POUR VOS RECHERCHES

Google

mercredi 5 septembre 2012

Haïti–Développement : Kadef/Belladère souhaite la mise en place d’infrastructures durables sur tous les points frontaliers

Correspondance Shella Chauvette Belladère, 05 sept. 2012 [AlterPresse] --- Créer un environnement économique stable et propice, pouvant attirer des investisseurs dans les zones frontalières, et améliorer la situation des habitantes et habitants s’avèrent nécessaires pour donner une autre image d’Haïti, souligne le comité d’action pour le développement frontalier (Kadef) lors d’échanges multisectoriels, tenus le samedi 1e septembre 2012 à Belladère et auxquels a assisté l’agence en ligne AlterPresse. Kadef entend attirer l’attention des autorités étatiques sur les problèmes d’infrastructures, existant à différents points de la frontière haïtiano-dominicaine, notamment à Belladere (frontière commune avec Commendador / Elias Pina), Ouanaminthe (Dajabon / République Dominicaine), Fond Parisien (Malpaso / Jimani, Anse-à-Pitre (Pedernales). Rendre les frontières plus accessibles, faire venir des investisseurs afin de les développer et les réhabiliter demeure la préoccupation du comité, qui souhaite la création d’emplois dans une perspective de changer les conditions de vie des habitantes et habitants. « Pendant que pour la plupart des zones, la pêche et la mer tiennent une place prépondérante dans leurs sources de revenus, il est plutôt question de frontière à Belladère », déclare la secrétaire de Kadef, Yvonne Monclaire. Les échanges multisectoriels du 1er septembre 2012 à Belladère avaient pour objectif, non seulement d’analyser les problèmes enregistrés sur la frontière, mais aussi de clôturer un ensemble d’activités réalisées par l’organisation locale Kadef dans différentes sections communales, notamment à Quartier Baptiste, en août 2012. Il s’agissait aussi de définir un plan de développement pour les sections, comme Dos-Palais. Avec la collaboration de différents organismes des zones frontalières, les initiateurs de la rencontre préconisent une meilleure prise en charge des réalités dans les frontières, par un corps de police spécialisé et bien équipé, capable de faire respecter les droits des concitoyennes et concitoyens. Faisant un état des lieux des zones frontalières, le représentant de l’institut (étasunien) pour la démocratie (Ndi), Jude Jeudy, exhorte les communautés frontalières à prendre des initiatives en vue de contribuer à identifier les problèmes et les besoins existants. « Il faut être plus obtimiste, plus pragmatique, rationnel et avoir d’autres stratégies, si on ne veut pas que ces initiatives échouent », pense t-il. Quand les Haïtiennes et les Haïtiens traversent la frontière, des soldats dominicains les empêchent de rentrer en les bousculant, constate Jeudy, qui suggère une présence policière constante pour maintenir l’ordre et la discipline sur la frontière. De son coté, Jean Phèdre Delva, un autre membre de Kadef, critique l’irresponsabilité de l’Etat qui ne fait rien pour favoriser la construction, sur un carreau de terre (déjà) disponible, d’un complexe éducatif et culturel (bibliothèque, espace Internet, centre de loisirs, etc.) pour l’épanouissement des jeunes à Belladère. « Les organisations sociales en République Dominicaine semblent mieux organisées que celles en’Haïti », signale Delva, qui plaide pour un appui des organisations sociales haïtiennes dans la mise en œuvre des projets durables avec les organisations établies en divers points frontaliers sur le territoire national. Déroulée au local du groupe d’appui aux rapatriés et réfugiés (Garr), la rencontre multisectorielle du 1er septembre 2012 à Belladère a réuni une quarantaine de représentantes et représentants de divers organisations, comme le Kadef, le Garr ainsi que d’organisations de femmes, et des délégués du quartier Baptiste et des trois sections communales (Renth-Maté, Riyaibe, Roy-Sec) de Belladère. [sc emb rc apr 05/09/2012 1:12] http://www.alterpresse.org/spip.php?article13359

