POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 4 avril 2012

Jimmy Colas remonte sur le ring le mois prochain

Un championnat de France à Istres pour le Boxeur Jimmy Colas, il n'a plus boxé depuis 5 mois (défaite contre BONSU), l'Istréen d'origine Haïtienne rencontrera le 12 mai Franck Haroche.

Jimmy Colas évoque son prochain rendez-vous le mois prochain.
"Je me prépare pour le championnat de Fance qui aura lieu le 12 mai prochain dans ma ville Istres.
Après l'annulation du combat le 12 octobre 2011 contre Cédric VITU, j'ai rencontré BONSU en Belgique le 11 novembre où j'ai réalisé un très beau combat mais les juges en ont décidé autrement en accordant la victoire à mon adversaire.
Je me suis ensuite préparé pour combattre de nouveau contre VITU le 15 décembre. Ce combat a malheureusement été reporté au 28 Janvier puis encore reporté au 3 mars pour finalement ne pas avoir lieu.
Coté préparation, je n'ai pas changé mes habitudes. Mon frère James, mon entraineur soutenu par Manu Dolzanelli, mon entraîneur de Paris , ma préparation s'effectue sur Istres. Je suis également une préparation spécifique grâce à mes sparing partner's et notamment Matthieu Vanbaelinghem qui est une fausse garde et me donne les répliques.
Mon objectif est de devenir Champion de France dans ma ville devant mon public, pour mes enfants et ma famille.
Depuis 2007, avec l'arrivée de notre nouveau président Stéphane Tomas et son équipe, ainsi que James Colas en tant qu'entraîneur, et moi même en tant qu'entraîneur d'aèroboxe (110 adhérents), le club n'a cessé d'augmenter ses performances, notamment en terme de nombre d'adhérents mais aussi en terme de titres (champions de France, champions Régionaux)"
http://www.maritima.info/actualites/sports/martigues/2561/jimmy-colas-remonte-sur-le-ring-le-mois-prochain.html

United Nations Still Denies Its Troops Brought Cholera To Haiti

Picture this: soldiers from a foreign army are stationed near the headwaters of the Mississippi River. Sewage running from their base has long polluted the waterway, but the authorities never paid attention. One day, a new rotation of soldiers arrives, carrying a deadly bacteria never before seen in the United States. It enters the water. People get sick, then die. The infection spreads from St. Louis to Memphis to New Orleans, explodes along the Gulf Coast, and from there to every state in the union. Overwhelmed health responders watch in horror as family after family succumbs. Within a year, five percent of Americans have fallen seriously ill and thousands have died. The president tells a terrified and exhausted nation that it will cost more than the annual national budget to control the disease. Yet no court can hold the soldiers accountable for negligence, or even get them to acknowledge their role in causing the outbreak. “It doesn't matter,” an army spokesman says. Such a nightmare is happening right now in Haiti. Cholera erupted on the shores of the country's most important river in the fall of 2010, downstream from a base that housed U.N. soldiers from Nepal. The disease has sickened half a million people and killed at least 7,000. As health officials and bureaucrats bicker over the best response, the disease is surging again with the spring rains. Haitians are left struggling to deal with the unending epidemic, caused by the very soldiers dispatched to protect them.
A year and a half ago, that last sentence would have been incendiary. Most foreigners assumed that cholera was part of the impoverished country's landscape, a result of the squalid living conditions that many Haitians found themselves in after the country’s massive 2010 earthquake. Suggesting otherwise was seen as an exercise in reckless scapegoating. But as the Associated Press correspondent in Port-au-Prince, it quickly became clear to me that there was more to the story. For one thing, the outbreak had first been noticed outside of the quake zone in the country's rice-growing heartland. More startlingly, no one had ever before recorded an outbreak of cholera in Haiti. Our resulting investigation in late 2010, along with those of Harvard microbiologists, a French-led team of epidemiologists and others would uncover a mountain of evidence pointing to the U.N. base as the source of the outbreak. Today Bill Clinton, the U.N. Special Envoy to Haiti, can casually link the peacekeepers to the epidemic. A summary of the facts to date can sit comfortably as the lead story in Sunday's New York Times.
Demonstrators dance around a fake coffin with the UN initials on it during a
 protest against the United Nations, in Port-au-Prince, Haiti.
The U.N. Stabilization Mission in Haiti, or MINUSTAH,
 has steadfastly refused to accept the evidence of its negligence., Ramon Espinosa /
 AP Photo



