de ellos siguen sin resolverse.
Nuevas iniciativas
Sin embargo, según el PNUMA, una serie de nuevas iniciativas ambientales en combinación con la determinación del Gobierno de Haití, inician un camino hacia la superación de los problemas ambientales crónicos del país y el apoyo a sus prioridades de desarrollo.
Achim Steiner, Subsecretario General de la Naciones Unidas y Director Ejecutivo del PNUMA, dijo que el terremoto retardo de manera significativa los esfuerzos que Haití ha estado haciendo para cambiar radicalmente años de degradación medio ambiental, salir de la pobreza y trazar un futuro más sostenible.
"La tragedia subrayó brutalmente la vulnerabilidad de las personas, del medio ambiente y de la economía en frente de los desastres naturales cuando la resistencia de los ecosistemas de un país, tales como bosques y agua dulce ya es escasa y en peligro," dijo el Sr. Steiner.
"El objetivo del PNUMA es ayudar al pueblo de Haití y reforzar su capacidad para reconstruir las comunidades de manera que reduzcan su vulnerabilidad a las crisis futuras como parte de una estrategia mas amplia de transición hacia una bajada en emisión de carbono, un uso eficiente de los recursos, y una Economía Verde generadora de empleos", dijo el Director Ejecutivo del PNUMA.
La publicación documenta los esfuerzos para mitigar los impactos ambientales de la reubicación de cientos de miles de personas y de las toneladas de escombros y residuos, en una nación ya considerada como la más ecológicamente desafiante del Caribe.
Esto da una perspectiva de los tipos de actividades y desafíos en una situación post-desastre y establece las lecciones aprendidas para que el PNUMA y otras organizaciones puedan entender y prepararse mejor para ayudar en caso de futuras crisis importantes.
El PNUMA y sus socios han aplicado cuatro criterios - la sensibilización, la coordinación, la asistencia técnica, y la acción práctica - todo con un éxito desigual. Ya que existieron dificultades con la recogida y eliminación de cuerpos humanos, y problemas asociados con la eliminación de desechos médicos. Sin olvidar la eliminación incontrolada de residuos sólidos, con amplia vertidos ilegales.
En cuanto a las cuestiones de explotación de los recursos naturales: aumentó la tala de árboles para obtener madera para la construcción y para leña y carbón vegetal; se produjo la destrucción generalizada de las zonas urbanas con vegetación por los asentamientos incontrolados de personas desplazadas, y los proyectos importantes de reconstrucción aprobados y financiados no han contado con una evaluación de impacto ambiental.
Aproximadamente el 60 por ciento de la población de Haití sufre de inseguridad alimentaria, con más de la mitad del racionamiento nacional de alimentos importados debido a el nivel de degradación de la tierra y la mala calidad del suelo que ha reducido la productividad agrícola.
Ecoturismo y energías renovables
Con el apoyo de los gobiernos de Noruega e Irlanda, el PNUMA ha catalizado el diseño y la introducción de numerosas iniciativas en Haití en áreas como la agricultura sostenible, la pesca, el ecoturismo y las energías renovables.
Las iniciativas están destinadas a ser de propiedad nacional y económicamente autosuficiente, pero la ayuda externa será necesaria para que estos tipos de proyectos ayuden a la recuperación a largo plazo de Haití.
Con el apoyo de un consorcio de socios haitianos e internacionales, incluyendo el PNUMA, el mayor y más reciente proyecto es la Côte Sud Initiative. Su visión de 20 años es de transformar las vidas y el sustento de más de 200.000 haitianos, tratando de resolver la pobreza extrema, la degradación ambiental, la vulnerabilidad a los desastres y los limitados servicios sociales que han afectado el bienestar humano por décadas.
Fuente: Redacción ambientum.com
http://www.ambientum.com/boletino/noticias/Haiti-renace-despues-de-anos-de-duras-realidades-medioambientales.asp

Interview : un comédien de la série "Heroes" en tournage à Cerny..JIMMY JEAN LOUIS JOUE TOUSSAINT LOUVERTURE

Propos recueillis par Benjamin Jérôme Publié le 26.04.2011, 14h59

CERNY (ESSONNE), MARDI.
 Jimmy Jean-Louis, acteur de la série
 américaine Héroes , interprète
Toussaint Louverture dans un
téléfilm qui sera diffusé en 2012
sur France 2. Le tournage se déroule
 à Cerny, en Essonne, jusqu'à jeudi.

