POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 5 septembre 2010

Wyclef Disses Sean Penn And ex-Fugee Pras

Sunday, September 05, 2010 11:58 AM By Houston Williams
(AllHipHop News) Wyclef Jean, former Haitian president hopeful, has sent a shot to detractors actor Sean Pen and former band mate Pras.
The multifaceted musician performed at Hot 97′s On Da Reggae Tip concert at the Hammerstein Ballroom in New York.
He sang, “If I was president….I got a message for Sean Penn, maybe he ain’t see me in Haiti because he was too busy sniffing cocaine. I got a message for Praswell, even though you don’t want to support me, I got love for you, even though you only kicked eight bars for the Fugee.”
Both Penn and Pras, who was in The Fugees with Wyclef, were critical of the rapper after he announced his bid for as president of Haiti.
"This is somebody who's going to receive an enormous amount of support from the United States, and I have to say I'm very suspicious of it, simply because he, as an ambassador at large, has been virtually silent. For those of us in Haiti, he has been a non-presence," Penn said in an interview with CNN.
http://allhiphop.com/stories/news/archive/2010/09/05/22365974.aspx

Message de Wyclef Jean à Sean Penn
Lors d’une performance à New York l’autre soir à, Wyclef Jean a ajouté de nouvelles paroles à sa chanson If I Was President, attaquant de façon plus ou moins vicieuse, l’acteur Sean Penn et l’ancien membre des Fugees, Pras Michel, qui ne sont pas tombés à la renverse quand le rappeur a annoncé son intention de briguer la présidence d’Haïti. Penn avait notamment affirmé ne pas avoir vu souvent Jean en Haïti.
Je cite les nouvelles paroles de Clef :http://launch.vidaroo.com/5809
«J’ai un message pour Sean Penn. Peut-être ne m’a-t-il pas vu en Haïti parce qu’il était trop occupé à sniffer de la cocaïne. J’ai un message pour Prazwell. Même si tu ne m’as pas soutenu, j’ai de l’amour pour toi, même si tu n’as contribué que huit mesures aux Fugees.»
http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/2010/09/05/message-de-wyclef-jean-a-sean-penn-et-prazwell/

EARTHQUAKE MIRACLES...Out of the earthquake rubble, remarkable tales of survival

Darlene Etienne, who spent 15 days trapped in earthquake debris, was the last person pulled alive from the ruins. Like her homeland, she is on the mend. BY TRENTON DANIEL
TDANIEL@MIAMIHERALD.COM
MARCHAND-DESSALINES, Haiti -- One of the last people pulled alive from the wreckage of Haiti's massive earthquake, a 16-year-old girl who lived for 15 days in a tiny pocket under a pile of concrete rubble, still dreads sleeping inside.
Her back and arms hurt where the slabs pinned her down. She keeps to herself in her small hometown outside Marchand-Dessalines, where she returned after her release from the hospital. Even her faith has been altered: A Catholic, she now attends Protestant churches because many Catholic churches collapsed in the January disaster.
``I feel traumatized,'' said Darlene Etienne, now 17, from the front porch of her concrete one-bedroom home. ``I don't sleep in the house. I'm afraid of the concrete. I sleep on the porch.''
At least 132 people -- perhaps many more -- were rescued after days or weeks within buckled buildings, according to United Nations figures. They coped with crushed bones, rattling aftershocks, the smell of decomposing neighbors, dehydration and darkness. With nothing but time, they wondered if they had been abandoned. They contemplated death and communicated with God.
Some survivors have moved on, learning to sleep under a roof again. Others have shuffled back to the countryside, grateful for rescue but facing a hard-luck life. Some, now homeless, are busy trying to survive in hundreds of camps that popped up in the aftermath.

SO LONG, CELEBS
Haiti is still staggering, almost eight months after the 7.0 earthquake claimed an estimated 300,000 lives and made 1.5 million people homeless. Tents crowd public spaces. Rubble banks the streets. The celebrity-studded help is largely gone.
Reconstruction, once a rallying cry for the country, now comes with a question mark.
For Darlene, too, the future is uncertain. Her hopes for school and work -- a way out of her isolated village -- were crushed when the buildings came down. Her mother had sent her to Port-au-Prince as a household worker just so the girl could earn tuition. The quake hit nine days later. She won't go back now.
``I liked it, but after the quake I came to hate it,'' she said of the capital, so different from her rural upbringing. ``It's not the same vision. It's not the same way of life.''
But a farming town four hours north of Port-au-Prince on rutted, muddy roads has little to offer her. Men loiter under shade trees as naked children with bloated stomachs splash in rice fields. Skinny goats wander amid single-room concrete homes.
``Life is getting harder,'' she said. ``I don't like it here.''
Still, even when she's feeling down about her prospects, her gratitude remains strong to the team of French doctors who gave her a second chance: ``It was a good thing they did for me.''