But one key group still insists upon doubting the cholera’s source. The U.N. Stabilization Mission in Haiti, or MINUSTAH, has steadfastly refused to accept the evidence of its negligence. Aware of its nosediving popularity in Haiti eight years after it was installed, the U.N. has become increasingly defensive in the face of criticism there. The spokesman for United Nations Secretary-General Ban Ki-moon, Martin Nesirky, reiterated on Monday that “it was not possible to be conclusive about how cholera was introduced into Haiti … and, therefore, at this point, I don’t have any further comment.”
Nesirky ignores the overwhelming evidence implicating the U.N. soldiers: that the disease first appeared in the water next to their base, and that the bacterium was, in the words of a 2011 panel appointed under pressure by the U.N., a “perfect match” for cholera circulating 9,000 miles away in Nepal. But he is right that there will probably never be a smoking gun--a thermal video, one might imagine, of the index Vibrio cholerae microbe sloughing out of the base into the Artibonite River system. That is in large part because, as soon as the U.N. base was implicated, principal agencies including the U.N. World Health Organization and U.S. Centers for Disease Control and Prevention refused to investigate in the critical months when such evidence might have still been present. (Many major U.S. news outlets followed their lead, ignoring the story for weeks and then blasting the very idea of trying to pinpoint the epidemic's origin.)
The ever-clarifying picture of how cholera came to Haiti has clear implications for public health. A conversation about how to move troops and other large groups of people from one side of the world to the other without putting vulnerable populations at risk has already begun. The U.N. has quietly removed the Nepalese soldiers from their base, replaced by a Uruguayan contingent that dug a new path for the river farther away from its perimeter and stopped dumping its waste in overflowing pits across the street. It is also installing water treatment centers on 28 of its bases throughout Haiti, and taking measures to ensure water can no longer go out of U.N. camps, according to mission spokeswoman Sylvie Van Den Wildenberg.
But that alone is of little solace to the people still suffering cholera's wrath nearby. Many of the epidemic's first victims still live around the base in Meille, a collection of concrete, thatch and mud houses spread thin amongst the banana trees. Children splash around in the babbling river where the infection began, women washing and bathing on rocks in the sun. Jonas Fleury used to sell homemade liquor and food to the Nepalese soldiers. He was one of the first to be hospitalized, and his cousin was one of the first to die. “The U.N. polluted the river. I don't drink from it anymore,” he said, his eyes flashing with fury.
The U.N. Stabilization Mission in Haiti has steadfastly refused to accept the evidence of its negligence.
In another time and place, Fleury might have a responsive government, or a forum in which to demand accountability from the organization that ruined his neighborhood, killed his relatives and changed his way of life. But he does not. That leaves the question to others: What should happen when the people who respond to one set of crises are responsible for creating another? How do peacekeepers intend to promote the rule of law in a country where they are now widely seen as having acted with impunity? By trying to slam the door on inquiry about the origin of the epidemic, they took the debate out of the hands of health authorities and handed it many of Haiti's less savory political actors, who have gladly stoked a nation's anger for their own ends.
Meanwhile at least one group is pursuing redress by legal means. Following the lead of victims of negligence from Love Canal to BP's Deepwater Horizon, a team of lawyers has filed a petition for relief on behalf of 5,000 cholera victims. The action brought by the Institute for Justice and Democracy in Haiti, a longtime opponent of the peacekeepers, demands the U.N. pay reparations for “gross negligence, recklessness and deliberate indifference.” Their petition also calls for the U.N. to fund a national program for clean water, adequate sanitation and appropriate medical treatment. Some of those items are nice ideas to which the U.N. agencies have paid lip service, but they are currently under no obligation to implement any of them. Moreover, the U.N.'s forces are protected by a standard agreement shielding its troops from prosecution in the country where they are deployed. If the case proceeds, it could change the ways that soldiers and responders are moved, and conduct themselves, around the world. Such a goal would seem theoretical or even irrelevant to some. But not when it's your river.
Like The Daily Beast on Facebook and follow us on Twitter for updates all day long.
Jonathan M. Katz was the Associated Press correspondent in Haiti from 2007 to 2011. His forthcoming book about the earthquake and response, The Big Truck That Went By (Palgrave Macmillan), recently won the J. Anthony Lukas Work-in-Progress Award given by Columbia Journalism School and the Nieman Foundation for Journalism at Harvard.
For inquiries, please contact The Daily Beast ateditorial@thedailybeast.com.
http://www.thedailybeast.com/articles/2012/04/04/united-nations-still-denies-its-troops-brought-cholera-to-haiti.html

