POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 25 octobre 2010

Haiti official: Cholera outbreak is easing

BY JACOB KUSHNER

ASSOCIATED PRESS WRITER
PORT-AU-PRINCE, Haiti -- A cholera outbreak showed signs of easing Monday after killing more than 250 people in a sweep through rural Haiti, but experts warned that the earthquake-devastated country's first bout with the disease in decades is far from over.
Aid groups were joining the government in a race to purify water and warn people throughout the countryside and the capital, Port-au-Prince, where the Jan. 12 earthquake left more than a million survivors in squalid stick-and-tarp camps that are ripe for the waterborne disease.
"The worst part is over, but you can always have a new spike of cholera," said Health Ministry Director Gabriel Timothee. He said the situation is beginning to stabilize with only six new deaths reported since Sunday.
Haiti, which had not suffered a cholera outbreak in at least 50 years, is the latest developing country to be afflicted by the disease that sickens an estimated 3 million to 5 million people a year and kills 100,000.
It is common in regions such as the Indian subcontinent and sub-Saharan Africa - an outbreak in Nigeria this year killed at least 1,500 people, according to the United Nations - but it has been rare in industrialized nations for the past 100 years.
The disease, spread through feces-contaminated drinking water or food, leads to vomiting and watery diarrhea which, if not treated, can kill a person within hours. It is preventable with clean water and sanitation, but both can be hard to find in corners of the Western Hemisphere's poorest country.
Some of the 1.3 million people living in the capital's tent camps already fear the worst.
"I'm afraid because the water we're drinking here is not treated properly. Any time I drink the water it makes my stomach sick," said Joseph Sidsen Guerry, 20, who lives in the small Jeremie camp in central Port-au-Prince.
Health groups working to keep the disease from spreading beyond the central valley where it emerged last week are focusing on treating the ill, strengthening medical centers with isolation wards and educating the public about the disease.
"The biggest challenge for us is the amount of misinformation," said Julie Schindall of Oxfam, which trained the host of a radio call-in program to promote good hygiene practices in rural Petit Riviere near the outbreak's epicenter in the Artibonite region. "We have to make sure they know what is true and what is not true."
Schindall said some Haitians were still drinking from the contaminated Artibonite river because others did so without getting sick.
Water purification tablets and oral rehydration salts - used to counteract potentially lethal dehydration caused by diarrhea - have been widely distributed in the region where the river or rainwater remain the only water source for many, said Louise Ivers, an official with the aid group Partners in Health.
For now, officials say their efforts have been making gains.
Timothee said at least 259 people have died since early last week and more than 3,300 have fallen ill, but he emphasized that no cases had been confirmed as originating in the crowded capital. Five patients were diagnosed with cholera in Port-au-Prince over the weekend, but officials said they got sick elsewhere.
Michel Thieren, a program management officer for the Pan-American Health Organization, said the outbreak has been largely confined to the Artibonite. But he warned: "We are expecting a gradual spreading of cholera in the country, and the way it will do that is still unpredictable."
Aid groups stress that community outreach is a key part of their prevention efforts.
The California-based International Medical Corps has enlisted Haiti's Boy Scouts to distribute fliers educating people about proper hygiene, spokeswoman Margaret Aguirre said. Her group also was dispatching mobile teams of doctors and nurses equipped with IV fluids, "cholera cots" with a hole for human waste, and disinfectant.
Experts said the disease is likely to spread eventually to the Dominican Republic, which is on the same Caribbean island as Haiti.
"Now that cholera has established itself with a strong foothold in Haiti, it probably will not go away for several years," said Dr. Jon K. Andrus, PAHO's deputy director.
Cholera is not a major threat in countries such as the United States because of advanced water and sanitation systems. On average, only about seven cases a year are reported in the U.S., and they almost always involve a traveler infected in another country.
Cholera has played a central role in the development of the field of public health: A cholera outbreak in London in 1854 was successfully battled by a London physician, Dr. John Snow, who helped lay to rest the long-held theory that the disease is caused by miasma, or foul-smelling air.
Snow deduced that polluted water coming from a Broad Street pump was the source of illness. He is considered the father of the disease investigation field known as epidemiology.
Associated Press writers Mike Stobbe in Atlanta and Mike Melia and David McFadden in San Juan, Puerto Rico, contributed to this report.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/10/25/1891022/haiti-official-cholera-outbreak.html#ixzz13RDEP1kf