TRAPPED IN `COFFIN'
Government worker Frantz Gilles understands the seesaw of emotions, post-rescue.
Pinned under a tax-collection building, the 59-year-old managed to use his cell phone to call for help, only to be told that he might have to remain in his ``coffin'' for up to eight days before rescuers could get to him.
``This was when I started to panic,'' he said. At one point, he despaired thinking no one would ever find him.
But in a country where much is promised and little delivered, the earthquake cut through red tape and politics. Rescuers from all over the world jumped in to help. It was a team of Israeli rescue workers who pulled him from the wreckage after four days.
Today, Gilles is back at work. Fresh from psychological therapy, he says the foreigner-led rescue restored his faith in people and gave him new trust in strangers.
``I've realized there are a lot of differences among us but only humanity matters,'' Gilles said. ``Human solidarity is present and real. It's something we need to cultivate in Haiti.''
For Magalie Fortuna, the earthquake -- which entombed her 10-year-old daughter, Francesca, for an agonizing 10 days -- became a path to greater spirituality.
Though she and her daughter now live in an oven-hot, tin-and-tarp shack in Champs de Mars, a homeless camp in a 42-acre public plaza, they both say only God could have ensured that Francesca survived.
On the day the earth began to shake, Fortuna dashed into the street but Francesca was trapped under their toppled home on Boulevard Harry Truman in downtown Port-au-Prince.
``I'm happy because I didn't die, thanks to God,'' Francesca said.
By the time her brother and other family members hand-lifted chunks of rubble from her tiny frame, her father had died in the disaster.
Fortuna was a casual Catholic before, in a country where religion plays a central role. Now, she prays three times a day.
``I see it as the work of God, that she was able to survive,'' said Fortuna, 40. ``I give my glory to God. He changes my spirit. My hope is in God.''

TURNING A CORNER
While progress has been painfully slow in Haiti as a whole, the disaster spurred some individuals to take recovery into their own hands. For Falone Maxi, who survived a week in the rubble, the earthquake served as a push toward new goals.
The 24-year-old student was at a vocational school in Port-au-Prince's Bourdon neighborhood when the building fell. Trapped with a classmate, Maxi prayed and shared stories, measuring the days by the thud-thud of helicopters and rumble of bulldozers. At night, all was silent.
On the seventh day, a Russian rescue team pulled the young women from the wreckage, alive. Maxi's older sister, Carline, was waiting in the same spot where she had watched rescuers extricate body after body.
Maxi was bed-ridden for four months after treatment at an Israeli field hospital for a broken pelvis. But her injuries weren't all physical: Eventually, she saw a psychologist for fears that became so crippling she slept under a tarp outside her brother's home, unable to rest under a roof.
Her mother, Dieuzana Joiaceus, 54, says Maxi still has frequent headaches. She has ``gotten better, though she hasn't fully recovered.''
But recently Maxi seemed to turn a corner. She's working as a secretary at a humanitarian foundation founded in part by one of her Israeli rescuers. She plans to study English and train in nursing.
But as much as she looks to the future, she's learned to relish the present.
``If you're alive, you shouldn't worry about tomorrow -- you may have only a few days,'' she said, in the two-bedroom home in Petionville she shares with her mother and sister.
Gilles, the worker trapped in a government building for four days, says he also feels a new sense of urgency, as he replays the scene of his entrapment over and over in his mind. He's felt aftershocks in his imagination and dreamed about dead colleagues.
Always, he worries about one thing: ``The possibility of another earthquake.''
But it is Darlene's story -- of a life pulled from the rubble when even the government had given up hope of more survivors -- that underscores the drive for survival, by a young girl and by a weary nation.

LUCK AND FORTITUDE
Her rescue was a matter of luck and will. Stuck under the wreckage of a home for 15 days, she said she survived without food or water, though published reports at the time said she mumbled something to her rescuers about sipping a Coke. Doctors say it's rare for anyone to survive more than 72 hours without water.
``I thought: They're not going to find me. I'm lost forever,'' she recounted, her voice barely above a whisper.
But a neighbor, Emmanuel Pompee, who happened to be standing guard over the rubble of his own home as the sun set Jan. 27, heard a faint voice coming from the ground, asking for help.
He called out and heard the voice give him a phone number to call. Galvanized, he urged others standing nearby to help dig in the rubble. When French military rescuers arrived, the neighbors had managed to move enough crushed concrete to expose Darlene's dusty scalp, her body in a tiny pocket surrounded by concrete.
The rescuers opened a hole to give her oxygen and water. A French doctor on the scene asked her how she was. Her first words: ``Doing all right.''
They brought her to safety 45 minutes later. Her skin was like parchment, her blood pressure was very low and she was severely dehydrated, the doctor said.
Though she has rarely spoken of her ordeal, she has a few keepsakes in her family's home that hint at her amazing rescue. On the walls, a plaque with a brass plate of the Siroco, the French Navy ship where she was treated. And in a cabinet, a folded paper photo of a blonde woman in camouflage pants leaning over a bed-ridden Darlene, tucked under blue sheets.
Today, as Haiti struggles to find a path to recovery, so does Darlene. ``Our lives are the same since before the earthquake,'' she says.
That isn't really true. Not for her, and not for Haiti. They both bear the scars of that day, on the hillsides, in the public squares, on a young girl's body.
But there is endurance, too. It compelled a 16-year-old buried alive to keep calling out for more than two weeks until someone heard her cry:``Save me, save me.''
El Nuevo staff writer Alfonso Chardy contributed to this report.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/04/v-fullstory/1809204/out-of-the-earthquake-rubble-remarkable.html#ixzz0yeU5ukXQ
http://www.miamiherald.com/2010/09/04/v-fullstory/1809204/out-of-the-earthquake-rubble-remarkable.html