Haïti : hausse des cas de choléra avec l'arrivée des pluies

Le nombre de nouveaux cas de choléra en Haïti a augmenté avec l'arrivée de la saison des pluies, a annoncé mardi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU. Dans son bulletin mensuel, le bureau affirme que les nouveaux cas de choléra se sont principalement déclarés dans l'ouest et le nord du pays. Les autorités haïtiennes ont enregistré 77 nouveaux cas par jour dans le pays au début du mois de mars, qui marque le début de la saison des pluies.
Des équipes médicales ont été déployées pour tenter de freiner la propagation de la maladie, mais leurs efforts sont compliqués par un manque de coordination et l'absence de salaires pour payer les employés des centres de traitement du choléra gérés par les autorités haïtiennes, selon le bulletin de l'ONU.
Les opérations quotidiennes du gouvernement haïtien ont été majoritairement suspendues depuis la démission inattendue du premier ministre Garry Conille en février, à cause d'un conflit avec le président Michel Martelly. M. Martelly a nommé son ministre des Affaires étrangères, Laurent Lamothe, pour le remplacer, mais on ne sait pas quand le Parlement votera pour le confirmer dans son poste.
Les nouveaux cas de choléra surviennent après une diminution constante des cas depuis juin 2011, où l'on recensait des pointes de plus de 1000 nouveaux cas par jour. Selon l'organisation américaine Partners in Health, le nombre de cas est passé de 19 000 en avril 2011 à plus de 50 000 deux mois plus tard.
L'organisation veut introduire un vaccin contre le choléra en Haïti, mais la distribution du vaccin est suspendue le temps qu'un comité d'éthique se penche sur le programme.
L'épidémie de choléra en Haïti, considérée comme la plus importante du monde, a tué plus de 7000 personnes et en a infecté 530 000 autres, selon les autorités haïtiennes de la santé.
La maladie a probablement été introduite dans le pays par un contingent de Casques bleus originaires du Népal, où la maladie est très répandue, après le séisme dévastateur de janvier 2010.
Le choléra est causé par une bactérie présente dans l'eau et la nourriture contaminées. La maladie peut tuer une personne infectée en quelques heures, mais elle peut être traitée facilement si la personne se présente rapidement aux services de santé.
Associated Press
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/04/03/009-haiti-hausse-cholera-onu.shtml

Haïti - Choléra : le médecin marseillais avait raison sur la faute de l'Onu

Publié le mardi 03 avril 2012 à 11H00 Le professeur marseillais Renaud Piarroux, l'une des sommités mondiales en matière de choléra, avait raison avant tout le monde sur le drame haïtien.
Le professeur marseillais Renaud Piarroux, l'une des sommités mondiales en matière de choléra, avait raison avant tout le monde sur le drame haïtien. Ce sont bien les soldats népalais de l'Onu ou plutôt de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) qui sont à l'origine de la plus grave épidémie de choléra de l'histoire récente dans ce pays.
Plus de 7 000 Haïtiens en sont morts. Il l'avait établi dans un rapport commandité par l'ambassade de France et le gouvernement haïtien après une enquête de terrain en novembre 2010 dont La Provence s'était largement fait l'écho (notre édition du 15 décembre 2010). Une longue enquête de Deborah Sontag en Haïti, paru ce week-end dans le New York Times, qui reprend la chronologie des cas, vient encore lui donner raison, malgré les longues dénégations de l'Onu.

