POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 17 juin 2013

Aspen-based Mercy and Sharing Foundation resumes for Haiti

The Aspen-based Mercy and Sharing Foundation aims to get back to doing what it does best in the next few weeks — providing a fighting chance for the abandoned babies of Haiti.

Founder Susie Krabacher, of Aspen, said she hopes to have a written contract with the Haitian government to reopen Mercy and Sharing’s Abandoned Baby Unit in the government-operated General Hospital in Port-au-Prince any day.
The foundation’s prior baby unit in the same hospital was destroyed in the 2010 earthquake that devastated much of the country. Although much of the hospital is operated from a plywood-and-tent-like structure, the rubble has been cleared for the special baby care. Mercy and Sharing is prepared to move in three trailers that have been retrofitted with medical gear to provide the baby care.
“They’re really state-of-the-art as emergency clinics compared to what’s available at the hospitals,” Krabacher said.
Mercy and Sharing provided clean water, baby formula, food, medicine, beds and 24-hour care for hundreds of abandoned babies for 15 years.
“Almost all of them have infections when they arrive,” Krabacher said.
Mercy and Sharing nurses the babies back to health and places many of them in orphanages. The orphanages covet healthy children because they are so much easier to adopt out.
Other babies stay with Mercy and Sharing’s orphanages, which don’t adopt out babies.
Krabacher, a former Playboy model who has undertaken child relief efforts in Haiti for nearly 20 years, is used to dealing with corrupt government regimes and unscrupulous orphanages, which she suspects have stolen babies from her unit’s care because adoption of healthy children can be lucrative business.
She said she has seen “signs of great hope” with the current presidential administration and was optimistic about the direction of the government. Nevertheless, she is taking safeguards with the Abandoned Baby Unit this time around. The attorney and director for Mercy and Sharing are negotiating a contract, which spells out that the Abandoned Baby Unit will care for only one child per crib and 42 total.
Protocols also are established to prevent anyone except medical personnel tied to Mercy and Sharing from getting access to the Abandoned Baby Unit. There will be a front desk and a guard.
Every child will have a file created with photographs, fingerprints and toeprints. They will be registered with the Ministry of Social Affairs so they have an identity.
Conditions are typically bleak in Haiti for abandoned children, she said. Babies are often crowded into rusty cribs. They stop turning over or attempting interaction with other humans out of lack of care, according to Krabacher.
“They’re just a marshmallow after one month,” she said.
Toddlers are tied to beds because no one can watch over them and prevent them from pursuing rats out of hunger or wandering into the traffic of busy streets, according to Krabacher.
Mercy and Sharing Foundation is making arrangements to care for the children’s psychological as well as physical needs. The children are essentially suffering from post-traumatic stress disorder, Krabacher said.
Mercy and Sharing Foundation’s own hospital was destroyed in the earthquake and likely will never reopen, according to Krabacher. Numerous clinics and hospitals were opened thanks to the earthquake relief, so the need has eased somewhat.
Mercy and Sharing Village survived the earthquake. Contained on the 17 acres are three orphanages — one for healthy boys, one for healthy girls and one for handicapped children. The foundation provides education from infancy through vocational school.
“We educate the heck out of them,” Krabacher said, stating that education is the best way to give them hope for a better life.
Krabacher said she is being recognized by World Children in November for her efforts in Haiti. The award comes with $50,000, which will go to the Abandoned Baby Unit project. Mercy and Sharing has raised the $75,000 needed for each trailer for the Abandoned Baby Unit. It needs to raise funds for the estimated $60,000 in annual operating expenses.
To learn more about the foundation’s efforts and to donate, go to www.haitichildren.org.
scondon@aspentimes.com
http://www.aspentimes.com/news/6927962-113/mercy-sharing-baby-krabacher

