POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 6 septembre 2010

Gérald Germain, un vieux routier du MAST

Plus deux millions de personnes ont des besoins immédiats en Haïti. Après le tremblement de terre du 12 janvier, les questions sociales sont devenues plus cruciales. Handicapés, enfants orphelins, sans-abri, chômeurs, ouvriers assoiffés du salaire minimum fixé par la récente loi. Toute une population aux abois attend un Etat providence. L'enjeu est de taille pour le vieux routier du ministère des Affaires sociales, Gérald Germain, qui a peu de temps à passer dans ses fonctions. Haïti: « Monsieur le Ministre, j'ai l'honneur de vous transmettre le flambeau. Qu'en vos mains, la flamme allumée en novembre 2009, cette flamme de l'espoir d'une Haïti socialement juste ne s'éteigne pas », a déclaré le ministre sortant du ministère des Affaires sociales et du Travail (MAST), Yves Cristalin, qui brigue la magistrature suprême sous la bannière de LAVNI.
Entouré du Premier ministre Jean-Max Bellerive dans un local du MAST rempli à craquer et cerné de caméras, Gérald Germain, ancien locataire de ce ministère, est remis à nouveau en selle dans ses habits de ministre.
« Pour la troisième fois de ma carrière, le président de la République m'honore comme ministre d'un gouvernement sous sa présidence. Deux fois pour diriger le stratégique ministère des Affaires sociales et du Travail », s'est enorgueilli Gérald Germain, heureux de répondre une nouvelle fois à l'appel du président René Préval.
Mobiliser l'essentiel de nos ressources
Le vieux routier des Affaires sociales a souligné qu'il exécutera sans faille la politique sociale du gouvernement au bénéfice de la population. « Je mesure avec beaucoup de réalisme l'ampleur et la diversité des tâches qui nous attendent au MAST. Nous allons mobiliser l'essentiel de nos ressources techniques, informationnelles, matérielles et financières en vue d'améliorer les conditions de vie de la population rendue plus vulnérable après le 12 janvier », a promis Gérald Germain.
Au cours de la cérémonie de passation, il a brossé les grandes lignes directrices de son action en vue de la stabilité de l'Etat. La politique de logement social, a-t-il lancé, sera son cheval de bataille. Aussi, l'Entreprise publique de Promotion de logements sociaux (EPPLS) qui a longtemps sommeillé dans l'oubli sera-t-elle renforcée dans l'objectif de donner accès à un habitat aux familles nécessiteuses.
Dans le peu de temps qui lui reste à occuper sa fonction, Germain assure qu'il va se charger de structurer le secteur de l'artisanat et de favoriser la formation professionnelle « des jeunes de 15 à 30 ans frappés par le phénomène de marginalisation sociale en vue le l'amélioration des conditions de vie dans les zones rurales et périurbaines. »
Voulant oeuvrer dans la lutte contre le SIDA, le nouveau ministre persiste et signe qu'il va contribuer au « renforcement de la prise en charge sociale des PVVIH et des personnes affectées » par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) qui conduit à la maladie du SIDA. Par ailleurs, il a signalé qu'il va renforcer le dialogue social.
Deux paris majeurs à gagner
Pour faire face à ces défis et enjeux avec succès, comment le nouveau ministre compte-t-il oeuvrer ?
« L'Etat, à travers le MAST, devra gagner deux paris majeurs : initier des partenariats novateurs mobilisant le secteur privé en général, le secteur privé associatif en particulier, jouer à fond des mécanismes de l'économie solidaire et de coopération comme moyen privilégié devant permettre l'accès des masses défavorisées aux ressources productives : formation, technologie et ressources financières », a déclaré Germain.

Des questions cruciales
Le ministre sortant, pour sa part, a rappelé que les questions sociales sont devenues plus cruciales après le séisme du 12 janvier. « Nombre d'handicapés, d'orphelins attendent, dans leur misère et leur désespoir, l'intervention d'un Etat solidaire et généreux. Que dire des millions de sans-abri et de chômeurs, les enfants de rues, les ouvriers qui attendent encore le salaire minimum fixé par la récente loi. Les urgences en matière de dossiers sociaux sont multiples », a prévenu Cristalin tout en invitant le nouveau ministre à user sans réserve de sa sensibilité humaine et son sens de responsabilité d'État afin de contribuer au bien-être social de la population.
Le Premier ministre, pour sa part, a profité de l'installation du ministre Germain pour faire remarquer que Yves Cristalin, malgré les maigres moyens dont il disposait, a tenu ses promesses.
« Au moment d'installer Yves Cristalin personnellement dans un local délabré, il avait dit que le ministère des Affaires sociales ne peut pas demeurer dans un tel bâtiment. Il a tenu ses promesses. » En effet, le nouveau local du MAST, qui allie un ancien bâtiment en bois et une nouvelle architecture en béton, est construit selon des normes parasismiques à l'avenue Charles Sumner.
« L'une des décisions qui nous a conduits à choisir le ministre Germain, c'est que tout le monde connaît l'importance de ce ministère dans un pays où plus de deux millions de personnes ont des besoins immédiats », a déclaré le Premier ministre pour saluer l'entrée en fonction de Gérald Germain au MAST.
Claude Bernard Sérant
serantclaudebernard@yahoo.fr
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=83265&PubDate=2010-09-06