50 000 dollars par mort
"Le dossier reprend nos données cartographiques qui montrent que les cas de choléra ont explosé en quelques heures en aval du camp de l'Onu dont les latrines se déversaient directement dans la Meye, notamment à Mirebalais où les habitaients s'approvisionnaient, détaille Renaud Piarroux.
Puis il y a eu des déversements massifs d'excréments infectés par une citerne de l'Onu dans l'Artibonite, une autre rivière. Les investigations montrent aussi que des chercheurs américains et danois ont établi que le vibrion, le bacille qui s'est propagé dans la rivière est bien d'origine népalaise."
L'article montre que la politique de l'autruche de l'Onu, niant ses responsabilités, a amplifié les dégâts commis. Il y a eu du temps perdu, une perte de confiance des habitants à propos des campagnes sur les gestes sanitaires à faire pour se protéger du choléra, des conflits sur les méthodes à appliquer. Alors que dans le contexte d'une reconstruction qui "rame", les conditions sanitaires et l'accès à une eau saine sont toujours très difficiles en Haïti.
Les autorités de l'Onu ont attendu que les soldats népalais, contre lesquels la colère de la population montaient, quittent le pays pour rendre public un rapport interne en mai 2011 qui disait "l'épidémie n'avait pas été causée par une action délibérée d'un groupe ou un individu" et rejetait la cause du déversement de matières fécales. Tout cela est battu en brèche, y compris par des experts travaillant pour l'Onu qui s'expriment dans le New York Times.
"Il se pourrait bien que je retourne en Haïti pour observer l'évolution de l'épidémie", reprend Renaud Piarroux. Une revanche amère pour lui qui était persona non grata après ses révélations sur l'Onu. En attendant, les Nations unies vont devoir affronter une "action de groupe". Environ 5 000 personnes qui ont perdu un membre de leur famille à cause du choléra ont lancé une procédure contre elles, en demandant 50 000 dollars par proche perdu.
Philippe LARUE
http://www.laprovence.com/article/sante/haiti-cholera-le-medecin-marseillais-avait-raison-sur-la-faute-de-lonu

DECLARATIONS FANTAISISTES DU GOUVERNEMENT HAITIEN

P-au-P, 3 avril 2012 [AlterPresse] --- La journaliste dominicaine Nuria Piera, qui a dévoilé ce week-end un scandale de corruption éclaboussant le président haïtien Michel Martelly et l’ancienne candidate à la présidence Mirlande Manigat, juge fantaisistes les réactions officielles haïtiennes au sujet de son travail d’investigation, apprend AlterPresse.

Nuria Piera, considérée comme une référence d’honneur, d’ethique et de repsonsabilité dans le journalisme en République Dominicaine, est intervenue lundi soir 2 avril en direct sur Telenoticias, une chaine de télévision en République Dominicaine.
« Je pense que c’est une fantaisie…précisément le communiqué de presse du gouvernement haïtien est une fantaisie », déclare Nuria Piera.
Dans son programme télévisé la journaliste a révélé que Martelly aurait reçu directement ou indirectement du sénateur dominicain Félix Bautista, propriétaire de plusieurs entreprises, et proche du président dominicain Leonel Fernandez, un total de plus de 2, 5 millions de dollars US.

Les transactions auraient commencé lors de la campagne électorale présidentielle de 2010 et se seraient poursuivies après l’investiture de Martelly le 14 mai.

L’ancienne candidate Mirlande Manigat, malheureuse à ces élections, aurait reçu 250.000 dollars. Mais Mirlande Manigat s’est dit indignée d’apprendre les révélations de Piera et a affirmé son « intégrité ». Elle a toutefois indiqué ne pas pouvoir répondre des autres membres de son équipe de campagne.

La présidence a pour sa part balayé d’un revers de main ces révélations qu’elle met sur le compte d’ « une vaste campagne d’intoxication de l’opinion publique visant à salir l’image » du chef de l’Etat.

« C’est naturel que le gouvernement haïtien dise non, je ne pouvais espérer le contraire », fait savoir Nuria Piera. La journaliste rappelle que dans l’affaire du Watergate, les autorités ont aussi passé beaucoup de temps à démentir les résultats de l’enquête menée par Bob Woodward et Carl Bernstein, ensuite par le senat américain.

