POUR VOS RECHERCHES

Google

vendredi 14 janvier 2011

PRÉSIDENTIELLE - Paris appelle Haïti à tirer les conséquences du rapport de l'Organisation des États américains

L'OEA recommande d'écarter le candidat du pouvoir Jude Célestin, arrivé en deuxième position, au profit du chanteur populaire Michel Martelly.SOURCE AFP
La France a appelé, vendredi, les autorités haïtiennes à "tirer toutes les conséquences" du rapport de l'Organisation des États américains (OEA) sur le premier tour de l'élection présidentielle, remis jeudi et qui recommande l'éviction pour le deuxième tour du candidat du pouvoir. "Nous saluons le travail effectué par cette mission qui visait à évaluer objectivement le scrutin du 28 novembre. Il s'agit maintenant d'en tirer toutes les conséquences pour que les résultats définitifs du premier tour reflètent le choix exprimé par les électeurs", a déclaré lors d'un point de presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.
Bernard Valero a jugé "essentiel de restaurer la confiance des citoyens haïtiens". "C'est à cette condition que le processus électoral pourra se poursuivre dans des conditions de transparence et de sécurité", a-t-il poursuivi. Selon une copie de ce rapport vue par l'Agence France-Presse, les experts de l'OEA recommandent d'écarter le candidat du pouvoir Jude Célestin, arrivé en deuxième position, au profit du chanteur populaire Michel Martelly. L'ex-première dame d'Haïti Mirlande Manigat était arrivée première au premier tour organisé le 28 novembre.
Des incidents ont éclaté à Port-au-Prince au lendemain de la remise du rapport, des témoins faisant état de tirs et de barricades, alors que le pays vient de célébrer le premier anniversaire du séisme du 12 janvier 2010 qui a fait plus de 220.000 morts. Les résultats préliminaires du scrutin du 28 novembre publiés par le Conseil électoral provisoire haïtien avaient déclenché des manifestations violentes de partisans de M. Martelly qui dénonçaient des fraudes massives en faveur de M. Célestin.

Haïti-Choléra : Les Nations Unies mettent l’accent sur la baisse du taux de mortalité

P-au-P, 11 janv. 2011[AlterPresse] --- Les Nations Unies soulignent la baisse du taux de mortalité intervenue ces derniers jours dans le cadre de l’évolution de l’épidémie de choléra qui a déjà fait 3.790 morts en Haiti. « Le plus important est la baisse du taux de mortalité », déclare Nigel Fisher, coordonnateur de l’action humanitaire de l’ONU en Haïti.
Cependant, à propos de l’enquête conduite par une commission internationale d’experts à propos de l’origine de la maladie, il faudra attendre deux mois encore avant d’avoir les résultats, indique-t-il.
La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation d’Haiti (MINUSTAH) a été accusée par la population d’être à l’origine de la propagation du choléra en Haiti, pour avoir déversé des excréments dans un fleuve qui traverse Mierbalais (est), où les premiers cas ont été signalés.
D’autre part, un an après le séisme du 12 janvier 2010, le nombre de déplacés, est passé de 1.5 million à 810. 000 dans 1.150 camps, a fait savoir Fisher, à l’occasion du premier anniversaire de la catastrophe.
Le haut fonctionnaire annonce l’objectif de l’ONU de « construire 100 mille abris temporaires » pour l’année 2011.
A propos de la situation générale, Nigel Fisher déclare que « quelque soit le rythme de la reconstruction d’Haïti, Il n’est pas possible de transformer le pays le plus pauvre de l’hémisphère en un an ».
Il souligne qu’Haiti faisait déjà face à des « problèmes structurels profonds… une pauvreté généralisée ».
Fisher souhaite que le prochain gouvernement continue de garder « les grandes lignes stratégiques identifiées par la CIRH – Commission Intérimaire de Reconstruction d’Haiti ». [rh gp apr 11/01/2011 16 :50]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article10520