Dominican street offers brazen come-ons

AVENIDA DUARTE

On one of Boca Chica's main thoroughfares, the price of sex is negotiable, `all ages' are available and customers are plentiful.
BY GERARDO REYES AND PEDRO PORTAL
GREYES@ELNUEVOHERALD.COM
BOCA CHICA, Dominican Republic -- Daniela leans on the bar of La Criolla, one of the most popular nightclubs on Avenida Duarte. She arrived here in April after paying a trafficker $70 to get her out of Haiti -- nearly four months after a deadly earthquake devastated her homeland.
She says she is 18 years old and has sex with tourists for money. But her two Dominican friends scoff, telling reporters that she's no older than 16.
Daniela said the money she earns she gives to her mother and aunt, who also survived the quake, which killed an estimated 300,000 people.
She and her girlfriends are part of the local tourism industry that thrives on sex and exploitation, brazenly in the open and despite claims from the government that it has intensified prosecutions and sanctions against smugglers.
The girls here offer themselves on the streets, beaches and waist-deep water. Some girls walk up to restaurant patrons and reach for their crotches. Other girls flash tourists from the back of motorcycles while the drivers slow to a crawl or stop to describe their physical attributes or sexual talents.
Ramón Brito, a tourism police spokesman, said officers are taking ``preventive measures'' to stem the practice.
``It is a continuous struggle,'' he said.
But on a recent night, reporters -- and tourists -- watched a police supervisor stand over a teenage prostitute as she rubbed his belly from a chair. The cop and the girl laughed.
Older men walk along Avenida Duarte holding hands with scantily clad girls.
Another young man who introduced himself as a tour guide boasts that he has ``Haitian girls of all ages.'' The young man described in aberrant detail the shape of the developing body of a 12-year-old. ``Her [breasts] are still growing.''
The industry thrives, and has even become competitive to the point where young Dominican prostitutes complain that Haitian girls who arrived after the earthquake are cutting into their business and about to outnumber them.
``Men who have been here before are confident that the police won't arrest them if they pick up the younger girls,'' said one Dominican girl, age 18, who declined to give her name, fearing reproach from her friends for talking to reporters.
Many of the newcomers seem to be younger than 17 and, despite wearing heavy makeup, skintight dresses and stilettos, often appear embarrassed and awkward when they offer tourists their bodies for less than $30.
``Every day they come over, one tells another and so on, but I think that's wrong,'' said Rosa Elina, a Haitian who does therapeutic massages on the beach. ``We know they are minors but if I ask about their age I'll be in trouble''
Almost all have arrived in the country in caravans of hustlers who charge in cash and in kind.
When the tourism police do organize street sweeps, the Haitian children pass fake Haitian passports among themselves that show they are adults, said one of the young Dominicans.
About 30 yards from the beach, opposite the Hotel Don Juan de Boca Chica, a young Haitian girl -- she claims she is 22 and arrived two months earlier -- approached an El Nuevo Herald reporter to offer him sex in a hotel room, price negotiable. She said she was there with her friend Nanún, a 16-year-old Haitian who left Port-au-Prince in April. Nanún stood nearby, flirting on the beach with an American tourist.
``Her parents died and she found herself on the street,'' said Nanún's friend. ``She's crazy.''
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/10/23/1888708/dominican-street-offers-brazen.html#ixzz13RBzkyaV

North Miami officials to decide on Haiti aid

Local and out-of-town nonprofits are seeking the donations raised in the name of the Red Cross from the city of North Miami.
BY NADEGE CHARLES
NCHARLES@MIAMIHERALD.COM
North Miami officials, who collected more than $100,000 for Haiti relief and told residents it will go to the Red Cross, will decide Tuesday what to do with the money, which has been sitting in a city bank account since March.
Mayor Andre Pierre said he has not ruled out the Red Cross as a recipient of the funds completely, provided the organization can meet the city's demands that it go to a specific project with little or no overhead costs.
At least eight South Florida nonprofit organizations have applied for the $116,000 since the city said it was accepting proposals earlier this month. Two of the eight are not in the Internal Revenue Service's database of charitable organizations, so if the city chooses one of them, donors' money wouldn't be tax-deductible.
A third group is awaiting approval of its tax-exempt status from the IRS.
The city has also received proposals from nonprofit organizations in New Mexico, New York and Massachusetts. Some of the applicants have been involved with Haiti for decades. Others are fairly new into the country, drawn by the catastrophic images of homelessness and despair. ``We've seen organizations that have been on the ground for over a decade and we haven't seen any progress whatsoever,'' said Harry Cyriaque, president of One Help One Haiti Ministries.
Cyriaque said his five-month-old organization which is waiting to receive tax-exempt status from the IRS, wants to launch an education-based community center.
So far, One Help One Ministries has sponsored two children through its education initiative, he said.
City Council members have indicated they want to identify a specific project like a school or a battered women shelter.
Meanwhile, Red Cross officials say North Miami deceived donors by adding months later the money needs to earmarked for a project before handing it over.
``I think if they're familiar with the way the Red Cross work, they know that's not our way of operating, said Julie Sell, a spokeswoman for the Red Cross, by telephone from Haiti. `` We don't typically allow donors to dictate specific usage of funds.''
Sell pointed out the Red Cross receives money from a high volume of donors each year, which makes it difficult to field requests to specific causes on the ground.
Former North Miami councilman Jacques Despinosse said the city should release the money to the Red Cross, although he is treasurer of Haiti Cherie Heritage, an organization that has also applied for the funds.
``I think the Red Cross have every right to get the money. The city needs to do what's right,'' Despinosse said.
For, Marc Jacques, president of Nord Ouest Environmental, allowing smaller groups to come forward to submit proposals levels out the playing field.
``I believe in grassroots organizations, the big companies always get the donations no matter what'' Jacques said.
According to state records, Nord Ouest Environmental, which submitted a proposal, is an inactive nonprofit organization. The organization also is not in the IRS database of tax-exempt charities.
Another organization, Camille and Sulette Merilus Foundation, also is listed as an inactive nonprofit organization, according to state records, and doesn't come up in the IRS database. A number listed for the foundation on its proposal was disconnected.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/10/25/1890529/north-miami-officials-to-make.html#ixzz13R89hbsT