Nuria Piera, lors de son intervention, signale qu’il n’y a jusqu’ici que des paroles du côté des concernés alors que ce qu’elle a fait est « un travail d’investigation, sur ce qui s’est passé dans le pays (République Dominicaine) et qui a eu des répercussions en Haïti parce que le président haïtien est impliqué de manière lamentable ».
Piera dit juger particulièrement incompréhensible le fait que Michel Martelly ait continué de recevoir de l’argent après son accession à la présidence d’Haïti. Autrement, explique t-elle, ce ne serait qu’une simple affaire où un politicien dominicain, Felix Bautista, apporte son soutien à un homologue haïtien.
La journaliste dominicaine met également en avant comme élément étrange le fait que Bautista ait bénéficié de plusieurs millions de dollars sous couvert de contrats dans le cadre de la reconstruction d’Haiti.
Sur 500 millions de dollars de contrats, Bautista à travers ses entreprises a reçu 338 millions, dévoile l’enquête.
Cette affaire de corruption éclabousse également l’ancien premier ministre Jean Max Bellerive qui a paraphé ces contrats. Bellerive a lui aussi démenti avoir reçu des pots de vin de la part d’hommes d’affaires ou politiciens dominicains. [kft gp apr 3/04/2012 14 :30]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12643

Haïti-Premier Ministre : Report de la séance de ratification de Laurent Lamothe

P-au-P, 3 avril 2012 [AlterPresse] --- La présentation du rapport sur le dossier du premier ministre désigné, Laurent Salvador Lamothe, est prévue pour le mardi 10 avril 2012 (après la période pascale), indique le président du sénat, Dieuseul Simon Desras, joint par AlterPresse au téléphone.
Attendu ce mardi 3 avril, « ce rapport sera présenté de préférence le mardi 10 avril prochain. Les membres de la commission spéciale sénatoriale n’ont pas pu respecter le délai imparti, à savoir les 15 jours ouvrables », souligne Desras.
AlterPresse a essayé en vain d’obtenir des explications sur ce retard auprès des différents sénateurs membres de la commission spéciale.
Le premier ministre désigné, ministre démissionnaire des affaires étrangères et des cultes, Laurent Lamothe, a soumis, le vendredi 16 mars 2012, un certificat de nationalité (haïtienne) parmi 58 autres documents.
Lamothe a déposé également un document, selon lequel il a résidé en Haïti durant les cinq dernières années.
Bien qu’il soit sous enquête au sénat, autour de son éventuelle nationalité étrangère - bannie de la Constitution pour un fonctionnaire de son rang -, plusieurs sénateurs ont manifesté leur détermination à lui accorder un vote de confiance.
Homme d’affaires de 39 ans, Laurent Lamothe pourrait ainsi devenir le plus jeune premier ministre de l’histoire d’Haïti.
Avant le premier ministre Garry Conille qui a démissionné le 24 février 2012, le président Michel Martelly a essuyé deux échecs dans la désignation d’un chef de gouvernement.
Daniel Gérard Rouzier et Bernard Honorat Gousse ont été successivement rejetés par la chambre des députés le 21 juin 2011 et le sénat le 2 août 2011. [jep kft rc apr 03/04/2012 14:19]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12644

Haïti-Saison pluvieuse : L’affreuse idylle entre Tabarre et inondations… les complices

mardi 3 avril 2012 Par Edner Fils Décime
P-au-P, 3 avril 2012 [AlterPresse] --- Les inondations enregistrées, lors des dernières averses de mars 2012, dans la commune de Tabarre (au nord-est de la capitale), sont dues à la multiplication des constructions anarchiques et à l’absence d’un plan d’aménagement de la zone métropolitaine de Port-au-Prince
C’est l’explication fournie à AlterPresse par le maire principal de Tabarre, Frantz Théodat.
Les boulevards 15 octobre et Toussaint Louverture, Carrefour Clercine, la zone près de la base logistique de la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), le camp de personnes déplacées à Terre–Roche, la zone de Tabarre 27 (vers Croix-des-Bouquets) entre autres, ont été très touchés par les récentes inondations.

