POUR VOS RECHERCHES

Google

jeudi 11 février 2010

Haïti-Séisme : Installation d’abris provisoires au profit de 500 familles à Carrefour Feuilles

mercredi 10 février 2010 P-au-P, 10 février 2010 [AlterPresse] --- Dans le cadre de l’accompagnement de 500 familles, réparties sur la 7e section du morne l’Hôpital et la 8e section de Martissant (qui surplombent Port-au-Prince, dans la banlieue sud-est de la capitale), une opération d’installation d’abris provisoires a débuté le lundi 8 février 2010 dans la zone du sanatorium à Carrefour Feuilles, selon les informations transmises à l’agence en ligne AlterPresse.
Initiative de l’association pour la promotion de la santé intégrale de la famille (Aprosifa, une organisation œuvrant dans la santé depuis plusieurs années à Carrefour Feuilles), l’opération du 8 février – qui a touché 30 familles – se poursuivra jusqu’à la fin du mois en cours.
Les organisations Zanmi Lasante et One X One ont contribué aux abris provisoires en train d’être aménagés à Carrefour Feuilles.
L’Aprosifa demande un renforcement de la sécurité dans la zone, où des fugitifs [de la prison civile de Port-au-Prince] seraient remarqués, afin de faciliter une livraison quotidienne de 960 plats chauds à 140 familles par une douzaine de marchandes de nourriture.
La participation des marchandes de nourriture, qui seront rémunérées pour les plats fournis, devrait soutenir l’économie sociale communautaire de la zone de Carrefour Feuilles, considère l’Aprosifa.
Le soutien à la sécurité alimentaire, pour une partie des familles affectées, à Carrefour Feuilles, par le séisme du 12 janvier 2010, bénéficie de l’appui de l’organisation internationale Christian Aid, dont les locaux à Port-au-Prince ont été détruits dans le tremblement de terre du 12 janvier.
Un recensement, effectué par les équipes de l’Aprosifa, a permis de choisir 500 parmi les familles les plus touchées.
Un rapport, mentionnant les familles bénéficiaires des abris provisoires en cours d’aménagement, sera soumis par l’Aprosifa au conseil municipal de la capitale afin d’éviter des duplications dans la distribution de l’aide aux familles sinistrées à Carrefour Feuilles, indique la note d’information parvenue à AlterPresse. [rc apr 10/02/2010 0:00]
http://www.alterpresse.org/spip.php?article9257

Haiti-Séisme/UNASUR : Préval insiste sur les infrastructures, la réhabilitation agricole et la santé

mardi 9 février 2010 P-au-P., 9 fév. 2010 [AlterPresse] --- Le président haïtien, René Préval, invite les pays de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR) à se concentrer sur les infrastructures publiques, la réhabilitation de l’agriculture et la santé dans le cadre de leur aide à Haïti après le séisme du 12 janvier dernier.
Lors de son intervention à la rencontre de l’UNASUR, Préval a demandé aux pays membres de se concerter pour créer un fonds relatif à la construction d’infrastructures. Les apports peuvent être diversifiés, selon le chef de l’État haitien, qui propose que « ceux qui ont des ingénieurs » apportent leur expertise et que « ceux qui ont des équipements » en fasse de même.
A propos du secteur agricole Préval promet que l’État haitien se chargera d’évaluer les nécessités en termes d’engrais, de semences et autres facteurs de production en vue de la relance de la production.
« Vous pourrez peut-être vous unir et favoriser un appui à l’agriculture », affirme Préval en s’adressant aux responsables latino-américains.
Il les convie également à appuyer la coopération tripartite entre le Vénézuela, Cuba et Haiti dans le secteur de la santé.
Pour le moment, « nous avons besoin en urgence de tentes », en cette saison hivernale et en prélude à la période pluvieuse, lance Préval.
Convoqué par le président équatorien, Rafael Correa, qui est présentement à la tête de l’UNASUR, ce sommet mobilise les chefs d’État paraguayen, colombien, péruvien ainsi que des vice-présidents et des ministres.
Les pays de l’UNASUR expriment leur intention de venir en aide à Haiti dans les domaines de l’infrastructure, l’énergie, la santé et l’éducation.
Selon les dirigeants latino-américains, toute l’aide devrait être canalisée à travers les structures gouvernementales.
Cependant, le Venezuela, dont le président Hugo Chavez n’a pu assister directement à la réunion, compte toucher directement 18.000 sinistrés.
Le Brésil offre 10,000 tentes à Haïti et la Colombie est disposée à construire des abris pour un montant de un million de dollars.
“Aujourd’hui, le monde s’appelle Haïti”, martèle le président Correa, qui appelle à annulation totale de la dette extérieure haïtienne.
Les pays latino-américains de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de notre Amérique (ALBA) ont tenu une réunion le 24 janvier à Caracas, en vue de chercher à consolider un système d’aide à la reconstruction du pays.
Une nouvelle rencontre internationale se tiendra le 14 avril 2010 en République Dominicaine sur la reconstruction d’Haïti. [gp apr 09/02/2010 14 :00]