South Florida young adults visit Haiti, give back

A group from a South Florida church visited Haiti to show Haiti's young that they have not been forgotten. BY JACQUELINE CHARLES
JCHARLES@MIAMIHERALD.COM
CARREFOUR, Haiti -- With song and prayer, hundreds of former street boys greeted a visiting delegation of Haitian-American youths Saturday not far from the epicenter of Haiti's devastating Jan. 12 earthquake.
The group from Notre Dame d'Haiti Catholic Church in Little Haiti is visiting Haiti as part of an effort to remind some of Haiti's neediest quake victims that they have not been forgotten. Eighteen in all, they came bearing school backpacks -- at least 800 of them purchased out of their own pockets -- for children living in orphanages.
``We thought it was just a distribution,'' said Emmanuel Pean, 30, of Miami. ``But it's touching our hearts.''
Pean and the group started the morning at the Centre d'Accueil de Carrefour, along with church pastor the Rev. Reginald Jean-Mary. They hand-delivered 200 bags for the center's residents, boys who once lived on Haiti's streets and now call the expansive building home.
``The youth represent the future of society, the change for a new Haiti must come from this young generation,'' said Jean-Mary, who planned the trip as a way to help shape the consciousness of the South Florida group but also to show Haiti's young that they have not been forgotten.
In total, almost 3,000 bags will be distributed to children throughout the metropolitan area who have been touched by the earthquake. About 2,000 of the bags were donated by Miami-Dade County public schools. When the group learned that those bags were delayed in transit, and would not arrive in time, they went out and purchased 800 bags on their own.
Father Jeff Desruisseaux, who runs the center, said the effort ``is not just a beautiful gesture because of the bags, but because one heart recognizes another and blood recognizes blood.'' Where some see street kids simply as homeless beggars, he sees children struggling to take responsibility when both government and family have failed them, he said.
``When you take a child in the street and you transform that boy, we have a new citizen for Haiti, for the world,'' he said.

Group members were touched by the experience.
For some, it was their first face-to-face look at the devastation of the quake that left an estimated 300,000 dead. For others, it was a chance to briefly reunite with family they had not seen in more than 20 years.
``It's surreal,'' said Darlyne Jean-Charles, 31, of Miramar. ``It's emotional, a bit overwhelming.''
Jean-Mary said he hopes such trips will be the first of many steps in bridging the gap between Haitians in Haiti and those living abroad. ``It's time to break down the walls that separate the two Haitis,'' he said.
Read more: http://www.miamiherald.com/2010/09/05/1809196/south-florida-young-adults-visit.html#ixzz0yeSBp9PH
http://www.miamiherald.com/2010/09/05/1809196/south-florida-young-adults-visit.html

Les pieds dans le plat ...Avenir brumeux

Haïti: Nous sommes théoriquement à trois mois des élections. Le discours politique est d'une telle pauvreté que le citoyen à tous les niveaux est décontenancé. Alors que les défis s'accumulent, que les inégalités s'accentuent dans notre société, que le fossé se creuse de plus en plus entre notre pays et les autres nations de la Caraïbe, le vide politique s'affirme si bien, qu'une fois de plus, des secteurs de la population sont tentés de se tourner vers des visages totalement neufs dans le lieu politique, même si rien rationnellement ne permet d'espérer de ces nouveaux venus un résultat une fois aux commandes de la chose publique. Les élections auront certainement lieu envers et contre tous. La communauté internationale a son planning à respecter, plus important que le sort des Haïtiens. L'avenir de notre pays se présente, par l'absence de discours et donc d'intelligence politique manifestée, brumeux. À l'accompagnement de la population, à des propositions constantes, à une surveillance de tous les instants des actions gouvernementales, à une attitude sereine dictée par un point de vue prenant en compte les différents aspects de la problématique nationale, bon nombre de nos partis politiques, et donc de nos hommes politiques, ont toujours préféré les joutes d'antichambre, les combats de chefs, les compromis permettant à chaque fois de se trouver une place juteuse à l'ombre du roi d'occasion. Même quand le jeu est pipé, certains préfèrent y participer pour récupérer les miettes, fidèles peut-être à notre fameux adage : pito nou lèd nou la.
On a tellement tiré sur la corde qu'on arrive à un palier où des acteurs totalement discrédités gesticulent seuls à la fois sur la scène principale et sur la scène proche. Alors que tout le monde se rend compte de l'absurdité de la situation, on continue quand même sur la lancée, comme une fusée programmée filant vers son point d'impact. Il faut respecter des échéances. Il faut respecter la Constitution. Il faut respecter des plannings. La vie, elle, continue dans les rues, dans les camps, dans les ghettos, seule, oubliée, n'ayant de valeur que par la misère qu'elle sécrète, que par cette misère qui, mise en image et projetée aux quatre coins de la planète, provoque l'émotion nécessaire à délester les bourses.
La politologue et économiste Suzann Georges, dans une conférence qu'elle donnait samedi dernier en France à l'occasion de l'université d'été de l'association Peuple et Culture, tirait encore une fois la sonnette d'alarme sur le fait que les richesses de la planète se concentraient année après année aux mains d'un nombre de familles de plus en plus réduit. Ce n'est pas notre but de donner ici des statistiques qu'on peut trouver sur le Net. Mais qui, en Haïti, se penche sur le fait que depuis le 12 janvier le processus de paupérisation des classes moyennes est passé à une vitesse supérieure tandis que, certainement, les secteurs traditionnels, qui mènent le jeu en Haïti, s'enrichissent et vont continuer à s'enrichir avec le peu d'aide promis qui va arriver pour le peuple haïtien ? Il n'y a pas plus paradoxal le fait que dans toute l'Amérique latine les gouvernements de gauche ressemblent à des agents camouflés du grand capitalisme international, agents dont la mission première est de faire passer des politiques crucifiant les populations, politiques qui feraient dans un temps hésiter même des gouvernements de droite. De toute manière, chez nous, nul besoin de parler de gauche ou de droite, de centre où de je ne sais quoi. Le pays est sous tutelle, et la seule marge de manoeuvre du prochain gouvernement sera de jouir des privilèges traditionnels du pouvoir. La communauté internationale sait très bien ce que pouvoir signifie pour nos hommes politiques. À moins que l'impensable ne se produise.
Ce sursaut que nous espérons tous !
Gary Victor
http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=83124&PubDate=2010-09-03

