POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 24 juin 2010

Myrlande Manigat salue l'initiative de la société civile

La secrétaire générale du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), Myrlande Manigat, accueille favorablement l'initiative des organisations de la société civile ayant proposé une formule pour la formation d'un CEP crédible. Toutefois elle soutient que la formule insérée dans les dispositions transitoires de la constitution de 1987 n'a aucune valeur légale puisque ce chapitre est caduc. La formule de la société civile ne peut être qualifiée de constitutionnelle puisque les dispositions transitoires n'étaient valables que pour le gouvernement provisoire de Henry Nanphy.
Même si cette formule n'est pas constitutionnelle Mme Manigat assure qu'elle est équilibrée et peut servir de référence pour la définition d'une autre formule. Quoique vieux de 23 ans, les dispositions transitoires sont de nature à inspirer une nouvelle formule de composition du Conseil Electoral Provisoire (CEP).
La constitutionaliste accorde une importance capitale à la proposition de la société civile laquelle témoigne d'une méfiance envers le CEP de Gaillot Dorsainvil. La secrétaire générale du RDNP croit que la majorité des acteurs politiques ont compris qu'on ne pourra pas avoir des élections crédibles et démocratiques avec l'actuel CEP.Dans une interview à radio Métropole Mme Manigat a dit espérer que la proposition de la société civile bénéficiera d'un large consensus. La nouvelle formule devrait obtenir l'appui des secteurs qui réclament le départ de tous les conseillers électoraux.
Myrlande Manigat soutient que l'initiative de bonne volonté de la société civile pourrait permettre de réorienter la vie politique.
Plusieurs dirigeants politiques dont Evans Paul (Alternative ) et Maryse Narcisse ( Fanmi Lavalas) n'ont pas voulu commenter la nouvelle proposition de la société civile arguant qu'ils n'avaient pas encore pris connaissance du dossier.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17884

Le Canada souhaite des élections honnêtes crédibles et démocratiques en Haïti

L'ambassadeur canadien accrédité en Haïti, Gilles Rivard a indiqué que le Canada ainsi que d'autres pays de la communauté internationale, attendent actuellement la publication de l'arrêté présidentiel convoquant le peuple en ces comices. Intervenant à la rubrique le point sur le 100.1 de Radio Métropole, Monsieur Rivard a renouvelé son soutien au processus électoral, toutefois il a précisé qu'il est important que des élections honnêtes crédibles et démocratiques se tiennent en Haïti.
Il a affirmé avoir déjà rencontré le président de la République, en compagnie d'autres représentants de la communauté internationale, pour faire le point sur un certain nombre de questions.
« Le chef de l'État nous a dit que l'arrêté devrait être publié dans les prochains jours » a déclaré l'ambassadeur Rivard qui refuse de commenter la proposition formulée par plusieurs organisations de la société civile, préconisant, la formation d'un nouveau CEP.
Toutefois le diplomate a fait remarquer que le succès des élections dépend du taux de participation des électeurs. Et selon lui cette participation est liée directement à la crédibilité de ces joutes.
Par ailleurs le représentant du Canada en Haïti a salué la désignation de la gouverneure générale du Michaëlle Jean, comme envoyée spéciale de l'Unesco en Haïti.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17887

La commission intérimaire entre confiance et méfiance

Une semaine après l'inauguration de la CIRH les avis des dirigeants des partis politiques sont partagés en ce qui a trait à l'action de cet organisme en charge des projets de reconstruction. Le chef de file de Respect, Charles Henry Baker, croit que l'ex président Bill Clinton est de bonne foi et veut contribuer effectivement au développement d'Haïti. L'industriel révèle que l'émissaire spécial du secrétaire général de l'ONU veut recruter des haïtiens de la diaspora dotés d'une certaine compétence en vue de l'aider dans sa tache.
Cependant M. Baker se dit préoccupé par les " activités politiciennes " du chef de l'Etat qui veut mettre les bâtons dans les roues de la commission intérimaire.
Le chef de file du Conaced, Osner Févry, a une tout autre lecture de la situation. Il croit que la communauté internationale s'est accaparée du pouvoir et utilise Edmond Mulet, Bill Clinton et René Préval pour diriger le pays. M. Févry assimile la CIRH à un désordre approuvé par la communauté internationale.
Interrogé sur le début des activités de la Commission Intérimaire, le juriste rappelle qu'une action judiciaire visant à déclarer illégale la loi d'urgence a été introduite par devant la cour de cassation.
Le chef de file du Conaced préconise un dialogue entre les acteurs politiques afin de jeter les bases d'une vraie réconciliation. Il soutient qu'une action concertée des nationaux permettra de faire échec au plan de la communauté internationale.
Refusant de participer aux manifestations des 5 formations de l'opposition, M. Févry déplore le comportement de certains leaders qui réclament le départ de Préval tout en acceptant la présence de Clinton.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17886

