POUR VOS RECHERCHES

Google

dimanche 22 mai 2011

Des couples franco-haïtiens attendent toujours d’être réunis

Au lendemain du séisme en Haïti, la France avait promis d’alléger les conditions du regroupement familial, mais les délais d’attente restent très longs, notamment pour le rapprochement de conjoints.
Sur Facebook, un groupe de Français mariés à des Haïtiens s’est constitué pour protester contre la lenteur et l’opacité de ces procédures.
Les principales dispositions du projet de loi sur l’immigration
Que reste-t-il de la générosité gouvernementale annoncée par Éric Besson, en charge du défunt ministère de l’immigration au lendemain du séisme en Haïti ? La France avait promis, face à la catastrophe, un allégement des conditions du regroupement familial ainsi que la facilitation de la délivrance de visas pour les visites de proches.
Un engagement qui semble difficile à tenir sur la durée, alors qu’Haïti ne s’est pas encore relevé du désastre. Du moins concernant les rapprochements de conjoints. Une trentaine de Français, tous mariés à des Haïtiens, ont décidé de s’organiser. Réunis dans un groupe sur le site Facebook, ils se sont rapprochés du collectif des Amoureux au ban public pour se faire entendre, lassés des interminables démarches pour l’obtention de leur rapprochement.
En principe, le parquet dispose de six mois pour valider ce dernier. Christelle a attendu trois ans. C’est elle qui a décidé de rassembler des conjoints de Haïtiens en réseau social. La jeune femme de 24 ans voit seulement maintenant le bout du tunnel… grâce notamment aux 1 000 personnes qui ont signé une pétition en sa faveur.
« En attendant, je peux perdre mon époux à tout moment »
À présent, son mariage est inscrit à l’état civil. Si la délivrance des visas ne traîne pas, elle pourra retrouver son époux en France dans deux mois. « Après le séisme, j’ai composé le numéro vert destiné à accélérer les démarches des gens dans ma situation, raconte-t-elle. Rien n’a été fait, alors que la maison de mon mari s’était écroulée, et qu’il vivait en SDF. »
Les autres membres du collectif espèrent tous ne pas avoir à attendre aussi longtemps. Au bout de huit mois, la demande de Solène n’est toujours pas en cours de retranscription. Son dossier, aux dernières nouvelles, était « en cours de vérification ». « Je me dis qu’en attendant, je peux perdre mon époux à tout moment », alerte la jeune femme de 28 ans, mariée à Stanley depuis le 28 août 2010.
« Là-bas le choléra court toujours, sans compter les violences, poursuit-elle. Mon mari est superviseur de sécurité dans une savonnerie de Port-au-Prince. L’entreprise s’est fait attaquer à l’arme à feu pendant les élections. »
Muriel et Gachelin ont vécu sous le même toit en France en 2008, avant que celui-ci ne soit expulsé. Leur mariage, à l’origine programmé en février 2010, a été reporté de six mois à cause du tremblement de terre. La date de leurs retrouvailles demeure cependant incertaine.

Nicolas Ferran dénonce l’opacité qui règne sur ces retards de procédure
Si leur dossier a bien été retranscrit à l’état civil, il peut s’écouler encore plusieurs semaines avant qu’elle reçoive le livret de famille leur permettant un rapprochement. « Je m’inquiète, confie Muriel, qui habite Chaumont (Haute-Marne). Mon mari a perdu beaucoup de poids, il souffre de maux de ventre et de tête. »
Nicolas Ferran, coordinateur national du collectif des Amoureux au ban public, dénonce l’opacité qui règne sur ces retards de procédure. « Je comprends que dans un pays dévasté, et où les archives sont décentralisées et en grande partie détruites, il soit très difficile de procéder aux vérifications d’état civil, explique-t-il, mais dans ce cas il faut le dire et en tirer les conséquences. »
Le collectif a adressé un courrier à l’ambassade de France à Haïti pour que les dossiers des conjoints soient examinés dans les plus brefs délais. L’organisation préconise, si des difficultés administratives persistent, d’accorder aux Haïtiens mariés à des Français un statut temporaire, pour que les couples puissent se retrouver pendant le temps de la procédure.
JEAN-BAPTISTE FRANÇOIS
http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Des-couples-franco-haitiens-attendent-toujours-d-etre-reunis-_EP_-2011-05-22-617714