Haïti: l'épidémie mortelle de choléra semble endiguée

Publié le 25 octobre 2010 Clarens Renois, Agence France-Presse
Port-au-Prince
L'épidemie de choléra en Haïti a fait 259 morts et entraîné
3442 hospitalisations. PHOTO: AFP
L'épidémie de choléra en Haïti semblait marquer le pas lundi alors que les autorités ont annoncé une baisse du taux d'infection de la maladie, qui a fait 259 morts ces derniers jours, et lancé une «grande mobilisation» pour éviter toute résurgence.
L'épidémie a fait «259 morts» et conduit à «3342 hospitalisations», a indiqué lundi lors d'une conférence de presse le directeur général du ministère de la Santé publique, Gabriel Thimoté.
Le précédent bilan faisait état dimanche de 253 morts et 3115 hospitalisations.
Le choléra, éradiqué à Haïti depuis plus de cent ans, a fait son apparition il y a quelques jours dans le nord du pays en raison de la mauvaise qualité de l'eau potable. La crainte est de le voir se développer à Port-au-Prince, où des centaines de milliers d'Haïtiens s'entassent dans des camps de fortune après le séisme du 12 janvier qui a fait plus de 250 000 morts.
La ministre haïtienne des Affaires étrangères, Marie Michèle Rey, avait assuré dimanche que la maladie semblait «contenue jusqu'à nouvel ordre». Faisant état d'une épidémie limitée géographiquement, elle s'était déclarée «confiante».
«Il est trop tôt» pour proclamer la fin de l'épidémie, a toutefois dit lundi Daniel Epstein, porte-parole de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), émanation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
«Le comportement de l'épidémie est très difficile, voire impossible, à prédire», a-t-il remarqué.
Afin de confirmer l'avancée contre la maladie, le gouvernement haïtien va «lancer une grande mobilisation au niveau» des élus et des communautés locales, ainsi qu'«au niveau des établissements scolaires», a indiqué M. Thimoté.
Autre axe de travail: déterminer comment améliorer la fourniture d'eau potable, dont la mauvaise qualité est à l'origine de l'épidémie.
«Le gouvernement, aidé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des Centre de contrôle des maladies américains (CDC), va rencontrer les vendeurs d'eau en Haïti», a poursuivi M. Thimoté.
Le choléra, une maladie hautement contagieuse causée par une bactérie, provoque de très violentes diarrhées. Des mesures d'hygiène draconiennes et la fourniture d'une eau sûre demeurent en pratique les meilleurs moyens de stopper plus ou moins rapidement la progression d'une épidémie.
«La priorité désormais, c'est de traiter les gens, ce qui est très simple à faire: il s'agit de réhydratation dans 80% des cas», a souligné le porte-parole de l'OPS. «Nous avons des équipes sur place et nous en envoyons encore davantage, notamment des épidémiologistes qui connaissent le choléra».
La France de son côté prépare l'envoi d'une mission médicale d'urgence pour aider à combattre l'épidémie, a indiqué lundi le Quai d'Orsay.
«Nous préparons l'envoi d'une mission médicale d'urgence au départ des Antilles françaises», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.
«Dès l'annonce de l'épidémie de choléra en Haïti, le ministère des Affaires étrangères a mobilisé l'ensemble des services concernés pour prendre les mesures nécessaires en étroite liaison avec les autorités haïtiennes, les agences de l'ONU, tout spécialement l'Organisation mondiale de la Santé, et les organisations non gouvernementales», a précisé Bernard Valero.
http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/201010/25/01-4335890-haiti-lepidemie-mortelle-de-cholera-semble-endiguee.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B4_manchettes_231_accueil_POS4

Bilan actualisé de l’épidémie de choléra : 259 morts et 3.342 personnes hospitalisées

