POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 15 octobre 2008

BLOG ACTION DAY....ARGENT VIRTUEL...PAUVRETE REELLE..

Je ne sais pas trop comment commencer et introduire mon texte sur la pauvreté. Je ne sais non plus quel contexte choisir pour écrire et partager avec nos lecteurs sur cette question si propre à beaucoup d’habitants de cette planète et surtout aux haïtiens.
J’ai failli vous demandé si vous savez qu’aujourd’hui c’est le jour J de Blog Action Day. Mais si vous faites partie des plus de 200 visiteurs qui tous les jours s’intéressent à ce qui se passe en Haïti, vous l’avez déjà not ce rendez-vous. Serait-il plus prudent de vous demander si vous savez ce que c’est. Là aussi je pense que la définition se trouve encore dans le libellé de l’activité : BLOG ACTION DAY !
Pour ceux qui auraient du mal à trouver du temps pour réfléchir sur le sens de ces trois mots, je dirai que c’est une journée pendant laquelle tous les blogs ou sites internet concernés, pourront écrire, poster et agir autour d’une problématique pertinente touchant l’humanité. Aujourd’hui il est question de PAUVRETE !
L’année dernière le blog Action Day était consacré à l’environnement. Haïti Recto Verso avait participé car Haïti représente une sorte de laboratoire pour prouver des exemples concrets de ce que les gens considèrent comme des théories à la mode. Des idées « up to date » très « In » Et dire que l’effet du passage successifs de phénomènes atmosphériques au cours des mois d’aout et septembre, définitivement majoré par l’état de délabrement de l’écosystème haïtien s’est surtout fait ressentir cette année.
Se référer à Haïti dans un contexte de nécessité d’une protection environnementale ou dans une lutte contre la pauvreté c’est exactement du pareil au même. Aujourd’hui le slogan qui colle comme un gant à Haïti c’est justement « le pays le plus pauvre de l’hémisphère ».
Ces mots en guise de préambule vous présentent amis lecteurs pourquoi Haïti Recto Verso s’estime engagé à participer à ce BLOG ACTION DAY.
J’imagine l’éventail des sujets, l’amplitude de « CONCEPTUALISATIONS » qui peuvent se générer à partir de PAUVRETE.
C’est normal qu’il ya ait des esprits inquiets sur la pauvreté intellectuelle de certains membres de la société. Il est aussi normal de constater la pauvreté humaine au sens large qui se manifeste par l’impossibilité de se défaire de certaines tares contraires à l’épanouissement de la condition humaine. Laissons surtout aux autres le soin de philosopher ou de rédiger des formules métaphysiques sur la pauvreté.
La pauvreté qui me gène c’est la pauvreté banale, la terre à terre celle qui se manifeste par des coliques, expressions directes de la révolution de tripes vides et affamées ; celle qui se lit dans les regards de gens vivant dans des conditions infrahumaines ou les carences sont légions…On en reparlera !
Mon humble participation à ce BLOG ACTION DAY aura été assez intéressante sur un plan strictement personnel. En effet, au cours d’une conversation avec notre chère collaboratrice SARA GONZALEZ VILLEGAS (Auteur de « Encontré el Olimpo bajo mi cama » et prochainement « DIOS ES AMOR, MEJOR CON HUMOR »), j’ai appris que le 17 octobre est la journée mondiale consacrée à l’ERADICATION DE LA PAUVRETE.
Je ne saurais pas vous dire d’où émane cette résolution mais elle ressemble copie conforme aux édits de L’ONU que personne ne respecte.
Mais, je pourrais cependant être plus catégorique sur le profil de certains individus qui n’ont pas signé et n’ont surtout pas adhéré aux principes de cette résolution.
Ne vous en faites pas. Je me garderai bien de vous présenter la liste des gens riches et très riches comme les joueurs de football ou les acteurs de ciné avec leurs énormes cachets. Mais je vois très mal celui qui voit sa fortune augmenter de 5.000.000.000 de dollars par jour pour chaque augmentation de cinq centimes sur le baril de pétrole( - le prix de l’œuf et du pain se multiplie par cinq en Haïti !), qui a défaut de pouvoir commander des voitures-bolides plus que puissantes et faites sur mesure, achète des chevaux de course, des équipes et des joueurs de foot, font construire des station de sport d’hiver dans des désert ou il fait plus de 50 degrés centigrades signer une telle résolution.