L'UE intensifie son aide à Haïti frappée par une tempête tropicale

L'Union européenne (UE) intensifie ses efforts d'assistance en Haïti pour venir en aide aux personnes les plus touchées par la tempête tropicale Isaac et renforcer leur capacité de résistance aux tempêtes à venir, a déclaré lundi la Commission européenne dans un communiqué. L'exécutif de l'UE a annoncé une nouvelle enveloppe de 3 millions d'euros destinée à fournir des kits de purification d'eau, des bâches en plastique, des abris temporaires et des équipements d'urgence aux sinistrés haïtiens, a indiqué le communiqué, précisant qu'une attention particulière serait accordée à la fourniture d'eau potable et d'infrastructures d'assainissement adéquates pour éviter les épidémies de choléra. "Notre aide vise à atteindre plus de 20.000 familles touchées par Isaac en Haïti. L'évaluation de nos experts après la tempête révèle une situation très préoccupante, en particulier dans les zones rurales précédemment touchées par une sécheresse", a déclaré la commissaire européenne chargée de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réponse aux crises, Kristalina Georgieva, citée dans le communiqué. Les chiffres préliminaires montrent que 100.000 personnes ont été affectées par les fortes pluies et les ventes violents provoqués par le cyclone tropical Isaac qui a frappé Haïti au cours de la nuit du 24 août. La tempête a engendré des risques particulièrement élevés pour ce pays pauvre où, deux ans et demi après le séisme de magnitude 7, 0, environ 400.000 personnes continuent à vivre dans des camps et sont vulnérables aux fortes pluies, aux inondations et aux coulées de boue. Suite au passage de la tempête Isaac en Haïti, les experts d'ECHO, Service humanitaire et de Protection civile de la Commission européenne, participent activement à l'évaluation des dégâts en vue d'une réponse immédiate de l'UE à la situation d'après-tempête. Depuis 2011, la Commission européenne et ses partenaires contribuent à hauteur de 9,6 millions d'euros à la préparation des populations vulnérables haïtiennes pour les saisons cycloniques, à travers sa Direction générale d'Aide Humanitaire et Protection Civile. La préparation à la tempête aura sauvé beaucoup de vies, et confirme que les fonds humanitaires de l'UE s'élevant à plus de 184 millions d'euros depuis 2009, revêtent une importance vitale pour la population d'Haïti. http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/7936301.html

Le judoka Mathieu Gouth revient de Haïti

Saint-Marcel le 05/09/2012 par Jean-Jacques Vadot (CLP) Mathieu Gouth, licencié au club de judo de Saint-Marcel, est de retour après avoir mené à bien un projet de reconstitution d’une école de judo en Haïti. Le rêve est réalisé.
Suite aux événements tragiques survenus en 2010 en Haïti, de nombreux clubs de judo ont été détruits. Un groupe de judokas bourguignons, notamment les jeunes ceintures noires, se sont donné pour mission d’aider à la reconstitution d’une école de judo en Haïti. Ce projet de solidarité qui véhicule les valeurs fondamentales du judo (entraide et prospérité mutuelle) a été monté par la Ligue de Bourgogne de judo et les jeunes judokas. Une expérience unique L’originalité de ce projet a abouti au départ de trois jeunes Bourguignons pour Haïti dont Mathieu Gouth, licencié au club de Saint-Marcel, club cher à son président Gabriel Guéry. C’est avec certes beaucoup de fatigue mais avec le sourire aux lèvres que les JCNB sont rentrés en France, satisfaits de leur aventure. « C’est une expérience unique, forte en émotions qui nous restera gravée en mémoire et nous aidera aujourd’hui à davantage relativiser. Parfois frustrés, il a fallu que l’on s’arme de patience pour accomplir nos missions et même plus que ce qui a été initialement prévu. Cela a été un dur combat mené contre les procédures administratives haïtiennes notamment pour récupérer le container et le matériel récolté », avise Mathieu Gouth. « Merci à tous les judokas, à nos proches, à nos partenaires, à tous ceux qui se sont impliqués dans ce projet de solidarité sans qui il n’aurait pu être mené à son terme. » Près de 150 jeunes Haïtiens (9-15ans), non pratiquants, ont été initiés au judo. Environ 120 judokas pratiquants ont bénéficié d’un stage de judo. 40 professeurs et futurs professeurs ont bénéficié d’un stage de formation, etc. Les JNCB ont participé également à la reconstitution d’un club de judo et fourni du matériel, des manuels scolaires, des livres pour reconstituer une bibliothèque, etc. http://www.lejsl.com/edition-de-chalon/2012/09/05/le-judoka-mathieu-gouth-revient-de-haiti