Délégation APP/UE : Haïti doit rester une priorité

P-au-P, 3 septembre 2010 [AlterPresse] --- Les membres de la délégation de l’Assemblée Parlementaire Paritaire de l’Union Européenne (APP/UE), qui ont visité Haïti du 30 aout au 1er septembre, demandent aux bailleurs de fonds internationaux de maintenir le pays comme une priorité.
« La communauté internationale » se doit de « s’assurer que son action facilite la transition entre la phase humanitaire et la phase de reconstruction et de développement du pays », recommandent-ils dans une déclaration faite à l’issue de leur visite d’évaluation.
Ils réclament également un soutien international pour les autorités haïtiennes « afin qu’elles s’approprient davantage le processus de reconstruction ».
Selon la délégation, la décentralisation, le développement rural, l’investissement dans l’agriculture, l’implication des jeunes et des femmes dans la reconstruction, une éducation obligatoire et gratuite et le renforcement de l’Etat sont les clefs de la reconstruction.
Les membres de la délégation APP/UE disent, par ailleurs, noter un engagement des acteurs nationaux et internationaux, ainsi que « des résultats positifs obtenus dans le soutien aux populations affectées par le tremblement de terre, étant donné les circonstances difficiles ».
Toutefois, ils exhortent le gouvernement haïtien à résoudre les problèmes de terrain et de droits de propriétés qui, selon eux, sont « des obstacles » et peuvent ralentir la reconstruction. La délégation se félicite, d’un autre côté, de « l’amélioration des relations entre Haïti et la République Dominicaine ».
La délégation de l’APP/UE, présidée par Odirile Mothale, comprenait 6 autres membres.
Outre les autorités haïtiennes, elle avait rencontré des organisations non gouvernementales avant de clôturer son séjour par une visite en République Dominicaine. [kft rl gp apr 03/09/2010 14 :50]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9944

La 22e promotion de la PNH en formation

900 aspirants policiers, dont 64 femmes, ont fait leur entrée jeudi à l’académie de police Samedi 4 septembre 2010,Radio Kiskeya
La 22e promotion de la Police Nationale a démarré sa formation jeudi dernier à l’académie de police avec un effectif de 900 aspirants policiers, 836 hommes et 64 femmes.
Au micro de Radio Kiskeya, le porte-parole de la police de la Mission de stabilisation des Nations Unies en Haïti, Jean François Vezina, a déclaré samedi que la MINUSTAH, très impliquée dans les préparatifs d’accueil des futurs agents de la PNH, est satisfaite de voir leur formation débuter.
500 des nouveaux policiers aideront, au terme d’une formation de base de sept mois, au renforcement de la lutte contre le banditisme.
Les 400 autres membres de la promotion suivront une spécialisation pour être affectés à l’administration pénitentiaire et à la garde côtière, selon le porte-parole de la UNPOL.
Il précise que la formation sera assurée conjointement par les autorités haïtiennes et onusiennes à l’académie de police remise en état de fonctionnmenet après les dégâts subis lors du séisme dévastateur du 12 janvier.
Jean François Vezina en a profité pour rassurer la population sur le maintien du climat sécuritaire à travers le pays, même s’il reconnaît que de nombreux évadés de prison toujours en cavale représentent une menace pour la paix sociale. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7015

Deux haïtiens condamnés en Floride pour le naufrage d’un bateau

Jimmy Métellus, le capitaine, et Jean Morange Nelson passeront respectivement 14 et 13 ans en taule après avoir reconnu leur responsabilité dans le décès tragique d’au moins neuf boat people Samedi 4 septembre 2010, Radio Kiskeya
La justice américaine a condamné vendredi à 14 ans de prison ferme un ressortissant haïtien, Jimmy Métellus, capitaine d’un bateau ayant provoqué, en 2009, la mort d’au moins neuf compatriotes qui tentaient d’atteindre illégalement les côtes de la Floride.
Selon le quotidien Palm Beach Post, le juge fédéral de district, Kenneth Mara, a prononcé son verdict contre le condamné après qu’il eut plaidé coupable en juin dernier de trafic d’êtres humains.
Un deuxième haïtien impliqué dans la catastrophe maritime, Jean Morange Nelson, 33 ans, a été condamné à 13 ans de réclusion.
Les rescapés du naufrage survenu en mai 2009 avaient dénoncé le capitaine de l’embarcation qui leur avait promis une traversée sûre et confortable.
25 personnes se trouvaient à bord lorsque subitement le bateau se retourna et coula en face des côtes de la Floride.
Les garde-côtes américains avaient pu recueillir neuf cadavres, dont ceux d’un bébé et d’une femme enceinte.
Chaque année, des centaines de compatriotes poussés par l’insécurité économique cherchent à émigrer illégalement aux Etats-Unis à bord de dangereuses embarcations de fortune. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article7014