Haïti: l'épidémie de choléra semble ralentir depuis le début de l'année

(AFP) – I
PORT-AU-PRINCE — L'épidémie de choléra en Haïti a fait 3.759 morts depuis son apparition à la mi-octobre, mais le nombre quotidien de décès semble ralentir depuis le début de l'année, selon le nouveau bilan du ministère de la Santé haïtien consulté jeudi par l'AFP et arrêté au 7 janvier.
En une semaine une centaine de personnes sont décédées de la maladie, selon les chiffres du ministère, contre plus de 300 la semaine précédente.
Le choléra est une maladie hautement contagieuse qui peut tuer en quelques heures mais reste avant tout le fléau des pauvres, signe de la misère et du sous-développement.
Haïti, qui s'est recueilli mercredi en souvenir des victimes du séisme du 12 janvier 2010 qui a fait plus de 220.000 morts, est le pays le plus pauvre des Amériques. Un an après la tragédie, il n'a pas pansé ses plaies et l'économie et les infrastructures sont paralysées. Le pays traverse par ailleurs une grave crise politique née de la contestation des résultats du premier tour de la présidentielle du 28 novembre dernier.
Le bilan des autorités indique aussi que 181.000 cas de choléra ont été recensés dans le pays depuis la mi-octobre (101.500 hospitalisations).
Les chiffres du ministère haïtien s'accompagnent d'un graphique montrant une moyenne de 17 décès par jour entre le 1er et le 7 janvier, chiffre le plus faible sur une semaine depuis l'éclosion de l'épidémie.
Quelque 12 décès ont été comptabilisés le 7 janvier, soit le chiffre le plus faible depuis la mi-octobre, contre plus de 70 le 27 décembre et plus de 105 le 19 décembre, selon le graphique.
Toutefois, ces données ne sont pas définitives, le ministère les remettant à jour de manière rétroactive lorsqu'il dispose de nouvelles informations.
Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu mardi que le pic de propagation du choléra n'avait pas encore été atteint en Haïti, où selon elle de nombreux cas devraient encore être enregistrés dans les prochaines semaines.
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hhCR69AEQJIjej7NyQO0uCFTSmUw?docId=CNG.5b6a0414a0f2b5b069644edc7bf6720b.b1

BERNARD KOUCHNER, REPRÉSENTANT À L’ONU POUR HAÏTI?

D’après les informations obtenues par Europe 1, l’ancien ministre des Affaires étrangères pourrait obtenir le poste de Haut-représentant à l’ONU pour Haïti, actuellement occupé par l’ancien président américain Bill Clinton.