Ambassade des États-Unis d’Amérique, base de la Minustah : coupables ?
Les averses, enregistrées à Tabarre le 30 mars 2012, ont, une fois de plus, mis à nu la vulnérabilité de cette commune aux intempéries.
Une image effarante mais courante, celle de la ruelle de l’église (Tabarre 27) où les habitations ont été inondées par des eaux atteignant jusqu’à 1 mètre.
Pour évacuer l’eau, les résidentes et résidents sont obligés de cotiser pour acheter une pompe à eau électrique et du carburant servant à son fonctionnement.
« Je dois marcher [20 mètres] dans cette eau boueuse et sale jusqu’aux genoux, avec un pantalon de rechange en main, pour pouvoir sortir de chez moi et accéder à la rue. Ça dure depuis une semaine », explique un homme se rendant à son travail, chaussé de bottes en caoutchouc.
« J’habite ici [ruelle de l’église] depuis 2003. On n’avait jamais eu une situation pareille avant la construction de l’ambassade américaine. L’ambassade américaine et la base de la Minustah ont détourné le cours des eaux pour les déverser sur nous », lâche un autre homme avec une pointe de fureur.
La malaria et d’autres maladies infectieuses sont devenus le lot des enfants et des femmes avec les inondations, selon les témoignages des riveraines et riverains.
Il ne s’agit pas de pointer l’ambassade étasunienne uniquement, il faut aussi tenir compte de « la multiplication des constructions sur les terres qui, dans le temps, absorbaient l’eau de pluie et les eaux débordant des canaux d’irrigation qui, eux-mêmes, n’ont pas été curés », considère le maire Théodat.
« J’ai constaté que même le consulat de l’ambassade américaine est touché par ces eaux également », poursuit Théodat.
L’ambassade des États-Unis d’Amérique a emménagé à Tabarre en 2008.
Dans la foulée, plusieurs entreprises commerciales se sont établies dans ce périmètre. C’est aussi le cas de maisons résidentielles.
Tabarre a été aussi« la commune d’accueil » de bons nombres de personnes sinistrées du séisme ravageur du 12 janvier 2010.

Les solutions sont là…
Les eaux, qui se déchainent sur Tabarre, « proviennent de Pétionville et de Pernier (à l’est de la capitale), là où les eaux n’ont pas été réglées en amont. Comme Tabarre est une zone plate, elle reçoit un gros volume d’eau », signale Théodat.
Contrairement aux communes de Port-au-Prince et de Delmas, celle de « Tabarre n’a pas encore eu de système de drainage », soutient Théodat, pour qui sa commune est en « expansion certes, mais handicapée à causse de cette question de drainage ».
Sur « l’insistance de la mairie, d’hommes d’affaires, de membres de la Minustah et de l’ambassade américaine », une étude a été menée par le ministère des travaux publics, transports et communications (Mtptc) sur le drainage.
Pour remédier à cette situation, il faut canaliser les eaux vers la rivière Grise, située à environ 1 kilomètre de la zone de Tabarre 27, selon les résultats des recherches.
Jusqu’à date (avril 2012), les solutions offertes par les recherches n’ont pas été concrétisées, déplore la municipalité de Tabarre qui fait ressortir un problème de financement.
« Les travaux coûteront excessivement cher, soit près de 10 millions de dollars américains [US $ 1.00 = 42.00 gourdes ; 1 euro = 61.00 gourdes aujourd’hui], d’après les suggestions tirées de ces études », explique Théodat, soutenant tout de même que ce serait l’une des meilleures solutions pour « protéger les communautés et [le secteur] des affaires [à Tabarre] ».
La municipalité de Tabarre plaide pour une « approche globale du problème de Tabarre » qui ne saurait « être résolu seulement au niveau communal ».
Aussi, faut-il « définir les problèmes d’aménagement de la zone métropolitaine en général » dans le cadre d’un plan de drainage global des différentes communes.
A ce niveau, pourront s’impliquer le ministère de la planification et de la coopération externe (Mpce), le Mtptc, le ministère de l’intérieur, des collectivités territoriales et de la défense nationale (Mictdn) ainsi que les mairies dans la zone métropolitaine de la capitale Port-au-Prince.
Le dernier bilan des intempéries de mars 2012, établi par la protection civile pour le département de l’Ouest, fait état de 6 morts dans un éboulement de terrain (enregistré dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 mars 2012) à Morne Calvaire. [efd kft rc apr 03/04/2012 8:44]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12639