LP/Benjamin Jérôme
 Haïtien, Jimmy Jean-Louis a quitté l’île à ses douze ans pour suivre sa mère venue travailler dans l’Hexagone. Il a grandi en banlieue parisienne, à Choisi-le-Roy dans le Val-de-Marne, connu l’Espagne, l’Italie, l’Afrique du Sud avant d’être repéré par Hollywood. Dans Heroes, la célèbre série américaine, il est René dit l’Haïtien.

Aujourd’hui, la star incarne Toussaint Louverture dans un téléfilm pour France 2, actuellement en tournage à Cerny (Essonne).
Vous êtes haïtien. Qu'est ce que ça vous fait d’incarner le héros de l’indépendance de votre pays ?
Cela représente beaucoup. C’est notre histoire, l’histoire qu’on me racontait quand j’étais gamin. C’est un film qui aurait dû se faire il y a très longtemps. Ici, les gens connaissent très peu Toussaint. Pourtant, il a inspiré les plus grands, Mandela et les autres. Toussaint Louverture bénéficie d’une reconnaissance tardive et vraiment timide. Je pense qu’ici il devrait être étudié à l’école, avoir des rues à son nom. Sa vie a eu un impact sur le monde entier. Le fait qu’un pays dans le monde puisse obtenir son indépendance, qu’il y ait une première république noire, cela a tout changé.
Haïti a été frappé par un dramatique tremblement de terre en janvier 2010...
La cause haïtienne me tient à coeur. Je sais ce que c’est d’être haïtien. Moi aussi, j’ai vécu dans des conditions difficiles. A Los Angeles, j’ai créé Hollywood Unites for Haïti il y a trois ans pour aider le pays. Mes parents vivent toujours là bas. Quand il y a eu le tremblement de terre, je les ai cherchés pendant deux jours car je n’avais pas de nouvelle. Heureusement, ils étaient sains et saufs. Je leur ai proposé de les emmener mais ils ne voulaient pas. Ils veulent rester là-bas.

Quelle est la situation aujourd’hui en Haïti ?
Trois jours après le tremblement de terre, j’ai vu des choses horribles. Un an plus tard, il n’y a pas de grand changement. La situation est catastrophique. Dès qu’on atterrit, on voit les camps de tentes. C’est juste un tremblement de terre, je n’arrive pas à comprendre que tout le monde n’arrive pas à se mettre ensemble pour aider ce pays.

Vous vivez aujourd’hui à Los Angeles. Va-t-on vous revoir en France ?
J’aimerais bien revenir pour un ou deux tournages par an. En France, j’ai remarqué qu’il n’y avait pas d’acteur noir «bankable» (NDLR, qui fait vendre des films). Ce n’est pas normal. Alors pourquoi pas être celui là.
Le Parisien
http://www.leparisien.fr/essonne-91/interview-un-comedien-de-la-serie-heroes-en-tournage-a-cerny-26-04-2011-1425329.php
Commentaires !
Ay Jimmy!..On ne joue pas avec la susceptibilité des français. Cette phrase pourrait signer une interdiction sur les écran de l'hexagone!

Le président Martelly appelle les Haïtiens au travail

Le chanteur haïtien Michel Martelly, confortablement élu à la présidence de Haïti avec 67,7 % des voix, a appelé jeudi ses concitoyens "au travail!" pour la reconstruction du pays mais sa tâche risque d'être compliquée par une opposition majoritaire au parlement.