La Nationale 3, un levier au développement du Plateau central

Le département du Centre est à un pas de son désenclavement. Croix-des-Bouquets et Mirebalais se relient en moins d'une heure pendant que d'intenses travaux s'effectuent sur le tronçon Mirebalais/Hinche. Si ces travaux de facilitation font à l'unanimité des heureux, ils ont aussi leur impact négatif sur l'environnement. Menaces que le Conseil haïtien des acteurs non étatiques (CONHANE) prend très au sérieux. Haïti: « Pour être placé hors des fameuses plaques tectoniques qui dominent les débats du moment, le département du Centre doit être placé au coeur du processus de la reconstruction. » Le directeur général de la mairie de Hinche, Roudsonn Vieux, est à la fois fier et préoccupé. Dans ce night club qui a réuni vendredi à Thomonde les représentants de trois mairies du Plateau Central et des personnalités de la société civile, le spectre de la désertification planait sur les esprits. L'amélioration de la Nationale 3 reliant Croix-des-Bouquets à Hinche est acquise, mais cet axe routier peut ouvrir la voie à un plus gros volume de commerce du bois et du charbon de bois. « Comment prendre par les cornes le taureau du déboisement et de la déforestation? »
« Il est vrai que cette route constitue pour les habitants du Centre un élément de fierté, mais sa présence fragilise la qualité de l'environnement dont les indicateurs sont déjà au rouge », s'inquiète Anne Dessables, directrice d'une école à Hinche.
L'abattement des arbres s'accélère avec l'intensification de la fabrication du charbon de bois. « Les dégâts causés par le séisme du 12 janvier viennent exercer de fortes pressions sur les habitants de la région dont certains se livrent spécialement à la fabrication du charbon », explique M. Vieux.
La réalité étant ce qu'elle est, la société civile se mêle de la partie. Mirebalais, Thomonde et Hinche doivent se mettre ensemble pour trouver la solution à ce mal environnemental.
« La route n'était pas faite pour le commerce du charbon ni l'écoulement de produits étrangers, mais pour la mise en valeur des ressources écologiques et économiques de la région », s'insurge Edouard Paultre, coordonnateur du Conseil haïtien des acteurs non étatiques (CONHANE).
En proposant le projet « Mise en commun des efforts des autorités locales et des acteurs non étatiques pour l'amélioration de l'accès aux services de base et le développement durable », le Conseil haïtien des acteurs non étatiques se donne un levier pour canaliser de manière harmonieuse les énergies vers une prise en charge responsable de cette région. Les populations s'organiseront avec les mairies de manière à promouvoir, valoriser et préserver l'axe routier reliant Croix-des-Bouquets et Hinche.
Harmoniser relations et engagements
Diagnostic institutionnel et renforcement des capacités des municipalités, telles sont deux des sept tâches que se donne le CONHANE. En partenariat avec les associations et organisations de la société civile, des priorités vont être dégagées de façon à assurer de manière conjointe le développement de ces trois communes.
Financé par l'Union européenne à hauteur de 431 000 dollars, ce projet, qui préconise aussi d'élaborer un plan d'aménagement de l'espace urbain, coûte 481 000 dollars. Tout en mettant en place une base de données dans les mairies touchant les domaines de la fiscalité et des services offerts à la population, les concepteurs du projet se proposent de promouvoir les TIC à travers ces communes et de mettre en réseau les capacités des acteurs non-étatiques des trois communes concernées.
Anne Dessables voit dans cette initiative la conversion des organisations de base des communes concernées en de vrais acteurs. La représentante du comité d'appui de Hinche aux Acteurs non étatiques (ANE) attend des retombées du projet la reforestation et la réhabilitation des sols, l'amélioration des systèmes d'eau potable et des voies secondaires, tout en plaidant en faveur de l'aménagement des bassins et d'une véritable gestion des déchets.
Le coordonnateur du CONHANE veut encourager l'investissement par secteur dans ce projet à travers lequel les Mirebalaisiens plaident en faveur de la revivification et la recolonisation d'espèces végétales endémiques en voie de disparition. « Nos caïmites et nos cirouelles ne sont plus visibles », s'alarme Ocxama Moise, maire adjoint de Mirebalais.
Ernst Abraham regrette qu'un tel programme trouve quand même une raison d'être. Pour le président du CONHANE, la mise en commun de tels efforts n'aurait pas besoin d'être effectuée dans le cadre d'un projet financé par la communauté internationale. Mais les responsabilités n'étant pas fixées, c'est à la société qu'il revient d'organiser la prise en charge de son destin.
A l'annonce de l'aménagement des trois parcs écologiques, à raison d'un dans chacune de ces communes, les responsables municipaux se sont réjouis. Jean Sauverne Delva met déjà à la disposition des réalisateurs de ce projet une vingtaine de carreaux de terre. Le maire de Thomonde puise de la simplicité du projet la force qui lui permet d'espérer un Plateau Central vert avec les capacités de se prendre en charge.
Lima Soirélus
lsoirelus@lenouvelliste.com
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=83268&PubDate=2010-09-06
Commentaires:
Malgré le côté rassurant du titre de l'article, sa lecture nous inspire des sentiments plutôt mitigés. Dans tous lespays du monde, une infrastructure comme un réseau routier est synonyme de développement. Cependant voilà qu'en Haïti ce réseau inspire de la peur et de l'inquiétude.
Nous ne sommes pas faits des mêmes gènes que les autres humains de la terre.
Après un récent voyage en Haïti, j'essaie de colporter comme bonne nouvelle, la construction de cette route qui relie Port-au-Prince et la zone du plateau central. Je continue à la considérer comme la plus grande réalisation de René Préval. Jean Bertrand Aristide malgré tout le bruit qui a accompagné ses présidence n'aura pas laissé un lègue aussi important aux haïtiens. Que ce soit dit en passant.
En 1997, j'avais accompagné un collègue médecin pour aller soigner un parent à Hinche. J'étais revenu à peine de l'Europe après une solide formation en médecine spécialisée trop pointue pour Haïti. J'avais été choqué par le fait que nous avions mis sept heures pour relier Port-au-Prince au Plateau central. Et en véhicule tout terrain s'il vous plaît!
En juillet dernier, de l'aéroport Toussaint Louverture nous avions atteint Mirebalais en moins d'une heure. Je ne croyais pas mes yeux.
Ce matin en lisant quelques réflexions présentées dans cet article je suis énervé, révolté agacé, en malmacaque. Comment dans un pays comme Haïti un réseau routier bien fait peut-il représenter un danger pour l'environnement! Comment une route peut être assimilée à une facilitatrice de la deforestation?
Pourtant en Haïti il y  a des CASECS? des députés, des sénateurs, des ministres , un premier ministre, un président, des policiers, un chef de la police , des soldats de la minustah, une force étrangère. A quoi sert tout ce beau monde?
COUPER UN ARBRE EN HAITI EST UN CRIME.... Voilà le message qu'il faut faire passer et la loi qu'iul faut voter. Et que l'on arrête d'appuyer les trafiquant de charbon de bois en disant que l'on ne peut pas intedire la coupe des arbres. Il n'en reste déjà plus d'arbres à couper.
A celui qui coupe un arbre qu'on lui coupe une jambe, un bras, ou même la tête. Mais que l'on arrête de couper les arbres.
Le PAM, Action contre la faim distribuent des parts de nourriture depuis des années en Haïti. Qu'ils le fassent en demandant aux bénéficiaires d'arrêter de couper les arbres.
Les habitants du plateau central doivent être vigilants. Sinon l plateau central va se port-au-princiser et ainsi il en faudra plusieurs tremblements de terre pour résoudre nos problèmes avec la solution suprême et ultime: la disparition d'Haïti de la face de la terre!