Pre-fabricated homes packed onto ship for Haiti

A shipping container full of pre-fabricated homes is one step closer to embarking on a voyage from Nova Scotia to Haiti where they will be available for sale to help Haiti's rebuilding effort. On Saturday volunteers in Truro packed up 90 of the ready-made homes in a church parking lot.
The homes are going to Fond de Blanc, a town that wasn't extensively damaged by the earthquake and quickly filled with people who lost their homes. It's just under 100 kilometres away from Port-au-Prince.
Fond des Blancs had a population of about 5,000 prior to the January 2010 earthquake. That number has swelled to 60,000.
Now, officials in Haiti plan to to permanently expand the town and new homes are needed for that.
About $45,000 was raised by Friends of the Orphans Canada to buy the pre-made homes.
Organizer Ian MacHattie said the homes will be assembled in Haiti.
"They're a steel-arched dome — like in a semi-circle — with a fabric pulled tight over it," MacHattie said, explaining the look of the homes. "It's 12 feet by 12 feet and that way it's wind-resistant, solar-resistant, won't fall down in an earthquake, and just provides basic shelter."
He said the structures are anchored to the ground using concrete instead of wood because of termites in the region.
MacHattie said about 200 volunteers contributed time and money to help the unique housing project.
The homes will be sold for $500 each, including shipping, freight and installation.
He said the container will make its way to the Halifax port in the next couple of days.
http://www.cbc.ca/news/canada/nova-scotia/story/2011/05/21/ns-haiti-homes.html

US and Sweden donate US$2.6 million to Haiti camps

PORT-AU-PRINCE, Haiti (CMC) – The International Organisation for Migration (IOM) says that the United States and Sweden are donating US$2.6 million to help prevent sexual assaults in settlement camps set up in Haiti after last year's devastating earthquake. The IOM, an intergovernmental organisation that was initially established in 1951 as the Intergovernmental Committee for European Migration (ICEM) to help resettle people displaced by World War II, said the money will also aid in battling child trafficking in the impoverished, French-speaking Caribbean country.
The IOM said it has received US$1.6 million from the US Department of State and the United Nations Children Education Fund (UNICEF) to fight child trafficking.
It said Sweden’s International Development Cooperation Agency has provided US$1 million for the installation of solar lights in 20 settlements in Port-au-Prince, the Haitian capital.
The money will also be used for counselling and other services for victims of sex abuse, the IOM said.
Over 300,000 people were killed and 1.5 million left homeless by the massive January 12 earthquake last year.
The IOM said while the number of Haitians living beneath tents and tarps has been cut in half, the reduction is not a sign of significant improvement. It said the number of newly-built permanent homes remains shockingly low.
Newly-installed President Michel Martelly has promised to relocate earthquake victims living in six highly-visible camps during his first 100 days in office.
Read more: http://www.jamaicaobserver.com/news/US-and-Sweden-donate-US-2-6-million-to-Haiti-camps#ixzz1N6EbUhR3

