POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 18 novembre 2009

Le nouveau ministre de la justice discute avec les commissaires du gouvernement

Le nouveau ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Paul Denis a rencontré lundi 16 novembre tous les commissaires du gouvernement à travers le pays.

Au menu de cette rencontre des moyens à mettre en œuvre en vue d'un changement en profondeur dans le système judiciaire haïtien.
Le problème de la détention préventive prolongée de même que le mauvais fonctionnement de certains tribunaux du pays semblent être des préoccupations pour le garde des sceaux de la république.

Au cours de cette première rencontre avec les commissaires du gouvernement, Paul Denis a sollicité la collaboration de tous les acteurs du système pour lutter contre la corruption.

Paul Denis qui a été installé comme ministre de la Justice la semaine dernière est connu pour ses positions contre la corruption. Il a succédé à Me Jean-Joseph Exumé.

RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16081

La Fusion est en ébullition ; des militants réclament le départ des dirigeants


A l'approche de la campagne électorale une grogne des militants de la Fusion des Sociaux démocrates a éclaté au grand jour. Des jeunes militants du parti dénoncent le comportement dictatorial des membres du directoire de la Fusion.
A
u cours d'une conférence ces jeunes militants ont réclamé la fin d'une dérive autoritaire qui selon eux empêche la tenue des conventions annuelles.
Victor Benoit et ses collaborateurs Serge Gilles, Edmonde Suplice Beauzile et Robert Auguste sont dans le collimateur des protestataires. Ces militants réclament le départ des membres du directoire de la Fusion dont le mandat est arrivé à expiration depuis deux ans.
Tout en attirant l'attention sur la nécessité d'organiser de nouvelles élections, les militants accordent un délai de 24 heures aux dirigeants pour faire leurs valises.
Le président du la Fusion, Victor Benoit, s'est refusé à tout commentaires sur les revendications des militants.
Les militants dénoncent les décisions des dirigeants qui ne sont pas prises en concertation avec la base du parti. Un porte-parole des militants a déploré le refus des chefs de file de la Fusion de participer aux prochaines législatives.
La semaine dernière, les responsables de la Fusion avaient assoupli quelque peu leur position en conditionnant leur participation aux joutes à une rencontre avec l'exécutif.
La Fusion et plusieurs autres formations, membres de la convention des partis politiques, affichent leur scepticisme à l'endroit du processus électoral.
La Fusion des Sociaux démocrates avait été constituée en 2005 grâce avec le regroupement de trois partis, le KONAKOM de Victor Benoit, PANPRA de Serge Gilles et Ayiti Kapab de Robert Auguste.

LLM