Haïti: la petite histoire d'une bonne idée

Publié le 05 septembre 2010
Yves Therrien, Le Soleil
(Haïti) L'histoire des chèvres remonte à 1983 lorsqu'un jeune du village subventionné par le programme Village de l'espoir a décidé d'acheter une petite chèvre qui a eu trois ou quatre portées.
Un parent malade ayant besoin d'argent, il a proposé à l'enfant d'échanger les chèvres contre une parcelle de terrain. Le parent a vendu les chèvres. L'idée venait de germer que des jeunes pourraient s'occuper de chèvres de manière à ce que l'élevage devienne un investissement dans la prise de responsabilité et une forme d'assurance financière.
De fil en aiguille, l'idée a fait son chemin jusqu'à ce que Elvie Maximeau participe à une formation de L'AMIE pendant ses études à l'Université Laval. Un projet plus structuré a été mis sur papier et, grâce à la participation de L'AMIE, la coopérative est née dans cette école de Limbé. Et aujourd'hui, on envisage un jumelage entre le village québécois de Saint-Sylvestre et Limbé. Dans un premier temps, ce sera un jumelage des classes des deux écoles. Par la suite, «on envisage des échanges spécialisés en agriculture et dans des domaines utiles pour les gens de Limbé», explique Michel Gendreau, citoyen de Saint-Sylvestre rencontré à Port-au-Prince.
Il pourrait même y avoir des échanges prolongés sur deux ou trois mois pour que des Haïtiens viennent travailler dans les fermes du village et participent à des formations dans des écoles d'agriculture. Les modalités des échanges entre les écoles et les producteurs seront définies dans les prochaines semaines.
Yves Therrien était l'invité de Coopération internationale Québec (regroupant L'AMIE, Aide aux aînés, Plan Nagua et Collaboration anté internationale), qui assumait les frais de transport en Haïti et en République dominicaine entre le 15 et le 28 août. www.csiquebec.org/
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/haiti-de-lespoir-dans-le-chaos/201009/04/01-4312792-haiti-la-petite-histoire-dune-bonne-idee.php

Haïti: faire valoir les droits des paysans

Marc-Arthur Fils-Aimé,
le directeur de l'Institut culturel Karl-Lévêque
Publié le 05 septembre 2010
Yves Therrien, Le Soleil
(Haïti) Basé dans de nouveaux locaux à Port-au-Prince, l'Institut culturel Karl-Lévêque oeuvre principalement dans les milieux ruraux auprès des fédérations et des associations de paysans, pour élever les consciences afin que chaque homme et chaque femme fassent valoir ses droits fondamentaux. Près de 30 000 personnes, principalement dans le nord-ouest, le sud et le sud-est du pays, sont touchées par les formations de l'institut.
D'abord un lieu d'échange et d'analyse des enjeux sociaux et économiques, l'ICKL publie un journal au rythme de quatre ou cinq numéros par année sous le nom Kontak Populè, en français et en créole. Les articles font état des luttes sur le terrain et des travaux menés dans les régions, en même temps qu'un partage des expériences. Des conférences thématiques dont les allocutions sont publiées sur papier et sur le site Web de l'ICKL.
C'est aussi l'université populaire regroupant des jeunes de l'université de l'État, des paysans et des intellectuels pendant quelques jours autour de thèmes sociaux et politiques. À cause du séisme, les rencontres prévues en juillet ont lieu du 29 août au 9 septembre. On y aborde les prochaines élections comme moment de crise et de transformation sociale. Les participants se demanderont si Haïti est un pays sous-développé, un pays retardé ou un pays appauvri.
«C'est un moment où les gens des différentes associations apprennent les uns des autres, raconte Marc-Arthur Fils-Aimé, directeur de l'ICKL. Et il est toujours intéressant d'entendre des paysans analphabètes faire des réflexions qui étonnent les étudiants et toute l'assemblée. Si nous avons ces conférences, c'est qu'il y a un déficit de débat dans l'espace public. Le peuple doit prendre la parole, faire valoir ses idées pour sortir le pays de son état de crise.»
Outre les débats, l'autre grand programme de l'ICKL porte sur l'appui aux paysans dans leurs revendications. «Nous avons des activités de formation des dirigeants et des animateurs», précise Guy Numa, coordonnateur des projets d'appui à la base. «Nous les amenons à identifier les problèmes touchant la santé, l'éducation, la mise en marché de leur produit. Ils réfléchissent sur les solutions à apporter pour le mieux-être de la communauté.» Ces réflexions, ajoute Marc-Arthur Fils-Aimé, mènent à trouver des solutions à long terme en travaillant non seulement sur le symptôme, mais sur la source. Souvent, il faut faire pression sur les élus locaux pour que les choses avancent et que des solutions globales soient mises de l'avant. «L'appui à la base, affirme-t-il, sert à consolider les réseaux et à renforcer la solidarité.»
Un autre programme touche l'économie sociale et les droits humains. «Ça commence par la formation sur les droits humains», explique Raoul Vital, coordonnateur de projet. «Il y a de la formation sur les droits civils, les droits et devoirs des élus. Les activités sont conçues en fonction des besoins exprimés par les organisations de base. Ça peut toucher des sujets comme la culture maraîchère, le microcrédit, l'élevage.»

À la radio
Afin d'assurer une plus grande présence publique, l'ICKL passe par les radios communautaires en leur proposant des émissions toutes prêtes. «Les radios communautaires ont un rôle important à jouer dans les communautés», ajoute Carmelle Fils-Aimé, coordonnatrice de projet. «Ce sont des outils de développement social très dépendants du financement externe. Nous les aidons à produire des activités d'autofinancement en économie sociale et solidaire.» L'émission se nomme 4 zye kontré en créole, ou «Rencontre entre quatre yeux».
«Le secteur de la recherche est le moins soutenu par les bailleurs de fonds parce que les enquêtes sociologiques et les rapports d'analyses sont moins visibles sur le terrain que les constructions d'un bâtiment, déplore Marc-Arthur Fils-Aimé. Ce sont ses recherches qui permettent d'établir les bases pour aller plus loin dans les actions des mouvements populaires.» Après le séisme, l'ICKL a tout perdu, notamment sa bibliothèque et ses recherches des dernières années. Mais les activités n'ont pas cessé pour autant.
Le directeur affirme que Plan Nagua a été le premier partenaire à manifester sa présence et à permettre de modifier l'allocation des budgets pour répondre aux besoins les plus urgents dans les villages. Des travaux ont été entrepris pour aider à la reconstruction de l'école communale de Coutrelles.
«Nous avons eu des fonds supplémentaires de Plan Nagua et même un soutien psychosocial pour passer au travers des événements à la suite du tremblement de terre, ajoute Marc-Arthur Fils-Aimé. Et nous nous sommes servis du soutien psychoscocial et de la formation pour multiplier cela sur le terrain.»