Haiti-Cuba-Caricom : La situation humanitaire haïtienne au centre du prochain sommet Cuba-Caricom

P-au-P., 06 sept. 2010 [AlterPresse] --- La situation haïtienne figure parmi les sujets au cœur du troisième sommet entre Cuba et les quinze Etats membres de la Communauté de la Caraibe (Caricom), prévu le 17 septembre prochain à la Havane, la capitale cubaine, apprend AlterPresse auprès des représentants de ce pays à Port-au-Prince. La plupart des ministres des Affaires étrangères de la région de la Caraïbe profiteront du sommet Cuba-Caricom pour discuter autour de la question haïtienne après le tremblement de terre du 12 janvier, confirment les mêmes sources.
La troisième réunion ministérielle Cuba-Caricom se déroulera autour du thème principal « pour une Caraibe unie et solidaire ». Elle devra se pencher sur l’environnement, le développement durable, l’intégration et la concertation politique en Amérique latine et dans la Caraibe.
Le premier sommet Cuba-Caricom a eu lieu à la Havane en décembre 2002, le second, à Bridgetown, la capitale de la Barbade, en 2005.
Ces sommets ont pour objectif de renforcer les relations entre Cuba et les pays membres de la Caricom.
Outre les bourses d’études octroyées à plus de trois mille jeunes caribéens, Cuba fournit une assistance dans la région dans les domaines de l’éducation, la santé, l’énergie et l’agriculture.
Actuellement, 1.500 spécialistes cubains, dont 1.300 appartenant au secteur de la santé, sont déployés dans les pays de la Caricom et sur d’autres territoires comme Aruba, Antilles Néanlerdaises et Guadeloupe.
Une partie de ces spécialistes travaillent en Haïti dans le cadre du programme pour la reconstruction et le renforcement du système de santé dans le pays. [cer gp apr 6/09/10 13:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9951

Haïti–Présidentielle : Un programme de débats pré-campagne électorale à partir des Tic