Kahina Sekkai - Parismatch.com
Deux mois après le remaniement ministériel qui lui a coûté son poste de ministre des Affaires étrangères, le «French Doctor» aurait retrouvé du travail. Selon des informations d’Europe 1, Nicolas Sarkozy aurait appuyé une candidature de Bernard Kouchner auprès de l’ONU pour obtenir le poste de Haut-représentant pour Haïti, pays encore en ruine après le séisme du 12 janvier 2010. Le secrétaire général des Nations Unies Ban-Ki Moon, devrait annoncer l’arrivée de Bernard Kouchner dans les prochains jours.
Gastro-entérologue de formation, Bernard Kouchner s’est toujours impliqué dans l’humanitaire. Dès 1968 et la guerre du Biafra, il part en tant que médecin pour la Croix-Rouge française. Il y séjourne à trois reprises et prend publiquement position en faveur des rebelles biafrais, ce qui est contre le devoir de réserve imposé par le Comité International de la Croix-Rouge. Il a ensuite participé aux côtés d’autres médecins à la création de «Médecins Sans Frontières» en 1971. Mis en minorité car jugé trop médiatique, il quitte en 1979 l’organisme pour fonder, avec d’anciens de «MSF», «Médecins du Monde» en 1980. Ses actions humanitaires valent à Bernard Kouchner d’être régulièrement classé parmi les hommes politiques préférés des Français.
Ancien membre de l’«Union des Etudiants Communistes», Bernard Kouchner a été membre du Parti socialiste jusqu’en 2007. Son ascension politique démarre en 1988, quand il entre au gouvernement de Michel Rocard, en tant que secrétaire d’Etat à l’insertion sociale. Malgré les nombreux postes qu’il obtient dans les gouvernements successifs entre 1988 et 1993, il continue à se déplacer dans des pays aux situations délicates. Les photos de lui, un sac de riz sur l’épaule en Somalie en 1992, feront ainsi le tour du monde. Lorsqu’il accepte de devenir le ministre des Affaires étrangères du premier gouvernement François Fillon après l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007, le PS lance une procédure d’exclusion contre le «French Doctor». Il a occupé son poste au Quai d’Orsay jusqu’en novembre 2010.
HAUT-REPRÉSENTANT DE L’ONU, UNE FONCTION DÉJÀ OCCUPÉE
En 1999, le conflit en ex-Yougoslavie bat son plein et l’OTAN bombarde la Serbie pour lutter contre les troupes de Slobodan Milosevic qui ont pénétré à l’intérieur du Kosovo. Lorsque les troupes serbes quittent la région kosovare, Bernard Kouchner est nommé par Kofi Annan, alors Secrétaire général des Nations Unies, Haut-représentant de l’ONU au Kosovo. Il est chargé d’appliquer les politiques votées par l’ONU et d’administrer le territoire, encore marqué par les conflits. Il quitte ce poste en 2001, après être parvenu à organiser des élections municipales fin 2000. L’action de Bernard Kouchner sera jugée efficace. Il assimilera plus tard cette position à celle d’un Président ou d’un Premier Ministre.
Mais actuellement, un émissaire de l’ONU pour Haïti est déjà en place. Bill Clinton a été nommé à ce poste en mai 2009 par Ban-Ki Moon, alors que le séisme meurtrier du 12 janvier 2010 n’avait pas encore eu lieu. Reste à savoir si les deux hommes travailleront main dans la main ou si Bernard Kouchner remplacera Bill Clinton, qui s’est dit «irrité» par la lenteur de la reconstruction d’Haïti, un an après le tremblement de terre. Le «French Doctor» pourrait être chargé de la répartition des aides internationales, dont la majeure partie n’est pas arrivée en Haïti. Près de 10 milliards de dollars avaient été promis par différents pays juste après le séisme qui a causé au moins 220 000 morts.

UN ANCIEN MINISTRE «RECASÉ»?
L’éventuelle nomination de Bernard Kouchner comme Haut-représentant de l’ONU pourrait provoquer bien des polémiques. Lors du remaniement de novembre dernier, Nicolas Sarkozy aurait promis à Bernard Kouchner une compensation. Auraient également été abordés les cas de Rama Yade, ancienne secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme puis au sport, et de Fadela Amara, chargée des politiques de la ville. Ces deux dernières ont déjà retrouvé de nouvelles fonctions, après avoir été exclues du gouvernement Fillon 4 en raison, semble-t-il, de différends avec le Premier Ministre. Rama Yade a été nommée en décembre dernier ambassadrice de France auprès de l’UNESCO. Fadela Amara, elle, est devenue inspectrice générale des affaires sociales.
Par le passé, Nicolas Sarkozy avait déjà été accusé de favoriser les replacements d’anciens collaborateurs. Ces accusations avaient déjà été lancées à propos de Martin Hirsch et Christine Boutin. Le premier, après avoir quitté son poste de Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté et à la Jeunesse, était devenu président de l’Agence du service civique en mai 2010. La seconde, écartée du gouvernement en 2009, avait refusé la position d’ambassadeur au Vatican avant d’accepter une mission sur les «conséquences sociales de la mondialisation». Ce poste, pour lequel elle était rémunérée 9500€ par mois, avait créé la polémique. Elle avait dû renoncer à son salaire suite aux critiques après la publication d’un article dans le «Canard Enchaîné».
http://www.parismatch.com/Actu-Match/Politique/Actu/Bernard-Kouchner-representant-a-l-ONU-pour-Haiti-240687/