Haïti –Culture : Plus de 20 millions de gourdes de profits pour l’État, issus du carnaval des fleurs 2012

P-au-P, 4 sept. 2012 [AlterPresse] --- La tenue, les dimanche 29, lundi 30 et mardi 31 juillet 2012 à Port-au-Prince du carnaval des fleurs (une pratique empruntée à la dictature des Duvalier (François et Jean=Claude Duvalier, 22 septembre 1957 – 7 février 1986) aurait rapporté plus de 20 millions de gourdes (US $ 1.00 = 43.00 gourdes ; 1 euro = 58.00 gourdes aujourd’hui) à l’État haïtien, selon les informations parvenues à l’agence en ligne AlterPresse. Le trésor public a pu induire cette somme bénéfique (d’environ 300 mille dollars américains) de la location de stands et d’espaces publicitaires, informent le ministère de la culture et le comité d’organisation des festivités, lors d’une rencontre avec la presse le 3 septembre au centre de la capitale. A l’occasion de ce carnaval des fleurs 2012, le gouvernement du premier ministre Laurent Salvador Lamothe a décaissé un montant de 65 millions de gourdes, dont une partie a financé le paiement des dettes encourues pour le carnaval dit décentralisé, déroulé aux Cayes (Sud) les dimanche 19, lundi 20 et mardi 21 février 2012. L’administration politique du président Joseph Michel Martelly et du premier ministre Lamothe prévoit d’organiser un carnaval d’animateurs dj - qui sélectionnent et diffusent de la musique à l’intention de public varié (ceux plus connus sous le nom de “disc jockeys”) - à la date du dimanche 23 septembre 2012 et un concours de musique populaire appelée “troubadour” avant la fin de l’année. [srh rc apr 04/09/2012 11:39] http://www.alterpresse.org/spip.php?article13356

Haïti-Football : 14 expatriés appelés à la rescousse pour les éliminatoires de la Coupe Caraïbes après trois matches-tests négatifs