Impiden entrada de mercancía haitiana por veda a productos

EFE R.DOMINICANA

Dajabon -- Comerciantes dominicanos impidieron el domingo la entrada a la frontera con Haití de camiones con mercancías procedentes de ese país en protesta por la decisión haitiana de impedir el ingreso de pollos y huevos de la República Dominicana por la supuesta presencia en la nación de la gripe aviar.
También fueron impedidos de entrar a la zona camiones que llegaban desde diferentes puntos de la República Dominicana y que mañana tenían previsto participar en el tradicional mercado común.
El presidente de la Federación de Comerciantes Unidos de Dajabón (noroeste), Freddy Morillo, dijo a la prensa que eso forma parte del paro general de actividades que tienen previsto realizar mañana en toda la frontera en protesta por la medida del Gobierno de Haití.
Morillo comunicó que muchos comerciantes haitianos y dominicanos que participan en el mercado tradicionalmente habilitan sus puntos de intercambios comerciales un día antes de la feria.
Sin embargo, manifestó, que los comerciantes dominicanos de manera “pacífica” convencieron a sus colegas de los dos países de regresar a sus destinos “porque mañana no hay mercado”.
Dijo que el llamado a paro se mantiene “firme” a pesar de que una comisión de funcionarios haitianos tiene previsto visitar mañana el país para tratar el caso.
De su lado, el presidente de la Asociación Nacional de Productores de Huevos, Manuel Escaño, declaró, que la jornada no solo afectará al comercio y otras actividades de la frontera noroeste, sino también las de la región suroeste, principalmente en las provincias de Elías Piña, Jimaní y Pedernales.
Haití decidió suspender la semana pasada las importaciones de pollo, huevos y embutidos desde el lado dominicano de la frontera común, tras la aparición en este último país de la gripe A, que ha dejado ocho muertos este año en la República Dominicana y que las autoridades haitianas, al parecer, confundieron con la gripe aviar.
La Cancillería dominicana informó ayer que el titular de Relaciones Exteriores de Haití, Richard Pierre Casimir, y el ministro de Agricultura de esa nación, Joanás Gué, visitarán mañana la República Dominicana para abordar con las autoridades la situación creada tras la prohibición impuesta por Haití.
Ambos funcionarios llegarán acompañados de un equipo técnico y serán recibidos en la Cancillería dominicana, dijo el ministro de Relaciones Exteriores local, Carlos Morales Troncoso.
Una misión oficial dominicana viajó a Haití el pasado miércoles para tratar con funcionarios locales la situación.
Tras su regreso, la delegación dijo que los funcionarios haitianos se comprometieron a evaluar la solicitud del levantamiento de la veda que afecta a productores nacionales.
Sin embargo, el ministro de Economía y Finanzas de Haití, Wilson Laleau, dijo el viernes que su país mantendrán la veda a productos avícolas procedentes de la República Dominicana hasta que se compruebe la “inexistencia” en ese país de la gripe aviar.
Según informaciones de productores dominicanos, la prohibición haitiana les ha causado pérdidas de más de 68 millones de pesos (unos $1.6 millones), además de que con ello se contribuye al fomento del contrabando y se pone en riesgo, aseguraron, la propia seguridad alimentaria de miles de haitianos.
Read more here: http://www.elnuevoherald.com/2013/06/16/1501620/impiden-entrada-de-mercancia-haitiana.html#storylink=cpy
http://www.elnuevoherald.com/2013/06/16/1501620/impiden-entrada-de-mercancia-haitiana.html

lundi 10 juin 2013

Commémoration de la fin de l'esclavage...DISCOURS DE GERARD BISSAINTHE

Cette cérémonie de commémoration de la fin de l’esclavage est pour nous tous, une occasion de regarder le passé. Ce passé nous offre la pénible histoire d’êtres humains que nous appelons des colons et qui, se basant sur la conviction de leur supériorité raciale, ont traité comme des animaux d’autres êtres humains simplement différents d’eux et plus faibles qu’eux, auxquels on a donné le nom d’esclaves.
Or aujourd’hui le fait que des descendants des colons d’autrefois des descendants des esclaves d’autrefois se trouvent rassemblés ici de manière fraternelle, montre tout le chemin qui a été parcouru.

Disons que maintenant le pire est derrière nous.
Plutôt cependant que de passer notre temps à flageller les coupables, les esclavagistes, les racistes qui ont rendu possibles les horreurs du passé, rendons plutôt hommage aux grands lutteurs dont les noms sont liés à l’abolition de l’esclavage.
En France le plus connu de ces lutteurs est Victor Schœlcher. Mais avec le décret d'abolition de l'esclavage pour lequel il s’était battu, nous sommes au 27 avril 1848. Bien avant lui, dès 1791, la France a eu ceux qui sont sans doute les deux plus grands héros de la lutte contre l’esclavage, à savoir un Noir dont le nom est Toussaint Louverture et un blanc dont le nom est Léger-Félicité Sonthonax.
Tous les deux étaient français. On a tendance à les oublier parce que tous les deux avaient mis l’accent sur le fait que la liberté est liée à la lutte armée, que la liberté, comme le disait Che Guevara, est dans le canon du fusil.
En effet, le Blanc Sonthonax avait en 1793 distribué des fusils aux esclaves en leur disant: “Je vous donne cette arme. Gardez-la toujours avec vous. Et si quelqu’un veut vous la prendre des mains, considérez-le comme votre pire ennemi.”
Toussaint Louverture avait de son côté commencé la guerre de l’indépendance d’Haïti qui s’est terminée victorieusement en 1804.
Dieu merci, les luttes armées pour la libération de l’esclavage sont terminées. Dieu merci, nous n‘avons plus à choisir entre ce qu’on a appelé “la voie des Balles” et “la voie des Bulletins de vote”. Estimons-nous heureux d’être aujourd’hui les enfants de l’ère démocratique, nous qui connaissons la force d’un Bulletin de vote.
Mais il faut que nous sachions l’utiliser à bon escient pour terminer la lutte, car cette lutte n’est pas terminée. Si l’essentiel est acquis, il reste les séquelles de la maladie esclavagiste que nous pouvons appeler les dépendances. Et ces séquelles se retrouvent partout.
Ce n’est plus aujourd’hui un homme qui domine un autre, ce sont des collectivités qui dominent d’autres collectivités.
N’est-ce pas cela que le président de la région Paca, M. Michel Vauzelle, a voulu dénoncer dans le programme de sa campagne électoral où il a qualifié le pouvoir central dominant de la France sur les régions françaises de “système d’ancien régime”?
Ce système réussit-il?
Si peu, semble-t-il que la France est en crise. Dans un grand quotidien français on a pu lire cette exhortation surprenante : “Jeunes de France, barrez-vous. L’avenir est ailleurs”.