P-au-P, 06 sept. 2010 [AlterPresse] --- L’observatoire citoyen (OC), une organisation sociale haïtienne, annonce, ce lundi 6 septembre 2010, son intention de conduire un programme de débats pré-campagne électorale, à travers les technologies de l’information et de la communication (Tic), autour du thème « N ap vote pou yon pwogram ! Men pa pou yon moun » (Nous voterons un programme ! Non un individu). Il s’agit de permettre à l’électorat haïtien de l’intérieur du pays ainsi que de la diaspora de s’informer sur les programmes des différents candidats aux élections présidentielles de novembre 2010, a expliqué le directeur de l’OC, Karl Jean Louis, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à laquelle a assisté AlterPresse.
« Il n’y aura pas de face à face entre les prétendantes / prétendants, la campagne électorale n’étant pas encore ouverte. Ce sont les citoyennes et citoyens qui questionneront les candidates / candidats en envoyant des SMS ou en appelant au téléphone, à partir de numéros qui leur seront communiqués [auparavant] », fait savoir Karl Jean-Louis.
Les participantes et participants pourront aussi envoyer des courriels ou des messages instantanés (chat).
Après les échanges, ils seront invités à présenter leur évaluation des candidats et de leurs programmes.
« Des universités américaines, telles celles de New York, de Californie et de Miami, proposent de retransmettre les débats en direct sur leurs sites Internet », indique le directeur exécutif de l’OC.
Le premier débat, prévu dans la matinée du samedi 18 septembre 2010, à Pétionville (8 km à l’est de la capitale], se déroulera autour du thème « Gouvernance politique et économique ».
L’observatoire citoyen a pris contact avec les 19 candidates et candidats, dont les dossiers ont été acceptés par le conseil électoral provisoire (Cep), afin de recevoir les plans de campagne, qui feront l’objet d’analyse d’un comité d’experts.
La première phase de la campagne électorale, pour la présidentielle du 28 novembre 2010, sera consacrée à ce que le Cep appelle “l’affichage électoral”, qui aura lieu du 27 septembre au 26 novembre 2010.
La deuxième période, destinée, elle, à la diffusion de spots publicitaires dans les médias et aux rassemblements politiques sur la voie publique, est prévue entre le 15 octobre et le 26 novembre 2010.
Des partis et regroupements de l’opposition continuent d’exprimer leur refus de participer aux élections du 28 novembre qu’ils qualifient de « frauduleuses ». Une position qui ne fait pas l’unanimité dans les rangs des candidats protestaires. Après Mirlande Manigat du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), c’est au tour des candidats regroupés au sein du Collectif du renouveau haitien(Coreh) de décider de se présenter aux élections.
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9952

Un fugitif et présumé chef de gang arrêté au ministère des finances

Epinglé par la Police Nationale, Willy Etienne aurait participé au rapt crapuleux de l’ex-Député Hugues Célestin, en juin dernier dans le département du nord Lundi 6 septembre 2010, Radio Kiskeya
Willy Etienne, un évadé de prison et présumé chef de gang redoutable opérant dans le nord du pays, a été arrêté lundi au ministère de l’économie et des finances, a appris Radio Kiskeya auprès de la Police Nationale.
Aucune précision n’a encore été fournie sur les motifs de la présence du multirécidiviste dans les couloirs d’un ministère.
Accusé d’implication dans divers actes de banditisme, Etienne aurait notamment pris part à l’enlèvement en juin dernier de l’ancien Député de la circonscription de Limonade/Quartier Morin, Hugues Célestin.
Elu sous la bannière de l’ancienne plateforme présidentielle Lespwa, mais devenu depuis un certain temps l’un des plus farouches opposants au Président René Préval, l’ex-parlementaire avait été relâché contre rançon au terme de plusieurs jours de captivité.
La semaine dernière, des bandits avaient kidnappé à Milot (nord) sept personnes, dont un employé de banque, qui revenaient de la Sainte-Rose, la fête patronale de la Grande-Rivière du Nord.
Leurs ravisseurs réclamaient de fortes rançons en échange de leur libération.
Depuis plusieurs années, une terrifiante bande armée continue d’imposer sa loi dans la localité dénommée Pont Blanc, à Milot.
Malgré plusieurs offensives conjuguées ou alternées des forces de sécurité haïtiennes et onusiennes ayant permis de capturer un certain nombre d’entre eux, plusieurs milliers de dangereux détenus évadés du Pénitencier National, la prison civile de Port-au-Prince, lors du séisme du 12 janvier, sont encore en cavale. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7018

Gérald Germain fait son retour aux affaires sociales

Reprenant possession d’un fauteuil qu’il avait déjà occupé, le nouveau ministre succède à Yves Cristalin, devenu entre-temps candidat à la présidence et félicité pour son travail par le Premier ministre Bellerive, lors de la cérémonie d’investiture Lundi 6 septembre 2010, Radio Kiskeya
Le Premier ministre Jean-Max Bellerive a procédé lundi à l’installlation de Gérald Germain, le nouveau titulaire du ministère des affaires sociales et du travail, nommé dans le cadre d’un léger remaniement ministériel en remplacement d’Yves Cristalin, démissionnaire depuis quelques jours en raison de sa candidature à la présidence.
Dans son allocution de circonstance, le chef du gouvernement a remercié M. Cristalin pour son travail à la tête du ministère dont il a nettement amélioré l’image au cours de son passage malgré les ressources limitées du budget.
Souhaitant bonne chance à Gérald Germain, de retour aux affaires, Jean-Max Bellerive dit s’attendre à des rapports de travail harmonieux entre le ministre et le reste de l’équipe gouvernementale.
Pour sa part, M. Germain, un proche de Jude Célestin, candidat de la plateforme présidentielle INITE aux élections de novembre, s’est engagé à appliquer ce qu’il appelle la "politique sociale" du gouvernement dans l’intérêt de la population. Revenu trois mois avant les présidentielles dans un ministère dont il fut déjà le patron, le nouveau titulaire a promis de ne pas travailler à son profit personnel.
Outre une première expérience à la tête dudit ministère, Gérald Germain a aussi été ministre du commerce sous l’administration Préval.
Intervenant également à la cérémonie avant de faire ses adieux au personnel des affaires sociales, le ministre sortant s’est félicité de son bilan qu’il juge positif au regard de ses réalisations. Yves Cristalin a notamment cité le transfert du ministère dans un nouveau bâtiment, le renforcement des directions départemrntales, la création d’un service ambulancier à l’OFATMA et la mise en place d’un projet de protection sociale.
L’aspirant à la magistrature suprême sous la bannière de "Oganizasyon Lavni" a, par ailleurs, évoqué le dépôt au Parlement de trois projets de loi portant sur le renforcement du secteur social et l’élaboration d’une législation sur l’adoption, les handicapés de même que la traite et le trafic d’êtres humains.
Dans la course électorale à laquelle il entend désormais se consacrer exclusivement, Yves Cristalin fait partie d’une liste de 19 candidats agréés qui rêvent tous de succéder à Préval. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7017