Toujours pas de confirmation officielle de cas de personnes atteintes ailleurs que dans l’Artibonite et le Centre Lundi 25 octobre 2010,Radio Kiskeya
Le nombre de morts dus au choléra s’élève à 259 et 3.342 personnes sont hospitalisées depuis l’apparition de la maladie dans les départements du Centre et de l’Artibonite (Nord), selon un bilan actualisé publié lundi matin par le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP).
La tendance est à la stabilisation dans les deux départements, comparée aux premiers jours de l’apparition de la maladie, relèvent les autorités sanitaires.
Il n’y a toujours pas de confirmation officielle de la découverte de foyers de la maladie dans d’autres départements. La cause du décès de cinq (5) personnes qui avaient été soignées dans l’Ouest par Médecins Sans Frontières (MSF) mérite toutefois d’être investiguée, selon le directeur général du MSPP, le Dr Gabriel Timothée.
Le MSPP continue d’installer son dispositif d’assistance et d’intervention dans les départements affectés. Des dispositions sont également prises en vue de doter les autres départements de centres de traitement de la maladie, informent les autorités sanitaires.
Conséquences politiques de l’épidémie : après l’interdiction par le ministre de la santé publique et de la population des rassemblements publics dans les zones affectées, le candidat à la présidence de la plateforme officielle INITE, Jude Célestin, a annoncé lundi la suspension momentanée de sa campagne dans les médias. [jmd/Radio Kiskeya]

259 morts et 3 115 malades bilan partiel de l'épidémie de Choléra

Les autorités sanitaires haïtiennes ont fait état du décès de 259 personnes et de l'hospitalisation de 3 115 autres hier dimanche. 5 personnes en provenance du bas artibonite ont été hospitalisée dans la capitale haïtienne et une vingtaine d'autres souffrant de «diarrhée aïgue» ont aussi été admises dans un centre de traitement du choléra installé dans la capitale par Médecins sans Frontière (MSF). Toutefois de nouveaux foyers de l'épidémie n'auraient pas enregistrés dans la capitale. Le gouvernement haïtien et les ONG redoutent un scénario catastrophe dans lequel la maladie pourrait se propager dans tout le territoire.
Les 1.3 millions de sans abris vivant sous les tentes depuis le violent séisme sont particulièrement vulnérables à cette épidémie. Cette maladie hautement contagieuse, causée par une bactérie, pourrait se propager à une vitesse effrénée en raison de la promiscuité dans les sites d'hébergement.
Les autorités sanitaires haïtiennes ont mis l'accent sur la nécessité de mettre en place de nouvelles structures pour accueillir les malades "Nous ne pouvons pas continuer à traiter le choléra à l'hôpital Saint-Nicolas de Saint-Marc qui reçoit d'autres patients, il est nécessaire de mettre sur pied des centres de traitement spécifiques", a expliqué la directrice départementale du MSPP, docteur Dieula Louissaint.
Les casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah) ont entrepris l'installation de centres de traitement pouvant accueillir 150 patients dans la région de l'Artibonite, dans la région métropolitaine et dans le plateau central. Le chef de cabinet du ministre de la santé, Dr Jean Hugues Henrys, confirme que la situation s'améliore en terme de capacité de prise en charge. Il révèle que l'état Haïtien est en train de prendre des dispositions avec ses partenaires nationaux et internationaux pour faire éventuellement face à une épidémie plus étendue.
LLM / radio Métropole Haïti

Un médecin haïtien craint une propagation de l'épidémie de choléra dans tout le pays.

Le docteur Elysée Louissaint de l'Union des Médecins Haïtiens exhorte les autorités locales à prendre des mesures de manière à éviter la propagation du choléra dans tout le pays. Invité du journal du matin de Radio Métropole, ce lundi, le responsable a indiqué que la maladie peut être maitrisée avant qu'elle fasse plus de morts.
«Pour l'heure ce qui est important c'est la propagation à freiner et des mesures préventives d'urgence à adopter explique, le docteur Elysée Louissaint ».
Cinq nouveaux cas de cholera sont répertoriés à Port-au-Prince, une information confirmée par la porte-parole des services humanitaires de l'Onu en Haïti, Imogen Wall.
Selon l'employée de l'ONU, les 5 personnes qui sont infectées reviennent du Département de l'Artibonite où probablement elles avaient contracté la maladie.
Elle précise que ces cas ne proviennent pas d'un nouveau foyer d'infection qui serait en train de se développer dans la capitale haïtienne.
Cette épidémie de cholera a déjà fait plus de 250 morts dans le pays notamment dans l'Artibonite, où elle fait rage.
EJ/Radio Métropole Haïti

Préval annonce la mise en place d'un dispositif pour lutter contre l'épidémie de choléra