Je vois aussi très mal comment celui qui édifie sa fortune à base de « téléphones jetables » car bourrés de gadgets inutiles dont le nombre est inversement proportionnels à leur durée de vie, lire et approuver une telle résolution.
Ces mains, ces têtes et ces institutions invisibles qui font monter le prix du pétrole sans pouvoir en expliquer les raisons ou les causes ; ces mêmes institutions et ces mêmes têtes qui ne s’inquiètent pas quand le prix ne descend pas dans les stations de service quand le prix du baril chute, doivent ignorer complètement la célébration de la journée mondiale, internationale pour l’éradication de la pauvreté.
Définitivement le sujet semble assez dérangeant. C’est beaucoup plus « cool » de parler du réchauffement climatique. C’est très alarmant de savoir que dans deux siècles, la température des océans augmentera de 0.5 degré. Ça il faut aller le dire surtout à ce vieillard précoce, assis entre deux « bayaondes » moribonds et comateux, d’un village perdu dans le nord d’Haïti qui observe d’un regard fatigué, comme l’œil de Jacques Roumains pénétrant les profondeurs du désarroi poussiéreux et aride de ces « gouverneurs de la rosée » ou la vie se conjugue au conditionnel et en faux espoirs et amertumes.
Posez-leur la question de savoir quel monde ils voudront bien laisser à leur descendance.
La pauvreté englobe un champ énorme de situations. Et surtout des situations qui touche une bonne partie de la planète. Je comprends un peu mieux la démarche entêtée de certains humanistes de bonne foi qui offrent des vacances à des enfants dont la pauvreté les prive d’un petit voyage au Maroc, en Tunisie à Dakar ou à Boca chica. C’est une pauvreté à éradiquer !
D’autres habités par le même esprit font tout pour distribuer des jouets aux enfants pour les fêtes de noël. C’est une autre pauvreté à éradiquer !
Moi j’ai côtoyé de près, de très près une autre expression de la pauvreté. La pauvreté dans sa facette la plus primale. Cette situation qui vous nie l’essentiel à la survie pure et simple :
- Vivre dans la plus nette des promiscuités en surnombre dans des surfaces réduites et insalubres, sans eau, sans électricité…
- Se lever un matin sans rien à manger, sans espoir de manger demain ou après demain…
- Faire des pirouettes avec les éléments de la nature pour se soigner si on tombe malade
- Ne pas pouvoir se scolariser…
Cette pauvreté là aussi, il faudra l’éradiquer un jour. Mais c’est difficile et compliqué. Ils sont trop nombreux ce types de pauvres. On les trouve partout. Ils vivent dans des pays dirigés par des chefs d’état corrompus possédant dans l’indifférence absolue des dizaines d’hôtels particuliers en Europe, de luxueuses maisons à Beverly Hill et sur la côte d’azur ou ils passent une semaine par an et surtout des sommes colossales déposées dans des banques européennes. Ils sont citoyens de ces pays riches en mines de diamant et d’uranium, de café ou de cacao.

Ils vivent là ou se trouvent des centaines d’ONG agissant au coup par coup se gardant bien de toucher les structures et les mentalités génératrices de pauvreté.
Il est plus aisé de réaliser le grenelle de l’environnement au lieu le grenelle de la pauvreté.
La pauvreté c’est définitivement trop chiant !

http://blogactionday.org">http://blogactionday.org/img/bd50547921ba11d75226c7b64bf898d63cf8c95c.jpg" />

2 commentaires:

Anonyme a dit…

MUY BUENA REFLEXIÓN!!
FELICIDADES.

Aloisio Milani a dit…

Oi, DECKY LAKYEL,
Concordo com muitas coisa que você diz. Deixo aqui também uma indicação de um comentário que fiz sobre o tipo da ajuda humanitária que chega até o Haiti. http://aloisiomilani.wordpress.com/2008/10/16/ajuda-no-haiti-esta-longe-do-combate-a-pobreza-e-desnutricao/