"C'est un nouveau jour pour Haïti", a lancé celui que l'on surnommait jusqu'ici "Sweet Micky", pour la chaleur de sa voix, lors de sa première conférence de presse à Washington en tant que président élu.
Il sera investi à la succession de René Préval à Port-au-Prince le 14 mai.
Endossant déjà la fonction officielle au cours de cette visite de trois jours à Washington, Michel Martelly, 50 ans, costume noir et cravate rouge, s'est adressé en souriant à un public tout acquis au National Press Club.
"C'est ma première visite à l'étranger en tant que président élu. Laissez-moi vous dire que c'est une visite très productive", a lancé celui qui est aussi nommé "Tet Kalé" (crâne chauve).
Mercredi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a assuré le nouveau président haïtien de l'appui américain: "nous sommes derrière lui, nous sommes très enthousiastes", a-t-elle déclaré à l'issue de leur rencontre.
Mme Clinton a loué "son insistance sur le peuple et ses besoins, sa volonté d'être clair sur ce qu'il espérait réussir au nom des Haïtiens".
M. Martelly a aussi rencontré des responsables du FMI, de la Banque Mondiale et de la Chambre de commerce américaine alors qu'Haïti doit s'assurer de la bonne utilisation des ressources promises par les pays étrangers pour la reconstruction du pays.
"Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre de force 7 a frappé Haïti et 300.000 personnes sont mortes. Les conséquences économiques sont évaluées à 30 milliards de dollars", a rappelé le nouveau président, qui trouve "la reconstruction d'Haïti d'une lenteur désespérante".
"Nous avons discuté de la façon de fournir efficacement l'aide américaine à Haïti", a précisé le chanteur évoquant ses réunions avec les institutions financières. "Haïti est aujourd'hui une république d'organisations non-gouvernementales. Les structures de l'Etat sont affaiblies et cela doit changer", a-t-il ajouté.
La présence en Haïti de centaines d'ONG qui ont pris la place des infrastructures publiques est souvent critiquée dans le pays.
Conscient de la tâche délicate qu'il aura à former un gouvernement avec un parlement où l'ancien parti du président sortant René Préval (Inité) a obtenu la majorité, M. Martelly, qui arrive au pouvoir sans expérience politique, a appelé à "la collaboration".
"Il semble qu'ils aient la majorité. Ils paraissent avoir 46 députés sur 100 à la Chambre des députés", a-t-il reconnu. "Mais pour moi, cela n'a pas d'importance parce que j'aurai l'approche suivante. (...). Nous avons le mandat de servir le peuple haïtien (...). On devrait le faire dans la collaboration", a-t-il ajouté.
Ses premiers mots en tant que président élu au peuple haïtien ont été adressés via Twitter. Sur le site de microblogs que le chanteur populaire avait abondamment utilisé pendant la campagne, il a enjoint, en français puis en créole, le peuple haïtien "au travail !". "Prenons nos outils pour nettoyer le pays, mettons-nous au travail", a-t-il notamment écrit.
En Haïti, des violences ont éclaté jeudi, faisant un mort, quelques heures après la proclamation des résultats définitifs donnant une claire victoire à M. Martelly sur une ancienne première dame Mirlande Manigat.
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/le-president-martelly-appelle-les-haitiens-au-travail-21-04-2011-1417323.php