Bientôt des études postsismiques françaises autour d’Haïti

Un renforcement de la surveillance sismique pour le recueil, pendant trois mois, de données participant de l’analyse scientifique de l’événement du 12 janvier et des mesures préventives à adopter
Des organisations scientifiques françaises vont lancer dans quelques semaines des investigations postsismiques dans les eaux haïtiennes baptisées "Campagne Haïti-OBS" dans le double but d’identifier les caractéristiques du séisme dévastateur du 12 janvier et de déterminer l’ampleur des risques pouvant menacer le pays au cours des prochaines années.
Le navire océanographique L’Atalante, appartenant à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), sera déployé pour la réalisation d’observations sismologiques, géophysiques et tectoniques à partir de l’installation de stations sismologiques au nord et au sud de la partie méridionale du pays.
Grâce à ce dispositif, les sismologues pourront enregistrer les répliques de très faible magnitude qui continuent de se produire près de la zone de rupture du séisme. Depuis la violente secousse de 7,3 sur l’échelle de Richter, leur magnitude a considérablement baissé au point qu’elles ne sont plus enregistrées par les réseaux sismologiques actuels.
Outre les informations générales sur l’état des lignes de faille qui traversent Haïti, les chercheurs recueilleront des données susceptibles de caractériser l’évolution des petits séismes.
A cet effet, 21 sismomètres de fond de mer seront installés et les informations prélevées seront analysées par une équipe de neuf scientifiques pendant une période de trois mois. Certains des appareils atteindront plus de 1.000 mètres de profondeur.
Haïti, où séjourne depuis environ deux semaines une équipe universitaire américaine de pointe conduite par le géophysicien français Eric Calais, fera aussi l’objet de survols sismiques de la part de l’agence spatiale américaine, la NASA.
Le terrible séisme du 12 janvier a fait officiellement au moins 217.000 morts, 300.000 blessés et 1,2 million de sinistrés. spp/Radio Kiskeya

L’aide post-séisme des Etats-Unis à Haïti s’élève déjà à 537 millions de dollars

Les Etats-Unis rappellent le rôle spécifique de leurs militaires en Haïti par rapport aux autres contingents de militaires étrangers présents sur le terrain
L’aide américaine à Haïti après le séisme du 12 janvier s’élève déjà à 537 millions de dollars, a fait savoir mercredi à Port-au-Prince le coordonnateur de l’aide humanitaire pour le gouvernement américain, l’ambassadeur Lewis Lucke, au cours d’une conférence donnée conjointement avec le général Ken Keen, chef du contingent de militaires américains en Haïti.
Il n’existe pas de corruption dans la gestion de l’aide, mais des efforts sont déployés en vue d’en améliorer la coordination et la distribution, informe le diplomate.
Lewis Lucke a par ailleurs fait état de dispositions envisagées en vue de protéger les populations des zones d’hébergement à l’occasion de la prochaine saison des pluies. Il est prévu l’utilisation de matériel en plastique et des constructions en bois.
« Sauver des vies et satisfaire les besoins prioritaires de la population, tels sont les objectifs de la présence militaire américaine en Haïti », a pour sa part précisé le général Ken Keen. A l’instar d’autres officiels américains, il a rappelé que la force militaire américaine n’est pas venue supplanter d’autres contingents militaires étrangers présents dans le pays, encore moins ceux de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti et la Police Nationale d’Haïti. Les militaires américains contribuent uniquement à la sécurité des convois d’aide et à celle de la distribution, a assuré le haut gradé américain.[jmd/Radio Kiskeya]
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6519