Le chef de l'Etat haïtien René Préval s'est rendu dans le bas Artibonite samedi afin de donner le coup d'envoi d'une action concertée des autorités gouvernementales et locales contre l'épidémie de choléra. Les délégués départementaux, les maires, les asecs et casec doivent œuvrer en synergie martèle le président haïtien qui a mis l'accent sur l'implication des autorités sanitaires régionales dans la stratégie. La première rencontre qui a eu lieu hier au local de l'ODVA devrait permettre d'aborder plusieurs thèmes importants dont l'identification d'un site pour le stockage de milliers de litres de chlore.
La Direction Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement (Dinepa) devra lancer un programme de purification des eaux dans la région.
Les autorités gouvernementales haïtiennes veulent identifier les besoins des communautés afin de définir une stratégie adaptée.
Alors que les membres du système sanitaire s'activent à contenir l'épidémie, le président Préval attire l'attention sur la nécessité de réaliser une investigation qui permettra d'identifier la source de la contamination. C'est une maladie importée, a insisté René Préval apportant ainsi son appui aux déclarations du ministre de la santé Alex Larsen.
Aucun type de choléra n'a été enregistré en Haïti depuis d'indépendance expliquent les autorités sanitaires qui ont mis 48 heures pour confirmer la présence bactérie Vibrio cholérae.
A ce stade le président Préval veut identifier la source de la contamination afin de stopper l'épidémie.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18381

La communauté internationale apporte une aide dans la lutte contre le choléra

La communauté internationale s'est à nouveau mobilisée afin de venir en aide aux haïtiens frappés par une épidémie de choléra. Sur demande du gouvernement haïtien, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires ont mobilisé des équipes médicales d'urgence et distribué plus de 10.000 tablettes de purification de l'eau, la maladie se transmettant notamment par voie hydrique. « La communauté humanitaire doit continuer à travailler en étroite coopération avec les autorités locales afin de fournir une assistance pour répondre à cette épidémie », a déclaré la porte-parole de l'OMS, Fadela Chaib.
Le gouvernement de Stephen Harper a annoncé samedi dernier le décaissement d'une aide d'urgence d'un million de dollars pour la lutte contre l'épidémie de choléra. De plus, le gouvernement canadien a proposé de mettre sur pied un hôpital militaire et les États-Unis prévoient d'envoyer de grandes tentes pour les patients à isoler. Trois bateaux de la Croix-Rouge américaine remplis d'équipement ont déjà atteint Haïti.
Le choléra est une maladie entérique aiguë causée par la bactérie Vibrio cholérae. Il est caractérisé par l'apparition d'une diarrhée aqueuse soudaine et abondante, que l'on qualifie souvent de « selles riziformes ». S'il n'est pas traité, il peut rapidement donner lieu à une déshydratation, à un collapsus circulatoire, à une insuffisance rénale et à la mort. L'infection est transmise par l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés par les selles ou les vomissures d'une personne infectée.
On peut le combattre facilement avec des sels de réhydratation ou des mélanges d'eau potable, de sucre et de sel. L'agence de l'eau a pour le moment presque doublé la quantité de chlore (un désinfectant) dans l'eau potable distribuée.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18380

Les autorités espèrent une stabilisation de l'épidémie de choléra

Plusieurs officiels haïtiens envisagent une certaine stabilisation voire diminution des cas de décès résultant de l'épidémie de choléra qui sévit depuis le 19 octobre dans l'Artibonite. Le directeur général du Ministère de la Santé, Gabriel Timothée, dit avoir noté une diminution dans le nombre de morts et de personnes hospitalisées dans l'Artibonite et le Plateau Central. " La tendance est à la stabilisation, sans que l'on puisse dire que nous avons atteint un pic", a-t-il précisé. Cet avis est partagé par le chef de cabinet du ministre de la santé, Dr Jean Hugues Henrys. Il signale que des progrès significatifs ont été réalisés en peu de temps. " Il y a quatre jours, le taux de mortalité dépassait les 10%. Aujourd'hui, il se situe autour de 7%. On souhaite atteindre un seuil de mortalité inférieur à 1%", explique Dr Henrys.
Les autorités sanitaires ont lancé des appels au calme tout en rappelant les consignes d'hygiène indispensables pour éviter de contracter la maladie. " La population ne doit pas paniquer, mais prendre au sérieux les mesures d'hygiène qui s'imposent », a déclaré la Dr Jocelyne Pierre-Louis, directrice de santé Publique au MSPP.
Le chef de l'Etat haïtien a souhaité que les medias de l'Artibonite diffusent en même temps les consignes des autorités sanitaires. René Préval lui même avait dans un message rappelé les principes d'hygiène qui doivent être appliqués.
Cependant les organisations non gouvernementales et les agences de l'ONU se préparaient à affronter un scénario catastrophe. "Il est parfaitement normal que la maladie se répande géographiquement (...) Nous nous préparons à Port-au-Prince et dans le reste du pays", a déclaré à Reuters le docteur Michel Thieren, principal responsable de l'OPS à Haïti. La stratégie consiste à endiguer la maladie dans les principaux foyers d'infection, à renforcer les mesures de prévention et à se préparer à traiter rapidement tout nouveau foyer épidémique.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=18379

Haiti officials claim crisis stabilizing amid chaos

By Paula Newton, CNN

October 25, 2010 -- Updated 1114 GMT (1914 HKT)
Saint-Marc, Haiti (CNN) -- Patients arrive at the front gates of St. Nicholas Hospital hunched over and groaning, only to be greeted by chaos and confusion.

