POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 16 novembre 2010

The Woman Who Would Be Haiti's Next President

By Tim Padgett and Jessica Desvarieux / Port-au-Prince Monday, Nov. 15, 201
Read more: http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2031412,00.html#ixzz15UXSVsBh
The woman who could be the next President of Haiti — and the first female to be elected to that office — doesn't strike you as an insurgent when she walks into a room. But Mirlande Manigat, a smartly dressed, soft-spoken, 70-year-old Sorbonne Ph.D., insists she's after nothing less than a "rupture" with Haiti's dysfunctional political establishment. "Not one that's violent or brutal, but there must be change," Manigat said in an interview with TIME at her campaign's Port-au-Prince headquarters. "We can't leave so many millions of Haitians abandoned anymore."
So far, her message is resonating inside the western hemisphere's poorest country, which was ravaged in January by an earthquake that killed some 230,000 people — and is beset now by a cholera outbreak that has claimed almost 1,000. Two weeks before Haiti's Nov. 28 presidential election, voter polls show Manigat the clear front runner in a field of 19 candidates. In the most recent survey by Haiti's independent Economic Forum, released late last week, Manigat significantly widened her lead over President René Préval's hand-picked candidate, engineer Jude Celestin, to eight points, 30% to 22%.
That the government's choice is trailing isn't a surprise: Préval's often AWOL response to the apocalyptic quake has alienated most Haitians from his INITE (Unity) Party. Their frustration with Haiti's corrupt, incompetent political elite, which many feel INITE represents, is a big reason the country was exhilarated by the outsider candidacy of Haitian-American hip-hop star and philanthropist Wyclef Jean. When Haiti's electoral council disqualified Jean's bid in August on residency grounds, the question was where his support, especially among the large cohort of young voters, would shift.
To the surprise of many pundits, much of it seems to have moved from the gold chains of rapper Jean to the pearl strands of matriarch Manigat. (She's also eclipsing Michel "Sweet Micky" Martelly, himself a Haitian pop-music star, who ranks third in the Forum poll with just 11%.) If so, one reason may well be that "many Haitians feel the time has come for a woman to lead the country," says prominent Haitian historian and political analyst Georges Michel. "So here's Manigat, a well-respected scholar. She takes many of the populist positions that [Jean] had, and they respond to her grandmotherly image. To a lot of them, it seems to inspire confidence and trust." Those qualities will be in loud demand, because Haiti's next President will oversee some $10 billion in reconstruction aid pledged by international donors.
Even though she's a woman, Manigat is by no means a political outsider. She is, in fact, a former First Lady, the wife of former President Leslie Manigat. They met in the 1960s at the University of Paris, where he taught history while in exile — having been condemned to death at home by brutal Haitian dictator François "Papa Doc" Duvalier, who died in 1971 — and she was his student. They married in 1970, living in France, Trinidad and Venezuela before returning to Haiti in 1986 after the ouster of Duvalier's son and successor, dictator Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier.
In 1988, Leslie Manigat, under the banner of the Assembly of Progressive National Democrats (RDNP), won the presidency in an election marred by military meddling. After only four months in office, he was overthrown in a coup. He ran again in 2006 and finished a distant second to Préval. But although Préval did not win the 50% necessary to avoid a second round, the electoral council never held a runoff — and in protest, Mirlande Manigat withdrew as the RDNP's Senate candidate. "I cannot support illegality," she said of her controversial move.
In that regard, Manigat and her supporters may see Nov. 28 as a chance for revenge, especially since many Haitians believe her 80-year-old husband will be a power behind her throne if she wins. But Manigat insists that she and the RDNP — which she calls a center-left, "capitalist with a human face" party in the tradition of successful moderate Latin American leftists like Brazilian President Luiz Inácio Lula da Silva — want to check a venal elite that she accuses of "grave social indifference and insensitivity. It was there before, but after the earthquake it has shown itself in worse ways."
Manigat, vice rector of the Université Quisqueya in Port-au-Prince, tells TIME that along with tackling Haiti's nightmarish inequality via reforms like universal access to public education — only about half of the country's children even attend school — one of her big aims is to make the Haitian state something more than an effete subordinate of foreign NGOs. "There are many NGOs positioning themselves to receive the [$10 billion], yet they want to operate outside of state control," says Manigat. "My government will not operate the NGO way."
Manigat feels Haiti's earthquake recovery "has not really started" — admittedly, rubble removal and the rehousing of some 1.5 million displaced Haitians have been frustratingly slow — but like most of the candidates, she's not specific about how she'd hasten it. She backs changing Haiti's constitution to allow dual citizenship, which could aid the country's reconstruction by tapping into the resources and talents of the vast Haitian diaspora, including more than a million Haitian Americans. But critics, based on some of her teachings of Haitian constitutional law, fear that Manigat could have authoritarian designs to expand presidential powers — which she denies.
Manigat has been helped by the uncharismatic campaigning of Celestin, 48, a relatively unknown technocrat. On the stump in the southern port city of Jacmel recently, he repeated his less-than-electric slogan of "stability and continuity" while touching on criticisms of the Préval government by saying, "We know that there were things that were a little ignored." That has pushed erstwhile Préval supporters like Port-au-Prince carpenter Jourdanie Damler, 35, to Manigat's camp. "The INITE guys have forgotten about us," says Damler. "I'll try Madame Manigat."
Since no candidate is likely to win 50% of the vote in the first round, the race will probably come down to a Jan. 16 runoff (less than a month before the Feb. 7 inauguration). Some wonder how Haiti can even conduct a credible election given the lingering quake chaos and cholera epidemic. Manigat says the vote "has to happen" for Haiti to move forward, but after the 2006 dispute, she adds, she and the RDNP "will be vigilant against fraud trickery." This grandmother won't tolerate it.
Read more: http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2031412,00.html#ixzz15UWWPM7K