Une ONG canadienne forme des policiers haïtiens en secourisme

Un protocole d’entente portant sur la formation d’agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) en premier secours a été signé, ce 21 avril à l’Académie haïtienne de police, entre la PNH, la MINUSTAH et l’ONG canadienne « Ambulance Saint Jean ». Au terme de cet accord, Ambulance Saint Jean entend former, sous la supervision et de concert avec la Police des Nations Unies (UN Pol), quelque 7500 secouristes haïtiens. Un objectif qui devrait être atteint au cours des deux prochaines années, selon le document de l’entente. Ce partenariat vise à renforcer les capacités de la Police Nationale d’Haïti en premier secours. Grâce à des techniques de secourisme de base, les agents de la PNH pourront intervenir en cas d’accidents et de blessures. Le partenariat vise également à sensibiliser les dirigeants à la planification d’urgence afin de mieux anticiper sur les catastrophes et autres situations de crise.
Dans le cadre de cet accord, environ 50 maitres-instructeurs, 450 instructeurs et 7.000 agents de la PNH seront formés. La MINUSTAH, par le biais du « Pilier Développement de la PNH », participera à cette initiative en fournissant des formateurs. Ce projet concerne toutes les composantes de l’institution policière haïtienne, notamment les sapeurs pompiers, les policiers, les garde-côtes, les garde-frontières et les services correctionnels. Il bénéficie d’un soutien financier du Fonds pour la Paix et la Sécurité Mondiale du Ministère des Affaires Etrangères et du Commerce International canadien.
Il importe de noter qu’avant même la signature de l’accord, Ambulance Saint Jean était à pied d’œuvre en Haïti. Et ce 21 avril, une trentaine d’agents de la PNH ont reçu leur certificat après une formation en premier secours. Ce groupe comprenait des maitres-instructeurs, des instructeurs et des secouristes. Ces derniers vont à leur tour participer à la formation de 7.000 autres agents de l’institution policière haïtienne.
Les divers intervenants à la cérémonie ont loué l’initiative de l’ONG canadienne, dont la devise est « sauver des vies ». Pour l’Ambassadeur Henri-Paul Normandin, «la formation en premier soin et en réanimation cardiorespiratoire reçue par les stagiaires constitue une étape importante dans la gestion des problèmes de catastrophe».
Quant au Vice-chancelier Bruce, il a fait remarquer que son organisation qui « a fait ses preuves à travers le monde depuis 1883 » vise, «à travers l’amélioration des compétences des policiers, à aider les populations d’Haïti».
A la cérémonie de signature du protocole d’entente et de la remise de certificat, ont pris part notamment l’Ambassadeur du Canada en Haïti, Henri-Paul Normandin, le Vice-chancelier de l’Ambulance Saint Jean, Richard Bruce, le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général, Kevin Kennedy, et plusieurs hauts responsables de la PNH, dont le Directeur Général Mario Andrésol.
Rédaction : René Kentsa
Edition : Faustin Caille
http://minustah.org/?p=29940

Haïti-Élections/Violence : La SAKS dénonce l’incendie d’une radio communautaire à Carice

P-au-P, 26 avril 2011 [AlterPresse] --- La Société d’Animation et de Communication Sociale (SAKS) dénonce l’incendie d’une radio communautaire et les violences commises contre la population de Carice (Nord-est), dans une note dont a pris connaissance AlterPresse. Suite à la publication des résultats définitifs du second tour des élections, le 20 avril, plusieurs maisons et autres édifices ont été incendiés dans cette commune, dont le bâtiment abritant la Radio Communautaire Tèt Ansanm Karis.
Dans la note datée du 25 avril, SAKS exige que les autorités policières et judiciaires de la ville mettent l’action publique en mouvement contre les auteurs de ce crime.
« Selon les responsables de la Radio Tèt Ansanm, cet acte criminel aurait été commis par des partisans du parti au pouvoir INITE en réaction à la défaite de leur candidat M. Jn Berthole Bastien », souligne l’institution de communication.
La SAKS, tout en exprimant sa solidarité envers l’équipe de la Radio Tèt Ansanm, soutient qu’il s’agit d’une violation flagrante du droit à la communication et de la liberté d’expression de la population de Carice.
Plusieurs organisations locales membres du Centre pour la Culture et le Développement de Carice (SKDK), également incendié, ont lancé lundi 25 avril un vibrant appel aux autorités nationales et internationales, aux organisations de défense des droits humains pour qu’elles volent au secours de la population de Carice.
Des dizaines de membres du SKDK sont persécutés et livrés à eux-mêmes. La justice et la police locales se révèlent impuissantes face aux actes barbares perpétrés par des bandits sur la population, affirment ces organisations. [mm kft gp apr 26/04/2011 14 :00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article10953