Haïti: des soins pour petits et grands

Même si les classes n'ont pas repris, des enfants  vont
au Centre du Coeur eucharistique pour passer la journée,
comme à la garderie, ou pour obtenir des soins.
LE SOLEIL, YVES THERRIEN
Publié le 06 septembre 2010
(Haïti) Au Centre du Coeur eucharistique de Cap-Haïtien, les techniciens en physiothérapie s'occupent des enfants pour les stimuler et des personnes handicapées ou âgées pour soulager leur douleur et les rendre plus autonomes. Ils ont tous été formés par le physiothérapeute Michel Noël de Tilly de l'ONG Aide aux Aînés Canada.

Le Centre compte 48 employés, dont les six techniciens en physiothérapie et des professeurs. On y accueille 280 élèves pendant l'année scolaire et des gens pour les soins tout le long de l'année.
Le Centre a été la propriété de la communauté religieuse de Québec, les Missionnaires adoratrices. Les religieuses ont cédé leur maison aux Petites Soeurs de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus en 2007 et le centre éducatif à l'église locale, mais il est géré par les religieuses haïtiennes.
«Toute l'aide nous vient du Canada», affirme la coordonnatrice, soeur Moline Verica, des Petites Soeurs. «Nous ne recevons aucun financement de l'État.»
L'organisation a reçu l'aide de L'AMIE pour la stimulation infantile et d'Aide aux Aînés Canada pour la formation et le suivi annuel des techniciens. L'association des physiothérapeutes de Cap-Haïtien compte 30 membres, dont 23 ont été formés par Michel Noël de Tilly.
Emmanuel Julmice se spécialise dans le traitement du pied bot. Il fait les plâtres, les orthèses et les prothèses dans les cas d'amputation. La population de Cap-Haïtien a grimpé d'au moins 70 000 personnes après le séisme de janvier et les cas de réadaptation à cause d'amputations sont depuis très nombreux.
Le centre d'aide accueille plus de 250 clients, mais les responsables ont de la difficulté à trouver du matériel adéquat. Par exemple, Anne-Vierge Compère a fait fabriquer des barres parallèles adaptées parce qu'il n'y avait pas moyen de recevoir un équipement de ce type. Il y a bien quelques béquilles, mais impossible d'avoir des fauteuils roulants.
Le Journaliste YVES THERRIEN
«Nous traitons beaucoup de gens qui ont eu des accidents cérébraux vasculaires ou qui ont des faiblesses musculaires», ajoutent Lydie Pierre, Palvessoir Pierrette, Venise François et Josette Fauscin. «Et nous recevons les personnes plus âgées, le premier jeudi du mois, pour des soins, poursuit soeur Moline. En même temps, nous leur offrons un peu de nourriture et parfois de l'argent parce que les familles rejettent les personnes âgées lorsqu'elles deviennent impotentes.»
Du côté des enfants, la clientèle est composée de jeunes souffrant de paralysie cérébrale et d'autres handicaps en même temps que de jeunes trisomiques qui ont besoin de stimulation.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/haiti-de-lespoir-dans-le-chaos/201009/06/01-4313036-haiti-des-soins-pour-petits-et-grands.php

RENCONTRE RENE PREVAL PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE- CHARLES HENRY BACKER CANDIDAT DU PARTI RESPE