Volunteers in Portsmouth pack food for students in Haiti

By AIMEE LOCKHARDT Special to the Sunday Citizen
Sunday, May 22, 2011
PORTSMOUTH — Jim Willey, who has been going to Haiti since 2005 to help arrange deliveries of food, says the statistics there stunned him.
There was not only an 80 percent unemployment problem, but 40 percent of the people were illiterate and 40 percent of the population is 14 years or younger.
When the earthquake hit in 2010, he started Help for Haiti in June.
"I decided to take it up a notch and do something more," he said.
Help for Haiti focuses on three areas: feeding children in schools, promoting education by paying teachers and improving school building, and promoting companies in Haiti so graduates have employment opportunities.
On Saturday, Willey's dream to feed children in schools finally came true when 550 volunteers met at the Frank Jones Center to package 100,000 meals for Haitian students.
"I'm tremendously encouraged," he said. "We're only in the second year, and we already have teachers getting paid and a school being rebuilt — and now a lunch program."
Around 300 of the volunteers came from churches, including Bethany Church in Greenland, Second Baptist Church in Sanbornton, CenterPoint Church in Concord and First Presbyterian Church in Concord, Mass. The other 200, Willey said, were volunteers from the community.
All volunteers took turns working two-hour shifts packaging rice, dried vegetables, soy and chicken flavoring. The food for packaging, or MobilePacks, is provided by the Feed My Starving Children organization. The 21,000 pounds of food will be shipped to a church school in Marmalade, Haiti, where 130 students will receive a meal every day as part of a lunch program there.
"If they see something they're familiar with they're more likely to try other things and they're a great source of carbohydrates," Ursula Maley, MobilePack Supervisor for Feed My Starving Children, said of the rice in the MobilePacks.
All volunteers were placed into groups of 13 to 21 people, where they formed an assembly line to place the meal into packaging bags.
Cindy Solomon, of Newmarket, came to participate in the food packaging when a friend invited her.
"It's a great opportunity to help people in need, the poor and hungry," she said. "¿ My heart goes out to these people."
Solomon also brought her 13-year-old daughter and her daughter's friend.
"It's important as a mother for her child to see we're not the only ones in the world who need help and not the only ones in the country suffering," she said. "It's important for them to see what's happening around the world."
Jim Rolston, of Greenland, a member of Bethany Church, said he came to the food packaging after he heard about it in church.
"In my opinion, this is what life is all about," he said. "You've got to make the world better than what it was like when you were coming in."
The realization of the importance of that food was made even clearer when his wife told him a startling fact that morning.
She told me "that Americans consume $23 billion worth of ice cream every year," he said. "That's enough to feed all the hungry people in the world for an entire year. She said she would never be able to enjoy an ice cream again."
Nancy McKinney, of Hampton, is also a member of Bethany Church.
"I have a real desire for helping the poor and every opportunity I can fulfill that desire and take advantage of that," she said of her involvement Saturday. "When I think about people and children dying of malnutrition every day in this world and the abundance we have and waste it brings tears to my eyes."
Eventually Willey would like to expand and do packaging in other regions such as Maine, Massachusetts, Connecticut and Rhode Island.
"As a Christ follower it's what we are all called to do," he said. "In my opinion, every church should be doing things like this. The bible says to take care of the poor and widows. A little kid in Haiti don't care about the politics or who's president. He just wakes up hungry."
The cost to complete and ship a meal is 34 cents. For 100,000 packages, $34,000 is needed. To donate, visit www.helpforhaiti.org or send a donation to Help for Haiti P.O. Box 103 Rye, NH 03870.
http://www.fosters.com/apps/pbcs.dll/article?AID=/20110522/GJNEWS_01/705229901/-1/fosnews

Un ex conseiller de Préval nie toute manipulation de l'amendement constitutionnel

Plusieurs acteurs politiques accusent l'ex président René Préval d'avoir publié un faux amendement dans le journal officiel le Moniteur. Le bâtonnier de l'ordre des avocats de Port-au-Prince, Gervais Charles, est catégorique, c'est le président Préval qui a fait publier la proposition d'amendement en lieu et place de l'amendement voté par l'assemblée nationale.
Cet avis est partagé par le sénateur Andrice Riché (AAA) pour qui M. Préval a voulu laisser une crise à son départ. Il accuse également les parlementaires de l'Inité d'être impliqués dans le complot.
Dieudonne Saincy, l'ex conseiller du président Préval rejette d'un revers de main les accusations de certains parlementaires. Il rapporte les déclarations d'Enex Charles, un autre conseiller en charge du dossier, qui donne l'assurance que le document transmis est celui qui a été publié. M. Saincy est intervenu dans plusieurs medias pour dénoncer une tentative de lynchage de l'ex chef d'état.
Des parlementaires de l'Inité n'avaient pas voulu préciser si l'erreur provenait de l'assemblée nationale ou de la Présidence.
Tandis que l'incident était commenté par un grand nombre de parlementaires, les présidents des deux chambres avaient observé un profond silence. Entre temps, le premier secrétaire du sénat, Melius Hypolithe (AAA), s'étonne que sa signature ne figure pas dans le document publié. Il assure qu'il avait paraphé le document voté par l'assemblée nationale en présence de plusieurs collègues.
L'ex conseiller du président Préval s'interroge sur les raisons du retard dans la transmission du document d'amendement à la Présidence. M. Saincy révèle que le texte a été acheminé le 13 mai soit trois jours après le vote de l'assemblée nationale.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19137