Dix mois après l’enregistrement : Le single Afrik for Haïti est disponible

(rfimusique.com) - Le tremblement de terre en Haïti a provoqué une grande émotion sur le continent africain et une quinzaine d’artistes se sont rapidement retrouvés à Dakar pour manifester leur solidarité aux populations haïtiennes. Ils ont enregistré il y a quasiment dix mois le single Afrik for Haïti qui vient de sortir au Sénégal et sera en principe bientôt en vente dans plusieurs pays africains, ainsi qu’à l’international. Les bénéfices doivent revenir à des projets haïtiens. Ils ont travaillé dans le plus grand secret sur une mélodie trouvée par le Congolais Lokua Kanza. Le fruit de leur travail est maintenant là : le single Afrik for Haïti. Un projet qui rassemble Manu Dibango, Alpha Blondy, Oumou Sangaré, Youssou Ndour, entre autres. De grandes voix africaines, rassemblées pour dire la solidarité des artistes du continent avec les populations haïtiennes.
La Sénégalaise Coumba Gawlo est celle qui a lancé le principe de cette rencontre : ‘Nous artistes africains, nous nous sommes sentis concernés par ce drame, par cette douleur qui est tombée sur nos frères et sœurs d’Haïti, confie l’artiste… On s’est dit: “on n’a que nos voix, alors on donne nos voix et nos cœurs pour qu’Haïti ne tombe dans l’oubli”.’
Il a fallu quelque dix mois pour finaliser le disque, depuis l’enregistrement effectué au studio Tama de Dakar. Les raisons ? Coumba Gawlo fait comprendre à demi-mots que la polémique ayant entouré le concert Afrik for Haïti au Sénégal, dans la foulée de l’enregistrement, l’a poussée à ‘faire un break’ ‘pour faire la part des choses avant de revenir en donnant plus de force au projet.’ La chanteuse explique qu’elle a également dû travailler entre-temps sur son album et d’autres projets pour lesquels elle avait des impératifs.
Cette fois-ci, pourtant, ça y est. Le single vient de sortir au Sénégal où il a commencé à être mis en vente. Sa commercialisation doit prochainement démarrer dans d’autres pays du continent et à l’international.
Prix symbolique
En Afrique, en tout cas, Coumba Gawlo souhaite que le prix pratiqué permette à tous de se joindre à ce geste de solidarité : ‘Dans tous les pays d’Afrique, le Cd Afrik for Haïti sera vendu symboliquement à 1 000 francs Cfa (1,5 euros). Ce n’est pas beaucoup. C’est pour permettre à toutes les populations de l’acquérir de manière honnête, de ne pas le pirater et de faire un geste symbolique à l’endroit de nos frères d’Haïti.’
Pour le marché international, l’artiste dit vouloir travailler avec les plates-formes de téléchargement payant et les maisons de disques, aux tarifs habituels.
Coumba Gawlo assure que l’ensemble des bénéfices ira à des projets liés à l’éducation ou à la santé en Haïti, dans une démarche qui se fera en partenariat avec les Ong locales, les organisations internationales et l’Etat du Sénégal. ‘Avec un Cd à 1 000 FCfa, ce ne sont pas des milliards que nous allons donner, conclut-elle, mais c’est le geste qui compte.’
Laurent CORREAU
http://www.walf.sn/culture/suite.php?rub=5&id_art=70271

