POUR VOS RECHERCHES

Google

mardi 11 août 2009

Haïti salaire minimum : La séance du 4 août dernier va se poursuivre ce mercredi au parlement

La séance du 4 août dernier sur les objections de l'exécutif va se poursuivre mercredi prochain, mais on ne reviendra pas sur le vote du rapport, averti le président de la chambre basse, Louis Jeune Levaillant. Le parlementaire a indiqué que les députés voteront suivant le principe du rapport de la commission qu'ils ont déjà accepté, estimant n'avoir rien à se reprocher dans l'organisation de la séance du 4 aout.
Louis Jeune Levaillant informe que conformément à la demande du groupe des 26 députés, les présidents des différentes commissions et le président de la chambre des députés se sont réunis en conférence et décident de poursuivre avec les discussions sur les objections du président de la république.
Il a laissé entendre que les parlementaires ne pourront pas revenir sur les 200.00 gourdes « Les autres points de l'ordre du jour seront en discussion, mais pas le rapport de la commission des affaires sociales, lequel a bénéficié d'un vote favorable de la part de la chambre basse » a –il ajouté
Le député de la commune de Carrefour ne l'entend pas de cette oreille Esdras Fabien a de son coté, fait savoir que les 200 gourdes sont le strict minimum à payer aux employés des entreprises de sous-traitance.
Il nous faut statuer sur les objections du chef de l'Etat et rejeter le rapport voté de manière illégale et en violation des règlements intérieurs de la chambre des Députés, a dit Esdras fabien.
La loi Benoit sur l'ajustement du salaire minimum a été votée à 200 gourdes par les deux branches du Parlement. Dans ses objections, le chef de l'Etat a proposé 125 gourdes pour les ouvriers de la sous-traitance et la commission affaires sociales, 150 gourdes.
Mais, au cours d'une séance tenue le 4 aout, l'assemblée des députés a tenu compte uniquement du rapport de la commission, laissant de côté les objections du président de la République.
RD
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15653

Baisse du prix des produits pétroliers sur le marché local

Les prix des différents produits pétroliers (gazole, gazoline et kérosène) connaissent une baisse sur le marché national, indique un avis (en date du 7 août) du ministère haïtien de l'économie et des finances.
Le gallon de la gazoline 95, qui se vendait depuis le 20 juillet dernier à 182.00 gourdes, passe à 164.00 gourdes, celui de la gazoline 91 de 180.00 à 159.00 gourdes.
Le gallon du gazole (gasoil) s'achète maintenant à 102.00 gourdes contre 115.00 gourdes depuis le 11 juillet 2009. Le kérosène, communément appelé gaz blanc, très utilisé par les ménages en Haïti, est débité à 99.00 gourdes contre 109.00 auparavant.
Cette diminution de l'ordre de 10% des prix des différents produits pétroliers devait entrer en application dés la parution de cette note souligne le ministère haïtien de l'économie et des finances
RDhttp://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15659

Bill Clinton annonce une mission commerciale en Haïti

L'envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour Haïti, Bill Clinton, annonce qu'il dirigera prochainement une mission commerciale avec des investisseurs internationaux en Haïti.
Précisant que cette mission sera réalisée en octobre, M. Clinton a également réitéré son engagement à aider Haïti à générer des opportunités d'emplois et améliorer les services de base.
L'envoyé spécial a également déclaré que les récents développements, dont l'adoption probable d'une nouvelle législation en matière d'assistance au Congrès américain et un allégement récent de la dette de 1,2 milliard de dollars, donnaient " une occasion unique d'agir maintenant pour reconquérir le passé glorieux d'Haïti tout en façonnant un avenir meilleur ".
L'ancien président des Etats-Unis, a participé dimanche au deuxième Congrès annuel de la diaspora haïtienne aux Etats-Unis, au cours duquel il a appelé à davantage d'investissements du secteur privé en Haïti.
M. Clinton a encouragé les membres de la diaspora haïtienne à user de leur influence "pour montrer le vrai visage d'Haïti à la communauté internationale".
Outre L'envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour Haïti, la Première Ministre Michèle Pierre Louis, le président du sénat, Kelly Bastien et plusieurs autres personnalités politiques haïtiennes avaient pris part à ce forum organisé par la Haitian League.
LLMhttp://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15658