Getting inside isn't easy, but once in, aid organizations and local staff try to treat those most vulnerable to the ravages of cholera in an area of wooden benches grouped as a triage area.
Many here are still lying in the open air and are sprawled out on concrete with anxious relatives holding re-hydration fluid, hoping it will treat the cholera now stalking this rural area about 60 miles northwest of the capital of Haiti, Port-au-Prince.

Death toll passes 250
Those most at risk are the very old and the very young. Dozens of infants who lay crying and uncomfortable on their mothers' laps, dehydrated and weak.
Haiti's health minister, Dr. Alex Larsen, told CNN in a telephone interview that he believes the cholera outbreak is stabilizing. Larsen added that reports of the outbreak spreading are so far unsubstantiated.
The United Nations confirmed to CNN on Saturday that there are five confirmed cases of cholera in the capital but those cases originated from the area in and around Saint-Marc.
CNN toured St. Nicholas Hospital with a team from the U.S. Centers of Disease Control and Prevention. The team is here to support the government's efforts and advise on how to best mitigate and contain the outbreak.
"It is encouraging that the mortality rate seems to be coming down." says Dr. Eric Mintz, a scientist with the CDC who specializes in diarrheal diseases.
Mintz adds that while the outbreak is likely to spread, the fatality rates should continue to drop, and the water, sanitization and hygiene infrastructure in the country can be strengthened in time to avoid a full-scale disaster.

UN: Cholera cases in Haiti's capital are a 'worrying development'

By the CNN Wire Staff
NEW: Death toll rises across Haiti from cholera
Authorities are bracing for a possible larger outbreak nationwide
Five cases of cholera are confirmed in Port-au-Prince
The outbreak has killed more than 250 people
Port-Au-Prince, Haiti (CNN) -- The confirmation of five cholera cases in Haiti's capital is a "very worrying development," a U.N. spokeswoman told CNN.
Public health officials are working to keep the country's cholera outbreak from spreading in Port-au-Prince, Haiti, where tens of thousands of people are still living in sprawling tent cities after January's devastating 7.0-magnitude earthquake.
The fast-moving outbreak has claimed at least 253 lives on the impoverished island nation, and another 3,015 cases have been reported, according to Haiti's health ministry.
Port-au-Prince could still be safe. The five patients were infected north of the capital, and those confirmed cases do not mean cholera has spread to Port-au-Prince, Imogen Wall, spokeswoman for the U.N. Office for the Coordination of Humanitarian Affairs in Haiti, told CNN.
"Our response system worked, but obviously this is a very worrying development," she said.
The five patients in Port-au-Prince were infected in Artibonite, north of the capital, Wall said. They traveled to the nation's main city, where health officials discovered them to be infected within the incubation period, she said.
The five have been isolated and are receiving treatment, she said.
I think the only responsible thing...is prepare and plan for the worst case scenario
But meanwhile, officials are stepping up sanitation efforts and setting up quarantine areas in Port-au-Prince. And authorities are bracing themselves for a possible larger outbreak nationwide.
"I think the only responsible thing we can do at the moment is prepare and plan for the worst case scenario," Wall said.
Wall said aid organizations are working on constructing facilities to treat patients and sending more doctors to the affected areas.
"We're all right for supplies ... but we're short on medical personnel," she said.
The cholera outbreak comes after recent heavy rains caused the banks of the Artibonite River to overflow and flood the area. The river was dammed in 1956 to create Lac de Peligre and is Haiti's dominant drainage system.
On Friday, officials with the U.S. Centers for Disease Control and Prevention, and the U.S. Agency for International Development discussed the outbreak and efforts to work out a containment strategy.
The CDC will send an 11-member team to Haiti over the next few days to find out which antibiotics will be most effective in treating the cholera outbreak. USAID will provide supplies needed to set up treatment centers. The group has already prepositioned 300,000 oral re-hydration kits and are distributing water purification kits in affected areas.
Fact Box
A person can get cholera by consuming contaminated water or food often due to poor water supplies.
Source: Centers for Disease Control and Prevention
Cholera is caused by a bacterial infection of the intestine and, in severe cases, is characterized by diarrhea, vomiting and leg cramps, according to the CDC. In such cases, rapid loss of body fluids can lead to dehydration and shock.
"Without treatment, death can occur within hours," the agency says.
A person can get cholera by drinking water or eating food contaminated with the bacteria. During epidemics, the source of the contamination is often the feces of an infected person, and infections can spread rapidly in areas where there is poor sewage treatment and a lack of clean drinking water.
All the reported cases in the Lower Artibonite involve severe diarrhea and vomiting, Wall said.
Ian Rawson, director of Hospital Albert Schweitzer Haiti near Verrettes, said patients began showing cholera-like symptoms on October 16. The pace picked up significantly Tuesday and beyond, though he said the situation was under control Friday at his 80-bed facility about 16 miles east of Saint Marc.
"So far, we've been able to manage it," Rawson said, noting that new patients were now coming in via pick-up trucks about every 10 minutes.
Temperatures in the mid-90s exacerbated the dual concerns about dehydration and people contracting cholera by drinking tainted water.
People lined roadsides in and around villages with buckets, hoping that passersby might have clean water, said Eric Lotz, Haiti's national director for the nonprofit Operation Blessing.
The U.N. mission in Haiti credited access to clean water and free medical facilities for preventing feared outbreaks of cholera and tuberculosis.
CNN's Paula Newton contributed to this report.

