POUR VOS RECHERCHES

Google

samedi 1 janvier 2011

La plupart des Haïtiens remis en liberté

Seuls trois des 75 Haïtiens arrivés jeudi en France sans visa sont encore en détention.

Après une semaine passée en détention, 72 Haïtiens sur les 75 détenus depuis une semaine en zone d'attente dans les aéroports d'Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle ont été libérés.
Le parquet de Bobigny, qui a ordonné quelques unes des suspensions de détention, a expliqué au Parisien.fr avoir décidé de remettre les Haïtiens en liberté "parce que la plupart ont de la famille en France". De son côté, le parquet de Créteil a demandé une nouvelle examination pour 15 cas, indique le site.

Encore trois Haïtiens détenus
Il reste encore un Haïtien en détention à Orly et deux autres à Roissy-Charles de Gaulle. Deux jeunes femmes sont quant à elles retournées en zone d'attente, le temps que des vérifications d'identité soient menées, a précisé maître Renaud Hypolite, avocat de plusieurs des Haïtiens.
Ils sont au moins 75 à être arrivés, en deux vagues, jeudi et dimanche derniers, à Orly et Roissy. Munis de simples visas de transit, ils ont été interpellés par la police aux frontières (PAF) et placés en zone d'attente. Leur arrivée "n'est pas spontanée, il doit y avoir un organisateur", estime une source préfectorale.
Deux semaines avant le premier anniversaire du séisme qui a dévasté leur pays, ces ressortissants haïtiens disent fuir la misère ou les violences politique.
"La France, c'est le seul moyen de sauver ma vie"
Certains des ressortissants haïtiens ont tenté d'expliquer ce voyage désespéré. A Haïti, "il y a le problème de la misère, de la faim, une crise politique. (...) La France, c'est le seul moyen de sauver ma vie", a dit par téléphone Marie-Gerda, 24 ans, retenue depuis jeudi dans la zone d'attente d'Orly et dont le père réside en banlieue parisienne. "On vient en France parce qu'ici on peut nous comprendre, parce qu'il y a beaucoup de Français qui nous aident en Haïti et qui savent ce qu'est vraiment la situation là-bas", confie Erline, également retenue à Orly.
Face à cette situation, le Réseau éducation sans frontières (RESF) s'est empressé de dénoncer une "injustice" en rappelant que près de 200 enfants haïtiens adoptés avaient, eux, été accueillis en grande pompe en France la semaine dernière. RESF estime également que l'engagement pris au lendemain du drame de faciliter le regroupement familial des Haïtiens en France n'a pas été respecté par le gouvernement.
http://www.europe1.fr/France/La-plupart-des-Haitiens-remis-en-liberte-353975/

Hillary Clinton réitère le "ferme soutien" de Washington à Haïti à l’occasion du 207e anniversaire de son indépendance

Alors que le chef de la diplomatie américaine salue l’extraordinaire résilience du peuple haïtien, le Président René Préval doit commémorer samedi aux Gonaïves la geste de 1804 avec, au bout de son mandat, une accumulation de catastrophes naturelles, sanitaires et politiques vendredi 31 décembre 2010, Radio Kiskeya
La Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a renouvelé vendredi le "ferme" soutien de son pays à Haïti et a fait l’éloge de la force et de la volonté du pays de surmonter les adversités, dans un message de solidarité adressé au peuple haïtien à l’occasion du 207e anniversaire samedi de l’indépendance nationale.
"En dépit de tout ce que Haïti a affronté, les haïtiens ont démontré une inébranlable force, volonté et passion pour aller de l’avant et construire une nation plus prospère", dit Mme Clinton qui, au nom du Président Barack Obama, a félicité Haïti pour la commémoration de son indépendance proclamée le 1er janvier 1804.
"Le peuple et le gouvernement des Etats-Unis apportent leur ferme soutien au peuple d’Haïti et nous avons pris l’engagement d’aider à assurer que ce soit sa voix qui détermine le chemin de l’avenir pour sa nation et son gouvernement", écrit le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué rendu public à Washington.
Ces déclarations interviennent au moment où Haïti fait face à une nouvelle crise politique provoquée par les présidentielles et législatives controversées du 28 novembre dont les résultats préliminaires avaient débouché, début décembre, sur des violences meurtrières.
Hillary Clinton souligne que comme Haïti avait su briser les chaînes de l’esclavage et s’était libérée de la colonisation française pour devenir indépendante, le pays démontre aujourd’hui les mêmes valeurs illustrées par la réponse au séisme dévastateur du 12 janvier.
Tout de suite après la catastrophe ayant emporté entre 250.000 et 300.000 personnes, les haïtiens ainsi que des volontaires de 140 pays, signale la Secrétaire d’Etat, s’étaient unis "de la nuit jusqu’au matin" pour sauver des rescapés prisonniers des décombres et leur fournir les premiers soins nécessaires.
"C’était un témoignage de premier ordre de notre humanité commune dans les jours ayant suivi le tremblement de terre. Et je l’ai vu croître au cours de l’année pendant que les pays de toutes les régions du monde continuent à aider Haïti dans sa reconstruction", a poursuivi la patronne du Département d’Etat.
Enfin, Mme Clinton a souhaité une heureuse année 2011 aux haïtiens en réitérant la volonté des Etats-Unis de continuer à "approfondir l’alliance et l’amitié entre nos nations en vue d’un futur plus brillant pour nos peuples".
A un mois près de la fin de son mandat, le 7 février, le Président René Préval devait participer samedi à la traditionnelle fête de l’indépendance aux Gonaïves (Artibonite, nord).
Le génial stratège Toussaint Louverture, fut le précurseur de l’unique révolution anti-esclavagiste et anti-colonialiste de l’histoire universelle qu’accomplit Haïti contre la France de Napoléon Bonaparte, le 1er janvier 1804, sous le leadership des pères fondateurs de la nation, Jean-Jacques Dessalines, Henri Christophe et Alexandre Pétion. spp/Radio Kiskeya
http://www.radiokiskeya.com/spip.php?article7377