Mais quel ailleurs?
Dans les pays dont les habitants ont trouvé le secret de générer des biens et de créer la croissance?
Aller s’asseoir sur les lauriers des autres?
Profiter de ce qu’ailleurs ils ont pu faire ce qu’on n’a pas pu faire en France, ou qu’on ne saurait plus faire en France?
En Haïti aussi nous sommes en crise, une crise ô combien pire que celle de la France. Comme nous avons un passé commun et, que cela nous plaise ou pas, nos sorts sont encore communs par mile liens qui se sont tissés entre nous, pourquoi ne pas nous donner la main pour que les damnés de la terre d’Haïti cessent de rêver d’aller chercher leur subsistance hors d’Haïti ?
Et pourquoi les jeunes de France souvent surqualifiés au lieu de se marcher sur les pieds dans un Hexagone exigu ne vont-ils aider à défricher les terres d’Haïti avec une présence qui ne soit plus tutélaire, mais partenaire et solidaire?
Je suis de ceux qui pensent qu’au lieu de tenter de mettre sur rail sans vraiment y parvenir, ce train de l’Europe dont la locomotive est et reste l’Allemagne pour le plus grand bien de l’Allemagne, la France aurait du mettre sur pied avec ses anciennes colonies autour d’une Table Ronde égalitaire une Union Francophone, ou l’Hexagone aurait pu, par la force des choses, être “Primus inter pares”, premier parmi ses pairs et qui aujourd’hui aurait pu avoir au moins le dynamisme de ces tigres bigarrés d’Asie?

Est-il trop tard pour le tenter?
Comme Marseille est plus proche du Sud que Paris, pourquoi Marseille ne le tenterait-il pas ?
M. Vauzelle, Président de la région Paca, qui êtes aujourd’hui citoyen d’honneur d’Haïti depuis quelques années, comme le salut ne semble être nulle part ailleurs, pourquoi ne pas tenter cette voie?
C’est l’audace qui prend le pouvoir. Si vous voulez relever ce défi, nous le relèverons avec vous.
L’esclavage est maintenant depuis longtemps derrière nous. Nous tous, d’une part les descendants des colons d’autrefois et d’autre part les descendants des esclaves d’autrefois, ou même simplement les descendants des colonisés d’autrefois, donnons-nous la main pour sortir la France et nos pays du sud des dangers qui les menacent.
Jeunes de France, jeunes d’Haïti et jeunes du Tiers-Monde qui vous côtoyez tous les jours sur les trottoirs de Marseille, ne vous barrez nulle part. Donnez-vous rendez-vous partout où vous pourrez ensemble créer la synergie pour que nos pays deviennent plus productifs, plus habitables et qu’au lieu de rêver d’ailleurs nous puissions trouver dans nos pays mêmes la justice et le bonheur qui sont les buts de l’existence.

Gerard Bissainthe
gerardbissainthe@gmail.com
10 mai 2013

lundi 3 juin 2013

LA SAISON CYCLONIQUE S'OUVRE..NEUF OURAGANS EN PERSPECTIVE


La saison cyclonique s'est ouverte le 1er juin, pour Haïti et des pays de la Caraïbe pour prendre fin le 30 novembre. Pendant cette période, le ministère de l'intérieur appelle la population à la vigilance.