Quand la vie de 350 enfants en Haïti dépend de Nicolas Sarkozy

Commentaires:
No Comment....

Comme vous le savez, une épidémie de choléra vient de se déclarer en Haïti. Cette situation met en danger la vie de 350 enfants qui font, depuis plusieurs années, l'objet de procédures d'adoption par des familles françaises. Depuis le séïsme, la France est le pays, qui sous couvert de respect du formalisme et l'autorité du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, fait traîner des procédures quasi-bouclées alors qu'il s'agit de sauver des vies d'enfants appelés à devenir Français. Je me permets donc de reproduire ici la lettre adressée au président de la République par une mère qui craint que, compte tenu de la situation en Haïti, le pire ne se produise pour son enfant :
"Monsieur le Président,
Neuf mois après le séisme, plus du tiers des enfants en cours d'adoption le 12 janvier, sont toujours bloqués en Haïti. Notre inquiétude pour ces 350 enfants n'a cessé de grandir à l'approche des élections présidentielles de novembre, et des risques croissants d'instabilité en Haïti.
Mais aujourd'hui la seconde catastrophe annoncée n'est plus une simple menace : une épidémie meurtrière de choléra vient de démarrer, tandis que les intempéries continuent de faire des ravages. La capacité sanitaire haitienne ne permettra peut être pas, on le sait, d'éviter le pire. Les premiers cas sont annoncés à Port-au-Prince. Aucun hopital ne saura faire face si l'épidémie s'y installe.
Six enfants apparentés à des familles françaises sont déjà morts depuis le séisme. Chacune de ces morts est insupportable, injustifiable. Et aujourd'hui ils sont 350 à être en risque fort parce qu'ils vivent en collectivité et dans des conditions souvent encore très précaires, 350 à pouvoir être les suivants. Mais ces 350 enfants, ces 350 « futurs ressortissants français», sont tous connus et répertoriés. L'Etat Français peut prévoir un plan d'évacuation des quelques 350 enfants en cours d'adoption en Haiti et les sauver. Ils ont vécu le séisme, souffert avec leur pays depuis plus 9 mois. Ils ne peuvent pas être abandonnés plus à la fatalité!
Si l'épidémie échappe au contrôle, si les capacités sanitaires haitiennes se trouvent débordées, ces enfants doivent être protégés par les autorités françaises. Un plan de rapatriement sanitaire peut être construit dès aujourd'hui pour les protéger le cas échéant. Pour qu'aucun ne meurre, si la seconde catastrophe tant annoncée se produit... Pour que personne ne puisse jamais dire : "nous sommes arrivés trop tard...."
70 enfants sont morts pendant le séisme. Personne ne pouvait rien pour eux. Si un enfant meurt du choléra, la responsabilité de la France sera doublement engagée: parce que la catstrophe est cette fois-ci annoncée et parce que, dès janvier 2010, le président Préval nous avait demandé de protéger ces enfants de ce type de dangers en les évacuant sans délais. Les autres Etats l'ont fait,évacuant plusieurs milliers d'enfant en 2 mois. Nous ne l'avons pas fait. Chacun de ces 1000 enfants avait vocation à arriver en France, ce n'était qu'une question de temps. Mais aujourd'hui 350 n'ont peut être plus ce temps: le choléra est entré dans la course.
Le pire frappe à nouveau aux portes d'Haiti. De grâce, 350 enfants haitiens peuvent être protégés en planifiant une évacuation. Faites que deux vols en urgence soient possibles, à tout moment, pour emmener ces enfants vers la France où leur famille les attend. Monsieur le Président préparez vous à les sauver...vous en avez le pouvoir."
L’auteur
Journaliste. Disponible sur le Post mais aussi sur son blog sport "BRP HD" et à l'occ...
Par Bruno Roger-Petit
http://www.lepost.fr/article/2010/10/25/2280108_quand-la-vie-de-350-enfants-en-haiti-depend-de-nicolas-sarkozy.html