Haïti : le point sur les aides et les avancées - Le Moustoir

mercredi 12 janvier 2011.-
Cela fait maintenant un an que la terre a tremblé en Haiti. Corinne et Bruno Mao sont parents adoptifs de deux petites filles et ils sont membres de l'association Ede timoun yo. Le point sur les actions depuis 1 an.
Mobilisation
Une mobilisation exceptionnelle a permis de recevoir des vêtements, des médicaments, de l'argent. Le tout est géré par l'association. Ede timoun yo a pour mission de venir en aide à trois pouponnières d'enfants en attente d'adoption. La mobilisation des associations locales a permis la création d'une école maternelle, l'aménagement de locaux, l'envoi de containers, et aussi des parrainages pour permettre aux enfants d'aller à l'école et de recevoir un repas par jour.
Construction
L'argent contrôlé au centime prés par l'association a permis l'achat à Hinche d'un terrain sur lequel sera reconstruite la pouponnière ainsi que la construction d'un pont sur la rivière qui traverse le terrain. Début septembre, 10 containers ont été chargés à Caen grâce à une mobilisation sans précédent. Ils seront débarqués fin janvier et réceptionnés par une équipe de l'association afin de bien répartir les aides. Leur transformation en mobile-home se fera ensuite et toujours sous contrôle. Une voiture achetée 1 000 € est également partie, elle servira à faire les courses.
Et maintenant
Corinne et Bruno lancent un nouvel appel pour continuer à mobiliser. Ils reçoivent aussi les dons à leur domicile de la Croix Neuve au Moustoir. De nombreuses associations vont encore se mobiliser dans les prochains mois car la demande reste importante et les besoins nombreux. Pour Corinne c'est clair : « Un centime versé, c'est un centime utilisé ».
http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Haiti-le-point-sur-les-aides-et-les-avancees-_22157-avd-20110112-59693289_actuLocale.Htm

Haïti - Élections : René Préval très contrarié par le rapport de l'OEA

13/01/2011 19:19:25 La Mission de l’Organisation des États Américains (OEA) a remis ce jeudi, en début d’après-midi, son rapport au Président René Préval, remise confirmée par le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en Haïti, Edmond Mulet qui a souhaité un dénouement à la crise post-électorale dans le plus bref délai.
« Le Président Préval a un certain nombre de réserves sur la méthodologie des experts de la commission de l’OEA, utilisés pour arriver à leurs conclusions » a déclaré un haut fonctionnaire du gouvernement, sous couvert de l'anonymat. Le rapport de l'OEA met en cause les résultats préliminaires du premier tour et pointe clairement les irrégularités et recommande l’exclusion du candidat du pouvoir, Jude Célestin du second tour au profit du candidat Michel Martelly [3ème position].
Au sujet du rapport, le Président Préval pense qu’il pourrait susciter des tensions politiques et l'incertitude au lendemain du premier anniversaire du séisme. De plus, il émet des réserves sur le fait que six des sept membres de l'équipe de l'OEA proviennent des États-Unis, du Canada et de la France, pays qui avait soulevé des objections publiques au moment de la publication des résultats préliminaires du premier tour [le septième membre de l'équipe provient de la Jamaïque]. Une réserve pour le moins surprenante, sachant qu’avant même que la mission de l’OEA commence son travail, le Président Préval disposait déjà de cette information et aurait pu alors contester la provenance de ces experts, ce qu’il n’a évidemment pas fait.
Il n’est pas clair à ce stade-ci, de savoir si Préval «rejette» la recommandation du rapport ou s’il cherche à discuter de ses réserves avec les experts de l'OEA.
Lors d'une réunion, tenue aujourd’hui, avec Colin Granderson, chef de la mission conjointe de OEA/CARICOM, le Président Préval a également exprimé sa colère devant le fait que le rapport des experts de l'OEA avait été divulgué dans les média, a rapporté la même source.
Au Conseil Électoral Provisoire (CEP), la Conseillère Ginette Chérubin a fait savoir qu’elle et ses collègues n’avaient pas encore reçu ce rapport, mais se préparent à tenir compte des recommandations avant d’annoncer les résultats définitifs du premier tour. « Les experts qui ont produit ce rapport sont des professionnels spécialisés, des techniciens de haut niveau qui ont analysé le processus de tabulation et qui ont dû argumenter leurs recommandations. Leur avis va nécessairement compter. »
« C'est en tout cas, le Conseil électoral provisoire qui doit évaluer le rapport de la mission, le comparer au travail des techniciens du centre de tabulation et décider de la suite à lui donner, avant la publication des résultats définitifs du premier tour » a-t-elle précisé. Ginette Chérubin a affirmé jeudi que « le CEP va tenir compte des recommandations des experts de l’OEA » dans le cadre de la publication des résultats définitifs du scrutin présidentiel du 28 novembre et que « seul le CEP est autorisé à les proclamer »
Didier Le Bret, l’Ambassadeur de France en Haïti, a fait savoir qu’il « est important que les recommandations du rapport soit suivies d’effets ». Ce serait « une honte si après avoir sollicité une mission et défini ses termes de références, on choisisse par la suite de lui retirer sa confiance » La mission d’experts, a dit le diplomate « a été demandée par les autorités haïtiennes et ses recommandations devraient être non partisanes ».