P-au-P, 04 sept. 2012 [AlterPresse] --- Quatorize (14) des joueurs expatriés d’Haïti, évoluant dans des compétitions de football en Amérique et en Europe, sont appelés en renfort pour compléter l’effectif de la sélection nationale senior, dans le cadre des éliminatoires de la coupe Caraïbes des nations de football (10e édition), apprend l’agence en ligne AlterPresse. Haïti, Porto Rico, Saint-Martin et Bermudes s’affronteront au premier tour du tournoi des Caraïbes, qui se tient du vendredi 7 au mardi 11 septembre 2012 au stade Sylvio Cator de la capitale Port-au-Prince. [1] Les trois dernières prestations de la sélection senior de football se sont terminés, en août 2012, sur des scores décevants (2 victoires étriquées et une défaite) face à 2 clubs de première division nationale en Haïti. Face au Don Bosco de Pétionville, la sélection nationale de football l’a emporté sur le score d’1 but à zéro. Puis, elle a gagné 1-0, puis baissé pavillon 1-2 face au football interclub association (Fica) du Cap-Haïtien. Seulement 3 joueurs expatriés évoluent en Amérique : Jean Marc Alexandre (San Jose Earthquakes/USA), et Peterson Joseph (Kansas City/USA) dans la Major Soccer League (MLS) des États-Unis d’Amérique, puis Judlin Aveska (Independiente /Argentine). Les 10 autres joueurs, convoqués par le sélectionneur cubain Israël Blake Cantero, prêtent leurs services comme footballeurs en Europe. Il s’agit de : Johnny Placide (Havre/France), Jean-Jacques Pierre (Caen/France), Kévin Pierre Lafrance (FK Viktoria Zizkov/République tchèque), Réginald Goreux (Standard de Liège /Belgique), Kim Jaggy (FC Wil/Suisse), James Jean-François (Le Mans FC /France), Frantz Bertin (Alki Larnaca/Chypre), Jean Sony Alcénat (SC FC Petrolul Ploiesti/Roumanie), Jeff Louis (AS Nancy/France), Kervens Fils Belfort (Le Mans/France) et Jean Eudes Maurice (PSG/France). 2 joueurs locaux (D1 Haïti), Hérold Charles Junior et Wild Donald Guerrier sont exclus de la sélection nationale pour cause d’abandon lors des récentes compétitions sportives nationales. [jep rc apr 04/09/2012 17:21] [1] Le calendrier prévu est le suivant : Vendredi 7 septembre 2012, Porto Rico vs Bermudes (5:00 pm = 21:00 gmt) et Haïti vs Saint-Martin (7:00 pm locales) ; Dimanche 9 septembre 2012, Porto Rico vs Saint-Martin et Haïti vs Bermudes ; Mardi 11 septembre 2012, Saint-Martin vs Bermudes (5:00 pm locales) et Haïti vs Porto Rico (7:00 pm locales). http://www.alterpresse.org/spip.php?article13357

Haïti/sud-est/Côtes –de- Fer: inondée, et menacée de choléra, de malaria, et de diarrhée.