Note de Presse: Rencontre Charles-Henri Baker avec Rene Preval

par Charles Henri Baker-Respe, lundi 6 septembre 2010, à 20:31
NOTE DE PRESSE
OBJET : Rencontre entre M. Charles-Henri Baker et le Président René Préval
DATE : 5 Septembre 2010
Le bureau de presse du parti RESPÈ informe le publique en général et la presse en particulier,que M. Charles-Henri Baker, le président du parti, a eu une rencontre dans la mâtiné du dimanche 5 Septembre avec le Président René Préval, à l’invitation de ce dernier, en sa résidence. La rencontre a duré environ 3 heures.
Le Président Préval, durant un long exposé, a indiqué son désir de rencontrer tous les candidats afin d’assurer un climat de convivialité. Il a aussi exprimé sa préoccupation que le prochain changement de gouvernement ne débouche sur des exils, des blocages ou des chasses aux sorciers comme par le passé.
Il a par ailleurs indiqué qu’il avait donné des instructions à tous les ministères de préparer un état des lieux ainsi que tous les dossiers importants, en particulier ceux liés à la CIRH, afin d’en informer tous les candidats à la présidence.
Le président du parti RESPÈ a attiré l’attention du Président Préval sur la situation déplorable dans laquelle se trouvent les concitoyens regroupés dans les camps d’hébergement. Il a aussi souligné la réponse inefficace du gouvernement au tremblement de terre.
Concernant les prochaines élections, M. Charles-Henri Baker a clairement fait comprendre au Président Préval que ses actions et ses inactions, ainsi que celles du Conseil Electoral Provisoire, avaient entrainé la méfiance générale des acteurs politiques et de la population, et une perte totale de confiance dans le processus électoral. En conséquence, ces élections allaient devoir se dérouler dans une atmosphère de tension et de mobilisation contre une éventuelle fraude électorale.
Le président du parti a cité quelques exemples qui ont grandement contribué à soulever la méfiance populaire:
Le traitement opaque durant les élections sénatoriales de 2009 de dossiers de candidats populaires tel que le Père Anick dans l’Artibonite.
Le non respect par le CEP de la loi électorale et la non application de l’article 161.1 traitant de l’identification et la signature des votants, malgré les nombreuses revendications du parti RESPÈ.
L’influence du pouvoir dans l’obtention de décharge inappropriée et inconstitutionnelle pour tous les membres proches de l’exécutif ; ministres, directeurs généraux etc.…
L’utilisation de deux poids deux mesures par le pouvoir dans sa manière de présenter des objections et des informations afin de disqualifier des candidats non sympathiques au pouvoir tel que M. Wyclef Jean et Mme. Claire Lydie Parent.
L’affaiblissement des institutions faute de nomination notamment celle du Président de la Cour de Cassation.
M. Baker a aussi fait remarquer au Président Préval que pour une deuxième fois, il terminait son mandat avec une crise institutionnelle et un vide parlementaire faute de n’avoir pas réalisé des élections crédibles dans les délais prescrits par la constitution.
Malgré les différentes remarques et réponses du Président Préval, le président du parti RESPÈ lui a fait les recommandations suivantes :
1- Renvoyer le conseil Electoral Provisoire et entamer immédiatement un processus de consultation avec les institutions concernées afin de former un nouveau Conseil Electoral.
2- Permettre que la campagne puisse se dérouler sur une période plus longue allant du 27 septembre au 26 novembre.
3- Que la Présidence invite clairement les citoyens à participer en masse aux élections, car l’impression qui se dégage est que l’Exécutif ne le souhaite pas.
Bien que la rencontre se soit terminée cordialement aux environs de midi, M. Charles-Henri
Baker n’en est pas ressorti convaincu que des mesures appropriées allaient être prises afin de rétablir la confiance dans le processus électoral.
Nous pensons malgré tout que la voie pour sortir de cette situation passe par une mobilisation et une participation massive aux élections du 28 Novembre. Ce ne sera pas la première fois qu’un Conseil Electoral soumis à un gouvernement en place n’aura pas pu enlever à la population ses choix de Députés, de Sénateurs et de Président.
Evelyne Cheron – Pour le bureau de presse du parti RESPÈ et Charles-Henri Baker

Le chef de l'Etat poursuit ses rencontres avec les candidats

Le chef de l'Etat haïtien René Préval poursuit sa série de rencontre avec les candidats à la présidence. Charles Henry Baker (Respè), un des chefs de file de l'opposition s'est entretenu hier avec le président Préval autour des principaux thèmes d'actualité tels les élections et la reconstruction. M. Baker a plusieurs reprises a réclamé le renvoi des conseillers électoraux non crédibles en raison des nombreux signes de partialité. Il assure que le renvoi des 9 conseillers ne perturbera nullement la machine électorale puisque les nouveaux conseillers pourront être nommés dans un délai d'une semaine.
Les récents accords paraphés par les autorités haïtiennes ont été également évoqués au cours de cette rencontre déroulée en la résidence du chef de l'état à Laboule.
24 heures avant sa rencontre avec M. Baker le président Préval s'était entretenu avec Gérard Blot, chef de file de la plateforme 16 décembre. A ce jour seul le candidat de Remen Haïti, Jean Henry Céant, a annoncé son intention de ne pas répondre à une invitation du président Préval. Il qualifie de pernicieux ces rencontres informelles entre le chef de l'Etat et les candidats à la présidence. M. Céant dit craindre l'adoption de nouvelles dispositions par le chef de l'exécutif qui pourrait insinuer que celles-ci ont été proposées lors des rencontres avec les candidats.
M. Céant a plusieurs reprises a dénoncé une manipulation et une instrumentalisation de l'organisme électoral par le chef de l'Etat. Entre autres il dénonce l'intégration de plusieurs candidats n'ayant pas obtenu décharge de leurs fonctions du Parlement.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18226