L’Equateur décrète une "amnistie migratoire" pour 500 illégaux haïtiens

Une mesure exceptionnelle prise par le Président Rafael Correa en solidarité avec Haïti après le tremblement de terre
Le gouvernement équatorien s’apprête à régulariser la situation de quelque 500 sans-papiers haïtiens, en vertu de "l’aministie migratoire" décrétée par le Président Rafael Correa en faveur des compatriotes vivant dans la clandestinité en territoire équatorien, au lendemain du tremblement de terre qui a cruellement frappé Haïti le 12 janvier dernier.
Selon la presse locale, le vice-ministre des affaires consulaires, Leonardo Carriòn, a confirmé l’adoption d’une "procédure extraordinaire" en vue d’accorder un statut aux haïtiens établis illégalement en Equateur.
La période de régularisation court jusqu’au 30 juin.
"Il s’agit d’une procédure simple qui va être annoncée publiquement mercredi prochain parce qu’actuellement nous sommes en train de finaliser tous les détails avant d’informer la communauté", a fait savoir M. Carriòn. Il précise que toutes les personnes de nationalité haïtienne arrivées sur le sol équatorien avant le 31 janvier pourront obtenir un "visa non immigrant valide pour cinq ans".
L’aministie migratoire permettra également le regroupement des familles avec des facilités de voyage prévues pour les pères, mères, enfants et conjoints des bénéficiaires de cette mesure humanitaire.
Le Président Rafael Correa avait annoncé mardi en présence de son homologue haïtien, René Préval, l’entrée en vigueur de l’aministie à l’issue d’une réunion extraordinaire de l’Union des nations sud-américaines tenue à Quito sur la situation en Haïti.
Un fonds de 300 millions de dollars destiné à couvrir les besoins humanitaires et à contribuer à la reconstruction du pays a été créé. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6518

L’UNASUR va créer un fonds de 300 millions dollars en faveur d’Haïti

Le Président Préval exprime à Quito sa satisfaction et salue la "solidarité sud-sud" qui portera autant sur les besoins humanitaires que sur la reconstruction du pays
L’Union des nations sud-américaines (UNASUR) a approuvé mardi la création d’un fonds d’aide de 300 millions de dollars en faveur d’Haïti qui sera opérationnel ce mois-ci, lors d’une réunion extraordinaire qui a permis aux douze Etats membres de définir une stratégie commune de coopération avec notre pays ravagé par le séisme destructeur du 12 janvier.
Appelant à l’annulation totale de la dette externe d’Haïti, les pays d’Amérique du Sud ont également adopté une résolution portant sur une "coopération permanente avec Port-au-Prince" après avoir suivi attentivement l’exposé du Président René Préval consacré aux besoins et priorités du post-désastre, rapportent plusieurs agences de presse.
Lors d’une conférence de presse finale, le chef de l’Etat équatorien, Rafael Correa, hôte du sommet et actuel président de l’UNASUR, a annoncé que les dirigeants de la région se réuniront à nouveau sur le cas d’Haïti le 20 février à Cancùn (Mexique).
Des mesures concrètes relatives à la création du fonds entreront alors en vigueur.
Des 300 millions de dollars prévus, 100 millions viendront directement de l’UNASUR et le reste du montant (200 millions) d’un crédit sollicité auprès de la Banque interaméricaine de développement (BID).
Correa a assuré que l’aide régionale comprendra, d’une part, un volet humanitaire, notamment l’envoi de tentes pour héberger les nombreux sinistrés du séisme et, d’autre part, un appui à la reconstruction des infrastructures routières, énergétiques, sanitaires et agricoles.
Très critique vis-à-vis de l’orientation de l’aide internationale vers les ONG au détriment du gouvernement haïtien, le dirigeant socialiste équatorien a insisté sur le fait que l’UNASUR entendait aider Haïti dans le plein respect de sa "souveraineté" et sous le leadership des autorités locales.
Pour sa part, le Président haïtien a remercié ses collègues sud-américains pour leur générosité envers son pays plongé dans la désolation alors que leurs propres nations font face également à des besoins urgents. "Donner quand on n’a pas, cela a beaucoup de valeur", a déclaré René Préval qui s’est dit satisfait des résultats de la réunion de Quito. "Le sud veut coopérer avec un autre pays du sud, cela a une signification énorme", a conclu le chef de l’Etat.
Outre MM. Préval et Correa, trois autres Présidents Álvaro Uribe (Colombie), Alan García (Pérou) et Fernando Lugo (Paraguay) ainsi que le Secrétaire général de l’OEA, José Miguel Insulza ont pris part à cette rencontre, la première de cette importance organisée en Amérique du Sud depuis le tremblement de terre qui a anéanti en grande partie l’économie, les infrastructures et les ressources humaines qualifiées d’Haïti.
René Préval devait regagner Port-au-Prince mardi soir, selon la Présidence haïtienne. spp/Radio Kiskeya
http://radiokiskeya.com/spip.php?article6514