Hier à 19h15 | Par BZ La commune de Côtes-de-Fer s’éteint à petit feu, une extinction due à divers problèmes, calamités que vivent au quotidien sa population. Du 29 au 31 Août dernier une inondation a mis à genou la ville des Côtes de Fer. Quelques heures de pluie qui a mis en crue les ravines sèches des localités Laplaine et Abri. L’eau venue d’Abri zone surplombant le cimetière communal a lessivé celui-ci et s’est mise avec l’eau venue de Laplaine pour inonder d’une eau boueuse épaisse et nauséabonde la ville entière. Quatre vingt dix neuf pour cent des maisons du centre ville de Côtes de Fer sont inondées par cette boue blanchâtre. La population de Côtes-de –Fer est ‘’décapitalisée’’, livrée à lui-même, elle a tout perdu, seulement quelques organisations humanitaires comme la Croix Rouge, Handicape international l’accompagnent depuis ce jour. Samedi premier septembre dernier bonzouti.com présent à Côtes -de- Fer a constaté le sénateur de la République, élu du sud-est Edwin Zenny distribuant quelques enveloppes contenant un peu d’argent à quelques citoyens de Côtes-de-Fer, pendant que le délégué départemental du sud-est, Pierre Michel Lafontant effectuait une visite d’évaluation. ‘’Notre système d’addiction en eau est complètement détruit donc l’accès à l’eau nous devient très difficile. Nous étions obligés de nous rendre à Aquin dans le département du Sud pour acheter de l’eau potable. Cependant Handicap International vient de mettre en place un blader de 10,000 Litres pour que les gens puissent s’approvisionner en eau potable. La DINEPA a également envoyé un camion d’eau’’ a expliqué un citoyen de la cité. Celui-ci a aussi avancé que ‘’des gens continuent à s’approvisionner dans une source appelée ‘’sous dèyè Pansyon’’ à cause d’une pension religieuse située en amont, malheureusement la latrine de cet établissement religieux se trouve directement sur la source polluant ainsi l’eau’’. La population de Côtes de Fer a faim. Bonzouti.com a eu la chance de discuter avec des représentants communaux d’ONG œuvrant dans la zone, ceux-ci craignent une famine sévère dans les jours à venir. La population de Côtes de –Fer est constituée en majorité de deux groupes de gens les vieillards et les très jeunes, les deux groupes les plus vulnérables, les jeunes laissent tous leur berceau pour la capitale, l’étranger, la ville des Cayes ou Jacmel donc il est urgent pour le gouvernement Lamothe d’intervenir à Côtes-de-Fer. Une distribution urgente de produits alimentaires et de kits d’hygiène s’impose. Notons que 44 milles citoyens vivent à Côtes de Fer mais 600 familles seulement peuplent le centre ville. La pèche est la principale activité économique de cette zone, qui a un centre de sante, un tribunal de paix. Source:Bonzouti.com Tags: Haïti/sud-est/Côtes –de- Fer: inondée, menacée de choléra, malaria, diarrhée. ________________________________________ http://bonzouti.com/actualite/actualite-No1484-Haiti-sud-est-Cotes-de-Fer-inondee-et-menacee-de-cholera-de-malaria-et-de-diarrhee-.html Haïti - Social : Le Gouvernement vient en aide aux riverains de Côte-de-fer 04/09/2012 11:24:37 Le Président Michel Joseph Martelly, a dépêché, samedi 1er Septembre, une délégation dans la commune de Côte-de-Fer, pour évaluer les dégâts causés par les pluies diluviennes, survenues les 30 et 31 Août. http://www.haitilibre.com/article-6557-haiti-social-le-gouvernement-vient-en-aide-aux-riverains-de-cote-de-fer.html

Des entrepreneurs déplorent des poursuites légales injustes

Plusieurs hommes d'affaires haïtiens critiquent la mesure d'interdiction de départ adoptée par les autorités fiscales et judiciaires. L'entrepreneur André Apaid, a été empêché par les agents de l'Immigration de prendre l'avion à destination des Etats-Unis hier après midi. En colère l'homme d'affaires a révélé que son absence à une réunion d'affaire importante peut entrainer des conséquences néfastes pour son entreprise qui garanti plusieurs milliers d'emplois. M. Apaid a nié avoir des créances envers le fisc et s'étonne que son nom figure sur la liste des personnalités coupables d'évasion fiscale. Ce qui s'est passé est grave, s'est plaint M. Apaid pour qui d'autres motifs inavouables sont à la base de cette décision. C'est également l'avis du président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti (CCIH), Hervé Denis. Il s'insurge contre la mesure d'interdiction de départ qu'il qualifie de brutale. Cette politique du coup de poing est contreproductive de l'avis de M. Denis qui plaide pour une approche harmonieuse dans le cadre d'un partenariat public- privé. Tout en réaffirmant sa détermination à œuvrer en faveur de l'augmentation de l'assiette fiscale, M. Denis juge que les entrepreneurs ciblés font partie de la catégorie saine du secteur privé. Le président de la CCIH également épinglé par les autorités fiscales nie toute évasion fiscale. Il assure que l'entreprise dont il est actionnaire à contesté certaines créances de la Direction Générale des Impôts (DGI). C'est le cas également pour M. André Morneau qui selon son avocat, Edwin Cock, a contesté par devant les autorités judiciaires la dette de 82 millions de gourdes. LLM / radio Métropole Haïti

Haïti-Commerce : Lancement des opérations de dénombrement des entreprises privées