Haiti-Politique : Les pouvoirs de 9 des 11 nouveaux sénateurs validés

P-au-P., 26 avril 2011 [AlterPresse] --- Le Sénat a procédé ce 26 avril à la validation des pouvoirs de 9 des 11 nouveaux sénateurs issus des élections législatives du 20 mars, dont les résultats définitifs ont été communiqués le 20 avril, a constaté AlterPresse. Deux sénateurs contestés du Plateau Central (Est) n’ont pas pu prendre part à l’assemblée, leurs noms étant retirés de liste officielle publiée dans le Journal officiel « Le Moniteur », après de violentes protestations.
La séance a été houleuse et, dans un premier temps, un groupe de sénateurs s’est opposé à la validation de 2 nouveaux élus, Jocelerme Privert et Saint-Vil Francois Lucas du parti officiel Inite.
Après trois heures de discussions sur la question, la validation a été soumise au vote. Dix sénateurs ont voté pour, deux contre et quatre se sont abstenus.
Les neuf nouveaux élus ne pouvaient pas participer au vote parce que leurs pouvoirs n’étaient pas encore validés.
A veille, les pouvoirs de 79 députés sur 96 ont été validés et ils ont prêté serment lors de la première séance de la 49e législature de Chambre des députés.
Ces 79 députés constituent une première liste des élus à la chambre basse, qui a été publiée par le gouvernement dans le Journal officiel « Le Moniteur », sur demande du Conseil Électoral Provisoire (CEP).
Dix-sept autres noms qui figuraient dans la liste définitive des députés élus ont été enlevés du document remis à la chambre basse.
Cette décision faisait suite aux protestations enregistrées à travers le pays et aux questionnements soulevés par le renversement de la situation de ces parlementaires brusquement placés en première position. http://www.alterpresse.org/spip.php?article10954

Haïti-Elections législatives/Résultats : Pierre Louis Opont s’en lave les mains

P-au-P, 26 avril 2011 [AlterPresse] --- Le directeur général du Conseil Electoral Provisoire(CEP), Pierre Louis Opont, affirme n’être nullement impliqué dans le processus ayant abouti aux résultats définitifs du scrutin législatif, alors que le CEP est pointé doigt dpour fraudes et corruption. Pierre Louis Opont indique qu’il était à l’étranger au moment de la publication des résultats définitifs et souligne également que sa responsabilité au regard de la loi électorale s’arrête à la publication des résultats préliminaires.
« Pour la suite je n’ai aucun contrôle, aucune autorité…Lorsqu’on parle de résultats définitifs il s’agit de la responsabilité de juges de contentieux électoraux. Ma responsabilité s’est achevée avec la publication des résultats définitifs le 4 avril », déclare-t-il dans une interview à la station privée Vision 2000.
Trois jours avant la publication des résultats contestés, cependant, Opont dit avoir proposé de publier des résultats partiels, anticipant une vérification au Centre de Tabulation.
Le directeur général du CEP a fait savoir qu’une telle proposition visait à « éviter toute précipitation parce qu’il pourrait y avoir des vérifications au Centre de Tabulation ».
Publier des résultats partiels c’est finalement la décision prise par le CEP alors que les contestations enflamment plusieurs villes de province. Le président élu, Michel Martelly, a pris la parole pour contester les résultats définitifs au niveau législatif. Des organismes nationaux d’observation ainsi qu’un groupe de sénateurs ont eux aussi produit des dénonciations.
La mission d’observation OEA-CARICOM s’est rendue hier lundi 25 avril au centre de tabulation et aurait débuté la verification des procès verbaux, selon Opont.
Pierre Louis Opont plaide pour qu’une commission d’enquête fasse la lumière sur les faits et établisse les responsabilités. Mais il rejette l’idée que l’affaire soit portée devant l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC).
« C’est un appareil électoral où l’on prétend que les décisions ont été monnayées, les décisions définitives ne sont pas ce qu’elles devraient être. Les résultats ne respectent pas le vote qui a été exprimé…c’est une affaire extrêmement complexe qui va au delà d’une technique d’information de corruption », soutient-il.
Par ailleurs, pressée par le calendrier, la nouvelle législature a débuté ses travaux sans les élus contestés. Une séance doit se dérouler ce 26 avril au Senat. [kft gp apr 26/04/2011 10 :00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article10950