Une version corrigée de l'amendement pourrait être publiée

Les autorités gouvernementales et législatives sont sur le point de trouver une solution au problème résultant des erreurs dans l'amendement de la constitution de 1987. Les membres du bureau de l'Assemblée Nationale ont acheminé hier le document contenant les corrections à apporter dans l'amendement constitutionnel. Une dizaine d'articles dont ceux relatifs aux mandats des législateurs doivent être corrigés.
Le chef de l'Etat et les présidents des deux chambres auraient convenu qu'il s'agit d'erreurs matérielles pouvant être corrigées par une nouvelle production du même numéro du moniteur. Le député de la Croix des Bouquet, Tolbert Alexis révèle qu'il s'agit de l'option retenue par la présidence, l'Assemblée nationale et la direction des Presses nationales. Les spécialistes assurent que ces types de corrections ont déjà eu lieu dans le passé.
On notera toutefois que le juriste Samuel Madistin avait mis en garde contre une telle option la qualifiant de faux en écriture publique. Il fait remarquer que le président Martelly ne peut nullement acheminer un document au moniteur alors que la signature serait celle de son prédécesseur. Selon l'ex sénateur un consensus entre le bureau de l'Assemblée nationale et le gouvernement doit être trouvé afin de sortir de cet imbroglio.
De plus, il signale que le président Martelly ne peut signer le document qui dans ce cas entrerait en application après la fin de son mandat.
Les avis des juristes haïtiens divergent sur ce dossier. Le bâtonnier de l'ordre des avocats de Port-au-Prince, Gervais Charles, a annoncé hier la formation d'une commission en vue de formuler des pistes de solution aux législateurs.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19138

Qui est responsable de la publication d'un faux amendement?

Des parlementaires et leaders politiques réclament une enquête afin d'identifier les responsables de la publication d'un amendement contenant des erreurs dans le journal officiel Le Moniteur.
Le sénateur Steven Benoît et le député Tolbert Alexis crient au scandale et dénoncent une manipulation. Ils souhaitent que les corrections soient apportées pour que l'amendement soit effectif.
Tout aussi scandalisé le sénateur Andrice Riché (AAA), lui ne réclame pas de corrections mais l'annulation pure et simple de l'amendement.
Cependant les parlementaires de l'Inité veulent calmer le jeu. Les sénateurs Joseph Lambert et Kelly Bastien avaient assuré qu'il s'agit d'erreurs matérielles pouvant être corrigées. Entre temps les présidents du sénat, Roudolph Joazile et de la chambre des députés, Sorel Jacinthe avaient observé un silence 48 heures après la publication du moniteur. Ils auraient entre temps acheminé un nouveau document au président Michel Martelly.
Le député Tolbert Alexis a révélé que les minutes de la séance consacrées à l'amendement de la constitution avaient disparues comme par enchantement. Le parlementaire en charge du dossier lui avait indiqué que les minutes avaient été volées. Deux semaines après le " cambriolage " d'un document aussi précieux les dirigeants du Parlement n'avaient toujours pas annoncé l'ouverture d'une enquête.
Des leaders politiques et de la société civile réclament une enquête afin d'identifier et de punir la personne par qui le scandale est arrivé.
LLM / radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19136