POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 22 janvier 2010

Haïti : Un point sur les centres de soins

Certains patients se rendent en République voisine, à Jimani, là bas un hôpital est rempli d'Haïtiens blessés, la plupart d'entre eux souffre de fractures osseuse. Un médecin travaillant dans cet hôpital déclare: "Nous avons eu à traiter des fracture sans morphine, les femmes hurlent de douleurs, nous n'avons pas d'autre choix..."
De son côté USNS Comfort accosté au large de Port-au-Prince dit pouvoir soigner et traiter 20 patients par heures, à bord il y a 500 personnes formées aux soins intensifs et aptes à faire des chirurgies complexes. Le navire hôpital est là pour longtemps, le Capitaine Andrew Johnson déclare:
"Notre Générale de chirurgie nous a dit de nous préparer à rester ici aussi longtemps qu'il faudra, donc pour le moment personne ne pense à un quelconque calendrier..."
Au total 8 hôpitaux ont été endommagés ou détruits lors du séisme du 12, mais un grande nombre d'hôpitaux de campagne ont été ouverts. Paul Garwood, porte-parole de l'OMS indique:
"Dix-huit hôpitaux et centres de soins médicaux fonctionnent en Haïti, dont neuf hôpitaux de campagne"
RM / CCTV
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16648

Haiti : 15 enfants disparu, réseaux de traite d'enfants ? Adoption clandestine ?

L'UNICEF annonce ce matin que 15 enfants auraient disparu des hôpitaux après le séisme. L'organisation est inquiète car après ce genre de catastrophe des réseaux de traite d'enfants, voir d'adoption clandestine sont souvent actifs. Jean-Luc Legrand, conseiller régional de l'Unicef explique:
"Nous avons pour l'instant des informations sur, disons, à peu près 15 enfants ayant disparu d'hôpitaux et cela avec des personnes qui ne sont pas de leur famille"
Il indique aussi que "La situation de la traite des enfants en Haïti existait déjà... et malheureusement les réseaux de traite ont des liens avec le marché de l'adoption internationale..." Lors du tsunami en Asie la même chose ses produit, des enfants avait disparus. M. Legrand indique pourquoi ces réseaux s'activent juste après une catastrophe:
"Ces réseaux s'activent immédiatement lors d'une catastrophe et utilisent la faiblesse de l'État, la faiblesse de la coordination des acteurs sur le terrain pour enlever des enfants et les faire sortir du pays."
Selon l'Unicef, il existe "un certain nombre de preuves qu'il y a des réseaux en particulier à travers Santo-Domingo"
Pour conclure M. Legrand annonce que l'UNICEF va "très vite mettre en place des procédures d'identification et de réunification rigoureuses de manière à s'assurer que les enfants soient effectivement réunis avec leurs familles et pas avec des prédateurs"
RM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16646

Haiti : cash-for-work, 5 dollars par jour pour reconstruire Haïti

L'ONU va lancer un programme qui donnera du travail aux haïtiens pour reconstruire leur pays. Le programme s'appelle cash-for-work (argent contre travail). Il doit permettre à la personne qui travaille de percevoir cinq (5) dollars par jour, sur une période de deux semaines, pour participer aux travaux de déblaiement, de nettoyage et de reconstruction. "Il est vraiment important de donner aux gens quelque chose à faire de positif et nombreux sont ceux là-bas qui veulent prendre part à la reconstruction de leur pays" (M. Ban)
A terme le programme aura employer 220,000 personne et ainsi "contribuer à revigorer leur économie" indique Ban Ki Moon. Ce type de projet a déjà été testé par le PNUD, il avait permis d'employé 400 personnes pour aider au transport de l'aide humanitaire.
Dans un premier temps les villes de Port-au-prince et Carrefour seront les premières a bénéficier de ce programme puis viendra le tour de Léogâne et de Jacmel.
Actuellement le PNUD a lancé un appel de fonds a hauteur de 41 millions de dollar pour financer ce programme.
RM

Haiti : ONU Point de presse

La MINUSTAH s'est réjouie aujourd'hui de la création d'un couloir humanitaire entre la République dominicaine et Haïti, précisément entre Saint-Domingue et Port-au-Prince. Ce couloir permettra d'accélérer l'acheminement de l'aide humanitaire dans les zones les plus touchées par le tremblement de terre. La MINUSTAH et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) ont indiqué que la situation sécuritaire reste sous contrôle dans la capitale, ainsi que dans le reste du pays, malgré les cas isolés de pillage. Ces incidents sont principalement localisés dans des zones qui étaient déjà considérées à haut risque avant la catastrophe.
OCHA a par ailleurs indiqué que le système des groupes sectoriels est dorénavant opérationnel et fonctionne efficacement, rassemblant ainsi des ONG, des agences des Nations Unies et toutes les autres organisations humanitaires.
Le Bureau a également signalé qu'il y a actuellement une fréquence de 150 vols par jour et que le premier navire est arrivé à Port-au-Prince, avec une cargaison de 123 tonnes d'aide humanitaire. D'autres navires sont attendus pour bientôt, étant donné que le port est redevenu opérationnel.
Hier, le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général, Edmond Mulet, a rencontré les représentants du secteur privé pour discuter de la contribution que la Mission peut apporter à la reprise du secteur économique, principalement la protection de certaines routes et rues, et la surveillance des stations d'essence et des banques.
ONU
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16643