Haïti: élever une chèvre pour s'élever dans la vie

Les enfants de l'école de Limbé apprennent à s'occuper
d'une chèvre et ainsi à prendre des responsabilités.
LE SOLEIL, YVES THERRIEN
Publié le 05 septembre 2010
Yves Therrien, Le Soleil
(Haïti) Dans le village de Limbé, dans les montagnes à l'est de Cap-Haïtien, une vingtaine d'enfants sont responsables chacun d'une chèvre. Ils ont même fondé une coopérative d'élevage sous l'acronyme KTVE (Kopérative timoun [enfants] Village de l'espoir).
Cette action concrète amène l'enfant à prendre des responsabilités, à développer son sens de l'organisation, à gérer des conflits pour en arriver à gérer sa propre vie.
La coopérative a été fondée le 20 juillet 2009 grâce à la collaboration de l'ONG de Québec L'AMIE (L'aide internationale à l'enfance). Le 15 octobre, ça fera exactement un an que les enfants prennent soin de leur chèvre. Et quatre chevrettes sont nées et ont été confiées à d'autres enfants.
Pour avoir droit de s'occuper de leur chèvre, les enfants doivent être membres de la KTVE et payer une petite cotisation. Ils doivent suivre une formation et se conformer aux instructions de l'agronome. Si la chèvre est malade, ils doivent savoir donner les premiers soins et en parler avec le vétérinaire lors de la visite mensuelle.
Est-ce difficile de s'occuper d'une chèvre? Les enfants répondent en choeur : «Non.» Bien s'occuper de sa chèvre, ça se fait comment? L'un répond que ce sera de l'attacher dans un endroit fiable où il y aura du bon fourrage. Pourquoi l'attacher? Parce qu'une chèvre en liberté dans le jardin d'un voisin se fera couper la tête parce qu'elle mange ce qui ne lui appartient pas.
Chaque mois, l'enfant amène sa chèvre à l'école où Rémy Jean, l'agronome du projet, vérifiera les progrès de croissance de chaque animal. Si un enfant ne prend pas bien soin de son animal, on lui en retirera la garde jusqu'à ce qu'il démontre sa capacité de s'en occuper correctement. Après avoir donné deux petits à la coopérative, la chèvre devient la propriété de l'enfant qui pourra la faire accoupler pour quelques gourdes à l'un des boucs de la coopérative et ainsi continuer le cycle.

Un compte en banque
La chèvre devient donc une forme de compte en banque rapportant des intérêts avec ses gestations. Les chevreaux élevés pour la vente valent environ 5000 gourdes, ou 125 $. Cela servira à payer les études et à aider la famille dans l'apprentissage de la prise de responsabilités.
Les jeunes ont même aménagé un jardin devant l'école pour y faire pousser du maïs, des pois et du fourrage pour les chèvres en même temps que d'autres légumes. «L'objectif que nous voulons atteindre à moyen terme est d'avoir 175 chèvres pour les 175 élèves de l'école de la commune», explique la coordonnatrice du projet Elvie Maximeau. «En même temps, nous effectuons des croisements entre les chèvres des races Boer, Alpine et Nubienne pour obtenir une race plus résistante à la chaleur, qui donnera autant du lait que de la viande et qui pourra donner deux ou trois petits plus d'une fois par année. Et avec nos quatre boucs, nous assurons un suivi des croisements pour déterminer quel sera le meilleur.»
Hyanique Maximeau, directrice de l'école, aide les enfants à mieux s'organiser dans ce projet. Elle s'assure que les enfants suivent les formations et que les membres du conseil d'administration, formé d'enfants, se réunissent chaque semaine et produisent leur rapport. Plusieurs parents accompagnent leur enfant dans cette démarche. Lors du passage du Soleil à Limbé, les jeunes ont tenu une assemblée générale devant une grande partie des élèves réunis pour rencontrer les visiteurs.
Des parents ont pris la parole pour confirmer que le projet leur tenait à coeur. Et les enfants ne se font pas prier pour assister aux différentes rencontres. Une mère a même dit que les jeunes ne se sentent pas seuls, mais bien encadrés et méritent d'être encouragés dans la poursuite de leur projet collectif.
Un autre projet devrait se réaliser sous peu avec la participation de L'AMIE et du ministère des Relations internationales. On construira un puits pour l'eau courante et l'irrigation des jardins de culture maraîchère.
Lien: L'AMIE, www.amie.ca/

Haïti: de l'aide d'urgence

La route menant à Labrousse est difficilement praticable,
de sorte que l'aide internationale ne s'est pas rendue
jusque dans la commune agricole.
LE SOLEIL, YVES THERRIEN
Publié le 04 septembre 2010
Yves Therrien Le Soleil
(Haïti) Si le projet Stop Malnutrition, avec Collaboration santé internationale, a été retardé de quelques mois, c'est que FODES-5 avait besoin d'une aide d'urgence. Après le séisme, la population de la commune de Labrousse a cru de 20 %, mais l'aide internationale ne s'y est jamais rendue. Une partie de l'argent de ce projet a servi d'aide d'urgence.
Labrousse est à 16 kilomètres de la route nationale. Le chemin est difficilement praticable, même avec un 4 X 4, puisqu'il faut au moins une heure pour atteindre le centre de la commune.
«La région est enclavée dans les montagnes, et l'aide internationale ne se rendait pas ici», explique Louise Brassard, coordonnatrice du projet Stop Malnutrition. «Alors, nous avons fait une liste et nous avons dû tout acheter. Par contre, on ne pouvait pas aider les 6000 familles du secteur. Il a fallu se limiter aux plus démunies chez qui nous avions identifié un grave problème alimentaire.»
Quelque 250 paniers, contenant 25 kilos de riz, des pois, de l'huile, du poisson séché, du sel et de l'eau de Javel pour traiter l'eau, ont été distribués.
Le ministère des Relations internationales a permis de prendre 50 000 $ pour l'aide d'urgence, tant pour la malnutrition que pour la réhabilitation des maisons touchées par le tremblement de terre.