Un vieux goémonier récupéré pour Haïti

Mylène est une ancienne gabare de l'Iroise, un bateau de charge de 16 mètres qui a transporté des matériaux avant d'être transformé en goémonier. Construit en bois, il est équipé d'un moteur en bon état. Ses deux propriétaires, Jean-François Pennec et Ernest Cariou, ont décidé d'en faire don pour aider Haïti. La semaine dernière, Jean-Pierre Coïc, président de Solidarité-Pêche est allé signer l'acte de vente avec l'écrivain Jean-Claude Fignolé, maire de la commune des Abricots, et président de l'association des maires de la Grand'Anse à Haïti.
« Jean-Claude Fignolé s'occupe des formalités pour passer le bateau sous pavillon haïtien, et demander une place au port de Concarneau, explique Jean-Pierre Coïc.Quand ce sera réglé, nous irons le chercher. Il n'y a pas grand-chose à faire dessus. On installera un gréement, il faudra mettre un panneau de cale parce que c'est un bateau ouvert. » Jean-Claude Fignolé va également engager des démarches pour faire venir à Concarneau deux ou trois marins haïtiens pour quelques mois. « Ils travailleront sur le bateau et feront la traversée du retour, ce qui permettra de les former à la navigation. »

Départ en janvier 2013
Ces marins pourront également travailler sur Rêve de Mousse, le fileyeur qui se trouve actuellement au quai d'Aiguillon. Quatre bénévoles, dont deux mécaniciens, ont commencé à démonter le moteur, qui est à refaire. Les culasses sont en cours de réparation au lycée maritime d'Étel. « Nous allons avoir besoin de sponsors pour remettre en état le moteur, » explique Jean-Pierre Coïc.
Si tout marche comme prévu, les marins haïtiens pourraient arriver en septembre à Concarneau et se mettre au travail. Les bateaux, Mylène et Rêve de Mousseprendraient la mer pour Haïti en janvier 2013. Le projet est de faire de Rêve de Mousse un bateau dispensaire, équipé d'un cabinet dentaire. « Nous sommes en contact avec un couple de dentistes de Paris qui part en retraite. Il nous donne son matériel et accepte d'effectuer des missions à bord. Il y a un gros besoin de dentistes à Haïti. »

Projet d'école maritime
Le goémonier Mylène sera géré par l'association des maires de Grand'Anse, qui l'utiliseront comme bateau de transport. Il existe aussi un projet pour créer une école de formation maritime à Grand'Anse, en partenariat avec le lycée maritime d'Étel.Mylène servira à former les élèves à la navigation.
Les autres bateaux envoyés par Solidarité-Pêche ces dernières années, notamment le Mercenaire et le Breizh da Viken, continuent leur travail d'assistance à la flottille de pêche haïtienne. Le Val d'Orge est moins utilisé pour l'instant, les marins haïtiens n'étant pas à l'aise avec un bateau de cette taille. « Il faut que quelqu'un aille les former pour utiliser les engins qui sont à bord, comme le vire-casiers et le sondeur. » Le départ des deux autres bateaux en janvier permettra d'envoyer quelqu'un pour les aider à prendre en main le Val d'Orge.
Jean-Luc COCHENNEC
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Un-vieux-goemonier-recupere-pour-Haiti-_-2062216------29039-aud_actu.Htm