La MINUSTAH remet les clés des bureaux provisoires du Parlement haïtien

21 avril 2011 Le Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti, M. Edmond Mulet, a remis, le 20 avril, au Président du Sénat d’Haïti, M. Kelly Bastien, les clés des bureaux préfabriqués qui abriteront temporairement le Parlement sur le site de son ancien bâtiment détruit lors du séisme du 12 janvier 2010.
Cette initiative de la MINUSTAH, proposée aux autorités concernées en février dernier, vu le retard dans la construction d’un édifice de transition, vise à permettre l’ouverture de la prochaine session parlementaire – la 49ème législature –à la date prévue, le 27 avril 2011.
Les bureaux temporaires du Parlement comportent cinq locaux préfabriqués climatisés qui comptent notamment : une large salle pouvant accueillir 230 personnes, réservée à la Chambre des députés et aux travaux des deux Chambres réunies en Assemblée Nationale; une salle pouvant accueillir 150 personnes et servant à abriter les séances du Sénat; un espace pouvant accommoder une centaine de fonctionnaires administratifs; un autre permettant d’accueillir les réunions des commissions parlementaires; et enfin, un espace pour abriter les bureaux des présidents des deux Chambres. Les fonds alloués à ce projet par la MINUSTAH s’élèvent à près de 700.000 dollars américains.
Au cours de la cérémonie, dans son mot de circonstance, le Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti, M. Edmond Mulet, a souhaité une fructueuse session aux nouveaux élus et à tous les parlementaires. Il a souligné « l’engagement sans faille dont les nouveaux législateurs devront faire preuve pour renforcer l’État de droit ». Il les a encouragé à « faire preuve d’imagination pour étayer le développement économique, social et démocratique d’Haïti en dynamisant et modernisant les lois existantes ». Il les a également encouragé à « faire preuve de l’abnégation que demandent les circonstances difficiles héritées de l’après séisme, et de sens de la conciliation, afin qu’au delà des divergences de vues, le bien commun de cette nation fière et courageuse triomphe ».
Le Président du Sénat, M. Kelly Bastien, a quant à lui vivement remercié la MINUSTAH de cette initiative spontanée, et salué « l’appui efficace que la Mission apporte au Parlement via sa section d’appui à cette institution ». « La MINUSTAH », a-t-il rappelé, « Mission de Stabilisation, n’est pas qu’une force de casques bleus et de police œuvrant dans le domaine sécuritaire. Elle a aussi pour mandat d’appuyer le renforcement des capacités des institutions du pays ». « Je voudrais aujourd’hui remercier la Mission et le Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti de leur dynamisme et de leur constante volonté de contribuer à la recherche de solutions ».
Depuis 2007, l’Unité d’Appui au Parlement de la Section des Affaires civiles de la Mission fournit une assistance technique sur l’avancement de l’agenda législatif ainsi qu’un appui logistique en matière d’organisation de conférences, de forums ou de formations. A noter que le Programme des Nations Unies pour le Développement a aussi apporté une contribution aux infrastructures transitoires du Parlement, en fournissant deux générateurs de grande puissance qui permettront d’alimenter les locaux en électricité, ainsi que des ordinateurs pour les services du Secrétariat du Parlement.
http://minustah.org/?p=29920

Haïti : un signe d'espoir au milieu des décombres

Plus d'un an après le violent séisme qui a ravagé l'ancienne "perle des Antilles", les stigmates de la tragédie restent encore tangibles. Reportage de notre envoyée spéciale dans la commune de Carrefour, à une dizaine de kilomètres de la capitale haïtienne.