P-au-P, 4 sept. 2012 [AlterPresse] --- « Où sont les entreprises, que font-elles et qui en sont les propriétaires ? » : c’est avec cette question que le premier ministre haïtien, Laurent Salvador Lamothe, a lancé, le lundi 3 septembre 2012, un processus de recensement des entreprises privées, apprend AlterPresse. « Il faut avoir une base de données pour savoir ce qu’elles sont et si elles peuvent recevoir l’aide de l’État », se veut, exigeant, le chef de gouvernement. Annoncé à la fin du mois d’août 2012 par le ministère du commerce et de l’industrie (Mci), ce processus de recensement des institutions commerciales et industrielles devrait permettre une meilleure gestion et un meilleur contrôle en les cartographiant. Pour le lancement des opérations, Lamothe et le ministre du commerce, Wilson Laleau, ont décidé de visiter l’ancienne minoterie d’Haïti une usine de production de farine privatisée depuis 1998 sous le label des ‘Moulins d’Haïti’’. L’entreprise ‘Moulins d’Haïti’’ est, de fait, la première à remplir le questionnaire d’enquête. Les raisons de ce choix ne sont pas communiquées par les autorités. La démarche de dénombrement des entreprises, qui concerne celles reconnues ou non par l’État, mobilise cinq cents (500) jeunes et quarante deux (42) superviseurs pour tout le territoire national. Toutefois, plus de 80% des activités économiques fonctionnent dans l’informel, selon le premier ministre. La première phase des opérations de recensement aura lieu, au départ, dans les départements du Nord, du Sud et de l’Oeust. Le contrôle de la qualité des produits, en circulation sur le marché haïtien, est un autre objectif poursuivi avec le projet de cartographie des entreprises privées, formelles et informelles. La somme, disposée à la réalisation des opérations, ainsi que la durée de l’action ne sont pas précisées. L’administration du président Joseph Michel Martelly et du premier ministre Laurent Salvador Lamothe vient de dénoncer une soixantaine d’entreprises, qui seraient en retard de paiement avec le fisc et appelées à comparaître par-devant la justice haïtienne. Cette liste de 60 était d’abord de 300, explique Lamothe, qui souligne que les autres entreprises, ayant été informées, ont vite pris le chemin de la direction générale des impôts (Dgi). Ce qu’il invite d’ailleurs les autres entreprises à faire. [srh rc apr 04/09/2012 11:17] http://www.alterpresse.org/spip.php?article13355

Haïti/BSF: les bibliothèques créées ou reconstruites après le séisme revivent

Bibliothèques sans frontières (BSF) va inaugurer cette semaine en Haïti des structures de lectures publiques, scolaires et universitaires haïtiennes, frappées par le séisme de janvier 2010, que l'association a permis de créer ou de reconstruire. Au total, ce sont plus de 460 structures haïtiennes qui ont bénéficié de l'appui de BSF depuis trois ans grâce à la dotation de 750.000 euros du Grand Prix culturel de la Fondation Louis D-Institut de France attribué à l'association en 2010, ont précisé mardi l'Institut et BSF dans un communiqué commun. La visite en Haïti de Gabriel de Broglie, chancelier de l'Institut de France, et de Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française, à partir de mercredi, permettra de faire le bilan de ces réalisations et des partenariats locaux mis en oeuvre depuis 2010, a poursuivi le communiqué. Aux côtés de Patrick Weil, président de BSF, ils inaugureront notamment la bibliothèque numérique de l'université d'Etat d'Haïti, créée par BSF, et la bibliothèque du ministère haïtien des Affaires étrangères, entièrement reconstruite après le séisme. Ils découvriront également le "BiblioTaptap", la bibliothèque mobile qui dessert depuis juillet une quinzaine de lieux dans la région de Port-au-Prince. Mme Carrère d'Encausse donnera aussi une conférence autour du thème "Le français en partage: langue et littérature en Haïti et en France" et M. de Broglie s'exprimera sur "Haïti dans la francophonie". http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120904.AFP7679/haiti-bsf-les-bibliotheques-creees-ou-reconstruites-apres-le-seisme-revivent.html