Haïti/Présidentielle : l’OEA entame sa mission de recomptage

Par RFI
En Haïti, plus d'un mois après le premier tour de l'élection présidentielle, aucun résultat définitif n'a encore été officialisé. Pour sortir de l'impasse politique, l'OEA débute ce 1er janvier sa mission de vérification. Il ne s'agit pas pour l'organisation de recompter les voix, pour infirmer ou confirmer les résultats, mais simplement d'apporter une assistance légale aux autorités de Port-au-Prince.
Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron
Il aura fallu plus de deux semaines pour que ces missions internationales se mettent en place. Devant la crise électorale dans laquelle Haïti était plongée, le président de la République René Préval en avait fait la demande le 13 décembre mais la dizaine d'experts n'est arrivée que le 31 décembre car il fallait définir avant le rôle exact de ces deux nouvelles missions. Et il ne s'agit pas d'une opération de recompte des votes.
Un premier groupe d'experts, des statisticiens et informaticiens, vont donc s'atteler à vérifier comment les données des procès verbaux des bureaux de vote ont été compilées. Et des juristes vont, eux, apporter une assistance légale aux autorités haïtiennes pour gérer les plaintes déposées par les partis et les candidats.
Les résultats définitifs du premier tour des élections auraient dû être annoncés le 20 décembre. L'Organisation des Etats d'Amérique se dit consciente des contraintes de temps mais ne se donne aucune date butoir pour achever son travail. L'organisation du deuxième tour des élections à la date du 16 janvier est de toute façon compromise, car le pays qui se prépare à commémorer ce 1er janvier 2011 le séisme qui a tué plus de 250 000 personnes le 12 janvier dernier.
http://www.rfi.fr/ameriques/20110101-haitipresidentielle-oea-entame-mission-recomptage

CHOLÉRA en HAÏTI : Près de 150.000 cas, plus de 3.300 décès

MSPP- FAO L’épidémie se poursuit inexorablement en Haïti, avec au dernier bilan du Ministère haïtien de la Santé du 26 décembre, près de 150.000 recensés, soit 15.000 de plus sur une semaine seulement, et une augmentation des décès au-delà de 3.300. Le choléra pourrait aggraver aussi l'insécurité alimentaire en Haïti, c’est l’alerte de l’Organisation de l’ONU pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) du 29 décembre car une partie importante des cultures de riz dans le nord-ouest d’Haïti ne sera pas récoltée en raison d’une possible contamination par le choléra.
Une nouvelle campagne d’information pour sensibiliser les agriculteurs sur les questions d’hygiène et de salubrité vient d’être lancée par la FAO.
L’épidémie atteint des pics au niveau des hospitalisations et des décès et taux global de mortalité à 2,3%. Dans certaines régions comme celle de Nippes ou le Sud est de l’Ile les taux de mortalité atteignent 15 à 19% (Voir carte ci-contre).
L’information ne parvient pas jusqu’aux zones rurales : Les décès dans les zones rurales sont mal enregistrés par les autorités locales, tout simplement parce que l’information de prévention et les émissions radiophoniques ne parvient pas jusqu’aux zones rurales. Un effort de sensibilisation accru ciblant les communautés rurales à faibles revenus doit donc être déclenché sur le terrain. Les agriculteurs appréhendent de récolter le riz de peur d’une contamination par le choléra par les rivières et les canaux, probablement infectés, qui irriguent les rizières et les champs avoisinants. Cette peur de l’infection s’ajoute aux conséquences des inondations de novembre dernier, provoquées par l’ouragan Tomas et la destruction de 78.000 hectares de cultures qui faisaient vivre plus de 50.000 familles rurales. Les Haïtiens rechignent également à acheter des produits agricoles locaux. La FAO et la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) évaluent donc actuellement l’impact du choléra sur les moyens d’existence des ruraux.
Source : FAO (Vignette), OCHA, Ministère de la Santé d’Haïti, Minustah (Vignette), mise en ligne Maurice Chevrier, Santé log, le 31 décembre 2010
http://www.santelog.com/modules/connaissances/actualite-sante-choleacutera-en-haiumlti-pregraves-de-150000-cas-plus-de-3300-deacutecegraves_4703_lirelasuite.htm#lirelasuite
Commentaires:
Et le cholera qui semble revenir. Disons à occuper uine place dans l'actualité. 43 décès par jour rien de grave. Si les décès se produisent dans le pays le plus pauvre du monde!
Nous saluons la campagne de sensibilisation de la FAO d'une main. L'emploi e l'autre main est conditionnée à la pertinence d'informations précises qui permettraient de donner une note carrément positive à cette campagne. Quel est le ratio experts étrangers/experts haïtiens utilisés dans cette campagne? Quelle portion du budget est allouée à la prise en charge des experts étrangers?

BON ANNIVERSAIRE HAITI