Haiti : Des "Villages" seront montés pour reloger des centaines de milliers de personnes

Le ministre de l'intérieur, Paul Antoine Bien-Aimé a annoncé aujourd'hui que le processus de relogement des sans abris a commencé, ils seront relogés dans des "villages" pouvant accueillir 10,000 personnes. Selon le ministre 100,000 sans-abris seront relogé dans ces "villages" qui sont en fait des des camps de toile. Certains seront montés près de Croix-des-Bouquets. Les casques bleus brésiliens ont d'ailleurs déjà commencés des opérations de terrassement. A terme les camps montés auront une capacités d'accueil totale de 400,000 personnes.
Des fonctionnaires ont également expliqué que le gouvernement avait réquisitionné une trentaine d'autocars pour transporter les sinistrés vers le sud et le nord de Port-au-Prince.
RM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16638

Haiti : USNS COMFORT, déjà 2 patients y sont soignés

Le bateau hôpital USNS COMFORT est arrivé hier au large de de Port-au-Prince, à l'origine un pétrolier, il a fallut 35 mois de travail pour le convertir en navire hôpital. Il est doté de 1,000 lits et de 12 salle d'opération. Entre 30 et 50 blessés sélectionnées par les autorités haïtiennes parmi les cas les plus graves, vont pouvoir y être soignés en même temps.
Hier deux patients haïtiens, un enfant de 6 ans et un jeune homme de 20 ans nécessitant une intervention chirurgicale y ont déjà été transportés par hélicoptère, et des centaines d'autres devraient pouvoir les rejoindre dans les prochains jours. Actuellement, le COMFORT embarque 1000 membres d'équipage et 600 personnels médicaux.
L'USNS COMFORT s'ajoute donc aux structures de soins déjà présentes, soit huit hôpitaux, dont la moitié sont des structures de campagne.
RM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16637

John Chéry à travers les rues de la capitale

Aujourd'hui beaucoup d'embouteillage dans les rues dues aux difficulté à circuler, aux nombre de voitures et à l'indiscipline des conducteurs, il y a encore beaucoup de rues non déblayées notamment sur Bourdon, il y même des endroit où c'est très dangereux, sur Nazon il y a un poteau électrique qui penche et à un de ces moment il va tomber. Il y a beaucoup d'agressivité de la part des automobilistes, ce qui est nouveau. Sur la route de l'aéroport et de l'aérogare il y a également beaucoup de circulation à cause des manœuvres des américains il y a beaucoup de badeaux. Ce côté là est également fréquenté car actuellement il y a embauche de gens qui parle anglais ou bien espagnole. Dans la zone de l'ambassade de France beaucoup de gens sont en file avec leurs valises, du côté de l'ambassade américaine sur la route de Tabarre, là c'est catastrophique, il y a là 2 sortes de files, une avec valises et une autre pour ceux qui viennent se faire enregistrer.
L'immeuble de Capital Coach Line qui a subit quelques dommages continue ses opérations à son terminal à coté de l'ambassade américaine, les départs se font tous les jours, les départ se font à l'extérieur de la cours parce que l'enceinte de Capital Coach Line a été réquisitionné comme zone logistique de l'ambassade américaine. Il n'y a plus de réservation il faut se présenter au guichet le matin, il y au moins trois bus qui partent.
Il n'y a pas de pénurie de gazoline, on voit de moins en moins de files aux pompes mais c'est l'approvisionnement des delco (génératrice) qui pose problème, il y a toujours pas d'électricité.
Pour les transfert d'argent les files sont énormes notamment devant la CAM et la Sogexpress.
Les poubelles sont ramassées à Delmas toujours rien du côté de Pétionville surtout près du camp de la Place Boyer, là il y a un problème sanitaire sérieux, même si maintenant il y a de l'eau en quantité suffisante.
Dans le morne Hercule on nous a signalé des maisons effondrées.
Pour terminer le marché noir continue la baguette de pain se vend à 25 gourdes, il y a des gens qui achètent massivement et qui empêche les particuliers d'aller s'approvisionner normalement.
John Chery / RM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16640