L'exploitation des carrières de sable à Laboule désormais interdite

Le ministère des Travaux Publics, Transport et Communication, annonce pour la énième fois, la fermeture de L'exploitation des carrières de sable de Laboule qui représente, une menace pour les habitants de la zone et de ses environs. 
Se référant au décret du 2 mars 1984, le ministère informe le public en général et les exploitants en particuliers, que tout contrevenant à cette disposition est passible de sanctions prévues par le code pénal. 
« Cette décision fait suite aux nombreux dégâts matériels et perte en vies humaines enregistrées sur ces sites d'exploitation de matériaux de construction à l'occasion du tremblement de terre du 12 janvier 2010 et du risque de danger imminent qu'ils représentent », peut-on lire dans une note de presse, publiée par le ministère. 
Selon la note, les sites d'extraction de sable communément appelé « sable Laboule » sont et demeurent fermés dès la parution de celle-ci. Et cette décision a été prise en accord avec le bureau des Mines et de L'Energie. 
En réaction, l'ingénieur Gerald Jean Baptiste a salué cette mesure adoptée par le gouvernement. Toutefois, le spécialiste estime que cette décision est trop tardive et qu'elle devait être envisagée depuis longtemps, vu les problèmes écologiques et les dangers que l'exploitation à outrance de cette carrière représente. 
Malgré les nombreuses décisions similaires prises par l'état haïtien, dans le passé, l'exploitation anarchique de ces carrières n'a jamais cessée. 

Rappelons que le géophysicien français, Eric Calais avait préconisé la fermeture de ces carrières de sable à Laboule, qui selon lui représente un véritable danger pour la population. 

EJ

Haïti : Affaire des 10 Américains

Le juge Bernard Saint-Vil en charge de l'affaire des dix Américains a reçu aujourd'hui, mercredi l'ensemble du groupe. Les américains sont rentré et sortie du bâtiment sans faire de déclaration. Le juge a également rencontré des parents. 
Johnny Antoine, père d'un des 33 enfants, un bambin de 10 mois a affirmé qu'il voulait voir les baptistes libérés parce qu'ils n'étaient venus que pour aider. M. Antoine affirme également que la responsable du groupe, Laura Silsby, lui aurait dit qu'elle était venue en Haïti pour l'aider, puis il a ajouté qu'il espérait alors que son enfant lui serait rendu plus tard. 
Demain, jeudi le juge devrait entendre de nouvelles familles ainsi que des témoins. 
Rappelons que les dix Américains, des baptistes membres d'une association caritative appelée "Le refuge pour une nouvelle vie des enfants", basée dans l'Idaho avaient été arrêtés le samedi 30 janvier après-midi à la frontière Dominicaine de Malpasse avec 33 enfants qu'ils tentaient de faire passer en république voisine. Ces enfants ont ensuite été transportés au SOS Children's Village et l'on a appris que la plupart d'entre eux avait encore de la famille. Certains enfants ont depuis été réclamés par des personnes se présentant comme leurs parents. 
------------Chronologie--------------- 
30 janvier arrestation
1er février la justice haïtienne envisage des poursuites
2 février le juge interroge les cinq femmes
3 février le juge interroge les cinq hommes
4 février Me. Coq déclare "A mon avis ils sont tous innocents, mais la justice pourrait poursuivre le responsable du groupe"
4 février ont été inculpés d'enlèvement de mineurs et association de malfaiteurs
5 février la demande de libération provisoire a été refusée
6 février Me. Edwyn Coq donne sa démission
8 février cinq des dix Américains se sont rendus au parquet, seule Laura Silsby a été interrogée par le juge
9 février le juge Saint-Vil a entendu deux familles des 33 enfants, et neuf des dix Américains
10 février le juge a rencontré l'ensemble du groupe ainsi que des parents 