Pour l'année 2013, les experts prévoient 18 cyclones nommés dans la région dont 9 peuvent se transformer en ouragans, a indiqué le ministère.
"Face à ces menaces, une grande vigilance de tous s’impose partout, notamment dans les sites vulnérables que sont les camps de déplacés, les berges des rivières, des ravines et des canaux de drainage, les plaines côtières et intérieures", lit-on dans un communiqué.
Le gouvernement craint une résurgence de flambées de choléra au cours de cette période, ainsi que de l’extrême précarité de plus d’un million de personnes qui vivent en insécurité alimentaire, dont la situation pourrait s’aggraver suite à un cyclone majeur.
Le Ministère de l’Intérieur profite de l’ouverture de la saison cyclonique pour rappeler aux structures de protection civile leurs responsabilités à "diffuser en temps réel toute information utile aux populations en cas d’intempéries, ainsi qu’à coordonner et fournir des secours le cas échéant".
Le ministre de l'intérieur David Bazile a demandé à la population de s’armer de courage et de garder sa sérénité pour affronter, avec l’accompagnement des structures de protection civile, les situations difficiles, susceptibles de survenir dans les six prochains mois.
http://hpnhaiti.com/site/index.php/societe/9609-haiti-intemperiesla-saison-cyclonique-souvre-9-ouragans-en-perspective

Un ancien enfant-esclave haïtien témoigne à Cognac


Jean-Robert Cadet a créé une fondation
pour venir en aide aux enfants "restavec".
Jean-Robert Cadet n'a jamais eu d'enfance. De 4 à 15 ans, il a été l'esclave d'une famille en Haïti. Aujourd'hui âgé d'une cinquantaine d'années, il a créé une fondation et écrit un livre pour dénoncer le sort réservé à ces enfants appelés les "restavec". Ce jeudi, il sera à Cognac pour raconter son histoire aux jeunes Cognaçais. Tout a commencé par une lettre envoyée par des élèves du lycée Beaulieu. "En cours d'anglais, on a étudié l'esclavagisme des enfants dans le monde et plus particulièrement le problème des "restavec"", explique Martine Granier, leur professeur d'anglais, "les élèves ont été très émus par le sort de ces enfants. Ils se sont cotisés pour envoyer un don à la fondation et un courrier de soutien à Monsieur Cadet".
Hollywood intéressé par son histoire
Ce dernier a naturellement proposé de venir à leur rencontre lors de son prochain passage en France. "Je viens voir des amis à Paris et Strasbourg, je vais faire un détour par Cognac. Leur lettre m'a touché", explique-t-il au téléphone depuis sa maison de Port-au-Prince en Haïti. Il animera en plus une conférence le soir à La Salamandre, gratuite et ouverte à tous (1).
Selon l'Unicef, entre 250.000 et 400.000 enfants sont toujours victimes d'esclavagisme en Haïti. Résidant aux états-Unis, Jean-Robert Cadet passe la moitié de son temps dans les rues de l'île pour leur venir en aide. "Ils sont faciles à repérer. Vers 7h30 le matin, ils sont dans la rue pour chercher de l'eau. Ils accompagnent souvent les enfants en habits d'école, alors qu'eux sont en haillons et pieds nus. Quelque fois je les suis chez eux et je propose à la famille de prendre en charge leur scolarité. Mais je ne peux pas les enlever à la famille". Souvent, les enfants sont donnés aux familles par des amis ou des relations. Lui est né d'un père blanc et riche et d'une mère noire et pauvre à la fin des années 1950. A 4 ans, après la mort de sa mère, il a été donné à une famille haïtienne comme esclave. Ménage, travail physique, brimades, sévices physiques et sexuels ont été son quotidien jusqu'à ses 15 ans.
La famille a ensuite déménagé aux États-Unis. Là, elle a réalisé qu'il était interdit d'avoir des esclaves. "Ils m'ont d'abord inscrit à l'école avec leurs propres enfants, mais c'était une honte pour eux. Ils m'ont mis à la porte. J'étais un enfant sans abris, je ne parlais pas anglais, je ne connaissais rien à la culture new-yorkaise". Il a frappé à la porte d'un lycée, où un professeur l'a aiguillé vers les services sociaux. Jean-Robert Cadet a pu étudier et décrocher une maîtrise de littérature et un diplôme en relations internationales.
Il a longtemps enfoui l'histoire de son enfance, jusqu'à ce que son fils de 6 ans lui demande où étaient ses parents. "Je n'ai pas su quoi répondre. Je n'ai pas réussi à dormir, je me suis mis à écrire mon histoire pour mon fils". En 2003, son livre est sorti en France. Trois ans plus tard, il créait sa fondation. Il travaille aujourd'hui à une adaptation au cinéma avec un réalisateur hollywoodien.
(1) À 20h30 jeudi, un don pourra être fait à la fondation. La soirée est organisée conjointement avec la Ville
http://www.jeanrcadet.org http://www.charentelibre.fr/2013/06/03/un-ancien-enfant-esclave-haitien-temoigne-a-cognac,1838577.php