L'OEA apporte un appui à l'ONI dans la distribution des cartes d'identification

Plusieurs responsables d'organisations de la société civile ont au cours de ces dernières semaines tiré la sonnette d'alarme en raison des difficultés enregistrées par les citoyens dans le processus de livraison des Cartes d'Identification Nationale (CIN). De longues files d'attente sont quotidiennement visibles devant le siège central et les succursales de l'Office Nationale d'Identification (ONI), organisme chargé de fabriquer ces documents. De nombreux citoyens se sont plaints de retards dans la livraison des cartes en plus des mauvais traitements qui leurs sont infligés. Afin de palier à l'incapacité de l'ONI à répondre de manière efficiente à la demande des citoyens, l'Organisation des Etats Américains (OEA) envisage de financer l'ouverture de plusieurs autres centres de distribution de cartes. Le représentant du secrétaire général de l'OEA à Port-au-Prince, Ricardo Seitenfus, annonce qu'un centre de distribution sera opérationnel au Bel Air au cours de cette semaine.
L'ouverture des nouveaux centres permettra de réduire les longues files d'attente sous un soleil de plomb, assure M. Seitenfus qui se réjouit de l'affluence des citoyens. La carte d'identification nationale est un document de citoyenneté et elle permet également d'exercer son droit de vote. L'OEA lancera dans les prochains jours une campagne de sensibilisation afin d'encourager les électeurs potentiels ayant perdu leurs cartes à adresser une nouvelle demande auprès de l'ONI.
M. Seitenfus fait remarquer que les nouvelles cartes pourront être livrées quelques jours avant le scrutin. De nouvelles postes de l'ONI seront également créées en vue de collecter les requêtes des citoyens.
L'OEA apporte un appui technique et financière à l'ONI depuis 2005. Grâce à l'appui de l'OEA et de l'Acdi, l'ONI a fabriqué au cours des 5 dernières années plus de 4 500 000 cartes d'identification.
LLM / radio Métropole Haïti.
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18227

Yves Christallin abandonne le gouvernement

Yves Christalin a finalement confirmé son intention de se consacrer uniquement à la campagne électorale. Le candidat à la présidence de LAVNI a remis la semaine dernière sa lettre de démission au Premier Ministre Jean Max Bellerive. Ancien conseiller du chef de l'Etat, M. Christalin détenait le portefeuille du ministère des affaires sociales depuis l'entrée en fonction du gouvernement Bellerive. Quoique considéré comme un cacique de la plateforme présidentielle Unité, Yves Christallin, qui n'a jamais renié son appartenance au mouvement lavalas, s'est résolu à se lancer dans la course à la présidence. Ce président de la chambre basse, courtise ouvertement l'électorat lavalas alors que le divorce est de plus en plus évident entre le parti Fanmi Lavalas et le gouvernement Préval.
Des informations non confirmées ont fait état de dissensions entre les membres du gouvernement et l'ex-ministre des affaires sociales. Toutefois dans ses lettres aux responsables de l'exécutif, M. Christallin dit compter sur l'appui du président Préval et du Premier Ministre Bellerive.
Outre M. Christallin, deux autres caciques de l'Unité, Anacacis Jean Hector et Jacques Edouard Alexis briguent également la magistrature suprême de l'Etat. Les portes parole de l'Unité se sont gardés de faire des commentaires sur ces défections qui sont de nature à fragiliser l'électorat de la plateforme présidentielle.
Les informations relatives à la démission du ministre Christallin ont été rendues public vendredi dernier, toutefois, M. Newton SaintJuste, chef de cabinet du ministre révèle que la lettre de démission a été transmise dès le début de la semaine dernière au Premier Ministre.
De sources proches du gouvernement indiquent que l'un des prédécesseurs de M. Christalin, Gerald Germain, sera placé aux commandes du ministère des affaires sociales et du travail. M. Germain avait également occupé la fonction de ministre du commerce et de l'industrie. Le nouveau titulaire du ministère des affaires sociales pourrait être installé dans ses fonctions au début de cette semaine.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18225

Le processus électoral, le CEP et le chef de l’Etat toujours au centre des critiques de l’opposition