http://www.haitilibre.com/article-2111-haiti-elections-rene-preval-tres-contrarie-par-le-rapport-de-l-oea.html

Haïti - 12 janvier 2011 : Hommages dominicain aux victimes du séisme

13/01/2011 15:32:06 Le Président Leonel Fernández, en compagnie du Vice-président Rafael Alburquerque et de la première dame Margarita Cedeño de Fernández, a rendu un hommage aux victimes du séisme en Haïti lors d'une cérémonie sur les marches du Palais national, où ils ont observé une minute de silence.
Était aussi présent : de nombreux ministres dominicains (Luis Manuel Bonetti, Juan Temístocles Montás) ainsi que des fonctionnaires et employés du Palais National.
Dans l'hommage, Leonel Fernández a rappelé que la République dominicaine avait été le premier pays à avoir offert de l'aide, a envoyer des centaines de tonnes de nourriture, d’équipements médicaux et du personnel pour le sauvetage des victimes et l'enlèvement des débris. Que les hôpitaux dominicains ont accueilli des milliers de blessés, que des cuisines mobiles pour des dîners économiques ont été envoyés afin d’offrir des aliments crus et cuits aux familles sinistrées. Le Président Fernández a également rappelé qu’il a été le premier président à se rendre en Haïti, à montrer la solidarité des dominicains avec le peuple haïtien et a appeler les autres Nations du monde à collaborer à la reconstruction de la nation voisine.
Précédemment, Fritz Cinéas, l’ambassadeur d'Haïti en République Dominicaine, accompagné de plusieurs fonctionnaires de la délégation et des dirigeants de l'Association haïtienne des étudiants, avait déposé une couronne de fleurs devant l'ambassade, à Santo Domingo. Au cours de cette cérémonie, il a remercié chaleureusement le gouvernement, et salué la solidarité et le soutien du peuple dominicain face à la tragédie du séisme du 12 janvier 2010 qui a frappé son pays.
Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées devant l'ambassade à la mémoire des 300,000 morts du tremblement de terre. L’ambassadeur a déclaré que, « la tragédie haïtienne avait contribué à unir les deux Nations de l'île. »
Floriales Nikerson, Président de l'Association des étudiants haïtiens dans le pays, accompagné de Ketl Milien James, Jeff et Julian Marckenson Desir, a remercié les dominicains qui, dès le premier jour du tremblement de terre, sont venus dans son pays pour aider les personnes sinistrées ainsi que tous les autres pays qui ont exprimé leur solidarité avec le peuple haïtien.
Nikerson a lancé un appel aux dirigeants d’Haïti, leur demandant d’assumer la responsabilité de la reconstruction et a promis, qu’après avoir terminé leurs études dans le pays, ils sont prêts à venir travailler pour le développement et le bien commun d'Haïti « Nous voulons souligner que la reconstruction d'Haïti ne peut pas être laissée à d'autres, mais que nous devons assumer nos responsabilités » a conclus le Président de l’association des étudiants.
TB/ HaïtiLibre
http://www.haitilibre.com/article-2109-haiti-12-janvier-2011-hommages-dominicain-aux-victimes-du-seisme.html