N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16928

Armenia, un exemple pour Haïti

Le ministre haïtien de l'Intérieur, Paul-Antoine Bien-Aimé, a visité, le 8 février, la ville d'Armenia au centre de la Colombie, frappée en 1999 par un puissant séisme.
Voilà dix ans, près des deux tiers de la ville située dans le centre de la Colombie avaient été détruits.
Après la catastrophe, un organisme public, le Forec, avait été créé pour coordonner et distribuer l'aide internationale, publique et privée dans le cadre de la reconstruction. 
Le quotidien colombien El País explique que la délégation haïtienne a visité plusieurs bâtiments de cette localité afin de mieux comprendre la manière dont celle-ci avait été reconstruite.
"Ce modèle pourrait être repris pour Port-au-Prince", explique le journal. 
Les autorités colombiennes ont proposé la création d'une sorte de "Forec international" pour venir en aide à Haïti.

Haïti : Quelques chiffres, déplacés, sans-abris, aide alimentaire...

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que les principales priorités en Haïti sont toujours les abris et l'assainissement et que plus de 1.2 million de personnes vivent dans des abris de fortune. 460.000 personnes ont quitté la capitale pour la province. L'OCHA a souligné la nécessité d'une aide accrue dans les zones de déplacés pour aider la population rurale et les nouveaux arrivants, dans cette perspective le bureau indique que que des réseaux régionaux de distribution sont en train d'être installés pour décongestionner Port-au-Prince et que le Service aérien d'aide humanitaire des Nations Unies (UNHAS) établit un service de passagers à l'intérieur du pays pour y élargir les secours. De son côté le Programme alimentaire mondial (PAM) rassure la population que son système est désormais en place et fonctionne bien et que près de 1.9 millions de personnes, dont 1.1 million à Port-au-Prince ont reçu une aide alimentaire depuis la mise en place des centres de distribution. Le PAM indique également que son centre de Pétionville n'a pas été fermé à cause des faux coupons ( http://metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16898 ) mais parce que le PAM et ses partenaires voulaient affiner le système de distribution.
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16926

Haïti : Nouveau bilan - 217.000 morts

Lors d'une conférence de presse, le ministre de l'Intérieur haïtien Paul Antoine Bien-Aimé a annoncé que le bilan humain s'est alourdi, il s'élève désormais à 217.000 morts. M. Bien-Aimé a déclaré : "Il y a des gens qui avancent le chiffre de 230.000 mais pour nous, nous avons dénombré un peu plus de 217.000. Ce sont des chiffres vérifiés"
Le dernier bilan datant du 4 février et fourni par le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive faisait état de 212.000 morts.
N/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16924

Haïti : Vendredi sera férié

Les autorités haïtiennes ont décrété ce vendredi 12 février, journée fériée et chômée pour honorer les centaines de milliers de victimes du tremblement de terre du 12 janvier qui ont été inhumées sans cérémonie. C'est aussi le premier de trois jours de prières et de jeûne organisés par différents groupes religieux toutes tendances confondues. Le jeûne se fera de six heures du matin à six heures du soir. Toutes les églises Catholique feront une messe chantée à sept heures du matin, ce vendredi 12 février. 
Les services publics, les écoles et l'industrie chômeront donc le 12 février. 
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16923

La Chine a fait don de 25 tonnes d'aide médicale à Haïti

Le gouvernement de la République populaire de Chine a fait don, de 25 tonnes d'aide médicale à Haïti, dont des médicaments antiépidémiques.
Le représentant du Bureau pour le développement du commerce de Chine en Haïti Wang Shuping, a remis lundi lors d'une cérémonie, les matériels aux autorités haïtiennes qui ont de leur coté, remercié le gouvernement chinois pour ce geste de solidarité. 
Les médicaments ont été immédiatement envoyés au ministère haïtien de la Santé, qui a ensuite distribué les fournitures aux centres médicaux, à la Croix-Rouge internationale et à d'autres équipes médicales qui délivrent de l'aide dans plus de 300 camps. 
Cette nouvelle livraison, est la troisième effectuée par la Chine depuis le séisme du 12 janvier dernier. Les deux précédentes ont été réalisées les 17 et 26 janvier dernier. L'aide chinoise est pour l'instant, évaluée à plus de 4 millions de dollars américains. 
EJ
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16921