Le choléra fait plus de 1000 morts en Haïti

Publié le 16 novembre 2010
Clarens Renois, Agence France-Presse
Port-au-Prince
La situation restait tendue en Haïti mardi, au lendemain de heurts entre casques bleus et manifestants en colère contre la gestion par les autorités de l'épidémie de choléra qui a fait plus de mille morts, avec des barricades en feu et des tirs sporadiques par endroits.
Des barricades de pneus en feu ont été érigées à Cap-Haïtien (nord) et Hinche (centre), et des tirs sporadiques s'y sont produits, a indiqué à l'AFP un responsable de la police de la capitale Port-au-Prince sous couvert d'anonymat.
Des heurts avaient éclaté lundi dans ces deux villes, faisant deux morts et 14 blessés à Cap-Haïtien et six blessés parmi les soldats de l'ONU à Hinche. L'ONU a reconnu lundi avoir tiré, en état de légitime défense, sur un des hommes qui est décédé.
«On est en train de suivre l'évolution de la situation dans d'autres villes où il y a eu des tentatives de manifestations ce matin», a ajouté le responsable de la police, indiquant que le ministre de l'Intérieur Paul-Antoine Bien-Aimé et le directeur général de la police Mario Andrésol allaient se rendre dans le nord du pays pour tenter de ramener le calme.
À Cap-Haïtien, deuxième ville du pays située à quelque 300 km au nord de Port-au-Prince, des manifestants avaient mis le feu lundi à un commissariat. Les écoles étaient restées fermées, certains parents refusant d'y envoyer leurs enfants de peur qu'ils soient contaminés par le choléra.
Le même jour à Hinche, des casques bleus népalais, accusés par une partie de la population d'avoir propagé l'épidémie de choléra, avaient été la cible de jets de pierre lors d'un rassemblement de quelque 400 personnes.
Une rumeur affirme que l'épidémie a été causée par les fosses septiques d'une base de l'ONU située près de Mirebalais (centre), où beaucoup de soldats népalais sont stationnés.
«De fausses rumeurs» pourraient avoir été la cause des attaques d'une partie de la population contre les soldats népalais, a déclaré mardi à l'AFP Ramindra Chhettri, porte-parole de l'armée népalaise. Mais les tests sanitaires effectués auprès de nos soldats prouvent qu'ils n'ont rien à voir avec l'épidémie, a-t-elle précisé.
L'armée népalaise a renforcé la protection de son millier de casques bleus travaillant dans le pays avec la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).
Dans un communiqué publié lundi soir, cette dernière a dénoncé «des actes de violence contre les forces de l'ordre haïtienne et onusienne». «La façon dont les événements se sont déroulés porte à croire que ces incidents ont une motivation politique, visant à créer un climat d'insécurité à la veille des élections», a ajouté la Minustah. Des élections présidentielle et législatives sont prévues le 28 novembre prochain.
Fin octobre, un centre de traitement du choléra de Médecins sans Frontières à Saint-Marc (centre) avait été attaqué par des manifestants qui redoutaient une propagation de l'épidémie. Aucun blessé grave n'avait été déploré.
Le ministère de la Santé haïtien a indiqué mardi que l'épidémie de choléra avait fait jusqu'à présent 1034 morts, soit 117 de plus que le dernier bilan fourni dimanche. Le ministère haïtien a dénombré aussi 16 799 hospitalisations depuis le début de l'épidémie, soit 2157 de plus que lors du dernier bilan. Il a aussi fait état de 38 décès à Port-au-Prince, contre 27 précédemment.
Les mauvaises conditions d'hygiène dans les camps de réfugiés du séisme du 12 janvier font craindre une progression rapide du choléra, maladie hautement contagieuse, dans le pays le plus pauvre des Amériques.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201011/16/01-4343203-le-cholera-fait-plus-de-1000-morts-en-haiti.php