Les acteurs politiques appellent au dialogue entre les forces vives

De nombreux leaders politiques préconisent le dialogue afin de trouver un consensus entre les positions antagonistes. Cependant les points de vue divergent sur l'objectif de cette importante rencontre des acteurs politiques. Evans Paul, un des chefs de file de l'Alternative, est disposé à participer à des négociations moyennant l'intégration de la démission du président Préval dans l'ordre du jour des rencontres. Il n'entend pas participer à une réunion au Palais national qui pourrait servir d'alibi à des membres du parti au pouvoir. M. Paul déplore les critiques de certains proches du pouvoir relatives aux réceptions offertes en l'honneur de certains leaders de l'opposition.
De son coté le coordonnateur général de Ansanm Nou Fò, Pierre Eric Jean Jacques, soutient que le dialogue entre les acteurs politiques doit permettre d'élaborer un vrai plan de reconstruction. Il estime que les réticences des donateurs à décaisser des fonds pour la CIRH sont liés à l'absence de plan global de développement.
Pour sa part le principal dirigeant du Grand Rassemblement pour l'Evolution d'Haïti (GREH), Himmler Rébu, assure que le principal objectif d'un dialogue entre les acteurs politiques sera de préparer le processus électoral. M. Rebu souhaite une remise en question à la fois de la stratégie pour l'inscription des électeurs et du Conseil Electoral.
Cet avis n'est pas partagé par le président du sénat Kelly Bastien. Membre du parti au pouvoir le sénateur Bastien est favorable à un dialogue qui doit déboucher sur un replâtrage du CEP actuel. Il soutient qu'il ne sera pas possible de former un nouveau CEP en raison du court délai pour la tenue des élections.
LLM / Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17885

Les bandits sont dans le collimateur des autorités policières

Le secrétaire d'état à la sécurité publique, Aramick Louis, annonce de nouvelles mesures en vue de faire face au phénomène de l'insécurité qui tente de refaire surface au niveau de la région métropolitaine de Port-au-Prince. Monsieur Louis a fait remarquer que des policiers sont actuellement déployés dans certains camps d'hébergement afin de contrecarrer l'action des bandits.
Il invite les membres de la Population à collaborer avec les forces de l'ordre de manière à stopper les agissements des bandits Rappelons que les autorités policières ont lancé depuis vendredi dernier, une série d'opération visant à démanteler des gangs qui essaient de se reconstituer. .
Un chef de gang ainsi que deux de ses bras droit ont été tués, dans le cadre de ces opérations au cours de laquelle plusieurs suspects ont été également arrêtés. .
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17883

Sommet du G8 : Haïti officiellement invitée

Haïti a été officiellement invitée par le premier ministre canadien, Stephen Harper à participer au sommet du G8 qui se tiendra les 25 et 26 juin prochains à Huntsville au Canada, L'annonce a été faite par l'ambassadeur canadien accrédité en Haïti, Gilles Rivard, qui a fait remarquer qu'Haïti n'est pas le seul pays non membre à avoir reçu une invitation à prendre part à cette réunion annuelle.
Il précise que la Colombie et la Jamaïque seront également présentes lors de ce sommet.
Selon le diplomate le président haïtien René Préval fera le déplacement pour représenter Haïti à ce grand rendez –vous des pays les plus riches.
Notons que 7 autres pays africains sont également invités à ce sommet.
Chaque année, un pays membre différent assume la présidence du Groupe et s'exprime en son nom durant douze mois. Cette année, c'est au tour du Canada.
Le pays qui accueille le sommet est aussi celui qui dresse l'ordre du jour et fixe les priorités du programme d'action, mais il ne peut le faire seul. Le Canada est déjà en pourparlers avec les autres membres du G-8 et aussi avec des pays non membres, des organisations internationales et des organisations non gouvernementales. Il doit par ailleurs organiser les conférences des ministres concernés durant sa présidence.
Le G-8, ou Groupe des Huit, est formé des huit pays les plus industrialisés du monde : le Canada, l'Allemagne, les États-Unis, la France, l'Italie, le Japon, le Royaume-Uni et la Russie.
EJ/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17881

Une délégation de parlementaires européens est attendue en Haïti

Des parlementaires européens membres de la Commission du Développement au Parlement européen séjourneront en Haïti du 24 au 28 juin 2010. Une annonce faite par communiqué de la Délégation de l'Union européenne en Haïti.
La délégation sera composée, entre autres, de Mme Michèle Striffler, Patrice Tirolien (tous deux de la France), de Mme Eleni Theocharous (Grèce), et de Niccolo Rinaldi (Italie).
Au cours de cette visite de quatre jours, les parlementaires, auront des entretiens avec les principaux acteurs ainsi qu'avec des organisations non-gouvernementales impliqués dans le processus de reconstruction du pays.
Ils se rendront également dans des camps d'hébergement afin de s'enquérir des informations relatives à la situation des sinistrés du séisme du 12 janvier dernier.
Ces parlementaires européens rencontreront également, les autorités haïtiennes notamment le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive.
Notons que la commission européenne entend jouer un rôle important, dans le cadre de la reconstruction du pays. EJ/Radio Métropole Haïti

http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=17880