« A l’instar des élections de 2000, celles de cette année conduiront à une grave crise politique », selon le dirigeant politique Turneb Delpé Dimanche 5 septembre 2010, Radio Kiskeya
Des voix continuent de s’élever partout au sein de l’opposition pour dénoncer à l’avance les élections prévues le 28 novembre.
Le sénateur de la Grand’Anse (Sud-Ouest) Maxime Roumer (ESKANP-KOREGA) estime que tout concourt à démontrer que le scrutin ne sera pas crédible. Dans une interview accordée samedi à Radio Kiskeya, le parlementaire fait état de changements opérés actuellement dans l’appareil électoral qui ne visent qu’à garantir le contrôle des élections au profit des candidats du pouvoir.
Le porte-parole de l’Organisation du Peuple en Lutte (OPL), l’ancien député Harry Marsan, membre du directoire de la plateforme Alternative, réaffirme « la détermination des partis et plateformes de l’opposition à ne pas prendre part aux prochaines élections qui ne pourront pas être crédibles ».
Il a par ailleurs qualifié d’irresponsable et léger le fait par le chef de l’Etat d’avoir entrepris de soumettre des dossiers d’Etat à de simples candidats à la présidence, dans le cadre de l’initiative qu’il a prise de les rencontrer.
Marsan a enfin annoncé la tenue d’un congrès de l’opposition du 14 au 16 septembre à Port-au-Prince dans la perspective de l’unification de celle-ci. « Le système politique traditionnel a échoué. La rupture s’impose », a-t-il déclaré.
Le dirigeant du Parti Nationaliste Démocratique et Progressiste Haïtien (PNDPH) et de la plateforme « Rasanble », l’ancien sénateur Turneb Delpé, a déclaré samedi au micro de Radio Kiskeya que les élections annoncées ne seront pas différentes de celles de l’année 2000 qui avaient donné naissance à la grave crise qui a culminé à la chute de Jean Bertrand Aristide en février 2004.
« Le processus électoral actuel s’apparente à un coup d’Etat en gestation », dit-il, ajoutant que « le candidat à la présidence de la plateforme officielle INITE (Unité) est d’emblée gagnant et le président René Préval se prépare à devenir chef de gouvernement ».
Déplorant le fait que certains secteurs de l’opposition aient résolu de prendre part à ces élections (référence à la décision prise en ce sens par le Collectif pour le renouveau d’Haïti, COREH), Delpé réitère la détermination de nombreux partis et plateformes de celle-ci d’empêcher la tenue de la « mascarade électorale du 28 novembre ».
M. Delpé a par ailleurs qualifié de tout à fait démagogique l’initiative de René Préval de rencontrer des candidats à la présidence et de leur soumettre des dossiers. A son avis, il serait plus logique que le chef de l’Etat rencontre l’élu issu du prochain scrutin présidentiel.
L’ancien parlementaire a dénoncé une fois de plus la liste des candidats à la présidence publiée par le Conseil Electoral Provisoire (CEP), et notamment l’exclusion de la course de la star du Hip-hop Wyclef Jean. Pour Delpé, c’est le chef de l’Etat qui a personnellement élaboré ladite liste, en lieu et place du CEP.
A propos de la mise à l’écart également de la candidate à la présidence de la plateforme « Konbit pou Refè Ayiti », « Mme Claire Lydie Parent continuera ses démarches légales de contestation de la décision du CEP. Mais, parallèlement, la plateforme ne renonce pas à la participation aux législatives et finalise même des discussions en vue d’appuyer un candidat à la présidence », a déclaré samedi le trésorier du regroupement politique, Jean Nazaire Thidé.
Pour sa part, Me Jean Renel Sénatus, un des avocats de Wyclef Jean, informe que le dossier de l’exclusion de la star du hip hop de la course électorale sera soumis cette semaine à la Commission interaméricaine des doits de l’homme (CIDH). Il assure que l’artiste sera personnellement présent au siège de l’Organisation des Etats Américains (OEA), à Washington, au moment où cette démarche sera réalisée. « Il sera demandé à la commission d’agir avec célérité afin que le candidat soit réintégré dans la course le plus vite que possible », a conclu l’avocat. [jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7016
Commentaires:
J'ai un avis pour une fois très contraire à l'ensemble de l'opposition. Cette opposition appelle depuis plus de trois mois non seulement à l'annulation des élections/au renvoi du CEP et la démission du Président Preval. Jusqu'à présent non seulement Préval est au pouvoir, avec le même CEP en place qui de surcroît a reçu la bénédiction de la Communauté Internationale, grand argentier du processus électoral.
Le problème c'est que ces partis dits de l'opposition  comptent leurs adhérents sur les doigts des deux mains. Leur capacité de mobilisation -sans payer les manifestants - tend vers zéro.
Ce n'est point le discours des leaders de l'opposition qui va créer une situation de crise après des élections dans lesquelles la grande majorité de la classe politique va participer.
Le parti avec grand P capable de mobiliser - LAVALS- participe en hordes dispersées aux élections (Lesly voltaire, Yvon Neptune, Yves Christallin...)
Préval en quelque sorte a prévu la probabilité d'une crise et il a fait ce qu'il fallait pour l'éviter. Haïti ne jouissant plus d'un régime présidentiel, il fallait assurer la "gouvernabilité" du pays en harmonisant l'action du gouvernement (Président/Premier ministre) avec l'action et l'intervention du pouvoir législatif.
A travers "INITE", Preval s'est assuré une majorité au Parlement.
On entend déjà les voix qui vont s'élever pour crier et accuser de frauduleuses et irrégulières les élections, mais "INITE" représente aujourd'hui ce qu'aurait du être la plateforme LESPWA des dernières élections.
Ce qui prédisent et prophétisent une crise politique après les élections de novembre se trompent comme des gamins. Le statut et le comportement actuel de l'opposition ne variera pas. Les voix continueront à claironner le même discours..comme une voix qui crie dans le désert.
Il faut faire comprendre à WYCLEF et à ses avocats que les décisions du tribunal électoral sont sans appel. C'est un tribunal souverain. Le combat il fallait l'emmener en amont. Pour avoir un CEP crédible. Et légiférer pour éviter la prises de décisions arbitraires d'un tribunal peu crédible.
Aujourd'hui il est trop tard. Ceux qui veulent faire croire au candidat exclu qu'il a des chances d'être intégrés à nouveau dans la course électorale sont entrain de le "couillonner"...