Cantine à l'école
Enfin, le nouveau projet que tente de mettre en place Louise Brassard concerne l'implantation d'une cantine à l'école. Les jeunes mangeraient à leur faim et cela assurerait une plus grande assiduité des élèves, car traditionnellement, ils prennent un repas par jour, le soir.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/haiti-de-lespoir-dans-le-chaos/201009/03/01-4312623-haiti-de-laide-durgence.php

Haïti: l'ennemi sournois nommé malnutrition

Publié le 04 septembre 2010
Des femmes de Labrousse ont présenté sous forme de sketch
 les principes de la diversification agricole prônés par la
 Fondation pour le développement économique et social
(FODES-5).
Yves Therrien, Le Soleil
(Haïti) La malnutrition chez les enfants est un problème grave et un ennemi violent. Chez les jeunes de moins de cinq ans, elle empêche le développement normal du cerveau et peut provoquer des incapacités cognitives.
La Québécoise Louise Brassard agit comme coordonnatrice du projet Stop Malnutrition grâce à la participation de Collaboration Santé internationale (CSI) et à un financement du ministère des Relations internationales par l'intermédiaire du Programme québécois de développement international.
Depuis 2008, avec la construction de la résidence et du dispensaire, CSI approvisionne l'équipe en médicaments et en équipements. Le projet Stop Malnutrition est né en 2009 et a été mis en place en mai 2010. Il devait commencer plus tôt, mais le séisme de janvier a bouleversé les plans.
Le premier volet du programme touche la prévention et l'éducation avec des agents de santé sur le territoire, dont Catherine Pierre et Maguedalie Princivil, infirmières. Il y a beaucoup de problèmes de parasites intestinaux, de problèmes dermatologiques (teigne et gale) à cause des lacunes dans l'hygiène et de carences en vitamines. En même temps, il y a le suivi des femmes enceintes avec un volet préventif pour leur alimentation et l'allaitement des bébés.
«Nous essayons de réactiver le cours hygiène et nutrition à l'école, ajoute Mme Brassard. Officiellement, il y a un cours. Théoriquement, il y a des livres. Mais dans les faits, il n'y a rien à l'école.»
Il y a un volet diagnostic et traitement, où l'on identifie les enfants mal nourris. Dans les cas sévères, il a fallu envoyer les jeunes dans des établissements spécialisés. Avec les cas modérés, les visites toutes les deux semaines permettent de donner des suppléments aux enfants tout en expliquant aux parents ce qui doit absolument être fait.
«Nous avons mené un petit dépistage auprès de 280 jeunes. Nous aurions voulu le faire pour toute la zone, mais c'est impossible à cause des conditions des routes et des grandes distances à parcourir. Nous avons environ 6 % de cas de malnutrition, ce qui correspond à la moyenne nationale haïtienne. Nous nous occupons surtout des cas des jeunes de trois ans et moins, car les problèmes apparaissent souvent après le sevrage, quand l'enfant est âgé de six mois.»
Dès qu'un diagnostic est posé, les parents sont faciles à convaincre, puisqu'ils auront des suppléments alimentaires et des vitamines pour les enfants. Il a de petits frais pour l'ouverture du dossier pour que les gens apprennent à se prendre en main. «Les frais sont minimes, ajoute-t-elle. Il ne s'agit pas de faire la charité, les parents doivent sentir qu'ils contribuent au bien-être de leurs enfants et venir aux rendez-vous toutes les deux semaines.»
Le volet prévention est aussi lié au programme LSGT (Les savoirs des gens de la terre), pour inciter les gens à une production alimentaire diversifiée en cultivant un petit potager à la maison, par exemple.
Avec le médecin, les deux infirmières et le dispensaire, le projet coûtera 250 000 $ pour les deux prochaines années. Infirmière de formation et gestionnaire, Louise Brassard est bénévole pour DESI (Développement expertise et solidarité internationale) et elle sera à Labrousse pour deux ans.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/haiti-de-lespoir-dans-le-chaos/201009/03/01-4312622-haiti-lennemi-sournois-nomme-malnutrition.php

Haïti: Labrousse, un village modèle

Les infirmières Maguedalie Princivil et Catherine Pierre
 s'occupent du suivi des enfants victimes de malnutrition.

LE SOLEIL, YVES THERRIEN
Publié le 04 septembre 2010
(Haïti) Créer le village du millénaire, le village modèle pour Haïti, c'est le rêve qu'Alfred Étienne veut concrétiser par tous les moyens possibles et imaginables dans la communauté de Labrousse, au sud-ouest de Port-au-Prince, dans les montagnes près de la ville de Miragoâne. Coordonnateur général de la Fondation pour le développement économique et social (FODES-5), il entraîne dans son sillage des paysans qui croient que l'avenir leur appartient.