Le sénat envisage une loi sur les normes parasismiques

Les sénateurs sont préoccupés par l'élaboration d'une législation prenant en compte les risques sismiques auxquels le pays est confronté. Les membres de la commission affaires politiques du sénat se sont entretenus hier avec les experts du Bureau des Mines et de l'énergie (BME) sur la situation géologique d'Haïti et les dispositions à adopter pour prévenir des pertes humaines et matérielles énormes.
A l'issue de la rencontre le président de la commission, Youri Latortue, a mis l'accent sur la nécessité d'élaborer un nouveau code de construction et un plan d'urbanisme. Rappelant que les risques sismiques sont réels, le sénateur Latortue annonce que la commission entend formuler des propositions de politiques publiques au gouvernement.
Dans le même temps, le sénateur Latortue souhaite le vote de la loi sur la protection de l'environnement. Il préconise l'utilisation du gaz propane comme combustible afin d'empêcher un déboisement accéléré.
Interrogé sur l'état de la faille de la presqu'île du sud, l'ingénieur Claude Prepti a soutenu que de nouvelles données doivent être obtenues. Il révèle que des spécialistes réalisent des mesures de géodésie spatiale afin d'évaluer la quantité d'énergie encore disponible dans les deux autres segments de la faille.
Les échanges entre les experts du BME et les sénateurs de la commission politique s'inscrivent dans la série de rencontre visant à recueillir les avis des différents secteurs dans l'élaboration de nouvelles politiques publiques. D'autres séances de travail avec les représentants de la société civile et des syndicats sont prévues au cours de cette semaine.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16920
Commentaires :Il a fallu plus de 217.000 morts pour que les sénateurs haïtiens se réveillent et ouvrent les yeux ! Mais on sait très bien que c’est encore du bla-bla et que si on veut être sérieux on ne devrait pas trop se fier à ce genre de jacasseries politiciennes !

L'acquisition des tentes, principale priorité avant la saison pluvieuse

L'acquisition de 200 000 tentes pour les sinistrés représente la principale préoccupation du gouvernement haïtien, de l'ONU et des structures impliquées dans l'assistance aux victimes du séisme. 3 semaines après avoir reçu la requête du gouvernement haïtien, le système de l'ONU à Port-au-Prince n'avait pu collecter que 5 000 tentes. La semaine dernière, l'émissaire spécial du secrétaire général de l'ONU, Bill Clinton, avait donné l'assurance que des milliers de tentes seraient disponibles dans quelques semaines.
Les citoyens des 3 départements les plus touchés par le tremblement de terre, Ouest, sud-est et Nippes, redoutent des averses qui pourraient entraîner une détérioration des conditions sanitaires. Les craintes sont plus grandes pour Port-au-Prince où plus d'un million de personnes sont logée dans des camps de fortune.
Les sinistrés se trouvant au plus grand centre d'hébergement, au club de Port-au-Prince, signalent qu'ils ne pourraient trouver refuge nulle part si une forte averse est enregistrée. Plus de 30 000 personnes vivent dans ce centre située entre Musseau et Delmas.
Réagissant aux critiques sur la lenteur du gouvernement à acquérir des tentes, la ministre de la culture, Marie Laurence Jocelyn Lassègue, a expliqué que les dons accordés au pays ne sont pas gérés par le gouvernement. Elle a de préférence appelé les ONG à décaisser des fonds pour l'achat de tentes.
Entre temps, des ONG se sont impliqués dans la distribution de tentes. Alarmé par la situation, le directeur du projet Winner de l'USAID, Jean Robert Estimé, a révélé que des efforts sont réalisés en vue d'obtenir des tentes. Il indique que les fournisseurs traditionnels en République Dominicaine et aux Etats-Unis sont en rupture de stock.
M. Estimé assure que les partenaires du projet Winner pourront acquérir des tentes au cours des prochaines semaines.
LLM
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16919