Michel Martelly, le nouveau président haïtien,
 le 20 mars 2011 à Port-au-Prince. © AFP
Assis sur sa brouette rouge remplie de gravats, le visage poussiéreux, il fait une pause à l’ombre d’un muret. Le soleil est déjà haut, et Louis Ronald enlève les décombres du séisme depuis l’aube. Le jeune homme de 25 ans vit à Lamentin, un quartier de Carrefour, deuxième commune la plus grande à l’ouest d’Haïti, à dix kilomètres de la capitale Port-au-Prince. Après la sinistre secousse du 12 janvier, la zone habitée par 150 000 à 200 000 familles a été détruite à 70 %. La maison que Louis Ronald louait s’est presque entièrement écroulée, comme des milliers d’autres. Les bâches bleues ont remplacé les toits, et la tôle les murs de pierre.
« Après le tremblement de terre, on a vu énormément d’ONG défiler à Lamentin, se souvient Magdala Michel Jean-Pierre, coordinatrice générale de Mofca [Mouvement des femmes de Carrefour, créé en 1999]. Au final, rien n’a été fait alors nous, les femmes, nous avons pris les choses en main. » Pour preuve, sur les tee-shirts de tous les travailleurs, s’affiche en rose le slogan « Liberté, égalité, féminité ».
Crise des liquidités
L’énergique mère de trois enfants et ses amies de Mofca ont pris contact avec l’association Adra (Agence adventiste pour le développement et le secours), responsable de la distribution massive des kits alimentaires pour le Programme alimentaire mondial (PAM). Ainsi, 50 000 femmes ont pu en bénéficier. « Devant les craintes du gouvernement que cela n’affecte la production locale et pour continuer à aider les victimes, nous avons mis en place le programme "Vivres et argent contre travail", en collaboration avec les autorités haïtiennes et le PAM », poursuit Magdala. Le service d’aide humanitaire de la Commission européenne (Echo) a contribué à financer le projet à hauteur de 9 millions d’euros.
À Carrefour, 69 464 personnes (dont 75 % de femmes) y participent d’avril à mai 2011, soit 20 000 de plus qu’en octobre dernier, lorsque les opérations ont débuté. En tout, 160 programmes « Vivres et argent contre travail » ont été entrepris dans le pays, créant des emplois pour 110 000 Haïtiens, dans un pays où le taux de chômage avoisine 80 %. « Le séisme a entraîné une crise des liquidités très importante, explique Myrta Kaulard, représentante du PAM en Haïti. Redistribuer de l’argent par les emplois leur a permis d’acheter de la nourriture et de relancer la production locale. »
Trente quartiers ont déjà été déblayés à Carrefour et 800 maisons ont été dégagées. Pour une journée de travail – nettoyage des rues, reconstruction des systèmes d’égouts…-, les bénéficiaires ont un salaire versé en argent, en nourriture, ou les deux combinés. « Nous gagnons 200 gourdes par jour [moins de 3 euros, NDLR], mais ce n’est pas suffisant, estime Louis Ronald. Nous avons fait plusieurs demandes d’augmentation de salaire, sans succès. »



Insécurité et promesses
Tous sont à mi-temps pour vingt-quatre jours seulement. Alors, ils travaillent dans l’électricité, la maçonnerie ou la mécanique pour compléter leurs revenus. « J’achète à crédit chez mes voisins car je n’ai pas de petit commerce », indique Elide Frederic, une pelle plus grande qu’elle à la main. À 62 ans, cette mère de cinq enfants à charge s’affaire dans les gravats. Elle habite encore la maison qu’elle louait, car la toiture en tôle n’a été que partiellement endommagée. Les habitants n’avaient pas réalisé avant le séisme que leurs logements n’étaient pas construits selon les normes.
Et maintenant, ce sont les camps d’hébergement qui accueillent les sinistrés. Malgré la fermeture d’une vingtaine, il en reste encore 170 à travers le pays. À un jet de pierre de Lamentin, ceux de Grace Village et Cité Castro Magnon ont reçu 60 000 familles. Alors qu’une totale insécurité y règne, il n’est pas possible de déplacer les tentes abimées par la pluie et le soleil vers les quartiers sinistrés. Dolorès Darius, jolie gamine élancée de 18 ans, vit sous l’une d’elles avec ses parents et ses trois frères et sœurs. « Les mères ont peur pour leurs filles, il y a chaque jour de nouvelles agressions », assure-t-elle. À Carrefour, on a dénombré en une semaine 20 viols sur les femmes et les petites filles.
Face à cette situation, Yvon Jerome, le maire de Carrefour, leur a promis qu’un plan de reconstruction serait bientôt présenté. Yves-Berman Thermilus, qui enseigne les sciences sociales sur place, est sceptique. « La saison des pluies va commencer, or nous n’avons pas de toit. Je suis réaliste, Michel Martelly n’a pour le moment fait que des promesses. » Et pourtant, s’il y a un nom sur toutes les lèvres à Lamentin, c’est celui du futur président haïtien. Face à des habitants déçus par les hommes politiques traditionnels, son programme – solidarité, sécurité, éducation et santé gratuites – a séduit. Louis Ronald a voté pour le chanteur car il rêve de pouvoir vivre à nouveau dans une maison. En attendant, sur le mur encore debout de celle qui était la sienne, s’affiche un immense portrait de Martelly. « Un signe d’espoir ».
Par Justine Spiegel, envoyée spéciale à Port-au-Prince
http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110422160518/ong-aide-humanitaire-tremblement-de-terre-seismehaiti-un-signe-d-espoir-au-milieu-des-decombres.html