Haïti salaire minimum ; nouvelle manifestation en faveur des 200.00 gourdes

De nombreuses personnes sont à nouveau dans les rues ce mardi 11 aout pour réclamer l'application de la loi sur le salaire minimum telle que votée par les deux chambres du parlement.
La manifestation est partie de la route de l'aéroport, ils ont fait escale devant le palais national siège de la présidence et devrait par la suite se diriger devant le Parlement.
Les manifestants ont lancé des slogans hostiles au président de la république.
Ils désapprouvent aussi le vote du rapport de la commission des affaires sociales à la chambre des députés qui se prononce pour un salaire minimum journalier de 150.00 gourdes.
RDhttp://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15657

Fermeture temporaire des entreprises de la sous traitance

Les responsables de l'Association des Industries d'Haïti annoncent la fermeture provisoire des entreprises d'assemblage et de textile se trouvant au Parc Industriel.
Dans un communiqué de presse, le président de l'ADIH, Georges Sassine, informe que les entreprises resteront fermées ce mardi 11 aout en vue d'adopter des dispositions visant à assurer la sécurité des employés et de leurs lieux de travail.
M. Sassine indique que cette décision a été adoptée suite aux incidents enregistrés les 3,4, 5 et 10 aout à la Société Nationale du Parc Industriel.
Il révèle que des " individus ont , à plusieurs reprises, pénétré violemment dans l'enceinte de plusieurs usines pour y semer la panique et forcer les ouvriers à abandonner leurs postes de travail".
Les responsables de l'ADIH ont fait valoir que la situation s'est détériorée hier en dépit des efforts des forces de l'ordre.
M. Sassine appelle le gouvernement, les responsables de la Sonapi et les autorités sécuritaires à adopter de nouvelles dispositions afin que les entreprises puissent fonctionner et que le droit au travail des ouvriers soient garanti.
Il rappelle que ces incidents violents contribuent à décourager les investisseurs haïtiens et étrangers ce qui entrainera l'aggravation du chômage endémique.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15656

Salaire minimum ; intensification du mouvement de protestation

Les ouvriers et étudiants réclamant la hausse du salaire minimum à 200 gourdes ont donné une nouvelle intensité à leur mouvement hier. Les forces de l'ordre ont eu fort à faire pour contenir les manifestants qui avaient tenté d'investir la Société Nationale du Parc Industriel (SONAPI).
L'intensification du mouvement de protestation s'est traduite par jets de pierres qui ont provoqué des dommages à plusieurs véhicules dont celui du chargé d'affaires de l'ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince, Thomas Tighe. Le diplomate américain qui se trouvait à Delmas 31 n'a pas été la cible des manifestants a fait valoir la porte parole de l'ambassade des Etats-Unis.
Lors d'accrochage avec les forces de l'ordre non loin du commissariat de Delmas, un policier a été blessé et des pares brises de véhicules de la PNH endommagés.
D'autre part, un étudiant Guerchang Bastia, et un membre d'organisation populaire, Patrick Joseph, ont été appréhendés par les policiers à l'intérieur du Parc Industriel. Le commissaire de police de Delmas, Carl Henry Boucher, révèle que les dossiers de ces deux individus ont été transférés au commissaire du gouvernement au cours de la journée.
Les manifestants ont au cours de la journée prouvé leur détermination à poursuivre le mouvement de protestation visant à encourager les députés à rejeter l'objection du chef de l'Etat à la loi sur le salaire minimum. Ils ont fait valoir qu'un salaire de 150 gourdes par jour ne permettrait nullement aux ouvriers de subvenir à leurs besoins fondamentaux.
Le chef de l'Etat, les patrons et les députés étaient dans le collimateur des manifestants qui ont fait feu de tous bois pour amplifier leur mouvement.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=15654