Les Bahamas s'apprêtent à refouler une soixantaine de sans papiers haïtiens

Une soixantaine d'Haïtiens détenus actuellement aux Bahamas vont être rapatriés en Haïti, dans les prochains jours, c'est ce qu'a déclaré, lundi le Premier ministre bahaméen, Hubert Ingraham. 
"Nous ferons tout ce que est possible pour aider Haiti, mais nous ne pouvons pas absorber la population haïtienne aux Bahamas, a précisé le chef du gouvernement, qui a fait remarquer que son pays n'entend pas changer de politique à l'encontre des sans papiers. 
Selon le Premier ministre, la question est particulièrement sensible dans cet archipel de 330.000 habitants qui a déjà une proportion de réfugiés haïtiens supérieure à celle des autres pays. 
Par ailleurs, le chef du gouvernement des iles bahaméennes a précisé que, cent-deux Haïtiens qui attendaient leur expulsion ont été libérés, en obtenant un visa temporaire de six mois. 
D'un autre coté, Monsieur Ingraham, a fait savoir, que les arrestations des illégaux haïtiens présents sur le territoire bahaméen, ont été suspendues, après le tremblement de terre . 
Après le séisme du 12 janvier, de nombreux pays avaient pris la décision d'assouplir certaines règles d'immigration en faveur des ressortissants haïtiens en situation irrégulière. 
EJ

Haïti : 1.500 opérations depuis le 12 janvier - MSF

Depuis le séisme du 12 janvier, MSF (Médecins Sans Frontières) a effectué près de 13.000 consultations et 1.500 opérations, et ce grâce aux 350 membres de l'organisation présents sur le terrain. 
Durant les deux premières semaines les besoins étaient surtout chirurgicaux. Renzo Fricke, coordinateur MSF en Haïti a expliqué les besoins actuels: 
"...à présent, nous avons besoins de médecins assurant les soins postopératoires: des kinésithérapeutes, des psychologues, des infirmiers, des promoteurs de la santé..." 
Par rapport aux premières semaines, les listes d'attente pour accéder aux soins se sont considérablement réduites. Mais les 18 hôpitaux et centres de soins installés par MSF sont toujours occupés à plein temps. 
M. Fricke estime qu'il faudra des mois voir des années d'action en Haïti pour remettre les structures en état et que l'urgence actuelle et de fournir un toit aux sans-abris avant la saison des pluies. 
N/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16917

Les autorités sanitaires veulent empêcher des épidémies après le séisme

Une détérioration des conditions sanitaires est notée dans les centres d'hébergement de la région métropolitaine. La promiscuité, l'insalubrité et la mauvaise alimentation figurent parmi les causes de l'augmentation des cas de gale, de diarrhée et d'infection enregistrés quotidiennement par les équipes médicales.
Les enfants aussi bien que les adultes sont victimes de ces infections, explique un médecin haïtien travaillant pour la Croix Rouge française au local des Frères de l'Instruction Chrétienne (FiC). Il signale qu'un grand nombre de cas d'infection vaginale sont également recensés.
Les parents de leur coté, croient que l'humidité et les anophèles sont les principales causes des maladies.
Pendant ce temps, le ministère de la santé publique poursuit son programme de vaccination dans la région métropolitaine. Les autorités sanitaires veulent prévenir des épidémies telles Malaria, typhoïde, polio, rougeole et paludisme.
Le ministre de la santé, Alex Larsen, assure que des stocks de vaccins sont disponibles pour les 6 prochains mois. Toutefois des cas de mortalité sont rapportés dans certains centres d'hébergement au sud de Carrefour. Les autorités sanitaires espèrent atteindre les différents centres dans le cadre de la campagne de vaccination qui a débuté la semaine dernière au Champ de Mars.
LLM

Haïti : Refus d'allaitement, elles ont peur...

Hier L'Unicef a sonné l'alerte sur la suspension de l'allaitement par des centaines de mères haïtiennes. 
Des mères refusent d'allaiter leurs bébés par crainte de leur transmettre leur dépression. Saiko Chiba, membre de l'équipe de soutien national de l'Unicef a indiqué que mères haïtiennes qui ne se sentent pas bien physiquement ou mentalement depuis le tremblement de terre craignent de transmettre leur "mauvaise santé" à leur bébé. 
Pour Francoise Vanni, chef des communications pour cette organisation, La situation est d'autant plus préoccupante qu'une bonne partie des enfants haïtiens de moins de cinq ans souffre déjà de sous-alimentation. Rappelons que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l'allaitement sans supplément pendant les six premiers mois pour stimuler le système immunitaire du bébé et améliorer ses chances de survie. En effet, le lait maternel est riche en nutriments et en anticorps. 
L'Unicef s'est rendu dans les camps de fortune pour y offrir des conseils psychologiques aux mères. Pour les pères ayant perdu leur épouse dans le terrible drame du 12 janvier, l'Unicef fourni du lait en poudre ainsi que des guides d'allaitement. 
N/ Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=16915