Haïti - Epidémie : Préval rejette les responsabilités sur le gouvernement

15/11/2010 08:47:16
Face à l’aggravation de l'épidémie de choléra qui sévit depuis la mi-octobre en Haïti et pour pallier au manque d’éducation et d’information, le gouvernement a organisé le 14 novembre, un panel de discussion de 4 heures, retransmis en direct sur toutes les radios et chaînes de télévision du pays.
Parmi les invités : le Président René Préval, le Dr Alex Larsen, Ministre de la Santé, Martin Télémaque, directeur de la communication des risques au ministère de la Culture et de la communication, le Dr Jacques Boncy, directeur du National Laboratoire de santé publique, le Dr Magloire Roc, épidémiologiste en chef d'Haïti, le Dr Yolène Suréna, de risque du pays et la gestion des catastrophes, le Dr Evelyn D'graff de l'OPS-Haïti, et des représentants de la Minustah des Nations Unies.
Pour René Préval, l'Etat a sa part de responsabilité dans la propagation de l'épidémie : « Aujourd'hui, le pays n'a aucune hygiène. Il n'y a pas une eau qui ne soit pas polluée. Le réseau n'est pas fiable. Quelle que soit l'eau que vous buvez, il faut la traiter parce que l'Etat ne peut garantir sa fiabilité ».
Nous connaissons une crise sérieuse. Je ne veux pas défendre ma tête contre l'État, mais l'État n'a pas fait son travail. Ce n'est pas de votre faute, ce n'est pas de la mienne. Nous sommes dans une situation telle que nous recommandons à tout le monde de ne boire aucune eau, sans la traiter préalablement ».
De tels propos laissent sans voix...
L'Etat s’étant montré incapable depuis des années de fournir des services à sa population, le président a reconnu que moins de 40% des Haïtiens sont connectés aux conduites de distribution d'eau. Une eau, qui reste impropre à la consommation. Quant à s'attaquer rapidement à la résolution de ce problème, René Préval a indiqué en souriant qu'il ferait part de la situation au prochain président qui prendra son poste le 7 février.
Nigel Fisher, coordonnateur des affaires humanitaires des Nations unies en Haïti à déclaré au cours de cette émission « Cette épidémie, c'est une crise et c'est une crise qui va durer et qu'on ne va pas résoudre en quelques mois ».

http://www.haitilibre.com/article-1665-haiti-epidemie-preval-rejette-les-responsabilites-sur-le-gouvernement.html

Au moins 12 blessés au Cap -Haïtien dans des heurts entre casques bleus et manifestants

Une douzaine de personnes ont été blessées ce lundi au Cap Haïtien, la deuxième ville du pays, dans des accrochages entre casques bleus de la Minustah et manifestants. . Plusieurs milliers de personnes avaient gagné les rues, tôt ce matin, dans la deuxième ville du pays. Les manifestants qui critiquent la gestion faite du Cholera par les autorités haïtiennes, exigent également le départ de mission onusienne.
Les manifestants ont également incendié un sous –commissariat situé à l'entrée Est de la ville du Cap, Ils ont érigé des barricades de pneus enflammées un peu partout à travers la ville, ce qui a paralysé les activités, notamment les transports en commun.
La Police aidée de la Minustah, a fait usage de gaz lacrymogène et a tiré en l'air pour disperser les protestataires, qui on réagi en lançant des pierres en direction des forces de l'ordre.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18451