Haïti-Agriculture : Inauguration d’infrastructures agricoles à Ennery

mardi 3 avril 2012 Correspondance Mergenat Exalus
Gonaïves, 3 avril 2012 [AlterPresse] --- Des autorités haïtiennes, dont le secrétaire d’Etat à la production végétale, l’ingénieur agronome Frisner Dorsaint, ont inauguré plusieurs projets à Ennery (nord) dans le cadre d’un programme visant à intensifier l’agriculture dans certaines communes et sections rurales du département de l’Artibonite, a constaté AlterPresse.
L’inauguration a eu lieu le week-end écoulé en présence du représentant de la Banque interaméricaine de développement (Bid) en Haïti Gilles Damer, d’une importante délégation composée des responsables de l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de la direction départementale du ministère de l’agriculture dans l’Artibonite.
Il s’agit des travaux de réhabilitation du périmètre irrigué (Ppi) de Martino Marmelade situé dans le bassin supérieur de la rivière d’Ennery, la construction de 400 citernes et de 24 micros retenus situés dans le bassin versant Ennery Quinte.
Selon le coordonnateur du Conseil d’administration de la section communale (Casec) de la rivière d’Ennery, Saintave Jean, le périmètre irrigué permettra l’arrosage d’une superficie de 150 hectares. Ce Ppi occupe intégralement la 4 ème section communale de Savane Carrée sur une longueur de 6,5 kilomètres avec 165 vannes d’alimentation.
Jean espère que ces travaux mettront fin au calvaire des agriculteurs de la zone qui avaient du mal à trouver de l‘eau pour arroser leurs champs.
Le périmètre irrigué de Martino Marmelade existe depuis des dizaines d’années, selon les autorités, indiquant qu’il a été détruit par les tempêtes de 2008 qui ont ravagé plusieurs zones de l’Artibonite.
Les bénéficiaires (les planteurs) auront à contribuer, à chaque récolte, à un fonds qui servira à l’entretien du périmètre irrigué. Les responsables n’ont pas précisé le montant de la contribution.
Dans son allocution, le secrétaire d’Etat à la production végétale, Frisner Dorsaint a signalé que la réhabilitation de ce périmètre irrigué a obtenu un financement de la Bid à hauteur de 12 millions de gourdes.
Dorsaint a ajouté que l’Etat prendra des mesures pour accompagner les planteurs en mettant à leur disposition des moyens techniques et des intrants agricoles.
Le secrétaire d’Etat a aussi souligné l’importance de ces travaux notamment les micros retenus collinaires réalisés en amont dans les bassins versants pour diminuer l’intensité de l’eau qui menace la ville des Gonaïves en aval.
De son côté, le représentant de la Banque interaméricaine de développement, Gilles Damer, s’est réjoui de la réalisation de ces projets, dont la visée est d’augmenter la production agricole des paysans planteurs de la Savane Carrée.
Damer en a profité pour annoncer d’autres activités d’infrastructures agricoles qui seront financées dans la région d’Ennery et dans la vallée de l’Artibonite dans le cadre d’un protocole d’accord signé avec l’Etat haïtien. [me apr 2/04/2012 11 :32]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article12633

Collecte pour Haïti : 25 000$ pour les enfants

ALEXANDRA VÉZINA Suite au tremblement de terre qui a dévasté Haïti en janvier 2010, une importante collecte de fonds avait été mise en branle sur le territoire de la MRC d’Antoine-Labelle. Les 25 000$ amassés ont enfin trouvé leur destinée, des enfants de Croix-des-Bousquets en bénéficieront.
La Ville de Mont-Laurier, qui a chapeauté la levée de fonds, s’est associée à la Fondation Jacqueline Lessard en vue d‘offrir une meilleure qualité de vie à près de 400 enfants d’une ville de plus de 200 000 habitants, située au nord est de Port-au-Prince. Ainsi, la somme résultant de la générosité des gens de la région sera utilisée pour finaliser la construction d’un orphelinat, d’une école et d’une salle commune qui permettront à 80 orphelins d’avoir un toit et de l’eau potable, en plus de faciliter l’accès à l’éducation à quelque 400 enfants de l’agglomération.
« L’orphelinat et l’école sont construits sur une terre de manguiers. C’est un lieu paisible, un milieu de vie agréable pour ces enfants. On fait le pari d’investir dans la jeunesse, puisque c’est par l’éducation qu’Haïti va ressortir de sa problématique », de mentionner Mylène Béliveau, de la Fondation Jacqueline Lessard. Originaire du Saguenay, cette dernière œuvre au bien-être des jeunes Haïtiens depuis de nombreuses années, cependant la fondation a été créée suite au séisme qui a tué plus de 200 000 personnes.

Petits gestes, grandes actions
Rappelons qu’en janvier 2010, la Ville de Mont-Laurier, en partenariat avec la MRC d’Antoine-Labelle et Sylvain Pagé, député de Labelle, avaient orchestré une levée de fonds pour Haïti. Il aura fallu deux ans avant que le comité organisateur de la collecte définisse la cible exacte des fonds amassés. « Les choses se passent assez lentement dans la reconstruction d’Haïti. Au départ, nous voyions très grand, nous avions fixé l’objectif à 100 000$ », précise Michel Adrien, maire de Mont-Laurier. Avec un montant total de 25 000$, le comité a préféré s’associer à un organisme déjà sur le terrain.
http://lechodelalievre.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=233011&id=804&classif=Nouvelles