POUR VOS RECHERCHES

Google

lundi 4 janvier 2010

Haïti et République Dominicaine : Un ministre haïtien propose la manière d’améliorer les relations.

Auteur Javier Valdivia- 04/01/2010.
LA RENCONTRE. ON ATTEND CETTE ANNEE UNE REUNION ENTRE LES GOUVERNANTS DES DEUX PAYS.

Santo Domingo.- LE premier pas que la République Dominicaine et Haïti doit donner pour améliorer leurs relations  à travers la réactivation de la Commission Mixte Bilatérale consiste, selon un haut fonctionnaire du gouvernement haïtien, à élaborer une évaluation  générale de son mandat, de sa composition  et des résultats obtenus jusqu’à maintenant, de façon que sa mise en marche permette de profiter le mieux de l’échange  interinstitutionnelle entre les deux nations.

Edwin Paraison, ministre des haïtiens vivant à l’extérieur, Porte feuille qui doit veiller sur le bienêtre des citoyens haïtiens résidant à l’extérieur, a déclaré en plus « la haute politisation »  du thème migratoire a fait que ceci ait eu une majeure percussion dans l’opinion publique insulaire, pour cette raison il est nécessaire que les gouvernements assument la conduite du débat publique sur le sujet, « avec des voix autorisées qui ne projettent  pas d’ambigüités en ce qui concerne les positions officielles ».

Les déclarations de Paraison ont été diffusées quelques semaines après l’annonce de la visite en République Dominicaine  du président Préval, et après une année qui termina avec une série d’évènements qui ont eu des incidences sur les relations entre Santo Domingo et Port-au-Prince.

Bonnes relations

« Tenant compte des bonnes relations personnelles entre les deux mandataires de l’île, mieux qu’une tentative de rapprochement, une possible visite en République Dominicaine du président Préval, dans la conjoncture actuelle, aura entre autres objectifs, celui de passer en revue les relations entre les deux pays », a déclaré Paraison au sujet de l’annonce du voyage du chef d’Etat haïtien.

« S’il est certain que dans certains domaines les échanges se font avec une certaine fluidité, comme au niveau de la coopération bilatérale, il existe cependant certaines préoccupations dans d’autres domaines », a ajouté le fonctionnaire.

En Mars 2009, Préval a établi moyennant un décret la participation de son pays à la Commission Mixte Binationale et désigna les fonctionnaires de son gouvernement qui travailleront au sein de cette commission. Fernandez l’avait fait en septembre 2007. Le mécanisme a été une initiative lancée par le président Joaquin Balaguer et l’actuel président haïtien, en 1996, a expliqué monsieur Paraison, quoiqu’il revienne au premier gouvernement de Leonel Fernandez le mérite de l’avoir mis en marche du côté dominicain.

UN MECANISME DE CONTACT PERMANENT

La commission a été créée dans l’objectif de canaliser à travers elle, le dialogue et la solution  à des sujets sensibles comme l’immigration illégale, l’échange commerciale, la sécurité frontalière et la situation de l’environnement.

« Quand  la commission mixte se réunit, plus de soixante dix personnes des deux nations ont la possibilité de se connaître de travailler ensembles sur les thèmes de l’agenda bilatéral et des liens professionnels se construisent en plus, des amitiés personales qui contribuent à améliorer les échanges »’ a déclaré le ministre haïtien au journal LISTIN DIARIO.

Paraison a signalé que si l’on réalise une évaluation de la gestion des relations entre la République Dominicaine et Haïti l’année passée, «  il est évident » que le commerce, le transport terrestre international, la sécurité frontalière et l’immigration sont des sujets qui ont été occasionnellement  conflictuels » à cause du manque de politiques et d’accords bilatéraux.

Le fonctionnaire haïtien a dit que le thème  principal de l’agenda haïtien en rapport avec son voisin constituent les relations économiques et sociales. http://www.listin.com.do/app/article.aspx?id=126922

Traduction : JJ pour Haïti Recto Verso (HRV)

200 haïtiens sans papiers expulsés en trois jours vers Haïti : Ils furent tous arrêtés par le CESFRONT et par l’armée Dominicaine.

Dajabon R. Dominicaine. EFE.- Près de 200 citoyens haïtiens sans papiers ont été rapatriés depuis la République Dominicaine durant les trois derniers tours après avoir été détenus par les membres du Corps Spécialisé de Sécurité Frontalière Terrestre (CESFRONT) et de l’Armée, ont informé les sources militaires.
Les immigrants furent détenus quand ils essayèrent de traverser clandestinement en territoire dominicain profitant des festivités de Fin d’année, selon les sources.

Des centaines d’haïtiens ont essayé sans succès de traverser la frontière haitiano-dominicaine  ces derniers jours, ce qui a obligé les forces militaires locales à redoubler la surveillance au niveau de la zone limitrophe.

Tous les ans, des milliers d’haïtiens qui résident de manière irrégulière en différents points du pays ont voyagé vers la nation voisine pour passer les fêtes de Noël en familles.

La grande majorité essaie de retourner au pays avant et après la célébration de la nouvelle année et selon les autorités militaires, ils ne le font jamais seuls, car avec eux une quantité similaire ou supérieure essaie de rentrer en République Dominicaine.

Des fonctionnaires militaires et du service d’immigration et des producteurs  agricoles de la région du Nord-Ouest se sont réunis début décembre avec le père Jésuite Régino Martinez, coordonnateur de Solidarité de Frontalière à Dajabon (Frontalière avec Haïti) pour coordonner le retour des travailleurs agricoles haïtiens qui possèdent des documents  pour travailler en République Dominicaine.

En janvier 2009, plus de 600 haïtiens appuyés par le père Regino Martinez occupèrent la paroisse « Notre Dame du Rosaire » de Dajabon pour protester contre le fait que les militaires et les inspecteurs de Migration avaient empêché leur retour après les fêtes de Noël.

Après des heures d’incertitude, les autorités locales avaient permis l’entrée en territoire dominicain des haïtiens détenteurs de documents les permettant de travailler  dans le pays et avaient rapatrié ceux qui n’en disposaient pas.

Traduction J.J pour Haïti Recto Verso (HRV)

Un Haïtien est tué pour des motifs de vol perpétré contre lui ; On suspecte qu’un compatriote soit l’assassin.

Barahona.- Un citoyen haïtien qui travaille comme coupeur de canne à l’usine de Barahona, a été tué ce samedi à coup de machettes par un autre compatriote pour lui voler son argent qu’il avait touché de Consortium sucrier Central (CAC).
L’étranger a été identifié comme Capten Elime de 41 ans, fut retrouvé mort dans un logement ou résident plusieurs compatriotes localisé dans du Batey Bombita de Canoa.
Le citoyen haïtien a été tué de plusieurs coups de machettes par un compatriote pour lui soutirer de l’argent qu’il avait touché du CAC qui administre l’usine Barahona.
On raconte que la victime résidait avec d’autres haïtiens qui se matin sont partis travailler comme coupeurs de canne dans cette zone de la Province.
http://www.elnacional.com.do/nacional/2010/1/2/35826/Matan-haitiano-para-robarle-Sospechan-de-un-compatriota
Traduction : J.J pour Haïti Recto Verso (HRV)