L'épidémie de choléra a franchit la barre d'un millier de morts

Les autorités sanitaires haïtiennes font état d'un millier de morts dans le cadre de l'épidémie de cholera. La majorité des décès proviennent des départements de l'Artibonite, du Nord et de l'Ouest où les épidémiologistes ont noté un pic la semaine dernière. Le directeur général du Ministère de la santé, Gabriel Timothée, signale que la quasi-totalité des 15 000 personnes hospitalisées ont regagné leurs domiciles. Docteur Timothée se veut optimiste et attire l'attention sur une baisse du nombre de décès quotidien. Les statistiques font état de 46 décès par jour contre 66 la semaine dernière. Le week end écoulé 121 décès ont été enregistrés par les autorités sanitaires.
Cependant l'épidémie de choléra a connu une certaine extension dans le Nord au cours du week end. Les communes de Limbé, Pilate et Cap Haïtien sont les principales victimes de cette extension de l'épidémie.
Cette nouvelle flambée provoque un climat de tension dans les différentes régions du pays. Des personnalités se présentant comme des guérisseurs ont fait leur apparition pour suppléer à une certaine incapacité de l'Etat. Les potions et infusions sont recommandés dans le cadre de la prévention contre la bacterie vibrio cholérique.
Toutefois le directeur général du ministère de la santé met en garde contre tout recours à la médecine traditionnelle. Il prévient que l'utilisation de feuilles peut compliquer la situation d'un patient.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18452

Au moins 4 blessés au Cap-Haitien lors d'une manifestation

Plusieurs milliers de personnes ont gagné les rues, tôt ce matin, dans la deuxième ville du pays. Les manifestants qui critiquent la gestion faite du Cholera par les autorités, exigent également le départ de mission onusienne. Les manifestants en colère ont érigé des barricades de pneus enflammées un peu partout à travers la ville, ce qui a paralysé les activités, notamment les transports en commun.
La Police aidée de la Minustah, a fait usage de gaz lacrymogène et a tiré en l'air, pour disperser les protestataires, qui on réagi en lançant des pierres en direction des forces de l'ordre.
Selon notre correspondant Au moins quatre personnes ont été blessées lors de ces échauffourées.
« Le gouvernement a mis beaucoup d'argent à la disposition du candidat à la présidence de l'INITE, Jude Celestin, alors que les ressources pour lutter contre l'épidémie de choléra sont maigres », déplore un des manifestants qui annonce la poursuite de la mobilisation.
Rappelons que l'épidémie de choléra a déjà fait plus d'une cinquantaine de morts dans la Métropole du Nord où elle gagne du terrain de jours en jours en raison de la proximité du département et l'Artibonite, foyer principal de l'épidémie.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18450

Une vive tension règne au Cap- Haïtien

Plusieurs milliers de personnes ont gagné les rues, tôt ce matin, dans la deuxième ville du pays. Les manifestants qui critiquent la gestion faite du Cholera par les autorités, exigent également le départ de la mission onusienne. Les manifestants en colère ont érigé des barricades de pneus enflammées un peu partout à travers la ville, ce qui a paralysé les activités, notamment les transports en commun.
La Police aidée de la Minustah, a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les protestataires, qui on réagi en lançant des pierres en direction des forces de l'ordre.
« Le gouvernement a mis beaucoup d'argent à la disposition du candidat à la présidence de l'INITE, Jude Celestin, alors que les ressources pour lutter contre l'épidémie de choléra sont maigres », déplore un des manifestants qui annonce la poursuite de la mobilisation.
Rappelons que l'épidémie de choléra a déjà fait plus d'une cinquantaine de morts dans la Métropole du Nord où elle gagne du terrain de jours en jours en raison de la proximité du département et l'Artibonite, foyer principal de l'épidémie.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18449

Préval assure que le gouvernement mobilise ses ressources contre le choléra

Le président René Préval a donné l'assurance que le gouvernement a mobilisé toutes ses ressources en vue d'apporter une réponse à l'épidémie de choléra. Il se réjouit que la mobilisation se réalise en partenariat avec tous les secteurs de la société civile et la communauté internationale. Dans le cadre d'une nouvelle stratégie le gouvernement haïtien a mis en place des Centres d'Urgence et d'opérations départementaux coordonnés par le délégué et le directeur de la santé publique. Ces structures seront chargées de coordonner les interventions dans les communes et les sections communales.
Le gouvernement accorde une grande importante à la campagne de sensibilisation sur les principes d'hygiène. Les campagnes de sensibilisation se poursuivront grâce à l'implication des leaders religieux notamment et au financement des bailleurs de fonds.
En ce qui a trait à la réponse à apporter dans les sections communales en cas de nouvelle flambée de l'épidémie, le chef de l'Etat précise que ces nouvelles structures permettront de transmettre l'information à temps aux autorités sanitaires nationales.
En dépit des efforts de l'Etat et des partenaires de la communauté internationale, M. Préval soutient que le principal acteur de la lutte contre le choléra est la population. Il exhorte ses concitoyens à respecter les principes d'hygiène indispensables pour se prémunir de la maladie.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18447