Alfred Étienne utilise une approche systémique qui contraste avec l'organisation chaotique de Port-au-Prince et le laisser-aller apparent du gouvernement haïtien. Lui, il s'organise pour faire de son agglomération paysanne un modèle d'organisation sur tous les plans: éducation, santé, agriculture.
Il vise la souveraineté alimentaire, c'est-à-dire produire suffisamment pour que chacun mange à sa faim, pour que chaque famille puisse s'assurer d'un revenu en vendant les surplus de production sur le marché local.
L'entreprise est gigantesque, mais les nombreux petits pas montrent que le projet progresse bien, soutient Alfred Étienne. Avec l'aide de divers bailleurs de fonds comme l'Agence canadienne de développement international et le ministère des Relations internationales, avec les organisations comme l'Union des producteurs agricoles développement international (UPA-DI), les OEuvres du cardinal Léger, Collaboration Saint-Jean-sur-le-Richelieu, FODES-5 organise une relance de l'agriculture en même temps qu'un projet pour contrer la malnutrition avec la participation de l'ONG québécoise Collaboration santé internationale (CSI).
Le premier grand projet a levé de terre en 2004 avec la construction d'une école accueillant 700 élèves. C'est lors de l'inauguration de l'édifice que les premiers contacts ont été établis avec CSI.
Un premier projet a été réalisé avec CSI en 2007-2008 pour la création de la résidence pour le médecin et le personnel infirmier alors qu'une partie du bâtiment servait de dispensaire. En 2010, un petit dispensaire a été construit dans un bâtiment indépendant tout à côté d'un plus gros édifice en construction qui deviendra plus tard un centre de santé.
FODES-5 organise des formations pour les paysans à raison de trois jours par mois avec les animateurs Ilda Marcelin et Jackson Faveur. Les paysans apprennent leurs droits et leurs devoirs de citoyen et le code rural haïtien. Quatre groupes réunissent 125 personnes dans ces formations.

Renforcement des capacités
Pour la relance de l'agriculture, on a mis en place une idée développée par la branche internationale de l'UPA en Afrique : Les savoirs des gens de la terre. «C'est un programme de renforcement des capacités qui permet aux gens de se prendre en main, précise Alfred Étienne. La formation dure de 8 à 12 mois pendant lesquels les gens font un portrait de leur milieu, des forces et des faiblesses en analysant ce qui peut être fait pour progresser. Après, ils sont capables de formuler un projet agricole.»
Une centaine de projets ont été déposés et analysés par les membres des groupements. Quatre-vingt-huit ont été retenus. Les responsables des projets ont obtenu de petits prêts (environ 500 $) à très faible taux d'intérêt et remboursables sur trois ans.
Il y a quatre groupements de paysans pour les 40 000 habitants du secteur. Les prêts sont remboursables au groupement dans un fonds rotatif qui pourra servir à lancer d'autres projets touchant l'élevage de chèvres, de poulets ou de porcs ou encore la culture de légumes et de céréales.
«Nous pensons même pouvoir générer des fonds pour les groupements afin de doter la région d'équipements collectifs, comme un moulin à maïs par exemple, explique Alfred Étienne. Tous ces projets choisis ont été évalués par les paysans eux-mêmes. Ils décidaient lesquels seraient rentables.»
Il s'agit d'un programme de développement intégré, car s'il y a plus de production agricole, les paysans auront plus pour se nourrir. Il y aura moins de cas de malnutrition. Les gens auront de l'argent pour d'autres projets personnels.
«Ce ne sont pas tant les montants que la capacité à réfléchir économiquement à des projets qui importe, affirme Alfred Étienne. FODES-5 ne vise pas qu'à construire des bâtisses, mais à aider les gens à réfléchir par eux-mêmes et à prendre des décisions pour leur mieux-être en agissant sur le changement des mentalités et des comportements.»
Un autre projet est sur les planches avec la fondation Gérin-Lajoie pour la formation professionnelle des jeunes dans des métiers utiles pour la communauté. Ils seront formés dans les milieux de travail sous le principe du maître et de l'apprenti.
Yves Therrien était l'invité de Coopération internationale Québec (regroupant L'AMIE, Aide aux aînés, Plan Nagua et Collaboration Santé internationale), qui assumait les frais de transport en Haïti et en République dominicaine entre le 15 et le 28 août. www.csiquebec.org/
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/haiti-de-lespoir-dans-le-chaos/201009/03/01-4312620-haiti-labrousse-un-village-modele.php
Commentaires:
Nous voulons à travers ce commentaire reconnaître publiquement et devant l'ensemble de nos lecteurs le professionnalisme de l'auteur de cet article qui rentre dans le cadre de sa visite  réalisée en Haïti entre le 15 et le 28 août.
Lors de son périple, nous avions constaté que ses récits décrivaient la situation d'Haïti, celle d'un pays pauvre banal comme il y en a des centaines éparpillés un peu partout dans le monde. Nous avions été en quelque sorte choqués du fait que l'objectif de son travail ne se serait résumé qu'à cela et nous avions affiché ouvertement notre déception.
Cependant nous avions raté l'information à travers laquelle, il avait prédit que les récits touchant l'activité des ONG seraient diffusés ultérieurement, à son retour au Canada.
Nous, qui cherchons des nouvelles traitant de l'actualité haïtienne nous publions, comme on partage sur facebook, toutes les nouvelles qui parlent d'Haïti.
Cependant nous gardons un oeil très ouvert sur les ONG. Un pan non négligeable de la population haïtienne couve des sentiments très négatifs vis à vis des ONG. Comme on dit chez nous, nous avons du mal à donner la communion sans confesser à des ONG établies en Haïti depuis des années.
Parce que il faut le reconnaître, aujourd'hui Haïti est la résultante de deux siècles de conflits, de l'action inappropriée de chefs d'état préoccupés que par leur maintien au pouvoir, d'une assistance internationale mal gérée et aussi de plus de 50 ans d'ONG...Les coupables sont légions!
Encore une fois merci Monsieur YVES THERRIEN.