Haiti doit faire face à une épidémie de choléra

24/10/2010 à 13h03
Dix mois après le terrible tremblement de terre, Haiti doit faire face à un noveau drame : une épidémie de choléra. Cette épidémie a déjà fait 220 morts dans la région du centre et le nord d'Haiti, indique le Parisien.fr.
Ce dimanche les autorités sanitaires ont recencé 5 décès à Port-au- Prince, la capitale, faisant craindre une propagation de l'épidémie dans les camps de réfugiés qui abritent environ 1,3 million de personnes dans des conditions d'hygiène déplorables.
Que fait le gouvernement haitien?
Le président haitien René Préval dans un message, invite les Haïtiens à respecter les règles d'hygiène basiques, selon BFM TV.
De son côté, le directeur général du ministère de la santé, Gabriel Timothé, cité par Le Monde.fr, lance un appel au secteur privé pour qu'il "aide le gouvernement à trouver des matelas en plastique pour les malades, qui affluent par centaines dans les hôpitaux, et à améliorer la capacité en eau potable et en moyens de désinfection".

Et la communauté internationnale?
Les casques bleus, à la demande du gouvernement haïtien, prennent en charge la distribution des médicaments.
La Canada doit fournir un hôpital militaire, les Etats-Unis de grandes tentes pour des hôpitaux de campagne, précise Le Parisien.
Mon avis:
Mais quand les autorités haïtiennes arrêteront-elles de gérer le pays dans l'urgence?
http://www.lepost.fr/article/2010/10/24/2279298_haiti-doit-faire-face-a-une-epidemie-de-cholera.html

HAITI DE NOUVEAU EN ETAT D'URGENCE

Au mois de janvier 2010, Haïti a dû faire face à un violent tremblement de terre qui a quasiment détruit le pays.

Nous avons alors été très présents pour sensibliser les gens à cette catastrophe. En partenariat avec l'Unicef, MJ Children Foundation a effectué de nombreux appels aux dons pour venir en aide à ces populations en difficulté.
En dépit de la présence humanitaire mondiale, quelques mois plus tard, Haïti doit faire face à un nouvel état d'urgence. 200 personnes sont déjà décédées du choléra, 2000 autres sont déjà diagnostiquées.
Les camps de réfugiés qui se sont créés à la suite du tremblement de terre ont réunis plus de 1.3 millions de personnes. Ces camps sont à présent menacés par une épidémie de choléra.
Les organisations humanitaires déjà présentes sur le terrain indiquent des carences inimaginables en matière médicale. Les hôpitaux sont débordés et ne disposent pas des médicaments nécessaires aux soins.
L'ombre d'une nouvelle catastrophe se profile.
Nous avons été là il y a quelques mois. Nous nous devons d'être là aujourd'hui. Pour cette raison, MJ Children lance un nouvel appel aux dons en partenariat avec la Croix Rouge Internationale et l'Unicef.
L'urgence réside dans le soutien médical, le financement des médicaments et le traitement de l'eau potable.
Le choléra est une maladie qui tue en quelques heures. Nous ne pouvons être indifférents !
Jacqueline
MJ Children Foundation
Par MJChildren

EAU INSALUBRE EN HAITI - LA SOLUTION EXISTE POURTANT...

22/10/2010
La situation catastrophique de l'eau insalubre et la nouvelle vague de choléra qui en découle en Haïti sont d'autant plus insupportables qu'une solution technologique existe, d'invention japonaise. http://www.techno-water.org/
Le dossier a été porté par des représentants de Techno Water auprès des responsables politiques en Haïti mais il semblerait que les élections aient malheureusement retardé l'étude de ce process pourtant révolutionnaire.
Quant aux promesses de dons des gouvernements étrangers, de la banque Mondiale, des persoanlités privées,..., on se demande bien quel est le solde non encore alloué qui se trouve investis dans des banques car il pourrait être en partie - petite partie - consacré à l'implantation du process Techno Water.
Puisse ce court "Post" attirer l'attention des personnes qui sont en mesure de faire quelquec chose de concret pour sauver les milliers de mort du choléra à venir et aider les Haïtiens à ne plus dépendre des quelques bouteilles d'eau distribuées par les ONG ( qui pourraient se consacrer à d'autres tâches tout aussi vitales pour les populatiosn en manque de tout ).
Merci !
Par Philippe Heron
http://www.lepost.fr/article/2010/10/22/2277741_eau-insalubre-en-haiti-la-solution-existe-pourtant.html